Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Recommended Posts

Il y a 15 heures, Manuel77 a dit :

Malheureusement, comme je l'ai déjà fait ailleurs, je dois admettre que je parle beaucoup moins bien le français qu'il n'y paraît. J'utilise deepL, donc mes mots sembleront parfois exagérément amicaux, hostiles ou poétiques. Mon français est si faible qu'il y a un grand risque de malentendu. DeepL a traduit différemment la formulation que tu as louée lors d'une deuxième tentative : 

"Si vous trouvez humiliant que vos politiciens se soient soi-disant prosternés (fayotage???) devant l'Allemagne, rendez-les responsables, ce n'est pas nous qui les avons demandés."


Mais je peux témoigner d'une amusante incompréhension des langues : en Allemagne, il est tout à fait courant de dire que les Français ont un "savoir-vivre". Dans notre imaginaire, ce mot signifie que quelqu'un sait bien vivre, qu'il profite de la vie. J'ai récemment appris avec effroi qu'il signifie en fait que quelqu'un est bien éduqué et sait se comporter poliment en société. Tous les Allemands utilisent ce "savoir-vivre" à tort et à travers. Il existe même un magazine allemand portant ce nom, consacré à la gourmandise et au vin rouge pour les gourmets.

https://savoirvivre.de/


De même, les Français ignorent peut-être qu'il existe en Allemagne l'expression "Leben wie Gott in Frankreich / vivre comme Dieu en France". Elle signifie quelque chose comme : mener une vie délicieuse, dans l'abondance et sans soucis.

https://de.wikipedia.org/wiki/Wie_Gott_in_Frankreich

 

Il me semble aussi que les Allemands pensent que les Français utilisent l'expression "La Grande Nation" pour parler de leur pays, alors qu'il s'agit d'une invention allemande.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

3 minutes ago, Aisym said:

Il me semble aussi que les Allemands pensent que les Français utilisent l'expression "La Grande Nation" pour parler de leur pays, alors qu'il s'agit d'une invention allemande.

La Nation oui, mais "la grande nation"? "une grande nation, oui.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 11/02/2023 à 23:14, g4lly a dit :

La question c'est la production de richesse par habitant... Et on régresse aussi bien vis à vis des USA que de l'Allemagne. Et la régression est assez forte par rapport à la très forte stabilité précédente.

Effectivement. Mais le facteur "volume de travail" n'est pas vraiment influent sur ces dynamiques contrastées en matière de production de richesse par habitant... contrairement à ce que veulent nous faire croire certains politiciens/idéologues. C'est sûr que c'est plus dur pour un élu aux affaires de reconnaître que le système de formation mis en place par les dernières générations de gouvernants n'est pas adapté au monde du travail contemporain, et de tenter de réformer cela. J'ai pris ici la question de la formation, mais bien d'autres aspects auraient pu être évoqués... pour certains n'ayant d'ailleurs à voir que très indirectement avec le monde du travail.

Edited by Skw
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Skw a dit :

Effectivement. Mais le facteur "volume de travail" n'est pas vraiment influent sur ces dynamiques contrastées en matière de production de richesse par habitant... contrairement à ce que veulent nous faire croire certains politiciens/idéologues.

Et d'autant plus qu'on travaille toujours moins d'heures par année en Allemagne qu'en France : 1332h/an contre 1402h/an en 2021 d'après l'OCDE... (c'était pareil avant la COVID).

 

8547022lpw-8547111-jpg_4282633.jpg

Edited by Boule75
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, tipi a dit :

Est ce qu'il n'y a pas un biais dans ces graphes, avec le temps partiel ? J'ai compris que le temps partiel (surtout féminin) était assez massif en Allemagne...

C'est pas un biais, c'est une explication. Et puis 70 h de moins par an mais ils partent à la retraite beaucoup plus tard. Lorsque je travaillais à Munich, j'ai pris ma retraite de salarié à 60 ans (et j'ai créé ma boite) alors que mes collègues Allemands pensaient tous prendre leur retraite à 67 ans. Donc 40 ans avec un écart de 70 h contre 7 ans avec un écart de 1400 h....

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Boule75 a dit :

Et d'autant plus qu'on travaille toujours moins d'heures par année en Allemagne qu'en France : 1332h/an contre 1402h/an en 2021 d'après l'OCDE... (c'était pareil avant la COVID).

 

8547022lpw-8547111-jpg_4282633.jpg

Je me suis toujours demandé comment le temps de travail des indépendants était compté là-dedans. Mine de rien çà représente 3 millions de personnes en France (11% de la population active contre 9% en Allemagne). Certains (beaucoup) ont d'ailleurs une activité mixte. Je connaissais par exemple dans mon ancienne société une femme qui était infirmière une partie de la semaine et gérante de société de transports le reste de la semaine. Autre cas dans le Bâtiments un gars qui est à la fois gérant d'une société et auto-entrepreneur. 

Cette problématique du temps de travail des indépendants est à prendre en compte pays par pays parce que pour le coup il y a de grosse différences culturelles.

Autre problème la prise en compte du télétravail. Comment il est intégré ??

 

Edited by herciv
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.br.de/nachrichten/bayern/zu-viel-photovoltaik-bayerisches-stromnetz-am-limit (10 février2023)

En Bavière, le réseau électrique régional est à la limite de sa capacité en de nombreux endroits. La raison : le développement important des installations photovoltaïques. Dans le Nördlinger Ries, même les installations photovoltaïques de taille moyenne ne peuvent donc plus être raccordées au réseau.

Pour absorber l'électricité solaire, il faudrait développer plus rapidement le réseau électrique régional en Bavière. Car jusqu'à présent, l'extension du réseau ne peut pas suivre la croissance des installations photovoltaïques. Le Nördlinger Ries est représentatif d'un problème qui va bientôt s'étendre à l'ensemble du territoire.

"Des goulets d'étranglement apparaissent dans toute la Bavière. Nous ne pouvons finalement pas raccorder les installations au réseau aussi rapidement que le souhaiteraient les exploitants", explique Detlef Fischer, directeur général de l'Association bavaroise de l'industrie de l'énergie et de l'eau (VBEW) à la BR. Selon lui, ce sont surtout les zones rurales, où les taux de croissance sont les plus élevés, qui sont touchées.

La société N-ergie Netze GmbH de Nuremberg déclare : les capacités du réseau électrique de l'entreprise sont "largement épuisées" en cas d'ensoleillement important. Dans différentes régions, il y aurait des goulots d'étranglement pour l'absorption de l'électricité produite par les énergies renouvelables.

L'exploitant du réseau souabe LEW Verteilnetz se voit confronté à des "tâches énormes" en vue de l'avenir. Car il faut encore beaucoup plus de photovoltaïque : le triple de ce qui est actuellement raccordé au réseau pour atteindre les objectifs de la politique climatique, fait savoir l'entreprise. Il reste encore sept ans pour y parvenir.

Sept ans - c'est aussi le chiffre qui revient souvent chez Netze ODR dans le Nördlinger Ries, mais dans un autre contexte. La procédure d'autorisation pour l'extension de la ligne haute tension régionale d'Ellwangen, dans le Bade-Wurtemberg voisin, à Nördlingen a duré sept ans, explique Sebastian Maier. Il est directeur technique de l'entreprise énergétique EnBW ODR, dont fait également partie le gestionnaire de réseau Netze ODR. Renforcer la ligne ferait partie de la solution pour l'installation photovoltaïque prévue par l'entrepreneur Axel Güthner à Oettingen. En effet, cela permettrait à nouveau d'acheminer davantage d'électricité du Ries vers les grands réseaux de distribution.

Dans ce cas, l'extension du réseau - dont la responsabilité incombe ici aux autorités du Bade-Wurtemberg - serait donc même relativement simple. Car il y a encore de la place sur les pylônes qui se trouvent déjà depuis des décennies dans le Nördlinger Ries. Il suffit de poser des câbles supplémentaires sur les pylônes. Mais dernièrement, l'entreprise sœur compétente Netze BW a attendu à elle seule deux ans et demi un rendez-vous auprès du tribunal régional supérieur de Mannheim pour traiter l'opposition d'une initiative citoyenne. "Le rendez-vous a duré une heure", raconte Sebastian Maier. Le recours a été rejeté.

La ligne à haute tension vers le Nördlinger Ries devrait être construite dans environ deux ans. Mais avant même le début des travaux, le projet est déjà dépassé. Sebastian Maier, membre du directoire d'EnBW-ODR, l'explique ainsi : lors du lancement de la planification il y a sept ans, l'état de la technique était encore différent.

"Aujourd'hui, nous ne construirions plus avec un système à un seul conducteur, mais avec un système à deux conducteurs, c'est-à-dire deux câbles côte à côte, et nous pourrions ainsi transmettre deux fois plus de puissance", explique Maier. Mais pour cela, il faudrait recommencer la procédure d'autorisation depuis le début. Maier craint que cela ne dure à nouveau sept ans. "Cela signifie que j'aménage maintenant avec la technique obsolète".

Le ministère bavarois de l'Économie déplore lui aussi la longueur des procédures d'autorisation. Ainsi, la construction d'une sous-station durerait actuellement près de trois ans et demi. Le ministère fait savoir à la BR que le gouvernement de l'État a créé 100 nouveaux postes afin d'accélérer les processus d'autorisation pour le développement des énergies renouvelables.

Est-ce que cela suffira ? Sebastian Maier d'EnBW ODR demande un coup de turbo : "Nous devons nous éloigner d'une 'vitesse bureaucratique' pour aller vers une 'vitesse d'action'". Selon lui, la durée des procédures d'autorisation doit être réduite de moitié.
Les exploitants de réseau sont submergés de demandes d'installations photovoltaïques

Une carte de l'atlas énergétique de la Bavière montre à quel point le goulot d'étranglement de l'extension du réseau est déjà étroit. Une grande partie des réseaux électriques régionaux y est colorée en orange au lieu de vert. Cela signifie que le réseau y est déjà à la limite de sa capacité.

Et pourtant, les demandes de nouvelles installations photovoltaïques explosent. Le plus grand gestionnaire de réseau de distribution régional en Bavière, Bayernwerk Netz de Bayreuth, informe la BR que le nombre moyen de demandes adressées à l'entreprise est passé d'environ 3.000 par mois à environ 6.000 rien qu'entre 2021 et 2022. Outre les procédures d'autorisation, le ministère de l'Économie et l'exploitant du réseau citent également le manque de main-d'œuvre qualifiée et les goulots d'étranglement au niveau du matériel comme raisons de la lenteur de l'extension du réseau.

Mais le tournant énergétique ne fonctionne pas uniquement avec plus de lignes électriques, explique Detlef Fischer de l'Association bavaroise de l'industrie de l'énergie et de l'eau. En Bavière, la quantité d'énergie photovoltaïque raccordée au réseau est déjà si importante qu'en été, les jours ensoleillés à midi, la production d'énergie solaire est supérieure à la consommation de toute la Bavière.

C'est pourquoi il faut des milliers de batteries de stockage. C'est également l'avis du ministre bavarois de l'Économie Hubert Aiwanger (Freie Wähler). Ce n'est que la semaine dernière qu'il a mis en service les deux plus grands accumulateurs d'énergie de Bavière en Moyenne et Basse-Franconie. Plusieurs dizaines de milliers de foyers peuvent ainsi être approvisionnés en électricité pendant une heure.

Mais même si l'on construit maintenant de nombreux accumulateurs d'électricité, "cela ne résout toujours pas le problème de l'acheminement en hiver de l'électricité photovoltaïque qui nous sort par les oreilles en été", explique Detlef Fischer de la VBEW. Il pourrait être utile de transformer l'électricité en hydrogène. Il faut développer une industrie de l'hydrogène, dit Fischer.

Pour l'entrepreneur Axel Güthner d'Oettingen, une solution pragmatique se dessine. Il pourrait construire son installation photovoltaïque prévue sur le toit du hall si l'exploitant du réseau pouvait déconnecter l'installation du réseau en cas d'ensoleillement important, sans payer de compensation financière comme c'est généralement le cas. Cela conviendrait à l'entrepreneur. Il veut également proposer à ses collaborateurs de recharger gratuitement leurs voitures électriques le week-end, afin de gaspiller le moins d'électricité possible.

4cf42594-c4de-415f-951d-09a431f00bc6.png

En orange : réseau en limite de capacité.

  • Thanks 2
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.spiegel.de/wirtschaft/solarindustrie-wie-china-den-deutschen-solartraum-torpediert-a-64c89f38-5657-49cd-8eb3-5d0f1494baae (16 février 2023)

Manque de pièces détachées pour l'Europe

Comment la Chine torpille la reconstruction de l'industrie solaire allemande

Le secteur solaire européen dépend presque entièrement des livraisons de la Chine. Pékin menace désormais implicitement de restreindre les exportations - et pourrait ainsi étouffer la transition énergétique allemande.

https://www.handelsblatt.com/unternehmen/energie/energie-das-china-risiko-der-deutschen-solarindustrie/28981032.html (16 février 2023)

Le secteur photovoltaïque allemand se trouve dans une dangereuse situation de dépendance vis-à-vis de la République populaire. Le gouvernement de Pékin le sait et en profite. Le gouvernement fédéral réagit désormais.

L'industrie solaire allemande craint de plus en plus les conséquences de sa dépendance absolue vis-à-vis de la Chine. "Il existe une dépendance indéniable à l'égard de la Chine. Et cette dépendance est nettement plus grande que celle à l'égard de la Russie en ce qui concerne le gaz", a déclaré un cadre supérieur du secteur solaire au Handelsblatt.

Le danger de cette dépendance se manifeste au moins depuis fin décembre. Le ministère chinois de l'Économie a publié un catalogue de propositions de nouvelles dispositions en matière d'exportation, y compris pour le secteur solaire. Ce document prévoit entre autres des restrictions à l'exportation de machines destinées à la fabrication de composants importants pour le photovoltaïque.

https://www.mdr.de/nachrichten/deutschland/wirtschaft/solar-produktion-china-europa-erneuerbare-energie-100.html (14 février 2023)

Bitterfeld-Wolfen est actuellement le seul grand site de production d'installations solaires en Europe. Le marché de l'énergie solaire dans l'Union européenne est en perte de vitesse et il existe une forte dépendance vis-à-vis de la Chine. Le pays asiatique domine le marché. La Commission européenne souhaite désormais renforcer la production dans l'UE. Le ministre de l'Environnement de Saxe, Wolfram Günther, a des exigences claires à ce sujet envers Bruxelles.

L'Europe est actuellement dépendante de la Chine pour la production d'installations solaires. Presque aucun autre pays ne produit le produit de base, les tranches de silicium.

La politique souhaite à nouveau renforcer la production solaire en Europe et travaille sur le "plan industriel vert".

Andreas Bett, chercheur au Fraunhofer, estime qu'une production européenne pourrait presque rivaliser avec la Chine en termes de prix.

Jusqu'à présent, la Chine domine le marché de l'énergie solaire, et ce à tous les niveaux de la production. Pour les tranches de silicium, un produit intermédiaire pour les cellules solaires, la Chine est pratiquement le seul fabricant au monde. Si le pays décidait d'interdire les exportations de tranches de silicium, l'Europe serait confrontée à un gros problème, explique Andreas Bett, directeur de l'Institut Fraunhofer pour les systèmes énergétiques solaires : "Aucune fabrication de cellules ne pourrait alors avoir lieu ici en Europe, car il n'y aurait pas de tranches de silicium. Par conséquent, il n'y aura pas non plus de production autonome de modules. Et nous sommes finalement complètement dépendants d'un seul pays du monde. C'est donc une dépendance encore plus forte que celle que nous avons vécue actuellement avec la crise du gaz, alors qu'il existe tout de même un marché mondial où l'on peut s'approvisionner ailleurs".

Bett plaide donc depuis longtemps pour que toutes les étapes de fabrication des installations solaires soient à nouveau localisées en Europe. Et la politique est désormais du même avis. La Commission européenne travaille sur un "plan industriel vert". Ce plan pourrait permettre à l'État de soutenir la construction d'usines solaires.

Entre-temps, le ministre de l'Environnement de Saxe, Wolfram Günther, veut mettre en réseau les régions européennes ayant des ambitions solaires. Il ne s'agit pas de remplacer complètement la Chine, mais de créer une industrie solaire propre de taille significative : "Nous avons maintenant besoin de décisions stratégiques pour que l'UE soutienne à nouveau ce processus. C'est pourquoi nous avons besoin d'une approche paneuropéenne, c'est pourquoi nous, en tant que Saxe, nous nous associons ici avec d'autres régions européennes afin de créer ensemble les conditions-cadres pour que l'industrie solaire puisse à nouveau devenir importante en Europe".

Mais en combien de temps cela peut-il se faire ? Selon Bett, chercheur au Fraunhofer, il faut compter deux à quatre ans, même avec les subventions de l'UE. Les matières premières nécessaires, comme le quartz, le silicium ou le cuivre, sont fournies par différents pays. Au final, l'installation solaire européenne ne devrait pas être beaucoup plus chère que l'installation chinoise. "Si les mêmes conditions-cadres sont créées, et c'est une contrainte importante, alors nous sommes un peu plus chers en Europe. Mais cela peut être bien compensé, car le transport de la Chine vers l'Europe représente environ 10 pour cent des coûts totaux. Et ce petit peu plus cher se situe précisément dans cette fourchette".

Selon Bett, les installations chinoises sont surtout bon marché parce que la Chine subventionne son industrie solaire depuis des années. Les États-Unis ont également un programme de subventions. L'Europe, selon le chercheur, doit réagir. Sinon, la dépendance vis-à-vis de l'étranger persistera, même pour les énergies renouvelables.

Edited by Wallaby
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Le 11/02/2023 à 23:15, Manuel77 a dit :

Mais je peux témoigner d'une amusante incompréhension des langues : en Allemagne, il est tout à fait courant de dire que les Français ont un "savoir-vivre". Dans notre imaginaire, ce mot signifie que quelqu'un sait bien vivre, qu'il profite de la vie. J'ai récemment appris avec effroi qu'il signifie en fait que quelqu'un est bien éduqué et sait se comporter poliment en société. Tous les Allemands utilisent ce "savoir-vivre" à tort et à travers. Il existe même un magazine allemand portant ce nom, consacré à la gourmandise et au vin rouge pour les gourmets.

Confusion entre "savoir-vivre" (qui est une question de politesse) et "art de vivre" (qui est une question de profiter de la vie sans abus ni excès).

Le 11/02/2023 à 23:15, Manuel77 a dit :

De même, les Français ignorent peut-être qu'il existe en Allemagne l'expression "Leben wie Gott in Frankreich / vivre comme Dieu en France". Elle signifie quelque chose comme : mener une vie délicieuse, dans l'abondance et sans soucis.

Expression d'origine juive il me semble

  • Upvote 4
Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, Kelkin said:

Confusion entre "savoir-vivre" (qui est une question de politesse) et "art de vivre" (qui est une question de profiter de la vie sans abus ni excès).

Et probablement aussi entre l'expression de "savoir-vivre" (l'idée de vivre en société, avec la politesse et les règles de "conduite") et le concept de savoir vivre (dans le sens de savoir comment bien vivre) : savoir profiter de la vie et des plaisirs qu'elle peut offrir.

C'est encore plus pernicieux et tout ce qui change, c'est un trait d'union :bloblaugh:

Link to comment
Share on other sites

https://www.quarterlyessay.com.au/essay/2021/03/getting-to-zero/extract

Prenons l'exemple de l'Allemagne, leader dans le domaine des énergies renouvelables. Son Energiewende, ou "plan de transition énergétique", a été lancé en 2000. Dans les dix-neuf années qui ont suivi, la part de l'énergie primaire dérivée des combustibles fossiles est passée d'environ 84 % à 78 %. Aux États-Unis, l'ambition et la planification sont nettement inférieures à celles de l'Allemagne, mais la part de l'énergie primaire provenant des combustibles fossiles a diminué dans les mêmes proportions au cours de cette période, passant de 86 % à 80 %.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 43 minutes, Métal_Hurlant a dit :

Tu m'étonne. Il a commencé la colonisation de ce qui est maintenant la Namibie à l'insu de son plein Gré ? Pas colonialiste Bismarck ? :wink:

C'est exactement ça :

https://www.bpb.de/shop/zeitschriften/apuz/202989/bismarck-und-der-kolonialismus/#footnote-reference-3 (20 mars 2015)

Bismarck était opposé à toute aventure coloniale allemande et ne croyait pas aux promesses économiques des possessions d'outre-mer. Pourtant, il est devenu non seulement le fondateur de l'empire colonial allemand, mais aussi une figure centrale dans le partage de l'Afrique à la fin du 19e siècle.

"Je ne veux pas de colonies. Elles ne sont bonnes que pour les postes d'approvisionnement. (...) Cette histoire coloniale serait pour nous exactement comme la fourrure de zibeline en soie dans les familles nobles polonaises qui n'ont pas de chemise".

Alors que Bismarck est toujours présent dans la mémoire collective en tant qu'homme politique européen puissant et architecte de l'unification de l'Empire allemand, son importance pour l'histoire du colonialisme allemand et européen, et donc pour l'histoire globale des 19e et 20e siècles, n'est guère rappelée. C'est pourtant dans ce domaine que l'on trouve encore aujourd'hui des traces de son action, puisqu'il est l'artisan de la naissance de l'Afrique moderne, organisée en États-nations, et le fondateur de l'empire colonial allemand. Bismarck lui-même n'était pas un passionné de colonies. Il ne voulait pas de colonies, il était bien trop réaliste pour cela. Dès la veille de la fondation de l'Empire, il tenta de s'opposer à l'enthousiasme colonial de plus en plus fort dans les pays allemands :

"D'une part, les avantages que l'on attend des colonies pour le commerce et l'industrie de la métropole reposent en grande partie sur des illusions. Car les frais qu'occasionnent la fondation, le soutien et surtout l'affirmation des colonies dépassent (...) très souvent les avantages que la métropole en retire, sans compter qu'il est difficile de justifier que la nation entière soit mise à contribution au profit de certaines branches du commerce et de l'industrie, à des charges fiscales considérables. (...) Enfin, la tentative d'établir des colonies sur des territoires dont la souveraineté est revendiquée, à tort ou à raison, par d'autres États, pourrait donner lieu à des conflits multiples et indésirables".

Même après l'unification de l'Empire en 1871, alors que le cadre politique pour une politique coloniale plus active semblait exister et que des voix s'élevaient de plus en plus pour que l'Allemagne participe au partage colonial du monde, il répéta son refus de manière apodictique :

"Tant que je serai chancelier, nous ne mènerons pas de politique coloniale. Nous avons une flotte qui ne peut pas naviguer et nous ne devons pas avoir de points vulnérables dans des parties lointaines du globe, qui tomberaient comme butin pour les Français dès que cela commencerait".

Après la guerre franco-allemande, qui avait bouleversé les rapports de force en Europe, notamment par l'annexion de l'Alsace-Lorraine, Bismarck avait déclaré l'Empire allemand "saturé" afin d'apaiser les autres puissances. Il n'avait aucun intérêt à compromettre cette stratégie pour une aventure coloniale dont il n'était pas convaincu de l'utilité et de la faisabilité. Cela était encore perceptible près de vingt ans plus tard, lorsque Bismarck résuma sa maxime géopolitique au célèbre voyageur africain Eugen Wolf comme suit :

"Votre carte de l'Afrique est très belle, mais ma carte de l'Afrique se trouve en Europe. Ici se trouve la Russie et ici (...) se trouve la France, et nous sommes au milieu. Voilà ma carte de l'Afrique".

On ne peut pas rejeter plus clairement toute sorte de rêves de puissance mondiale coloniale. Pourtant, entre-temps, un empire colonial allemand avait vu le jour, Bismarck lui-même avait encouragé le partage de l'Afrique entre les puissances européennes et, avec la Conférence de Berlin sur l'Afrique, il avait mis en place sa protection par le droit international. Les historiens ne sont toujours pas d'accord sur les raisons de cette décision.

 

Edited by Wallaby
Link to comment
Share on other sites

- - -

Alors que jusqu'à présent, Bismarck n'avait fait qu'appliquer une politique de puissance, ignorant le sort des peuples et des nations non européens et les utilisant comme des pions dans un jeu européen, il s'est lui-même intéressé aux acquisitions coloniales six ans seulement après le congrès de Berlin. Contrairement à son aversion déjà citée pour toute forme d'aventure coloniale, l'Empire allemand a déclaré en 1884/85 le Togo, le Cameroun, l'Afrique du Sud-Ouest allemande, l'Afrique de l'Est allemande et la Nouvelle-Guinée allemande comme ses propres territoires protégés. A l'exception de petites possessions dans les mers du Sud ainsi que de Kiautschou (1897) et des Samoa allemandes (1899), l'empire colonial allemand fut ainsi complété en quelques mois seulement et Bismarck en fut l'accoucheur.

Les maisons de commerce d'outre-mer et les compagnies maritimes en étaient le fer de lance. Les commerçants hambourgeois avaient déjà réclamé une protection militaire de leurs établissements commerciaux et de leurs activités commerciales immédiatement après la fondation de l'Empire. En 1882, les nombreuses "pétitions de la flotte" hambourgeoise furent couronnées de succès et l'amirauté impériale ordonna "l'affichage fréquent du drapeau allemand" par les navires de guerre et demanda à la chambre de commerce de Hambourg de lui envoyer une liste des points d'appui à protéger. Un an plus tard seulement, l'armateur et homme politique hambourgeois Adolph Woermann rédigea, à la demande de la Chambre de commerce de Hambourg, un mémorandum de 25 pages dans lequel il esquissait les idées des commerçants impliqués dans le commerce en Afrique de l'Ouest. Il y plaidait entre autres pour "l'acquisition d'une bande côtière en Afrique de l'Ouest pour y fonder une colonie commerciale". En décembre 1883, le "SMS Sophie" fut envoyé sur la côte ouest-africaine pour protéger les intérêts allemands, et le 12 juillet 1884, les entreprises C. Woermann et Jantzen & Thormälen achetèrent une bande côtière aux Duala (Cameroun). Le 14 juillet, le commissaire impérial Gustav Nachtigal, nouvellement nommé, confirma ces acquisitions et hissa le drapeau allemand avant de poursuivre sa route vers le sud-ouest de l'Afrique, où Bismarck avait entre-temps placé sous protection allemande les possessions du commerçant Adolf Lüderitz, originaire de Brême.

La communication a certainement été facilitée par le fait que Bismarck lui-même résidait à Friedrichsruh, dans le voisinage immédiat de Hambourg. Le fait qu'Adolph Woermann lui ait rendu visite à plusieurs reprises et qu'il ait ainsi pu l'inciter à changer d'avis sur la question coloniale peut relever du domaine de l'anecdote, tout comme un lien avec le fait que Bismarck était lui-même producteur d'eau-de-vie et que l'armateur Woermann exportait surtout de l'eau-de-vie vers l'Afrique de l'Ouest. Mais c'est révélateur de la perception des contemporains, qui voyaient dans le changement de cap colonial de Bismarck l'influence des lobbies et le clientélisme à l'œuvre. Tout cela s'est déroulé dans le contexte d'une transition générale de la politique allemande du libre-échange vers le protectionnisme, en réaction à la crise dite des fondateurs, la première crise économique depuis l'unification du Reich ; un changement de cap qui, comme nous l'avons vu, a également trouvé un équivalent dans la politique mondiale.

Le fait qu'il ait cru avoir trouvé une issue au dilemme de ne pas vouloir mobiliser des finances et du personnel pour des aventures coloniales, tout en cédant à la pression coloniale de plus en plus forte, a probablement facilité son revirement, tout comme le fait que les intérêts de politique extérieure et intérieure semblaient se rejoindre. En effet, les nouveaux territoires protégés ne devaient pas être administrés par l'Empire allemand, mais par des sociétés économiques privées, les Chartered Companies, qui, dotées de droits souverains, devaient agir sans frais pour l'État. En quelques années, cela s'est avéré être un échec partout. Toutefois, il était déjà trop tard pour se retirer des colonies, la perte de prestige en politique intérieure et extérieure semblait trop élevée. L'État a donc dû combler le vide et supporter les coûts.

Bismarck ne s'est guère préoccupé de tout cela (les conséquences pour les Africains du Congrès de Berlin, 1884-1885). Ses intérêts étaient concentrés sur l'Europe, sur la prévention des tensions avec les autres grandes puissances, et il saisissait volontiers la possibilité de stabiliser son système d'alliances par des faveurs coloniales. Il ne s'est pas laissé contaminer par l'enthousiasme colonial croissant dans l'Empire allemand, et on ne sait pas s'il attendait des miracles économiques du colonialisme. Il a néanmoins profité de ces espoirs pour s'ouvrir des options de politique intérieure et s'entendre avec des groupes d'intérêts puissants comme les commerçants de Hambourg. Toutes ces motivations de Bismarck n'enlèvent rien au fait qu'il est intervenu de manière décisive à des moments clés du haut impérialisme. Certes, il ne fut pas le seul à les déclencher, le mouvement colonial était trop dynamique, trop international, voire trop global. Mais il a contribué à changer la direction que prenait ce mouvement, ne serait-ce qu'en fournissant le cadre d'une unification européenne consensuelle.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.tagesspiegel.de/berlin/nach-wagenknecht-demo-berliner-grunen-chefs-sehen-mogliches-bundnis-mit-linken-nicht-gefahrdet-9417623.html (26 février 2023)

Les présidents des Verts berlinois, Philmon Ghirmai et Susanne Mertens, estiment qu'une éventuelle poursuite de l'alliance gouvernementale avec Die Linke n'est pas menacée par la manifestation "Révolte pour la paix" organisée par Sahra Wagenknecht, membre de Die Linke.

Selon eux, il existe une nette différence entre la fédération et l'association régionale sur cette question : "La gauche fédérale doit décider si elle soutient l'agresseur Poutine ou les personnes attaquées en Ukraine. La fédération berlinoise de Die Linke a toujours été très claire sur ce point. Nous partons du principe et nous attendons à ce que cela reste ainsi", ont déclaré Ghirmai et Mertens au Tagesspiegel.

Link to comment
Share on other sites

https://www.zeit.de/politik/deutschland/2023-02/fachkraefte-indien-it-scholz (26 février 2023)

Olaf Scholz veut faciliter l'immigration de spécialistes IT en provenance d'Inde

L'Allemagne a besoin de plus de spécialistes en informatique. Le chancelier a annoncé que les connaissances linguistiques ne seraient plus un obstacle pour les spécialistes indiens.

"Il est clair que celui qui arrive en Allemagne en tant qu'informaticien peut d'abord facilement s'entretenir en anglais avec tous ses collègues, car en Allemagne, beaucoup savent parler anglais". L'allemand peut être appris plus tard.

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.bpb.de/shop/zeitschriften/apuz/202985/bismarck-bilder-in-frankreich-und-europa/ (20 mars 2015)

Images de Bismarck en France et en Europe

Lorsque Bismarck apparut pour la première fois dans le paysage politique français dans les années 1860, les élites françaises avaient encore une image positive, voire angélique, d'une Allemagne divisée et faible. Dans l'esprit de Madame de Staël, les Allemands étaient considérés comme un peuple cosmopolite et progressiste de poètes et de penseurs. Pour les intellectuels républicains comme l'historien Jules Michelet et les philosophes Henri Taine et Ernest Renan, l'Allemagne était le pays des Lumières, les universités allemandes étaient des lieux de liberté de l'esprit. Dans ce contexte, après la victoire de la Prusse à la bataille de Königgrätz [Sadowa, 1866], Bismarck fut d'abord largement considéré comme le défenseur du progrès et de la liberté contre l'obscurantisme catholique incarné par l'Autriche.

Cependant, face à la brutalité de l'armée prussienne, des voix inquiètes se font entendre. Dans la "Revue des deux Mondes" libérale, on souligna à plusieurs reprises qu'en réalité, c'était la volonté de conquête qui prévalait. Le journaliste Emile de Girardin voyait en Bismarck un danger pour l'Allemagne des Lumières : "D'une main, l'ogre de Berlin flatte l'Allemagne, de l'autre, il menace de l'engloutir par la force". En 1870, le germaniste Alfred Mezières exprimait également cette appréciation : "L'Allemagne pacifique et modérée que nous considérions comme la grande et vraie Allemagne, celle dont nous pensions qu'elle constituait la majorité du pays, fut submergée par la Prusse. Puis nous avons vu une Allemagne ambitieuse, avide, conquérante, telle qu'elle avait été finalement façonnée par la main de M. von Bismarck, se jeter sur nous". Cette image d'une Allemagne bonne et douce, occidentale et rhénane, brutalisée par Bismarck, le mangeur d'hommes prussien d'origine présumée slave, prévalut nettement après la bataille de Sedan et le siège de Paris lors de la guerre franco-allemande de 1870/71.

La politique sociale de Bismarck dans les années 1880, et en particulier les lois sur l'obligation d'assurance des ouvriers, ne rencontrèrent pas non plus l'approbation des commentateurs français et européens et furent plutôt perçues comme l'expression de l'autoritarisme et du "retard" politique de l'Allemagne.  "Le Temps", à l'occasion de l'ouverture de la Conférence internationale sur la protection du travail à Berlin en 1890, livrait l'interprétation suivante, qui correspondait à celle des observateurs britanniques : "Le socialisme d'État est la forme la plus récente du féodalisme. Il s'agit de la protection féodale des sujets par le suzerain". Ce n'est qu'au tournant du siècle que des voix se sont fait entendre dans le mouvement social-libéral et socialiste en faveur d'assurances sociales obligatoires selon le "modèle de Bismarck".

Dès le début des années 1870, certains intellectuels français expliquaient la défaite par certaines faiblesses françaises et voulaient voir dans l'Allemagne une source d'inspiration. Dans certains milieux libéraux et socialistes, on voyait dans certaines mesures politiques de Bismarck, comme la politique scolaire et plus tard la législation sociale, un modèle pour la régénération de la France.

Il y avait un consensus répandu sur le fait que Bismarck avait poursuivi et atteint comme seul grand objectif l'unification de l'Allemagne. Dans ce contexte, il était reconnu partout en Europe, mais surtout en Italie, comme un grand patriote. L'écrivaine Marie Dronsart admettait : "Il faut reconnaître à Bismarck certaines qualités dont on devrait s'inspirer : Discipline, patriotisme inflexible (...)". Le nationalisme de Bismarck, en particulier, a été vanté dans les années 1880 dans des écrits ultranationalistes, certains nationalistes français recommandant même aux Français des "leçons de nationalisme" auprès de Bismarck.

Certains libéraux français rendaient hommage à la Realpolitik de Bismarck, à son génie diplomatique et à son habileté politique. "Après avoir agrandi la Prusse par ses conquêtes et fondé l'unité allemande, M. von Bismarck ne s'est préoccupé que de conserver à son pays les glorieux avantages acquis par son habileté et son audace (...). Sa vision correspondait parfaitement aux attentes de la nation qui, bien décidée à conserver tout ce qu'elle avait acquis, n'était pas non plus prête à de nouvelles aventures et voulait jouir en paix de sa gloire et de son bonheur", louait par exemple l'ancien détracteur de Bismarck, Victor Cherbulliez.

Et pourtant, un siècle plus tard, l'européanisation de la personne de Bismarck semblait s'être imposée. En 1990, le Deutsches Historisches Museum a inauguré une exposition au titre évocateur : "Bismarck : la Prusse, l'Allemagne et l'Europe", qui ne présentait pas Bismarck en premier lieu comme le "forgeron" de l'unité allemande, mais plutôt comme un témoin éclairé de développements spécifiques dans l'Europe de son époque, comme le passage d'un monde rural et agricole à un monde urbain et industriel, le développement de la question sociale et la mise en place d'institutions parlementaires. Lors de la célébration du centenaire de sa mort en 1998, le ministre fédéral de l'Intérieur Manfred Kanther ainsi que l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger ont à nouveau souligné la dimension européenne de l'œuvre et de la personne de Bismarck. La même année, l'historien français Joseph Rovan publia un livre dans lequel il attribuait à Bismarck un rôle dans l'unification européenne.

L'image de Bismarck en tant qu'homme d'État européen est surtout apparue de manière posthume. Après sa mort, Bismarck a fait l'objet d'un véritable culte en Allemagne, ce qui s'est traduit par l'érection d'innombrables monuments par des initiatives citoyennes. Bien que le monument à Bismarck ait été à l'époque sans aucun doute l'expression du nationalisme allemand, il s'inscrit dans la multiplication des monuments publics à travers l'Europe depuis les années 1830, par laquelle les nations se sont créées une possibilité d'auto-célébration. Cependant, alors qu'il n'y a pas eu ou qu'il n'y a pas en France de tendance équivalente à la monumentalisation de Bismarck, le culte de Garibaldi en Italie à la fin du XIXe siècle, par exemple, est tout à fait comparable.

Les "Pensées et souvenirs" de Bismarck font également partie d'une culture européenne de grands hommes d'État. Les deux premiers volumes sont parus en 1898 et ont été traduits les années suivantes en français, en anglais, en italien et en espagnol. Ces mémoires s'inscrivent dans une tradition européenne de l'autobiographie politique, de Jules César à Winston Churchill et Charles de Gaulle. Certes, Bismarck s'y présentait comme le "forgeron" de l'État national allemand, qui préservait en même temps les équilibres européens, tout comme Churchill se présentait comme le protecteur de l'Europe contre Adolf Hitler dans ses mémoires "La Seconde Guerre mondiale", publiés entre 1948 et 1954. Bismarck a ainsi suivi la tradition du grand Européen qui dépasse la nation qui l'a porté pour incarner une sorte d'universalité européenne.

Au tournant du millénaire, l'accent était moins mis sur l'unité nationale que sur sa forme fédérale : en 1998, plusieurs journalistes européens interrogés à ce sujet voyaient en Bismarck le maître du fédéralisme et donc un modèle possible pour l'intégration européenne.

En 1965, à l'occasion du 150e anniversaire de sa naissance, Willy Brandt déclarait : "Bismarck a réussi l'unification à l'extérieur ; il n'a pas réussi l'unification à l'intérieur (...). Pour le développement démocratique en Allemagne, Bismarck et son préjugé d'un Etat trônant au-dessus des citoyens a malheureusement été un malheur".

Dans un article paru en 2002 dans le quotidien français "Le Monde", le journaliste libéral Jean-Claude Casanova soulignait l'existence d'un trio de realpolitikers conservateurs composé de Bismarck, Churchill et de Gaulle, auquel on pourrait ajouter l'homme d'État italien Camillo Benso, comte de Cavour. Selon cette conception, Bismarck incarne une culture de la Realpolitik selon le modèle de Machiavel dans la tradition aristocratique de l'Ancien Régime. Au-delà de leur appartenance à la même tradition politique, ces hommes d'État représentent une sorte de culture européenne aristocratique. En matière d'aristocratie, Churchill considérait Bismarck comme son égal, tandis que ce dernier affirmait souvent qu'il aurait aimé naître dans les habits d'un aristocrate anglais. Il partageait cette identité d'aristocrate terrien avec Cavour, agronome passionné comme lui. Bismarck appartenait à cette culture aristocratique européenne, connaissait ses coutumes, parlait couramment le français, agrémentait ses discours au Parlement d'expressions étrangères et de références à la situation politique de l'Angleterre, de la France et de la Russie - tous pays qu'il connaissait bien pour y avoir séjourné longtemps. Bien que Bismarck soit considéré comme une personnalité du conservatisme européen, il a également associé son nom à un modèle de sécurité sociale que la gauche européenne a longtemps revendiqué.

Edited by Wallaby
  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/une-vie-une-oeuvre/sebastian-haffner-1907-1999-allemagne-je-t-aime-moi-non-plus-2738520 (24 mars 2018)

Sebastian Haffner (1907-1999)

Après son décès en 1999, son fils retrouve une partie du manuscrit abandonné en Angleterre. L’oeuvre Histoire d’un Allemand lui assure une toute nouvelle postérité. “Nous, les enfants de l’Allemagne, nous aurions tous voulu avoir un père ou un grand-père qui nous eût parlé, comme le fait Haffner avec une redoutable clarté, de son expérience intime, qui nous rendît palpable la tentation du mal, l’infiltration et la prise de pouvoir lente et perfide de la pensée raciste et fasciste”, affirme Martina Wachendorff, son éditrice en avant-propos de l’ouvrage. 

Link to comment
Share on other sites

"Faites ce que je dis, pas ce que je fais - surtout quand je fais RIEN -"    C'est ce que l'ALLEMAGNE dit à la SUISSE   => "Donnez donc des LEOPARD 2 à l'Ukraine"  [  et je peux me servir au passage ?   ]  

Drôle cette Allemagne  "L’Allemagne demande à la Suisse de revendre des chars Léopard 2 à Rheinmetall"

https://www.opex360.com/2023/03/03/lallemagne-demande-a-la-suisse-de-revendre-des-chars-leopard-2-a-rheinmetall/ 

"certains, c’est encore trop peu… au point de lui suggérer d’imiter la Suède et la Finlande, qui ont abandonné leur neutralité non seulement pour apporter une aide militaire à l’Ukraine mais aussi pour rejoindre l’Otan"

Suisse pour elle-même  : ""En tout cas, la question divise l’opinion publique suisse, à en croire un sondage publié par Tamedia. Ainsi, 50% des personnes interrogées se disent favorables, à titre exceptionnel, à une réexportation d’armes et de munitions vers l’Ukraine [46% s’y opposent et 4% n’ont pas d’opinion sur le sujet]. À noter les plus jeunes sont aussi les plus réticents… En revanche, pour la majorité, la neutralité demeure non négociable"

"ces derniers mois, la Suisse a également refusé de revendre à la Pologne les chars Leopard 2A4 [ou 87Leo dans la nomenclature de l’armée suisse, nldr] qu’elle tient en réserve"

"Par la passé, l’armée suisse a compté jusqu’à 380 Leopard 2A4. Et, atuellement, il n’en aligne plus que 230, dont 96 ont été mis en réserve."

"Si elles avaient refusé de revendre des Leopard 2A4 à la Pologne, les autorités suisses estimèrent en revanche que l’Allemagne pouvait « disposer livrement » des 42 exemplaires repris par Rheinmetall douze ans plus tôt"

OUF :  "désormais, l’Allemagne a pris la tête de la « coalition Leopard », qui rassemble les pays [Pologne, Espagne, Portugal, Suède, etc] ayant accepté de livrer des Leopard 2 à l’Ukraine, quitte à amoidrir leurs capacités militaires. D’où l’intérêt de Berlin pour les chars suisses, comme l’ont rapporté le quotidien hélvétique Blick et l’agence Reuters."

MAIS compliqué !     "« reconstituer les stocks d’armements au sein des pays membres de l’Union européenne et de l’Otan ». .... À noter que les chars éventuellement repris par le groupe allemand ne seraient pas destinés à l’Ukraine."

SUISSE aussi compliquée    "« La majorité des parlementaires a estimé que les chars constituaient une réserve stratégique pour l’armée et qu’il fallait les conserver. La société des officiers des troupes blindées a, elle aussi, clairement rejeté l’idée »"

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

  • pascal locked this topic
Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

  • Member Statistics

    5,982
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...