Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Opération Barkhane


Recommended Posts

Le 17/10/2021 à 21:16, Boule75 a dit :

Ahem... Persistance de pratiques relevant de l'esclavage dans l'ouest malien. J'ignorais.
(et le mets là faute d'autre fil idoine)

"Les esclaves ne feront pas la fête dans notre village" : des vidéos montrent la violence du système des castes au Mali

 

Il y a un certains nombres d'ethnies au Mali et une sorte de "classement" avec des ethnies/castes supérieures à d'autres. C'est assez marrant d'assister à ce genre de discussion.

La ville de Kayes est proche de la frontière avec la Mauritanie et le Sénégal ; les ethnies sont à peu près les mêmes et certaines "traditions" perdurent. La Mauritanie à aboli l'esclavage dans les années 2000s (ça avait déjà été aboli avant mais il a fallu l'interdire plusieurs fois) et le problème perdure encore.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.dw.com/de/burkina-fasos-stille-flüchtlingskrise/a-59574628 (23 octobre 2021)

1,4 millions de déplacés internes au Burkina.

2244 établissements scolaires restent fermés cette année scolaire à cause de la terreur. Près de 54 % des personnes déplacées ont moins de 14 ans, indique Abdouraouf Gnon-Konde, représentant des Nations unies. "Ils attendent tout ce temps pour retourner à l'école. L'école est la clé pour créer un avenir pour ces enfants." Les organismes d'aide ont lancé un certain nombre de projets pour combler le manque de classes. Toutefois, cela ne suffit pas.

"Entre 20 000 et 25 000 Burkinabés vivent aujourd'hui au Mali", déclare Abdouraouf Gnon-Konde du HCR. Selon lui, 12 000 à 15 000 personnes ont trouvé asile au Niger. 4 000 à 5 000 personnes ont trouvé refuge dans le nord du Bénin et environ 5 000 en Côte d'Ivoire. Il y a également un nombre croissant de jeunes Burkinabés qui demandent l'asile en Europe.

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211023-burkina-faso-les-jeunes-de-la-tapoa-se-dressent-face-aux-terroristes

Marcel Ouoba, porte-parole des jeunes de cette province, déclare : « Les terroristes ont encerclé les villes et les villages. (...) La situation est vraiment catastrophique. Toutes les institutions financières sont parties. Il est très difficile pour les commerçants de venir à Ouagadougou ou d'aller à Niamey ou à Cotonou pour nous ravitailler. Il est très difficile pour toutes les personnes malades de quitter Diapaga pour aller à Fada N'Gourma, où il y a un centre hospitalier, alors qu'il n'y a qu'un seul centre médical dans la Tapoa. »

Face à ce qu’ils considèrent comme de l’inaction de la part des autorités administratives, ces jeunes ont décidé d’affronter les groupes armés avec leurs moyens. Pour Marcel Ouoba et ses camarades, l’heure n’est plus à la réflexion mais l’action : « Nous pensons que notre sécurité ne doit plus être une affaire de quelques individus. Les terroristes doivent savoir que désormais, chaque village est une armée qui les attend. Nous allons aller au combat et les affronter. Mais il n'y aura pas le chaos. »

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211018-burkina-fin-de-la-visite-du-président-nigérien-mohamed-bazoum-dominée-par-la-question-sécuritaire

En présence des chefs d’état-major généraux des armées nigériennes et burkinabè, les deux chefs d’État ont décidé de renforcer leur coopération en matière de renseignements et d’actions conjointes, comme l’opération « Taanli », au mois de juin dernier.

« Nous avons décidé ensemble de consolider la mutualisation de nos moyens, a déclaré Roch Marc Christian Kaboré, de consolider la coopération entre le ministère de la Défense, les Renseignements, le ministère de la Sécurité, de manière à ce que nous puissions, ensemble, faire en sorte de sécuriser les frontières communes que nous avons. »

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
Il y a 3 heures, Polybe a dit :

C'est encore et toujours le même "réseau" qui se dit "panafricaniste" et dont le combat politique et idéologique c'est le combat contre la France.

Sur les réseaux sociaux ça se donne la main entre groupes et individus de différents pays. Internet donne un écho à leur idéologie à leurs démonstrations/manifestations qui va répéter les mêmes slogans peu importe que vous êtes au Mali, au Burkina, au Niger, en RCA. En fait ce panafricanisme n'est pas global à toute l'Afrique, il est bien concentré sur l'Afrique francophone et il est clairement dirigé contre la France, les intérêts de la France et les alliés politiques de la France. On a l'impression de voir un mouvement qui se veut révolutionnaire, de type Marxiste-communiste et je l'ai déjà dit ici, je le redis, ces mouvements sont soutenus par d'autres états dont l'objectif est de dégager l'influence française pour soit l'affaiblir, soit la remplacer.

On observe très souvent dans ces groupes qui se disent patriotes et indépendantistes, contre toutes formes de présences étrangères, faire curieusement exception pour la Russie, pour la Chine, quand ce n'est pas après quelques minutes de dialogue, un appel très nette à voir ces pays s'installer chez eux dans une logique de remplacement. Je le redis il n'y a pas un de hasard dans cet attrait vers ces pays, cela ne tombe pas du ciel. Je ne dis pas que ces pays sont les créateurs de ces groupes et mouvements, mais qu'ils en sont des soutiens, sur le plan financier, politique, médiatique mais qu'ils cherchent également des soutiens militaires capables de faire un coup d'état...

Il faut savoir que ces mouvements ne sont parfois pas représentatif de la majorité, mais par contre ils agissent pour être vu et entendu et ils exploitent parfaitement les réseaux sociaux pour créer un effet de masse avec la profusion de commentaires avec des multitudes de pseudos qui servent à donner de la diversité à ceux qui font cela toute la journée, dans les sites et réseaux locaux, mais ils viennent aussi chercher chez nous pour nous "attaquer" et pour se confronter à des français, leur défouloir. Quand vous avez 1000 personnes dans une salle qui ne disent rien, il suffit d'un seul individu qui gueule pour que tous ne verront et ne se souviendront que de lui. C'est pareil avec eux, ils sont ceux qui gueulent, ils sont ceux qui se font voir, une manifestation de 500 personnes dans Bamako ça suffit pour l'effet médiatique et pour qu'ils séduisent sur place ou qu'ils vont finir par convaincre les français qu'ils ne sont pas les bienvenus. Et cela marche, combien de français disent et répètent qu'ils ne veulent pas de nous et appellent au retrait total en pensant naïvement sanctionner ceux qui sont contre nous?

En vérité, il faut accepter cette opposition et ne pas s'y soumettre, ne pas lui donner la victoire car en agissant ainsi, on ne gagnera jamais rien, on ne se fera jamais respecté, on ne sera jamais craint. Si ces groupes prospèrent et se sentent tout puissant contre la France, c'est par ce qu'on n'accepte pas de combattre des ennemis dès lors qu'ils n'ont pas d'armes dans les mains, qu'on ne pousse pas nos alliés locaux à combattre ces gens, qu'on ne cherche pas à faire de la propagande active qui va donner tort à leur imagination, on manque de fermeté. Par peur d'être clivant en cherchant à plaire à tous, on finit par plaire à personnes et à donner l'avantage à ceux qui font de l'anti-France  .

On se montre faible et distant, faisant une opération militaire qui manque d'une communication "brute" que le "simple d'esprit" attend (y compris en France), ce qui laisse libre place à l'imaginaire. Nous avons une mauvaise communication, qui n'est tout simplement pas adapté à la société moderne. Les communiqués ne suffisent pas, ne suffisent plus. Le public ne comprend pas une guerre ou l'action sont des mots car les mots sont de moins en moins des faits, car les mensonges, les manipulations, les théories du complot sont passés par là. Aujourd'hui dans ceux qui appellent la France à dégager du Sahel, on voit le discours qui prête à la France d'armer, d'entrainer et d'être derrière les terroristes. Ils disent que nous ne les combattons pas et nos communiqués, qu'ils ne croient pas, ne changent pas leurs avis, au contraire pour eux c'est de la manipulation.

Nous allons faire et autoriser des reportages sur l'opération Barkhane, oui on va avoir de belles images de convois, de la vie au camp, mais jamais on ne voit clairement l'ennemi. Cette information participe à deux mauvaises choses, la première c'est celle ou en France on a l'impression de ne rien faire et d'avoir pleins de moyens pour un faible résultat, qu'on tourne en rond, la deuxième c'est celle qui conforte l'imaginaire de ceux qui s'opposent à nous et qui verront dans le terrassement d'une rangée de bastion wall la preuve que la France pille l'or du Mali.

On doit arrêter cela, je sais que nous sommes une armée conventionnée, je sais qu'on suit des principes, mais il va falloir cesser de parler, cesser d'écrire et avoir une communication "visuelle". Les images parlent mieux que les mots et il faut satisfaire un "public" français qui veut voir du concret sur l'ennemi, mais aussi pour clouer le bec à ceux qui pensent que nous ne faisons rien ou que nous sommes les alliés des terroristes. L'essentiel des pertes de l'ennemi sont le fait de frappes aériennes et elles sont presque toutes enregistrées. De même que les actions des Tigres ou la surveillance des drones. Nous avons des vidéos qu'on pourrait balancer en nombre sur les médias, les réseaux sociaux et qui pourrait faire un sacré coup à nos détracteurs mais aussi à des français qui parfois n'ont d'autres débats que de savoir ce que veut dire "neutraliser" dans un communiqué de presse.

Si officiellement c'est compliqué et d'une certaine façon proscrit de réaliser ces diffusions, faisons comme s'il y avait une "fuite"...

Derrière cela, je suis aussi favorable à ce que nous nous attaquions aux têtes "pensantes" de l'anti-France ainsi qu'à leurs relais, d'assumer ce combat et de leur mettre une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Le service action de la DGSE doit reprendre des activités d'éliminations ciblées, de sabotage. Ne surtout pas le faire symboliquement une fois ou deux, car le symbole va au contraire galvaniser et victimiser ceux d'en face, il faut en faire une menace permanente qui frappe constamment quitte à embaucher des locaux.

Car comprenez bien, tout cela n'est pas juste lié à notre présence, ce n'est pas en partant que ça s'arrêtera, faire cela leur offrira juste une victoire et poussera leur lutte bien à d'autres intérêts français et ils finiront par pousser ce combat jusque dans notre pays. Ils ont une haine, ils cultivent une haine contre tout ce qui est français, du soldat à l'opérateur téléphonique, ils veulent qu'on perde tout, ils veulent l'échec et l'écroulement de la France c'est obsessionnelle. C'est un ennemi idéologique et ces gens là qui disent vouloir lutter contre le terrorisme sont en réalité ceux qui construisent les terroristes de demain, donnez leur des armes et vous verrez s'ils resteront pacifiques. Le monde actuel n'est plus celui d'il y a 30 ans, ou le classique "rentrez chez vous" restait local et épisodique en fonction de rumeurs et d'événements. On est aujourd'hui dans une mondialisation ou ce combat est devenu et devient pour beaucoup celui de leur vie, ou il est permanent, s'étendant et voulant s'étendre à tous les pays dans un esprit parfois de "revanche" de l'époque coloniale (qu'ils n'ont pour l'immense majorité, jamais connue). C'est l'éradication de présence française que ce soit militaire, économique, diplomatique, politique (avec les dirigeants locaux qu'ils jugeront trop proches de nous), mais aussi culturel, historique et finiront par exploiter l'immigration africaine en France, qu'ils victimiseront ou embrigaderont pour mener le combat idéologique ici, quand il ne deviendra pas un combat armé et terroriste.

Ne prenons pas cela pour un simple ras le bol de Barkhane, c'est bien plus que ça, bien plus qu'une simple question locale et qui cessera avec notre départ. Il ne faut pas non plus penser qu'avec notre retrait, les terroristes leur donneront tort, ils sont au contraire typiquement ceux qui seront leurs alliés, déjà prêts au Mali à "négocier" avec eux. Que le terroristes se jouent par la suite d'un combat axé contre la France et vous allez voir que les volontaires de ces groupes seront nombreux et ne penseront pas rejoindre un combat islamiste ou terroriste (même s'il le restera d'une certaine façon) mais un combat contre la France.

  • Like 1
  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Ah...
...eh ben...
...moi je me suis dit : tiens, un truc bien chiant pour Barkhane. Les convois Voies Sacrées, c'est un peu son poumon. La question : est-ce une manoeuvre à l'initiative de nos adversaires là-bas ? Parce que ça serait interessant.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Jésus a dit :

J'ai comme un doute.

Ce n'est pas qu'il est impossible d'abattre un drone avec un lance pierre, mais il y a diverses incohérences dans cette histoire.

Je m'explique:

-La première incohérence c'est que pour l'instant nous n'avons que des photos, croyez moi (même en Afrique) tout le monde a des téléphones et qu'un survol par un drone de cette foule par un drone aurait été un truc peu banal. Idem pour le gamin tentant de l'abattre.

-La deuxième incohérence se porte sur les images du drone en lui même. Ils mettent en parallèle l'image d'un drone ANAFI en vol pour illustrer l'appareil visé et abattu. La photo du drone au sol n'est pas de ce modèle (d'ailleurs l'armée de terre ne l'a pas encore en service, mais c'est pour bientôt). Ce que nous utilisons c'est le NX70 et ce n'est toujours pas ça. Donc déjà ce drone en vol n'a pas été prise sur place. Je suis preneur pour savoir quel type de drone c'est.

-La troisième incohérence, c'est le niveau de destruction. Je veux bien qu'une pierre lui casse un moteur et le fasse chuter, mais pas au point de lui casser deux bras, de lui casser sur un autre sa partie motorisé, de lui faire perdre sa caméra. C'est excessif pour une chute et je ne vois pas comment dans une chute la casse peut se faire sur plusieurs côtés. Et même si on peut vouloir s'imaginer une foule s'étant déchainé dessus, on verrait des coups ailleurs, on verrait de la saleté et autres.

Je ne suis pas non plus spécialiste dans la conception de drones, mais je suppose que sur la photo du bas, la partie qu'on voit est le ventre du drone, donc tourné vers le sol quand il est en vol. Pourquoi alors sur le seul bras intact du drone ou l'on peut voir un moteur, ce dernier est inversé ?

Par ailleurs j'ai vu une photo (que je n'arrive étrangement plus à retrouver) de ce qui est présenté comme la partie "optique" du drone, il ne restait que la structure, plus de caméras à l'intérieur.

Bien qu'ils montrent également une étiquette laissant supposé que ce drone appartient à l'ECPAD, je la trouve très grossière et reste à savoir si l'ECPAD avait une équipe dans ce convoi qui semble pour certains protestataires "exceptionnel" alors qu'il ne l'était pas. Je ne vois pas non plus pourquoi l'ECPAD aurait pour mission de surveiller une foule ou pourquoi elle disposerait d'un drone pour accompagner ce convoi.

Je peux me tromper, mais quand je vois cela, j'ai l'impression qu'on est face à une petite propagande cherchant à humilier l'armée française via un enfant. Cela suffit à galvaniser un public qui veut donner des coups à la France, je le redis et qui cherche à la rabaisser, d'où l'utilisation d'un enfant afin de donner un sentiment ou combattre notre armée est à la portée d'un enfant. C'est psychologique.

Le drone comme indiqué plus haut a des incohérences. Pour moi il s'agit d'un drone HS qui a été désossé pour servir de pièces détachées à d'autres drones ou d'autres choses (l'Afrique est un grand classique de la bricole) sur laquelle on a collé une étiquette et autour duquel on a monté une histoire. Le bras avec le moteur, je pense qu'à l'origine il est de l'autre côté, mal remonté...

FEs5SzKXEAMSoWI?format=jpg&name=900x900

 

FEtM0pZXwAA-_u-?format=jpg&name=medium

Maintenant il y a et il y aura peut-être d'autres infos qui vont arriver, peut-être que l'ECPAD pour un petit drone acquis comme ça sur le marché civil, ne s'est pas emmerdé à avoir un truc officiel et s'est contenté de l'étiquette qui par mon expérience n'est pas vraiment réglementé et semble faîte localement. Je ne sais pas comment ça se passe dans un petit service comme l'ECPAD.

Donc rien d'impossible à avoir un drone être touché par un lance pierre, mais il y a des éléments qui me chiffonnent. En tout cas pour ceux d'en face, on dirait qu'ils ont réalisé un truc de dingue, pourtant même si on considère cela comme vrai, on constate qu'en face ils ont besoin de victoires aussi insignifiantes soient-elles, ils ont une envie de voir qu'ils portent des coups à la France et plus ils vont se convaincre d'être puissants, plus ils pousseront.

L'Afrique est une machine à fake news, attention à ne pas tout prendre au sérieux, toujours chercher les incohérences.

 

'faut pas partir aussi loin, et c'est pour ça que je n'ai pas détaillé.

Maintenant oui l'ECPAD peut avoir du monde en unité. Oui ils utilisent de la gamme civil. Et oui ils peuvent faire de l'appui avec leurs moyens (prendre des souvenirs/images preuves étant une forme d'appui).

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Polybe a dit :

Vendredi, des milliers de personnes se sont rassemblées, à Kaya, pour s’opposer au passage de ce convoi, en provenance de Côte d’Ivoire et à destination du Niger. Des slogans, tels que « Armée française dégage », « Libérez le Sahel », « Plus de convoi militaire d’invasion et de recolonisation français », étaient inscrits sur des écriteaux et des banderoles brandis par des manifestants. Les poings en l’air, ils ont entonné l’hymne national burkinabé face au convoi français de plusieurs dizaines de véhicules.

Ouais, ça sent la manifestation spontanée et sans influence étrangère :wink:

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Opération « Barkhane » : une deuxième base militaire française transférée aux Maliens. Après celle de Kidal mi-octobre, l’emprise de Tessalit a été rétrocédée à l’armée malienne dans le cadre de la restructuration des opérations françaises au Sahel.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/11/16/operation-barkhane-une-deuxieme-base-militaire-francaise-transferee-aux-maliens_6102298_3212.html

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, Paschi a dit :

Vendredi, des milliers de personnes se sont rassemblées, à Kaya, pour s’opposer au passage de ce convoi, en provenance de Côte d’Ivoire et à destination du Niger. Des slogans, tels que « Armée française dégage », « Libérez le Sahel », « Plus de convoi militaire d’invasion et de recolonisation français », étaient inscrits sur des écriteaux et des banderoles brandis par des manifestants. Les poings en l’air, ils ont entonné l’hymne national burkinabé face au convoi français de plusieurs dizaines de véhicules.

Ouais, ça sent la manifestation spontanée et sans influence étrangère :wink:

Askip y avait quelques drapeaux russes dans la foules (pour de vrai hein...). ^^ Maintenant je pense qu'il est hasardeux d'affirmer une influence étrangère. @Jésus a assez longuement expliqué qu'il y a des mouvements capables de faire ça ex-nihilo.

 A 0'32.

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.lopinion.fr/international/mali-pourquoi-la-france-doit-partir (8 janvier 2021)

Jean-Dominique Merchet

00:47 Le courage politique c'est, aujourd'hui, de partir.

01:02 Il n'y a que de mauvaises solutions aujourd'hui dans cette région du monde pour la politique de la France.

01:12 La colonisation française a été très tardive dans ce qu'on appelait alors le Soudan français, qu'on appelle aujourd'hui le Mali, le Niger. Elle a commencé à la fin du XIXe siècle. La ville de Gao, par exemple qui est la grande base militaire française dans cette région, les Français n'y sont arrivés qu'en 1898-1899, à la toute fin du XIXe siècle. C'est une colonisation superficielle [1] qui a duré 70 ans à peu près. Puis, au moment de la décolonisation, dans ce qu'on appelait la Françafrique, d'une certaine manière, les États de la région ont copié le modèle français d'État jacobin, centralisé, administratif, avec des frontières bien définies, une administration...

01:58 Et puis on a vu qu'au fil des ans tout cela s'effondrait progressivement pour revenir à des schémas beaucoup plus traditionnels et qui correspondent à l'histoire et à ce que sont réellement ces pays. Il ne faut pas oublier que le Sahel est une région du monde qui a une très longue histoire politique. Depuis le Moyen Âge, il y a eu des empires : l'empire du Mali, du Ghana, l'empire Songhaï, puis des royaumes, le royaume du Macina, puis, au XIXe siècle, ce qu'on appelait des califats, c'est à dire des pouvoirs, liés à la religion, qu'on qualifierait aujourd'hui d'États islamiques, de djihadistes [2] qui dominaient toute cette région quand les Français y sont arrivés et l'on conquise par la force.

02:45 Ce qu'on voit aujourd'hui, c'est que cette région renoue avec ces schémas politiques traditionnels, qui ont été effacés pendant grosso modo un siècle de colonisation et de post-colonisation, avec par exemple un contrôle assez flou du territoire : c'est des États qui n'avaient pas de frontières très bien définies, mais on voyait des zones où progressivement, l'influence du pouvoir central s'effaçait des "marches" [3] comme on pourrait dire, et on voit ça réapparaître. D'ailleurs on voit bien que ce sont dans les zones dites des "frontières" que se joue l'essentiel des opérations contre-insurrectionnelles.

05:37 Ensuite, [après l'opération Serval de 2013] il va y avoir une décision que je considère comme mauvaise, qui va être de rester dans cette région du monde, voire d'élargir le périmètre d'action à l'ensemble du Sahel, ce qu'on appelle le G5 Sahel, c'est à dire les 5 pays de la région : la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Tchad et le Niger. La France n'a évidemment pas les moyens militaires, financiers, politiques, d'assumer une telle opération sur une zone aussi vaste, et on va évidemment commencer à s'enliser dans une situation qui est désormais pour tout le monde sans issue bénéfique.

06:30 D'abord, y a-t-il à partir du Sahel, une menace directe sur le territoire national français ? J'ai systématiquement depuis des années interrogé tous les responsables du renseignement français : DGSE, Conseil National du Renseignement et autres, et à chaque fois leur réponse a été la même : non nous n'avons jamais identifié de menace directe en provenance du Sahel contre le territoire national [4] ce qui crée une situation très différence de ce qu'on a pu voir par exemple en Syrie ou en Irak.

09:40 En Indochine on appelait ça la "jaunisation" des troupes. Aujourd'hui on appelle ça la "sahélisation" des troupes. En réalité ces armées ne seront jamais capables, en tout cas à horizon humain, de mener une guerre à l'occidentale sur ce terrain. Donc non, nous ne passerons pas le relai à ces troupes. Nous cherchons simplement un argument, une raison pour justifier notre départ en disant : "dès qu'ils seront à peu près capables de faire le travail on pourra partir" : ça ne marche nulle part ! L'afghanisation a échoué, l'irakisation a échoué. On part et ensuite on voit ce qui se passe, donc je ne crois pas du tout à ce discours qui est un discours qu'on entend depuis des décennies (...) comme si on n'apprenait vraiment rien de tous nos échecs passés. C'est une machine qui produit toujours le même type de réponses, et à chaque fois elles ne sont pas adaptées.

12:06 Y a-t-il une bonne solution ? Non, il n'y a que de mauvaises solutions aujourd'hui, dans cette région du monde pour la politique de la France. Ce qu'il faut c'est du courage et le courage politique c'est aujourd'hui de partir pour laisser les Africains règler entre eux leurs problèmes qui sont d'abord des problèmes africains. Évidemment cela aura un coût politique à payer, parce qu'on dira : finalement les djihadistes ont gagné. En réalité ce sera beaucoup plus compliqué que ça parce que les gouvernements négocieront et les choses se remettront en place. On verra des alliances inattendues se nouer [5] comme souvent dans cette région du monde.

12:51 Les deux principaux problèmes auxquels fait face cette région du monde notamment le Mali c'est la formidable explosion démographique, qu'elle connaît depuis une cinquantaine d'années, avec une population qui augmente de manière exponentielle, et c'est évidemment les conséquences du réchauffement climatique dans une région qui est à la limite du Sahara, donc à la limite de zones habitables [6]. C'est à ça, aujourd'hui, qu'il faut s'attacher à répondre, en partant des sociétés telles qu'elles sont et non pas telles que nous les avons construites dans un monde post-colonial [7].

[1] Oui [sur le plan culturel, voire économique peut-être] et non [au sens où cela a laissé des traces politiques durables]. Voir Charles Grémont, « Comment les Touaregs ont perdu le fleuve. Éclairage sur les pratiques et les représentations foncières dans le cercle de Gao (Mali), XIXe-XXe siècles », 2005, ici : http://www.air-defense.net/forum/topic/14067-opérations-au-mali/page/194/?tab=comments#comment-635768l

[2] Comme le symbolise la surprenante remise par Édouard Philippe à Macky Sall du sabre attribué de façon incertaine à El Hadj Oumar Tall pour qui « la terreur était une arme stratégique : massacre des hommes, réduction à l’esclavage des femmes et des enfants brisaient le moral des pays menacés et amenaient certains à se rendre sans combattre » http://www.air-defense.net/forum/topic/8143-afrique-politiques-internes-et-relations-internationales/page/68/?tab=comments#comment-1263436

[3] https://www.cnrtl.fr/definition/marche

[4] Bizarrement, le son de cloche changera le 1er février 2021 (alors que Merchet s'est exprimé ci-dessus le 8 janvier) "L'objectif assumé des terroristes sahéliens est de mener des attentats en Occident, et en Europe en particulier. Le 11 septembre 2001 a été préparé dans une vallée afghane. Le 13 novembre 2015 a été conçu dans les rues de Raqqa." Bernard Emié, directeur de la DGSE à franceinfo. http://www.air-defense.net/forum/topic/18835-opération-barkhane/page/115/?tab=comments#comment-1379036

[5] Avec la Russie ?

[6] Attention aux idées reçues : le GIEC prévoit une augmentation de la pluviosité au Sahel, contrairement à la ceinture méditerranéeenne, dans la foulée du "reverdissement du Sahel" de ces dernières décennies et de l'agrandissement du lac Tchad : http://www.air-defense.net/forum/topic/18835-opération-barkhane/?do=findComment&comment=1334364

[7] Oui mais justement, à cause de la démographie elles ne seront plus jamais ce qu'elles ont été avant la colonisation. On ne s'organisera pas à 70 millions au Niger en 2050 comme on était organisé à 1 million d'habitants en 1905 https://core.ac.uk/download/pdf/39844345.pdf . Il n'existe pas un "être" immuable de ces sociétés vers lequel il suffirait de revenir.

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 21/11/2021 à 18:14, Polybe a dit :
 

Askip y avait quelques drapeaux russes dans la foules (pour de vrai hein...). ^^ Maintenant je pense qu'il est hasardeux d'affirmer une influence étrangère. @Jésus a assez longuement expliqué qu'il y a des mouvements capables de faire ça ex-nihilo.

 

Tu sais, en tant qu'athée les sermons de jésus... :laugh: je ne dis pas que c'est le FSB qui a donné pour instruction d'organiser cette manifestation. Mais croire que ces mouvements sont spontanés et dénués d'influence et soutient externes serait faux. Les Maliens et aujourd'hui les Burkinabés ne se sont pas réveillés un jour en se disant, la France doit dégager, vive la Russie. Les élites qui continuent à s'en mettre plein les poches, la corruption toujours présente, la population qui vit toujours dans la misère, l'insécurité qui demeure, voire s'accroît dans certaines régions. Cela crée un mécontentement grandissant au sein de la population et la présence Française est prétexte pour en faire un complice si ce n'est le responsable. De part ces faits, il est aisé pour une entité étrangère d'influencer certaines personnes et financer certains médias pour distiller tout doucement un sentiment anti-français et pro-russe. Cela a été relevé par les autorités françaises et il n'y pas que les Russes qui sont visés par ces accusations mais les Turques également.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 21 heures, Paschi a dit :

Tu sais, en tant qu'athée les sermons de jésus... :laugh: je ne dis pas que c'est le FSB qui a donné pour instruction d'organiser cette manifestation. Mais croire que ces mouvements sont spontanés et dénués d'influence et soutient externes serait faux. Les Maliens et aujourd'hui les Burkinabés ne se sont pas réveillés un jour en se disant, la France doit dégager, vive la Russie. Les élites qui continuent à s'en mettre plein les poches, la corruption toujours présente, la population qui vit toujours dans la misère, l'insécurité qui demeure, voire s'accroît dans certaines régions. Cela crée un mécontentement grandissant au sein de la population et la présence Française est prétexte pour en faire un complice si ce n'est le responsable. De part ces faits, il est aisé pour une entité étrangère d'influencer certaines personnes et financer certains médias pour distiller tout doucement un sentiment anti-français et pro-russe. Cela a été relevé par les autorités françaises et il n'y pas que les Russes qui sont visés par ces accusations mais les Turques également.

Je dis juste qu'il ne faut pas systématiser même si là c'est le cas.

Link to comment
Share on other sites

Après le Burkina, c'est Niger que des (petites) foules perturbent lourdement le passage des convois de Barkhane : les rumeurs, les délires plutôt, à l'origine de ces manifestations, sont donc transnationaux.

3 morts au moins cette fois-ci, qui seraient le fait de heurts entre manifestants et gendarmes locaux (sans grande précision). Les "rumeurs" parlent déjà de plusieurs dizaines de morts bien sûr. Elles ont été démenties par la présidence nigérienne.

Citation

Le convoi militaire français qui fait route vers la ville malienne de Gao a de nouveau été pris à partie samedi matin à Téra, dans l'Ouest du Niger. C'est ce même convoi de 90 véhicules qui avait été bloqué pendant plusieurs jours par des manifestants à Kaya, au Burkina Faso. Selon le gouvernement nigérien, deux personnes sont mortes et 18 ont été blessées dans les heurts de dimanche matin au Niger.

Quel impact sur la logistique et sur les opérations ? A suivre.

Link to comment
Share on other sites

il y a 42 minutes, Boule75 a dit :

les rumeurs, les délires plutôt, à l'origine de ces manifestations, sont donc transnationaux.

Comme je l'ai expliqué dans un long commentaire en haut, on est face à un mouvement qui se prétendra "panafricaniste" structuré par les réseaux sociaux et instrumentalisé par des puissances étrangères qui vont l'exploiter et lui donner un écho plus large.

Le problème de cela, c'est que ce mouvement (qui se prétend toujours "patriotes" peu importe le pays, c'est une marque de fabrique) est entièrement obsédé par la France et se concentre sur la zone francophone. Il est en fait typiquement anti-français et cherche à tout prix à nuire à notre image, notre présence, nos intérêts, peu importe les mensonges ou autres délires, l'important est d'avoir de quoi critiquer, combattre, protester, s'opposer contre la France.

Mais attention à ne pas croire que tout cela est juste lié à une revendication populaire partagée par tous ni que ça tient juste à notre présence militaire. Car la tentation de se dire "partons, laissons les se démerder" est recherché par ce mouvement alors même que de notre côté, on pourrait avoir le sentiment qu'en faisant cela, on va les "punir".

Partir militairement n'y mettra pas fin, c'est une idéologie qui vise à éradiquer toute trace française en Afrique et c'est justement ce combat extrémiste anti-français qui intéresse des pays étrangers qui veulent réduire notre influence, nos intérêts, soit pour nous affaiblir soit pour prendre notre place.

On est face à un mouvement qui est politisé et qui n'est pas local dans son combat et qui ne s'arrêtera pas avant d'atteindre son idéal d'une Afrique débarrassée de la France. Internet permet de continuer une lutte permanente et sans frontières. Ce n'est pas que Barkhane

On doit accepter ce nouvel ennemi "sans armes" et le combattre, avec l'appui des gouvernements locaux, par des actions cyber, par des actions de sabotages (médias etc...), une guerre informationnelle permanente. Mais il faut aussi comprendre qu'il faut instaurer la peur, car la population autochtone fonctionne beaucoup par "sentiments" et c'est aussi cela qui la laisse très vulnérable à la moindre rumeur aussi incohérente qu'elle peut être, comme ici ou très clairement l'armée française devient celle qui "arme les terroristes et participe à leurs actions". Il faut savoir s'imposer, se faire respecter, y compris de force, on a toujours des opposants, notre intérêt c'est qu'ils ne gagnent pas.

Inutile à vouloir se faire aimer par ces gens qui ne sont pas la majorité (même s'ils sont ceux qui se montrent et gueulent le plus), alors cherchons a être craint pour qu'ils ne se pensent pas tout puissant, car ce sentiment leur donne l'envie de continuer et d'aller toujours plus loin. Quand ils voient qu'avec quelques centaines de manifestants bloquant une route par leur présence ou quelques pneus, ils arrivent à stopper l'armée française, c'est pour eux un gain de confiance dans leur lutte, une sensation de puissance, de courage.

Ils reproduiront la même chose pour les autres convois, les mêmes processus, le même suivi, la même "coordination" et ça poussera toujours plus loin et c'est malheureux à dire, mais il n'y a que le bruit des armes qui vont les calmer, ce n'est que lorsqu'ils comprendront que ce jeu idéologique n'est pas un jeu sans danger qu'ils agiront autrement. Ce n'est pas notre société ni ses manières, ce n'est pas une manif de la CGT.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 30 minutes, Jésus a dit :

Comme je l'ai expliqué dans un long commentaire en haut, on est face à un mouvement qui se prétendra "panafricaniste" structuré par les réseaux sociaux et instrumentalisé par des puissances étrangères qui vont l'exploiter et lui donner un écho plus large.

Le problème de cela, c'est que ce mouvement (qui se prétend toujours "patriotes" peu importe le pays, c'est une marque de fabrique) est entièrement obsédé par la France et se concentre sur la zone francophone. Il est en fait typiquement anti-français et cherche à tout prix à nuire à notre image, notre présence, nos intérêts, peu importe les mensonges ou autres délires, l'important est d'avoir de quoi critiquer, combattre, protester, s'opposer contre la France.

Mais attention à ne pas croire que tout cela est juste lié à une revendication populaire partagée par tous ni que ça tient juste à notre présence militaire. Car la tentation de se dire "partons, laissons les se démerder" est recherché par ce mouvement alors même que de notre côté, on pourrait avoir le sentiment qu'en faisant cela, on va les "punir".

Partir militairement n'y mettra pas fin, c'est une idéologie qui vise à éradiquer toute trace française en Afrique et c'est justement ce combat extrémiste anti-français qui intéresse des pays étrangers qui veulent réduire notre influence, nos intérêts, soit pour nous affaiblir soit pour prendre notre place.

On est face à un mouvement qui est politisé et qui n'est pas local dans son combat et qui ne s'arrêtera pas avant d'atteindre son idéal d'une Afrique débarrassée de la France. Internet permet de continuer une lutte permanente et sans frontières. Ce n'est pas que Barkhane

On doit accepter ce nouvel ennemi "sans armes" et le combattre, avec l'appui des gouvernements locaux, par des actions cyber, par des actions de sabotages (médias etc...), une guerre informationnelle permanente. Mais il faut aussi comprendre qu'il faut instaurer la peur, car la population autochtone fonctionne beaucoup par "sentiments" et c'est aussi cela qui la laisse très vulnérable à la moindre rumeur aussi incohérente qu'elle peut être, comme ici ou très clairement l'armée française devient celle qui "arme les terroristes et participe à leurs actions". Il faut savoir s'imposer, se faire respecter, y compris de force, on a toujours des opposants, notre intérêt c'est qu'ils ne gagnent pas.

Inutile à vouloir se faire aimer par ces gens qui ne sont pas la majorité (même s'ils sont ceux qui se montrent et gueulent le plus), alors cherchons a être craint pour qu'ils ne se pensent pas tout puissant, car ce sentiment leur donne l'envie de continuer et d'aller toujours plus loin. Quand ils voient qu'avec quelques centaines de manifestants bloquant une route par leur présence ou quelques pneus, ils arrivent à stopper l'armée française, c'est pour eux un gain de confiance dans leur lutte, une sensation de puissance, de courage.

Ils reproduiront la même chose pour les autres convois, les mêmes processus, le même suivi, la même "coordination" et ça poussera toujours plus loin et c'est malheureux à dire, mais il n'y a que le bruit des armes qui vont les calmer, ce n'est que lorsqu'ils comprendront que ce jeu idéologique n'est pas un jeu sans danger qu'ils agiront autrement. Ce n'est pas notre société ni ses manières, ce n'est pas une manif de la CGT.

c'est bien joli, mais, en gros, combien de morts français pour des gens qui ne nous veulent plus ?

s'ils veulent se vendre aux Chinois ou aux Russes, qu'ils se démerdent....

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Skw a dit :

Niger: deux morts dans de nouveaux heurts sur la route du convoi français au Sahel, selon un bilan officiel

https://information.tv5monde.com/afrique/niger-deux-morts-dans-de-nouveaux-heurts-sur-la-route-du-convoi-francais-au-sahel-selon-un

Ce sont les deux mêmes heureusement.

Question à la cantonade : y a-t-il une composante ethnique dans ces manifestations, les manifestants contre-les-moulins-à-vent sont-ils plus peuls bambara ou autres ? Peut-être ne voudra-t-on pas l'afficher mais ce serait intéressant.
Tirer dans le tas ne me semble pas être l'option la meilleure. C'est ce qui espéré par les braves gens qui manipulent ces crédules : une bonne bavure, bien coloniale, bien "française", un bon évènement qui permettrait de fédérer les indécis, de donner une base aux récits de "plusieurs dizaines de morts" espérés par les promoteurs de ces manifestations, qui rendrait difficile la position des gouvernements raisonnables.

L'aspect distrayant, dans ces affaires, c'est la collusion de fait EIGS - Junte malienne - Turquie - Russie.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Boule75 a dit :

Tirer dans le tas ne me semble pas être l'option la meilleure. C'est ce qui espéré par les braves gens qui manipulent ces crédules : une bonne bavure, bien coloniale, bien "française", un bon évènement qui permettrait de fédérer les indécis, de donner une base aux récits de "plusieurs dizaines de morts" espérés par les promoteurs de ces manifestations

Il ne s'agit pas de tirer dans le tas, il s'agit de viser les meneurs/responsables des manifestations, pas la peine d'avoir des dizaines de morts.

Bien entendu qu'ils en feront des martyrs, bien entendu qu'ils vont s'exciter et diaboliser la France qui massacre d'innocents manifestants. Mais ces gens vivent trop loin du danger, c'est pareil au Burkina, c'est pareil au Mali, ceux qui manifestent sont ceux de l'arrière, qui voient le problème terrorisme derrière un écran même si ça se passe dans leur pays et la force française, c'est pareil. La guerre est douce à ceux qui ne l'ont pas connu et désolé si vous ne partagez pas mon point de vue, mais ces gens qui sont contre nous, sont en guerre contre nous, la seule différence, c'est qu'ils ne le font pas (encore) avec des armes.

C'est une guerre idéologique ou derrière un écran, une pancarte, tout est possible, tout est permis et ou ils se pensent invulnérables. Un grand nombre des personnes dans ces manifestations sont des "suiveurs", je les considère comme des victimes. Par contre il faut s'attaquer aux leaders et aux "influenceurs" qui manipulent ces gens et pensent mener une guerre tranquille, sans peur et sans risques contre nous. Moi je dis qu'il faut accepter de combattre ces gens et leur montrer que combattre la France ne se fait pas tranquillement sans risques et qu'il réfléchiront à deux fois avant de manifester.

Mais bien entendu pour que cela marche, il ne faut pas le faire une fois, car cela donnerait le sentiment d'une bavure et on ne récolterait que les effets négatifs de cela. Il faut mener (en coordination avec nos alliés locaux) une vraie chasse à l'homme de ces leaders du panafricanisme et de la lutte contre la France.

Après il y en a qui veulent subir et s'agenouiller devant eux, qui vont vouloir leur donner tout ce qu'ils réclament en pensant qu'ils sont les représentants des ces pays et non une minorité hyper active. Sauf que cette faiblesse c'est ce qui pousse de plus en plus, bien du monde à s'essuyer les pieds sur nous et ce qu'on pense arrêter en se faisant discrets, distants, inactifs produit en réalité l'effet inverse, le phénomène s'amplifiant car tout le monde voit qu'on peut agir contre la France sans risques.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 22 minutes, Jésus a dit :

Il ne s'agit pas de tirer dans le tas, il s'agit de viser les meneurs/responsables des manifestations, pas la peine d'avoir des dizaines de morts.

Mouais. Ca reste passablement cinétique et hors-cadre, et probablement contre-productif.

Je préférerais que la réaction viennent des autorités locales, du gouvernement ou même de palabres avec des anciens. Ca n'empèche pas d'identifier pourquoi (pour quels gains de pouvoir, pour quels avantages matériels surtout...) ces propagandistes agissent.

La difficulté est que la rengaine et le fantasmes anti-français sont un marronnier des opposants politiques de longue date ; j'ai souvenir des arguments complètements débiles des "sorbonnards" d'Abidjan, soutiens théorique de Gbagbo et farouches partisans d'une certaine ivoirité, voilà 15 ou 20 ans, qui se répandaient à longueur de colonnes et de diatribes affirmant que si la Côte d'Ivoire interdisait le commerce avec la France, celle-ci s'écroulerait. Le thème récurent de la Françafrique est également une rengaine super-facile de certains africains vivant en France, et de pas mal de monde aux extrêmes ou pas : le raisonnement est tellement simple qu'il est bien tentant. Les faits, ensuite, c'est plus compliqué, surtout quand les jugements sur les "bien mal acquis" s'enchaînent à Paris, que Bolloré - surprise ! devient un adversaire politique du pouvoir, que Benalla et ses potes sont tricards, etc... Et avez-vous vu passer #congoholdup ? Ahlala... tout fout le camp : voilà les médias d'état français qui dénoncent la corruption en Afrique et les joyeuses accointances chinoises des Kabila.

Les temps changent : évitons de la jouer à la russe, par pitié.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,755
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Kratos
    Newest Member
    Kratos
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...