zx

menaces intérieures

Recommended Posts

4 hours ago, RugbyGoth said:

@Bruno, ton analyse me parait pour le moins biaisée. Comme je l'ai dit j'ai mon avis sur cette vidéo après l'avoir regardée à de nombreuse reprise. Il y a notamment une scène qui me semble être TRÈS parlante de ce qu'il se passe sur cette passerelle à ce moment là.
Regardez bien entre 0:28 et 0:31 dans le quart inférieur gauche. Un homme, gilet jaune, masque à poussière, lunettes et capuche, place les gens, il les met en place comme pour préparer quelque chose, juste après (malheureusement c'est coupé) la première charge est lancée aux cris de "ALLER ALLER" et dirigée par des personnes (un black notamment) qui restant en arrière dirigent la pietaille vers la pointe qui enfonce les rang des FdO.

La suite montre le même genre de comportements, on n'est pas ici devant un regroupement spontané de petites gens qui expriment leur difficultés de fin de mois, mais bien devant une AGRESSION PRÉMÉDITÉE au moins par certains et que d'autres ont peut être simplement suivis. Partager les tords entre FdO et GJ? NON, jamais, certainement pas.
Les FdO tiennent leur position, peut être même ne sont ils là que pour empêcher que trop de monde ne monte sur une passerelle qui ne l'aurait pas supportée. Les GJ sont clairement là pour casser du flic certains peut être plus consciemment que d'autre comme le rappel @christophe 38, le QI d'une foule tout ça...

Et comme je l'ai montré, face à ce gouvernement ou un autre il est possible d'obtenir ce que l'on veut sans violence avec un minimum d'organisation et en étant suffisamment obstiné... encore faut-il savoir ce que l'on veut. Donc le recours à la violence n'est que la manifestation de l'incapacité de ce mouvement à savoir ce qu'il veut.

Contrairement aux maniféstastions précédentes celle-ci aurait été déclarée à la préfécture et son parcours validé, jusqu'à la seine il n'y a pas eu d'incident.

Les ponts pour accéder à la déstination finale qu'était l'assemblé nationale étaient tous bloqués ce qui tendrait a valider le fait que la maniféstation était déclarée, cet état de fait a sans doute chauffé le cortège ou sa composante la plus physique.

Je ne sais pas ou devait passer le cortège, sur la passerelle ou sur un des ponts extérieurs amont/aval.

Les gj ont choisi la passerelle, elle est moins large mais présente un double accés, obligeant les mobile pas très nombreux à tenir une position très en retrait, proche du débouché de l'accés provenant du bas du quai, au contact les gj sont bien engagés sur la passerelle et tente le forcing.

De mon point de vu l'executif a décidé le lieu ou l'affrontement aurait lieu avec deux objectifs, discréditer.le mouvement par les actes violents de ses membres, obtenir une victoire télévisuelle sur le mouvement gj.

Au final les FdO ont tenu la position mais un homme a été tellement violent qu'il les a fait temporairement reculer., pas sur cette séquence mais sur celle qui est passée en boucle sur les tv.

En conséquence de quoi les "Dettinger" ferait bien de rester chez eux et surtout de ne pas venir en groupes coordonnées, ce qui a mon avis n'est pas le cas sur le pont parce qu'au contact un CRS/Mobile ne tiens pas plus de trois adversaires déterminés et entrainés sur un travail spécifique de débordement (deux c'est déjà bien).

Modifié par P4
  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ceux qui veulent comprendre les différence philosophique en le Préfet de Police et le nouveau ministre de l'intérieur ...

https://www.liberation.fr/france/2019/01/11/michel-delpuech-la-pp-fait-de-la-resistance_1702467

Quote

Michel Delpuech : la «PP» fait de la résistance

En mauvais termes avec l’Elysée à cause de son manque de loyauté dans l’affaire Benalla, le préfet de police est sur la sellette. Et le dispositif de sécurité mis en place par le patron de la puissante institution est scruté de près.

Michel Delpuech : la «PP» fait de la résistance

Michel Delpuech est arrivé à la tête de la préfecture de police de Paris par accident. Le 17 avril 2017, son prédécesseur, Michel Cadot, fait une chute à vélo et se fracture la hanche. Le poste, l’un des plus sensibles de l’Etat, ne peut pas rester vacant. Delpuech, qui coche toutes les cases du cursus honorum préfectoral, décroche sur un coup du sort et juste avant l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron la plus belle promotion de sa carrière.

Ce sera finalement tout sauf un simple intérim. Ces derniers mois, le haut fonctionnaire a dû affronter trois crises majeures et se retrouve désormais menacé. A quelques mois de la retraite, Michel Delpuech, 65 ans, dirige une institution qui vacille dans une séquence historique pour le maintien de l’ordre. Pour trouver un point de comparaison, les spécialistes de la question renvoient aux événements de Mai 68 ou au soulèvement de la Commune de Paris.

Le 1er décembre, les forces de l’ordre ont dû faire face à une journée entière d’émeutes. Depuis la salle de commandement, au sous-sol de la «PP», le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, son secrétaire d’Etat, Laurent Nuñez, et le Premier ministre, Edouard Philippe, comprennent la gravité de la situation. Ils en tirent un seul motif de satisfaction, essentiel : pas de mort. «En matière d’ordre public, plus vous êtes forts et puissants, plus vous pouvez être modérés et doux. Le 1er décembre, on a eu un problème de rapport de forces», dit Michel Delpuech en privé. Dans les rangs des forces de l’ordre, les critiques montent vite sur les erreurs tactiques du dispositif mis en œuvre par le préfet.

«Guérilla urbaine»

A Paris, contrairement au reste de la France, l’ordre public est entièrement piloté par la préfecture. Les commandements des unités spécialisées (gendarmes mobiles et CRS) sont certes associés au dispositif, mais toutes les prises de décisions sont concentrées dans la salle opérationnelle et son mur d’écrans. Après le 1er décembre, la gendarmerie a fait passer quelques recommandations pour les week-ends suivants. Un affront feutré. «Si on a un mauvais entraîneur, on ne gagnera pas la partie car l’équipe sera désorganisée», résume un cadre de la direction générale de la gendarmerie. «Michel Delpuech était dans ce qu’il appelle l’évitement de l’escalade, il a compris aujourd’hui que ça ne fonctionnait pas et qu’il fallait bien appliquer une riposte, il a radicalement changé d’état d’esprit, note un colonel de gendarmerie, spécialiste du sujet. Mais il ne faut pas trop personnifier non plus, dans la salle de commandement il y a du monde autour de lui, et puis c’est pas le moment de régler les comptes.»

Arrivé après une séquence extrêmement tendue pendant la mobilisation contre la loi travail, Michel Delpuech avait effectivement opté pour une tactique beaucoup plus défensive. Le préfet s’était par exemple engagé à ne plus utiliser de lanceurs de balles de défense (armes de type Flash-Ball), lors des manifestations. Une promesse qui a volé en éclats face aux gilets jaunes. «Quand on fait face à une guérilla urbaine, c’est une tout autre histoire», se défend un haut gradé de la préfecture pour justifier cette volte-face. Delpuech positionnait aussi les forces de l’ordre le plus loin possible des manifestants. Une stratégie efficace pour éviter les blessés mais qui nécessite d’assumer politiquement d’importants dégâts matériels.

A lire aussiGilets jaunes : éclats de grenades, brûlures, membres arrachés… retour sur 82 blessures graves

Le 1er mai, lors de l’habituelle manifestation syndicale, sa tactique face à un important black bloc avait été durement critiquée. C’est aussi ce jour-là que démarre en coulisses l’affaire Benalla, et les ennuis pour la préfecture de police. L’été dernier, quand l’implication de l’adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron dans des violences contre des manifestants est révélée, Michel Delpuech est en première ligne. Alexandre Benalla a été accueilli au sein du dispositif policier par la hiérarchie de la préfecture. Dès le premier jour de travail de la commission d’enquête, Delpuech passe sur le gril, juste après Gérard Collomb, alors ministre de l’Intérieur. Tout le monde s’attendait à ce qu’il courbe l’échine, mais Michel Delpuech refuse d’endosser le rôle de fusible. Précis dans ses réponses, le préfet de police assume sa part de responsabilité et pointe celle, essentielle, de l’Elysée. «Maintenant, on se demande quand le préfet va sauter», commentait un commissaire interrogé par Libération dans la foulée de l’audition. «Il ne l’a fait pas par jeu politique, ni par intérêt personnel, mais pour protéger la préfecture de police de Paris», explique aujourd’hui une figure de premier plan de l’ancien exécutif, qui voit en Michel Delpuech «la véritable définition du grand commis de l’Etat».

«Habiller son départ»

Autre motif de tension entre le gouvernement et la préfecture : une éventuelle réforme des pouvoirs de cette dernière. Historiquement très puissante, la PP est souvent qualifiée d’Etat dans l’Etat et, à sa tête, on voit un ministre de l’Intérieur bis. Cette préfecture est par exemple la seule à disposer de puissants services de police judiciaire ou encore d’une direction du renseignement. «Michel Delpuech est prêt à accepter quelques aménagements dans l’organisation des services mais refusera toute réduction des pouvoirs de l’institution», assure-t-on dans la hiérarchie de la préfecture. «En 2012, quand Manuel Valls est devenu ministre de l’Intérieur, j’ai eu un rendez-vous avec lui en tête à tête, il m’a assuré qu’il allait s’occuper de la PP. Je l’ai prévenu que le préfet est un seigneur dans une citadelle», se souvient Philippe Capon, secrétaire général du syndicat de police Unsa. Les intentions de Manuel Valls ne dépasseront finalement pas le stade des paroles. Comme bien d’autres avant lui.

A lire aussiGilets sur le feu

Juste à côté du bureau de Michel Delpuech trône la photo d’une vache, de race salers. Un clin d’œil à ses origines du Cantal. Né à Aurillac dans une famille modeste, Michel Delpuech intègre Sciences-Po puis l’ENA, au sein de la fameuse promotion Voltaire (celle de François Hollande et Michel Cadot). D’anciens camarades ont le souvenir d’un bon joueur de football, «un défenseur qui avait du souffle». Il gravit tout au long de sa carrière les échelons de la préfectorale. Avant un détour politique à droite, comme directeur de cabinet de Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur.

«Il est proche de la retraite mais il faut voir comment ils vont habiller politiquement son départ», commente Philippe Capon. «Il n’a pas été très loyal au moment de l’affaire Benalla, pas très aidant sur notre volonté de réformer la préfecture de police et n’a pas été d’une grande clairvoyance en termes de dispositif pour gérer le mouvement des gilets jaunes», résume un conseiller au sommet de l’Etat, qui n’écarte pas l’hypothèse d’une sortie du préfet de police de Paris par la petite porte en cas de nouveaux heurts ce samedi.

Photo Albert Facelly

 

Les propos de Castaner au sujet de l'usage de la violence - arme "intermédiaire" - par le FdO dans les manif ... la fin justifie les moyen.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/castaner-n-a-jamais-vu-un-policier-ou-gendarme-attaquer-un-manifestant-ou-un-journaliste-15-01-2019-7989240.php

Quote

Castaner n’a «jamais vu un policier ou gendarme attaquer un manifestant ou un journaliste»

Selon le ministre de l’Intérieur, les forces de l’ordre auraient utilisé leurs « moyens de défense » seulement lorsqu’elles étaient « acculées ».

En déplacement dans la préfecture de l’Aude, à Carcassonne, lundi, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a défendu les forces de l’ordre, parfois accusées de violences à l’égard de manifestants en marge du mouvement des Gilets jaunes.

Alors qu’il saluait « l’engagement des fonctionnaires et des agents du ministère de l’Intérieur », le ministre a été interrogé sur des « violences commises par les forces de l’ordre » par un journaliste présent au point presse.

« Moi, je ne connais aucun policier, aucun gendarme qui ait attaqué des Gilets jaunes, a répondu du tac au tac l’ancien patron d’En Marche !. Par contre, je connais des policiers et des gendarmes qui utilisent des moyens de défense de la République, de l’ordre public. »

« Acculées »

« Quand elles (les forces de l’ordre, NDLR) sont acculées, elles utilisent des moyens (de défense). Mais naturellement, je n’ai jamais vu un policier ou un gendarme attaquer un manifestant ou un journaliste. A l’inverse, j’ai vu des manifestants attaquer systématiquement nos forces de sécurité et attaquer des journalistes », a-t-il ensuite souligné.

« Naturellement, je n’ai jamais vu un policier ou un gendarme attaquer un manifestant (...) ou un journaliste" affirme tranquillement Castaner sur TV Carcassonne. On ne doit pas voir les mêmes images... https://t.co/Le02NpXsAD#GiletsJaunes#journalistespic.twitter.com/TXzwZWV9bp

— Nils Wilcke (@paul_denton) 15 janvier 2019

Selon le directeur général de la police nationale, Éric Morvan, environ 200 signalements avaient été transmis à l’IGPN vendredi pour des violences policières supposées, et 78 enquêtes judiciaires ouvertes. Plusieurs journalistes ont par ailleurs été blessés par des tirs de flash-ball, y compris deux journalistes du Parisien.

Interrogé sur cet usage du flash-ball en manifestation, récemment dénoncé par un rapport d’Amnesty International, le ministre a de nouveau balayé les critiques. « Il faut avoir en tête que face à la violence extrême, il faut des moyens de défense », a-t-il appuyé.

« Grand professionnalisme »

« Le commentaire est facile, pour vous comme pour moi. Mais quand vous êtes sur le terrain, dans ces moments de tension, le policier, le gendarme a une seconde pour décider quel est le bon geste », a-t-il encore pointé.

Et d’estimer : « Si vous cumulez tous les incidents que nous avons connus ces derniers temps, à chaque fois, ils ont su agir avec proportionnalité. Et je crois que chacun peut le constater. Il n’y a pas eu de mort dans ces manifestations parce qu’à chaque fois, ils ont fait preuve d’un grand professionnalisme. »

 

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour étayer mes mensonges

A écouter ou réécouter https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/police-assiste-t-a-une-montee-des-violences

Et une autre émission sur le même thème mais plus détaillé https://www.franceculture.fr/emissions/dimanche-et-apres/dimanche-et-apres-du-dimanche-09-decembre-2018

Quote

Police : assiste-t-on à une montée des violences ?

Deux mois après le début de la contestation des "gilets jaunes", Christophe Castaner a affirmé hier lors d’un déplacement à Carcassonne, qu’il ne connaissait « aucun policier, aucun gendarme, qui ait attaqué des 'gilets jaunes' ». Une déclaration contestée par plusieurs journalistes et manifestants.

Deux mois après le début de la contestation des "gilets jaunes", Christophe Castaner a affirmé hier lors d’un déplacement à Carcassonne, qu’il ne connaissait « aucun policier, aucun gendarme, qui ait attaqué des gilets jaunes », ajoutant que les témoignages qu’il a pu entendre relevaient plutôt de « la volonté de tuer les forces de l'ordre ». 

Dimanche, et après ?Manifestations des "gilets jaunes" : laboratoire pour une nouvelle doctrine du maintien de l'ordre ? >> https://www.franceculture.fr/emissions/dimanche-et-apres/dimanche-et-apres-du-dimanche-09-decembre-2018

Une déclaration du ministre de l’Intérieur que contestent plusieurs journalistes et manifestants qui depuis le début du mouvement partagent de nombreuses photographies et vidéos de violences policières sur les réseaux sociaux, comme notre invité David Dufresne. Écrivain et documentariste, il est notamment l’auteur de Maintien de l’ordre réédité chez Fayard, et recense sur votre compte Twitter les signalements de violences policières depuis le début du mois de décembre. 

Il est rejoint en deuxième partie d’émission par Hélène L’Heuillet, philosophe et psychanalyste, maîtresse de conférences à l’université Paris-Sorbonne, auteure notamment de Tu haïras ton prochain comme toi-même édité chez Albin Michel, et Basse politique, haute police : une approche historique et philosophique de la police publié aux éditions Fayard. 

David Dufresne : 

  • Soit Mr Castaner est mal informé, soit il ment : il y a depuis deux mois des mutilations, des blessés, des personnes ont perdu des mains. C’est documenté, c’est incontestable. 
  • La grande partie des blessés le sont du fait des flashball. Aujourd’hui, on emploie des armes intermédiaires, des armes créés pour ne pas tuer, mais qui mutilent. Parmi les blessés, énormément de gens le sont au visage alors que cela est totalement interdit. 
  • Le maintien de l’ordre c’est psychologique, c’est la graduation, c’est montrer sa force pour ne pas s’en servir. Quand les forces de l’ordre utilisent leur force, c’est fini, quand on balance 10 000 lacrymogènes, c’est qu’on est dans un état de panique. 
  • Chaque samedi, 80 000 policiers sont déployés. Vous avez, selon mes calculs, les deux tiers qui ne sont pas formés au maintien de l’ordre, comme les CRS et les gendarmes mobiles. Les gardiens de la paix font un autre métier. Les flashball étaient au départ destinés à la bac, ils sont formés à des interpellations violentes, sauf que le samedi ont leur dit d’aller faire du maintien de l’ordre, chose pour laquelle ils ne sont pas formés : les syndicats de police vous le diront. 
  • Longtemps la police nous a expliqué qu’il y avait un problème de précision des armes intermédiaires, aujourd’hui c’est faux, il y a des viseurs. 

Hélène L’Heuillet : 

  • La tension des forces de l’ordre est quand même la tension de l’exécutif lui-même. Il y a des ordres qui sont donnés, la réponse sécuritaire se traduit par une pression sur la police. 
  • Le mouvement des 'gilets jaunes' est parti sur les réseaux sociaux, dans le virtuel et on assiste aujourd’hui à du corps à corps. Il y a un retour du corps dans l’inconscient collectif. La police se pense initialement comme un corps d’interposition, c’est un tiers, un arbitre. Mais quand il se pense comme un camp, contre un autre, cela devient dangereux.
  • Et je me demande aussi s’il n’y a pas de message interne à la police : on essaie de limiter la sympathie des forces de l’ordre pour un certain nombre de revendications des gilets jaunes, qui ont une vie proche des policiers. 


A écouter ou réécouter https://www.franceculture.fr/emissions/dimanche-et-apres/dimanche-et-apres-du-dimanche-09-decembre-2018

Quote

Manifestations des "gilets jaunes" : laboratoire pour une nouvelle doctrine du maintien de l'ordre ?

Hier, pour la quatrième journée nationale de mobilisation des "gilets jaunes", une nouvelle stratégie de maintien de l'ordre a été expérimentée. Ce nouveau dispositif, plus mobile, a permis de contenir les violences et d'éviter les scènes de chaos du 1er décembre dans la capitale.

« Une jeune souris, de peu d'expérience,
Crut fléchir un vieux Chat… » Et caetera…

Les premiers mots de la fable de la Fontaine s’accordent plutôt bien avec ce qui s’est passé hier dans les rues de Paris. On l’a entendu toute la journée sur les chaînes d’information qui suivaient le mouvement minute par minute : les manifestants, avec ou sans gilet jaune, ont donc joué au « chat et à la souris » avec les forces de police et de gendarmerie. A ceci près que plusieurs heures durant, il y avait beaucoup plus de chats que de souris. 125 000 manifestants dans toute la France en fin de journée selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. 89 000 policiers et gendarmes mobilisés. Des forces de l’ordre plus mobiles, plus offensives s’est félicité le gouvernement avec au total, 1723 personnes interpellées dont 1200 placées en garde-à-vue. Des centaines de contrôles menés en amont, dès l’aube ou même vendredi soir, et qui auraient permis de limiter nous dit-on, les débordements.

Nous ne sommes pas là ce soir pour débattre du mouvement en tant que tel, nous l’avons beaucoup fait sur France Culture et nous le ferons encore. Il s’agit d’observer la stratégie de maintien de l’ordre que Christophe Castaner a fait progressivement évoluer, au fil de ces quatre samedis consécutifs de manifestations… Pour la rendre la plus « efficace » possible. Qu’est-ce qu’une stratégie policière efficace ?

Intervenants

  • Raphaël Kempf Avocat au Barreau de Paris
  • Colombe Brossel Adjointe à la Mairie de Paris chargée de toutes les questions relatives à la sécurité, la prévention, aux quartiers populaires et à l'intégration
  • Sebastian Roché spécialiste de la police, directeur de recherches au CNRS

 

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, g4lly a dit :

Tu dément les propos de Delpuech alors?!!!

On refait le match Delpuech vs Castaner ...

C'est Delpuech qui a enfoncer le clou dans le cerceuil de Castaner ... en se fendant d'un rappel public sur l'emploi de la violence lors des opérations de MO ... et notament des lanceur de balle ... ils ne sont normalement pas autorisé a l'usage dans une manifestation.

Delpuech expliquant a demi mot que l'emploi massif des lanceur de balle contre la manifestant était un consigne directe de Castaner dans le but de faire augmenter le niveau de violence pour cliver le mouvement.

Mais ça aussi on l'a révé...

yop

 

ce qui me dérange un peu, c'est qu'entre ces prises de bec et l'avis de Toubon, si les LBD et les GLI sont retirées.... (ce qui peut etre rapide), par quoi ces matériels vont etre remplacés ???

par rien ?

et l'attrition des FdO qui défendent l'Etat ?

est il question que les manifestants balancent des pavés en mousse, des bouts de métal en carton, bref des armes inoffensives ??? non ?

alors, pourqui laisser la violence dans les mains des contestataires ???

et pas la force dans celles des FdO ? (oui, je sais, fusible, toussa, on peut taper dessus, c'est culturel..)

Ca m'inspire une chose : j'ai de moins en moins envie de m'engager pour défendre mon pays et ses citoyens.

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
24 minutes ago, christophe 38 said:

ce qui me dérange un peu, c'est qu'entre ces prises de bec et l'avis de Toubon, si les LBD et les GLI sont retirées.... (ce qui peut etre rapide), par quoi ces matériels vont etre remplacés ???

C'est le probleme des usages ... maladroit des matériel ... qui finisee par obérer l'utilité effective d'un engin.

  • Le lanceur de balle ... quand il s'agit de tirer sur un forcené qui menace avec un scalpel un toubib au urgence ... c'est utile, très utile même.
  • Même chose pour le "Taser" ... quand il évite d'avoir a utiliser une arme a feu classique ... c'est un engin magique.

C'est en ça que les usage maladroit de ces matériel sont préjudiciable ... non seulement au victime ... mais aussi a toute l’instituions.

Une fois l'acceptabilité par la population de l'engin ... consommé par des usages moins acceptable ... c'est mort. Et le chemin inverse est extrémement difficile a parcourir.

24 minutes ago, christophe 38 said:

et l'attrition des FdO qui défendent l'Etat ?

L'usage des balle de défense ... ne réduit pas particulièrement la violence des manifestant ... les témoignant des deux émissions que j'ai posté pense plutôt le contraire.

L'usage maladroit de c'est outil a plutôt tendance a augmenter le niveau de violence dans les deux camps.

D'ailleurs on a fait pendant des dizaines d'année du MO sans "lance balle" ni "Taser" ... sans qu'on ait plus de blessé dans l'un ou l'autre camp.

24 minutes ago, christophe 38 said:

est il question que les manifestants balancent des pavés en mousse, des bouts de métal en carton, bref des armes inoffensives ??? non ?

Ce n'est pas un match de foot ... c'est cette dérive un camp contre l'autre qui est le carburant de cette violence.

A la base les FdO ne défende pas seulement l'état ... mais la collectivité dans son entier. Les FdO n'ont pas a etre d'un camp ou d'un autre... elles sont sensé faire baisser la violence. Quitte effectivement a servir de défouloir ... mais ce "role" de "pot de miel" n'est pas une fatalité, c'est avant tout le résultat d'une escalade initiale.

Coercition envers les manifestants en faisant trop. On a vu en Belgique le travail des camion a eau ... ça fonctionne bien ... ça concentre la violence contre eux ... et ça limite l'exposition des FdO.

On parlait aussi du marquage via DigiDNA ... via des lanceur genre "paint ball". Le manifestant marqué sait que demain ou après demain il sera appréhendé et poursuivi pour des fait qui ont été filmé ... c'est un moyen doux de mettre les personnes devant leur responsabilité.

24 minutes ago, christophe 38 said:

alors, pourquoi laisser la violence dans les mains des contestataires ??? et pas la force dans celles des FdO ? (oui, je sais, fusible, toussa, on peut taper dessus, c'est culturel..)

En fait la violence doit sortir une fois l'escalade engagé. Dans un pays serein ... l'escalade ne s'engage pas et on utilise l'outil politique pour gérer les conflit.

En France depuis un temps certain ... on refuse de faire de la politique ... et on joue systématiquement le KO de l'adversaire ... en refusant de gérer le conflit dans le champ politique et en attendant de voir la capacité d'engagement de l'ennemi dans la violence.

A partir du moment ou la violence est suffisante on commence a discuter. C'est une faute politique grave ... mais c'est la mode et visiblement ça plaît.

Pour le reste oui a la marge des force dédié a gérer les manif ... servent de fusible. Mais la aussi le niveau d'exposition des FdO dépend beaucoup de la doctrine et des consigne ... tant que les FdO laisse les brailleur brailler en général il ne se passe pas grand chose a part de la casse matériel. Effectivement ca fait de mauvaise image a la télé...

24 minutes ago, christophe 38 said:

Ca m'inspire une chose : j'ai de moins en moins envie de m'engager pour défendre mon pays et ses citoyens.

C'est tout le probleme ... le rôle ambiguë des FdO en France ... entre la défense de l'état ... et celle de la collectivité.

A force d'instrumentaliser "la police" dans la défense de l'état "contre le peuple" , et inversement, les politiques ont fini par briser tout lien vertueux police-population.

Exemple la citation de la premier émission ci dessus :

Hélène L’Heuillet :  Et je me demande aussi s’il n’y a pas de message interne à la police : on essaie de limiter la sympathie des forces de l’ordre pour un certain nombre de revendications des gilets jaunes, qui ont une vie proche des policiers.

  • J'aime (+1) 1
  • Merci (+1) 1
  • Upvote (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 8 minutes, g4lly a dit :

C'est le probleme des usages ... maladroit des matériel ... qui finisee par obérer l'utilité effective d'un engin.

  • Le lanceur de balle ... quand il s'agit de tirer sur un forcené qui menace avec un scalpel un toubib au urgence ... c'est utile, très utile même.
  • Même chose pour le "Taser" ... quand il évite d'avoir a utiliser une arme a feu classique ... c'est un engin magique.

C'est en ça que les usage maladroit de ces matériel sont préjudiciable ... non seulement au victime ... mais aussi a toute l’instituions.

Une fois l'acceptabilité par la population de l'engin ... consommé par des usages moins acceptable ... c'est mort. Et le chemin inverse est extrémement difficile a parcourir.

L'usage des balle de défense ... ne réduit pas particulièrement la violence des manifestant ... les témoignant des deux émissions que j'ai posté pense plutôt le contraire.

L'usage maladroit de c'est outil a plutôt tendance a augmenter le niveau de violence dans les deux camps.

D'ailleurs on a fait pendant des dizaines d'année du MO sans "lance balle" ni "Taser" ... sans qu'on ait plus de blessé dans l'un ou l'autre camp.

Ce n'est pas un match de foot ... c'est cette dérive un camp contre l'autre qui est le carburant de cette violence.

A la base les FdO ne défende pas seulement l'état ... mais la collectivité dans son entier. Les FdO n'ont pas a etre d'un camp ou d'un autre... elles sont sensé faire baisser la violence. Quitte effectivement a servir de défouloir ... mais ce "role" de "pot de miel" n'est pas une fatalité, c'est avant tout le résultat d'une escalade initiale.

Coercition envers les manifestants en faisant trop. On a vu en Belgique le travail des camion a eau ... ça fonctionne bien ... ça concentre la violence contre eux ... et ça limite l'exposition des FdO.

On parlait aussi du marquage via DigiDNA ... via des lanceur genre "paint ball". Le manifestant marqué sait que demain ou après demain il sera appréhendé et poursuivi pour des fait qui ont été filmé ... c'est un moyen doux de mettre les personnes devant leur responsabilité.

En fait la violence doit sortir une fois l'escalade engagé. Dans un pays serein ... l'escalade ne s'engage pas et on utilise l'outil politique pour gérer les conflit.

En France depuis un temps certain ... on refuse de faire de la politique ... et on joue systématiquement le KO de l'adversaire ... en refusant de gérer le conflit dans le champ politique et en attendant de voir la capacité d'engagement de l'ennemi dans la violence.

A partir du moment ou la violence est suffisante on commence a discuter. C'est une faute politique grave ... mais c'est la mode et visiblement ça plaît.

Pour le reste oui a la marge des force dédié a gérer les manif ... servent de fusible. Mais la aussi le niveau d'exposition des FdO dépend beaucoup de la doctrine et des consigne ... tant que les FdO laisse les brailleur brailler en général il ne se passe pas grand chose a part de la casse matériel. Effectivement ca fait de mauvaise image a la télé...

C'est tout le probleme ... le rôle ambiguë des FdO en France ... entre la défense de l'état ... et celle de la collectivité.

A force d'instrumentaliser "la police" dans la défense de l'état "contre le peuple" , et inversement, les politiques ont fini par briser tout lien vertueux police-population.

Exemple la citation de la premier émission ci dessus :

Hélène L’Heuillet :  Et je me demande aussi s’il n’y a pas de message interne à la police : on essaie de limiter la sympathie des forces de l’ordre pour un certain nombre de revendications des gilets jaunes, qui ont une vie proche des policiers.

re,

 

merci pour cette réponse (que j'apprécie)

 

avant, il n'y avait pas de Taser ou de lbd, mais la doctrine d'emploi etait différente et les crosses de mousquetons... etaient utilisées, comme les matraques, pardon, batons de défense.

 

quand je parle de defendre l'Etat, c'est la societé, la societé actuelle, notre maniere d'etre qui s'éloigne des valeurs qui m'ont été enseignées...

Je suis reserviste et je reflechis de plus en plus à faire un pas en arriere.... Je me suis remis dedans pour Max qui était primo intervenant au Bataclan, pour Manu, qui s'est fait écraser à Nice et que j'ai bien connu comme lieutenant et capitaine (il avait réussi le commissaire).. J'ai 42% d'invalidité, mon épouse, 44% en défendant notre societé...

je suis conscient que la societé evolue tous les jours... mais je suis de moins en moins en phase avec ceux qui sont dans la rue et disent manifester pour nous.

et je pense à mes collegues.

  • J'aime (+1) 1
  • Merci (+1) 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, g4lly a dit :

A partir du moment ou la violence est suffisante on commence a discuter. C'est une faute politique grave ... mais c'est la mode et visiblement ça plaît.

c'est ainsi depuis très longtemps en France certains essais de sociologie politique font remonter la première manifestation de ce phénomène à 1789, il faut des crises graves et violentes pour dénouer une situation de blocage politico-sociale

 

Il y a 2 heures, g4lly a dit :

ont fini par briser tout lien vertueux police-population

Ce lien est à géométrie variable et dépend des circonstances la place de la République ce n'est pas si loin et ce sont les mêmes qui encensaient la police en tenue il y a 3/4 ans qui la conspuent et la vouent aux pires saloperies aujourd'hui ... Sans parler de l'instrumentalisation politique de nombreuses manifestations

 

La responsabilité du politique c'est de ne pas savoir répondre à des attentes et de ne pas savoir satisfaire des espoirs ce n'est pas "d'instrumentaliser" les FdO. Si la violence est devenue endémique c'est au sein de nos sociétés, il n'est que de voir son étalage dans notre quotidien. Une fois encore on ne peut pas d'un côté s'y adonner et de l'autre côté conspuer des FdO qui s'y adaptent. Je vous rappelle que pour le moment les morts sont sur les barrages pas dans les manifs ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, g4lly a dit :

On parlait aussi du marquage via DigiDNA ... via des lanceur genre "paint ball". Le manifestant marqué sait que demain ou après demain il sera appréhendé et poursuivi pour des fait qui ont été filmé ... c'est un moyen doux de mettre les personnes devant leur responsabilité.

Ca ne marchera pas dans les cas de masse : le premier marqué va tartiner les copains, et une fois tout le monde marqué, la justice a le bec dans l'eau.

Il y a 2 heures, g4lly a dit :

En France depuis un temps certain ... on refuse de faire de la politique ... et on joue systématiquement le KO de l'adversaire ... en refusant de gérer le conflit dans le champ politique et en attendant de voir la capacité d'engagement de l'ennemi dans la violence.

Mouais. Sauf à Notre-Dame des Landes par exemple.

Autre aspect : les manifestants, contre la loi Travail par exemple, sont minoritaires et ne reflètent pas l'opinion. Ils manifestent contre des institutions fraîchement élues, légitimes et qui appliquent leur programme (waou !). Les violences n'y changent rien. Dire "on ne fait pas de politique", ça me fait penser à l'antienne "Barack Obama ne fait pas preuve de leadership". Le jeu du pouvoir lors de l'infâme ping-pong (non-)mariage-pour-tous vs. manif-pour-(pas-)tous était exclusivement politique.

Il y a 2 heures, christophe 38 a dit :

je suis conscient que la societé evolue tous les jours... mais je suis de moins en moins en phase avec ceux qui sont dans la rue et disent manifester pour nous.

Je ne suis pas trop sûr qu'ils manifestent pour "nous", personnellement...

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Bruno a dit :

Je t'ai déjà dit qu'il n'y avait aucun "complot", juste de l'orgueil mal placé d'une équipe à tendance narcissique-autoritaire. Mais tu ne lis pas les réponses de tes contradicteurs, préférant leur opposer ta doxa de pseudo intellectuel qui se croit doté de super capacités d'analyses rendant ses opinions infaillibles... Soit, chacun ses fantasmes... 

Le RIC ?? J'ai dit dans un post hier soir (en réponde à Ciders, de mémoire) que je n'étais pas pour dans la forme souvent évoquée par les G.J qui en parlent, car il risquerait d'y en avoir trop et pour tout sujet... J'expliquais que perso je serais plutôt pour un "filtre", un "intermédiaire", qui pourrait mettre un quota de Maires le demandant, pour éviter le risque d'instabilité... Mais ça aussi tu ne l'as pas lu, ou fais mine de ne pas l'avoir lu, en te permettant de sur-interpréter pour valider ton film préchauffé...

On comprend bien que pour ceux qui pensent comme toi la "démocratie directe" serait une catastrophe, car le peuple est surtout composé d'ânes, une "populace" qui n'est pas capable de décider des choses importantes pour son avenir, tout au plus de décider de qui mettre dans les bureaux où on le fait à a place : c'est bien connu et c'est une vision qui date de bien avant la République. Au moins avant elle était officielle, assumée... Je constate surtout que la démocratie représentative a mal tourné à cause de gens ayant ta sale mentalité, finalement digne, voire pire, que celle de bien des nobles de l'ancien régime. 

Les Gilets Jaunes, qui même le dernier samedi était encore plus de 50 000 à défiler selon les propres chiffres officiels du Gvt (toujours minorés, ce qui n'est pas nouveau : c'est une vieille pratique de presque tous les Gvts dans le monde, et presque "de bonne guerre"...), représentent-ils "la France" ? Je n'en sais rien, mais vu les posts que tu es capable de pondre il est clair que toi tu représentes bien une certaine "Nomenkatura  Bobo", égocentrée baignant dans sa petite suffisance mesquine. 

Pour finir, si mes posts, ou celui-ci en particulier, te contrarient tu n'as qu'à me bannir, et ensuite y aller de ta petite diatribe autosatisfaite sans réponse possible (ni voulue d'ailleurs) de l'intéressé : je serai loin d'être le premier, ni le dernier sans doute, à l'être pour "pensée divergente et indigne des intelligences auto-proclamées supérieures" (pensée à The Mouse, et à tant d'autres membres partis d'eux mêmes, ou plus souvent bannis) : ça, au moins, ne pourra en rien dégrader ma "qualité de vie", et franchement je commence à en avoir marre de la sale mentalité, et de la suffisance arrogante, de certains qui ont pris le contrôle de ce forum, jadis bien plus ouvert à la diversité des points de vue, même lorsqu'il y avait des prises de bec. Je ne suis vraiment pas le premier à le dire, et beaucoup ici (dont toi) le savent...  

Aller, vas-y de ta petite décision d'autorité en continuant la "purge" : ça te fera ton quart d'heure d'illusoire sentiment d'importance, et bonne soirée, pauvre type ! :excl::wink:

       

Bien j' avais décidé de ne plus poster ici (voir plus haut) car inutile de repondre a des murs bouchés a l'emeri mais bon puisqu on en vient a de l' ad hominem suivi d'une bavade martyrologique allons-y

1- que tu le veuilles ou non, ton laius sur de soit disant directives pour casser physiquement du GJ en raison d un enervement par accroc a sa vanité de Castaner, expliquant le nbre elevé de blessés coté manifestant, entre dans le cadre de la theorie du complot/fake news. Rappel : c est une rumeur de faits occultes, non prouvés, impliquant des tas de personnes (ici donc le ministre, prefets, sous prefets et 200 000 policiers et gendarmes appliquant des ordres  occultes illegaux) au benefice d une ou plusieurs personnes/entité (ici donc d apres toi, pour faire plaisir a Castaner) tout en ignorant les elements explicatif les plus logiques (selon le rasoir d Occam5

Definition de base que tu ignores sciemment comme tu ignores sciemment que la rugosité des manifs ont peut etre plus a voir avec l epuisement des FdO, l'usage d'elements non formés contrôle de foule pour compenser les effectifs qui fatiguent (BAC, BRI, PPP), la dispersion des événements non déclarés rendant difficile l'anticipation tactique et le fait que pas mal de GJ veulent se payer des symboles de l etat.

Petit rappel on a blessés FdO (équipés casques, gilet, bouclier, jambières) 1 pour 2 manifestants (pas d'équipement). On a donc des FdO plutot mauvaises si l'objectif c'etait sciemment de casser du GJ. Ca c etait le point 1.

Si cet cela doxa de bobo pseudointelectuel parisien selon ta definition (joli combinaison de mots sortis tout droit du manuel du parfait petit frustré) ainsi soit il. Mais on peut peut etre aussi maintenant se poser la question sur ton niveau de comprenette. 

A croire que le port de gilet jaune tue les neurones (trop de phtalates made in china peut être)

2-Secundo 50k a 80k de manifestants maintenant représenterait tous les français (sauf les fameux bobo toussa?). C'est moins que pour la Manif pour tous, nuit debout ou les anti El Kohmri ou la reforme des retraites. C est moins que le mouvement autrement plus suivi de 95 sous Juppé. Et personne n a pretendu alors parler pour TOUT les autres. Les petits frustrés ont leur quart d heure de pouvoir sur les ronds points et les centre ville ainsi que sur YT et FB, grand bien leur fasse, ce qui circule sur le net (peu relayé par les medias) me signale que l antagonisme monte. Quand tu as recu 10 milliards,que tu tue le petit commerce, que tu empeche un papa de recuperer sa gosse chez la nounou ou une maman d emmener son gosse chez le pediatre, tu ne te fais pas que des amis.

Ah en parlant de frustré,  on connait ton historique et tes dents successives contre les différents gouv successif. Pas etonnant que quelqu un comme toi soutienne ce type de mouvement anarchochaotique. Attention seulement, a trop vouloir tout raser parceque tu as les couilles a l envers depuis plusieurs années de ne pas te retrouver responsable dans la creation d un frankenstein. Vu ton historique, justement, je t'aurais cru également plus réflechi sur les conséquences de ce que tu écris et je ne t'aurais pas mis dans la moyenne des GJs. Visiblement il va falloir que je revois mes moyennes étant donné que les stats, les études, les liens et le sens du français t'échappent maintenant (voir -1- en supra par exemple)

Enfin la partie en rouge est gratuite, la modération n'est pas encore intervenue. Elle serait tout a fait en droit de te foutre des points pour ad hominem. Perso je ne vais pas le faire, cette réponse mano à mano suffira. Si le forum ne te convient plus, tu peux cependant aller rejoindre tes petits camarades, la porte est ouverte. Sinon, moi, je vais, plutot que de te faire le plaisir de te transformer en pseudo martyr d'une révolution "populaire" te laisser te décrébiliser petit à petit au fil de tes interventions ici. A moins que tu ne daignes regagner quelques neurones et quitter le camp des ânes dans lequel je ne t'aurais pas mis initialement mais que visiblement tu as rejoins les deux pieds devant au vu de tes oeuvres

Bonne continuation

 

PS : n'assumes pas non plus ma situation sociale, tu ne connait rien de ma vie, alors évite de rajouter le débile au ridicule

 

  • Haha (+1) 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 11/01/2019 à 07:46, pascal a dit :

ON VA VITE SE CALMER SINON ON VA VITE FERMER

Quant à parler de tronche quand on voit celle du loulou qui tient la pancarte personnellement je n'ai pas envie de lui confier les clés du camion.

Sans les réseaux sociaux un tel quidam aurait un pouvoir de communication limité au comptoir de son bistrot ou à sa cage d'escalier ... pour le plus grand bonheur de la collectivité

 

Ce serait dommage de fermer. Surtout qu'il y a matière à débat. Je pensais à ajouter un commentaire à la con comme d'hab. Et puis je me suis dit, pourquoi ne pas essayer de comprendre ce qui se passe et qui échappe à tout contrôle. Je poste ici un lien vers le blog du colonel Goya et article, qui vaut ce qui vaut, sur le cycle des princes d'Ambre. https://lavoiedelepee.blogspot.com/2018/11/princes-dambre-et-cours-du-chaos.html

Il est intéressant de noter qu'une structure rigide se fera toujours battre par un système plus souple. Ici l'état dans sa rigidité n'a pas été en mesure de prévoir, mais aussi d'endiguer dès le début le mouvement contestataire.

Alors que les gilets jaunes sont un mouvement protéiforme que personne n'a été capable d'identifier correctement. La preuve, on oscille entre l’extrême droite et l’extrême gauche, avec un vaste fourre tout entre les deux. Celui-ci est apparu de manière spontané aux yeux des responsable politique. Alors qu'en y regardant de plus près, le gilet jaune n'a été que le catalyseur, d'un phénomène contestataire silencieux qui a grandi dans l'indifférence de nos dirigeants.  Ce qui est frappant également, c'est la durée du mouvement. Alors que l'état misait sur un essoufflement, celui-ci perdure depuis maintenant 9 semaines.

Ps. Je voulais poster cela la semaine dernière. Et puis j'y ai renoncé. Mais vu les échanges vifs sur ce fil. Je me suis dit pourquoi ne pas la poster et revenir sur le sujet des menaces intérieures, non pas sur la forme mais sur le fond. D'ailleurs en quoi un mouvement contestataire peut-il être une menace intérieure?

 

  • J'aime (+1) 1
  • Merci (+1) 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, Espadon a dit :

D'ailleurs en quoi un mouvement contestataire peut-il être une menace intérieure?

Selon la forme qu'il prend les désordres qu'il crée et les réactions qu'il engendre ...

  • Merci (+1) 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, herciv a dit :

Sache que les GJ sont capables de frapper des gens qui passe en voiture au péage au seul motif qu'ils manifeste leur désapprobation.

Si ça ce n'est pas de la démocratie directe !

  • Haha (+1) 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 13 minutes, Skw a dit :

Si ça ce n'est pas de la démocratie directe !

c'est cela oui

  • Confus 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Boule75 a dit :

Sauf à Notre-Dame des Landes par exemple.

A NDDL, la situation était dans une impasse totale. La reprise en main du politique sur le maintien de l'ordre, en annonçant l'abandon du projet, a permis d'éviter une insurrection de type guerre civile dans le bocage.

Des renseignements mettaient en évidence l'installation de points de fixation, pièges et autres booby traps destinés à provoquer un effet maximal pour pousser les forces de l'ordre à engager des moyens qui ne sont pas ceux du maintien de l'ordre (la troupe et des blindés en l'occurrence). On en a retrouvés depuis lors de la dépollution de la ZAD, notamment des futs d'hydrocarbures enterrés et munis de dispositifs pyrotechniques, ainsi que des bidons de mélange essence/acide destinés à l'alimentation de cocktails molotov.

Plusieurs des armes de guerres saisies à la même période dans les quartiers traditionnellement chauds de Nantes (AK et RPG en petit nombre à l'est et à l'ouest) ont été déclarées comme destinées aux Zadistes par leurs détenteurs. Réalité ou excuse facile et opportuniste, pas possible d'en être sûr.

Mais dans ce contexte, avec la certitude d'un adversaire prêt à toutes les extrémités pour se payer les forces de l'ordre (et n'ayant pas d'autre projet immédiat dans son action), le choix politique de l'abandon de l'aéroport était le meilleur. Cela permettait de couper la base violente de son soutien populaire, de délégitimer les actes extrêmes à venir. Cela a "désarmé" les points de résistance les plus dur, écartés certains des militants les plus extrêmes et les candidats au martyre.

Dans ce contexte, le démantèlement a pu être mené avec un niveau de violence contenu - même si toujours excessif - et qui n'était certainement pas le fait exclusif des forces de l'ordre.

 

Là, dans le mouvement des gilets jaunes, il me semble que le pas politique a déjà été fait. La spirale inflationniste des prix du carburants a été rompue, des aides (10 Mds quand même) ont été annoncées. Un infléchissement de l'orientation du pays a été annoncée pour indiquer que le mouvement avait été entendu. Et c'est là que les revendications ont changé (RIC, départ du président élu, etc.). La violence s'est maintenue malgré l'érosion du soutien populaire (soutien dont je me demande toujours comment il est mesuré, tant en matière de question posée que d'échantillon sondé). Il faudra probablement, à un moment, un second pas politique pour "casser" la dynamique mouvement qui, pour l'instant, continue sur son élan sans rencontrer d'obstacle, mais sans avoir rajouté d'essence dans le moteur.

  • J'aime (+1) 2
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Stats sur où ont été touchés les blessés graves des GJ : très majoritairement la têtehttps://twitter.com/MaximCombes/status/1086178344104800262

Des policiers en  train de tenter de dissimuler leur usage : https://twitter.com/nicolasgregoire/status/1085286564454903808
 

Quant aux syndicats policiers qui disent "heureusement que c'est ça sinon cela aurait été des armes léthales", je me demande comment ils ont réussi à gérer jusqu'à l'autorisation (sous hollande de mémoire) de ces armes, notamment des balades de plaisir comme Mai 68.

Quant à ceux qui disent "la violence discrédite les GJ", ils oublient que suite à l'alignement des législatives et des élections présidentielles il n'y a plus d'élections nationales pendant le mandat du Président, et que le Président actuel fait preuve d'une sourdité peu commune face à la société dans son ensemble, au point que des préfets s'en sont plaint. Du coup : quelles options restent ils aux gens en fort désaccord ? Et j'irai même plus loin : si demain aller manifester devienne trop dangereux, que pensez vous qu'il feront ?

Enfin, merci au réchauffement climatique, les amateurs de collapsologie pensent que désormais la voie politique est caduque, en l'occurrence dans cette vidéo une ancienne du PS et LFI et un philosophe : https://www.youtube.com/watch?v=ScG0peWoWcQ

 

Tout ça pour dire quoi ? Que la violence appelle la violence, surtout quand les causes ne sont pas adressées...

 

Or les urgences sociales et écologiques ont pour moi la même cause : les riches, de par le transfert incessant des richesses entre leurs mains et le fait qu'ils sont de loin les plus pollueurs. 

Quelques illustrations de la concentration des richesses : répartition des richesses aux USA  https://twitter.com/BryanDruzin/status/1072670221683617793 , la tour infernale des super riches https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/la-tour-infernale-des-super-riches => les 10% les plus aisés ont gagnés 6% de pouvoir d'achat sous macon, les 20% les plus pauvres ont perdu...  Comme le résume Thibault Gajdos : « Seules les préférences des plus riches ont une influence sur l’évolution des dépenses sociales » lisible là https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/01/17/thibault-gajdos-seules-les-preferences-des-plus-riches-ont-une-influence-sur-l-evolution-des-depenses-sociales_5410649_3232.html 

Bref, blâmer aujourd'hui les gilets jaunes, demain Extinction Rebellion, mais laisser les riches concentrer les richesses et toujours plus réchauffer le climat ne mènera à rien très rapidement. Ecoutons nous et agissons socialement et face au réchauffement, en redistribuant à nouveau efficacement, à défaut de quoi l'alternative ne plaira qu'à ceux du côté des happy few et autres puissants.

 

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, christophe 38 a dit :

mais je suis de moins en moins en phase avec ceux qui sont dans la rue et disent manifester pour nous.

Ils ne représentent pas tout le monde loin s'en faut. Il faut se désintoxiquer de la médiatisation 7/7 24/24 de ce mouvement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Julien a dit :

Ils ne représentent pas tout le monde loin s'en faut. Il faut se désintoxiquer de la médiatisation 7/7 24/24 de ce mouvement.

hummmmmmmm

 

tu as raison, mais

quand je discute autour de moi, je ne vois pas d'acharnés, mais je vois des gens qui se sentent concernés par un des chapitres relevés par les GJ ; ici, la non revalorisation des retraites, là, la CSG, là la vitesse à 80, là encore "on bouffe de la merde" ou "on paie trop d'impots"...

en gros, il y en a qui ralent dans le meme tempo (sans bloquer les ronds points ou défiler, mais, il y a du malaise)

  • J'aime (+1) 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Akhilleus a dit :

(...) Enfin la partie en rouge est gratuite, la modération n'est pas encore intervenue. Elle serait tout a fait en droit de te foutre des points pour ad hominem. Perso je ne vais pas le faire, cette réponse mano à mano suffira. Si le forum ne te convient plus, tu peux cependant aller rejoindre tes petits camarades, la porte est ouverte. Sinon, moi, je vais, plutot que de te faire le plaisir de te transformer en pseudo martyr d'une révolution "populaire" te laisser te décrébiliser petit à petit au fil de tes interventions ici. A moins que tu ne daignes regagner quelques neurones et quitter le camp des ânes dans lequel je ne t'aurais pas mis initialement mais que visiblement tu as rejoins les deux pieds devant au vu de tes oeuvres

Bonne continuation

Merci pour tes "lumières", et ton analyse psycho-sociologique inégalée (si,si, franchement, j'suis sérieux :chirolp_iei:) de ce mouvement social inédit qui dure depuis début novembre... 

Confidences pour confidences, perso ça fait longtemps que je t'ai rangé dans le camp des "ânes", et je suis rassuré que ce soit réciproque (mais il y en a qui ne comprennent pas que, sauf à être un nuage transparent, on est forcément à plusieurs reprises dans une vie "l'âne", "le con", "le salaud", etc...d'autres personnes, dont on pense d'ailleurs la même chose, voire pire...: tout comme la beauté et la laideur c'est une question de "point de vue", comme disait ce bon vieil Obiwan Kenobi au Padawan Luke...). Houlà, je t'embête avec un terrain qui ne t'est pas appréhendable, là "Sorry my Lord"...  

Ton "historique" fantasmé au sujet de ma personne ou d'autres ne m'intéresse pas, et pour rebondir sur ce que tu as dit : Oui le forum ne me convient plus, car vous l'avez perverti, et il n'a plus rien à voir avec ce qu'il était de 2003 (sa création) à 2011 (où l'ambiance a commencé à changer).

Il y a plus de 2 mois The mouse a demandé la suppression de son compte sur le fil "Je me casse, j'en ai ras le bol", qu'avait crée syntaxerror9 en 2014 ; et pourtant on peut toujours trouver son profil dans les membres : pratique comme astuce, ça permet de gonfler artificiellement le nombre de membres du forum, puisque eux qui sont partis en sont encore comptabilisés comme "membres" bien qu'inactifs. La suite me concernant sera une "demande" dans le fil que je viens de mentionner, afin de ne pas faire dans le HS par rapport à la thématique de celui-ci (car moi je respecte les autres...).

Merci, et bonne continuation à tous ceux avec qui j'ai pu avoir des échanges positifs et respectueux sur le forum, qu'ils aient ou non partagé mes divers points de vue sur les divers sujets (technico-militaires ou "politiques"), ceux qui sont capables d'accepter qu'on ne pense pas comme eux, et de prendre en compte les arguments opposés aux leurs, même lorsqu'ils ne les jugent pas convaincants.    

Modifié par Bruno
Correction sur l'intitulé exact d'un fil que syntaxerror9 avait crée, pour dire qu'il partait d'ici...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 29 minutes, christophe 38 a dit :

hummmmmmmm

 

tu as raison, mais

quand je discute autour de moi, je ne vois pas d'acharnés, mais je vois des gens qui se sentent concernés par un des chapitres relevés par les GJ ; ici, la non revalorisation des retraites, là, la CSG, là la vitesse à 80, là encore "on bouffe de la merde" ou "on paie trop d'impots"...

en gros, il y en a qui ralent dans le même tempo (sans bloquer les ronds points ou défiler, mais, il y a du malaise)

Je pense qu'ici réside le coeur du problème, la crise des gilets jaunes est avant tout une crise de représentativité. L'agrégat revendicatif du mouvement que tu cites cache en fait le divorce entre les élites et les administrés. Ce divorce transcende les lignes politiques il est plus social que politique ce divorce crée le malaise et le point éclair a été atteint à la suite d'une conjonction de mesure tout à fait anodines qui en temps "normal" n'auraient pas eu cet impact mais qui interviennent à un moment clé un carrefour de ressentis, de frustrations économiques (pouvoir d'achat) politiques (victoire "volée") etc etc ...

Ce mouvement est celui des espoirs trop longtemps déçus et surtout témoigne d'une absence totale de perception du malaise par le politique au sens large. Là où l'actuel gouvernement pourrait avoir une responsabilité particulière à mon sens c'est dans sa maladresse à gérer les premiers instants de la crise.

 

  • J'aime (+1) 2
  • Merci (+1) 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 17 minutes, Bruno a dit :

 (car moi je respecte les autres...).

 

Citation

toi tu représentes bien une certaine "Nomenkatura  Bobo", égocentrée baignant dans sa petite suffisance mesquine. 

Citation

 pauvre type

Belle demonstration

Ciao et au plaisir ............

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 7 minutes, pascal a dit :

Ce mouvement est celui des espoirs trop longtemps déçus et surtout témoigne d'une absence totale de perception du malaise par le politique au sens large. Là où l'actuel gouvernement pourrait avoir une responsabilité particulière à mon sens c'est dans sa maladresse à gérer les premiers instants de la crise.

 

Bien d'accord

Les anglais au moins respecte la parole du peule avec le Brexit   

 

2016 

le, pour le couple exécutif, de ne pas laisser l'impression d'un recul politique après l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Si le Premier ministre Édouard Philippe a défendu mercredi une décision "de raison", mettant en avant la nécessité de "trancher le nœud gordien", il n'en reste pas moins que cette décision va à l'encontre du référendum local du 26 juin 2016, dont le "oui" était sorti vainqueur à 55,17% des voix. 

2005

55% pour le non à la Constitution européenne

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, Scarabé a dit :

Bien d'accord

Les anglais au moins respecte la parole du peule avec le Brexit   

 

:rolleyes: On va attendre de voir comment ca se termine avant d'affirmer ca si ca te dérange pas. Tout le monde parle du risque de hard brexit mais je pense qu'il y a surtout un risque de no brexit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Julien a dit :

:rolleyes: On va attendre de voir comment ca se termine avant d'affirmer ca si ca te dérange pas. Tout le monde parle du risque de hard brexit mais je pense qu'il y a surtout un risque de no brexit.

C'est quand même la GB qui a demandé à l'Europe d'activer l'article 50. Et si l'Europe ne le fait pas elle perdra toute crédibilité déjà qu'aux yeux de l’opinion elle n'est pas très crédible.  Ce serai même une aubaine pour les populistes le no brexit ils pourraient dire vous voyez l'Europe veux garder les peuples sous sont joue.   

Le No brexit c'est la fin de l'Europe ils sont obliger de faire quelque chose. En plus cette histoire dure depuis trop longtemps même les anglais en ont marre et veulent savoir à quelle sauce ils vont être mangé. 

Mais bon on devrait aller dans le bon fil     

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de verrouiller le sujet, une fois de plus cela part en sucette donc fermeture (permanent ou pas, on verra).

 

  • Triste 1
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Statistiques des membres

    5 314
    Total des membres
    1 132
    Maximum en ligne
    Jotrey
    Membre le plus récent
    Jotrey
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20 483
    Total des sujets
    1 189 228
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets