Recommended Posts

La crainte est plutôt pour l'Ukraine, dont l'une des rares sources de fonds en ce moment est le droit de transit du gaz russe passant sur son territoire. Une bonne partie de l'objection contre NS2 est que ça va permettre à la Russie d'affaiblir encore plus l'Ukraine.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, Kelkin a dit :

La crainte est plutôt pour l'Ukraine, dont l'une des rares sources de fonds en ce moment est le droit de transit du gaz russe passant sur son territoire. Une bonne partie de l'objection contre NS2 est que ça va permettre à la Russie d'affaiblir encore plus l'Ukraine.

Ce qui semble particulièrement affaiblir l'Ukraine dans ce dossier est la corruption endémique du pays qui fait qu'une bonne partie de cette rente de passage s'évapore en détournements d'argent. L'Ukraine s'affaiblit avant tout toute seule.

Edited by Chronos
  • Like 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait, contrairement aux craintes de certains Occidentaux, la Russie n'a aucun intérêt à intervenir pour précipiter la chute du pays. En revanche, elle a tout intérêt à faire en sorte que l'est russophone s'effondre en dernier. Histoire de montrer à une opinion lasse et qui va en arriver à voter pour un comique (aussi corrompu que les autres, sans doute) que "bon d'accord, on est des méchants... mais finalement, ça va à peu près chez nous".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Kelkin a dit :

La crainte est plutôt pour l'Ukraine, dont l'une des rares sources de fonds en ce moment est le droit de transit du gaz russe passant sur son territoire. Une bonne partie de l'objection contre NS2 est que ça va permettre à la Russie d'affaiblir encore plus l'Ukraine.

Il me semble que les arguments suivants répondent assez bien à cette question : avec l'arrêt du nucléaire et du charbon, on est dans une phase d'augmentation de la demande en gaz :

Le 03/05/2018 à 14:04, Wallaby a dit :

http://nationalinterest.org/feature/misplaced-fears-over-nord-stream-2-25661 (2 mai 2018)

L'idée que Nord Stream 2 signifiera la perte de tous les frais de transit pour l'Ukraine est manifestement fausse. En 2017, les acheteurs européens ont importé plus de 170 milliards de m3 de gaz en provenance de Russie, dont 93 milliards de m3 via l'Ukraine, 30 milliards de m3 via la Pologne et 51 milliards de m3 via Nord Stream 1. Le Nord Stream 2, d'une capacité maximale de 55 milliards de m3, ne peut évidemment pas remplacer 123 milliards de m3 transportés à travers l'Ukraine et la Pologne, surtout si l'on prévoit une augmentation de la demande. L'Europe continuera d'avoir besoin de gaz par la voie d'approvisionnement ukrainienne. En outre, l'Allemagne et l'UE se sont engagées à garantir la place de l'Ukraine en tant que partenaire gazier européen. Mais placer tous les œufs proverbiaux dans le panier du transit ukrainien est plus que téméraire - en plus de ne pas avoir une capacité suffisante pour répondre aux besoins européens, l'âge du système ukrainien et le manque d'investissement de Naftogaz dans l'infrastructure fournissent le contraire de la "sécurité énergétique".

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je rappelle qu'il y a pas si longtemps l'ÛK avait son énergie à un prix préférentiel, qu'ils ne payaient pas leurs facture (plus de 5 mia) et qu'ils piquaient le gaz en transit lorsque les russes refusaient de leur livrer du supplément.

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 08/02/2019 à 13:29, Desty-N a dit :

(...), au risque de me répéter, la RFA quoique pays le plus important de l'UE, ne peut pas tout décider toute seul. En diplomatie, on essaye d'aboutir à des compromis, qui reflètent avant tout le rapport de force. Si globalement, face à Paris, ce dernier s'avère en faveur de Berlin, il ne faut pas non plus le voir de manière binaire. Dans nombre de cas, le soutien de la France peut s'avérer nécessaire voire indispensable. Si l'Allemagne se lance dans une escalade de rétorsions, elle risque de finir par le regretter. Il y aura surement d'autres directives européennes où la décision tricolore s'avèrera importante.
 Non ça ne correspondra pas toujours avec l’intérêt exclusif de la France, en tout cas à court terme. Mais comme on dit, on quitte l'adolescence pour devenir adulte quand on apprend à gérer ses frustrations. Cela ne veut pas dire qu'il faut tout accepter, juste que le souverainisme ça ne se résume pas à trépigner en hurlant "oui, mais je veux !!" Certains de nos voisins (tousse-Italie/ Angleterre -tousse) semblent s'y adonner assez souvent en ce moment, avec les brillants résultats qu'on peut observer :rolleyes:
Accessoirement avec la départ de la Grande-Bretagne, le rapport de force change. Je crois que Bismarck Kissinger disait que dans un jeu à trois, il faut être l'un des deux. L'habileté de la diplomatie de Londres consistait parfois à offrir à Paris ou Berlin une alternative. C'en est fini, désormais. (...)

Voici un exemple qui, à mon avis, illustre bien la situation: 

Citation

Le ministre Peter Altmaier propose, avec Bruno Le Maire, d'adapter le droit de la concurrence européen. Après avoir bloqué cette réforme depuis 2013... (...)
Dans une tribune conjointe publiée dans Le Monde, ce proche de la chancelière et son homologue français Bruno Le Maire affirment vouloir «  proposer une adaptation du droit européen de la concurrence  ». (...)
Un beau discours qui ne correspond pas, jusqu'ici, au comportement de l'Allemagne au sein de l'Union. (...) Dès mars 2012, la Commission a proposé un «  instrument de réciprocité  » s'agissant des marchés publics afin de faire prévaloir l'idée de «  juste échange  ». L'enjeu pour la Commission n'était pas de fermer les marchés publics européens aux entreprises extracommunautaires, mais de doter l'UE d'un levier pour ouvrir les marchés publics des pays tiers aux Européens.  (...)
Ce projet de règlement a été tout simplement recalé par le Conseil européen, ou plus exactement par un groupe de quinze États au sein du Conseil européen dont l'Allemagne, le Royaume-Uni et leurs alliés libéraux du Nord, considérant que cet instrument était «  trop protectionniste  » (...)
Par Emmanuel Berretta https://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/face-a-la-chine-le-double-langage-de-l-allemagne-11-02-2019-2292528_1897.php

L'article évoque le traumatisme du rachat d'une société allemande par les chinois, Mais je persiste à croire que le Brexit entraîne un changement des équilibres au sein de l'UE. Berlin possède plus de capital politique que les autres, mais il ne s'agit pas d'une quantité illimitée. Mme Merkel va devoir choisir plus attentivement ses batailles...

Le 08/02/2019 à 14:47, Alexis a dit :

Bien sûr. Mais cela n'a rien à voir avec le souverainisme :happy: !

 Lequel ne consiste pas à refuser les compromis, nécessité évidente de toute vie en société - y compris une société de nations - mais en ceci seulement de refuser que les décisions soient prises ailleurs que dans les institutions légitimes et démocratiques des nations, plutôt que dans des institutions non démocratiques ou par des lobbys internes ou externes.

C'est une vision tout à fait acceptable du souverainisme :smile:. Mais tu conviendras sans doute que comme beaucoup de doctrines, le souverainisme se prête à de multiple interprétations. Et que certains hommes politiques le comprennent comme le droit pour leur pays de faire ce qu'il veut, quand il veut, comme il veut. On le voit Outre-Manche, au delà des Alpes, ainsi que du coté de Brasilia et Washington. Bref la version gouvernementale de l'adolescent qui pique sa crise en hurlant "quand je serais grand, je ferai ce que je veux!!!" ... et qui s'aperçoit qu'à l'age adulte, il faut gagner sa vie et se débrouiller tout seul, ce qui l'amène à ne faire que ce qu'il peut.
Cela ne veut pas dire que cette version du souverainisme se trouve vouée à l'échec. Juste qu'à la volonté il faut ajouter une grosse dose d'habileté. Cela peut marcher (Churchill et De Gaule l'ont prouvé), mais il me parait absurde de croire qu'il existe une solution magique ne présentant que des avantages, que nos décideurs refuseraient d'envisager pour des raisons de lâcheté/ collusion /complot secret / étroitesse d'esprit, etc, etc...

Edited by Desty-N
  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Desty-N a dit :

Cela ne veut pas dire que cette version du souverainisme se trouve vouée à l'échec. Juste qu'à la volonté il faut ajouter une grosse dose d'habileté. Cela peut marcher (Churchill et De Gaule l'ont prouvé), mais il me parait absurde de croire qu'il existe une solution magique ne présentant que des avantages, que nos décideurs refuseraient d'envisager pour des raisons de lâcheté/ collusion /complot secret / étroitesse d'esprit, etc, etc...

Une solution magique, non. Un complot secret de nos élites, non.

Mais des décisions qui seraient très bonnes pour la collectivité peuvent être écartées par la partie centrale de nos gouvernants - le « cercle de la raison » - pour raison de manque d'imagination ou d'idéologie rigide à la limite de la pseudo religion.

C'est ainsi que des souverainistes peuvent analyser le refus de l'option de la sortie de l'UE pour la France. Et ce n'est pas le seul exemple.

Je m'arrête là, parce qu'on n'est pas censés discuter directement de politique ici :smile:

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Discours d'Angela Merkel et de Mike Pence à l’occasion de la Conférence internationale sur la sécurité s'étant tenue à Munich :

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/16/angela-merkel-fait-l-eloge-de-sa-methode-a-munich_5424461_3210.html

https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Conference-Munich-Angela-Merkel-contre-lunilateralisme-Donald-Trump-2019-02-17-1201003095

 

Après avoir lu le discours d'Angela Merkel dans son intégralité (je ne sais pas si celui-ci a déjà été traduit en français), j'avais comme l'impression d'une gigantesque mise en abyme : comment est-il possible qu'une chancelière ayant duré sur une période aussi longue - plus de 13 ans - puisse avoir un bilan aussi famélique sur le plan international ? sans parler du peu de résultats en matière européenne alors qu'elle jouissait de pas mal de leviers d'actions et notamment un PPE (dans lequel la CDU a une influence majeure) aux affaires depuis son intronisation en tant que chancelière.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 56 minutes, Kelkin a dit :

Forcément, ça ne laisse pas grand chose. Il n'y a guère que sur la question des réfugiés qu'elle a pris une décision affirmative, et ça lui a coûté très cher politiquement. Donc oui, le bilan Merkel est désastreux.

Il y a aussi la sortie du nucléaire, décidée dans la foulée de l'accident de Fukushima, là encore sans concertation ni réflexion préalable de fond et sans plan alternatif détaillé ni validé. Une réaction brutale à l'urgence perçue, un "On ne peut pas ne pas", appuyé d'un "Si, si, on PEUT le faire" ("Wir schaffen das") de principe.

L'une comme l'autre décision ayant des ramifications dangereuses, le nucléaire en matière de gaz à effet de serre et de coût de l'énergie, les migrants en masse en termes de finances, de criminalité, d'unité nationale ainsi qu'en termes de politique européenne. Cette deuxième décision en particulier a coûté vraiment cher à l'UE...

Soit Angela Merkel a trompé tout son monde et est en réalité une "taupe" souverainiste ayant toujours cherché à faire exploser le système, soit c'est bien une politicienne pro-UE... mais d'une incompétence effarante.

 

Edited by Alexis
  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Alexis a dit :

Soit Angela Merkel a trompé tout son monde et est en réalité une "taupe" souverainiste ayant toujours cherché à faire exploser le système, soit c'est bien une politicienne pro-UE... mais d'une incompétence effarante.

Je ne suis donc pas le seul à voir la main du Reichburger derrière le renouveau de la politique bismarkiste en Allemagne? :laugh:
Je plaisante bien sûr. Mais c'est vrai que c'est frappant.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.independent.co.uk/news/world/europe/jeremy-hunt-saudi-arabia-arms-sales-germany-yemen-war-crimes-nato-a8787866.html (20 février 2019)

Le ministre anglais Jeremy Hunt demande à l'Allemagne de lever l'embargo sur les ventes d'armes à l'Arabie Saoudite à cause "de l'impact sur l'industrie de défense britannique et européenne".

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec la candeur d'une jouvencelle!

Il n'a toujours pas compris le désormais brexiteur convaincu (en un ou deux mots, à vous de voir)?

Dire qu'ils auraient pu se rapprocher de la France... Mais non, ils ont préféré acheter des 8x8 Boxer, annuler l'UCAV furtif FCAS,  laisser-faire des crasses à la France autour des SCALP égyptiens...

Qu'ils mangent leurs dents et profitent de la dégustation, ça ne peut pas être pire que leur cuisine.

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/02/2019 à 23:16, Desty-N a dit :

Berlin possède plus de capital politique que les autres, mais il ne s'agit pas d'une quantité illimitée. Mme Merkel va devoir choisir plus attentivement ses batailles...

Avec la PAC, on tient peut-être la nouvelle bataille:

Révélation

Quand Emmanuel Macron affirme, samedi, au Salon de l'agriculture, que « la PAC est menacée de l'intérieur », il vise en vérité Angela Merkel. Une fois de plus, les Allemands n'ont pas les mêmes intérêts que les Français et sont tentés par une « renationalisation » des aides aux agriculteurs. « Elle n'est pas leur priorité », ajoute le président français. La défense vigoureuse de la PAC opérée par le président français est l'acte I d'un bras de fer qui va se jouer avec Berlin dans le contexte plus général de l'adoption d'un budget européen sous la contrainte du Brexit. (...)
« Il y a deux ans, sur une idée des Allemands, une simulation sur la base d'une renationalisation partielle des aides directes avait été opérée », indique-t-on à Bruxelles. Dans cette simulation, la PAC était financée à 70 % sous sa forme actuelle, par un budget européen, le reste revenait à la charge des États membres. La France n'était pas la plus touchée. Elle devait, dans ce cas, payer d'elle-même 90 millions d'euros par an sous la forme d'aides nationales. Mais pour l'Allemagne, le système était très avantageux, car cela allégeait sa facture « PAC » de… 9 milliards d'euros ! Ce schéma, en revanche, mettait les pays de l'Est et d'Europe centrale dans une situation terrible. (...) Tollé ! L'idée allemande a été enterrée par la France le 19 décembre 2017 (...). Mais Berlin n'abandonne jamais tout à fait la partie et Emmanuel Macron prend les devants en attaquant la renationalisation des aides dans son discours prononcé, hier, devant 500 jeunes agriculteurs venus des quatre coins de l'Europe (...)
Le président français désigne (...) un deuxième péril : l'extérieur. Il a évoqué notre dépendance aux importations d'engrais phosphatés russes mais surtout la dépendance de notre cheptel vis-à-vis du soja OGM américain. Aujourd'hui, 70 % du bétail dépend, pour sa nourriture, du soja de (...) Trump. (...)
Mais là encore, l'Europe se trouve prise dans un chantage où les intérêts allemands ont primé. Lorsque Donald Trump a commencé à menacer de surtaxer l'importation d'automobiles allemandes, Jean-Claude Juncker s'est rendu à Washington avec un mandat clair délivré par Angela Merkel : tout faire pour protéger l'industrie automobile allemande. Juncker s'est exécuté et, en échange, l'Union européenne s'est engagée à acheter… plus de soja américain. (...) Pour éviter d'être le jouet du locataire de la Maison-Blanche, Emmanuel Macron exhorte les États membres d'intégrer dans la future PAC un « plan protéines ambitieux » pour retrouver l'indépendance fourragère.  (...)
Emmanuel Macron s'est donc mis en position de combat pour orienter la PAC après les élections européennes. Un sujet où il devra affronter les libéraux qui pensent que le marché régule l'agriculture. Il aura en face de lui une Allemagne réticente qui estime qu'elle paie déjà trop. Et des puissances étrangères, avec à leur tête les États-Unis, qui attaquent le modèle agricole européen basé sur le terroir, la reconnaissance des origines… En un mot, il a raison de parler de souveraineté. Mais l'unité des Européens pour la défendre est, sur ce terrain comme sur d'autres, assez lézardée par les égoïsmes nationaux.
https://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/la-pac-une-pomme-de-discorde-entre-macron-et-merkel-24-02-2019-2295874_1897.php

Quand Juncker est parti négocier aux USA, le BREXIT se dessinait à peine à l'horizon. Cet été, il en ira différemment. Personnellement, je pense que si Angela Merkel veut des changements dans la PAC, il faudra qu'elle fasse des concessions sur l'automobile ou plus globalement sur l'attitude vis-à-vis des USA (et vice-versa :wacko:) . Sans cela, elle ne pourra pas obtenir le soutien de la France, alors que nous devrions sans souci pouvoir coaliser les pays de l'Est et d'Europe Centrale sur l'agriculture. Et plus question de pouvoir compter sur une Grande-Bretagne libérale par principe :happy:
Une bonne illustration des avantages et des inconvénients de l'UE, même pour son membre le plus puissant (pas de pensées scabreuses, petits canaillous :wink:) : pas de droits sans devoirs, pas d'avantages dans un domaine sans une contrepartie dans un autre. Ça va s'avérer intéressant de voir comment la chancelière s'adaptera :rolleyes: à cette nouvelle donne. 

Edited by Desty-N
oubli des références de l'article du Point
  • Like 1
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est moi, ou les avions ont une fâcheuse tendance à tomber en panne dans ce pays ?

Le 26/09/2014 à 10:46, Wallaby a dit :

http://www.spiegel.de/politik/ausland/ursula-von-der-leyen-im-irak-pr-flop-fuer-die-verteidgungsministerin-a-993729.html et http://www.n-tv.de/politik/Von-der-Leyen-ist-schneller-als-die-Waffen-article13675996.html (25 septembre 2014)

Von der Leyen fait un « flop » au Kurdistan. Elle est bien arrivée à Erbil pour serrer la paluche de Barzani, elle ne s'est pas pris les pieds dans le tapis rouge et Barzani l'a chaleureusement accueillie. Seul problème : la première livraison d'armes allemandes qui devait être là pour pouvoir les donner symboliquement à Barzani, eh bien n'était pas là, car l'avion les transportant était encore à Chypre après avoir été retardé 12 heures à Leipzig et les instructeurs qui devaient les rejoindre se trouvaient en Bulgarie après 5 jours de péripéties : un premier avion en panne puis Bagdad qui tarde à approuver le plan de vol de l'avion de rechange puis nouvelle panne de l'avion de rechange : un vieux transall de 50 ans d'âge qui a eu une fuite de kérosène.

- - -

Le 11/01/2019 à 15:07, Wallaby a dit :

http://www.spiegel.de/politik/ausland/gerd-mueller-in-sambia-auch-das-ersatzflugzeug-hat-eine-panne-a-1247554.html (11 janvier 2019)

L'avion officiel du ministre de la coopération est en panne (une "erreur système") en Zambie. Il avait déjà eu un problème de valve l'empêchant de décoller au Malawi. L'avion de remplacement est également en panne.

Déjà en novembre, Angela Merkel était arrivée en retard au G20 de Buenos Aires à cause d'un avion officiel en panne.

- - -

https://www.zeit.de/politik/deutschland/2019-03/regierungsflugzeug-heiko-maas-aussenminister-mali-defekt (1er mars 2019)

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas s'est retrouvé bloqué après une nouvelle panne d'avion gouvernemental au Mali. Le ministre des Affaires étrangères a dû reporter son retour de son voyage en Afrique de l'Ouest en raison d'un défaut technique, a déclaré une porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Au cours des derniers mois, les avions de la Bundeswehr ont connu des problèmes répétés.

Fin janvier, le président fédéral Frank-Walter Steinmeier a été temporairement arrêté en Éthiopie en raison d'un moteur défectueux de l'Airbus A340 Theodor Heuss. 

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Wallaby a dit :

C'est moi, ou les avions ont une fâcheuse tendance à tomber en panne dans ce pays ?

Deutsche Qualität :tongue: !

 

Plus sérieusement, n'est-ce pas un problème de sous-investissement, dans la Bundeswehr évidemment, dans les moyens publics plus généralement ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Alexis a dit :

Plus sérieusement, n'est-ce pas un problème de sous-investissement, dans la Bundeswehr évidemment, dans les moyens publics plus généralement ?

La Verteidigungsministerin Ursula von der Leyen a promis que tout allait rentrer dans l'ordre en annonçant début février avoir passé commande de 3 nouveaux avions longs courriers pour remplacer les vieux A340 Konrad Adenauer et Theodor Heuss qui ont 20 ans d'âge.

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Alexis said:

Deutsche Qualität :tongue: !

 

 Plus sérieusement, n'est-ce pas un problème de sous-investissement, dans la Bundeswehr évidemment, dans les moyens publics plus généralement ?

Je relisais hier un article sur l'histoire du F-104 en Allemagne.... Coïncidence? Prophétique? Ou ironique? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, Tancrède a dit :

Je relisais hier un article sur l'histoire du F-104 en Allemagne.... Coïncidence? Prophétique? Ou ironique? 

Ah oui, mais les Allemands cette fois-ci ont le bon sens d'éviter d'acheter le dernier avion d'armes américain trop - spectaculairement ! - mal fichu.

Il y a du progrès, tout de même.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Wallaby a dit :

C'est moi, ou les avions ont une fâcheuse tendance à tomber en panne dans ce pays ?

Quand tu fais des économies sur la maintenance...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le mur de la réalité , ou encore des limites de la puissance de la volonté et de la pensée magique : 

Citation

Airbus remodèle des avions militaires sans pièces allemandes

Airbus (...) a décidé de revoir la conception de son avion de transport militaire C295 assemblé en Espagne (...) , ont dit des sources (...) à Reuters.
L'Allemagne a décidé (...)  en (...) 2018 de refuser toute future licence d'exportation d'armes à l'Arabie saoudite après le meurtre du journaliste (...) Khashoggi. Elle a en outre gelé la livraison de tous les équipements (...) déjà (...) autorisés. Les accords (...) permettent (...) à l'Allemagne de bloquer les exportations d'armes contenant des pièces allemandes.
(...) Les phares d'atterrissage du C295, par exemple, sont fabriqués en Allemagne et environ 4% des pièces de l'appareil sont d'origine allemande (...)
Airbus a reçu 208 commandes de 28 pays pour cet avion de transport militaire, dont 166 exemplaires sont actuellement opérationnels dans le monde.
D'après une deuxième source, Airbus s'efforce de déterminer si des pièces en provenance d'Allemagne sont aussi susceptibles d'être remplacées sur d'autres modèles (...)
Cette source a ajouté qu'il serait difficile, voire impossible, de modifier la conception de l'Eurofighter Typhoon (...)
Le gel décidé par l'Allemagne a retardé les efforts du gouvernement britannique pour finaliser la vente de 48 nouveaux Typhoon à l'Arabie saoudite (...)
Le Parti social-démocrate (SPD), partenaire de coalition des conservateurs de la chancelière Angela Merkel à Berlin, a exprimé sa volonté de prolonger cet embargo au-delà de la date butoir actuellement fixée au 9 mars, malgré les pressions de la France et de la Grande-Bretagne en faveur d'une levée de cette interdiction. (...)
Angela Merkel a refusé de dire si ce gel serait prolongé. (...)
https://www.usinenouvelle.com/article/airbus-remodele-des-avions-militaires-sans-pieces-allemandes.N812075

Avant d'ouvrir le feu, je tiens à rappeler que la France avait également déclaré unilatéralement un embargo envers la Chine après les évènements de Tien'anmen, voci quelques décennies. Certes, il semblerait que ça nous aie servi de leçon, mais gardons ce point en mémoire, avant de se moquer trop ostensiblement.

Cela dit... il faut souligner que, jusqu'à preuve du contraire, il s'agit d'une décision tout à fait légale, prise par les instances démocratiques teutonnes. (Les souverainistes du coin n'y trouveront donc rien à redire :tongue:) Personnellement, un zeste de malice, me pousse à trouver quelque peu hypocrite le choix politique fait outre-Rhin. J'ai du mal à croire que leurs décideurs ne s'attendaient pas à la réaction d'Airbus. Pour le moment, je remarque d'ailleurs le silence assourdissant, de la part du personnel politique teuton, suite à l'annonce del'avionneur. Des esprits mal intentionnés pourraient même se demander si Airbus ne va pas se procurer les pièces qu'il recherche auprès de filiales étrangères des groupes allemands qui les lui fournissaient jusque là directement :smile:

Plus sérieusement, si Berlin veut vraiment que l'Arabie Saoudite se trouve soumise à un embargo important en matière d'équipements militaires, je crois que c'est tout à fait possible. Mais il lui faudrait agir au niveau européen et donc pour cela investir du temps, de l'énergie et griller une partie plus ou moins importante de son capital politique. Angela doit déjà se soucier de la réforme de la PAC, et de négociations commerciales compliquées avec les USA, qui veulent absolument taxer leurs voitures. Elle a d'autres chats à fouetter.

Conclusions :   1) non l'Allemagne ne dirige pas l'Europe comme elle l'entend   2) Tien'anmen remonte à près de 30 ans, donc ce n'était pas mieux avant. (avant l'UE, avant la mondialisation, au bon vieux temps, quand y avait du respect scrogneugneu !:rolleyes:)  3) Outre-Rhin, on sait aussi afficher de grandes postures moralisatrices quelques peu spécieuses, pour flatter une cible électorale    4) espérons qu'Airbus et Dassault saurons assurer leurs arrières pour le futur avion de combat...

PS : en parlant de postures moralisatrices : 

Citation

Annegret Kramp-Karrenbauer, patronne de la CDU, a profité du carnaval pour se moquer des intersexuels, déclenchant une avalanche de protestations. (...)
La scène s'est produite lors de l'un des moments-clés du carnaval : les politiques déguisés montent sur scène et jouent un petit sketch devant un parterre de notables, eux aussi costumés et attablés à de longues tables. On boit de la bière. On rit aux éclats. On se jette des poignées de confettis en se balançant, bras dessus, bras dessous, de gauche à droite. Le carnaval, baptisé la « cinquième saison de l'année », est une tradition sacrée dont le fief est le pays rhénan catholique.
Les politiques puisent dans un catalogue de balourdises rarement raffinées pour déclencher le rire gras des carnavalistes : blagues au-dessous de la ceinture, bons mots sexistes. Le pire : ces blagues se font le plus souvent sur le dos des autres et sont rarement drôles. Annegret Kramp-Karrenbauer vient d'en faire la démonstration.  (...)
Le discours d'Annegret Kramp-Karrenbauer a été retransmis à la télévision allemande régionale en direct. La vidéo s'est répandue comme une traînée de poudre ce week-end et a provoqué une tempête sur les réseaux sociaux. Discrimination  ! Affront  !  (...)
https://www.lepoint.fr/europe/la-mauvaise-blague-de-l-heritiere-d-angela-merkel-04-03-2019-2297961_2626.php

Cela me fait penser à pas mal de post dans le fil criailleries -USA. @Tancrède y décrit mieux que moi, ce nouveau manichéisme où l'indignation sur les réseaux sociaux d'une poignée d'autorités morales auto proclamées suffit pour créer un scandale.

Edited by Desty-N
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Desty-N a dit :

Cela me fait penser à pas mal de post dans le fil criailleries -USA. @Tancrède y décrit mieux que moi, ce nouveau manichéisme où l'indignation sur les réseaux sociaux d'une poignée d'autorités morales auto proclamées suffit pour créer un scandale.

un "scandale-gate"...

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/09/2014 à 13:45, Wallaby a dit :

http://www.spiegel.de/international/germany/low-german-infrastructure-investment-worries-experts-a-990903.html (18 septembre 2014)

 

Le Spiegel a fait sa une le 8 septembre sur « L'État qui tombe en ruine : comment nous gâchons nos chances d'avenir et de prospérité ». L'Économie allemande croule. Sa croissance depuis 2000 a été inférieure à la moyenne de la zone euro. Les deux tiers des travailleurs gagnent aujourd'hui moins qu'en 2000. Pour l'économiste Marcel Fratzscher, l'Allemagne est victime d'une illusion quant à la bonne marche de son économie. Il y a un manque d'investissement dans les infrastructures (les ponts d'autoroutes, les écoles,etc.), aggravée par le fait que les investisseurs allemands auraient tendance à préférer investir à l'étranger qu'en Allemagne. Les investissements publics et privés d'infrastructure qui représentaient 25% de la production économique en 1990 n'en représentent plus que 19.5% en 2013.

 

image-746190-thumbflex-yxbi.jpg

Un peu sur ce même thème, il y a l'article d'opinion suivant :

http://www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/staatschulden-die-sparpolitik-der-schwarzen-null-schadet-unseren-kindern-a-1255760.html (1er mars 2019)

Pendant longtemps, il a été considéré comme la plus haute raison de l'Etat de ne pas contracter de dettes du tout. Aujourd'hui, des doutes sont émis. Cela n'aide pas si nous donnons à nos enfants un pays ruiné à force d'épargner.

Des signes et des miracles se produisent. Pendant des années, il a été considéré économiquement sage dans le pays de la [légendaire] femme au foyer souabe [rigoureuse sur son budget] de dire des choses aussi miraculeuses que : Tu ne peux pas dépenser plus que ce que tu gagnes. Comme si quelqu'un d'autre que quelques personnes extraordinairement riches avaient pu acheter une maison ou une voiture, sans parler d'ouvrir un bistrot ou un fournisseur de logiciels, s'ils se conformaient strictement à ce commandement.

On ne réduisait jamais la dette publique assez rapidement. Des freins à l'endettement controversés et compliqués devaient être immédiatement inscrits dans la Constitution. Le mot d'ordre était que tout ce que l'État fait peut être fait par d'autres - mieux. Et dès qu'un Grec, un Italien ou un Français croisait leur route, les donneurs de leçons allemands trouvaient combien ils étaient incompatibles avec la structure de stabilité allemande.

Et maintenant ? Des doutes surgissent. On peut lire que la réduction de la dette doit être bonne. Même les économistes conservateurs comme Michael Hüther, directeur de l'Institut d'économie allemand, affirment que le frein à l'endettement, par exemple, empêche les investissements et les réductions d'impôts. Tandis que le directeur de l'Institut Ifo de Munich, Clemens Fuest, déclare qu'il n'est pas judicieux de réduire davantage le taux d'endettement.

Comment est-ce possible ? Les dettes sont-elles soudainement géniales ? C'est absurde. Les dettes ne sont ni bonnes en soi, ni mauvaises en soi. Cela dépend de ce que vous faites de l'argent que vous empruntez - et de ce que vous ne faites pas sans crédit.

Et c'est encore plus vrai pour le budget de tout un Etat aux dimensions de l'Allemagne, en prenant en compte ses effets sur les emplois actuels et les conditions de vie futures, que pour les économies de la cuisine de tante Erna. Ainsi un budget équilibré n'est pas bon en soi.

Le pays ressent à chaque instant ce qu'un zèle du budget équilibré mal compris peut laisser derrière lui comme catastrophe - même pour les enfants très éprouvés qui ont peu à voir avec le fait que le ministre des Finances de l'année fiscale 2019 a de nouveau eu un beau budget équilibré si, en retour, ils se retrouvent avec des écoles en panne ou, pire encore, une réception de smartphone du même niveau que leurs parents.

La seule chose qui manque, c'est de l'argent pour étendre le réseau à haut débit dont on parle tant en Allemagne - la question de la réception. Ou de faire enfin le grand saut vers l'électromobilité - qui échoue aussi parce qu'il n'y a pas assez d'argent investi dans un grand réseau de stations-service électriques. Ou parce que les entreprises de transport public ne peuvent plus se permettre d'acheter des autobus électriques plus chers. Ou dans le financement de la recherche.

Edited by Wallaby

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Le 04/03/2019 à 21:18, Desty-N a dit :

Avant d'ouvrir le feu, je tiens à rappeler que la France avait également déclaré unilatéralement un embargo envers la Chine après les évènements de Tien'anmen

Sauf que ce faisant, la France s'est tirée une balle dans le pied toute seule, sans faire aucun tort à l'Allemagne, bien au contraire :

Le 03/08/2018 à 20:24, Wallaby a dit :

Le chancelier Kohl, en novembre 1993, est revenu de Pékin les poches bourrées de contrats initialement destinés à la France. Le gouvernement allemand a très bien compris que les dirigeants chinois détestaient perdre la face. Il a donc exprimé de façon moins gesticulatoire que nous sa réprobation de certains aspects de la politique de Pékin. (...) La presse allemande ne s'est pas gendarmée lorsque des dissidents avaient été mis à l'écart pendant la visite du chancelier en Chine en novembre dernier ».

Alain Peyrefitte, « La Chine s'est éveillée », Fayard, 1996, p.262.

Donc je ne vois pas quelle comparaison on peut faire avec l'affaire saoudienne actuelle.

Si la comparaison était possible, il faudrait s'en féliciter, car cela voudrait dire que la France va pouvoir récupérer des contrats saoudiens initialement offerts à l'Allemagne.

Edited by Wallaby

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,529
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Rom1_
    Newest Member
    Rom1_
    Joined
  • Forum Statistics

    20,946
    Total Topics
    1,333,226
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries