Recommended Posts

https://www.lemonde.fr/campus/article/2019/11/10/facs-d-allemand-cherchent-etudiants-desesperement_6018657_4401467.html (10 septembre 2019)

[En France] en trois ans, cinq universités ont fermé leur département d’allemand. Le nombre d’étudiants en littérature et civilisation germaniques a chuté de 25 %. [À Strasbourg] en première année, seuls 36 étudiants sont inscrits, alors qu’ils étaient encore 63 en 2016.

  • Confused 1
  • Sad 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'allemand n'attire plus. Dans les collèges, c'est une véritable hémorragie de postes d'enseignants.

On sait pourquoi ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'importance que l'Etat donne à l'anglais doit en partie joué là dessus, de facto le français moyen doit penser que vu que l'anglais est la langue internationale pas la peine d'en apprendre d'autre ... Si je ne trompe pas en Allemagne aussi l'enseignement du français connait aussi une régression

.De tout manière les filières linguistiques ont toujours été les parents pauvre de l'enseignement et très peu populaire.

Edited by Rochambeau
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, Ciders a dit :

On sait pourquoi ?

Les mesures controversées prises par Vallaud-Belkacem puis annulées par Macron auront-elles été un simple révélateur, ou bien un coup d'accélérateur aggravant la crise ?

https://www.lepoint.fr/monde/education-le-projet-de-najat-vallaud-belkacem-qui-agace-les-allemands-21-04-2015-1923145_24.php (21 avril 2015)

Cette réforme du collège va-t-elle donner le coup de grâce à l'apprentissage de l'allemand déjà si mal aimé dans les établissements scolaires français ?

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/05/16/01016-20170516ARTFIG00344-classes-bilangues-le-defi-d-un-retour-des-la-rentree.php (16 mai 2017)

Lors de son déplacement en Allemagne, lundi, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « restaurer les classes bilangues. À partir de septembre prochain, elles rouvriront en France »

Mais Emmanuel Macron avait donné le signe qu'il n'était pas nécessaire entre Français et Allemands de comprendre la langue de l'autre en faisant son discours de candidat à l'université Humboldt en anglais.

  • Like 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Tancrède a dit :

Et puis tant qu'à faire, si j'étais président, je recommanderais en priorité l'apprentissage du français comme première langue vivante en France. Un truc que les écoles ne semblent plus faire non plus. 

Je sais c'est pour plaisanter, mais j'ai deux anecdotes ou des expatriés anglais qui sont installés en France depuis près de vingt ans ne connaissent toujours pas un mot de français.(l'un n'a pas fait l'effort d'apprendre à dire le mot "bonjour" ) J'ai cru comprendre que cela est très courant chez les anglais expatriés dans les pays non anglophone, ou ils ne font aucun d'apprendre la langue locale.

  • Like 3
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Rochambeau a dit :

Je sais c'est pour plaisanter, mais j'ai deux anecdotes ou des expatriés anglais qui sont installés en France depuis près de vingt ans ne connaissent toujours pas un mot de français.(l'un n'a pas fait l'effort d'apprendre à dire le mot "bonjour" ) J'ai cru comprendre que cela est très courant chez les anglais expatriés dans les pays non anglophone, ou ils ne font aucun d'apprendre la langue locale.

C'est bizarre. Ceux que j'ai rencontré dans le sud-ouest faisaient cet effort. Ils gardent souvent un accent (charmant au demeurant) mais ils deviennent francophones.

Après, le concept de l'expatrié illettré dans la langue de son pays d'accueil... c'est assez fréquent. Tout comme beaucoup de pays ne sont pas non plus très doués dans l'apprentissage de langues internationales. Apparemment, trouver un Allemand ou un Sud-Coréen anglophone relèverait de l'exploit.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Ciders a dit :

C'est bizarre. Ceux que j'ai rencontré dans le sud-ouest faisaient cet effort. Ils gardent souvent un accent (charmant au demeurant) mais ils deviennent francophones.

Intéressant parce que moi on m'a dit le contraire, du coup il faudrait que je creuse d'avantage

Pour l'anecdote les expatriés britannique vivaient bien depuis une vingtaine d'année en France, et ne fréquentant que la communauté britannique de la région ou que des gens s'exprimant en anglais.(même leurs employés étaient anglophone)

Il y a 2 heures, Ciders a dit :

Apparemment, trouver un Allemand ou un Sud-Coréen anglophone relèverait de l'exploit.

Pour cela vous m'étonnez, les allemands possède une grosse communauté anglophone. Je me souviens que Wallaby(?) avait sourcé un article ou justement un membre du gouvernement allemand se plaignait que les étudiant étrangers à Berlin n'apprenaient même plus la langue du pays pour leur baito, mais s'exprimaient directement en anglais.

Par contre en effet en Namibie la communauté blanche continue de s'exprimer en allemand au lieu de l'anglais qui est plus utilisé par la communauté noire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca vaut ce que ça vaut mais du côté de la Charente, j'en connais pas mal qui ont racheté des maisons et des fermes (pas mal de Néerlandais aussi au passage). Mes grands-parents n'ont pas à s'en plaindre, même si il est vrai qu'elle n'a pas de contacts avec tous ses nombreux (oui quatre...) voisins. Après, j'avais été en vacances à Eymet, une sorte de petite Londres désormais, ça ne m'avait pas choqué et je ne me rappelle pas avoir entendu moult conversations en anglois.

Pour Berlin, des collègues à moi qui s'y sont rendus plusieurs fois.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Tancrède a dit :

si j'étais président, je recommanderais en priorité l'apprentissage du français comme première langue vivante en France. Un truc que les écoles ne semblent plus faire non plus. 

C'est bien vrai et je suis un exemple vivant ! Plaisanterie mis en part, dans mon boulot qui est très opérationnel (les opérations d'un hôtel), où le niveau de formation des individus est représentatif de la moyenne voir du quartile intermédiaire, le principal problème réside dans l'analphabétisme fonctionnel: les consignes sont lues, les mails et les demandes sont techniquement déchiffrées mais rien n'est compris. De même l'utilisation des outils informatiques, pour beaucoup, les process ne consistent qu'à appuyer sur des boutons sur certaines portions de l'écran, appuyer sur des touches et parfois mettre un chiffre dans une case. Mais ils font ça purement par imitation et seraient bien incapables au débotté d'expliquer pourquoi ils font ça.

Inutile de dire que quand on change de PMS, c'est retour à la case départ, comme si c'étaient des débutants absolus dans le métier :rolleyes:!

 

Il y a 15 heures, Rochambeau a dit :

Je sais c'est pour plaisanter, mais j'ai deux anecdotes ou des expatriés anglais qui sont installés en France depuis près de vingt ans ne connaissent toujours pas un mot de français

C'est le cas d'énormément d'Occidentaux en Asie également, en partie justifié par le hiatus linguistique et des principes bien différents. Par exemple, l'importance des tons passent radicalement au-dessus de la tête des français (déjà que l'accent tonique en Anglais est presque insurmontable pour nous).

 

Il y a 14 heures, Ciders a dit :

Apparemment, trouver un Allemand ou un Sud-Coréen anglophone relèverait de l'exploit.

Vu de ma réception où j'accueille énormément d'Allemand à la fois touriste et entreprises, les générations intermédiaires (plus de 40 ans) ont un français scolaire très correct, et tous parlent évidemment globish. Les plus jeunes sont moins bons en français effectivement.

Pour les Sud-Coréens, la plupart ont un anglais "à l'Asiatique" efficient qui est bien meilleur que celui des Japonais. Chez les Chinois, seules les jeunes générations (- de 25 ans) se débrouillent en anglais. Globalement, en tant que langue étrangère, je suis agréablement surpris par le Français Langue étrangère de la plupart des Européens d'Europe Centrale et Orientale et des Américains. Les clients corpos qui travaillent dans les grandes entreprises internationales dont les résas tombent via GDS ont tous un globish très satisfaisant quelque soit leurs horizons.

Parmi les touristes, je dirais que les meilleurs plurilingues "dans la masse" sont les Suisses alémaniques dont le français est excellent en compréhension et très bon en expression, suivi des Allemands. De façade, les Scandinaves sont les plus à l'aise en langues étrangères puisque leurs trois langues sont mutuellement compréhensibles et ils ajoutent une base en allemand ou en français. En revanche, les Espagnols et Italiens non "grandes entreprises" ont de grandes difficulté en anglais et autres langues étrangères.

Il y a 13 heures, Kelkin a dit :

La motivation typique pour prendre l'allemand, c'était "mon père m'a dit de commencer par l'allemand", mais on trouvait aussi quelques rares "je déteste les anglais".

A mon époque aussi l'allemand demeurait la première pierre de la stratégie scolaire au sein des familles. Mon collège était un privé d'élite du coin et il n'y avait pas de si gros écarts entre les élèves, ni dans les ressources consacrées aux différents cours. Par rapport au lycée d'un tier inférieur où j'ai eu mon bac, l'homogénéité meilleure ne justifiait pas cet a-priori. En revanche, dans un public lambda, clairement l'allemand permet de trier du mauvais grains de la pourriture. J'ai pris allemand parce que je suis né là-bas et que la famille avait été expat. De plus je suis basque et j'ai une gueule de Scandinave.

  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 52 minutes, SinopeMT a dit :

Plaisanterie mis en part, dans mon boulot qui est très opérationnel (les opérations d'un hôtel), où le niveau de formation des individus est représentatif de la moyenne voir du quartile intermédiaire, le principal problème réside dans l'analphabétisme fonctionnel: les consignes sont lues, les mails et les demandes sont techniquement déchiffrées mais rien n'est compris.

Sans vouloir être pénible, c'est quoi le quartile intermédiaire ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, MoX a dit :

Sans vouloir être pénible, c'est quoi le quartile intermédiaire ? 

Le deuxième quartile en partant du bas (25-50%)

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait le problème de l' « analphabétisme fonctionnel » peut être résolu très simplement. Il suffit que les cadres arrêtent de parler en jargon branchouillard technocratique.

  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Wallaby a dit :

En fait le problème de l' « analphabétisme fonctionnel » peut être résolu très simplement. Il suffit que les cadres arrêtent de parler en jargon branchouillard technocratique.

Bof, l'hôtellerie est un métier qui est très concret et à effet immédiat: une consigne, une demande du client sont souvent des choses extrêmement simples tels que "Je ne veux pas être déranger aujourd'hui", "Je dois mettre la facture au nom de ma société avec le numéro de TVA pour mes notes de frais", "le sèche-cheveux ne marche pas". L'élaboration de grandes théories dans le cadre quotidien n'y a pas sa place: ce sont des demandes concrètes dont la réalisation est quasiment immédiate.

Le problème vient de l'incapacité à chercher, identifier et traiter les infos contenues dans des textes. S'il y a quelqu'un pour les guider étape par étape à l'oral, alors ce sera fait cahin-cahin mais sinon malheureusement nada. J'ai beau écrire tous les tutoriels possibles, c'est peu efficace. Un exemple: en cette période, beaucoup de nos clients sont amenés par des grossistes (sociétés qui achètent des places en masse à bas prix et les revendent au sein paquets incluant en général transport et activités pré-payées par le client). Ce sont des réservations non-remboursables pour lesquelles les clients finaux ont déjà payé. Le grossiste en tant qu'intermédiaire pour améliorer sa trésorerie paiera l'hôtel à la fin du mois du séjour du client un montant net (déduit de la commission) qui est une portion du prix de "transfert" âprement discuté par l'hôtel et le grossiste. Ce prix est présenté si - le client final pose la question - comme la valeur de la nuit d'hôtel.

Le détail des modes de paiement arrive par mail et le prix net à passer est écrit en petit vers la fin du mail récapitulatif. Eh bien, systématiquement mes collègues essayent de débiter le montant brut sur la carte virtuelle et passent le montant brut sur le logiciel hôtelier alors que ça ne fonctionne pas. Je me retrouve à devoir gérer les tickets de plainte émis auprès du grossiste ou bien avec des cartes qui sont désactivés à force de mauvaise manip et donc une dégradation du fond de roulement.

il y a une heure, Wallaby a dit :

En fait le problème de l' « analphabétisme fonctionnel » peut être résolu très simplement. Il suffit que les cadres arrêtent de parler en jargon branchouillard technocratique.

Bof, l'hôtellerie est un métier qui est très concret et à effet immédiat: une consigne, une demande du client sont souvent des choses extrêmement simples tels que "Je ne veux pas être déranger aujourd'hui", "Je dois mettre la facture au nom de ma société avec le numéro de TVA pour mes notes de frais", "le sèche-cheveux ne marche pas". L'élaboration de grandes théories dans le cadre quotidien n'y a pas sa place: ce sont des demandes concrètes dont la réalisation est quasiment immédiate.

Le problème vient de l'incapacité à chercher, identifier et traiter les infos contenues dans des textes. S'il y a quelqu'un pour les guider étape par étape à l'oral, alors ce sera fait cahin-cahin mais sinon malheureusement nada. J'ai beau écrire tous les tutoriels possibles, c'est peu efficace. Un exemple: en cette période, beaucoup de nos clients sont amenés par des grossistes (sociétés qui achètent des places en masse à bas prix et les revendent au sein paquets incluant en général transport et activités pré-payées par le client). Ce sont des réservations non-remboursables pour lesquelles les clients finaux ont déjà payé. Le grossiste en tant qu'intermédiaire pour améliorer sa trésorerie paiera l'hôtel à la fin du mois du séjour du client un montant net (déduit de la commission) qui est une portion du prix de "transfert" âprement discuté par l'hôtel et le grossiste. Ce prix est présenté si - le client final pose la question - comme la valeur de la nuit d'hôtel.

Le détail des modes de paiement arrive par mail et le prix net à passer est écrit en petit vers la fin du mail récapitulatif. Eh bien, systématiquement mes collègues essayent de débiter le montant brut sur la carte virtuelle et passent le montant brut sur le logiciel hôtelier alors que ça ne fonctionne pas. Je me retrouve à devoir gérer les tickets de plainte émis auprès du grossiste ou bien avec des cartes virtuelles qui sont désactivés à force de mauvaise manip et donc une dégradation du fond de roulement.

Edited by SinopeMT
  • Like 1
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, SinopeMT a dit :

Le détail des modes de paiement arrive par mail et le prix net à passer est écrit en petit vers la fin du mail récapitulatif.

Et bien, problème résolu. Écrit plus gros

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, clem200 a dit :

Et bien, problème résolu. Écrit plus gros

 

Le mail est automatique: les disponibilités des hôtels sont presque entièrement intégrées avec tous les acteurs de l'industrie. La taille de la police ne change rien à l'affaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour l'allemand, comme dit plus haut, les gens se disent que l'anglais suffit.

Après, il y a peut-être un déficit d'attractivité culturelle, ce qui est bien dommage car la langue est plus belle qu'on ne le pense et la culture germanique riche.

Et pour plussoyer Tancrède, en France la priorité doit être l'apprentissage du français. 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Wallaby a dit :

En fait le problème de l' « analphabétisme fonctionnel » peut être résolu très simplement. Il suffit que les cadres arrêtent de parler en jargon branchouillard technocratique.

S'ils ne comprennent rien à ce qui figure à l'écran, aux libellés des boutons ou des menus, le vocabulaire des cadres n'y est pour rien.

Il y a 4 heures, SinopeMT a dit :

Le mail est automatique: les disponibilités des hôtels sont presque entièrement intégrées avec tous les acteurs de l'industrie. La taille de la police ne change rien à l'affaire.

On peut grossir le texte à la lecture... :coolc: Bon, d'accord : mauvaise réponse.

Il y a 11 heures, SinopeMT a dit :

Le deuxième quartile en partant du bas (25-50%)

A vue de nez (et surtout à vue de sources aux premières loges dans les CFA de la profession), ce serait plutôt le premier quartille, non ?

Edited by Boule75
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'allemand c'est surtout plus compliqué ... 

Alors pour pas t'emmerder tu prends anglais et Espagnol. Pas trop difficile comme ça 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 51 minutes, Boule75 a dit :

A vue de nez (et surtout à vue de sources aux premières loges dans les CFA de la profession), ce serait plutôt le premier quartille, non ?

Je compte comme premier quartile les 20% d'une classe d'âge qui n'atteignent pas le bac. Donc 2ème quartile en absolu, 1er des employables en niveau académique (les métiers de l'hôtellerie-restaurations souffrent d'un grand déficit d'image avec une perception des opérationnels comme étant stupides et lents: la réalité est que le client est un être souvent odieux et qu'interagir en permanence avec des inconnus qui vous traitent avec condescendance et mépris ou sont nombrilistes demandent des qualités humaines qui ne sont pas à la portée du premier venu). Je peux constater que les moeurs sont plus rudes et les gens font de moins en moins société, vu l'absence d'égards et de prévenance vis-à-vis des autres (les chambres sont souvent laissées dans des états hallucinants avec déjections hors de la salle de la bain, cigarettes éteintes sur les murs etc...).

 

il y a 57 minutes, Boule75 a dit :

On peut grossir le texte à la lecture... :coolc: Bon, d'accord : mauvaise réponse

Exact: vont-ils songer à aller grossir le texte, manipuler la résolution de l'écran pour améliorer leur confort? Du tout. S'ils y songent et ne trouvent pas, vont-ils faire l'effort de chercher sur Google : "zoomer sur Chrome"? Non plus. Une formule Excel représente un effort herculéen déjà.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,418
    Total Members
    1,550
    Most Online
    KLD
    Newest Member
    KLD
    Joined
  • Forum Statistics

    20,726
    Total Topics
    1,253,875
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries