Chevalier Gilles

La Composante Air belge

Recommended Posts

Il y a 7 heures, zx a dit :

Alors que Dassault semblait avoir perdu le marché du remplacement des avions de chasse belge, un imbroglio mettant en cause certains cadres de l’armée pourrait redonner des chances à l’avionneur français

À ce stade je ne sais plus si Dassault joue la gagne ou rend simplement la monnaie de sa pièce à LM et aux USA en général pour toutes ces années de trollage sur les marchés internationaux, en cherchant à faire perdre le maximum de temps à tout le monde sur le marché belge.
En tout cas c'est très efficace. :huh:

Révélation

(plot twist: en fait ils bossent sur un chasseur de génération 5.5 avec distributeur de frites et de bière intégré et un assistant vocal doté du timbre de Jacques Brel)

 

:ph34r:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme ce fil est très (trop?) calme depuis presqu'une semaine, quelque snouvelle sde notre telenovella (ou série comique, selon), aka les auditions de la Commission de la Défense sur le F-16gate!

Désolé, le premier est en accès restreint et je ne parviens pas à copier-coller le texte, mais le chapeau m'a tellement fait rire que je vous en fais profiter!

Citation

Les grands patrons de la force aérienne ignoraient tout

Les généraux Vansina et Van de Voorde, actuel et ancien commandants de la force aérienne, disent ne rien savoir du processus de remplacement des F-16.

(...)

Suite: http://plus.lesoir.be/153315/article/2018-04-25/les-grands-patrons-de-la-force-aerienne-ignoraient-tout
 

Citation

Affaire des F-16: le chef de la composante Air assure ne pas avoir «vu» les mémos de Lockheed

Le général-major Frederik Vansina affirme n’avoir jamais vu les mémos du groupe américain Lockheed Martin évoquant, avec réserves, la possibilité de prolonger la vie des actuels chasseurs F-16.

Le «patron» de la composante Air de l’armée, le général-major Frederik Vansina, a assuré ce mercredi n’avoir jamais vu les deux mémos du groupe américain Lockheed Martin évoquant, avec réserves, la possibilité de prolonger la vie des actuels chasseurs F-16, tout en reconnaissant avoir pris contact avec cette entreprise pour l’informer de la décision du gouvernement d’acheter de nouveaux avions. (...)

Suite: http://www.lavenir.net/cnt/dmf20180425_01161247/affaire-des-f-16-le-chef-de-la-composante-air-assure-ne-pas-avoir-vu-les-memos-de-lockheed

Edited by Bat
  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, gargouille a dit :

C'était qui déjà qui disait qu'il que les Français ne savaient pas parler anglais et que le Rafale ne pouvait pas être utilisé avec l'OTAN (ou presque) ?

C'était le colonel (en retraite) Luc Gennart, qui s'est depuis lancé dans la politique (au MR). Ici, on parle du général chef de la Composante Air.

Bon, allez, *bruit de pièce*
 

Citation

La donne industrielle a-t-elle changé pour la succession du F-16?

Le lancement d’un projet de chasseur franco-allemand est-il de nature à rebattre les cartes pour le remplacement des F-16? Non, si on considère que cet appareil de nouvelle génération ne sera pas disponible avant 2040 au plus tôt. Mais sous l’angle industriel et de l’Europe de la défense, la réponse peut être beaucoup plus nuancée…

C’est un spécialiste du secteur aéronautique qui l’affirme: "la seule nouvelle digne d’intérêt ces derniers mois pour les industriels de l’aviation militaire en Belgique n’est pas ce débat qui n’a aucun sens sur la prolongation éventuelle des F-16, mais bien l’annonce, par la France et l’Allemagne, du lancement d’un projet de futur avion de combat commun, ainsi que la préférence affichée par Berlin pour un Eurofighter modernisé pour remplacer ses Tornado". (...)

Suite: https://www.lecho.be/entreprises/aviation/la-donne-industrielle-a-t-elle-change-pour-la-succession-du-f-16/10007721.html

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Bat a dit :

C'était le colonel (en retraite) Luc Gennart, qui s'est depuis lancé dans la politique (au MR). Ici, on parle du général chef de la Composante Air.

Bon, allez, *bruit de pièce*
 

Suite: https://www.lecho.be/entreprises/aviation/la-donne-industrielle-a-t-elle-change-pour-la-succession-du-f-16/10007721.html

Là encore :

C’est aussi de nature à renforcer l’offre industrielle d’Eurofighter en Belgique, commente un observateur. Car si les pays du consortium envisagent une refonte des appareils actuels pour les porter au prochain standard, on parle de plus de 600 appareils à moderniser. Cela devient plus facile de trouver une place pour y insérer des entreprises belges."

L’appât du gain fait tourner la tête, vu que deux des pays ont le F35 en avion leader, qu'un autre n'a que quelques EF en état de voler ....., reste l'Espagne, vont ils en rénover si c'est possible 500 exemplaires ! :biggrin:

Edited by gargouille

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vrai que l'histoire de l'avion franco allemand, doit mettre un peu la pagaille sur les perspectives.

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, gargouille a dit :

de 600 appareils à moderniser.

...et après on se moque du misérable 135 F35 à moderniser pour être pleinement utilisable...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 30 minutes, rendbo a dit :

...et après on se moque du misérable 135 F35 à moderniser pour être pleinement utilisable...

Ça pourrai être un bon pari, qui des deux du F35 et de l'F-E aura le premier toutes ses performances promises ?

 

C'est d’ailleurs ce qui me fait peur avec le Belgique ils serait capable pour rallier le projet Franco-allemande d'acheter de l'E-F à la Grande Bretagne, tout le surréalisme belge, ceci n'est pas un avion. :tongue:

 

 

Sérieusement est ce que cela va vraiment avoir un impact pour le choix du Rafale ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et voilà la phrase qu'on attendait depuis plusieurs mois pour la suite du RFP belge.

déclaration de Merkel face à Macron aujuurd'hui : 

«Le temps où l'on pouvait tout simplement compter sur les États-Unis pour nous protéger est révolu», a estimé Angela Merkel, appelant les pays d’Europe à «prendre leur destin en main».

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Teenytoon a dit :

Ça serait bien qu’elle l’écrive au PM belge aussi. 

Oh je pense que certains messages passent en ce moment. Noté dans le Vif, extraits retenus du discours de Macron :

Citation

"Nous avons fait le choix de construire la paix et la stabilité au Proche et au Moyen-Orient (...) D'autres puissances, tout aussi souveraines que nous, ont décidé de ne pas respecter leur propre parole. Devons-nous renoncer pour autant à nos propres choix?",  [...]

"Ne soyons pas faible, ne subissons pas", a martelé le chef de l'Etat français, qui a plaidé pour une "souveraineté européenne (...) qui doit nous conduire à faire de l'Europe une puissance géopolitique, commerciale, climatique, économique, alimentaire, diplomatique propre".

"La condition de possibilité (de cette souveraineté), c'est que nous refusons le fait que d'autres puissent le décider pour nous", a-t-il encore estimé.

 

Et du coup, dans La Libre, je trouve de quoi rajouter un demi-sesterce dans le cochon ; sous la photo du Taranis (je pense) :

Citation

Le 14 février dernier, à 9 heures du matin, le wing commander Paul Carrier, de la Royal Air Force, et James Cooper, du groupe de défense BAE Systems, ont présenté l’offre du gouvernement britannique à la Défense belge pour le remplacement des F-16. Répondant ainsi à l’appel d’offres, la Grande-Bretagne déposait un énorme dossier de quelque trois mille pages, défendant bien sûr la candidature de l’avion de combat Eurofighter Typhoon, mais pas seulement. Au seuil d’un avis attendu par la commission de sélection du remplaçant du F-16, l’on en sait un peu plus sur cette offre britannique, qui se fait au nom des gouvernements allemand, italien et espagnol, nations partenaires au sein d’Eurofighter.

La suite m'intrigue, bien sûr. Proposent-ils à la Belgique de participer au programme de drone ?

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Boule75 a dit :

Oh je pense que certains messages passent en ce moment. Noté dans le Vif, extraits retenus du discours de Macron :

 

Et du coup, dans La Libre, je trouve de quoi rajouter un demi-sesterce dans le cochon ; sous la photo du Taranis (je pense) :

La suite m'intrigue, bien sûr. Proposent-ils à la Belgique de participer au programme de drone ?

Ce qui est certain c'est qu'en rompant l'accord iranien, Trump founi à Macron un moyen de radicaliser sa position proeuropéenne. Maintenant que Merkel commence à affirmer sa position proeuropéenne, chaque pays européen va devoir choisir de monter dans le train ou pas.

Je pense que l'Espagne, l'Italie et la Grèce et Suède n'hésiterons pas longtemps. Ca va poser un cas de conscience pour les pays du Benelux, Hollande en tête ainsi que pour les anciens pays de l'est, c'est quand même un renoncement à l'atlantisme qui est proposé.

Pour la Belgique la position d'attente qu'ils ont adopté concernant le F-35 montre qu'elle a gardé la porte ouverte à une solution européenne donc ce n'est pas impossible qu'elle rallie le camp européen sans trop se poser de question. Ceux qui vont être intéressant à observer ce sont les hollandais. 

Maintenant la prochaine échéance est celle de juin avec la réunions des présidents européens.

Edited by herciv

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Boule75 a dit :

La suite m'intrigue, bien sûr. Proposent-ils à la Belgique de participer au programme de drone ?

La réponse dans la presse ce matin:

Citation

 

Eurofighter veut faire monter la Belgique dans l’avion du futur: 5 points avant l'embarquement

Le 14 février dernier, à 9 heures du matin, le wing commander Paul Carrier, de la Royal Air Force, et James Cooper, du groupe de défense BAE Systems, ont présenté l’offre du gouvernement britannique à la Défense belge pour le remplacement des F-16. Répondant ainsi à l’appel d’offres, la Grande-Bretagne déposait un énorme dossier de quelque trois mille pages, défendant bien sûr la candidature de l’avion de combat Eurofighter Typhoon, mais pas seulement. Au seuil d’un avis attendu par la commission de sélection du remplaçant du F-16, l’on en sait un peu plus sur cette offre britannique, qui se fait au nom des gouvernements allemand, italien et espagnol, nations partenaires au sein d’Eurofighter.

On le sait, les Américains participent aussi à l’appel d’offres, avec le F-35 Lightning II de Lockheed Martin, tandis que les Français se sont retirés de la procédure qu’ils estiment étriquée, préférant proposer, au-delà du Rafale de Dassault un vaste “partenariat stratégique” d’État à État. “Les Français ont choisi une voie différente, mais je n’interroge : qu’est-ce qu’ils offrent que nous n’offrons pas”, lance Anthony Gregory, directeur de campagne chez BAE Systems. D’un point de vue partenariat stratégique, notre offre est au moins équivalente à la française, et transparente.”

 

 

Révélation

 

1 - Développement de l’Eurofighter

“Nous proposons que la Belgique fasse partie du programme Eurofighter”, dit-on clairement chez BAE Systems. Initialement conçu comme intercepteur, le Typhoon accroît progressivement sa polyvalence en intégrant de nouveaux équipements et armements. “Chacune des quatre nations partenaires investissent en moyenne 350 millions d’euros dans le développement de l’appareil”, selon Anthony Gregory. Et le partenariat s’étend à la Royal Air Force pour la formation, l’entraînement, la maintenance réparation, la chaîne d’approvisionnement, la gestion de flotte. Jusqu’à quel point peut aller cette intégration de la Belgique au développement de l’Eurofighter ? “Nous offrons l’accès à toutes nos données software, y compris les plus spécialisées.”

2 - Participation aux programmes futurs

“Il y aura toujours plus d’Eurofigther que de F-35 dans les pays voisins de la Belgique”, lance Anthony “Foxy” Gregory, ancien pilote de chasse à la RAF et qui en a conservé toute la combativité. “Si on a le plus grand programme collaboratif en Europe, et que l’on continue d’investir, c’est, d’un point de vue militaire et industriel, le pont logique avec le système de future génération.”

Sur le site industriel historique de Preston, sur la côte nord-ouest de l’Angleterre, où furent assemblés les Gloster Meteor, premier chasseur à réaction de la Force aérienne belge, la Multi System Integration Facility est un lieu à accès restreint, secret défense. On y développe notamment l’ergonomie du cockpit, totalement modulable via la réalité augmentée. Le pilote embarqué organise son environnement et l’utilise via des gants sensibles, les mouvements de la tête et des yeux. Le casque devient ainsi une extension du cerveau humain.

L’accent est aussi mis sur la fusion des données de vol et de combat, provenant de sources multiples – satellite, avions radar Awacs, navires, stations au sol, avions de chasse, drones, hélicoptères – pour donner une image claire et totalement partagée de la situation tactique. “Fusion, pas confusion”, dit-on chez BAE Systems. Enfin, le très secret “Hangar 31”, où l’on accède par trois sas successifs, expose l’état de la recherche en matière de vol autonome et furtif. Avec ses deux turbopropulseurs inversés, le drone Mantis ressemble d’ailleurs curieusement et furieusement à l’EuroMale présenté par Airbus au récent salon aéronautique de Berlin…

3 - Les centres de recherche et développement

Non loin de Preston, à Samlesbury, se dessine l’usine du futur selon BAE Systems. Le groupe britannique propose deux centres de recherche à la Belgique. En Flandre, le centre R&D serait axé sur la fabrication additive, grâce à laquelle des éléments jadis composés de plusieurs pièces sont faits en une pièce, beaucoup plus légère. Le centre wallon serait orienté vers les processus de fabrication et les matériaux avancés, capables d’assurer plusieurs fonctions.

Directeur de fabrication chez BAE Systems, David Holmes estime qu’en associant universités et bureaux d’études, il s’agit “clairement de développer la plateforme aéronautique militaire de nouvelle génération, et de préparer l’industrie belge à la prochaine génération d’avions commerciaux, des capacités utilisables ensuite par tous les secteurs industriels.” Avec lui, on serait entre de bonnes mains : “Les principes de conception et de fabrication inventés ici pour l’Eurofighter ont été adoptés par Lockheed Matin pour le F-35”, lance David Holmes.

4 - Centres de cybersécurité

Au cœur de Londres, dans le flambant neuf bâtiment BlueFin, près du London Bridge, s’élabore la sécurité informatique de demain. BAE Systems propose toute une infrastructure, partagée entre Bruxelles et Louvain, pour constituer un National Network Cyber Center. En construisant une cyberdéfense pour les organismes gouvernementaux, les intérêts vitaux et les industries du pays, BAE Systems entend “faire de la Belgique un État souverain” en une matière dont les enjeux sont fondamentaux.

5 - Et le Brexit dans tout ça ?

Préparer la Belgique au système de combat européen, lancé par Emmanuel Macron et Angela Merkel, c’est très bien, mais le Royaume-Uni, en plein Brexit, n’y est pas invité. Aucune crainte de ce côté-là de la Manche : “Il y a une longue route à faire, et les choses vont converger vers une coopération européenne plus large”, estime Anthony Gregory. “Notre degré de technologie est tellement élevé que ls Français et les Allemands ne pourront pas se passer”, assène Martin Rowe-Willcocks, devant le drone autonome Taranis, au cœur de l’ultrasecret Hangar 31.

 

Source: http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/eurofighter-veut-faire-monter-la-belgique-dans-l-avion-du-futur-5-points-avant-l-embarquement-5af433f0cd70c60ea6e96f84

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Bat : merci.

Où il est question de fabrication additive, de réseau pluri-nodal, de fusion de capteurs hétérogènes, d'informatique et d'Eurofighter... très bien, très ; mais ça n'est pas super-spécifique quand même, mis à part le "réseau de cyber-défense Louvain Bruxelles" ! :coolc:
J'imagine qu'il donnent plus dans le concret dans les 3000 pages, mais le fond du raisonnement exposé ressemble passablement à une prière profane : "on n'est quand même pas mauvais, pourvu qu'ils aient besoin de nous !". Pas sûr qu'elle soit entendue. Et avec qui vont-ils développer ce qui ressemble étrangement au programme du SCAF ?

Pas de discours sur la souveraineté / indépendance vis à vis des USA (du moins rien relevé par la Libre) sauf pour l'informatique (crédibilité ?), pas plus de participation à la définition des programmes. Taranis n'est cité que par sa maquette.

Bof, bof, bof...

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, Boule75 a dit :

@Bat : merci.

Où il est question de fabrication additive, de réseau pluri-nodal, de fusion de capteurs hétérogènes, d'informatique et d'Eurofighter... très bien, très ; mais ça n'est pas super-spécifique quand même, mis à part le "réseau de cyber-défense Louvain Bruxelles" ! :coolc:
J'imagine qu'il donnent plus dans le concret dans les 3000 pages, mais le fond du raisonnement exposé ressemble passablement à une prière profane : "on n'est quand même pas mauvais, pourvu qu'ils aient besoin de nous !". Pas sûr qu'elle soit entendue. Et avec qui vont-ils développer ce qui ressemble étrangement au programme du SCAF ?

Pas de discours sur la souveraineté / indépendance vis à vis des USA (du moins rien relevé par la Libre) sauf pour l'informatique (crédibilité ?), pas plus de participation à la définition des programmes. Taranis n'est cité que par sa maquette.

Bof, bof, bof...

 

Toi tu crois que c'est un appel du pied à la France et l'Allemagne ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, herciv a dit :

 

déclaration de Merkel face à Macron aujuurd'hui : 

«Le temps où l'on pouvait tout simplement compter sur les États-Unis pour nous protéger est révolu», a estimé Angela Merkel, appelant les pays d’Europe à «prendre leur destin en main».

Il est temps que les allemands jouent l Europe.... pour l industrie mais également pour leur armée !

Reste à voir la position des ex pays du pacte de Varsovie!

En attendant bonne nouvelle pour le futur avion européen je pense :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, 2020 a dit :

Reste à voir la position des ex pays du pacte de Varsovie!

Trainer les pieds et attendre patiemment la fin du mandat du POTUS, tout simplement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 47 minutes, DEFA550 a dit :

Trainer les pieds et attendre patiemment la fin du mandat du POTUS, tout simplement.

Et exiger des bakchich des fabricants d'armes US pendant ce temps là : c'est un modèle économique complet !
Mais c'est quand même hasardeux : 8 ans après Bush Jr., revoilà Bolton derrière Trump, et qui sait quoi ensuite ? On verra après les élections de mi-mandat, mais la démocratie US est très malade, depuis un certain temps maintenant.

il y a une heure, herciv a dit :

Toi tu crois que c'est un appel du pied à la France et l'Allemagne ?

Éventuellement, mais je crois surtout qu'ils sont complètement aux fraises : sans même compter le passif, BAE est beaucoup trop implantée aux USA et dépendante de leur bon vouloir pour qu'on puisse accepter qu'ils disposent de quelque part bloquante que ce soit dans les travaux du SCAF. Tant qu'il  ne sont pas souverains, ils représentent un risque. Quant au RU ils viennent de passer de l'opposition systématique sabotante à tout avancée en matière de défense via l'UE à une posture ambigüe, et sous auto-contrainte seulement : il va falloir un peu de temps avant qu'un rapprochement éventuel ne puisse être seulement envisagé, pour l'instant l'opinion des décideurs UK est toujours sous une combinaison entre bière tiède abondante;  LSD et anti-dépresseurs, et ça n'est pas joli-joli.

Les réacteurs c'est Rolls-Royce.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, Boule75 a dit :

Quant au RU ils viennent de passer de l'opposition systématique sabotante à tout avancée en matière de défense via l'UE à une posture ambigüe, et sous auto-contrainte seulement : il va falloir un peu de temps avant qu'un rapprochement éventuel ne puisse être seulement envisagé

Sur la partie en gras on peut dire pareil de l'Allemagne tu sais.
Sans le Brexit les allemands seraient allés voir les anglais pour leur futur projet. Même en se persuadant qu'ils ont compris que s'allier avec les français était plus pertinent, on sait tous qu'au fond le tropisme idéologique aurait été plus fort.

Edited by Patrick

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Patrick a dit :

Sur la partie en gras on peut dire pareil de l'Allemagne tu sais.
Sans le Brexit les allemands seraient allés voir les anglais pour leur futur projet. Même en se persuadant qu'ils ont compris que s'allier avec les français était plus pertinent, on sait tous qu'au fond le tropisme idéologique aurait été plus fort.

Finalement le brexit et trump auront été bon pour la construction européenne. Bon il va falloir accélérer le rythme avant que les anglois ne fassent machine arrière.

Edited by herciv
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, Patrick a dit :

Sur la partie en gras on peut dire pareil de l'Allemagne tu sais.
Sans le Brexit les allemands seraient allés voir les anglais pour leur futur projet. Même en se persuadant qu'ils ont compris que s'allier avec les français était plus pertinent, on sait tous qu'au fond le tropisme idéologique aurait été plus fort.

Tu m'aurais dit les néerlandais, d'accord, mais pour les allemands, n'exagères-tu pas un peu quand même ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Bat a dit :

La réponse dans la presse ce matin:

 

  Révéler le texte masqué

 

1 - Développement de l’Eurofighter

“Nous proposons que la Belgique fasse partie du programme Eurofighter”, dit-on clairement chez BAE Systems. Initialement conçu comme intercepteur, le Typhoon accroît progressivement sa polyvalence en intégrant de nouveaux équipements et armements. “Chacune des quatre nations partenaires investissent en moyenne 350 millions d’euros dans le développement de l’appareil”, selon Anthony Gregory. Et le partenariat s’étend à la Royal Air Force pour la formation, l’entraînement, la maintenance réparation, la chaîne d’approvisionnement, la gestion de flotte. Jusqu’à quel point peut aller cette intégration de la Belgique au développement de l’Eurofighter ? “Nous offrons l’accès à toutes nos données software, y compris les plus spécialisées.”

2 - Participation aux programmes futurs

“Il y aura toujours plus d’Eurofigther que de F-35 dans les pays voisins de la Belgique”, lance Anthony “Foxy” Gregory, ancien pilote de chasse à la RAF et qui en a conservé toute la combativité. “Si on a le plus grand programme collaboratif en Europe, et que l’on continue d’investir, c’est, d’un point de vue militaire et industriel, le pont logique avec le système de future génération.”

Sur le site industriel historique de Preston, sur la côte nord-ouest de l’Angleterre, où furent assemblés les Gloster Meteor, premier chasseur à réaction de la Force aérienne belge, la Multi System Integration Facility est un lieu à accès restreint, secret défense. On y développe notamment l’ergonomie du cockpit, totalement modulable via la réalité augmentée. Le pilote embarqué organise son environnement et l’utilise via des gants sensibles, les mouvements de la tête et des yeux. Le casque devient ainsi une extension du cerveau humain.

L’accent est aussi mis sur la fusion des données de vol et de combat, provenant de sources multiples – satellite, avions radar Awacs, navires, stations au sol, avions de chasse, drones, hélicoptères – pour donner une image claire et totalement partagée de la situation tactique. “Fusion, pas confusion”, dit-on chez BAE Systems. Enfin, le très secret “Hangar 31”, où l’on accède par trois sas successifs, expose l’état de la recherche en matière de vol autonome et furtif. Avec ses deux turbopropulseurs inversés, le drone Mantis ressemble d’ailleurs curieusement et furieusement à l’EuroMale présenté par Airbus au récent salon aéronautique de Berlin…

3 - Les centres de recherche et développement

Non loin de Preston, à Samlesbury, se dessine l’usine du futur selon BAE Systems. Le groupe britannique propose deux centres de recherche à la Belgique. En Flandre, le centre R&D serait axé sur la fabrication additive, grâce à laquelle des éléments jadis composés de plusieurs pièces sont faits en une pièce, beaucoup plus légère. Le centre wallon serait orienté vers les processus de fabrication et les matériaux avancés, capables d’assurer plusieurs fonctions.

Directeur de fabrication chez BAE Systems, David Holmes estime qu’en associant universités et bureaux d’études, il s’agit “clairement de développer la plateforme aéronautique militaire de nouvelle génération, et de préparer l’industrie belge à la prochaine génération d’avions commerciaux, des capacités utilisables ensuite par tous les secteurs industriels.” Avec lui, on serait entre de bonnes mains : “Les principes de conception et de fabrication inventés ici pour l’Eurofighter ont été adoptés par Lockheed Matin pour le F-35”, lance David Holmes.

4 - Centres de cybersécurité

Au cœur de Londres, dans le flambant neuf bâtiment BlueFin, près du London Bridge, s’élabore la sécurité informatique de demain. BAE Systems propose toute une infrastructure, partagée entre Bruxelles et Louvain, pour constituer un National Network Cyber Center. En construisant une cyberdéfense pour les organismes gouvernementaux, les intérêts vitaux et les industries du pays, BAE Systems entend “faire de la Belgique un État souverain” en une matière dont les enjeux sont fondamentaux.

5 - Et le Brexit dans tout ça ?

Préparer la Belgique au système de combat européen, lancé par Emmanuel Macron et Angela Merkel, c’est très bien, mais le Royaume-Uni, en plein Brexit, n’y est pas invité. Aucune crainte de ce côté-là de la Manche : “Il y a une longue route à faire, et les choses vont converger vers une coopération européenne plus large”, estime Anthony Gregory. “Notre degré de technologie est tellement élevé que ls Français et les Allemands ne pourront pas se passer”, assène Martin Rowe-Willcocks, devant le drone autonome Taranis, au cœur de l’ultrasecret Hangar 31.

 

Source: http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/eurofighter-veut-faire-monter-la-belgique-dans-l-avion-du-futur-5-points-avant-l-embarquement-5af433f0cd70c60ea6e96f84

Les anglais veulent faire monter les belges dans un programme incertain qui semble être freiné par ces même anglais ?

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,380
    Total Members
    1,178
    Most Online
    Charly.
    Newest Member
    Charly.
    Joined
  • Forum Statistics

    20,633
    Total Topics
    1,231,402
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries