Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Opération Barkhane


Recommended Posts

Il y a 7 heures, g4lly a dit :

Arte fait dans le complotisme egypto-centré ...

A quoi fais-tu référence ?

PS : Sinon, ce soir, sur Gulli, on a droit à ce chef d’œuvre :

Révélation

Enfin une chaine qui fait dans la précision historique. Stéphane Bern et l'autre barbichu, on les entend rarement parler de Gros Pif 1er. Un règne dont les royalistes semblent peu fiers.

Edited by Skw
  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Le 01/02/2022 à 13:19, Wallaby a dit :

https://www.lenouvelespritpublic.fr/podcasts/300 (30 janvier 2022)

Lionel Zinsou :

La zone de front s’élargit. Vous parliez de la « zone des trois frontières », où ont eu lieu les pires massacres. L’armée malienne a abandonné sa frontière avec le Niger, et à présent c’est celle avec le Burkina qui est abandonnée par l’armée burkinabée. C’est l’une des raisons du coup d’Etat. Le pays qui a perdu le plus du contrôle de son territoire est le Burkina. Mais en réalité, il ne s’agit pas des trois frontières mais des six. Dans la région de Tillabéri au Niger, où il y eut les pires massacres et les pires déplacements, il y a certes une frontière avec le Mali et le Burkina, mais aussi avec le Bénin. Au Nord du Bénin, du Togo, du Ghana et de la Côté d’Ivoire il y a aujourd’hui des coups de main des terroristes de plus en plus profonds.
Le Bénin n’était pas sur la ligne de front, et il n’est pas un pays particulièrement travaillé par les problèmes liés à l’islam. La frontière burkinabée est totalement démunie. Pas seulement de sécurité mais de tous les services publics. C’est évidemment pourquoi l’armée est intervenue. Il y a quelque chose d'un tout petit peu légitime, bien que le président Kaboré ait vraiment été élu sans contestation. Mais son élection date d’il y a un peu plus d’un an, et entre temps la dégradation a été exceptionnelle. Aujourd’hui, du côté burkinabé de la frontière avec le Togo et le Bénin, il y a des barrages de sécurité tenus par les djihadistes. Ils viennent faire leurs commandes pour les maquis au Nord du Togo et du Bénin. Cela signifie que ces pays sont désormais contaminés. C’est vrai aussi de la Côte d’Ivoire. C’est un immense espace, qui s’élargit encore. Il y a des éléments communs mais veillons à ne pas trop simplifier, il y a aussi des différences profondes. Parfois des problèmes très anciens comme celui des Peuls, un peuple nomade qui a des problèmes avec les population sédentaires depuis des millénaires. Les situations ne sont pas totalement homogènes d’un pays à l’autre, mais un effet de dominos est en cours. On pourrait arriver à ce qu’un ensemble de plus de 100 millions d‘habitants bascule dans des troubles considérables.

https://www.lefigaro.fr/international/les-parcs-nationaux-du-sahel-sont-ils-des-sanctuaires-djihadistes-20220130

Les parcs nationaux du Sahel sont-ils des sanctuaires djihadistes?

640px-WAP-Komplex_franz%C3%B6sisch.svg.p

source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_national_du_W_du_Bénin

https://www.challenges.fr/monde/la-contagion-jihadiste-hors-du-sahel-vers-le-littoral-s-accelere_792406 (7 décembre 2021)

"On voit des signes concrets de cette avancée, comme l'attaque récemment survenue au Bénin, même si le groupe qui en est l'auteur n'a pas encore été identifié. Il y a quelques semaines également, une attaque au nord du Togo, couplée à des rumeurs sur la présence d'éléments de l'EIGS (l'Etat islamique au grand Sahara, ndlr) dans cette zone, a mis en avant le risque d'expansion de la menace jihadiste dans le pays", explique Pierre-Elie De Rohan Chabot, chercheur sur le Sahel à l'International Crisis Group.

"La violence est la phase finale du cycle de l'implantation", explique Alain Antil, directeur du centre Afrique subsaharienne de l'Ifri. "Quand on la voit éclater, en réalité, ils sont là depuis au moins un an, ils ont essayé de trouver des alliés. Ils ont étudié la zone, vu ses fragilités, les ressentiments entre certaines communautés ou envers l'Etat central".

"Par exemple, à des éleveurs qui ne se sentent pas protégés par les autorités, ils vont proposer une protection contre l'utilisation de leurs terres par d'autres communautés, qui elles bénéficient de protections étatiques".

Mais pour Bakary Sambe, ces pays "ont raté le coche de la prévention". "Dans le Sahel, on s'est concentré sur la lutte contre le terrorisme par des moyens militaires pour éliminer des cibles en oubliant qu'elles peuvent se régénérer, alors que prévenir c'est s'attaquer aux causes structurelles" en apportant des réponses économiques, sociales, judiciaires aux problèmes de certaines parties de la population.

https://information.tv5monde.com/video/benin-le-peril-djihadiste-seme-la-peur-dans-le-nord (30 décembre 2021)

Bénin : le péril djihadiste sème la peur dans le nord

 

Pour compléter la documentation de cette descente vers la mer des djihadistes et de prise des parcs nationaux :

20201008_benin-fcv_cle86c971.jpg

20210310_ghana-fcv_cle848332-edd7a.jpg

20210615_cote-d_ivoire_fcv_cle4d2594-b46

 

 

Edited by Wallaby
  • Thanks 1
  • Sad 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Patrick a dit :

Ah mais je partage cette vision ne t'en fais pas! Politiquement je suis orphelin tu sais. :laugh: Entendre ces jours-ci le nombre ahurissant de poutiniens dans les médias français raconter des trucs totalement LUNAIRES, m'a une fois de plus renforcé dans ma conviction que la classe politique française est au moins dans le même état de mort cérébrale que l'OTAN.

...Et là on t'accuserait de vouloir relancer l'ORTF! :biggrin:

On pourrait faire un parti AirDef...

 

Révélation

Oui je suis loin....:sleep:

 

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Hirondelle a dit :

Mais sinon, ça serait cool, à chaque élection perdue, on se retrouverait sur l'Ile de la Cité pour boire des bières, et c'est @cicsers qui régalerait.

Tant qu’à faire je me fais élire trésorier et on se rincera sur la caisse noire, et puis comme on est souverainiste mais pas sectaire on ira noyer notre tristesse à Las Vegas, Prague ou Rio. On aura les moyens avec tout ce que le lobby militaro industriel va cracher au bassinet pour nous soutenir. Sinon c’est qui notre candidat ?

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 19 heures, Patrick a dit :

Exact. Que faire? Les mettre au pas? Pas très démocratique, mais au fond pourquoi pas?

Au passage Facebook avait censuré des groupes de "propagande pro-française" visant les populations du Sahel, les mettant sur le même plan que les usines à troll russe!

Je crois que le temps des chaines publiques "neutres" relève de la même illusion que celle faisant découler de l'entre de la Chine à l'OMC un ASPAC pacifié et prospère. Les chaines publiques sont désormais de facto la voix de leur pays. En ce sens RT est la règle plus que l'exception, elle n'est qu'un peu moins subtile et plus observée: Al Djazeerah, CCTN, FR24 (oui même FR24 va dans ce sens, accentuant par exemple ses recrutements selon les besoins de politique étrangère), BBC... La question est technique: comment être crédible auprès de l'audience cible? Par une objectivité affichée mais qui intègre les éléments de STRATCOM nationale (BBC), par une subjectivité assumée, etc...

L'essentiel est en revanche de préserver la neutralité en politique intérieure à mon sens.

Il y a 20 heures, Boule75 a dit :

Mais ça n'est pas le boulot des militaires ! Je préférerais même qu'ils en restent éloignés.

C'est aussi le boulot des militaires: leur actions y contribuent et doivent s'y inscrire, comme celle de tous les autres services de l'Etat. Ils doivent donc participer à son élaboration, et je dirai même que leur capacité de planification inégalée y est indispensable...

Edited by gustave
  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/pellerin_afrique_ouest_djihadisme_sahel_2022_0.pdf (11 février 2022, 28 pages)

Les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest. Nouvelle terre d’expansion des groupes djihadistes sahéliens ?

Les régions de l’Est et des Cascades au Burkina Faso ou celles de Sikasso et de Kayes au Mali constituent des bases arrière permettant aux groupes djihadistes – et principalement à la Jama’at Nasr al-Islam wal Muslimin (JNIM) pour l’instant – de s’étendre au Bénin, en Côte d’Ivoire, et dans une moindre mesure au Togo, au Ghana, au Sénégal et en Guinée. Cette excroissance territoriale djihadiste va progressivement donner naissance à des foyers djihadistes de plus en plus endogènes dans ces États, composés de recrues locales et qui se nourrissent des fragilités propres aux territoires où ils se développent : tensions d’accès aux ressources, stigmatisation communautaire potentiellement exacerbée par des groupes d’autodéfense, existence de réseaux criminels prompts à se « djihadiser ». La propagation de l’idéologie djihadiste depuis le Sahel central au-delà des frontières sud constitue le moteur permettant d’exploiter et de transformer les frustrations et les injustices qui découlent de ces situations de fragilité.

La pression exercée dans ces trois régions (Sikasso, Kayes, Koulikoro) augure d’une menace nouvelle pour le Mali, celle d’un encerclement progressif de Bamako. La circulation accrue des groupes djihadistes autour de Bamako semble préfigurer cette évolution et la survenue de certains incidents témoigne de la capacité de ces groupes à atteindre cet objectif. L’attaque du poste de gendarmerie de Nèguèla, à 36 kilomètres de Kati, fin mars 2021, en est une illustration. Nombre d’observateurs à Bamako s’inquiètent des conséquences d’un tel encerclement, dans l’immédiat moins liées à une éventuelle prise de Bamako rendue imaginable par le scénario afghan d’août 2021, qu’à un embargo qui plongerait la capitale et sa population dans une situation économique (et donc sociopolitique) intenable.

Durant le second semestre 2021, en particulier depuis septembre 2021, [la commune de] Mangodara [au Burkina] connaît un regain de violence qui traduit à nouveau l’ancrage territorial de la katiba qui, en dépit de nombreuses frappes aériennes conduites par les forces burkinabées, parvient à étendre son influence. Plus de 3 000 réfugiés sont enregistrés en Côte d’Ivoire et plusieurs centaines de déplacés internes dans le périmètre de la commune au Burkina Faso.

Au Niger, là encore, l’extension des activités djihadistes, cette fois-ci tant de l’EIGS que de JNIM vers le sud des régions de Tahoua, Dosso et Tillabéri, est une dynamique à l’œuvre depuis plusieurs années mais qui s’intensifie actuellement. Le JNIM a par exemple revendiqué sa plus importante attaque jamais enregistrée dans le département de Torodi le 31 juillet 2021, causant la mort de 15 militaires nigériens.

Cet espace transfrontalier, appelé WAPO du nom des parcs W, Arly, Pendjari et Oti, qui traversent les frontières du Niger, du Burkina Faso, du Bénin et du Togo, constitue le second fief de JNIM au Sahel après le Delta intérieur du Niger [situé quant à lui au Mali].

À ce jour, [parmi les États côtiers,] c’est la Côte d’Ivoire qui a enregistré le nombre le plus important d’attaques sur son territoire, toutes dans l’extrême nord-est de la région du Tchologo, à Kafolo (département de Kong), formant un triangle avec les localités du Bounkani, Tougbo (département de Bouna) et Tehini (département de Tehini). L’ensemble des attaques sont l’œuvre du JNIM, en particulier de sa katiba opérant à Alidougou, ville proche de Kafolo de l’autre côté de la frontière au Burkina Faso.

Le troisième pays côtier d’Afrique de l’Ouest visé par les groupes djihadistes est le Togo. Pour la première fois le 9 novembre 2021, une attaque a ciblé les forces de défense et de sécurité à Sanloaga (Kpendjal). Elle a été repoussée par les forces togolaises, mais elle fait probablement basculer le Togo du statut de zone d’approvisionnement logistique à celui de territoire d’opération. De fait, le Togo, au même titre que le Ghana ou le Bénin, est présenté comme un pays utilisé pour l’approvisionnement à motos, en produits de première nécessité et en armes pour les djihadistes opérant dans l’est du Burkina.

Link to comment
Share on other sites

https://malijet.com/actualite-politique-au-mali/flash-info/266851-mali-4-soldats-tues-dans-une-attaque-a-l-engin-explosif-improvis.html (15 février 2022)

Au moins 4 soldats maliens ont trouvé la mort et 3 autres blessés, dimanche, dans une attaque à l'engin explosif improvisé contre une patrouille de l'Opération Kélétigui 2, suivie de tirs dans le cercle de Kignan, région Sikasso, au sud du pays.

  • Sad 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 58 minutes, Kelkin a dit :

Pas plus tard que demain ou après-demain ils "annonceront" avoir neutralisé les responsables des ces pertes par une attaque dévastatrice et de vengeance des FAMAs. Je dirai une quinzaine de tués...

 

Link to comment
Share on other sites

https://www.lopinion.fr/international/le-mali-cest-fini (16 février 2022)

Jean-Dominique Merchet

Emmanuel Macron est sur le point d’annoncer la fin de l’opération Barkhane

Il ne reste qu'à éviter le pire : un départ comparable à celui des Américains de Kaboul, l'été dernier.

Mardi, tous les détails du désengagement n'étaient pas encore fixés, mais la décision politique est prise.

Selon des sources militaires françaises, les hommes de Wagner seraient entre 800 et 900, engagés essentiellement dans le centre du pays pour des missions de contre-terrorisme. Leurs méthodes, jugées « brutales » et «violentes, sont « incompatibles avec nos règles d’engagement », explique-t-on.

Un proche du dossier confiait il y a peu que « certains éléments des FAMa reçoivent des consignes de ne plus travailler avec nous [les Français]. Il y a des ordres de la junte de créer des embûches sur le passage de nos forces, avec des contrôles tatillons. La relation opérationnelle va malheureusement se dégrader »

Sur les 4800 militaires français présents dans la bande sahélo-saharienne, environ 2500 sont sur le sol malien, la plupart à Gao.

L’essentiel du désengagement se fera par la route, mais la saison des pluies qui débute en mai complique les liaisons. Le matériel sera rapatrié en France par voie maritime, les pays voisins – en particulier le Niger – ne manifestant pas un enthousiasme démesuré à l’idée de servir de base de repli pour Barkhane.

Les militaires français redoutent que les populations soient « manipulées » par le pouvoir malien ou au travers « d’attaques informationnelles de nos amis russes ».

Quant à Takuba, qui devait témoigner de l’engagement des Européens aux côtés des Français, « c’est fini », constate un proche du dossier.

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Maintenant, cela va être une partie de poker menteur pour le caldendrier du retrait.

On peut sûre qu'il va y avoir une avalanche d'intox du côté français dans la presse pour ne pas donner des informations précises du calendrier du retrait à la junte et aux djihadistes . 

L'exemple américaindu chaos à Kaboul est encore présent dans tout les esprits.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/02/17/la-france-acte-son-retrait-militaire-du-mali-sur-fond-de-rupture-avec-la-junte-au-pouvoir-a-bamako_6114042_3212.html

e687a75_31518451-mali-versionweb-700px.p

Emmanuel Macron a confirmé cette décision, jeudi, assurant que la France continuerait dans la région « à jouer un rôle fédérateur » dans la lutte contre le djihadisme dans le Sahel, en lien avec ses partenaires européens et africains.

J'ai peur que Brigitte ne l'ait pas briefé sur l'étymologie du mot "fédérateur" :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fœdus#Dans_l'Empire_romain_tardif

En pratique, un fœdus constate presque toujours un rapport de force en faveur des barbares, consacre leur occupation de fait sur des territoires romains perdus et permet juste à l'Empire romain d'obtenir une paix pour quelques années et quelques troupes combatives tant qu'elles sont bien payées.

  • Thanks 1
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

"Et quand on ne gagne pas les guerres, ça veut dire qu'on les perd".

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-du-jeudi-17-fevrier-2022

Jean-Dominique Merchet, journaliste à l’Opinion, spécialiste de politique internationale et de Défense et Antoine Glaser, journaliste spécialiste de l’Afrique.

  • Haha 3
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Ça y est l'intox a commencé. Entre 4 et 6 mois selon Manu. 

Ce qui semble être un délai normal vu la logistique déployé mais toute fois, je sens que ce delai est très large... Par rapport à ce qui va réellement se passer :biggrin:

Selon M. Macron, le retrait de Barkhane et de Takuba du Mali prendra "entre quatre et six mois" - Zone Militaire (opex360.com)

http://www.opex360.com/2022/02/17/selon-m-macron-le-retrait-de-barkhane-et-de-takuba-du-mali-prendra-entre-quatre-et-six-mois

 

Edited by Claudio Lopez
Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, Claudio Lopez a dit :

Ça y est l'intox a commencé. Entre 4 et 6 mois selon Manu. 

Ce qui semble être un délai normal vu la logistique déployé mais toute fois, je sens que ce delai est très large... Par rapport à ce qui va réellement se passer :biggrin:

http://Opex360

 

Si vraiment on laisse rien sur place on en a pour au moins 18 mois.   

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,765
    Total Members
    1,550
    Most Online
    yggtor
    Newest Member
    yggtor
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...