nemo

La production de pétrole

Recommended Posts

Le 21/06/2017 à 00:43, g4lly a dit :

C'est toujours la guerre aux parts de marché en l'OPEP et les USA ... malgré les divers réduction de production de l'OPEP l'offre reste pléthorique, les pays hors OPEP en profitant pour écouler le camelote.

A priori la situation devrait se poursuivre en 2018 avec des prévisions de production encore supérieure.

Pendant ce temps la le patron de total promet une pénurie de pétrole pour 2020. Les faible prix amenant a de faible investissement alors que la demande continue a augmenter.

La production libyenne reprend ça fait presque 1 Mb/j de plus sur le marché et il y a au moins 1 autre Mb/j qui sortira dès que le calme sera revenu. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quote

Les investissements dans l'exploration et la production d'hydrocarbures devraient repartir à la hausse en 2017, mais cela sera essentiellement concentré aux Etats-Unis, dessinant un monde du pétrole "à deux vitesses", selon les prévisions de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Après une baisse de 50% en deux ans, les investissements dans l'amont pétrolier et gazier devraient "repartir modestement" cette année (+6%), mais ils vont bondir de 53% dans les hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis, anticipe l'AIE dans son rapport annuel sur les investissements dans l'énergie, publié mardi.

C'est un "marché du pétrole à deux vitesses" qui se dessine, a commenté Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE dans une conférence de presse au Congrès mondial du pétrole, qui se tient jusqu'à jeudi à Istanbul.

"La majeure partie des investissements vont dans les schistes américains et ces derniers changent tout le paysage, changent tout simplement les dynamiques industrielles" de tout le secteur du pétrole et du gaz, a-t-il également jugé, dans un entretien à l'AFP.

A l'inverse, au Moyen-Orient, en Russie ou en Afrique, les investissements pourraient croître mais bien plus modestement, selon l'agence qui défend les intérêts des pays consommateurs de pétrole.

Les hydrocarbures de schiste sont au coeur des préoccupations des acteurs du secteur, à la fois pour les opportunités qu'ils offrent, mais aussi parce que leur développement rapide est une des raisons majeures du bas niveau des cours de l'or noir depuis près de trois ans.

En 2014, "on pensait qu'un prix de 70 dollars le baril mettrait les schiste hors du marché, mais aujourd'hui, nous constatons que les schistes sont tout à fait viables à 40 ou 50 dollars", explique Daniel Yergin, vice-président du cabinet IHS Markit.

Aujourd'hui, la production des pétroles de schiste américains a atteint la production entière de l'Irak, a insisté M. Birol.

Les hydrocarbures de schiste, dont les forages sont rapides à développer et très flexibles à opérer en fonction du marché, poussent aussi les compagnies pétrolières à se concentrer sur des projets au temps de développement plus courts, assurant un retour sur investissement plus rapide, note le rapport de l'AIE.

En moyenne, depuis 2014, le temps de développement et la taille des projets onshore sont ainsi passés de 3,5 ans à 2 ans et leur taille de près de 500 millions de barils à moins de 300 millions.

- changement de "mantra" -

Seules les majors continuent de s'engager dans des projets géants et complexes, pour lesquels elles peuvent tirer partie de leur capacité d'investissement et de leur compétence technique.

Mais là encore, les coûts sont un enjeu majeur, quel que soit le projet.

"Nous avons géré nos compagnies selon un seul mantra durant les dix dernières années (...): il fallait du volume: chaque baril, quel que soit son coût, rapportait de l'argent. Maintenant nous changeons pour nous concentrer sur les coûts", a par exemple expliqué à Istanbul Patrick Pouyanné, le PDG de la compagnie française Total.

En plus des contraintes liées aux prix bas de l'or noir, le secteur des hydrocarbures doit affronter la concurrence des autres énergies.

L'an dernier, et pour la première fois, les investissements dans l'électricité ont dépassé ceux dans les énergies fossiles.

Les dépenses y ont été tirées par les dépenses en faveur de l'efficacité énergétique (+9%) et les réseaux électriques (+6%), tandis que les investissements dans les capacités de production ont baissé de 5%, du fait de la baisse des coûts des énergies renouvelables.

Au total, et pour la deuxième année consécutive, les investissements mondiaux dans l'énergie, tous secteurs confondus, ont baissé l'an dernier à 1.700 milliards de dollars (-12%).



(©AFP / 11 juillet 2017 17h37)

 

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La production annuelle de pétrole dans les champs du projet Uvat est passé de 1,2 million de tonnes en 2004 à 11,6 millions de tonnes en 2016.

c2RlbGFub3VuYXMucnUvdXBsb2Fkcy84LzAvODA4

Source: https://ung.rosneft.ru/press/news/item/187199/

Nota bene

Les USA viennent de voter de nouvelles sanctions contre la Russie. Maintenant, les sociétés européennes du secteur de l'énergie seront touchées si j'ai bien compris. A suivre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

« RN-Uvatneftegaz », une filiale de « Rosneft » a ouvert deux autres champs pétroliers Imgytskoe et Parasyuk Cette société estime récupérer 5,3 millions de tonnes d'équivalent pétrole.

Imgytskoe, il est lié aux couches pétrolifères d'âge Jurassique moyen.

 Parasyuk, Les réserves de pétrole découvert dans les dépôts de la suite Tyumen.

La région 

 pic_01082017-1-350x1000.jpg

Source: https://www.rosneft.ru/press/news/item/187359/

Modifié par The mouse
Lien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En France (métropole sur, les Dom Tom, pas si affirmatif), la production de pétrole et de gaz naturel, c'est fini, on ferme tout en 2040 !

https://www.boursorama.com/actualites-amp/en-france-on-ne-produira-plus-de-petrole-et-de-gaz-d-ici-a-2040-62a6dc35d9c1263913dcd9c2c905a552

Est-ce réellement une bonne idée ? Pas même une installation en réserve ou ca ou les approvisionnements sont bloqués ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas d'emballement. 2040, c'est loin... on aura de quoi revenir dessus au moins dix fois. Après, est-ce qu'il reste de quoi faire dans les réserves visées ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Ciders a dit :

Pas d'emballement. 2040, c'est loin... on aura de quoi revenir dessus au moins dix fois. Après, est-ce qu'il reste de quoi faire dans les réserves visées ?

La production de pétrole ou de gaz naturel en France c'est quasiment anecdotique. Les resserves au large de la Guyane n'ont pas débouchés sur des forages test concluants.

Et dans le fracking, y a de la resserve mais on va pas transformer les campagnes française en zones sinistrées genre l'Alberta ou le Dakota du Nord.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, Castor a dit :

La production de pétrole ou de gaz naturel en France c'est quasiment anecdotique. Les resserves au large de la Guyane n'ont pas débouchés sur des forages test concluants.

Et dans le fracking, y a de la resserve mais on va pas transformer les campagnes française en zones sinistrées genre l'Alberta ou le Dakota du Nord.

Là encore, 2040 c'est loin. Si le pétrole prend de la valeur, on n'hésitera pas à bazarder les départements ruraux pour ça.

Il y a aussi ds puits en activité dans le bassin parisien et dans les Landes, et on a parlé de forages préventifs à l'ouest de la Corse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Ciders a dit :

Là encore, 2040 c'est loin. Si le pétrole prend de la valeur, on n'hésitera pas à bazarder les départements ruraux pour ça.

Il y a aussi ds puits en activité dans le bassin parisien et dans les Landes, et on a parlé de forages préventifs à l'ouest de la Corse.

Je suis d'accords une loi ça se réécrit, ce se change et ça s'adapte.

Mais on produit 2% de notre consommation en pétrole. Il faut produire un paquet de baril en plus pour pourvoir vraiment profiter d'une augmentation du prix du brut, en priant pour que ça coûte déjà pas trop cher a extraire. En terme d'emploi c'est aussi assez marginal.
2040 c'est dans 23 ans, pas sur qu'a ce moment la le mix énergétique de la France soit toujours le même qu'aujourd'hui et qu'il favorise la demande pour ce genre d'exploitation.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai rajouté quelques trucs sur l'article idoine du wiki - la petite production française dépend en majeur partie d'une société canadienne, Vermilion Energy qui emploie moins de 200 personnes dans l'Exagone -:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Réserves_de_pétrole_en_France

Des puits de pétrole du Jura à la Région Parisienne, et il y a en même eu en Lorraine :) Sivry-Courtry en Seine-et-Marne en 2013 :

Chevalets_de_pompage_(pumpjack)_-_Puit_d

Modifié par collectionneur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Chine lance une alternative aux pétrodollars : des futures de pétrole en RMB et convertibles en or.

 

Modifié par rogue0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les Etats-Unis, nouveau leader mondial du pétrole

https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/030867471912-les-etats-unis-nouveau-leader-mondial-du-petrole-2129964.php

si accès limité

 

Les Etats-Unis représenteront 80 % de la croissance de la production d'or noir d'ici à 2025, prévoit l'Agence internationale de l'énergie. Jamais un seul pays producteur n'avait pris une place aussi prépondérante depuis l'Arabie saoudite dans les années 1970 et 1980.

C'est désormais incontestable : le boom du pétrole de schiste outre-Atlantique représente bel et bien une révolution pour le marché de l'énergie. Les Etats-Unis vont représenter à eux seuls 80 % de la croissance de la production mondiale de brut d'ici à 2025, estime l'Agence internationale de l'énergie dans son rapport annuel publié ce mardi. « Les USA deviennent le leader mondial incontesté du pétrole », estime Laura Cozzi, qui a piloté l'étude pour l'AIE, bras armé de l'OCDE pour l'énergie.

PUBLICITÉ

inRead invented by Teads

C'est historique. Jamais un pays producteur de brut n'avait connu à lui seul une telle montée en puissance depuis l'Arabie saoudite dans les années 1970 et 1980, si l'on se fie aux prévisions de l'AIE, qui défend les intérêts des pays consommateurs d'hydrocarbures. Cela s'explique essentiellement par le succès de l'industrie du pétrole de schiste. Quasiment inexistant il y a dix ans, le schiste représente déjà 5 % de la production mondiale. La production va doubler en moins de dix pour passer à plus de 9 % du total en 2025.

Retour sur investissement

Le pétrole conventionnel, lui, recule : la production devrait décliner de plus de 4 % sur la même période, pénalisée par la baisse des cours et les initiatives de l'Opep et de ses alliés pour limiter les exportations afin de les soutenir. Le conventionnel représentera toujours une part écrasante du total (les deux tiers environ), mais ce n'est plus lui qui tire la croissance.

 

2129964_les-etats-unis-nouveau-leader-mo

 

 

Le succès du pétrole de schiste est d'autant plus étonnant qu'il se confirme malgré l'effondrement du prix du baril depuis trois ans. L'industrie pétrolière américaine  a su réduire ses coûts et devenir plus souple , relève l'AIE, ce qui lui permet d'arrêter ou de reprendre rapidement l'exploitation des gisements au gré de la demande. Le retour sur investissement est beaucoup plus rapide que pour les projets classiques comme les forages en eaux profondes.

Résistance aux prix bas

« Elle s'est montrée remarquablement résistante aux prix bas », observe le rapport. Les investissements ont repris cette année dans le secteur alors que les dépenses d'exploration et de production pour le pétrole conventionnel « sont toujours en plein marasme » : 440 milliards de dollars « seulement » cette année, presque moitié moins que lors du record historique de 2014.

Malgré ce boom, les Etats-Unis sont restés jusqu'à présent un gros importateur net de pétrole. Mais plus pour longtemps, prévient l'AIE. Ils pourraient devenir exportateurs nets à la fin de la prochaine décennie, aidés par un recul de la demande domestique. Une révolution qui « modifiera de façon spectaculaire la nature et la direction des flux de pétrole autour du monde » et « bouleversera l'ordre établi au cours des dix prochaines années ».

L'Inde, nouveau moteur de la demande

D'autres tendances sont en train de redessiner la carte de la planète pétrole. Le Moyen-Orient augmente ses capacités de raffinage et sa consommation domestique, ce qui limite la croissance de ses exportations. Et l'appétit de l'Asie pour le brut reste « tenace ». Le continent asiatique représentera 35 % de la demande en 2025 contre 25 % un quart de siècle plus tôt.

La croissance de la consommation de pétrole ralentit globalement : au cours des dix prochaines années, elle devrait être deux fois moins rapide que pendant les dix dernières. L'AIE voit néanmoins « peu de signes » d'un pic de la demande. La stagnation ou le recul annoncés en Europe et aux Etats-Unis sont plus que compensés dans le reste du monde. L'Inde, en particulier, détrônerait la Chine en tant que premier moteur de la demande d'ici à 2040. Une conséquence des  efforts de Pékin pour réduire la part des hydrocarbures dans le mix énergétique.


 

Modifié par zx
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le pétrole et son univers impitoyable. Une filiale suisse d'un groupe pétrolier chinois qui a fourni de nombreux cadeaux rémunérés aux officiels nigerians a viré (avec de gros chèques) les cadres ''lanceurs d'alerte'' de sa société avant de mettre tout de même la clé sous la porte :

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/22/corruption-comment-addax-petroleum-a-fait-taire-des-lanceurs-d-alerte-avant-de-sombrer_5218824_3212.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Statistiques des membres

    5132
    Total des membres
    1132
    Maximum en ligne
    kot
    Membre le plus récent
    kot
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20133
    Total des sujets
    1097165
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets