Recommended Posts

@Kiriyama Cela avait été repris par un ou deux livres de poche, mais il n'y avait rien de sérieux à priori. Mais on vit dans un monde tellement cinglé qu'il ne faut s'étonner de rien.

Edited by collectionneur
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le titre est très racoleur. Ce qui est évoqué par une personne blessée (prisonnier ayant subi de bien mauvais traitements?) est la venue d'étrangers volontaires pour rejoindre le bataillon Azov et y officier en tant que TE pour leur ego, comme un sport ou comme mercenaire pour de l'argent, il ne sait pas trop.

Globalement cela me fait plus penser à des volontaires idéologiques voulant contribuer à une "croisade" aux côtés d'Azov et soigner leur "image" par là qu'à du safari humain.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Des étrangers qui viennent dans un pays en guerre pour rejoindre le conflit, que ce soit pour des raisons idéologiques ou dans l'espoir d'en tirer honneur et profit, ça a toujours existé et ça existera toujours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Selon Wasylisa Trofymowycz l'ex attaché de presse des bataillons du Dniepr-1 et Donbas 80% des étrangers dans les bataillons de volontaires étaient russophones et  motivés par la situation politique dans la region:

- De nombreux étrangers ont-ils servi et servi dans des formations de volontaires?

- Très nombreux Il y avait des Biélorusses, des Russes, des Polonais, des Géorgiens, des Tchétchènes, des Français, des Suédois ... Certains ne comprenaient même pas l'ukrainien ou le russe - ils venaient de se battre contre la Russie.

- Est-ce que tout le monde avait la même motivation?

- Géorgiens, Polonais, Tchétchènes oui. Et les Tchétchènes avaient l'expérience de la guerre, de grands spécialistes. Ils vivent à l'étranger depuis longtemps et beaucoup ont perdu tous leurs parents pendant la guerre en Tchétchénie. Les Biélorusses avaient une motivation légèrement différente. Ils se battent principalement pour la Biélorussie. Ils comprennent que tôt ou tard le pouvoir de Loukachenko s'effondrera et que la Biélorussie deviendra la prochaine cible de l'intervention russe. C'est pourquoi la Russie doit être arrêtée maintenant.

- Selon vos estimations, combien de volontaires biélorusses ont participé à une opération de lutte contre le terrorisme de 2014 à 2018?

- Plus précisément, les citoyens de la République de Biélorussie - Je pense que 400 à 500 personnes vont se rassembler.

- Les Biélorusses sont le groupe le plus nombreux dans les bataillons de volontaires?

- Au moins un des plus nombreux. Les Biélorusses, les Géorgiens, les Tchétchènes et les Russes - la plupart d'entre eux.

https://belsat.eu/pl/news/ukraine-uratowaly-bataliony-ochotnicze-wywiad-z-autorka-ksiazki-dobrobaty/

Mais le bataillon Azov a fait référence à la tradition des unités collaborant avec l'Allemagne et surement était attrayant pour les néo-nazis d'Europe occidentale.

Un journaliste polonais visite un bataillon sur le front à Mariupol:

https://fakty.interia.pl/tylko-u-nas/news-chlopcy-z-azowa-bronia-mariupola-ukrainy-europy-i-bialej-ras,nId,1848612

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Intéressant la présence de Biélorusse du côté ukrainien.

La Biélorussie avait joué un rôle plutôt trouble lors de la guerre de Tchétchénie. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, Kiriyama a dit :

Intéressant la présence de Biélorusse du côté ukrainien.

La Biélorussie avait joué un rôle plutôt trouble lors de la guerre de Tchétchénie. 

C’est une interview pour la chaîne de télévision indépendante biélorusse  Belsat situé en Pologne, donc elle parle principalement de Biélorussie.

En général, les pays qui n’ont pas rejoint la famille des pays occidentaux lorsque la Russie était faible se trouvent maintenant dans une situation difficile. 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.ouest-france.fr/europe/ukraine/detente-sur-le-front-en-ukraine-l-armee-et-les-separatistes-entament-leur-retrait-6601768 (9 novembre 2019)

Le retrait des troupes et de l’armement a commencé entre les villages de Petrivské et Bogdanivka. Ces villages, le premier contrôlé par les séparatistes et le second par Kiev, sont situés à proximité de la « capitale » rebelle de Donetsk. Suivront 25 jours consacrés au déminage de la zone et au démantèlement des tranchées et des fortifications.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.spiegel.de/politik/ausland/ukraine-der-krieg-im-donbass-ein-frontbericht-a-1295144.html (9 novembre 2019)

Des excavateurs creusent des tranchées à Solote pour les forces armées ukrainiennes à un nouveau poste de contrôle encore inutilisé. Les tranchées et le poste de contrôle sont encore complètement abandonnés à un bon kilomètre de la ligne précédente. Le nouveau est au niveau de 2016, avant que les forces armées ukrainiennes de Solote ne récupèrent du terrain sur les séparatistes prorusses.

