Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[British Army]


Philippe Top-Force
 Share

Recommended Posts

il y a 15 minutes, Papi Pépite a dit :

L'argent balancée pour cet avion aurait pu servir à rénover leur flotte terrestre ^^

C'est clair. A la rigueur ils auraient dû se limiter à l'achat de F35 pour leurs 2 nouveaux PA. La situation devient pathétique. 

Je crois que le problème ne tient pas seulement au fond à la seule question financière/politique, mais aussi à la pensée stratégique britannique de ces dernières années.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Algerino a dit :

C'est clair. A la rigueur ils auraient dû se limiter à l'achat de F35 pour leurs 2 nouveaux PA. La situation devient pathétique. 

Je crois que le problème ne tient pas seulement au fond à la seule question financière/politique, mais aussi à la pensée stratégique britannique de ces dernières années.

Je suis tout à fait d'accord avec toi . 

Mais il faut peut-être aussi remonter plus loin , je pense que les brits ne ce sont jamais remis des effets  ( dépenses et changement géopolitique  ) issu de la 2ème Guerre Mondiale , de facto leur stratégie en a pâti énormément , et cela jusqu'à aujourd'hui. 

On parle souvent du pragmatisme des british qui auraient mieux réussi la période de décolonisation , alors que dans les faits ils ont aussi connu des phases difficile, et qu'aujourd'hui il n'y a que du paraître dans leur relationnel avec leurs ex colonies avec le concept de Commonwealth .

Observons aussi l'affaire de Suez , ou la ils ont aussi du chercher dans leur ressource pour gérer l'affaire .

Et plus le temps à avancé, plus cela a été évident . Bien évidemment cela n'enlève rien au professionnalisme des britannique , mais n'oublions pas que cela a masqué les faiblesses et la diminution de puissance et capacité militaire au travers de budget réduit .

On oublie que lorsque les argentins ont envahi les Falklands ( sa a failli par être tendu quand même cette affaire)  , les anglais étaient dans une phase compliqué économiquement,  le pb de l'Irlande du Nord pesant amplement sur les forces britannique qui devaient aussi gérer la guerre Froide .

 

On parle d'adaptation des brits par rapport besoin et aux menaces et cela dans des périodes  , mais moi J'ai plutôt l'impression que cette adaptation n'est pas faite par adaptation régulière mais plutôt par un phénomène ou c'est une descente lente mais irrémédiable depuis la fin de la 2ème Guerre Mondiale. 

Alors bien évidemment , ils vont touché le fond , mais la remontée sera compliqué et longue , et cela dans un contexte qui voit un panel de menaces géostratégique , géopolitique , une mondialisation qui ne conforte pas en terme de stabilité mondiale . 

Alors bien évidemment , on a peut-être une vision qui est trop pessimiste vu de l'extérieur , on dramatise la situation  peut-être plus qu'il ne le faudrait, mais en observant cette évolution il est vrai que les signes ne sont pas positif en ce qui concerne les brits. 

Je crois que ce qui a permis de mettre en avant le malaise dans la stratégie des brits , c'est aussi avec à la politique étrangère des brits , et leur suivisme inconditionnel dans la politique étrangère des USA. 

Le pb c'est que cela a plutôt mis en avant une relation d'auxiliaire plutôt que celle d'un allié . De facto en observant les réductions des effectifs en pleine phase ou les brits étaient déployé en Irak et en Afghanistan , de facto il y avait un grand écart entre le budget , la politique et les militaires. 

Ont peut donc ce poser des questions sur le fond , celui ou la GB a toujours voulu jouer sur plusieurs tableaux , que ce soit avec les USA pour encore exister ... Avec l'Europe pour s'éviter une chute prématurée ( la periode ou elle est entrée dans l'Europe )  , pensant qu'elle pesée au vu des cadeaux qui lui ont était fait ... quand Tatcher réclamera son argent de facto cela avait  mis en avant que  de toute façon la seule optique était de trouver une solution à leur pb économique ...

La guerre en Irak n'a pas rapporté grand chose économiquement aux anglais ... Les US ont rien gagné concrètement du point de vue économique en Irak , mais la différence s'est que cette aventure ils pouvaient ce la payer .

Moi j'observe que la seule chose qui a animé les anglais, c'est une volonté économique , ayant pour résultat l'emploi de leur capacité militaire pour ce faire , sauf qu'il n'y a pas eu de retour économique ...

Alors au final , quand on observe les accord de Lancaster House ... Je me dis que cela n'est pas du pragmatisme , mais plutôt encore une tentative de ce raccrocher aux branches...

Certes ont me dira , regarder les anglais eux au moins ont une capacité avec leur aviation de transport militaire, ils peuvent même nous aider ( Sahel) .

Effectivement , mais avoir une capacité n'induit pas de cacher d'autre pb .

Dans notre affaire au Mali ou en Lybie, on a profité des capacités de l'Otan , étant membre de facto il n'y a pas de pb d'avoir profité de moyens . 

Certes il faudra que nous ayons aussi une capacité de transport aérien plus adapté , mais on ne peut pas non plus oublié que le cadre des alliances pour l'instant , on peut en profiter. 

Maintenant si on observe la GB , il y a des programmes qui n'arrivent pas tout en ayant un vieillissement des moyens. 

Alors voilà , le professionnalisme est une chose importante, néanmoins si celui-ci ne sert qu'à masquer les faiblesses, à un moment il ne pourra pas sauver la mise à la GB .

Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, Gibbs le Cajun a dit :

Je suis tout à fait d'accord avec toi . 

Mais il faut peut-être aussi remonter plus loin , je pense que les brits ne ce sont jamais remis des effets  ( dépenses et changement géopolitique  ) issu de la 2ème Guerre Mondiale , de facto leur stratégie en a pâti énormément , et cela jusqu'à aujourd'hui. 

On parle souvent du pragmatisme des british qui auraient mieux réussi la période de décolonisation , alors que dans les faits ils ont aussi connu des phases difficile, et qu'aujourd'hui il n'y a que du paraître dans leur relationnel avec leurs ex colonies avec le concept de Commonwealth .

Observons aussi l'affaire de Suez , ou la ils ont aussi du chercher dans leur ressource pour gérer l'affaire .

Et plus le temps à avancé, plus cela a été évident . Bien évidemment cela n'enlève rien au professionnalisme des britannique , mais n'oublions pas que cela a masqué les faiblesses et la diminution de puissance et capacité militaire au travers de budget réduit .

On oublie que lorsque les argentins ont envahi les Falklands ( sa a failli par être tendu quand même cette affaire)  , les anglais étaient dans une phase compliqué économiquement,  le pb de l'Irlande du Nord pesant amplement sur les forces britannique qui devaient aussi gérer la guerre Froide .

 

On parle d'adaptation des brits par rapport besoin et aux menaces et cela dans des périodes  , mais moi J'ai plutôt l'impression que cette adaptation n'est pas faite par adaptation régulière mais plutôt par un phénomène ou c'est une descente lente mais irrémédiable depuis la fin de la 2ème Guerre Mondiale. 

Alors bien évidemment , ils vont touché le fond , mais la remontée sera compliqué et longue , et cela dans un contexte qui voit un panel de menaces géostratégique , géopolitique , une mondialisation qui ne conforte pas en terme de stabilité mondiale . 

Alors bien évidemment , on a peut-être une vision qui est trop pessimiste vu de l'extérieur , on dramatise la situation  peut-être plus qu'il ne le faudrait, mais en observant cette évolution il est vrai que les signes ne sont pas positif en ce qui concerne les brits. 

Je crois que ce qui a permis de mettre en avant le malaise dans la stratégie des brits , c'est aussi avec à la politique étrangère des brits , et leur suivisme inconditionnel dans la politique étrangère des USA. 

Le pb c'est que cela a plutôt mis en avant une relation d'auxiliaire plutôt que celle d'un allié . De facto en observant les réductions des effectifs en pleine phase ou les brits étaient déployé en Irak et en Afghanistan , de facto il y avait un grand écart entre le budget , la politique et les militaires. 

Ont peut donc ce poser des questions sur le fond , celui ou la GB a toujours voulu jouer sur plusieurs tableaux , que ce soit avec les USA pour encore exister ... Avec l'Europe pour s'éviter une chute prématurée ( la periode ou elle est entrée dans l'Europe )  , pensant qu'elle pesée au vu des cadeaux qui lui ont était fait ... quand Tatcher réclamera son argent de facto cela avait  mis en avant que  de toute façon la seule optique était de trouver une solution à leur pb économique ...

La guerre en Irak n'a pas rapporté grand chose économiquement aux anglais ... Les US ont rien gagné concrètement du point de vue économique en Irak , mais la différence s'est que cette aventure ils pouvaient ce la payer .

Moi j'observe que la seule chose qui a animé les anglais, c'est une volonté économique , ayant pour résultat l'emploi de leur capacité militaire pour ce faire , sauf qu'il n'y a pas eu de retour économique ...

Alors au final , quand on observe les accord de Lancaster House ... Je me dis que cela n'est pas du pragmatisme , mais plutôt encore une tentative de ce raccrocher aux branches...

Certes ont me dira , regarder les anglais eux au moins ont une capacité avec leur aviation de transport militaire, ils peuvent même nous aider ( Sahel) .

Effectivement , mais avoir une capacité n'induit pas de cacher d'autre pb .

Dans notre affaire au Mali ou en Lybie, on a profité des capacités de l'Otan , étant membre de facto il n'y a pas de pb d'avoir profité de moyens . 

Certes il faudra que nous ayons aussi une capacité de transport aérien plus adapté , mais on ne peut pas non plus oublié que le cadre des alliances pour l'instant , on peut en profiter. 

Maintenant si on observe la GB , il y a des programmes qui n'arrivent pas tout en ayant un vieillissement des moyens. 

Alors voilà , le professionnalisme est une chose importante, néanmoins si celui-ci ne sert qu'à masquer les faiblesses, à un moment il ne pourra pas sauver la mise à la GB .

Je suis d'accord avec toi. La descente semble avoir commencée après la Seconde Guerre Mondiale, mais c'est seulement ces dernières années qu'elle a été la plus brutale. Les mauvaises nouvelles ne font que s'empiler. C'est dingue.

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 2 weeks later...

C'est clair que c'est sûrement pas ça qui va sauver l'armée britannique ! Ça va produire exactement l'effet inverse...

De plus les femmes, les gay et les musulmans c'est clairement trois genres qui s'entendent mutuellement !!! Aucuns problèmes à l'horizon !!!

Edited by Conan le Barbare
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Ils doivent avoir un mal fou à recruter ces jours-ci. L'un des corollaires de ce genre de recrutement, si tant est qu'il attire même les candidats voulus, est que, outre le fait qu'il correspond souvent à une réduction sotto voce ou de facto des critères à remplir, il s'accompagne immanquablement d'une augmentation de jobs administratifs et "de soutien" pour accommoder ainsi la "diversité" et surtout aider à couvrir le cul de l'armée en cas de litige: coaching en "sensibilité raciale/de genre", spécialistes (dont des juristes) là pour policer les unités et gérer les problèmes.... Bref, alourdir disproportionnellement le back office pour essayer d'arrondir les angles autour de ce qui restera un recrutement très minoritaire, voire anecdotique, mais qui prendra de ce fait beaucoup de place, notamment en alourdissant les procédures, intervenant plus dans les interactions quotidiennes, contrôlant un plus grand nombre de trucs considérés auparavant comme allant de soi, diminuant la dispo (plus d'heures pour des tâches et "entraînements" à la diversité/tolérance, des contentieux) et la motivation (surtout quand, dans la réalité, ce genre de truc veut dire "homme et blanc = suspect par nature").... Ca et l'inflation administrative concourt de l'accroissement des coûts des armées à efficacité égale ou inférieure, homme par homme, unité par unité. 

Il y a vraiment un point à présenter l'effet par défaut de ce genre de campagne: par opposition, beaucoup de ceux qui ne sont pas dans la cible de telles campagnes adressant le public via la catégorisation par sexe/ethnie/religion risquent d'avoir une réaction opposée, alors qu'ils constituent de loin le premier bassin de recrutement. Cibler ainsi est complètement à côté de la plaque dès le départ, et probablement contre-productif à terme (sans compter l'effet limité de campagnes de pub vidéos, à l'impact faible sur le recrutement, mais fort culturellement): comme dit dans l'article, invoquer le dépassement, la "vie pas comme les autres", l'aventure, le danger, le défi, le combat, marche encore (même si possiblement pas assez au regard des objectifs), et surtout beaucoup mieux pour ce métier particulier (et encore plus quand il s'agit d'attirer le public voulu). 

Ca sent plus comme un acte en désespoir de cause que comme une stratégie pensée..... Et/ou la volonté d'une bande de technocrates pensant pouvoir obtenir les résultats qu'ils veulent via de telles méthodes "top down" (préférence pour la pub télé, mépris du porte à porte et surtout de la remise en question de la GRH). 

 

Je me demande aussi à quoi ressemble réellement la troupe quand l'armée est dans une telle situation de déficit chronique de recrutement et de fidélisation des troupes: généralement, les meilleurs partent les premiers (démotivés, ne voyant pas d'avenir, découragé face à une lourdeur administrative accrue et des contrôles de conformité aux impératifs politiciens du temps -budgets, moeurs....), ce qui, si la situation perdure, finit par sérieusement impacter la qualité de l'encadrement et de la troupe (proportion de bras cassés, planqués, procéduriers, lèches-culs.... En augmentation dramatique) et, au global, polluer l'institution à un niveau profond. 

Edited by Tancrède
  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

18 minutes ago, Fusilier said:

@Tancrède  Il faudrait savoir en détail quels sont les postes en déficit: est-ce les unités de contact ou les soutiens. 

Et de la même façon, quel est le turnover, pour savoir si l'âge/expérience moyens en unité (surtout des sous-offs et officiers "de contact") diminue ou non. C'est un lourd indicateur qualitatif. 

Edited by Tancrède
Link to comment
Share on other sites

@Fusilier

@Tancrède

Il y a un élément à aussi prendre en compte , le concept de recrutement régional qui reste de mise. 

Cela a de facto aussi un effet  entre évolution sociétale dans les régions et le système communautaire des villes de ses régions , peut-être beaucoup moins pesant je dirais au sein de la RAF ou de la Royal Navy qui ont beaucoup plus de postes à spécialistes spécifique et pas disons une tradition de type recrutement régional mais national , mais pour le peut que j'observe , on est loin de voir une diversité dans la Royal Navy ou la RAF.  

Personnellement J'ai toujours observé et pensé que le coup du Sikh mis en avant , que ce soit dans la police ou l'armée britannique , idem pour la mise en avant du premier officier de couleur dans un des bataillons de la Garde était assez étrange . Cela semblé être un " cache sexe " d'une réalité, la difficulté à recruter dans des communautés .

Dans un contexte régional , je pense que le système communautaire doit être encore plus "imperméable " en étant implanté dans les villes de ses régions. 

Une chose à prendre en compte , et qu'avait mis en avant l'acteur anglais Mickaël Caine qui lui avait connu le service militaire , servant aussi en Corée, le principe du service militaire qui manquait et aurait pas mal aidé la jeunesse en GB .

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Michael_Caine

Si on observe la chose, la ou en France le service militaire avait vu les jeunes issu de l'immigration faire le service militaire ( années 80 et 90 ) , en GB les jeunes issu de l'immigration dans la même période ne faisait pas leur service militaire .

De facto il n'y a jamais eu la même perméabilité dans le temps avec des ponts qui liés au travers d'une histoire commune au travers d'une obligation , le service militaire .

La professionnalisation chez les britanniques est revenu très tôt alors qu'en France il n'y a pas eu cette évolution et ce choix , mais tout en ayant comme en France une immigration issu de la décolonisation . La différence est sûrement aussi du au divers métier qu'à eu cette immigration, avec D'un côté en France une immigration employée dans le bâtiment ou les grandes usines, alors qu'en GB cette immigration était axé sur les petits commerces et boutique  , la restauration et les métiers de service. 

De facto l'approche sociologique montre que nombre de facteurs ont poussé à voir des communautés en GB être encore moins perméable au fait de servir dans les armées britanniques, qui plus est en ayant pas eu le service militaire comme facteur pouvant influer les choses. 

Idem , le facteur de la population des campagnes qui a aussi vu une bascule de population jeune en direction des villes de divers tailles , selon le travail disponible .

Dans les années 70/80 , l'armée britannique n'avait aucun mal à recruter au vu du chômage de masse , qui touchait surtout la population " blanche" qui travaillait dans les mines ou les grandes industries . 

Mais il faut aussi prendre en compte que cela a touché plusieurs générations de britanniques , les années 90 étant pour moi la phase d'une évolution sociétale au niveau du travail en faisant le deuil du passé ,  et donc des mentalités , cette phase ne ce faisant pas sans douleur , vu le régime sec .

Donc l'émergence d'une génération qui vit à travers les nouveaux métiers et le net , et plus les mêmes capacité à vouloir risquer la mort ou finir infirme , entre communication et images sur le net , la perception n'est plus la même  .

De plus il faut reprendre l'effet des gens qui avaient intégré les forces armées brits , la quittant après un seul contrat et qui ont sûrement était aussi un facteur au niveau négatif , au travers des liens sociaux sur le net, mais aussi classique de bouche à oreille facilité par le fait du recrutement régional, on reste dans la proximité du cercle d'amis .

En plus le côté isolé géographique du fait d'être sur une île "rassure" .

Désolé pour mon message bordélique, j'espère que vous arriverez à comprendre le fond de mon message .

Enfin cela ce greffe sur les pb que tu mets en avant Tancrède, une baisse de l'attractivité du métier de soldat en GB .

 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

57 minutes ago, Gibbs le Cajun said:

Enfin cela ce greffe sur les pb que tu mets en avant Tancrède, une baisse de l'attractivité du métier de soldat en GB .

Oui, mais j'étais moins sur les facteurs "mode de vie moderne" que sur ceux de la baisse d'attractivité par la faute des forces elles-mêmes: mauvaise stratégie de GRH et de com (débouchant, anecdotiquement, sur des spots superficiels et mal ciblés, la partie la plus visible du phénomène), problèmes multiples et multicouches dans le recrutement, la gestion des carrières et de l'activité, et la fidélisation, nouvelles modes de gestion des personnels (selon la "diversité", avec multiplication de nouveaux types de "soutien" et management des spécificités, plus cette idée d'armée plus "soft").... A eux seuls, ces facteurs "auto-générés" posent problème. Ensuite vient ce faux exutoire de la "diversité" s'attaquant aux mauvaises cibles (les groupes ethniques/religieux et les femmes, soit une mauvaise segmentation des bassins de recrutement) de la mauvaise manière, avec un fort probable impact sur ce qui reste encore le pool principal (hommes, surtout blancs). 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

@Tancrède

Je suis tout à fait d'accord sur ton constat . 

Quand j'observe tout ces problèmes que tu met en avant , cela me rappel aussi le pb qui a été soulevé avec les Gurkhas , ou leur statut ( évolutions des avantages sociaux etc ... )  à était réformé suite à une grosse campagne de soutien , mais qui a sûrement aussi eu un effet contraire , le gvt ayant opéré une réduction des effectifs au travers en apparence d'une réorganisation . On a vu un nombre d'ex Gurkhas rejoindre la Légion étrangère entre autre .Idem au niveau des boîtes de sécurité privées brits , qui aussi ont recruter large et pas uniquement des Gurkhas. Bon je ne rentre pas dans le détail mais j'ais un poto français qui a travaillé ( dans des pays très dangereux qui ont fait la une depuis les années 2000 )  pour une de ces boîtes de sécurité  privées britannique. 

Je pense qu'il y a aussi un effet appel d'air en direction de la sécurité privée en GB , et cela avec des salaires attractif avec quand même des salaires variable pour certaine boîtes qui ont misé sur le recrutement d'ex Gurkhas , à salaire moindre mais qui reste attractif pour ces népalais  après un temps de service dans l'armée britannique .

Je pense que l'effet d'un gain rapide est aussi ce qui a sûrement attiré du monde même si bien évidemment il n'y a pas eu non plus un truc de masse .

Je pense que les boîtes privées britannique ont attiré nombre de Corporal ancien ( du caporal-chef chef de groupe ) ,  sous-off . Entre le phénomène de faire de l'argent rapidement , l'effet de mise en avant du professionnalisme sans être dans un cadre militaire ( une piste à étudier je pense ) , avec pour certains le besoin de peser le coût des risques à prendre au travers de leur valeurs et expérience , le côté mission court terme étant disons plus concret sans que pèse le côté mission sans fin dans des guerres qui ne ce gagne pas , et qui ne font que s'étaler dans le temps .

Cela pourrait aussi ce comparer avec les phases des guerres issu de la décolonisation , qui a vu aussi un nombre d'anciens militaires devenir des mercenaires ou l'argent n'étaient pas forcément la priorité même si ils étaient en fond  . Mais eux n'avaient pas forcément le confort et les salaires des boîtes privées actuelles et qui ont eu une opportunité en profitant de la privatisation de certaines missions , et cela en étant protéger par un statut  et des législations souple et qui ne tombe pas dans le cadre du mercenariat , chose aisée en GB ou aux USA et du cadre international .

Quand on parle de contractor, ont doit aussi pensé que dans le domaine la logistique voit aussi une privatisation dans certaines opérations qui ce sont installé dans la durée. 

Ce phénomène n'est peut-être pas le vecteur majeur de la baisse de recrutement, mais il a du peser dans cette période entre 2003 et aujourd'hui en observant les effets d'aspiration de capo/chef et sous off optant pour un job de ce type . On a peut-être aussi eu une gestion de la RH qui a sous estimé un besoin chez des personnels ayant cumulé de l'expérience et ayant connu le combat. La juste valeur n'étant pas forcément de mise dans cette réduction d'effectif ayant sûrement pesé sur les esprits , l'effet de ne pas être certains d'avoir un cursus sécurisant au vu de la réduction des effectifs à peut-être aussi poussé des gens expérimenté à ce poser des questions sur leur avenir incertain dans l'institution. 

Le système des boîtes privées de securités étant largement serein  au vu des lois en GB , de facto le recrutement avec le respect dans les termes du contrat ont amené dans cette période d'incertitude de carrière  et de guerres sans fin , cela fut donc une nouvelle opportunité pour des personnels d'expérience ballotté par le contexte que je mets en avant. 

Enfin voilà en vrac mon sentiment sur ce point qui n'a certes pas été l'élément principal mais je pense un des facteurs de cette situation actuelle , rejoignant les pb que tu expliques très bien en ce qui concerne la gestion des brits .

De facto on a l'impression que les britanniques ont aussi peut-être aussi trop mis en avant le professionnalisme comme valeur , pensant que le facteur tradition régimentaire enraciné et sentiment "patriotique" optique britannique ce ferait naturellement en terme de fidélisation .

Le pb c'est que ce sentiment de fierté britannique et donc de professionnalisme avec au fond les deux ne faisant plus qu'un , la perception de mise en avant ayant peut-etre aussi été  le facteur de cette fusion et image de soldat britannique = professionnalisme .Oui il y a un professionnalisme chez les britanniques, mais est-ce que cela ne c'est pas trop fusionné  ? 

Cela a été disons aussi un truc assez vendeur pour les boîtes brits de sécurité privées et de consulting en direction des clients étranger .

Enfin voilà en vrac un aperçu D'un des éléments à ce type de pb , certe pas le principal mais quand même existant. 

 

Link to comment
Share on other sites

J'ai pour ma part une vague impression que beaucoup de dirigeants en occident, peut-être est-ce même l'air qu'ils respirent tous à divers degrés, ne se privent pas de tout faire et/ou favoriser pour diminuer le sentiment national, tout ce qui fait le lien social/spirituel immatériel d'un pays constitué (et qui ne coûte pas grand-chose, juste un peu d'entretien via l'éducation et quelques institutions qui de toute façon doivent exister... Comme l'armée), au nom de veaux d'or culturels comme l'UE ou la disparition des frontières et la "tolérance" universelle (en fait un truc très superficiel), mais s'étonnent ensuite de constater les effets de cette "modernité" qu'ils prônent. Le patriotisme a un coût/prix, qui est un certain degré d'exclusivisme (si on veut qu'appartenir au club ait de la valeur, faut bien qu'il y ait des avantages nets et visibles à y appartenir, qu'on ne partage pas, ou pas aisément) qui, dans une certaine proportion (à surveiller), créera un niveau ou un autre de chauvinisme, voire d'extrêmisme dans certains cas. Mais là, on a surtout des dirigeants, à droite et à gauche, dans tout le monde occidental, qui s'étonnent entre autres choses d'avoir peu de volontaires pour les armées ou les forces de police, et qui pensent pouvoir obtenir par une surdépense de recrutement (nulle part aussi peu utile que dans des campagnes de pub, aussi cool ou lamentables qu'elles puissent parfois être) ce qui s'obtenait il y a encore pas si longtemps gratuitement ou avec beaucoup moins d'efforts. Essayer de titiller la fibre patriotique aujourd'hui devient très dur, très cher, et de faible rendement.... Surtout quand tout dans les politiques menées (au delà d'incantations creuses et de quelques gestes superficiels) indique que la chose n'est aucunement valorisée, voire souvent condamnable et/ou suspecte, ou pire encore, implique que l'effort et le risque sont pour des prunes. 

  • Like 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

@Tancrède

Au fond le problème des britanniques est aussi celui d'autres pays comme la France , le recrutement ne visant plus des catégories classique ayant toujours était la masse , mais misant plus large au travers de pubs même si elles restent différente avec celles des britannique  . 

Ce recrutement perd donc une partie de la population classique traditionnelle , et implique donc un turn over trop rapide en ayant ratissé large ne permettant plus de garder une masse critique en termes de soldats d'expérience nécessaire à la pérennité de la colonne vertébrale , et cela avec la fragilisation des vertèbres qui sont representé par les gradés et petit gradé anciens des échelons inférieur .

Un exemple que J'ai observé c'est la place amoindrie du grade de caporal-chef , du caporal au travers de la perte de son rôle principal en terme de responsabilité mis en avant par le passé au travers de l'ancienneté et donc de l'expérience. A la rigueur pour ceux qui veulent continuer seul un rôle limité à celui du super GV , pilote d'engins etc ... peut-être la seule marge .

On ne mise plus sur cette catégorie dans la durée, mais on préfère un turn over plus important , l'option rapide de passage au rang des sous-officiers devenant la seule perspective pour aller plus loin , avec pour résultat des sergents qui ne seront pas au final dans la mesure d'aller loin dans une carrière de sous-officier , un sergent rang n'ayant pas de marge pour allez plus loin .

En fait l'impression que J'ai c'est celle de voir un décalage , Mdr devant passé par le rang sous-off en complément des sous/off sortant directement d'école, idem pour les sous/off rang qui compléteront les sous off direct vers l'école des officiers,  et ces officiers rang venant compléter les officiers d'école. 

Donc cela montre que le décalage comble à divers étages hiérarchique  mais qu'il a au final effacer l'effet du rôle des petits gradés , qui avaient un rôle bien spécifique au travers de leurs expériences et ancienneté .

De facto cela implique un turn over trop importanr chez les Mdr qui ne permet plus d'avoir une fidélisation appelé à durée . Un capo-chef chef de groupe ne doit plus être courant de nos jours, et le caporal ne doit plus être un chef d'équipe de manière concrète. 

Bon la je met en avant le cas français , avec une impression et peut-être un regard biaisé sur la réalité .Mais je n'ais plus l'impression que le rôle du caporal et du caporal chef soit celui qu'il avait été par le passé . 

Est-ce qu'un groupe de combat voit des personnels faire parti "des murs" aussi longtemps que par le passé ? 

Les sections ne ce retrouvent elle pas souvent réorganisé avec des bascules de personnels entre groupes et parfois vers d'autres compagnies dans le cadre d'un départ sur une opex sérieuse . Cela n'est peut-être pas le cas tout le temps , mais la constitution de GTIA avec des personnels voient aussi au retour le "cassage" des groupes par crainte de voir un phénomène de vétérans trop important au sein des compagnie projeté , résultant une bascule de personnels dans les compagnies n'étant pas parti . Certes ont pensent éviter un groupement de vétérans qui seraient perçu comme peut-être ingérable , et qu'il faut au final dispatcher ces vétérans afin de fournir de l'expérience aux jeunes .

 De facto on casse une certaine émulation , poussant les bons à partir après le premier contrat , l'expérience ne pouvant que ce tarir .

Je m'éloigne du sujet peut-être mais bon ce facteur a peut-être était aussi un facteur chez les brits. Avec la réduction des opérations , qui il faut le rappeler fut assez dense pour les britanniques entre l'Irak et l'Afghanistan , la bascule sur un turn over beaucoup plus calme à peut-être aussi pesé sur les esprits , certains en étant usé par ce rythme optant pour la fin d'une carrière, d'autres vivant très mal ce retour au calme dans les opex , le retour à beaucoup d'instruction même perfectionnée n'offre plus forcément un leitmotiv important . Pour certains jeunes qui ce sont engagé au moment du désengagement en Afghanistan , l'effet d'avoir raté la mission , et une perspective de ne pas voir une opex avec du combat comme finalité , mais juste des opex classique , en mode over sea au Kenya ou au fin fond des pays-baltes , cela disons à peut-être pesé et n'aboutissant que sur un seul contrat .

Il me semble avoir lu que l'on voulait sur un des grands camps d'entrainement en GB installé des unités de combat en garnison permanente , est-ce que cela n'a pas disons aussi refroidi à l'idée de devoir vivre sur un camps isolé , juste survolé par les corbeaux qui volent sur le dos pour ne pas voir la misère en bas .

De plus la montée en puissance des unités de réserve à aussi à mon avis peut-être pesé , pour certains moins d'inconvénients, mais avec quand même la possibilité d'être projeté sur une vraie opex , enfin si un jour elle ce pointe , pour d'autres réservistes c'est assurer un salaire en + tout en étant soldat à mi temps , la projection n'étant pas obligatoire de facto on n'a pas la même obligation qu'un gars de l'active , le fond étant celui de servir le pays en mode défense territoriale de l'intégrité du pays même si le risque est quasiment nul question menace .

 

Enfin voilà d'autres pistes qui je pense doivent aussi être creusée je pense pour analyser le sujet .

 

 

 

 

 

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Bonjour Gibbs

 

Je suis globalement d'accord avec ton analyse même si je pense que tu oublies un élément important : la cellule familiale.

C'est de moins en moins dans l'air du temps d'accepter, en étant femme ou mari de militaire, de passer plusieurs mois en "célibataire", de déménager régulièrement au gré des affectations, d'avoir presque à 100 % la charge de la gestion du ménage du fait des horaires très "flexibles" des militaires, etc...

Assez souvent, le jeune ou la jeune engagé(e) signe son 1er contrat en étant célibataire. Puis il construit une relation et fonde un foyer et... ne renouvelle pas son contrat.

 

En revanche, je ne suis pas d'accord avec ta dernière phrase :

Le 12/01/2018 à 04:45, Gibbs le Cajun a dit :

(...) pour d'autres réservistes c'est assurer un salaire en + tout en étant soldat à mi temps , la projection n'étant pas obligatoire de facto on n'a pas la même obligation qu'un gars de l'active , le fond étant celui de servir le pays en mode défense territoriale de l'intégrité du pays même si le risque est quasiment nul question menace . (...)

Quand j'étais officier de réserve dans les années 90, j'étais affecté en RIAD (Régiment Inter Armes de Défense) et on était censé pouvoir défendre le territoire face aux colonnes blindées avec des 106SR, des FSA et des MAT ! Autrement dit : au mieux, on ne servait à rien, au pire : on aurait pu servir de caution à une destruction des infrastructures par l'ENI puisqu'un "menace" (nous :biggrin:) pouvait s'y retrancher. La seule unité un peu utile du régiment était celle que je commandais : la CRI (Compagnie de Recherche et d'Intervention) avec ses 3 sections à 8 jeeps armées de 12,7, AA52 et LRAC (89 qd même, faut pas pousser)

Avec sa haute mobilité, nous avions un rôle de recherche et de contrôle de zone en cas d'infiltration terroriste (déjà !) même si nos "terroristes" ressemblaient plus à des spetnaz qu'aux décérébrés actuels à qui nous sommes confrontés.

Aujourd'hui, dans le cadre de la participation à Sentinelle, je trouve que le rôle de la réserve est nettement plus utile et pertinent dans la défense du territoire que ne l'était le nôtre. Si je ne me trompe pas, c'est d'ailleurs un réserviste qui a abattu le terroriste qui a poignardé 2 femmes en gare de Lyon.

 

@+

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

17 minutes ago, Kiriyama said:

Pourquoi ne pas confier Sentinelle à des seuls réservistes et garder les professionnels pour de vraies opérations militaires ?

Pour pas que les réservistes se barrent tellement c'est une mission réalisé dans des conditions pourries.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Citation

Si ce plan était mis en œuvre, selon le chef du Joint Forces Command, le général Sir Richard Barrons, la Grande-Bretagne en arriverait à ressembler à "une Belgique avec des armes nucléaires".

Ça a le mérite d'être clair.

On voit aussi le choix qui s'impose de plus en plus : sacrifier du volume pour payer les programmes d'équipement. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Kiriyama a dit :

Ça a le mérite d'être clair.

On voit aussi le choix qui s'impose de plus en plus : sacrifier du volume pour payer les programmes d'équipement. 

Ou changer de méthode de financement, la France a traversé la même passe récemment mais a était capable de faire remonter en puissance sa force opérationnelle terrestre et grâce à une méthode novatrice on pourra si tout ce passe bien porter le budget à 2.65% du PIB. Tout est une question de volonté et le Royaume-Uni devrait aussi revoir ça doctrine d'équipement là il y aurait des économies à faire.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,963
    Total Members
    1,749
    Most Online
    krach
    Newest Member
    krach
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...