Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Marine Britannique


Adriez
 Share

Recommended Posts

Le 10/03/2021 à 19:53, Hirondelle a dit :

@Frégate

spacer.png

https://www.deviantart.com/dave-llamaman/art/HMS-Queen-Elizabeth-R08-Saxonverse-692452432

Pas sûr sûr que ça marche avec ce type d'aménagement en cas de bolter.

Il faudrait aussi de le début de la rampe n’empiète pas sur la zone d’appontage. Mais avec une seule catapulte à tribord, c’est compliqué mais à en juger par ce fan art, ça semble passer.

La version de 2006

25 janvier : Le ministre français de la Défense et son homologue britannique, John Reid, ont conclu hier l'accord tant attendu sur le projet de porte-avions en coopération. Paris, qui souhaitait donner à tout prix une nouvelle impulsion à ce projet phare de l'Europe de la défense, a consenti à de gros efforts. Pour avoir accès aux études menées depuis deux ans sur les navires de la Royal Navy (CVF), la facture s'élève à 145 millions d'euros. C'est le fameux Memorandum of Understanding (MOU), dont la signature est attendue d'ici fin février, et sans lequel les ingénieurs français ne peuvent poursuivre les études d'adaptation du design britannique. Suivant l'accord conclu hier, la France paie immédiatement 45 millions d'euros, puis versera 35 M€ en juillet. C'est à cette période que DCN et Thales doivent remettre au gouvernement une offre détaillée pour la construction du second porte-avions (PA 2). Si le chef de l'Etat donne son feu vert, un troisième versement de 65 M€ partira vers Londres. Ce n'est toutefois pas tout. Au cours d'une conférence de presse, les deux ministres ont confirmé que la France avait accepté de payer le tiers de la phase de démonstration. Ces crédits supplémentaires s'élèveraient à 60 millions d'euros. Il en coûtera donc un total de 205 millions d'euros, soit un peu moins du tiers de ce que Londres envisage de dépenser dans les études des Queen Elisabeth et Prince of Wales. Cette estimation finale prend en compte les 140 millions de Livres (200 M€) alloués aux recherches depuis 2003.
6 mars : Signature d’un Memorandum of Understanding, intervenue au sommet européen d’Innsbruck. En échange des documents, la France s’est engagée à verser 145 millions d’euros.

Nos 145 millons d'etudes avait donné cette version francaise du design anglais 

2 Catas 4 brins d'arrets et propulsion clasique bien sur.  Avec des boilleurs pour chauffée l'eau pour les catas comme sur le Foch et Clem

Et je pense à un truc la puissance électrique de leur 2 machins et elle suffisante pour alimenter des cats électromagnétiques ??? 

second10.png

 

 

 

 

Edited by Scarabé
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, kalligator a dit :

Entre ça et les réductions annoncées dans d autres domaines les brittons vont devenir une puissance très très moyenne.

La Navy ne peut plus être considérée comme Royal

Pourquoi Lizzie est morte ?

Il y a 1 heure, Scarabé a dit :

Et je pense à un truc la puissance électrique de leur 2 machins et elle suffisante pour alimenter des cats électromagnétiques ??? 

à l'époque ce sont des C-13-3 à vapeur

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, pascal a dit :

Et je pense à un truc la puissance électrique de leur 2 machins et elle suffisante pour alimenter des cats électromagnétiques ??? 

Sans aucun problème. Les Queen Elisabeth sont à propulsion électrique comme le Normandie ou les premier Saratoga toute la puissance produite à bord sert à faire de l'électricité.  Le problème n'est pas là le niveau de puissance, c'est de savoir comment la distribuer... sans perturbation électromagnétique.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

On en parlait ici de la possibilité de conversion en CATOBAR  sous réserve d’une fortune à mettre sur la table et donc du gros gros boulot en perspective

https://www.navylookout.com/cats-traps-and-claptrap-why-the-royal-navys-new-aircraft-carriers-operate-vstol-aircraft/

 

ET  pour QE et PdG  , en  leur état actuel , qui sait dire objectivement s’ils ont bénéficié de mesures conservatoires (*)  ou pas  pour ce faire ?

-  Impact pont d’envol pour intégrations des rails , …..quid ?  Sur ce point par ex ,a-t-on déjà prévu le formage des barrots de la fosse EMALS en mesure conservatoire  , cf flèches rouge

210312115233950359.png

 

-  Volume locaux pour les brins d’arrêt quid

-  Marges sur le bilan de puissance élec vu pic de conso des EMALS…..on a le droit de rester prudent ET un peu dubitatif vu le retex des T45

-          ….etc dont impact autonomie ?

(*) çà aide un peu

 

 

cf § 5.3 Limitations of EMALS

http://www.iraj.in/journal/journal_file/journal_pdf/2-382-150408975258-67.pdf

 

 

Edited by ARMEN56
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

3 hours ago, Frégate said:

Sans aucun problème. Les Queen Elisabeth sont à propulsion électrique comme le Normandie ou les premier Saratoga toute la puissance produite à bord sert à faire de l'électricité.  Le problème n'est pas là le niveau de puissance, c'est de savoir comment la distribuer... sans perturbation électromagnétique.

Tu es sur? Car le CDG et ses 2k15 produisent 300MW, la classe QE produit a peine 120MW (avwc 2x RR Trent @36MW et 4x Wartsilla @10MW).  Ce qui parrait assez leger pour un bateau de 60k tonnes quand les futurs PA avec EMALS produisent beaucoup plus de jus comme les Ford a +600MW  ou le Pang a +400MW, ce qui laisse penser que EMALS suce pas mal de jus.

Edited by Lordtemplar
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Lordtemplar a dit :

Tu es sur? Car le CDG et ses 2k15 produisent 300MW,

Pour le CDG, les 2 K15 produisent 300 MW thermique qui permettent de fournir 60 MW mécaniques et quelques (une dizaine je crois) MW électrique.

Avec un navire à propulsion électrique, il faut comparer la puissance électrique avec la puissance mécanique et électrique des autres navires.

La puissance thermique ne sert à rien, c'est juste une indication sur le fonctionnement du réacteur. Et c'est entre 3 et 10 fois plus important que la puissance réellement utilisable.

 

Pour les catapultes électromagnétiques... on va avoir besoin d'une puissance énorme de plusieurs dizaines de MW pendant quelques secondes. On peut fournir cette puissance en utilisant une batterie qu'on mettra longtemps à recharger à l'aide d'une source d'électricité de quelques MW ou on trouve le moyen d'avoir immédiatement disponibles et juste pour quelques secondes une puissance aussi importante. Sur un porte-avions électrique, la solution pourrait être de trouver le moyen pour pendant quelques secondes ne plus alimenter les moteurs de propulsion et alimenter uniquement la catapulte.

Théoriquement si c'est bien fait, les EMALS pourraient coûter moins chère à installer que sur les CVN vu qu'on pourrait se passer du système de batterie.

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Defence review pour la Navy qui s'en sort bien par rapport aux autres services

https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/971859/_CP_411__-_Defence_in_a_competitive_age.pdf

Dev. d'un Type 83 pour remplacer des T45 pour fin des 2030s (a priori sur une base de T26)

https://ukdefencejournal.org.uk/uk-announces-new-type-83-destroyer/

 

 

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

13 hours ago, hadriel said:

Et aussi upgrade des Type 45 (sans plus de détails).

Les Type 45 sont en cours de modernisation 

Thales-completes-HMS-Dauntless-S1850M-Lo

HMS Dauntless vient de finir la modernisation de son radar S1850M.  Par contre je ne sais pas si la modernisation de la propulsion est faite, en cours ou a venir 

https://www.navalnews.com/naval-news/2021/03/thales-completes-hms-dauntless-s1850m-long-range-radar-overhaul/

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

 

Le 12/03/2021 à 23:49, ARMEN56 a dit :

Le papier est intéressant (comme tout ce que poste Armen) mais il a ses limites :

Pour les catapultes à air comprimé ce n'est pas la place occupée par les groupes d'air qui a conduit à leur abandon, c'est le poids et place qu'il aurait fallu pour les compresseurs d'air.

En effet les groupe d'air de sous marin ont des pressions bien plus élevée que les réservoirs des catapultes à vapeur (pratiquement le double) et de ce côté là (le stockage) c'est bien mieux que la vapeur.

Côté production, par contre c'est la Bérézina. A l'époque de l'abandon de l'air comprimé il fallait produire avec de la vapeur de l'électricité => 20% de rendement et puis avec cette électricité compresser de l'air avec une batterie de compresseur gigantesque si on veut assurer un bon cadencement des catapultages avec un rendement guerre meilleur. 

Le coup de génie de l'officier mécanicien britannique qui a inventé la catapulte à vapeur c'était d'affirmer que la vapeur aussi, tout comme l'air était un fluide qui avait de la pression et même assez de pression pour agir sur des pistons de catapulte.

Maintenant si le besoin des britanniques est de lancer  un drone de temps en temps la catapulte à air comprimé a toutes ses chances (il n'est que de voir la majorité des systèmes de lancement de drone actuellement).

Le papier indique aussi que les Emals ont besoin de de plus de 100 MW en 3 secondes (j'avais lu ailleurs 150 MW en 2 ou 3 secondes) et poursuit un peu à la façon de Lordtemplar (mais en anglais) en disant :

Le 13/03/2021 à 00:33, Lordtemplar a dit :

Tu es sur? Car le CDG et ses 2k15 produisent 300MW, la classe QE produit a peine 120MW (avwc 2x RR Trent @36MW et 4x Wartsilla @10MW).  Ce qui parrait assez leger pour un bateau de 60k tonnes quand les futurs PA avec EMALS produisent beaucoup plus de jus comme les Ford a +600MW  ou le Pang a +400MW, ce qui laisse penser que EMALS suce pas mal de jus.

Oubliant totalement l'aspect essentiel du sytème Emals : le stockage comme l'a bien vu ARPA

Le 13/03/2021 à 08:18, ARPA a dit :

Pour les catapultes électromagnétiques... on va avoir besoin d'une puissance énorme de plusieurs dizaines de MW pendant quelques secondes. On peut fournir cette puissance en utilisant une batterie qu'on mettra longtemps à recharger à l'aide d'une source d'électricité de quelques MW ou on trouve le moyen d'avoir immédiatement disponibles et juste pour quelques secondes une puissance aussi importante. Sur un porte-avions électrique, la solution pourrait être de trouver le moyen pour pendant quelques secondes ne plus alimenter les moteurs de propulsion et alimenter uniquement la catapulte.

Sauf que, renseignement pris, la solution retenu pour les Emals ce sont des volants d'inertie, solution déjà explorée pour le Charles de Gaulles (cf. épisode évoqué par Le Pen (Ferdinand l'IGETA) dans le Porte-avions Charles de Gaulle édition SPE Barthélémy 2001 p.119) mais pour le Emals c'est plusieurs "petits" volants plutôt qu'un seul gros. 

Au bilan en fonctionnement continu - 45 s entre deux catapultage sur la même catapulte - le système demande entre 50 et 55 MW pour 4 catapultes, soit moins de 30 MW pour deux catapultes. Et comme le dit ARPA, si on puise directement l'électricité à la propulsion, comme on puisse directement la vapeur dans la chaudières, une fable perte de vitesse du porteur permet de lancer les avions (normal, c'est le principe de la catapulte, il est plus facile de faire gagner de la vitesse à 30 tonnes d'avion qu'à 65 000 tonnes de porte-avions).

Edited by Frégate
Coquilles
Link to comment
Share on other sites

Le 10/03/2021 à 13:21, Felixcat a dit :

C'est vrai que dépenser des milliards dans des EMALS juste pour opérer une petite poignée d'Hawkeyes ça parait utopique, ils doivent avoir autre chose en tête.

Les catapultes sur les QE doivent être pour des UCAV issus du programme Tempest/mosquito/Lanca

https://www.janes.com/defence-news/news-detail/raf-to-trial-unmanned-aircraft-from-royal-navy-carriers

Citation

We will expand 216 [Experimental - X] Squadron’s operational trials to evaluate the use of swarming drones from our Queen Elizabeth-class aircraft carriers, and we will do the same with our autonomous wingman programme too,” ACM Wigston said. “This is happening now, and further developments are expected towards the end of this year.”

Citation

Janes first reported on 15 February 2019 that the UK was looking to create a carrier-capable unmanned aircraft as part of its wider efforts to develop the Tempest next-generation combat aircraft.

 

Edited by BPCs
Link to comment
Share on other sites

La marine britannique offre le gite et le couvert à toute nation possédant des F-35B.

https://news.usni.org/2021/03/23/mod-official-u-k-would-be-mad-to-ignore-working-with-allied-f-35b-capable-carriers

Ce qui soit dit en passant n'est possible que dans le cas d'une politique de défense intégrée dont le principal planificateur serait l'OTAN.

Edited by herciv
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

3 Merlins Crowsnest embarqués sur le QE en version pré IOC :

https://www.navalnews.com/naval-news/2021/03/royal-navys-new-merlin-crowsnest-aew-helicopter-enters-service-ahead-of-cgs21-deployment/

Citation

Our colleagues at Navy Lookout, however, are reporting that the three Crowsnest Merlins that will accompany the CGS21 deployment will carry pre-IOC sets which are not fully certified, although this should give at least basic capability – any limitations are obviously classified. Full IOC is scheduled for September 2021, with FOC in May 2023.

 

Edited by BPCs
Link to comment
Share on other sites

il y a 41 minutes, BPCs a dit :

"Now The UK Wants To Add Combat Drones To Its Aircraft Carriers, But Is It Really Feasible ?   Naval Technology was first to report on Project Vixen, which, for the time being, is a conceptual project that won’t necessarily lead directly to hardware. Together with aerial refueling and strike, the study will also examine the use of the fixed-wing carrier-based drone in surveillance and electronic warfare missions.

While Project Vixen may not, itself, lead to an actual carrier-launched drone capability for the Royal Navy, the service is already looking at the options for operating an unmanned aircraft “as a complementary platform” to manned aircraft from the decks of its Queen Elizabeth class carriers, according to Naval Technology. This would indicate that at least one line of effort that could emerge from this initial project is a loyal wingman that would operate alongside the short takeoff and vertical landing (STOVL) F-35B as part of the U.K. carrier air group."

Currently, the Queen Elizabeth class carriers do not have catapults for launching aircraft, nor arrester wires for recovering them.

By contrast, the U.S. Navy hopes to reach initial operational capability with its first large-size carrier-capable drone, the MQ-25, in 2024.

Donc c'est encore LOIN d'un espèce de Système de systèmeS  comme pourrait l'être le Scaf, même si l'idée n'est pas exclue

Edited by Bechar06
Link to comment
Share on other sites

RETOUR SUR l'HISTOIRE du MERLIN AEW  ... qui aurait pu avoir un radar AESA

This Is The Early Warning Radar Helicopter The Royal Navy Could Have Had

Her Majesty’s Navy turned down a Merlin equipped with an active electronically scanned radar for a far less cutting-edge solution

https://www.thedrive.com/the-war-zone/40027/this-is-the-early-warning-radar-helicopter-the-royal-navy-could-have-had

The U.K. Royal Navy recently announced that the first Merlin Crowsnest carrier-based airborne early warning helicopter had been delivered to its home base, at Culdrose in Cornwall, ahead of a scheduled first operational cruise aboard the HMS Queen Elizabeth later this spring, bringing a powerful new surveillance capability to the fleet.

But the Crowsnest concept could have been altogether very different, had the U.K. decided on a more advanced — and more costly — active electronically scanned array (AESA) radar setup...

Before settling on the current Crowsnest solution, the U.K. had considered an active electronically scanned array (AESA) array which, as also seen in the photo at the top of this story, was installed in pods along the lower fuselage sides of the Merlin. Known as Vigilance, this was a Lockheed Martin offering and it incorporated technology derived from the Northrop Grumman AN/APG-81 used in the F-35 Joint Strike Fighter. At some point later on, Lockheed switched from the AN/APG-81-derived radar to the Israeli Elta EL/M-2052 radar, again contained within side-mounted pods. The same containers, which attached to the Merlin’s existing torpedo hardpoints, also carried identification friend or foe (IFF) and electronic support measures (ESM) equipment.  Either way, once equipped, this AEW Merlin would have benefited from all the advantages of an AESA radar, chiefly its ability to rapidly scan huge volumes of airspace compared to older radars that use a mechanically-steered dish. 

Lockheed Martin began testing the Vigilance system in late 2011 and flight trials were conducted using a Merlin test aircraft at MOD Boscombe Down

In April 2015, Lockheed Martin teamed up with Thales to pitch this offering as an alternative to Vigilance. The following month, the U.K. Ministry of Defense selected the Lockheed/Thales proposal.

In November 2016, a contract was agreed with Lockheed Martin UK to provide and integrate 10 Crowsnest systems as roll-on/roll-off kits for the existing fleet of 30 Merlin HMA2 anti-submarine warfare helicopters, all of which are being adapted to accommodate the equipment. In the process, 200 jobs were secured across the United Kingdom, with Lockheed Martin, as well as sub-contractors Thales and Leonardo Helicopters...

Delays have continued, however, and a “full airborne radar capability” for Crowsnest is now not expected until May 2023.

for the forthcoming Carrier Strike Group 21 (CSG21) deployment to the Mediterranean and the Indo-Pacific — the first operational cruise for HMS Queen Elizabeth — nine Merlin HM2s from 820 Naval Air Squadron (NAS) are expected to go onboard. Of these, three are likely to be equipped with the pre-IOC Crowsnest kits 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Cela peut expliquer l'intérêt pour les catapultes sur leurs CVF. Mais avec leur contrat pour les A330, ils ont le droit d'utiliser un autre ravitailleur ?

La RAF avait été rappelée à l'ordre quand elles voulaient utiliser des ravitailleurs tactiques (entre autres pour des hélicoptères) ce détail contractuel sera réglé avant la mise en service du drone ?

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Le 10/03/2021 à 19:17, Frégate a dit :

Une question que je me pose depuis quelque temps : dans quelle mesure une catapulte pourrait avoir une forme de tremplin ? En effet -indéniablement- finir sa course avec un angle positif par rapport à l'horizon est un plus en matière de catapultage (il n'est que de voir les nombreuse catapulte pour drone qui sortent), alors pourquoi la catapulte n'épouserait-elle pas la forme du tremplin des Queen Elisabeth ?

Cette option d'une catapulte sur un tremplin est envisagée sur le concept CUVX de virginia tech (plus de détails sur les pdf apposés par Armen :

 

 

Link to comment
Share on other sites

Le 24/03/2021 à 08:15, BPCs a dit :

Les catapultes sur les QE doivent être pour des UCAV issus du programme Tempest/mosquito/Lanca

https://www.janes.com/defence-news/news-detail/raf-to-trial-unmanned-aircraft-from-royal-navy-carriers

 

Oui c'est confirmé dans ce papier :

https://www.navylookout.com/cats-traps-and-uas-the-royal-navy-considers-options-for-carrier-launched-drones/

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

pardonnez ma question un peu directe mais que vaut la marine britannique question guerre des mines ?

J'ai cru comprendre que la gestion globale de leur flotte était compliqué mais qu'en est il précisément sur cet aspect là ?

je vous remercie

Link to comment
Share on other sites

UK Announces Record Size And Scope Of Carrier Strike Group Deployment
The largest concentration of maritime and air power to the UK in a generation will set sail next month, visiting more than 40 countries.
The UK Carrier Strike Group’s globe-spanning maiden deployment will feature visits to India, Japan, Republic of Korea and Singapore, Defence Secretary Ben Wallace will announce.

Mr Wallace will set out to Parliament the formidable size of the UK Carrier Strike Group, which will be led by new aircraft carrier HMS Queen Elizabeth.

On a 28-week deployment spanning 26,000 nautical miles, the Carrier Strike Group will conduct engagements with Singapore, the Republic of Korea, Japan and India as part of the UK’s tilt towards the Indo-Pacific region. Units from the Carrier Strike Group are expected to visit more than 40 countries and undertake over 70 engagements.
https://www.navalnews.com/naval-news/2021/04/uk-announces-record-size-and-scope-of-carrier-strike-group-deployment/

Edited by xav
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,978
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...