Une zone démilitarisée doit maintenant être créée, les deux parties belligérantes s'étant retirées. La police nationale ukrainienne, qui patrouille déjà dans certaines parties de Solote, doit assurer la sécurité. C'est du moins le plan. S'il n'y a finalement plus de combats.

Il est sceptique au sujet de la retraite à Solote, et un camarade assis à la table hoche la tête. "Je n'ai aucun souvenir d'une longue période où les séparatistes ne nous auraient pas tiré dessus. Même si les choses se sont calmées ces derniers jours", explique Förster.

La réalité est la suivante : La nuit, à moins de 100 mètres de la position de Förster, deux grenades frappent. Et pendant près d'une minute, les mitrailleuses aboient de la tranchée voisine, sans compter les courtes salves avec la Kalachnikov.

Le lendemain, le soleil d'automne est doux. Si vous laissez la position de Förster derrière vous et le champ de mines à droite, traversez un village abandonné, puis une petite forêt touffue et traversez une tranchée étroite quelques centaines de mètres plus loin, vous vous retrouverez dans un bunker de terre près de Viktor.

On dirait une position de la dernière guerre mondiale. Dix d'entre eux dorment ici dans des lits superposés. Une fournaise à bois donne de la chaleur, des ampoules nues donnent une lumière faible. De telles positions et tranchées traversent tout le Donbass.

Cet homme de 57 ans est au combat depuis le début de la guerre. Il lui est difficile de dégager une tranchée sans se battre. "Je ne fais confiance ni aux séparatistes ni aux Russes. Vladimir Poutine veut déstabiliser l'Ukraine et non la paix", déclare le combattant du front. Et il nomme un nom de lieu qui déclenche des émotions chez chaque soldat ukrainien : Ilovaysk. Dans la région de Donetsk, environ 7000 combattants et soldats ukrainiens ont été encerclés en août 2014. 366 soldats désarmés [sic] sont morts le 29 août 2014 alors qu'ils voulaient utiliser un couloir près d'Ilovajsk, qui avait été assuré par la partie russe, pour se retirer.

Viktor rapporte qu'il avait été emprisonné pendant cinq mois à l'époque. Selon lui, ce sont des soldats russes d'une brigade de parachutistes qui l'auraient capturé. "C'était une unité russe ordinaire, explique-t-il. A cause de ces expériences, Viktor considère que c'est une mauvaise idée d'abandonner ses propres positions.

"Et la police devrait alors utiliser ses armes légères pour garder les civils en ordre et en sécurité. Cela n'arrêtera pas les pillards lourdement armés ", dit-il. "Tôt ou tard, les séparatistes avanceront à nouveau et prendront nos positions abandonnées. C'est comme ça que ça va se passer ", dit un autre soldat dans le bunker.

Viktor craint "que les séparatistes ne créent une deuxième Abkhazie. C'est le but de Poutine." L'Abkhazie est une région géorgienne sécessionniste. Grâce au soutien russe des séparatistes, la Géorgie n'a plus aucun contrôle sur la république autoproclamée depuis 1993.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.welt.de/wirtschaft/article203243798/Ukraine-Unsicherer-Stromverbund-mit-dem-Westen.html (10 novembre 2019)

La connexion au réseau électrique russe doit être coupée pour étayer la volonté politique de l'Ukraine de se détourner de son ancien État frère par des faits. Au lieu de cela, le pays doit devenir une partie intégrante du réseau électrique de l'Europe continentale. À l'avenir, l'électricité pourrait circuler librement et faire l'objet d'échanges commerciaux depuis la côte atlantique jusqu'au Donbas. Cela est prévu dans un accord conclu avec l'UE en 2017.

Mais il n'est pas certain que l'interconnexion électrique prévue avec l'Ouest se concrétisera. Les opposants se forment. La Pologne résiste à la concurrence de l'électricité bon marché de son voisin.

Les oligarques et les monopoles ukrainiens s'opposent à l'adoption des réglementations de l'UE et des exigences en matière de protection du climat. La Biélorussie s'interpose avec sa première centrale nucléaire comme alternative. "Le projet, explique Klaus-Dieter Borchardt, vice-président de la direction générale de l'énergie de la Commission européenne, est géopolitiquement très chargé.

Pas étonnant : depuis l'annexion de la Crimée par la Russie et de l'Ukraine orientale, les deux pays ont à peine échangé de l'électricité. Mais l'opérateur du réseau électrique ukrainien Ukrenergo s'est jusqu'à présent appuyé sur ce que l'on appelle le pouvoir de contrôle primaire de la Russie pour contrôler le système de réseau.

Les responsables politiques occidentaux de la sécurité, et en particulier les Etats-Unis, demandent instamment à Kiev de mettre rapidement en pratique la connexion électrique avec l'Occident. Cela offre d'autres avantages en plus de l'indépendance par rapport à la Russie : Le réseau électrique du réseau d'Europe occidentale serait plus stable à exploiter.

En outre, l'Ukraine aurait des possibilités d'exportation lucratives d'électricité vers l'Ouest. Après l'explosion du réacteur catastrophe de Tchernobyl en 1986, le pays compte encore 15 réacteurs nucléaires qui pourraient également produire pour l'exportation.

Mais le raccordement de l'Ukraine au réseau est un défi technique en soi. L'Association des gestionnaires de réseau de transport européen (REGRT-E) doit vérifier si les conditions sont remplies. Elle est ouverte à l'extension du réseau interconnecté au-delà des frontières de l'Union européenne : La Turquie, elle aussi, a déjà été connectée au réseau de l'UE.

Mais dans le cas de l'Ukraine, il y a aussi quelques préoccupations. Après tout, une fréquence de 50 Hertz doit être générée et maintenue stable dans le réseau électrique de l'empire géant.

S'ils deviennent incontrôlables, cela pourrait également se répercuter sur le réseau d'Europe occidentale via les lignes de connexion : "Le risque va théoriquement jusqu'à une panne de courant", explique un expert du REGRT-E. Pour éviter cela, les lignes vers la Hongrie, la Slovaquie et la Pologne doivent être modernisées, les centrales électriques et le réseau en Ukraine doivent être équipés de stabilisateurs.

Dans quelques années seulement, les conditions pourraient être réunies pour que l'Ukraine puisse se synchroniser avec le réseau du REGRT-E. Toutefois, il reste encore au moins une phase politiquement sensible avant cela.

Parce que le réseau ukrainien doit d'abord prouver sa "stabilité dynamique" - et si possible fonctionner une fois en été, une fois en hiver pendant environ une semaine en fonctionnement insulaire, c'est-à-dire détaché à la fois des Russes et des Européens. Parce que l'Ukraine doit retourner sur le réseau russe après la phase d'essai, la volonté de coopération de Moscou est essentielle. Mais ce n'est pas certain.

La controverse autour de ce qu'on appelle l'« île énergétique » de Burschtyn montre que l'interconnexion avec l'Ouest ne s'est pas faite que des amis en Occident. Il s'agit d'une zone de l'oblast d'Ivano-Frankiwst, non loin de la ville de Lviv, dont la grande centrale électrique était déjà connectée à la fréquence de 50 Hz de l'Europe occidentale en 2002.

Cette tête de pont du réseau de l'UE doit être étendue à court terme - et inclura à l'avenir une unité de la centrale nucléaire de Khmelnytska. Au moins un groupe d'investisseurs occidentaux dirigé par Hans Schweickardt, ancien président du groupe énergétique suisse Alpiq, poursuit ce plan.

Schweickardt, aujourd'hui membre du conseil de surveillance de la société polonaise Polenergia, avec le géant français de l'énergie EdF et le groupe nucléaire américain Westinghouse, veut ainsi mobiliser 1 000 mégawatts de capacité pour exporter de l'électricité en Pologne et dans les pays baltes, et réaliser un petit pré-exercice pour relier ultérieurement l'Ukraine entière au réseau.

L'avantage le plus important du "pont énergétique" pour l'Ukraine : des euros forts provenant des exportations d'électricité qui pourraient être utilisés pour financer la modernisation des centrales électriques et des infrastructures.

L'expansion de l'île énergétique de Burschtyn est une idée que la Commission européenne poursuit avec sympathie, même si sa mise en œuvre est techniquement délicate : La frontière entre le réseau interconnecté d'Europe occidentale et le réseau interconnecté russe traverserait le site de la centrale nucléaire de Khmelnytska entre deux réacteurs de conception russe - ou ukrainienne "soviétique".

Mais le projet Burschtyn suscite une grande résistance, ce qui montre que la connexion au réseau de l'Ukraine n'est pas encore politiquement mûre. L'oligopole électrique établi dans le pays craint la concurrence des pays d'Europe centrale.

La perspective d'importer la réglementation du réseau de l'UE, y compris la participation à l'échange de certificats de CO2, ne suscite pas beaucoup d'enthousiasme chez les oligarques des industries chimiques et charbonnières. Plus ou moins ouvertement, ils font déjà pression en faveur d'une ligne à courant continu vers la nouvelle centrale nucléaire biélorusse d'Ostrovets, en tant qu'alternative pratique, commercialement protectionniste, à la connexion avec l'UE.

Les plans sont également examinés d'un œil critique à Varsovie. La connexion avec l'Ukraine pourrait en effet réduire les importations de charbon et les émissions de CO2 de la Pologne et accroître la sécurité de l'approvisionnement, comme l'affirme Schweickardt. Mais la crainte que l'électricité bon marché en provenance d'Ukraine n'inonde l'État membre de l'UE et ne rende les centrales au charbon polonaises non rentables reste la principale préoccupation des décideurs de Varsovie qui sont préoccupés. Il semble que les diplomates de l'UE en matière d'énergie vont continuer d'être à la peine avec le raccourci vers Kiev.

  • Thanks 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mouais payeront-ils leur facture ? je rappelle que l'Ukraine  a souvent rechigné à payer la Russie pour son pétrole accumulant parfois jusqu'à 5 mia de dettes et siphonnant sur le transit...

Si on veut faire  affaire avec eux il leur faut une bonne gouvernance et non un ramassis d'oligarques

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, kalligator said:

Mouais payeront-ils leur facture ? je rappelle que l'Ukraine  a souvent rechigné à payer la Russie pour son pétrole accumulant parfois jusqu'à 5 mia de dettes et siphonnant sur le transit...

Si on veut faire  affaire avec eux il leur faut une bonne gouvernance et non un ramassis d'oligarques

Ils veulent exporter leur électricité nucléaire - donc gagner des devises (euros sonnants et trebuchants)

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

En tant que Français ça ne nous concerne pas beaucoup puisque l'électricité coûte relativement cher à transporter sur de longues distances (il y a des pertes en ligne). Cela concerne surtout les pays voisins.

Share this post


Link to post
Share on other sites
17 minutes ago, Wallaby said:

En tant que Français ça ne nous concerne pas beaucoup puisque l'électricité coûte relativement cher à transporter sur de longues distances (il y a des pertes en ligne). Cela concerne surtout les pays voisins.

Le charbon ... le gaz aussi sont cher a transporter ... le pétrole un peu moins.

Depuis qu'on a développé le transport en courant continu ultra haute tension ... les pertes en ligne sont très très acceptable même a plusieurs milliers de kilomètres. A tel point qu'on envisage des livraison d'électricité intercontinentale ... ça pose d'ailleurs de grosse inquiétude sur la souveraineté énergétique de nombreux états ... qui font tout pour que de tel réseaux ne se réalisent pas :bloblaugh: un peu a l'instar des tension géopolitique sur les gazoducs et oleoducs.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, kalligator a dit :

J'avais mal lu l'article, mais leur centrales sont du type RMBK ? parce si c'est le cas et avec leur pratiques habituelles je suis contre

Il n'y a plus de réacteur RBMK en activité en Ukraine. Le dernier a été décommissionné en 2000.

Seuls des réacteurs à eau pressurisée VVER sont actifs et beaucoup, beaucoup plus sûrs que les RBMK.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 21 heures, Wallaby a dit :

En tant que Français ça ne nous concerne pas beaucoup puisque l'électricité coûte relativement cher à transporter sur de longues distances (il y a des pertes en ligne). Cela concerne surtout les pays voisins.

Notamment les pays voisins dont le passage à l'électricité renouvelable n'a pas été un très franc succès... Mais chut :wink: !

7278844_a6e936c35a_m.jpeg

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.opex360.com/2019/11/23/lukraine-est-elle-en-train-de-devenir-une-terre-de-refuge-pour-les-jihadistes-de-letat-islamique/

Quote

L'Ukraine est-elle en train de devenir une terre de refuge pour les jihadistes de l'État islamique?

Le 15 novembre dernier, le SBU, le service de renseignement ukrainien, a annoncé l’arrestation d’un certain Al Bara Chichani [alias Cezar Tokhosashvili], un tchétchène d’origine géorgienne, connu pour avoir rejoint la Syrie en 2012 pour combattre au sein du groupe Jamaat Ahadun Ahad, avant de rallier l’État islamique [EI ou Daesh]. Et cela, à la suite d’une opération « spéciale » menée conjointement avec des « services spéciaux étrangers » dans la région de Kiev.

Le SBU a présenté Al Bara Chichani comme étant un cadre important de l’EI. Pourtant donné pour mort, il se serait établi en Turquie après l’élimination, en juillet 2016, d’Abou Omar al-Chichani [dit « Omar le Tchétchène »], le commandant militaire de l’organisation jihadiste, dont il aurait été l’adjoint. Puis, il s’est ensuite rendu en Ukraine, où il a vécu près de Kiev sans avoir été inquiété jusqu’à son interpellation.

Or, selon le quotidien The Independent, Al Bara Chichani ne serait pas le seul jihadiste de l’État islamique à avoir trouvé refuge en Ukraine, où d’après le SBU, il aurait continué à coordonner des actions terroristes.

Spécialiste de la mouvance jihadiste à l’Université de Harvard, Vera Mironova estime ainsi que des « centaines » d’anciens combattants de l’EI ont élu domicile en Ukraine, sans être inquiétés par les autorités locales.

« Arriver en Ukraine, c’est une opération en plusieurs étapes. Ceux qui y parviennent sont ceux qui sont véritablement dangereux », a souligné la chercheuse dans les colonnes du quotidien britannique.

Plusieurs raisons expliquent ce phénomène. Ainsi, Philip Ingram, un ancien officier des services de renseignements britanniques, a souligné les failles dans le système judiciaire et sécuritaire ukrainien. Généralement, les premiers à en profiter sont « les réseaux du crime organisé ». Mais ce laxisme, teinté de corruption, n’aurait donc pas échappé aux jihadistes.

Ainsi, par exemple, si l’introduction des passeports biométriques, en 2015, a réduit la circulation de faux documents, il n’en reste pas moins qu’il est encore assez facile de s’en procurer via le Dark Net, pour 5.000 dollars en moyenne. « The Independent connaît au moins un exemple d’un ancien jihadiste ayant obtenu un passeport biométrique de cette manière », écrit le quotidien.

Le laxisme judicaire et la corruption n’expliquent pas tout : l’Ukraine offre plusieurs avantages aux jihadistes de l’EI, en particulier pour ceux qui sont originaires du Caucase. Le pays est proche de la Géorgie et de la Tchétchènie, on y parle la langue russe, le risque d’extradition vers la Russie est faible et les services de sécurité manquent souvent de professionnalisme. Qui plus est, la priorité de Kiev est le Donbass, où ses forces font face à des séparatistes pro-russes.

Seulement, cette présence présumée de jihadistes en Ukraine n’est pas sans conséquence pour l’Union européenne qui, en 2015, et malgré les réserves de la France et de l’Allemagne, a décidé d’exmpter une les ressortissants ukrainiens disposant d’un passeport biométrique désireux de séjourner dans l’espace Schengen à demander un visa.

Cela étant, le SBU se défend de tout laxisme et dit être vigilant. Nous parlons aujourd’hui de quelques cas individuels, de personnes qui essaient de se cacher des autorités. Mais nous les trouvons tous » et les arrêtons, a fait valoir une porte-parole auprès du journal britannique.

« Le Conseil de sécurité de l’Ukraine coopère systématiquement et efficacement avec les agences spéciales et les forces de l’ordre partenaires pour détecter et neutraliser rapidement les menaces terroristes », insiste encore le SBU, sur son site Internet.

 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, MakSime a dit :

Il faut bien les caser quelque part, ils peuvent encore servir.

Il y aura sûrement encore une "révolution pacifique" à mener quelque part, en effet.

Les néo-nazis ukrainiens peuvent aussi être gardés sous le coude.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,435
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mav783
    Newest Member
    Mav783
    Joined
  • Forum Statistics

    20,758
    Total Topics
    1,265,238
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries