Recommended Posts

Il y a 2 heures, Tancrède a dit :

c'était prévu comme ça depuis bien longtemps AVANT qu'il ne la quitte. 

Elle n'a pas quitté Schröder. Elle a trompé son mari avec Schröder, et le mari n'est pas content. L'adultère était puni pénalement en Corée jusqu'en 2015, ce qui explique le stigmate moral qui pèse sur l'affaire, bien que la liaison ait officiellement débuté en 2016.

Il y a 2 heures, Tancrède a dit :

C'est voulu, mentionner Schröder dans un post sur Nordstream?

En partie oui, c'est lié avec Nord Stream, et puis après avoir assommé mon lecteur avec un post long comme ça sur la géopolitique du gaz, je voulais me faire pardonner avec un sujet plus people et plus léger.

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Wallaby said:

Elle n'a pas quitté Schröder. Elle a trompé son mari avec Schröder, et le mari n'est pas content. L'adultère était puni pénalement en Corée jusqu'en 2015, ce qui explique le stigmate moral qui pèse sur l'affaire, bien que la liaison ait officiellement débuté en 2016.

En l'occurrence, dans ma phrase, "la" faisait référence à la chancellerie, évoquée juste avant :laugh:.... Rien à voir avec sa bourgeoise. 

  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://nationalinterest.org/feature/misplaced-fears-over-nord-stream-2-25661 (2 mai 2018)

L'idée que Nord Stream 2 signifiera la perte de tous les frais de transit pour l'Ukraine est manifestement fausse. En 2017, les acheteurs européens ont importé plus de 170 milliards de m3 de gaz en provenance de Russie, dont 93 milliards de m3 via l'Ukraine, 30 milliards de m3 via la Pologne et 51 milliards de m3 via Nord Stream 1. Le Nord Stream 2, d'une capacité maximale de 55 milliards de m3, ne peut évidemment pas remplacer 123 milliards de m3 transportés à travers l'Ukraine et la Pologne, surtout si l'on prévoit une augmentation de la demande. L'Europe continuera d'avoir besoin de gaz par la voie d'approvisionnement ukrainienne. En outre, l'Allemagne et l'UE se sont engagées à garantir la place de l'Ukraine en tant que partenaire gazier européen. Mais placer tous les œufs proverbiaux dans le panier du transit ukrainien est plus que téméraire - en plus de ne pas avoir une capacité suffisante pour répondre aux besoins européens, l'âge du système ukrainien et le manque d'investissement de Naftogaz dans l'infrastructure fournissent le contraire de la "sécurité énergétique".

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.zeit.de/gesellschaft/zeitgeschehen/2018-05/trier-200-geburtstag-karl-marx-statue-enthuellung (5 mai 2018)

La statue de Karl Marx offerte par la Chine a été inaugurée à Trèves. Il y avait notamment Malu Dreyer, ministre-présidente de la région SPD, et Andrea Nahles, la présidente du SPD. Côté chinois : le vice-ministre du bureau d'information du conseil de l'Etat, et l'ambassadeur. Cette inauguration a été critiquée par le Pen Club Deutschland, des politiciens AfD, l'ancien président tchèque Vaclav Klaus, par la fédération des victimes du communisme, et par des conseillers municipaux Verts et FDP.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.ecfr.eu/publications/summary/vfc_the_view_from_the_capitals_trumps_withdrawal_from_the_iran_deal (11 mai 2018)

L'industrie allemande, notamment la construction de machines, l'aviation et les services financiers, réclame déjà un soutien ou une compensation de la part du gouvernement. Mais il est clair pour les chefs d'entreprise et les décideurs politiques que l'argent public ne compensera pas les 170 milliards d'euros de commerce allemand avec les États-Unis afin de conserver 3 milliards d'euros de commerce avec l'Iran.

  • Thanks 1
  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.spiegel.de/international/europe/iran-crisis-trump-drives-wedge-between-germany-and-france-a-1208528.html (18 mai 2018)

Pourquoi la France et l'Allemagne ne sont pas sur la même page sur l'Iran :

- le contentieux commercial sur les exportations allemandes aux Etats-Unis, notamment l'affaire de l'acier et de l'aluminium a la priorité pour Berlin. L'affaire de l'Iran ne doit pas gâcher un dénouement heureux à la crise commerciale germano-américaine.

- les entreprises allemandes qui font du commerce en Iran sont des PME qui ne travaillent pas aux USA et qui peuvent risquer les sanctions. Les entreprises françaises sont des géants (Peugeot, Total) qui ne peuvent se le permettre.

- Les Allemands sont des atlantistes :

Pour une personne aussi engagée dans les relations transatlantiques qu'Altmaier, l'idée d'une alliance avec la Russie et la Chine contre les Etats-Unis est un scénario cauchemardesque. Cela est d'autant plus compliqué par le fait que l'alliance ne serait pas seulement contre les États-Unis, mais aussi contre Israël. Des sources au sein de la Chancellerie admettent ouvertement qu'il y a une composante israélienne lorsqu'il s'agit de l'approche du gouvernement allemand à l'égard de l'Iran.

 

Edited by Wallaby
  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.faz.net/aktuell/wirtschaft/eurokrise/oekonomen-aufruf-euro-darf-nicht-in-haftungsunion-fuehren-15600325.html (21 mai 2018)

Nous - 154 professeurs d'économie - mettons en garde contre la poursuite du développement de l'union monétaire et bancaire européenne en une union de responsabilité. Les propositions du président français Macron et du président de la Commission européenne Juncker mentionnées dans l'accord de coalition de Berlin comportent des risques élevés pour les citoyens européens.

1) Si le mécanisme européen de stabilité (MES) est utilisé comme prévu comme filet de sécurité pour la réassurance des banques, les banques et les autorités de surveillance seront moins incitées à apurer les prêts douteux. Cela se fait au détriment de la croissance et de la stabilité financière.

2) Si le MES est incorporée dans le droit communautaire en tant que Fonds monétaire européen (FME) comme prévu, il sera sous l'influence de pays qui n'appartiennent pas à la zone euro. Étant donné que les pays individuels perdent le droit de veto dans les décisions urgentes du FME, les pays créanciers pourraient être écartés. Par exemple, le Bundestag allemand perdrait son droit de contrôle.

3) Si la garantie des dépôts bancaires est communautarisée comme prévu, les coûts des erreurs commises par les banques et les gouvernements dans le passé seront également socialisés.

4) Le Fonds européen d'investissement prévu pour la stabilisation macroéconomique et le Fonds prévu pour soutenir les réformes structurelles devraient conduire à de nouveaux transferts et prêts aux pays de la zone euro qui n'ont pas pris les mesures de réforme nécessaires dans le passé. Ce serait une erreur de récompenser l'inconduite. Grâce au système de paiement interbancaire Target2, l'Allemagne a déjà accepté des engagements de plus de 900 milliards d'euros de la Banque centrale européenne (BCE), qui ne portent pas intérêt et ne doivent pas être remboursés.

5) Un ministre européen des finances doté d'une capacité fiscale en tant qu'interlocuteur de la BCE contribuerait à renforcer la politisation de la politique monétaire. Les très importants achats d'obligations de la Banque centrale européenne (2550 milliards d'euros d'ici septembre 2018) constituent déjà un financement public par l'intermédiaire de la banque centrale.

Le principe de responsabilité est une pierre angulaire de l'économie sociale de marché. L'union de responsabilité sape la croissance et met en péril la prospérité dans toute l'Europe. Cela se traduit déjà par une baisse des salaires pour un nombre croissant de personnes, principalement des jeunes. Nous demandons donc au gouvernement fédéral de revenir aux principes de base de l'économie sociale de marché.

Les réformes structurelles doivent être promues au lieu de créer de nouvelles lignes de crédit et des incitations à l'inconduite économique. Le traitement privilégié des obligations d'État dans le provisionnement du risque bancaire devrait être aboli. La zone euro a besoin d'une procédure d'insolvabilité ordonnée pour les États et d'une procédure de retrait ordonnée. L'union du marché des capitaux devrait être complétée - également parce que les mouvements internationaux de capitaux compensent les chocs asymétriques. Au sein de la BCE, la responsabilité et les droits de vote devraient être combinés. Les soldes cibles doivent être payés régulièrement. L'achat d'obligations d'État devrait prendre fin rapidement.

Edited by Wallaby
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Wallaby a dit :

http://www.faz.net/aktuell/wirtschaft/eurokrise/oekonomen-aufruf-euro-darf-nicht-in-haftungsunion-fuehren-15600325.html (21 mai 2018)

Nous - 154 professeurs d'économie - mettons en garde contre la poursuite du développement de l'union monétaire et bancaire européenne en une union de responsabilité. Les propositions du président français Macron et du président de la Commission européenne Juncker mentionnées dans l'accord de coalition de Berlin comportent des risques élevés pour les citoyens européens.

Même si ces 154 ne seront pas nécessairement suivis jusque dans leurs moindres recommandations - il y aura un filtrage politique tout de même, l'un ou l'autre os sera laissé à Emmanuel Macron afin qu'il puisse le ronger - ils représentent bien le fond de l'attitude et de l'argumentaire allemand au sujet de la moindre réforme de la gestion de l'euro qui aurait pour effet d'établir une quelconque solidarité financière, même indirecte, entre pays membres.

C'est bien eux qui l'emporteront. A vrai dire ils l'ont déjà emporté.

Au demeurant, leur attitude est juste et saine. Pour les pays qui ne participent pas à une union monétaire. :happy:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Alexis a dit :

C'est bien eux qui l'emporteront. A vrai dire ils l'ont déjà emporté.

Notre cinquième colonne est à l’œuvre: quand on voit les dégâts que font les Verts (non pas les islamistes, les écolos) dans leurs industries...

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans l'autre sens, il y a aussi la tribune suivante, signée par 14 économistes français et allemands :

https://www.telos-eu.com/fr/reconcilier-solidarite-et-discipline-de-marche-dan.html (17 janvier 2018)

Nous considérons que cette polarisation du débat entre solidarité (entre États membres) et responsabilité (au niveau de chacun d’entre eux) constitue une fausse alternative, et cela pour trois raisons. Premièrement, une architecture financière solide requiert des instruments à la fois pour prévenir les crises (par de bonnes incitations) et pour en atténuer les effets (lorsque malgré les précautions, une nouvelle crise survient). Deuxièmement, il est faux d’affirmer que tout mécanisme de solidarité entraînera inévitablement des comportements déviants de la part des États qui chercheront à tirer profit du système. Troisièmement, un tel mécanisme est en fait nécessaire si l’on veut s’appuyer davantage que par le passé sur la discipline de marché...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, Wallaby a dit :

Dans l'autre sens, il y a aussi la tribune suivante, signée par 14 économistes français et allemands :

https://www.telos-eu.com/fr/reconcilier-solidarite-et-discipline-de-marche-dan.html (17 janvier 2018)

Nous considérons que cette polarisation du débat entre solidarité (entre États membres) et responsabilité (au niveau de chacun d’entre eux) constitue une fausse alternative, et cela pour trois raisons. Premièrement, une architecture financière solide requiert des instruments à la fois pour prévenir les crises (par de bonnes incitations) et pour en atténuer les effets (lorsque malgré les précautions, une nouvelle crise survient). Deuxièmement, il est faux d’affirmer que tout mécanisme de solidarité entraînera inévitablement des comportements déviants de la part des États qui chercheront à tirer profit du système. Troisièmement, un tel mécanisme est en fait nécessaire si l’on veut s’appuyer davantage que par le passé sur la discipline de marché...

Il fallait s'y attendre

Je note quand même que c'est plutôt une initiative française dans ce cas, ce qui a une teneur différente qu'une contre tribune allemande. Quant a Telos, il faut voir ce qu'est ce think-tank ("Agence intellectuelle"), ses orientations de construction Européenne, et ses membres. Je ne suis pas certain que le "manifeste" des 154 professeurs soit l’émanation d'une structure aussi partisane.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.osw.waw.pl/en/publikacje/analyses/2018-05-23/germanys-defence-budget-more-rhetoric-money (23 mai 2018)

Le budget de la défense allemand représentera 1,3 % du PIB du pays en 2019, mais ce pourcentage tombera à 1,2 % en 2022, malgré une légère augmentation nominale du financement, en raison de la croissance économique prévue en Allemagne.

Les plans du gouvernement allemand pour le financement de la Bundeswehr au cours des quatre prochaines années sont loin derrière les engagements politiques que Berlin a pris au sommet de l'OTAN au Pays de Galles en 2014. Ils avaient précisé une augmentation du budget de la défense à 2 % d'ici 2024.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

En Allemagne, Angela Merkel embarrassée par un scandale de cartes de séjour

C’est la première affaire embarrassante pour Angela Merkel depuis l’entrée en fonctions de son nouveau gouvernement, (...). Révélée mi-avril, elle concerne l’Office fédéral des migrations et des réfugiés (BAMF), dont l’antenne régionale de Brême aurait accordé l’asile de façon indue à plus de 1 200 personnes entre 2013 et 2016.

Après l’ouverture d’une enquête (...) le Bundestag s’est à son tour saisi du dossier, mardi 29 mai, en auditionnant le ministre fédéral de l’intérieur, le conservateur bavarois Horst Seehofer (CSU), dont dépend administrativement le BAMF. Jusque-là, l’affaire n’était que judiciaire. Désormais, elle est également politique.

Pour l’heure, les enquêteurs s’intéressent principalement à quelques personnes : l’ancienne responsable de l’antenne brêmoise du BAMF, trois avocats ainsi qu’un interprète. Le rôle de chacun est encore peu clair, mais la justice les soupçonne d’avoir délibérément bâclé certaines procédures de vérification d’identité pour permettre à environ 1 200 étrangers, irakiens et syriens en majorité, d’obtenir le statut de réfugié. (...)

Qui savait quoi et depuis quand ? Le BAMF a-t-il couvert, volontairement ou par négligence, son antenne brêmoise ? Des cas semblables ont-ils existé ailleurs ? Sans surprise, le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) a déjà réclamé la création d’une commission d’enquête parlementaire. Principale force d’opposition au Bundestag, l’AfD veut ainsi profiter de l’occasion pour faire le procès de la politique migratoire d’Angela Merkel. (...)

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/05/30/en-allemagne-angela-merkel-embarrassee-par-un-scandale-de-cartes-de-sejour_5306891_3214.html 

Stratégiquement, c'est surement moins grave que le sous-investissement chronique de Berlin dans son outil de défense, mais politiquement c'est une autre paire de manche. Cela toucher à la seule plus importante décision politique prise par la chancelière depuis le début de son premier mandat : l'accueil d'un million de réfugiés. L'AFD joue sur du velours en insistant lourdement sur ce point et peut déjà envisager de capitaliser sur ce point lors des élections régionales d'octobre prochain.

Pas de quoi rassurer la CSU bavaroise qui craint de voir son emprise sur la Bavière remise en cause. Il y a un mois, ils entendaient déjà imposer un crucifix dans toutes les mairies et administrations du Land ( À partir du 1er juin, l'emblème chrétien devra se trouver à l'entrée des bâtiments publics. Une décision très politique du ministre-président de Bavière.   http://www.lepoint.fr/europe/allemagne-en-baviere-le-crucifix-fait-polemique-02-05-2018-2215080_2626.php ) On peut se demander qu'est-ce qu'ils vont inventer: une séance publique de prière avant chaque vote?  :ph34r:

Edited by Desty-N
  • Thanks 1
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

(...) Le président américain Donald Trump a dit en avril à son homologue français Emmanuel Macron qu'il interdirait les voitures de luxe allemandes aux Etats-Unis, écrit le Wirtschatswoche jeudi, citant plusieurs diplomates américains et européens. (...)

Les constructeurs allemands contrôlent 90% du segment haut de gamme aux États-Unis (...)

Au sein de l'Union européenne (UE), l'Allemagne est le premier exportateur automobile vers les États-Unis.

Les importations de voitures de tourisme européennes par les États-Unis ont représenté 6,2 milliards d'euros en 2017, (...)

Les constructeurs allemands ont monté 804.000 automobiles aux États-Unis l'an passé et en ont exporté encore 657.000 vers l'Amérique du Nord à partir de l'Allemagne (...)

Berlin n'apprécie guère que Washington ait ouvert cette enquête, susceptible de déboucher sur des droits de douane pouvant atteindre 25%, en invoquant, tout comme pour les droits de douane imposés sur l'acier et l'aluminium, le même motif de sécurité nationale.

Une telle décision se traduirait pour la voiture haut de gamme allemande par une charge de 4,5 milliards d'euros (...)

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/trump-veut-interdire-les-voitures-de-luxe-allemandes-aux-etats-unis-780259.html 

C'est clair que si "Berlin n'apprécie guère", ça va faire changer Trump d'avis. :dry:

Plus sérieusement, je suis d'accord avec Alexis : Washington ne raisonne plus qu'en terme de rapport de force. Face à une nation qui cède à leurs exigences même totalement impudentes, ils n'ont aucune raison d'aller de plus en plus loin. Et vu la taille de l'excédent budgétaire allemand vis-à- vis des USA, je ne vois aucune raison pour laquelle Trump se calmerait. Bref, pour citer Churchill : "Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre." (Oui, je connais le contexte dans lequel il a prononcé cette phrase)

Mais bon, Angela Merkel/ Conscience de l'Europe a préféré utiliser son capital politique pour accueillir un million d'immigrés, tordre le bras à la CDU /CSU sur le sujet, faire la leçon aux autres pays d'Europe sur leur manque de compassion et aider l'AFD à devenir la troisième force politique d'Allemagne.…

Si Berlin se conforme aux exigences Washington, la seule question qui se pose c'est la nature de la prochaine réclamation de Trump. Je parierais bien sur les hydrocarbures:

Citation

(...) Grâce aux nouvelles techniques d'exploitation des bassins de schiste, en particulier (...) dans le nord-est du pays, les États-Unis sont depuis 2009 le premier producteur de gaz naturel au monde. (...)

Résultat: les États-Unis devraient, (...), devenir le 3ème exportateur mondial de GNL en 2020, derrière l'Australie et le Qatar et devant la Malaisie (...)

Donald Trump encourage cet essor. (...)

Selon certains (...), la décision du président américain de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien, qui pourrait empêcher Téhéran d'exploiter (...) ses (...) réserves de gaz, ou ses (...) critiques à l'encontre du gazoduc Nord Stream 2 visant à relier la Russie à l'Allemagne, sont aussi une façon de dégager le terrain pour le gaz naturel américain. (...)
https://www.challenges.fr/economie/le-gaz-naturel-americain-pret-a-conquerir-le-monde_589199 

 Le point faible de cette théorie, c'est qu'elle attribue à Trump une capacité à raisonner sur le moyen terme :tongue:. Mais il écoute peut-être juste le lobby américain des producteurs de gaz. En tout cas les USA imposent et maintiennent des sanctions à la Russie et à l'Iran, qui s'avèrent comme les deux nations avec les plus grosses réserves de gaz au monde. 

La Chine a les moyens et la volonté de s'opposer. L'Europe a les moyens, mais pour qu'elle fasse preuve de volonté, il faudrait que l'Allemagne se réveille et commence par se coordonner avec la France. On en est loin . A ce rythme là, la chancelière risque de laisser une trace dans l'histoire plus faible que son prédécesseur qui, en deux mandats, s'est opposé frontalement aux États-Unis au sujet de la guerre d'Irak et a initié les « réformes Hartz » qui ont coïncidé avec  le  retour de la croissance en la RFA.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Desty-N a dit :

Face à une nation qui cède à leurs exigences même totalement impudentes

L'Allemagne est restée ferme sur sa volonté de construire le gazoduc Nord Stream 2. Washington n'a pas sanctionné les entreprises allemandes et russes qui construisent Nord Stream 2. Washington a cédé. Berlin a gagné... et n'a pas cédé.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, Wallaby a dit :

L'Allemagne est restée ferme sur sa volonté de construire le gazoduc Nord Stream 2. Washington n'a pas sanctionné les entreprises allemandes et russes qui construisent Nord Stream 2. Washington a cédé. Berlin a gagné... et n'a pas cédé.

Pourvu que ça dure (et que la RFA  se prépare à une possible escalade). Parce que je crains qu'on en soit qu'aux excarmouches :

Citation

Trump au bord de la guerre commerciale avec l'Europe. L'Union européenne est prête à riposter. (...)

Si l'Europe ne souhaite pas l'escalade, elle introduira néanmoins dans un règlement rénové la possi-bilité de représailles directes contre les inté-rêts américains en Europe. Si une entreprise européenne est victime de sanctions aux États-Unis, les entreprises américaines de la filière concernée ou ses con-currentes directes pourraient se voir pareillement sanctionnées sur le territoire de l'UE." (…)

https://www.lepoint.fr/tiny/1-2222947

Depuis quelques semaines, je m'attend à ce que Trump fasse flèche de tout bois. Ça ne m'étonnerait même plus qu'il menace de quitter l'Otan et de retirer les troupes américaines des bases européennes :unsure:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, Desty-N a dit :

 

Depuis quelques semaines, je m'attend à ce que Trump fasse flèche de tout bois. Ça ne m'étonnerait même plus qu'il menace de quitter l'Otan et de retirer les troupes américaines des bases européennes :unsure:

chiche !:biggrin: si ça pouvait être vrai .....

  • Like 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Lezard-vert a dit :

chiche !:biggrin: si ça pouvait être vrai .....

C'est une discussion qui aurait plutôt sa place sur d'autres fils du forum. Pour essayer de rester dans le sujet, la France serait sans doute la moins mal équipée de l'UE pour faire face à cette hypothétique situation, mais je ne sais pas comment l'Allemagne ferait pour s'adapter. En tout cas, une chose est sure, ils seraient mal barrés pour le marché des sous-marins polonais. Sans l'Oncle Sam pour les épauler face à Vlad, les dirigeants polonais risquent de considérer comme vitale une possibilité de seconde frappe, à l'aide de missiles de croisière embarqués. Et en Europe, il semble que nous soyons les seuls à le proposer ... :combatc:

Mais bon, pour le moment, je pense  que Trump se contentera de brandir des menaces. En même temps, j'aurais dit la même chose voici un mois, concernant le traité sur le nucléaire iranien ... :wacko:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Desty-N a dit :

Pour essayer de rester dans le sujet, la France serait sans doute la moins mal équipée de l'UE pour faire face à cette hypothétique situation, mais je ne sais pas comment l'Allemagne ferait pour s'adapter.

C'est simple : l'Allemagne a déjà à sa tête une dame respectable et d'un certain âge.

Tout ce qu'il faut pour séduire le jeune et fringant Emmanuel.

 

=====> j'suis plus là !!! :tongue:

 

Citation

Mais bon, pour le moment, je pense  que Trump se contentera de brandir des menaces. En même temps, j'aurais dit la même chose voici un mois, concernant le traité sur le nucléaire iranien ... :wacko:

Pareil. Et je crois que l'exemple iranien ne prouve rien : Trump a toujours dit que le JCPOA était« désastreux » alors que concernant l'OTAN il n'a jamais fait que critiquer les dépenses militaires trop faibles en Europe, pas le principe même de l'alliance transatlantique.

Edited by Alexis

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quote

Merkel mise en cause dans un scandale sur les migrants en Allemagne

Angela Merkel et son gouvernement ont été mis en cause dimanche dans un vaste scandale qui secoue depuis des semaines l'office chargé de gérer les centaines de milliers de migrants arrivés en Allemagne depuis 2015.

"L'échec se situe dans l'inaction (du gouvernement) dès lors que les défis auxquels l'Allemagne allait être confrontée avec l'arrivée des réfugiés étaient clairs", a déclaré l'ancien président de l'Office national des migrants et réfugiés (Bamf), Frank-Jürgen Weise, à l'hebdomadaire Der Spiegel.

"La crise aurait pu être évitée", a-t-il ajouté. Il a indiqué avoir personnellement informé Angela Merkel à deux reprises des problèmes en 2017, sans que des mesures soient prises.

Un rapport confidentiel établi par ses soins, dans lequel il s'en prend durement au gouvernement, a également fuité dans les médias.

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement de la chancelière Angela Merkel est sous pression, à la suite de la découverte d'une affaire de corruption présumée dans une des antennes à Brême du Bamf, un organisme dépendant du ministère de l'Intérieur.

La responsable de l'antenne, des avocats et interprètes ont été mis en examen pour corruption notamment.

L'antenne est accusée d'avoir validé au moins 1.200 demandes d'asile par des migrants, en échange de divers avantages. Sa responsable conteste les accusations et affirme qu'elle était juste débordée.

Depuis, le gouvernement vérifie plusieurs milliers d'autres dossiers, pour voir si le scandale n'est pas plus étendu.

Il doit surtout se défendre d'accusations d'avoir au mieux ignoré des mises en garde en interne sur les malversations et problèmes qui étaient en cours, voire de les avoir étouffés.

Le partenaire social-démocrate de la coalition gouvernementale d'Angela Merkel demande désormais des "explications" à la chancelière.

"C'est tout simplement un échec de la chancelière", a dénoncé dimanche un des dirigeants sociaux-démocrates, Ralf Stegner, au quotidien Tagesspiegel.

"On ne peut pas dire aux gens +On va y arriver+ (le slogan de Merkel lors de l'arrivée des migrants en 2015, ndlr) et ensuite rester les bras croisés quand l'organisme chargé du dossier échoue faute de moyens", a-t-il ajouté.



(©AFP / 03 juin 2018 15h47)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.questionchine.net/sous-la-tempete-trump-les-illusions-chinoises-de-la-chanceliere (2 juin 2018)

Bien que les fusions acquisitions chinoises en Allemagne aient baissé de 21% en 2017, les investissements chinois en Allemagne ont battu un nouveau record en cette même année 2017.

La plus grosse opération en 2017 ayant été la vente pour la somme de 6,7 Mds de $ au holding financier du milliardaire hongkongais Li Kashing, d’ISTA International (détecteurs de fumée, équipements de mesures et « compteurs connecté intelligents » des réseaux de distribution d’énergie, gestion des installations de chauffage) multinationale de Mannheim employant 5400 agents et ayant engrangé 850 million d’€ de revenus en 2017.

L’article du Handelsblatt arrivait au milieu d’une controverse politique sur les offres d’achat renouvelées en mars et à la fin mai 2018 de 20% des parts de l’opérateur d’électricité 50Hertz par le géant China Grid déjà investi au Portugal, en Italie et en Grèce.

Au même moment, le ministre de l’économie qui venait d’autoriser après audit la reprise pour 118 millions de $ de 75% du capital de l’équipementier aéronautique COTESA par Advanced Technology & Materials (AT&M) 安泰 科技, envisageait de bloquer un investissement chinois dans le groupe LEIFELD utilisant des techniques de mise en forme de matériaux en titane pour fabriquer des équipements spécialisés (conteneurs spéciaux, réservoirs d’hydrogène, boîtiers de turbines d’éoliennes, séparateurs).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Couple franco-allemand :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/05/27/20002-20180527ARTFIG00108-la-zone-euro-est-trop-petite-pour-l-economie-allemande-en-pleine-forme.php (27 mai 2018)

«Pour la seconde année consécutive, la République populaire de Chine est le premier partenaire commercial (de notre économie).» Les Pays-Bas arrivent au deuxième rang, puis les États-Unis en troisième, et la France quatrième, alors qu'elle était encore seconde en 2016, nous précise-t-on.

Et Destatis ne peut s'empêcher de rappeler, en termes très sobres comme il convient à des statisticiens, ce constat tout simple: «De 1975 à 2014, la France a été le plus important partenaire commercial de l'Allemagne.» Le monde d'autrefois… quand le couple allemand était le moteur de l'Europe, car les deux pays étaient l'un pour l'autre ...

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://fr.express.live/2018/06/01/le-magazine-wirtschaftswoche-trump-dit-quil-allait-chasser-les-constructeurs-de-voitures (1er juin 2018)

Donald Trump aurait dit à Macron qu'il allait : “chasser les constructeurs automobiles allemands jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de Mercedes Benz sur la 5e Avenue de New-York”

Edited by Wallaby
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,510
    Total Members
    1,550
    Most Online
    zorkhoff
    Newest Member
    zorkhoff
    Joined
  • Forum Statistics

    20,895
    Total Topics
    1,317,582
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries