Alexis

Effondrement écologique et civilisationnel en ce siècle ?

Recommended Posts

Un certain nombre d'études scientifiques ont lancé le thème du risque d'effondrement que courrait, non pas la seule civilisation occidentale, mais la civilisation technicienne dans son ensemble, non seulement en fonction de l'épuisement des ressources énergétiques fossiles ou de certains minerais, mais encore du fait de l'effondrement de certains au moins voire la plupart des systèmes écologiques dont dépend l'existence de sept et bientôt neuf milliards d'êtres humains sur cette Terre.

 

Ce sujet n'est sauf erreur de ma part pas couvert par les sujets existants. La proposition est d'en causer et de rassembler des informations ici, le sujet ayant à coup sûr - s'il a quelque réalité, s'entend - des implications majeures non seulement économiques mais en matière de sécurité - Etats faillis, migrations, lutte pour les ressources, entre autres.

 

Je propose une limitation - aucun ésotérisme ni complotisme. Seuls sont pertinentes les études scientifiques et factuelles, les risques qu'elles pointent voire les alarmes qu'elles sonnent. A qui veut parler d'apocalypse au sens religieux ou pseudo-religieux du terme, une seule réponse : Vade retro Satana (retire-toi, Satan !)  ;)

 

 

 

NB: Oui, je sais, ce n'est pas le premier fil d'un optimisme inébranlable que je démarre sur AD.net. J'ai sur la conscience notamment le fil "Crise grecque, crise européenne ?" - par comparaison d'un optimisme primesautier - sans compter "Avenir des ressources, avenir de l'économie mondiale" - déjà un poil plus sérieux. Que voulez-vous, l'Alexis, c'est un inquiet...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour nourrir un peu le débat :

 

 

 

1. Etude parue dans Nature en 2012, Approaching a state shift in Earth's biosphere (approche d'un changement d'état dans la biosphère terrestre) dont voici un commentaire en français La course apparemment irréversible à l'effondrement de la biosphère

 

Et une illustration relativement parlante

 

nature11018-f2.2.jpg

 

(la population humaine dans le disque du bas n'est pas évaluée. Naturellement, le message en pointillé est qu'elle serait beaucoup plus basse que 9 milliards, après une transition rapide)

 

 

 

2. L'excellent livre "Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes" de Pablo Servigne et Raphaël Stevens.

 

Et si notre civilisation s’effondrait ? Non pas dans plusieurs siècles, mais de notre vivant. Loin des prédictions Maya et autres eschatologies millénaristes, un nombre croissant d’auteurs, de scientifiques et d’institutions annoncent la fin de la civilisation industrielle telle qu’elle s’est constituée depuis plus de deux siècles. Que faut-il penser de ces sombres prédictions ? Pourquoi est-il devenu si difficile d’éviter un tel scénario ?

 
Dans ce livre, Pablo Servigne et Raphaël Stevens décortiquent les ressorts d’un possible effondrement et proposent un tour d’horizon interdisciplinaire de ce sujet - fort inconfortable - qu’ils nomment la "collapsologie". En mettant des mots sur des intuitions partagées par beaucoup d’entre nous, ce livre redonne de l’intelligibilité aux phénomènes de "crises" que nous vivons, et surtout, redonne du sens à notre époque. Car aujourd’hui, l’utopie a changé de camp : est utopiste celui qui croit que tout peut continuer comme avant. L’effondrement est l’horizon de notre génération, c’est le début de son avenir. Qu’y aura-t-il après ? Tout cela reste à penser, à imaginer, et à vivre…
 
Pablo Servigne est ingénieur agronome et docteur en biologie. Spécialiste des questions d’effondrement, de transition, d’agroécologie et des mécanismes de l’entraide, il est l’auteur de Nourrir l’Europe en temps de crise (Nature & Progrès, 2014).
Raphaël Stevens est éco-conseiller. Expert en résilience des systèmes socioécologiques, il est cofondateur du bureau de consultance Greenloop.

 

Avec ici un entretien avec l'un des auteurs.

 

 

 

3. Un grand classique, mais qui reste - malheureusement - pertinent, "Les limites à la croissance" l'étude originelle de 1972 ayant été modernisée en 2004. Basée sur le modèle des relations économie-planète World3. Voici un entretien qu'avait donné en 2012 l'un des auteurs Dennis Meadows à l'occasion des quarante ans de l'étude initiale.

 

Et pour rendre perceptible en un seul coup d’œil l'essentiel des résultats du modèle

 

Futurism-Got-Corn-graph-1.jpg

 

Naturellement, la date ne doit pas être prise au sens littéral. Un modèle comme World3 ne saurait avoir de capacité prédictive précise, s'agissant de dynamique d'un système aussi complexe. Ce qui est le plus remarquable en revanche est que quelles que soient les hypothèses choisies pour "faire tourner" ce modèle - à moins qu'elles soient d'un optimisme totalement débridé comme "ressources infinies", "la pollution ne compte pas" et autre "technologies miracles" - les choses se terminent fort mal. Notamment, la population commence à décroître nettement, et pas par dénatalité - au contraire les prévisions sont une natalité qui augmente mais ne peut compenser la hausse de la mortalité.

Edited by Alexis

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour completer la liste de lectur, je conseille les excellents :

Effondrement: Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie de J. Diamond

Qui prend lees exemples historiques de l'ile de Paques, de l'ile de Pitcairn (et quelques autres). Sachant que nous sommes tous sur une ile dans le cosmos et que à l'instar des habitants de l'ile de Paques, nous ne pouvons pas migrer en cas de catastrophe terminale

 

On peut ajouter

De l'inégalité parmi les sociétés: Essai sur l'homme et l'environnement dans l'histoire

 

du même auteur qui reprend les raisons historiques de l'efficience de certains sociétés sur d'autres et là pas de secret c'est l'accès aux ressources (qui changent bien sur selon les epoques de l'histoire) qui donnent l'avantage décisif permettant la vie ou la mort d'entités sociales, surtout en cas de confrontations (expansion méso américaine et periode coloniale en particulier)

 

Juste une precision :
 

1. Etude parue dans Nature en 2012, Approaching a state shift in Earth's biosphere (approche d'un changement d'état dans la biosphère terrestre) dont voici un commentaire en français La course apparemment irréversible à l'effondrement de la biosphère

 

 

La biosphere ne va pas s'effondrer. La biosphère telle qu'on la connait actuellement elle va certainement disparaitre. Celle qui va émerger par contre risque de ne pas nous plaire des masses .....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour completer la liste de lectur, je conseille les excellents :

Effondrement: Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie de J. Diamond

Qui prend lees exemples historiques de l'ile de Paques, de l'ile de Pitcairn (et quelques autres). Sachant que nous sommes tous sur une ile dans le cosmos et que à l'instar des habitants de l'ile de Paques, nous ne pouvons pas migrer en cas de catastrophe terminale

 

Juste, je l'oubliais. En le feuilletant à nouveau, je constate que le dernier chapitre en particulier est pertinent pour le sujet : Diamond liste une douzaine de problèmes sérieux qui se posent pour la soutenabilité de la civilisation humaine techno-industrielle telle qu'elle existe aujourd'hui, les discute, et donne aussi quelques raisons d'espérer.

 

Mais il n'en vient à discuter ce qui est le plus important pour la stabilité de la civilisation actuelle - ou plus précisément d'une hypothétique version adaptée de cette civilisation - qu'après un impressionnant panorama historique de nombreuses civilisations qui se sont effondrées, ou au contraire ont réussi à réagir à temps aux déséquilibres qu'elles pouvaient provoquer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'effondrement civilisationnel et écologique non pas seulement en ce siècle mais durant notre vivant est un risque réel, dont les chances ne font que d'augmenter chaque année. L'espèce humaine dans son ensemble est passée dans la phase de l'Overshoot il y a peu de temps (donc l'humanité dans son ensemble consomme plus de ressources que la planète ne puisse régénerer chaque année; alors que nous autres occidentaux "overshootons" depuis des décennies, jusque-là, c'était compensé par le tiers monde qui consommait beaucoup moins, mais ce n'est plus le cas...)

 

Le vrai problème n'est pas qu'une civilisation technologique puisse s'effondrer. De tels effondrements civilisationnels ont eu lieu dans le passé, après tout. Le problème est que dans notre monde globalisé, un éffondrement partiel (p. ex seulement des Etats-Unis, ou seulement de l'Occident ou de la Chine seule) n'est plus possible. Si on s'effondre aujourd'hui, on va tous y passer; ce sera le collapse global. Le deuxième problème est que après ce collapse, une relève ne sera plus possible. Pourquoi? Parce que notre civilisation technologique a consommé toutes les ressources facilement accessible de la planète. Ne resteront après le collapse que des ressources difficiles d'accès, ou alors éparpillés et dispersées dans nos déchêts (toxiques). L'extraction de ressources de ce gerne de source nécessite un haut niveau de Technologie qui justement n'existera plus dans le monde après l'éffondrement... (Pour illustrer ce point, considérez le cas du pétrole: Lors du début de son exploitation industrielle dans la deuxième moité du XIXe aux Etats-Unis, il suffisait parfois de simplement creuser le sol avec une pelle pour voir apparaitre une fontaine de l'or noir, alors que aujourd'hui, on est obligé de faire du fracking...)

 

Cependant, je propose depuis des années une solution, que personne ne veut entendre: Il faut nous préparer à l'effordement en créant un noyau de civilisation qui puisse survivre et qui ait une base suffisante pour recréer une société technologique après la Chute.

 

Mon idée personnelle serait de commencer à coloniser l'Antarctique (a priori seuelement près des côtes) ainsi que le Groenland. Comme ces lieux sont isolés, la chance d'y survivre l'effondrement seront meilleurs. Et vue que l'essentiel de ces deux endroits est actuellement protégé de la sur-exploitation par des kilometres de glace qui vont fondre lentement durant les centaines d'années à venir, ça donnera une réapparition de terres et ressources non encore exploitées pendant des siècles à venir. Evidamment, c'est insuffisant pour 9 milliards d'humains, mais après l'effondrement, il ne restera peut-être que quelques centaines de millions, et là, on pourrait rejoindre un niveau technologique comparable au notre avec les ressources restantes du Groenland et de l'Antarctique. Un niveau technologique comparable à celui d'aujourd'hui est le minimum nécessaire pour pourvoir exploiter ensuite les ressources de la mer et de l'espace. Si on n'y arrive pas, alors on est fichu, au plus tard lorsque les dernières ressources de l'Antarctique et du Groneland seront épuisées.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"L'Occident" détenant quelque chose comme 80% des formules de médicaments sont effondrement entraînera une explosion de la mortalité partout dans le monde, sans oublier la production agricole... Donc avec ça la population mondiale reviendra probablement sous un certain seuil plus "éco-friendly".

Share this post


Link to post
Share on other sites

A mon avis, que la colonisation de terres isolées et inhospitalières comme l'Antarctique et le Groenland est une mauvaise idée. Parce que le bon sens induit que l'espèce humaine, proliférante mais intelligente, doit s'adapter pour laisser survivre (voire mieux) son habitat (unique, jusqu'à preuve d'une découverte), sinon eh ben... elle repassera dans la douleur sous des seuils plus sains.

 

On a connu la charette, puis la voiture, puis on va revenir à la charette, mais peut-être sans les chevaux.

Edited by Rémy

Share this post


Link to post
Share on other sites

On a connu la charette, puis la voiture, puis on va revenir à la charette, mais peut-être sans les chevaux.

 

05_Madagascar_Tulear_Pousse_Pousse.JPG

 

(naturellement, il faut imaginer les routes rapidement en bien pire état, vu l'absence d'entretien)

 

 

 

 

Je me permet une modeste contribution sur ce sujet. 

 

Je me suis permis de me reporter au communiqué de presse des larouchiens résumant l'essentiel de cette conférence.

 

A côté de choses intéressantes, je vois la contradiction essentielle - et pour tout dire fatale - dans ce paragraphe.

 

Le changement climatique, ennemi mortel des BRICS et de l’humanité

 

La conférence a dardé ses flèches contre la fraude du changement climatique soi-disant d’origine anthropogénique, dénonçant la conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP21) qui aura lieu en France fin 2015.

Car derrière cette initiative, il y a une volonté de la France, entraînée par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, d’imposer une politique de réduction drastique de la population mondiale, allant à l’encontre de la politique de progrès scientifique et technique et des grands projets d’infrastructures des BRICS.

Mme LaRouche avait déjà évoqué les véritables objectifs de ces politiques dans ses remarques introductives, s’en prenant notamment au dernier G7 organisé en Allemagne, qui a pris la décision de décarboner l’économie mondiale avant l’an 2100. Pour cela, on compte faire appel uniquement aux énergies renouvelables, soleil et vent, sans l’énergie nucléaire, dont l’Allemagne est sortie totalement. Il s’agit donc d’appliquer le programme de décarbonisation totale promu par M. Schellnhuber, de l’Institut du Climat de Potsdam et conseiller du gouvernement allemand. Or, étant donné la relation entre la densité de flux énergétique de l’appareil productif et la quantité de population qu’il peut porter, et vu que la densité de flux des énergies renouvelables est beaucoup plus basse que celle des énergies fossiles et du nucléaire, le nombre d’individus qu’une économie décarbonée peut soutenir est de l’ordre d’un milliard !

 

Que le changement climatique soit l'ennemi du genre humain ? Oui. Il n'est pas le seul d'ailleurs, mais c'est l'un des ennemis principaux sinon le pire.

 

Qu'une économie décarbonée ne soit pas en mesure de soutenir beaucoup plus qu'une population mondiale d'un milliard ? Le chiffre est (fortement) discutable, mais l'impression produite est la bonne, car une population mondiale de sept voire neuf milliards ne semble pas compatible avec la fin de l'agriculture mécanisée et de l'utilisation massive des engrais - entre autres problèmes graves.

 

Que le refus de l'énergie nucléaire, notamment des perspectives prometteuses de l'utilisation du thorium et de la surrégénération - ce qu'on résumé par "nucléaire de 4ème génération" - soit une erreur tragique de dimension historique et l'application scandaleuse d'une idéologie à courte vue ? Oui, c'est très clair.

 

Mais que des gens qui veulent bâtir le développement humain entre autres choses sur la science en soient encore à présenter le réchauffement climatique comme un complot !  :angry: Là, c'est le complotisme qui pointe le bout du nez, voire le nez tout entier, qu'il a aussi long que Pinocchio.

 

mar235.gif

Edited by Alexis

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me suis permis de me reporter au communiqué de presse des larouchiens résumant l'essentiel de cette conférence.

 

A côté de choses intéressantes, je vois la contradiction essentielle - et pour tout dire fatale - dans ce paragraphe.

Je n'ai pas suivis la conférence et en effet ce que tu soulèves est problématique, mais la vidéo ne développait pas cet avis, c'est plutôt une apologie au progrès avec qq références historiques uqe j'ai trouvé pertinente. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ps: j'ignorais qu'il y avait autant de millénariste sur ce forum  :lol:

 

Au sujet du millénarisme, je signale que ce n'est certainement pas mon opinion. ;)

 

Pour qui veut voir un véritable désespoir - auquel je ne vois pour ma part pas de fondement convaincant - il est possible de se reporter à Paul Jorion, ou en anglais à Guy McPherson.

 

Mais en face de ce genre de cogitation, compte tenu de la fragilité des arguments comme quoi l'humanité serait promise à une fin prochaine - c'est-à-dire une population non de 5 milliards, non de 1 milliard, non même de quelques millions, mais exactement égale à 0 - et fragilité est un mot très gentil (sauf peut-être pour McPherson qui est trop systématique mais qui du moins argumente solidement son point de vue), moi je suis tenté de ressortir au mode Vade retro Satana dont je parlais dans le premier post.  :lol:

Ces personnes peuvent ne pas être religieuse dans le sens classique du terme, elles peuvent même être anti-religieuses et se croire rationnelles, elles n'en sont pas moins dans l'irrationnel débridé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A titre perso un effondrement civilisationnel est bien plus probable qu'un effondrement écologique.

L'histoire nous apprend que les effondrements civilisationnels (bien qu'il soit sans doute utile de préciser de quoi on parle, en général il s'agit plus d'un déclin que d'un effondrement qui se voudrait donc brutal) sont largement plus fréquents que ce que l'on pourrait appeler effondrement écologique (la aussi le terme n'est pas forcément approprié).

 

Pour l’énergie on à 300 ou 400 ans de charbon devant nous, beaucoup d'uranium, pour les ressources on a gratté seulement la surface du sol, pour la nourriture on a de quoi nourrir tout le monde (à condition de ne pas être technophobe et de ne pas passer au tout "écologique" qui là effectivement se révélerait incapable de nourrir le monde), il y a de quoi tenir, sans compter qu'une généralisation du recyclage basé sur l'exemple coréen ferait faire d’énormes économies d'extraction.

 

Pour l'aspect civilisationnel nous somme effectivement dans une situation quasi inédite (paix et prospérité économique, bien que relative au bout du compte). Il est donc compliqué de savoir ou l'on va, tellement les exemples historiques manquent au final, bien que :

 

 

 

Conférence d'introduction au colloque « Répondre aux défis de la fragilité et de la sécurité en Afrique de l’Ouest »
Banque mondiale et ministère de la défense
24 juin 2013 
Version modifiée
 

Dans une lettre datant de 1899 le jeune Churchill avouait ses rêves de gloire militaire et son désespoir devant un monde qui allait désespérément vers la paix universelle. Churchill, comme la plupart de ses contemporains, était alors persuadé que la « mondialisation » de la fin du XIXe siècle allait entraîner la paix par la prospérité et l’interdépendance des économies. La guerre entre nations européennes paraissait alors comme une « grande illusion » pour reprendre le titre du livre de Norman Angell-Lane paru en 1910.
 
En réalité, cette première mondialisation avait surtout exacerbé les sentiments nationaux et engendré de nouvelles ambitions chez les nations qui en avaient profité. On est passé en quelques années d’un sentiment de paix généralisée aux deux conflits mondiaux. La grande illusion n’était pas celle que l’on croyait.
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

De mémoire car le site contreinfo.info est désormais vide, il ya avait de drôles d'études sur l'élévation du niveau de la mer et ses effets parfaitement pratiques.

 

C'est probablement contesté, mais ce que j'ai retenu :

- si tout fond de l'Antarctique au Groenland, la métrique d'élévation du niveau de la mer à avoir en tête est de 72m

- à ce moment là la plus grande ville française non-submergée est Clermont Ferrand

 

72m : on n'y est pas.

En revanche je n'ai jamais entendu qui que ce soit affirmer qu'on était certain que les phénomènes de hausse (et de baisse) du niveau des océans par le passé avaient tous été progressifs et lents. On connaît certaines boucles de rétroaction positive qui pourraient produire des phénomènes violents (un réchauffement pas trop grand réchauffe du permafrost qui libère du méthane qui lui est très efficace pour l'effet de serre et amplifie brutalement le réchauffement).

Edited by Boule75

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est probablement contesté, mais ce que j'ai retenu :

- si tout fond de l'Antarctique au Groenland, la métrique d'élévation du niveau de la mer à avoir en tête est de 72m

- à ce moment là la plus grande ville française non-submergée est Clermont Ferrand

 

72m : on y est pas.

 

De mémoire, l'élévation du niveau de la mer résultant d'une fonte totale serait de l'ordre de :

- 7 mètres pour le Groënland

- 8 mètres pour l'inlandsis ouest-Antarctique

- 60 mètres pour le reste de l'Antarctique

 

Les deux premiers sont relativement fragiles, le troisième c'est du beaucoup plus costaud.

 

On peut trouver des infos de tonalité plutôt alarmiste sur ce qui arrive au premier. Je n'ai pas de lien sous la main, mais de mémoire l'inquiétude n'était pas tant le rythme actuel de fonte que le fait que ce rythme accélère régulièrement. Ceci dans le contexte général d'un réchauffement qui se manifeste bien plus rapidement et plus fort dans l'Arctique que sous nos latitudes, sans compter le risque d'une accélération de la vitesse de réchauffement par dégagement de méthane polaire, qui a déjà commencé, comme tu le rappelles justement.

 

La fonte des deux premiers en quelques siècles est de ce que j'ai compris parfaitement pensable. C'est suivant ma compréhension l'ordre de grandeur du temps qu'il a fallu à la fin du dernier âge glaciaire pour que le niveau de l'océan monte de 120 mètres. L'est-elle en quelques décennies, c'est une question ouverte de ce que je sais... d'un côté les masses d'eau à bouger sont véritablement gigantesques, de l'autre le réchauffement anthropique est beaucoup plus rapide que celui d'il y a 12 000 ans.

 

Ce qu'il faut garder à l'esprit bien sûr c'est qu'une élévation du niveau de la mer de très peu de mètres serait suffisante pour condamner l'essentiel de l'infrastructure portuaire au niveau mondial. Il y a en effet non seulement l'effet direct - on pourrait sans doute dans certains cas et sous certaines limites s'en protéger par des digues et aller demander des conseils aux Néerlandais - mais encore l'effet indirect, l'océan s'infiltrant loin dans les terres et pouvant provoquer des affaissements de terrain contre lesquels je ne suis pas sûr que des digues soient véritablement une solution praticable.

 

Parmi les villes les plus exposées, on peut inclure Londres et Tokyo, Shanghai et New York (*)... Parmi les régions, le Bangladesh aussi bien que la Floride.

 

Encore une fois, resterait à savoir si ces perspectives peu réjouissantes sont pour ce siècle ou pour le(s) suivant(s). Il m'a semblé que certains scientifiques étaient assez alarmistes sur la question, d'autres non... je ne suis pas allé plus loin. (**)

 

 

 

(*) Sans oublier le pire de tous : Le Havre !  :'( ...

 

(**) Cependant, voici un extrait de la notice en anglais de Wikipédia sur le sujet, qui présente du moins les principales positions 

 

Climate models project that local warming in Greenland will be 3 °C (5 °F) to 9 °C (16 °F) during this century. Ice sheet models project that such a warming would initiate the long-term melting of the ice sheet, leading to a complete melting of the ice sheet (over centuries), resulting in a global sea level rise of about 7 metres (23 ft).[5] Such a rise would inundate almost every major coastal city in the world. How fast the melt would eventually occur is a matter of discussion. According to the IPCC 2001 report,[2] such warming would, if kept from rising further after the 21st Century, result in 1 to 5 meter sea level rise over the next millennium due to Greenland ice sheet melting (see image below). However, in a study published in Nature in 2013, 133 researchers analyzed a Greenland ice core from the Eemian interglacial. They concluded that GIS had been 8 degrees C warmer than today for 6000 years. The large and long-lasting warming had a modest effect on the ice sheet, leaving it largely intact.[10]

 
Some scientists have cautioned that these rates of melting are overly optimistic as they assume a linear, rather than erratic, progression. James E. Hansen has argued that multiple positive feedbacks could lead to nonlinear ice sheet disintegration much faster than claimed by the IPCC. According to a 2007 paper, "we find no evidence of millennial lags between forcing and ice sheet response in paleoclimate data. An ice sheet response time of centuries seems probable, and we cannot rule out large changes on decadal time-scales once wide-scale surface melt is underway."[11]

 

En somme, le scénario central est une fonte en très grande partie, mais étalée sur plusieurs siècles, et deux avis divergents sont soutenus, l'un comme quoi la fonte pourrait être très limitée même au final, l'autre comme quoi elle pourrait avoir largement progressé même sous quelques décennies.

Edited by Alexis

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'élévation du niveau des océan ne dépend pas de la fonte des glace ... mais de la dilation de l'eau des océan a cause de la chaleur. C'est d'ailleurs par ce biais qu'on évalue l'énergie thermique stocké dans les océans.

 

Le seul élément vraiment significatif c'est l'inslandis antarctique ... dont la fonte provoquerait effectivement une montée des eau de plusieurs dizaine de mètres - on parle d'au moins 50m -.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le plus "drôle" pourrait être l’arrêt du Gulf stream à cause de la fonte des glace et l'apport d'eau douce selon certaine théorie. Bordeaux étant à la même latitude que Montréal, on verrai un léger changement de climat en Europe :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y en a ici qui croient sérieusement à la hausse catastrophique du niveau des mers en cas de fonte des glaces des pôles. :huh:

Edited by Sovngard

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n’ai pas grand-chose à apporter au sujet mais je tenais à vous dire que je vous aime :'(

.

 

Plus que ça, en cas d’effondrement, d’apocalypse finale, d’armageddon, eh bien je vous autorise à me dévorer pour survivre.

 

 

Je vous préviens que je me réserve le même droit sur vos éventuelles dépouilles…

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n’ai pas grand-chose à apporter au sujet mais je tenais à vous dire que je vous aime :'(

.

Plus que ça, en cas d’effondrement, d’apocalypse finale, d’armageddon, eh bien je vous autorise à me dévorer pour survivre.

 

Je vous préviens que je me réserve le même droit sur vos éventuelles dépouilles…

 

 

Ah c'est sûr que si c'est toi la nana sur ton avatar, moi aussi je t'aime.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y en a ici qui croient sérieusement à la hausse catastrophique du niveau des mers en cas de fonte des glaces des pôles. :huh:

 

Qui croit que si ca fond ca monte? ou qui croient que ca va fondre?

 

Si ca fond ca monte c'est une quasi certitude, non seulement il y a plus d'eau libre dans le systeme mais en plus cette eau est plus chaude donc occupe plus de volume - c'est cette chaleur a a induit la fonte -.

 

Si on integre les seuls faits de dillatation lié au réchauffement climatique on a des hausse de ~2m envisageable. 2m c'est déjà un probleme pour de nombreuse ville côtière. Si le changement climatique s'associe comme il le devrait avec des phénomene météo plus violent, la monté des eaux lié a une dépression devrait etre plus élevé aussi, meme chose a cause du vents etc; l'effet cumulatif rend rapidement les ville cotiere compliqué a vivre si a chaque tempête il y a 1m d'eau dans les rues;

 

La planète a connu des époques ou le niveau des mers était 120m au dessus de celui actuel, ou l'IDF été un lac :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi j'ai tout prévu : je cultive des champignons dans ma péniche : pas besoin de terre, pas besoin de lumière, je survis à un hiver nucléaire après la hausse des océans. Pas trop froid quand même.

 

Je mise tout sur l'hiver nucléaire chaud !

 

Vivement vendredi.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le plus "drôle" pourrait être l’arrêt du Gulf stream à cause de la fonte des glace et l'apport d'eau douce selon certaine théorie. Bordeaux étant à la même latitude que Montréal, on verrai un léger changement de climat en Europe :lol:

Drôle? Il ne serait plus possible de cultiver la vigne en France, et dans le Bordelais en particulier; quelqu'un a une meilleure illustration de la fin du monde? 

Je n’ai pas grand-chose à apporter au sujet mais je tenais à vous dire que je vous aime :'(

.

 

Plus que ça, en cas d’effondrement, d’apocalypse finale, d’armageddon, eh bien je vous autorise à me dévorer pour survivre.

 

 

Je vous préviens que je me réserve le même droit sur vos éventuelles dépouilles…

Mouaif! je demande d'aborde à avoir les détails de ton alimentation quotidienne: c'est pas parce que c'est l'apocalypse qu'il faut se mettre à bouffer n'importe quoi. 

 

 

 

Ceci dit, j'avoue que je penche plus vers les options de l'apocalypse "complexe et par degrés", soit une combinaison incrémentalement problématique et douloureuse de multiples facteurs rendant le "coût de fonctionnement" de la civilisation technique plus ou moins rapidement insupportable, et surtout graduellement inaccessible pour le plus grand nombre (ce qui peut précipiter l'effondrement civilisationnel en de multiples endroits). 

L'épuisement des sols via les méthodes agricoles intensives (et le coût croissant d'exploitation qui va avec) se combine avec la désertification et l'effondrement des populations d'abeilles (et d'autres vecteurs de pollinisation), la surexploitation des océans s'ajoute à leur pollution (accroissement dramatique des taux de mercure, particules de plastique...) pour gravement impacter la mer comme source de nourriture à grande échelle (et la pisciculture intensive tout comme les cultures d'algues pour l'alimentation et l'usage comme carburants n'ont pas le temps et les moyens de prendre le relais).... Bref, tout plein de causes se combinent de manière peu cinématographique pour rendre l'environnement naturel plus nettement hostile et inapte à soutenir la taille de la population humaine actuelle.

 

Mais rassurez-vous, citoyens d'Air Defense: bien avant que l'effondrement (au sens tout part en couille effectivement) ne trouve son plein régime, l'accumulation graduelle des problèmes aura précipité une concurrence accrue entre les entités politiques humaines, donc la guerre (coeur de métier du forum) aura pris son impôt depuis longtemps à ce stade (à moins de parier sur l'aptitude des communautés humaines à voir les problèmes à l'avance, à restreindre leur consommation, à changer leurs habitudes, à anticiper et à coopérer..... Mouais, les probas penchent vers?). 

Edited by Tancrède
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mais rassurez-vous, citoyens d'Air Defense: bien avant que l'effondrement (au sens tout part en couille effectivement) ne trouve son plein régime, l'accumulation graduelle des problèmes aura précipité une concurrence accrue entre les entités politiques humaines, donc la guerre (coeur de métier du forum) aura pris son impôt depuis longtemps à ce stade (à moins de parier sur l'aptitude des communautés humaines à voir les problèmes à l'avance, à restreindre leur consommation, à changer leurs habitudes, à anticiper et à coopérer..... Mouais, les probas penchent vers?).

 

Les guerres seront peanuts dans le grand schéma d'effondrement (à moins de penser que quelqu'un quelque part dépassera le blocage psychologique d'usage d'ADM). Elles seront cependant un facteur corrélé et aggravant du phénomène d'effondrement. Toutes les grandes civilisations effondrées l'ont été par une combinasion de facteurs : problèmes ecologiques (secheresse, surexploitation des ressources, famine) -> (desordre sociaux et economiques) -> (guerres civiles ou externes)-> effondrement avec dispersion et retrogradation technique et scientifique des survivants

C'est pas les exemples qui manquent de l'Ile de Paques en passant par les Mayas et les Khmers......

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les guerres seront peanuts dans le grand schéma d'effondrement (à moins de penser que quelqu'un quelque part dépassera le blocage psychologique d'usage d'ADM). Elles seront cependant un facteur corrélé et aggravant du phénomène d'effondrement. Toutes les grandes civilisations effondrées l'ont été par une combinasion de facteurs : problèmes ecologiques (secheresse, surexploitation des ressources, famine) -> (desordre sociaux et economiques) -> (guerres civiles ou externes)-> effondrement avec dispersion et retrogradation technique et scientifique des survivants

C'est pas les exemples qui manquent de l'Ile de Paques en passant par les Mayas et les Khmers......

 

Disons que compte tenu des moyens de destruction "modernes", l'impact des guerres pourrait devenir plus majeur qu'il ne l'était dans le tableau général : le nucléaire et le génie moléculaire / biologique / génétique offrent des perspectives saisissantes dans la perspective de guerres totales.

Edited by Boule75

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les guerres seront peanuts dans le grand schéma d'effondrement (à moins de penser que quelqu'un quelque part dépassera le blocage psychologique d'usage d'ADM). Elles seront cependant un facteur corrélé et aggravant du phénomène d'effondrement. Toutes les grandes civilisations effondrées l'ont été par une combinasion de facteurs : problèmes ecologiques (secheresse, surexploitation des ressources, famine) -> (desordre sociaux et economiques) -> (guerres civiles ou externes)-> effondrement avec dispersion et retrogradation technique et scientifique des survivants

C'est pas les exemples qui manquent de l'Ile de Paques en passant par les Mayas et les Khmers......

Je vois les guerres bien en amont des catastrophes écologiques empilées quand elles frappent le plus fort: l'affaiblissement graduel du "système de soutien" qu'est la planète commencera à limiter les ressources disponibles et les rendements des productions dépendant directement de la nature bien avant un effondrement brutal, entraînant une compétition accrue entre groupes humains (au sein d'un pays et/ou entre pays). En somme, la concurrence entre la civilisation et la nature est encore une fois à l'avantage de la civilisation selon moi: elle est bien capable d'anticiper ce que les changements naturels lui réservent et de se foutre en l'air elle-même avant que ça n'arrive. Trop lente la nature! 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,418
    Total Members
    1,550
    Most Online
    KLD
    Newest Member
    KLD
    Joined
  • Forum Statistics

    20,726
    Total Topics
    1,253,835
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries