zx

menaces intérieures

Recommended Posts

il y a 2 minutes, Bruno a dit :

 leurs manifs depuis début décembre sont systématiquement pourries par les habituels racailles et casseurs (qui viennent pour faire du pillage, ou "casser du flic et la ville").

Trop facile, cela permet surtout de s'exonérer de ses responsabilités. Ce sont certainement ces "mêmes racailles" qui défoncent les journalistes, en pensant qu'en cassant le thermomètre, on évite le mal. Allez... 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, Phacochère a dit :

Trop facile, cela permet surtout de s'exonérer de ses responsabilités. Ce sont certainement ces "mêmes racailles" qui défoncent les journalistes, en pensant qu'en cassant le thermomètre, on évite le mal. Allez... 

 

Donc, parce que quelques types (moins d'une centaines sur le total  de tous les manifestants GJ) excités ont frappé des journalistes, tous les GJ sont des violents ? Allez, quand on veut accuser un mouvement ayant rassemblé un nombre rarement atteint de participants et de sympathies dans l'opinion, on trouvera toujours les "mauvais exemples" souhaitées pour arriver à la conclusion pré-décidée... Dans le genre, "casser le thermomètre" (car un mouvement social ayant une aussi large base sociale en est forcément un, que ça plaise ou non, et malgré les dérapages qu'il y a autour, voire en son sein...) ils ont trouvé leur maître, on dirait.

Edited by Bruno
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, Bruno a dit :

Et le voilà qui retombe dans ses raccourcis faciles, et autres affirmations gratuites... plus de 95% des vrais "gilets jaunes" sont pacifiques (du moins l'ont été jusqu'ici) ; par contre au bout de quelques heures, leurs manifs depuis début décembre sont systématiquement pourries par les habituels racailles et casseurs (qui viennent pour faire du pillage, ou "casser du flic et la ville"). Soit tu ignores ce phénomène récurrent depuis de nombreuses années, soit tu fais ici un amalgame que tu n'as sans doute pas fait à l'encontre des manifestants contre la "Loi Travail / Loi El-Khomri" lors des incidents graves qui émaillaient leurs manifestations au printemps 2016. 

Edit : après il y a un deuxième phénomène, on ne peut nier qu'une partie des GJ initialement calmes se soient parfois trop énervés après avoir reçu des gazs lacrymos ou des tirs de FB, sans comprendre pourquoi, puisque ne cherchant pas à franchir un périmètre interdit. Dans ce cas la responsabilité est partagée...     

Oui oui.

"Ce n'est pas les GJ" comme "ce n'est pas l'islam"

Je suis sur mobile je ne vais donc pas pouvoir poster tous les liens montrant que des GJs (qu'ils soient vrais GJ d extreme gauche, extreme droite ou GJ bourrins ou faux GJ infiltrés d extreme gauche, d extreme droite ou pilleurs) sont comme les routiers,cad sympas....et font vivre l economie via

Du racket

Du blocage economique

De la casse urbaine

Du piliage de magasins

De l activité  quasi insurrectionnelle avec volonté de casser les institutions 

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Bruno a dit :

Donc, parce que quelques types (moins d'une centaines sur le total  de tous les manifestants GJ) excités ont frappé des journalistes, tous les GJ sont des violents ? Allez, quand on veut accuser un mouvement ayant rassemblé un nombre rarement atteint de participants et de sympathies dans l'opinion, on trouvera toujours les "mauvais exemples" souhaitées pour arriver à la conclusion pré-décidée...

Pour te dire le fond de ma pensée, initialement le mouvement est légitime. En revanche, il est mené par des irresponsables, incapables de se structurer pour encadrer les événements et rentrer dans des négociations pour une sortie de crise. (Au moins le temps de discuter et faire valoir ses idées).  Comme disait Deproges (et Senghor) ce sont des personnes qui se "trompent de colère". Je ne mets pas ts les GJ dans le même panier, mais la minorité visible...c'est le fond du panier

Edited by Phacochère
Ortho
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 32 minutes, Phacochère a dit :

Pour te dire le fond de ma pensée, initialement le mouvement est légitime. En revanche, il est mené par des irresponsables, incapables de se structurer pour encadrer les événements et rentrer dans des négociations pour une sortie de crise. (Au moins le temps de discuter et faire valoir ses idées).  Comme disait Deproges (et Senghor) ce sont des personnes qui se "trompent de colère". Je ne mets pas ts les GJ dans le même panier, mais la minorité visible...c'est le fond du panier

C'est ton opinion, et il faut la respecter en tant qu'expression de la liberté d'opinion... Tu soulèves là le problème des mouvements sociaux, de + en + fréquents, mais jusqu'ici limités à des "coordinations" de salariés d'une profession/une catégorie professionnelle, un "bassin d'emploi" en particulier, qui se font sans passer par les "corps intermédiaires" : lesquels ont justement ce rôle de coordonner et canaliser toutes les "démonstrations de force militante", avec des représentants élus, presque toujours charismatiques, et doués pour s'exprimer en public, devant les journalistes.

J'ai parfois vu sur les plateaux TV des "porte-paroles" de Gilets-Jaunes charismatiques, et capables de rembarrer certains chroniqueurs les prenant de très haut, du haut de leur "Bobo-attitude" parisianiste. Mais parfois aussi d'autres qui sont en effet très limités... On retrouve logiquement une bonne partie de la diversité des gens composant un pays, puisque c'est un "patchwork" de français en colère sans structure établie.

La bonne question (que certains ont plusieurs fois posée sur ce fil) est "pourquoi la majorité des gens n'ont-ils plus confiance dans les syndicats, normalement chargés de porter sur la voie publique les revendications sociales, en organisant des manifestations déclarées en Préfecture ?". Au lieu de s'efforcer de manière lourdingue de récupérer un mouvement qu'ils qualifiaient au début bien crânement de "ramassis de beaufs d'extrême-droite", avant de se rendre compte qu'il rassemble bien + de gens que tous les mouvements sociaux qu'ils ont pu lancer depuis au moins 30 ans, en envoyant leurs militants défiler ostensiblement au milieu ou à côté des G.J, affichant bien leur appartenance syndicale (je pense en particulier à la CGT ou à FO...), ils devraient plutôt se demander pourquoi les gens n'ont plus envie de se syndiquer en France depuis les années 90, ni même dans certains cas de demander aux syndicats, voire aux partis politiques, de porter leur mécontentement... 

Quoiqu'on en pense, cette crise a au moins le mérite de montrer que tous les "corps intermédiaires" auraient grandement intérêt à se remettre en cause, car visiblement ils ne font plus recette.          

Edited by Bruno

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Bruno a dit :

Quoiqu'on en pense, cette crise a au moins le mérite de montrer que tous les "corps intermédiaires" auraient grandement intérêt à se remettre en cause, car visiblement ils ne font plus recettes.          

Est-ce à eux de se remettre en cause ou est-ce au législateur de permettre l'émergence de nouveaux corps intermédiaires et notamment de nouveaux syndicats ? Sans doute les syndicats ferait-il bien se se remettre en cause. Mais s'ils ont une configuration qui leur permet de rester sur le devant de l'arène syndicale sans changer grand chose, on comprend la tentation. L'univers syndical dans le contexte français est sur pas mal d'aspects encore plus figé que l'univers politique. Il est par certains aspect plus compliquer de créer un nouveau syndicat qu'un nouveau parti politique, en raison de différents systèmes de verrouillage et notamment de pouvoirs octroyés aux syndicats traditionnels. On peut par ailleurs se demander pourquoi nos mécanismes ne prévoient pas l'implication de corps intermédiaires alternatifs et qui pourraient venir concurrencer les syndicats sur certaines questions socio-économiques. Soit dit en passant, si les législateurs n'ont pas touché aux syndicats, c'est notamment parce qu'ils savent le pouvoir de nuisance de ceux-là. Et pas vu grand monde non plus, notamment parmi les gilets jaunes, vouloir lancer une réflexion profonde sur ce que devrait être le rôle des corps intermédiaires et le cadre pour ces corps intermédiaires dans le contexte français.

Edited by Skw
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@BrunoCes mêmes corps intermédiaires qui assurent le maillage du territoire, les maires - que le président a snobé-, les RG supprimés, les sydndicats (ça bouge / CFDT), les préfets qui alarment pourtant depuis longtemps. Bref, le thermomètre que chacun veut casser... Pour ma part, j'arrête là, ces discussions tournent en rond. 

Edited by Phacochère
sens + ortho
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

On a sciemment tué les corps intermédiaires et Macron n'a fait qu'enfoncer les derniers clous dans le cercueil. Trop facile ensuite d'aller à la rencontre de ces gens qu'on a volontairement snobé (voire pire) dans les mois précédents. On ne reconstitue pas aussi facilement que l'on casse, que ce soit dans l'armée, les services publics ou le privé.

Il va falloir des actes, et vite, pour commencer à recoller les morceaux. Pour l'instant, on attend et ça risque d'être long... mais l'opinion exige et exigera des réponses rapides. Au risque que cela soit en contradiction avec le processus en cours.

  • Thanks 2
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Phacochère a dit :

@BrunoCes mêmes corps intermédiaires qui assurent le maillage du territoire, les maires, les RG supprimés, les sydndicats (ça bouge / CFDT), les préfets qui alarment pourtant depuis longtemps. Bref, le thermomètre que chacun veut casser... Pour ma part, j'arrête là, ces discussions tournent en rond. 

Là tu prêches un convaincu : les RG étaient utiles car ils prenaient en permanence la température. Les Maires ? Tous les sondages indiquent que ce sont les seuls élus qui ont encore largement la côte auprès des français (et c'est à mon sens bien mérité !)... Quand au Préfet, par essence les représentants du gouvernement en place sur un territoire donné (c'est la "déconcentration de l'Etat") : ils sont certes indispensables, mais pas du tout un "corps intermédiaire", bien qu'ils puissent aussi ponctuellement faire office de "thermomètre" social.

Ni moi, ni aucun groupe de G.J à ma connaissance, na réclamé la suppression des Maires et des collectivités locales... Certains ont pu "demander" la suppression du Sénat, ou qu'il y ait moins de parlementaires, ou que ceux-ci soient moins payés/aient moins d'avantages financiers (mais pas que je sache la suppression des Préfets). Je ne vois pas en quoi ce genre de revendications reviendraient à "casser le thermomètre" elles vont plutôt dans le sens de la réduction des dépenses publiques, ou du moins de leur redéploiement en faveur d'un bien plus grand nombre de personnes...

Par contre, celle d'un accès plus facile au Référendum (le "RIC", que j'estime irréaliste en tant que telle : à mon sens, passer par l'intermédiaire des Maires pour organiser des référendums pourrait être une meilleure idée > par exemple, si 1500 Maires de 1500 communes, dont au moins 15 de villes de + de 50 000 habitants parmi eux, demandent un référendum national sur un sujet donné, alors il serait d'office organisé), il faudrait être prudent dans la manière de la satisfaire (histoire d'arriver à concilier démocratie directe et stabilité), mais elle revient au contraire à vouloir un thermomètre géant, plus en prise avec la "source de chaleur (ou froideur)" à mesurer. 

il y a 43 minutes, Ciders a dit :

On a sciemment tué les corps intermédiaires et Macron n'a fait qu'enfoncer les derniers clous dans le cercueil. Trop facile ensuite d'aller à la rencontre de ces gens qu'on a volontairement snobé (voire pire) dans les mois précédents. On ne reconstitue pas aussi facilement que l'on casse, que ce soit dans l'armée, les services publics ou le privé.

Il va falloir des actes, et vite, pour commencer à recoller les morceaux. Pour l'instant, on attend et ça risque d'être long... mais l'opinion exige et exigera des réponses rapides. Au risque que cela soit en contradiction avec le processus en cours.

Surtout en ce qui concerne les Maires : ça a été une énorme erreur que de mépriser le rôle, et de réduire sans cesse les moyens, de ces élus locaux souvent très investis, connaissant bien le terrain et leur population, qui sont globalement très reconnus des français pour ces qualités ! Ils pourraient justement devenir les intermédiaires idéaux pour l'une des revendications qui revient souvent depuis des mois : celle d'une démocratie plus directe, via un recours accru au Référendum, tout en évitant qu'il y en aient tout le temps et à tout sujet.

Comme je l'évoque ci-dessus dans ma réponse à Phacophère, on pourrait très bien faire une réforme constitutionnelle selon laquelle dès lors qu'un certain nombre de Maires (disons 1500 ou 2000), dont un certain nombre de villes importantes (disons 15 ou 20 de villes d'au moins 50 000 habitants, parmi ces 1500 ou 2000), demandent la tenue d'un référendum national (au résultat contraignant : ne pas pouvoir faire ce qu'à fait un Président en 2008, nous faisant adhérer via le Parlement à un traité européen pourtant rejeté par 55% des voix, lors du référendum de 2005...) sur un sujet donné (autre que "le gouvernement actuel doit-il démissionner" : pour ça il y a un calendrier régulier déjà fixé), eh bien il devrait obligatoirement être organisé dans un délais de 8 mois.

Avec un tel système il serait quasiment sûr qu'on n'aurait pas plus de 2-3 référendums par législature, mais que d'un autre côté si vraiment beaucoup de citoyens ont un sujet qui leur tient à coeur, ils arriveraient forcément à mobiliser suffisamment de Maires pour atteindre le seuil afin que cette consultation populaire générale aie bien lieu. Enfin, voilà mon avis Citoyen sur cette doléance fréquente des GJ depuis des mois ; perso je l'inscrirai dans le "cahier de doléances" de ma "commune nouvelle" (issue de la fusion de 6 communes), sachant que notre Maire est vraiment très bien, très à l'écoute de ses administrés. Bonne fin de soirée (ou bonne journée, selon l'heure à laquelle vous lisez ceci) tout le monde ! :wink: 

Edited by Bruno
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
12 hours ago, Akhilleus said:

Oui, oui, les GJ, la vraie "France"

Maintenant remettons les choses dans le contexte : les GJ, c'est la même frange sociologique que les Brexiteurs, les électeurs de Trump, les électeurs de Salvini/5 étoiles ou du PiS

Cad une classe CSP - plutôt rurale, plutôt peu diplômée,  nourrie au populisme, à la théorie du complot et au yakafaukon

Quand on voit le résultat ailleurs, ça donne pas envie de voir le résultat ici

Les gj ne demandent pas l'avènement d'un Trump, au contraire, il veulent le Referendum d'initiative citoyenne/populaire en toutes matières et plus de participation dans la vie politique avec un système de tirage au sort des élus. Tu comprends qu'avec de telles revendications il n'y a pas d'ingérence étrangère possible, trop dangereux.

Et la réponse est négative, ce n'est pas possible, c'est trop compliqué et de toute manière cela mènerait aux extrèmes parce que ça libérerait les plus bas instincts de la population.

Et nous, les démocrates(la caste au pouvoir) en sommes le rempart , pourtant deux cent ans après la révolution Française ce serait formidable de tenter une expérience démocratique qui continuerait de nous placer à l'avant garde sur ce sujet, c'est la perspéctive  la plus bandante depuis longtemps et elle légitime, au besoin toutes les violences pour obtenir ce saut démocratique.

Edited by P4

Share this post


Link to post
Share on other sites
8 hours ago, Ciders said:

Il va falloir des actes, et vite, pour commencer à recoller les morceaux.

Je ne suis pas du tou convaincu qu'il y ai une volonté de "recoller les morceaux".

Pour le moment on joue le pourrissement et on espère bien une victoire par KO contre les ploucs, en essayant de mobiliser la "majorité silencieuse" ... c'est pas comme si les politiques clivantes n'étaient pas à la mode.

C'est tout le probleme de Macron qui dans sa tête est parti pour deux mandats ... et qui a déjà gentiment du plomb dans l'aile après 18 mois alors qu'il fait sa Sarkhozy ...

10 hours ago, Akhilleus said:

Des mains arrachées par le ramassage de grenades de desencerclement. Difficile d'incrimer les policiers. Tirs tendus de lacrymo: interdits et clairement criticables/punissables

Le bilan et vraiment tres lourd du coté des manifestant ... il y a des centaines de dossiers instruits par les parquet et l'IGPN pour violence ayant entraîné une incapacité physique définitive.

En cause l'usage systématique de "lanceur de balle" dans des manifs ...

Des dizaine de gens y compris des journaliste ont été visé a la tête et on perdu des yeux!!!

Il y a une vrai politique de la violence dans la police ... ca date grosso modo des année Sarkhozy et ça a empiré a mesure.

Avant on pratiquait la désescalade ... le plus amusant c'est que nos voisins ont appris de ses pratiques via les CRS notamment et les appliquent mieux que nous aujourd'hui.

Aujourd'hui on pratique l'escalade ... qu'est ce qu'un gendarme fait a balancer sur le territoire nationale une grenade offensive a Sivens tu veux bien m'expliquer?!!! Ca sert a quoi une grenade offensive? A tuer ...

Quote

Manifestations : la police est-elle de plus en plus violente ?

Les manifestations des Gilets jaunes ont de nouveau posé la question de la violence de la répression policière. Un historien apporte son éclairage.

Les manifestations des gilets jaunes de ces dernières semaines ont soulevé à nouveau la question des violences policières et d'un usage accru de la violence par les forces de l'ordre, une question déjà posée en 2016 à l'occasion du mouvement contre la « loi travail ». On voudrait apporter un éclairage historique sur ce phénomène supposé de « retour » de la violence. Il ne s'agit pas de relativiser les agissements policiers, mais d'inscrire les événements dans l'évolution du maintien de l'ordre en France.

Calmer le « citoyen momentanément en colère »

Le maintien de l'ordre repose en France depuis longtemps sur des unités spécialisées : les gendarmes mobiles, apparus en 1921, complétés par les CRS, à partir de 1944, avec le recours à certaines périodes à des unités non permanentes comme les compagnies d'intervention de la préfecture de police à Paris dans les années 1950-1960. À l'origine de ces forces se trouve la préoccupation de ne plus recourir à l'armée, de ne plus traiter le manifestant comme un « ennemi » mais un « citoyen momentanément en colère ».

Un enseignement spécifique

Depuis Mai 68 (qui avait pris la police au dépourvu), la sophistication du matériel s'est accentuée avec le développement des protections individuelles et des véhicules, le perfectionnement de l'armement. Le maintien de l'ordre s'est aussi technicisé, puisque après de longues décennies d'apprentissage « sur le tas » au sein des unités, il fait l'objet d'un enseignement spécifique, comme au centre de Saint-Astier, créé par la gendarmerie au lendemain de Mai 68 puis devenu permanent, où les unités s'entraînent régulièrement dans le décor d'une ville fictive. Les agents s'aguerrissent aux manœuvres et aussi à la maîtrise de soi nécessaire au métier. Un répertoire s'est alors fixé, fondé sur son caractère défensif, la planification, le contrôle à distance des manifestants, le retardement de l'usage de la force, et le dialogue, voire la cogestion avec les organisateurs des manifestations pour faciliter leur encadrement policier.

Lire aussi « Le maintien de l'ordre est un métier. Le rétablissement de l'ordre, plus encore ! »

Depuis quarante ans, les effectifs de ces forces sont restés stables, autour de 30 000 hommes (17 000 gendarmes mobiles, 13 000 CRS). Elles peuvent recevoir le renfort d'autres forces de police, dont le maintien de l'ordre n'est cependant pas le « métier ». Ces interventions ont été à l'origine de violences policières (comme la mort de Malik Oussekine à Paris le 6 décembre 1986).

De l'encadrement des manifestations à la police des «  violences urbaines  »

On note ainsi une dimension offensive marquée, avec des tirs de lanceur de balle de défense (LBD) (communément appelé Flash-Ball), le déploiement massif d'unités dédiées à l'interpellation de manifestants par un pouvoir politique désireux d'afficher le soir même « la restauration de l'ordre », en utilisant des agents venus des BAC et de la BRI, et non des professionnels du maintien de l'ordre.

Tout cela tend à brouiller les frontières entre encadrement des manifestations et police des « violences urbaines ». De telles interventions, perçues comme un usage indiscriminé de la force, ne manquent pas de générer des phénomènes de solidarisation des manifestants et de nouvelles violences.

À cet égard, les spécialistes pointent des pratiques françaises à rebours des stratégies de « désescalade » menées dans d'autres pays européens, qui passent par le dialogue continu avec les organisateurs et les manifestants : depuis la présence d'officiers de liaison médiateurs, comme les Peace Units aux Pays-Bas, les « officiers de dialogue » en Suède, jusqu'à des panneaux lumineux donnant les instructions de la police à ceux qui défilent.

«  La violence policière fait toujours partie du répertoire d'action de l'État et a pu être un recours dans certaines circonstances »

La question du niveau de violence policière et de son évolution est éminemment complexe. Quel critère retenir en effet ?

Le seul nombre de morts, souvent retenu, montrerait cependant que le maintien de l'ordre devient plus meurtrier en France à partir de 1879, en particulier pendant la période de l'après-guerre, marquée par la guerre froide et la guerre d'Algérie. En témoignent les épisodes sanglants du 17 octobre 1961 et du 8 février 1962, qui ont fait respectivement au moins cent morts et 8 morts à Paris.

Cette seule courbe contredit l'existence d'un processus séculaire graduel de « réduction de la violence » et de pacification du maintien de l'ordre. En dehors de rares grands événements très meurtriers, il est difficile pour certains spécialistes de juger du niveau de violence policière le critère du nombre de morts dissimule d'autres formes de violence (charges, interpellations et intensité de la répression) et le « niveau de violence » renverrait avant tout aux perceptions de la manifestation.

Si on s'en tient à ce seul critère mesurable, depuis un siècle, des phases d'apaisement relatif alternent avec des cycles de violence : celui qui oppose les organisations communistes à la police et culmine avec les manifestations contre le général Ridgway en mai 1952, puis la police aux Algériens en 1960-1962. Ces épisodes montrent que la violence policière fait toujours partie du répertoire d'action de l'État et a pu être un recours dans certaines circonstances.

Un armement plus agressif

La question du « retour » des violences policières doit être lue à la lumière des transformations du maintien de l'ordre depuis les années 2000. Celui-ci a été modifié par la lutte contre les « violences urbaines », autrement dit les émeutes des quartiers populaires (2005 et 2007). Les unités sont devenues plus mobiles et plus offensives, tant grâce à un armement plus agressif qu'en projetant des forces destinées à interpeller les émeutiers en vue d'une répression judiciaire.

Il s'ensuit une transformation notable des formes de maintien de l'ordre, où le contact est plus fréquent, avec toutes les occasions de violence que peuvent provoquer de telles situations. Aux dispositifs adoptés lors des manifestations parisiennes des Gilets jaunes, on peut appliquer des constats dressés à l'occasion du mouvement contre la loi travail en 2016.

La sophistication de l'arsenal n'est pas non plus synonyme de pacification : le LBD et les grenades de désencerclement sont des armes susceptibles d'entraîner de graves blessures. Les forces de l'ordre conservent aussi des instruments archaïques, comme les grenades offensives (responsables de la mort de Rémi Fraisse à Sivens en 2014). [Elles ont été interdites par François Hollande en mai 2017, NDLR]

Si l'on peut évoquer un apaisement tendanciel ou relatif de la violence du maintien de l'ordre depuis 1968, la situation reste ouverte : l'usage de la violence dépend in fine du degré de légitimité des protestataires aux yeux de l'autorité politique et des forces de l'ordre.

* Historien, université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, il a notamment co-dirigé «  Ordre public et révolutions au XIXe siècle  » (2009)

https://www.lepoint.fr/societe/manifestations-la-police-est-elle-de-plus-en-plus-violente-17-12-2018-2279793_23.php

 


 

Même Toubon pourtant pas un sale gauchiste ... a demandé l’arrêt de l'utilisation des lance balle dans les manifestations dans un arrêté rendu en temps que défenseur des droit suite au multiple condamnation de la cours européenne des droit d'homme concernant l'usage des lance balle entre autre.

C'est pas comme si c'était pas su et analysé ... meme l'assemblée nationale a conscience que ca ne va pas comme ca devrait... et pendant ce temps la Catagnette t'explique qu'il n'est au courant de rien que tout va mieux que bien...

https://juridique.defenseurdesdroits.fr/doc_num.php?explnum_id=17288

VH3W95U.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, P4 a dit :

Les gj ne demandent pas l'avènement d'un Trump, au contraire, il veulent le Referendum d'initiative citoyenne/populaire en toutes matières et plus de participation dans la vie politique avec un système de tirage au sort des élus. Tu comprends qu'avec de telles revendications il n'y a pas d'ingérence étrangère possible, trop dangereux.

Et la réponse est négative, ce n'est pas possible, c'est trop compliqué et de toute manière cela mènerait aux extrèmes parce que ça libérerait les plus bas instincts de la population.

Et nous, les démocrates(la caste au pouvoir) en sommes le rempart , pourtant deux cent ans après la révolution Française ce serait formidable de tenter une expérience démocratique qui continuerait de nous placer à l'avant garde sur ce sujet, c'est la perspéctive  la plus bandante depuis longtemps et elle légitime, au besoin toutes les violences pour obtenir ce saut démocratique.

Les americains n ont pas demandé un Trump comme les anglais n ont pas demandé un brexit ou les hongrois un Jobik. Il se trouve qu on leur a laissé ce type de choix populiste en periode de crise et que, en toute logique, c est ce qui est sorti des urnes 

Un moment va falloir assumer que le mouvement des GJ, tout proteiforme qu il soit, est une formidable opportunité a noyauter/orienter/manipuler pour des groupes politiques extremes.

Envahir un ministère, attaquer une gendarmerie ce n est pas la mere de famille GJ ou le retraité GJ qui fait ca mais du GJ deja politisé.  Et il entraine bien souvent avec lui qques GJ idiots utileq non politisés au depart mais qui se laissent embringuer dans des actions insurrectionnelles parceque la violence est la solution facile, ca defoule. Sans que ceux ci ne voit qu ils servent des agendas politiques d extreme droite ou gauche.

 

Toi et Bruno faudrait que vous relisiez les années 30. C est le meme schema. Sur des revendications plus ou moins justifiées, les manifs populaires d ouvriers ou de classe moyenne"bourgeois" ont été de formidables tremplins d action qui pour les rouges (anar et trotskystes compris) qui pour les bruns (cagoule et Action francaise compris)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Le bilan et vraiment tres lourd du coté des manifestant ... il y a des centaines de dossiers instruits par les parquet et l'IGPN pour violence ayant entraîné une incapacité physique définitive.

En cause l'usage systématique de "lanceur de balle" dans des manifs ...

Des dizaine de gens y compris des journaliste ont été visé a la tête et on perdu des yeux!!!

Il y a une vrai politique de la violence dans la police ... ca date grosso modo des année Sarkhozy et ça a empiré a mesure.

Avant on pratiquait la désescalade ... le plus amusant c'est que nos voisins ont appris de ses pratiques via les CRS notamment et les appliquent mieux que nous aujourd'hui.

Aujourd'hui on pratique l'escalade ... qu'est ce qu'un gendarme fait a balancer sur le territoire nationale une grenade offensive a Sivens tu veux bien m'expliquer?!!! Ca sert a quoi une grenade offensive? A tuer ...

Je réitère "pas des centaines"

Citation

D'après le décompte du service de fact-checking de Libération, qui s'appuie sur les travaux du collectif militant "Désarmons-les", au moins 69 "gilets jaunes" ou journalistes ont été blessés par des tirs de LBD depuis le début de la mobilisation et au moins 14 d'entre eux ont perdu l'usage d'un oeil. Selon une source policière citée par l'AFP, sur la seule journée d'action du 12 janvier, au moins 5 manifestants ont été grièvement blessés "vraisemblablement" par des tirs de LBD.

On est à en dessous de 100 du suivi même des associations

Pour rappel 1700 GJs blessés depuis l'acte I, 1015 représentants de l'état à l'acte VIII

Au vu des nombres on n'est pas vraiment dans un usage excessif généralisé et institutionnalisé de la force (ou alors nos "bleus" savent plus y faire)

Maintenant c'est l'histoire de l'oeuf et de la poule. Le matériel et les doctrines d'usage ont évolué peut être aussi pour faire face à des manifestants de plus en plus violents. La comparaison avec la Suède me fait marrer, c'est pas vraiment la même intensité de "contact". Ils n'ont même pas de protèges tibias quand chez nous ils ont été mis en place en 2002 (ou 2004) parceque les marins pecheurs lancaient des boules de pétanque en rase motte et cassaient des jambes de GM par paquets de 12.

Rappelle moi le taux de sortie d'arme de poings pour désengagement depuis les années 2000 et depuis le début des GJs ? Quasi jamais avant (de souvenir un soldat pendant un manif du G20), 4 fois par des policiers depuis l'acte I, ca signe quand même un certain niveau de tension

Pour une partie du reste je suis d'accord, certains matériels sont non ou mal adaptés au MO

Une grenade F1 n'a rien à y faire

Les GLI-F4 si elles sont largement utilisées c'est aussi parceque des groupes de manifestants isolent des policiers pour leur faire leur fête. Après elles posent problème par la partie métallique du détonateur qui va faire plus mal que les galets en caoutchouc si impact (donc à modifier) et surtout parceque des idiots les ramassent pour les renvoyer. Une couleur spécifique pour signaler que c'est pas à prendre à la main pourrait réduire le problème (mais bon ca n’empêchera pas un idiot finit de la prendre à pleine main)

Les LBD-40 posent problèmes parceque leurs spé techniques ne se vérifient pas à l'usage. La balle semi rigide n'est pas censée pénétré le puit oculaire. Visiblement ce n'est pas vraiment vrai. Solution ? Changer le lanceur... Le retirer c'est retirer les capacités intermédiaires d'action. Ce ne sont pas des panneaux lumineux qui empecheront des casseurs de casser. Par ailleurs, les canons à eaux sont aussi critiqués. Que veux tu, on est en France, tout est critiquable et le "jet d'eau est trop puissant et occasionne des blessures mon bon mossieur"

Je ne dis pas que y'a rien d'améliorable (voir au dessus) mais à écouter certains, il faudrait envoyer les CRS et GM avec des batons en mousse contre des manifestants qui veulent en découdre. Petite stat, acte VII à Toulouse, 47 policiers blessés, 24 manifestants blessés. Quand on a inversion des proportions, il y'a peut etre aussi des questions a se poser sur la "sérénité" des participants aux manifs ......

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Bruno, @P4 et aux autres. On a une video qui nous montre une altercation PO vs GJ du début à la fin et qui a fait grand bruit il y a peu car le "gilet jaune boxeur sauveur de la veuve et de l'orphelin" y prend part.

 

J'ai mon analyse de cette séquence mais j'aimerais avoir vos impressions quant à ce que nous pouvons voir sur cette séquence.

Merci à vous tous!

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 54 minutes, Akhilleus a dit :

Je réitère "pas des centaines"

On est à en dessous de 100 du suivi même des associations

Pour rappel 1700 GJs blessés depuis l'acte I, 1015 représentants de l'état à l'acte VIII

Au vu des nombres on n'est pas vraiment dans un usage excessif généralisé et institutionnalisé de la force (ou alors nos "bleus" savent plus y faire)

Maintenant c'est l'histoire de l'oeuf et de la poule. Le matériel et les doctrines d'usage ont évolué peut être aussi pour faire face à des manifestants de plus en plus violents. La comparaison avec la Suède me fait marrer, c'est pas vraiment la même intensité de "contact". Ils n'ont même pas de protèges tibias quand chez nous ils ont été mis en place en 2002 (ou 2004) parceque les marins pecheurs lancaient des boules de pétanque en rase motte et cassaient des jambes de GM par paquets de 12.

Rappelle moi le taux de sortie d'arme de poings pour désengagement depuis les années 2000 et depuis le début des GJs ? Quasi jamais avant (de souvenir un soldat pendant un manif du G20), 4 fois par des policiers depuis l'acte I, ca signe quand même un certain niveau de tension

Pour une partie du reste je suis d'accord, certains matériels sont non ou mal adaptés au MO

Une grenade F1 n'a rien à y faire

Les GLI-F4 si elles sont largement utilisées c'est aussi parceque des groupes de manifestants isolent des policiers pour leur faire leur fête. Après elles posent problème par la partie métallique du détonateur qui va faire plus mal que les galets en caoutchouc si impact (donc à modifier) et surtout parceque des idiots les ramassent pour les renvoyer. Une couleur spécifique pour signaler que c'est pas à prendre à la main pourrait réduire le problème (mais bon ca n’empêchera pas un idiot finit de la prendre à pleine main)

Les LBD-40 posent problèmes parceque leurs spé techniques ne se vérifient pas à l'usage. La balle semi rigide n'est pas censée pénétré le puit oculaire. Visiblement ce n'est pas vraiment vrai. Solution ? Changer le lanceur... Le retirer c'est retirer les capacités intermédiaires d'action. Ce ne sont pas des panneaux lumineux qui empecheront des casseurs de casser. Par ailleurs, les canons à eaux sont aussi critiqués. Que veux tu, on est en France, tout est critiquable et le "jet d'eau est trop puissant et occasionne des blessures mon bon mossieur"

Je ne dis pas que y'a rien d'améliorable (voir au dessus) mais à écouter certains, il faudrait envoyer les CRS et GM avec des batons en mousse contre des manifestants qui veulent en découdre. Petite stat, acte VII à Toulouse, 47 policiers blessés, 24 manifestants blessés. Quand on a inversion des proportions, il y'a peut etre aussi des questions a se poser sur la "sérénité" des participants aux manifs ......

et jusqu'à quand les collegues accepteront de voir tomber leurs camarades avec des moyens inadaptés... (ce qui induit des violences en attendant de tirer sur un manifestant)

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Akhilleus said:

Je réitère "pas des centaines"

On est à en dessous de 100 du suivi même des associations

Pour rappel 1700 GJs blessés depuis l'acte I, 1015 représentants de l'état à l'acte VIII

Au vu des nombres on n'est pas vraiment dans un usage excessif généralisé et institutionnalisé de la force (ou alors nos "bleus" savent plus y faire)

Maintenant c'est l'histoire de l'oeuf et de la poule. Le matériel et les doctrines d'usage ont évolué peut être aussi pour faire face à des manifestants de plus en plus violents. La comparaison avec la Suède me fait marrer, c'est pas vraiment la même intensité de "contact". Ils n'ont même pas de protèges tibias quand chez nous ils ont été mis en place en 2002 (ou 2004) parceque les marins pecheurs lancaient des boules de pétanque en rase motte et cassaient des jambes de GM par paquets de 12.

Rappelle moi le taux de sortie d'arme de poings pour désengagement depuis les années 2000 et depuis le début des GJs ? Quasi jamais avant (de souvenir un soldat pendant un manif du G20), 4 fois par des policiers depuis l'acte I, ca signe quand même un certain niveau de tension

Pour une partie du reste je suis d'accord, certains matériels sont non ou mal adaptés au MO

Une grenade F1 n'a rien à y faire

Les GLI-F4 si elles sont largement utilisées c'est aussi parceque des groupes de manifestants isolent des policiers pour leur faire leur fête. Après elles posent problème par la partie métallique du détonateur qui va faire plus mal que les galets en caoutchouc si impact (donc à modifier) et surtout parceque des idiots les ramassent pour les renvoyer. Une couleur spécifique pour signaler que c'est pas à prendre à la main pourrait réduire le problème (mais bon ca n’empêchera pas un idiot finit de la prendre à pleine main)

Les LBD-40 posent problèmes parceque leurs spé techniques ne se vérifient pas à l'usage. La balle semi rigide n'est pas censée pénétré le puit oculaire. Visiblement ce n'est pas vraiment vrai. Solution ? Changer le lanceur... Le retirer c'est retirer les capacités intermédiaires d'action. Ce ne sont pas des panneaux lumineux qui empecheront des casseurs de casser. Par ailleurs, les canons à eaux sont aussi critiqués. Que veux tu, on est en France, tout est critiquable et le "jet d'eau est trop puissant et occasionne des blessures mon bon mossieur"

Je ne dis pas que y'a rien d'améliorable (voir au dessus) mais à écouter certains, il faudrait envoyer les CRS et GM avec des batons en mousse contre des manifestants qui veulent en découdre. Petite stat, acte VII à Toulouse, 47 policiers blessés, 24 manifestants blessés. Quand on a inversion des proportions, il y'a peut etre aussi des questions a se poser sur la "sérénité" des participants aux manifs ......

Il y a une solution qui parait il marche bien c'est l'émetteur de micro-ondes (en interdiction)

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, prof.566 a dit :

Il y a une solution qui parait il marche bien c'est l'émetteur de micro-ondes (en interdiction)

Y'a plein d'autres solutions techniques

Les sprays à la cadavérine par exemple

Mais toute approche technique sera critiquée dans une société où le zéro mort, zéro blessé est la règle

Pour mémoire, le CS l'a déjà été parceque de forte concentrations ont provoqués des morts par oedeme pulmonaire

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Akhilleus a dit :

Je ne dis pas que y'a rien d'améliorable (voir au dessus) mais à écouter certains, il faudrait envoyer les CRS et GM avec des batons en mousse contre des manifestants qui veulent en découdre. Petite stat, acte VII à Toulouse, 47 policiers blessés, 24 manifestants blessés. Quand on a inversion des proportions, il y'a peut etre aussi des questions a se poser sur la "sérénité" des participants aux manifs ......

Nouvelle grossière déformation des propos des "certains" en question..: il n'a jamais été dit que les FDO devaient y aller mollo avec les émeutiers cassant des biens publics, ou tentant de prendre d'assaut des bâtiments publics, ni avec ceux venus pour les agresser (les tristement célèbres "black blocs", ultra-anarchistes) ! Avec ceux-là, il n'y a pas à prendre de gants, et la force est effectivement la seule réponse. Il est normal que les "flics" ripostent si on leur lance des projectiles, à condition de  soit envoyer du gaz lacrymo pour disperser les excités, soit bien viser les auteurs des jets de projectiles, si la riposte se fait à coups de "flash-ball"... 

Avec les fouteurs de merde, les émeutiers (qui depuis 20 ans agissent souvent à la fin de toutes les manifs, y compris celles organisées par les syndicats), je suis de manière générale pour la méthode forte, et la fermeté judiciaire. 

On est juste plusieurs à dire que les FDO sont censées faire preuve de discernement, en n'utilisant ni leurs moyens incapacitants, ni la brutalité, vis à vis de manifestants qui ne commettent aucun acte délicteux, et font juste usage de leur liberté publique (garantie par la Constitution) de manifester. De même, ceux qui commandent les policiers & gendarmes (Ministre de l'Intérieur, et ses hauts gradés servant de relais) ne sont pas censés leur donner consigne de "se payer" les manifestants, juste parce qu'ils n'apprécient pas cette contestation de leur politique : si elles ont été donnéesde telles consignes sont illégales, et les flics avaient même le droit de ne pas les appliquer, car elles correspondent aux conditions définies par la Jurisprudence "Langneur" du Conseil d'Etat en novembre 1944, qui ont été confirmées plusieurs fois depuis par d'autres arrêts , dont un en février 2015 (bonne lecture !)

https://blog.andreicard.fr/a-propos-du-devoir-de-desobeissance-des-fonctionnaires/  ou  https://www.weka.fr/actualite/droits-et-obligations/breve_juridique/lexecution-par-un-agent-public-dun-ordre-constituant-une-infraction-penale-ne-constitue-pas-une-excuse-18772/

En l'occurrence, si ordre a été donné de tirer au "flash-ball" sur des manifestants (y compris dans le dos) ne leur jetant pas directement des projectiles, ou ne commettant pas directement des actes de vandalisme, la 2ème condition (l'ordre, en plus d'être illégal, "compromet gravement un intérêt public") était remplie, par le simple fait que de tels actes ne pouvaient qu'exciter à fond les manifestants, poussant certains d'entre eux, initialement pas mal-intentionnés, à devenir violents, et donc générer de gros troubles à l'ordre public : c'est bien ce qui s'est produit lors des 4 dernières manifs de GJ. Sinon, dans l'hypothèse où les agents qui ont fait cela l'ont fait de leur propre initiative, sans suivre des consignes de "se payer les GJ", alors ils ont commis une faute, et doivent en être sanctionnés par le juge Pénal quand il y a eu un blessé et dépôt de plainte.

A en lire certains ici, le seul fait de manifester hors cadre des "corps intermédiaires", que sont les syndicats ou associations, justifierait que les "Forces De l'Ordre" fassent usage de brutalité envers les manifestants... Désolé pour eux, mais cette position n'est fondé sur aucun texte de notre Droit ! Il n' y a aucune texte soumettant le droit de manifester à une obligation de le faire via un syndicat, parti politique ou une association.

Par contre, le droit de manifester est assujetti à une obligation de déclaration en Préfecture, Ok. A ce sujet on notera que :

1) La plupart des manifs de G.J (pas les occupations de ronds-points ou de centres commerciaux, certes, mais toutes celles dans les villes) ont bien été déclarées en Préfecture. 

2) Lorsque certaines corporations professionnelles (agriculteurs, routiers...) viennent déverser du purin devant des préfectures et en cassent les grilles, ou bloquent les routes, etc... souvent sans en avoir déposé une déclaration légale au préalable, le traitement qui leur est réservé par les Forces de l'Ordre est bien plus prudent, bien plus "cool" (consignes évidentes de "calmer le jeu") que celui qui été réservé aux "Gilets Jaunes" ?... Comme quoi, le "2 poids, 2 mesures" est devenu une sacrée "règle de fait".  

Pour le reste, je suis plutôt d'accord avec la réponse que G4lly t'a faite, très tôt matin, et en haut de la présente page.  

Edited by Bruno

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Nouvelle grossière déformation des propos des "certains" en question..

Tu t'es senti visé ? Dommage tu n'étais pas dans le lot. Mais bon .....

Citation

On est juste plusieurs à dire que les FDO sont censées faire preuve de discernement,

On est sur un fofo défense donc parlons défense

Comment un nuage de CS fait le distingo entre gentils GJs et méchants GJs ?

Comment tu discernes qui balance un projo depuis une foule de 10-20-50 personnes. Tu veux que je remettes des vidéos pour voir d’où ca part et ou ça atterris  (recul arbitral que les policiers n'ont pas dans le feu de l'action )?

Et puis arrête avec ton "je lave plus blanc"

Tous les casseurs ne sont pas des BB

Il y'a des BB dedans, oui

Il y'a des GUD, AF aussi

Et il y'a des GJs énervés qui ne comprennent rien aux ordres de dispersion, qui se laissent embringuer par l'effet foule ou qui sont là pour ventiler leur colère sur les flics

Tu regarderas les stats des tribunaux : souvent ce sont primo délinquants sans affiliation politique initiale. Tu me diras, comme ce ne sont pas des emeutiers professionels, ils "courent moins vite" et se font chopper plus facilement, biaisant les stats. Oui, n'empêche que contrairement à ce que tu essaies de vendre depuis le départ avec des vrais GJs tout purs et innocents et des faux GJs méchants-pas bo, y'a de tout dans les foules, y compris des cons

Comme il y'a des cons chez les GMs ou les CRS qui font un usage disproportionné de la force

Citation

En l'occurrence, si ordre a été donné de tirer au "flash-ball" sur des manifestants

Et on est reparti pour une théorie du complot

Tu y crois vraiment à celle là ?

Citation

A en lire certains ici, le seul fait de manifester hors cadre des "corps intermédiaires" que sont les syndicats ou associations, justifierait que les Force de l'Ordre fassent usage de brutalité envers les manifestants...Désolé pour eux, mais cette position n'est fondé sur aucun texte de notre Droit ! Il n' y a aucune texte soumettant le droit de manifester soumis à une obligation de le faire via un syndicat, parti politique ou une association.

On ne parle pas de droit (sur ce point je suis d'accord avec toi) mais d'organisation de manifestation

Quand ce sont les corps intermédiaires qui manifestent, ils déclarent en Pref, ont un service d'ordre et respectent les consignes de dispersion

Quand on a un mouvement de tout venant, on a pas de déclaration en Pref, pas de SO (sauf recemment et qui a plutot bien fonctionné) et des gens qui se savent pas et pour certains ne veulent pas stopper la manif quand cela leur est demandé

Dans un cas on attenue les risques de rugosité, dans l'autre on les amplifie

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, Bruno a dit :

On est juste plusieurs à dire que les FDO sont censées faire preuve de discernement, en n'utilisant ni leurs moyens incapacitants, ni la brutalité, vis à vis de manifestants qui ne commettent aucun acte délicteux, et font juste usage de leur liberté publique (garantie par la Constitution) de manifester.

La manifestation (dont la liberté est garantie) s'arrête à l'ordre de dispersion. Que celui-ci vienne des organisateurs ou bien qu'il soit un commandement des forces de l'ordre.

En conséquence, continuer un cortège plus ou moins constitué, s'aligner face aux cordons de maintien de l'ordre, montrer une attitude de confrontation ou de provocation, à ce stade, ce n'est plus de la manifestation légitime et cela appelle une réponse qui sera toujours perçue comme violente par les plus "innocents" qui n'ont pas compris que le jeu était fini.

Et si la situation perdure, si les "manifestants" tentent de gagner du terrain sur les forces de l'ordre, alors on va rentrer dans l'escalade qui est actuellement déplorée, et l'usage de la force s'avérera nécessaire. Il n'empêche qu'il est proportionné face à l'enjeu (qui n'est plus une manifestation mais une occupation illicite de l'espace publique, une restriction des libertés - de circulation notamment - des autres usagers de cet espace, voire une provocation des FdO quand il ne s'agit pas d'outrage par ailleurs) mais paraît disproportionné à ceux qui subissent cette situation sans l'avoir comprise pleinement.

  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, RugbyGoth a dit :

@Bruno, @P4 et aux autres. On a une video qui nous montre une altercation PO vs GJ du début à la fin et qui a fait grand bruit il y a peu car le "gilet jaune boxeur sauveur de la veuve et de l'orphelin" y prend part.

 

J'ai mon analyse de cette séquence mais j'aimerais avoir vos impressions quant à ce que nous pouvons voir sur cette séquence.

Merci à vous tous!

 

je suis taquin : auraient ils fait ça en Espagne, en Russie, en Afrique ???

Si les consignes sont "vous tenez le point, ils ne passent pas", comment le voir du coté FdO ?

coté manifestants, ils enfoncent en poussant ; certes, les gendarmes ne sont pas nombreux, mais c'est un symbole : y aurait il fallut y mettre 200 gendarmes pour qu'en face ils comprennent qu'il ne faut pas y aller ???

Comment faire comprendre aux manifestants qu'ils vont trop loin ???

le QI d'une foule est égale au QI  le plus faible dans la foule divisé par le nombre de participants ; apres, ils vont s'excuser de l'effet de groupe... et ce sera la faute des méchants, en uniforme.

 

le boxeur se fait gazer ... et alors ? il faut qu'ils reculent ; j'invite ceux qui peuvent à venir au premier rang des moblos et de voir que le groupe d'une vingtaine de militaires est face à une centaine d'individus qui veulent avancer..

Chef, on fait quoi, chef ????

 

quant à l'autre, derriere, qui se fait bastonner, il est derriere la premier ligne ; en rugby, on dirait "il est hors jeu, dans la mélée, coté adversaire" ; on lui fait comprendre.

Edited by christophe 38
  • Like 2
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, Akhilleus a dit :

Tu t'es senti visé ? Dommage tu n'étais pas dans le lot. Mais bon .....

Non, je ne savais pas si j'étais "dans le lot", et ça n'a pas d'importance : j'ai lu les posts précédents le tien et t'ai répondu en général sur ce que tu affirmes, toi...

Citation

Tu regarderas les stats des tribunaux : souvent ce sont primo délinquants sans affiliation politique initiale. Tu me diras, comme ce ne sont pas des emeutiers professionels, ils "courent moins vite" et se font chopper plus facilement, biaisant les stats. Oui, n'empêche que contrairement à ce que tu essaies de vendre depuis le départ avec des vrais GJs tout purs et innocents et des faux GJs méchants-pas bo, y'a de tout dans les foules, y compris des cons

Evidemment, puisque ces foules rassemblent des gens de diverses personnalités.

Citation

 

Pas de "complot", non (désolé pour ton obsession à voir des "théories du complot" partout :rolleyes:) : juste le pouvoir politique du moment qui ne supporte pas que cette contestation en dehors des cadres habituels ait pris de l'ampleur, et un Ministre de l'Intérieur qui a envie de faire le "Keké", bref de la bassesse/mesquinerie humaine de plus classique...

 

Quand ce sont les corps intermédiaires qui manifestent, ils déclarent en Pref, ont un service d'ordre et respectent les consignes de dispersion

Quand on a un mouvement de tout venant, on a pas de déclaration en Pref, pas de SO (sauf recemment et qui a plutot bien fonctionné) et des gens qui se savent pas et pour certains ne veulent pas stopper la manif quand cela leur est demandé

Dans un cas on attenue les risques de rugosité, dans l'autre on les amplifie

Là dessus je suis plutôt d'accord avec toi, avec les 2 réserves suivantes > 1) Bien qu'amplifiant les risques de "rugosité" un mouvement social hors structure intermédiaire (syndicat, parti politique...) n'est pas illégal en soi, et ne dispense pas les FDO du strict respect de leur cadre légal d'action, qui est défensif, pas offensif... ; 2) Si les participants initiaux des manifs syndicales respectent strictement le périmètre définit et savent s'arrêter, il n'en est pas de même des émeutiers qui souvent viennent s'y agglomérer, et commencent à agir sur la fin, souvent jusqu'à 2/3h du matin. Par exemple, les manifs contre la "Loi Travail" du printemps 2016 ont donné lieu à des incidents nombreux et graves.        

Edited by Bruno

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, Bruno a dit :

Nouvelle grossière déformation des propos des "certains" en question..: il n'a jamais été dit que les FDO devaient y aller mollo avec les émeutiers cassant des biens publics, ou tentant de prendre d'assaut des bâtiments publics, ni avec ceux venus pour les agresser (les tristement célèbres "black blocs", ultra-anarchistes) ! Avec ceux-là, il n'y a pas à prendre de gants, et la force est effectivement la seule réponse. Il est normal que les "flics" ripostent si on leur lance des projectiles, à condition de  soit envoyer du gaz lacrymo pour disperser les excités, soit bien viser les auteurs des jets de projectiles, si la riposte se fait à coups de "flash-ball"... 

Avec les fouteurs de merde, les émeutiers (qui depuis 20 ans agissent souvent à la fin de toutes les manifs, y compris celles organisées par les syndicats), je suis de manière générale pour la méthode forte, et la fermeté judiciaire. 

On est juste plusieurs à dire que les FDO sont censées faire preuve de discernement, en n'utilisant ni leurs moyens incapacitants, ni la brutalité, vis à vis de manifestants qui ne commettent aucun acte délicteux, et font juste usage de leur liberté publique (garantie par la Constitution) de manifester. De même, ceux qui commandent les policiers & gendarmes (Ministre de l'Intérieur, et ses hauts gradés servant de relais) ne sont pas censés leur donner consigne de "se payer" les manifestants, juste parce qu'ils n'apprécient pas cette contestation de leur politique : si elles ont été donnéesde telles consignes sont illégales, et les flics avaient même le droit de ne pas les appliquer, car elles correspondent aux conditions définies par la Jurisprudence "Langneur" du Conseil d'Etat en novembre 1944, qui ont été confirmées plusieurs fois depuis par d'autres arrêts , dont un en février 2015 (bonne lecture !)

https://blog.andreicard.fr/a-propos-du-devoir-de-desobeissance-des-fonctionnaires/  ou  https://www.weka.fr/actualite/droits-et-obligations/breve_juridique/lexecution-par-un-agent-public-dun-ordre-constituant-une-infraction-penale-ne-constitue-pas-une-excuse-18772/

En l'occurrence, si ordre a été donné de tirer au "flash-ball" sur des manifestants (y compris dans le dos) ne leur jetant pas directement des projectiles, ou ne commettant pas directement des actes de vandalisme, la 2ème condition (l'ordre, en plus d'être illégal, "compromet gravement un intérêt public") était remplie, par le simple fait que de tels actes ne pouvaient qu'exciter à fond les manifestants, poussant certains d'entre eux, initialement pas mal-intentionnés, à devenir violents, et donc générer de gros troubles à l'ordre public : c'est bien ce qui s'est produit lors des 4 dernières manifs de GJ. Sinon, dans l'hypothèse où les agents qui ont fait cela l'ont fait de leur propre initiative, sans suivre des consignes de "se payer les GJ", alors ils ont commis une faute, et doivent en être sanctionnés par le juge Pénal quand il y a eu un blessé et dépôt de plainte.

A en lire certains ici, le seul fait de manifester hors cadre des "corps intermédiaires", que sont les syndicats ou associations, justifierait que les "Forces De l'Ordre" fassent usage de brutalité envers les manifestants... Désolé pour eux, mais cette position n'est fondé sur aucun texte de notre Droit ! Il n' y a aucune texte soumettant le droit de manifester à une obligation de le faire via un syndicat, parti politique ou une association.

Par contre, le droit de manifester est assujetti à une obligation de déclaration en Préfecture, Ok. A ce sujet on notera que :

1) La plupart des manifs de G.J (pas les occupations de ronds-points ou de centres commerciaux, certes, mais toutes celles dans les villes) ont bien été déclarées en Préfecture. 

2) Lorsque certaines corporations professionnelles (agriculteurs, routiers...) viennent déverser du purin devant des préfectures et en cassent les grilles, ou bloquent les routes, etc... souvent sans en avoir déposé une déclaration légale au préalable, le traitement qui leur est réservé par les Forces de l'Ordre est bien plus prudent, bien plus "cool" (consignes évidentes de "calmer le jeu") que celui qui été réservé aux "Gilets Jaunes" ?... Comme quoi, le "2 poids, 2 mesures" est devenu une sacrée "règle de fait".  

Pour le reste, je suis plutôt d'accord avec la réponse que G4lly t'a faite, très tôt matin, et en haut de la présente page.  

oui, enfin, bof

la manif est elle autorisée ??? oui ou non ?

sur quel parcours ?

de quelle heure à quelle heure ???

 

alors, le droit de manifester, tu es gentil, mais il est encadré ; si tu veux etre protégé par le droit, commence par le respecter...

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 34 minutes, christophe 38 a dit :

Si les consignes sont "vous tenez le point, ils ne passent pas", comment le voir du coté FdO ? Coté manifestants, ils enfoncent en poussant ; certes, les gendarmes ne sont pas nombreux, mais c'est un symbole : y aurait il fallut y mettre 200 gendarmes pour qu'en face ils comprennent qu'il ne faut pas y aller ???

On imagine bien que les FdO sont d'autant plus dures/directes dans leurs réponses, pour appliquer les ordres, en situation de sous-effectifs face aux manifestants. Il y a certes ce que disent les lois instituées, qui ne sont d'ailleurs pas forcément connues/respectées par ceux qui hurlent à l'injustice, et ce que l'on peut comprendre des rapports humains et des organisations humaines. Quand on n'est pas en mesure de saisir cela, la probabilité d'en prendre une bonne dans le ciboulot augmente fortement. Certains mériteraient de suivre quelques cours d'éthologie.

Edited by Skw
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.

  • Member Statistics

    5,528
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Adamante95
    Newest Member
    Adamante95
    Joined
  • Forum Statistics

    20,939
    Total Topics
    1,332,416
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries