fahrenheit

Missile héliporté

Recommended Posts

lol,j'imagine bien

Mais comment resiste-il? Les flammes de la propulsion ne l'endommagent pas?

en tout quelques milliers de mètres de fil dans un missile... surprenant

Je ne sais pas exactement (me souviens plus) mais on peut supposer que le fil est enroulé non pas dans le missile mais dans le support et que la première partie du fil est ignifugé

Un peu de technique

http://www.army-technology.com/projects/hot/hot5.html

http://www.army-technology.com/projects/hot/

http://www.army-technology.com/projects/milan/

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.aviationweek.com/aw/generic/story_channel.jsp?channel=defense&id=news/JAGM022709.xml

Lockheed Outlines Test Plans For JAGM Bid

Image IPB

Lockheed Martin is planning a series of three flight-tests next year of its entrant into the U.S. Army's Joint Air-to-Ground Missile (JAGM) design competition.

These three test vehicles and three spares are being manufactured now, says Frank St. John, director of the company's JAGM program, which is managed by the company's Missiles and Fire Control unit here.

JAGM is to be a 100-pound class small weapon designed for use against small moving or fixed targets by rotary-wing and fixed-wing aircraft. It will replace the Maverick, Hellfire, Hellfire Longbow variant and TOW weapons now in use by the Army and Navy and will be required to engage and destroy tanks, armored personnel carriers and fast boats, among other targets.

Lockheed Martin, the incumbent winner of JAGM's ancestor program, the Joint Common Missile (which was terminated during a budget drill), is taking on a team of Raytheon and Boeing. The two teams received competing technology development contracts worth about $120 million last fall.

St. John says by the time of the downselect in January 2011, Lockheed will have built nearly 50 tri-mode seekers, which are considered to be the most technologically complex element of the system. These units have been developed under the JAGM program as well as earlier technology contracts with the research labs.

Also, Lockheed is teamed with Boeing, its JAGM rival, on a bid for the U.S. Air Force Small Diameter Bomb (SDB) II, a 250-pound weapon designed to hit moving targets in all sorts of weather. Lockheed is providing the seeker for the SDB II bid, with Raytheon the sole competitor against the pair. A downselect is expected on that program this fall.

JAGM, with a 7-inch diameter, however, requires a smaller seeker head than SDB II.

St. John says Lockheed has already acquired experience developing each of the three modes separately, with the Longbow using millimeter-wave radar, the Hellfire using a semi-active laser and passive imaging infrared on Maverick, St. John says. He says that experience will allow the company to integrate the three at low cost, though he declined to give the price of the proposed JAGM system.

Already 14 sensors have been built under the JCM program by Lockheed. Another seven have been built for the SDB II risk reduction, he says. The team is using about 120,000 lines of software that were developed under JCM prior to its termination.

The warhead, at roughly 20 pounds, will have two kill mechanisms - blast fragmentation for targets such as trucks, boats or buildings, and a shaped charge for armored targets like tanks.

Preliminary design review is set for the middle of 2010. Platforms expected to carry the system include the AH-64 Apache family of helicopters, AH-1Z Super Cobra, SH-60 Seahawk, and the F/A-18 E/F Super Hornet.


Il s'agit du futur missile héliporté JAGM, Joint Air Ground Missile, pour lequel Lockheed concourt. Le missile de LM va faire des test bientôt. Il s'agit d'un missile de 100 livres, utilisable contre de petites cibles, fixes ou en mouvement, et pouvant etre tiré d'un hélicoptère ou d'un avion. Il doit remplacer a la fois les Maverick, Hellfire, Lonbgbow Hellfire, ain,si que les TOW actuellement en service. Il doit permettre de détruire les MBT, APC et petits bateaux entre autres.

LM a presque fini de construire son auto directeur tri-mode, la partie la plus complexe du JAGM. Il s'agit dintégrer a la fois, un imageur IR, un  écartométre laser, et un autodirecteur radar millimétrique. Le tout doit tenir dans un missile d'un diametre de 7 pouces comme les actuels hellfire.

La charge millitaire sera d'environ 20 livres, de deux types. HE Fragmentation pour les objectif mou et les structures, et charge creuse contre les blindés.

Le missile est destiné a la flotte d'helicos US, Apache, Cobra, SH60 ainsi qu'aux F18.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Remplacer un Maverick par ça?  :rolleyes:

C'est comme si on équipait nos Leclercs d'un 40mm CTA Idem pour les TOW, mais là c'est l'inverse, on est dans l'overkill.

On a une gamme de missiles dont les charges et les portées sont complètement différentes et ils veulent unifier le tout? C'est assez ridicule. On ne demande pas à un TOW de faire le boulot d'un Mav' et vice versa, l'un à presque 60kg de charge militaire l'autre dix fois moins et en terme de portée on passe du simple au décuple.

donc à part faire un Hellfire avec trois modes de guidage donc plus cher je ne vois pas l'intérêt. (oui logistique simplifiée mais là c'est simpliste, plus simple)

Share this post


Link to post
Share on other sites

celui-ci fait aussi partie de la bande :

Delilah 1

Image IPB

Delilah 1 is an air-launched stand-off and cruise missile, with a turbo jet engine that allows the ability to loiter in order to enable it to target well-hidden threats, as well as attack moving targets, making it ideal in destroying SAM threats. It has a range of 150 km (90 mi.), and can destroy targets both on sea and on land. An autopilot onboard as well as an INS/GPS navigation system allows the missile to perform its mission autonomously; a data link enables intervention and target validation. The missile can be fitted with a variety of warheads and can be fitted to most aircraft.

It can be fired from aircraft, helicopter, or ground launcher. Its compact dimensions allow it to be carried by Sikorsky UH-60A helicopter and the SH-60B helicopter. It carries a small but effective warhead to allow it to destroy the target but minimize collateral damage.

This missile was first used in combat by Israel over Lebanon on July and August 2006, launched by an F-16D fighter aircraft.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Tigre pourrait il emporter un "mini" missile de croisiere? Pour quelle efficacité?

G4lly pensait que c'est possible pour le tigre vu qu'il ne pèse que 180 kg environ

Pou quelle efficacité ?

Il faut demander aux allemands qui sont à l'origine de la version HL (helicopter Launched)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et pourquoi faire? Je veux bien que ce soit novateur de lancer des missiles de croisière via hélo mais dans quel but?

une charge toute riquiqui (30kg c'est même pas la charge d'un Maverick) avec la précision d'une centrale interielle/guidage GPS c'est tirer un plomb .223 de carabine à 500m sans lunette de visée. Ca arrivera, plus ou moins dans la zone cible mais la précision combinée aux dommages feront que la dite cible a de bonnes chances de s'en tirer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et pourquoi faire? Je veux bien que ce soit novateur de lancer des missiles de croisière via hélo mais dans quel but?

une charge toute riquiqui (30kg c'est même pas la charge d'un Maverick) avec la précision d'une centrale interielle/guidage GPS c'est tirer un plomb .223 de carabine à 500m sans lunette de visée. Ca arrivera, plus ou moins dans la zone cible mais la précision combinée aux dommages feront que la dite cible a de bonnes chances de s'en tirer.

Tu es un chouilla conservateur mon bon Berkut.

Missile de croisiere est un terme générique pour un missile ayant une trajectoire propulsé du meme genre qu'un avion.

La convergence a laquelle on assiste actuellement fait que tout cde qui est propulsé "longuement" et guidé tend a devenir des missiles de croisiere avec juste des différence de masse.

Le Delilah a une portée de +150km ... un uplink/downlink un guidage GPS/INS ... et un autodirecteur IIR :) En pratique on a un "gros" drone kamikaze ... ou un missile de croisiere léger piloté ou tout autre nom qu'on voudra bien lui donner. En pratique il permet de toucher métriquement un cible se déplacant a 50km/h.

Il se trouve que ce type de missile bon a tout se généralise, autant dans les sous marin, les navire de surface, vehicule terrestre, helo, et jet.

On a la gamme 50kg avec les successeur des hellfire version Netfire ou JAGM. On a les Spike-ER dans les 30kg. Et par le haut version helo et jet, des chose comme Delilah.

Ca permet d'avoir une capacité frappe de précision métrique a plusieurs centaine de kilometre... tout en se dispensant de piste d'aviation ou de porte aéronef pour jet. Pour une frappe cotiere ... l'helo peut faire 110nm ... le missile fait les 110 restant ... contre des cible de valeur moyenne c'est super pratique. Pour ce genre de cible hors jet nous on a rien. Par d'air sol léger pas d'air mer léger ... juste des tigre avec des panier a rocket et un 30mm.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu es un chouilla conservateur mon bon Berkut.

Missile de croisiere est un terme générique pour un missile ayant une trajectoire propulsé du meme genre qu'un avion.

La convergence a laquelle on assiste actuellement fait que tout cde qui est propulsé "longuement" et guidé tend a devenir des missiles de croisiere avec juste des différence de masse.

Le Delilah a une portée de +150km ... un uplink/downlink un guidage GPS/INS ... et un autodirecteur IIR :) En pratique on a un "gros" drone kamikaze ... ou un missile de croisiere léger piloté ou tout autre nom qu'on voudra bien lui donner. En pratique il permet de toucher métriquement un cible se déplacant a 50km/h.

Il se trouve que ce type de missile bon a tout se généralise, autant dans les sous marin, les navire de surface, vehicule terrestre, helo, et jet.

On a la gamme 50kg avec les successeur des hellfire version Netfire ou JAGM. On a les Spike-ER dans les 30kg. Et par le haut version helo et jet, des chose comme Delilah.

Ca permet d'avoir une capacité frappe de précision métrique a plusieurs centaine de kilometre... tout en se dispensant de piste d'aviation ou de porte aéronef pour jet. Pour une frappe cotiere ... l'helo peut faire 110nm ... le missile fait les 110 restant ... contre des cible de valeur moyenne c'est super pratique. Pour ce genre de cible hors jet nous on a rien. Par d'air sol léger pas d'air mer léger ... juste des tigre avec des panier a rocket et un 30mm.

C'est peut-être pour cela que c'est d'une demande issue de la Marine Allemande que provient cette version Helicopter Launched du Delilah :

à un moment où avec les frégates de Surveillance F-125 prévues pour rester de longs mois sur zone (avec une relève de l'équipage via Hélos) et peut-être leur futur LHD, l'Allemagne imaginerait d'investir dans des missions sur la zone littorale, mais sans franchir le pas d'un GAN.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, je suis conservateur dans le sens que tout ne peut pas tout faire. Le hélo c'est juste un moyen de payer moins pour le largage d'un missile. Bientôt on déposera des camionnettes "un coup" pour faire moins cher.

Quel est l'avantage de tirer un micro missile de croisière (vu que c'est un demi maverick avec portée étendue) à partir d'un hélicoptère?

zone d'impact limitée? Comme si on s'en souciait vraiment.

prix du missile? Petit mais combinant cinquante modes de guidage et une électronique hors de prix je ne pense pas qu'il soit vraiment plus économique.

En quoi par exemple est il plus efficace qu'un Exocet BlockIII ou un harpoon?

Share this post


Link to post
Share on other sites

En quoi par exemple est il plus efficace qu'un Exocet BlockIII ou un harpoon?

Tu le fais expres ?!!!

Il dispose d'une communication bidirectionnelle ... d'une caméra IR ... et est télécommandable. Donc précision métrique, suivi de cible quelques soit le contexte - mer terre air etc. -, man in the loop ... et tout le tralala.

C'est un drone déguisé en missile si tu préfere, l'inverse ...

Pour ce boulot nous on a des jet, embarqué ou pas, et des AASM IIR avec une portée de 15 a 50km. Eux ils ont en plus des hélicos avec des Delilah et une portée de 200km, une liaison bidi, le man in the loop, la vidéo et le loitering.

Accessoirement les MdC genre Delilah peuvent éxonérer d'un petit UCAV, ils en ont l'essentiel des capacité.

D'ailleurs les NSM et autre SLAM-ER vont avoir la meme convergence, en plus gros ... avec un guidage IIR, com bidi, man in the loop etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'avais pas fait gaffe qu'il pouvait être guidé via un clampin. Un drone missile en somme.

A voir le ratio coût de l'engin par rapport à un missile classique nombre à caler au but par rapport à un missile classique, avec les coûts horaire des diverses plateformes engagées.

30kg ça reste quand petit je trouve comme charge...

L'avantage est qu'il donne une sacrée allonge à un hélicoptère. D'ailleurs, qui pilote le drone, un des membres d'équipage ou un équipage dédié dans une unité ailleurs?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et maintenant à la demande de cette auguste assemblée le missile intermédiaire entre le Delilah et le Hellfire :

L'ANL : Anti Navire Léger :

"Image IPB

http://www.meretmarine.com/lienobjet.cfm?mer_objet_lien_id=10897&id=105670

04/10/2007

Terrorisme, piraterie, trafics en tous genres, acquisition de petites unités navales par des états peu fréquentables... Les grandes marines constatent une militarisation croissante des mers, où 90% du commerce mondial transite. Même les trafiquants et autres pirates sont de mieux en mieux armés : « Désormais, on peut trouver des missiles Stinger sur de petites vedettes», explique un militaire. Dans ces conditions, les hélicoptères, chargés de contrôler et d'arraisonner les embarcations rapides, peuvent être confrontés à une sérieuse menace. Les Panther, qui équipent notamment les frégates du type La Fayette, Floréal ou Cassard, bénéficient d'un programme de modernisation, notamment au niveau de leur vision de nuit. Leur armement reste en revanche des plus légers, l'armée française n'ayant jamais opté pour l'AS-15, dont sont dotés les hélicoptères Dauphin et Panther vendus en Arabie Saoudite et Emirats Arabes Unis. Face à la multiplication des risques, les marins souhaitent qu'un missile antinavire léger soit rapidement acquis : « C'est un besoin et un manque. L'ANL est essentiel car c'est un outil particulièrement adapté aux nouvelles menaces auxquelles nous pouvons être confrontés, brutalement, chaque jour », explique un officier.

Peu et onéreux et adapté aux menaces asymétriques

Destiné à mettre hors de combat une petite embarcation, du type vedette rapide, l'Anti Navire Léger s'adapterait parfaitement à la montée en puissance des menaces asymétriques. Il n'a, en revanche, pas vocation à remplacer l'Exocet, dont sont dotés les gros bâtiments de surface, avions de combat et sous-marins de la Marine nationale : « L'Exocet est un missile lourd que l'on utilisera contre une cible de fort tonnage, comme un navire de premier rang. Au-delà de 1000 à 2000 tonnes, l'ANL serait moins efficace », souligne un marin.

Complémentaire, le missile anti-navire léger aurait la portée nécessaire pour garantir la sécurité de l'hélicoptère vis-à-vis des moyens d'autodéfense des embarcations engagées, soit quelques dizaines de kilometres, contre 180 km pour la dernière version de l'Exocet, le MM40 Block3 (dont la mise en service est prévue en France avec les frégates Horizon). L'ANL est enfin pensé comme une arme financièrement abordable. Depuis le début des réflexions sur le projet, les militaires français fixent, en effet, un objectif de coût unitaire faible pour un armement de cette catégorie. La facture finale dépendra cependant du degré de sophistication retenu et des éventuels gains réalisés au travers d'une coopération internationale.

Coopération avec les Britanniques

La Royal Navy dispose déjà d'une arme de ce type, le Sea Skua. Mis en oeuvre sur les hélicoptères Lynx, cet engin conçu à l'origine par British Aerospace Dynamics, intégré maintenant au sein de MBDA, mesure 2,5 mètres de long (contre 4,7 pour l'Exocet AM39) et présente une portée de 15 kilomètres(25 km dit Wikipedia ou Defense-Update qui mentionne une portée doublée par rapport au Sea Skua soit 30 à 50 km). Développé dans les années 70, il fut utilisé avec succès durant le conflit des Malouines et pendant la guerre du Golfe. Vieillissant, le Sea Skua doit être remplacé à l'horizon 2012 par un nouvel engin, le Future Anti Ship Guided Weapon (FASGW). Ce projet du Ministère de la défense britannique, s'il est lancé, donnera naissance au Sea Skua Mk2. Les besoins étant très proches, c'est donc naturellement que Français et Britanniques envisagent une coopération. Capable de mettre hors de combat des navires de surface jusqu'à la taille d'une corvette, le missile commun disposerait aussi d'une capacité contre des cibles terrestres. Côté technologie, les Français souhaitent « quelque chose de simple d'emploi, avec possibilité de conserver l'homme dans la boucle pour éviter les dégâts collatéraux et permettre l'annulation de la mission ». De leur côté, les Britanniques ne seraient pas opposé à un système de guidage plus élaboré.

Logique interarmées

Une coopération entre les deux pays permettrait de mutualiser les coûts et donc de réduire le budget de ce système d'arme dont l'acquisition est jugée « prioritaire » par un haut gradé. En dehors de l'aspect purement naval du projet, certaines des technologies du missile commun pourraient également intéresser les armées de Terre européennes. Ces dernières étudient notamment l'évolution de la capacité d'appui/destruction de leurs hélicoptères d'attaques. Il serait alors industriellement possible de développer une famille de missiles capable de répondre aux besoins des différentes forces, par exemple en reprenant les mêmes autodirecteurs et liaisons de données. Cette option réduirait d'autant le budget nécessaire aux études et permettrait de disposer d'un parc de missiles relativement homogène. Pour la Marine nationale, l'ANL équiperait les Panther et les futurs NH90."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un Lynx, enfin, Rha lovely...

Sea Skua, Penguin, AS 15TT,... ils sont tous bons mais ils necessitent chacun un radar particulier. Or, aujourd'hui, les Lynxs ( ORB 31) et les Panthers (ORB 32) ont déja des radars plutot anciens, et toute modification entrainerait un chantier cellule important. Au moins, avec l'AS 12 filoguidé et piloté par le pilote de gauche à travers une lunette gyrostabilisée, il n'y avait pas de contrainte de materiel, mais, la précision était aléatoire

Ne pas oublier qu'un hélico, c'est soit de l'armement soit du Kéro, et que certaines contraintes de centrage limitent les emports en armement ( séquence de tir automatique sur AS 15 TT pour conserver le centrage dans les normes par exemple).

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Take off for LFK NG and IRIS-T

Thursday, 19 June, 2008

In partnership with MBDA Deutschland/LFK, Diehl BGT is developing an new generation surface-to-air missile for the German Army. Lenkflugkörper Neue Generation (LFK NG) will take over the short-range coverage of up to 10km in the System Flugabwehr (SysFla) ground-based air defence network. It will protect fixed installations such as camps and airfields, as well as provide escort protection for mobile forces.

LFK NG is a lightweight missile with an advanced imaging and infrared seeker with full hemispherical coverage. An automatic lock-on capability and datalinked target information allows it to engage highly agile targets, as well as those that may be hidden from the launcher, such as terrain-masked helicopters.

A dual-pulse motor fires once for launch boost, and then again on approach to the target to provide extra end-game energy. The missile can be launched vertically or directionally, and is being considered for the air-to-air role on Germany's Tiger helicopters.

Diehl BGT is also tailoring its IRIS-T air-to-air missile to surface-launched applications. The IRIS-T SLS is a minimum-change missile launched from vehicle-mounted, aircraft-style rails, while IRIS-T SL is a medium-range canister-launched version with a larger rocket motor, a datalink and a nose cone to reduce drag during the fly-out."

ET ainsi un missile qui augmenterait la zone d'action en air-air par rapport à l'actuel mistral

Ce qui me fait me demander si le Mistral 2 "rénové" ne serait pas qu'un copier-coller de ce missile ?

http://www.janes.com/events/exhibitions/eurosatory2008/sections/daily/day4/take-off-for-lfk-ng-and-i.shtml

Share this post


Link to post
Share on other sites

Remplacer un Maverick par ça?  :rolleyes:

C'est comme si on équipait nos Leclercs d'un 40mm CTA Idem pour les TOW, mais là c'est l'inverse, on est dans l'overkill.

On a une gamme de missiles dont les charges et les portées sont complètement différentes et ils veulent unifier le tout? C'est assez ridicule. On ne demande pas à un TOW de faire le boulot d'un Mav' et vice versa, l'un à presque 60kg de charge militaire l'autre dix fois moins et en terme de portée on passe du simple au décuple.

donc à part faire un Hellfire avec trois modes de guidage donc plus cher je ne vois pas l'intérêt. (oui logistique simplifiée mais là c'est simpliste, plus simple)

Un maverick est avant tout un missile anti-char IR voir TV.

Avec ce missile, je pense qu'aux lieu de transporter 4 pauvres maverick, on passe à 8 voire 16 missiles par avion, si c'est possible de les mettres sur des slots faible.

Pour détruire un char, pas besoin d'une charge capable de détruire le char et les habitations alentours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

suite de l'article de mer et marine posté par G4lly sur le Panther :

http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=110408

"Les armes : L'antinavire léger en ligne de mire

Pour l'heure, les seules armes embarquées sur Panther sont, en sabord, une mitrailleuse du type AN-F1, ou un fusil de 12.7 mm pour tireur d'élite. Ces armes sont utilisées pour les missions de police, d'assaut héliporté et d'interception d'embarcations rapides, les marins français ayant acquis dans ce domaine une solide réputation.

Image IPB

Lors de la présentation à Hyères, le Panther 505 présentait un missile disposé sur le côté droit de l'appareil. Il s'agit d'une maquette de l'antinavire léger (ANL), dont l'aéronautique navale pourrait se doter à l'horizon 2015. Ce projet implique la France mais également la Grande-Bretagne, qui souhaite remplacer ses actuels Sea Skua. La Royal Navy souhaitant conserver au maximum ses structures existantes, comme les systèmes de manutention des missiles, l'ANL (FASGW pour les Britanniques) devrait rester dans les volumes du Sea Skua, c'est-à-dire un missile d'environ 2 mètres pour 150 kilos. Anglais et Français en sont actuellement à la phase de levée de risques, MBDA devant rapprocher les besoins des deux armées pour converger vers un produit commun.

Image IPB

Jusqu'en 1995, la France disposait sur ses Lynx d'un missile antinavire léger, l'AS 12. Son successeur, l'AS 15, adopté sur Panther par l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, n'a pas été retenu en France. A l'époque, les risques semblaient limités mais l'évolution des menaces asymétriques a remis au goût du jour cette capacité, tout comme la mise en oeuvre de moyens d'autoprotection. S'il s'avère qu'une embarcation de terroristes ou de pirates dispose de missiles sol-air de la classe Stinger, l'hélicoptère ne pourra en effet s'approcher, au risque de se faire abattre. Il devra donc rester hors de portée, mais également trop loin pour employer sa mitrailleuse ou son fusil de 12.7 mm. Dans le même temps, la marine souhaite redonner à ses hélicoptères une capacité antinavire contre des unités de combat de faible tonnage, très présentes dans les zones littorales.

D'où la nécessité, pour traiter ces menaces, d'équiper les Panther d'un ANL, missile voulu comme simple et peu coûteux, pouvant être tiré contre un petit bateau ou un navire de la gamme corvette. Sa portée serait de quelques dizaines de kilomètres."

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://lemamouth.blogspot.com/2009/06/la-guerre-des-roquettes-guidees-laser.html

La guerre des roquettes guidées laser

L'Israélien Elbit Systems et l'Américain ATK ont annoncé hier les premiers essais d'une roquette air-sol guidée laser (GATR) intégrable indifféremment sur avion ou hélicoptère. L'engin a tiré sa cible à 3 km de distance depuis un hélicoptère lors d'un test réalisé en Israël, explique-t-on. La portée de l'engin serait établie entre 1,5 et 8 km. Le duo d'industriels explique également que les composants de la roquette seront insensibles, c'est-à-dire qu'ils sont immunisés contre un certain nombre d'effets définis par un STANAG de l'OTAN, comme la non-destruction par influence, la résistance à un impact de 12,7 mm et de roquette RPG. Le propulseur utilisera la même technologie.

Un tel élément a son importance, puisque les composés IM ne peuvent pas non plus être utilisés comme matière pour les IED, ce qui, pour l'Afghanistan, destination naturelle de cette roquette guidée laser, s'avère utile, en cas de non-explosion au sol. Rendre les roquettes intelligentes est un enjeu majeur pour l'ISAF en Afghanistan : la roquette génère moins d'effet qu'une bombe de 250 kg, mais les modèles actuels ne sont pas suffisamment précis pour les tirs dans zones aérotrerrestres non déconflictées. Le guidage laser permettrait de passer outre.

TDA, filiale de Thales est également engagée dans un programme similaire, qui ne débouchera qu'en 2012, expliquait récemment l'industriel. Elbit et ATK n'ont pour leur part donné aucun élément sur la date de maturité de leur engin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un Lynx, enfin, Rha lovely...

Sea Skua, Penguin, AS 15TT,... ils sont tous bons mais ils necessitent chacun un radar particulier. Or, aujourd'hui, les Lynxs ( ORB 31) et les Panthers (ORB 32) ont déja des radars plutot anciens, et toute modification entrainerait un chantier cellule important. Au moins, avec l'AS 12 filoguidé et piloté par le pilote de gauche à travers une lunette gyrostabilisée, il n'y avait pas de contrainte de materiel, mais, la précision était aléatoire

Ne pas oublier qu'un hélico, c'est soit de l'armement soit du Kéro, et que certaines contraintes de centrage limitent les emports en armement ( séquence de tir automatique sur AS 15 TT pour conserver le centrage dans les normes par exemple).

L'ANL devrait etre une missil a guidage INS/GPS puis IIR+TV, probablement avec une liaison de donnée montante au minimum - permettant l'update de la cible -, voire bidirectionnelle avec flux dscendant TV permettant tout sorte de fonctionnalité avancées y compris l'évaluation des dommages. Je ne sais pas si ca nécessite un nouveau radar vu que la liason de donnée se fera probablement pas directement mais via la frégate. Rien n'est figé mais les technos les plus prisées ces derniers temps sont de cet ordre, du guidage passif pour réduire a minima la detection et rendre trop tardif la mise en place de riposte. Pour que que le missile soit traité furtif EM voire IR sur sa face avant - genre NSM, cellule et optique a facette, entrée d'air dorsale masquée, pas de surface verticale etc. -, et vu la petite taille il est fort probable que la detection soit tres tres tardive...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Thales at the International Paris Air Show 2009 

...

http://www.defpro.com/news/details/7888/

Thales will also present its latest Lightweight Multi-role Missile (LMM), which has been optimised to take on a wide range of targets on the ground, in the air and at sea

http://www.flightglobal.com/assets/getAsset.aspx?ItemID=24268

In today’s asymmetric warfare environment, a target is as likely to be a rigid inflatable as a destroyer, a pick-up truck as a tank, or a micro-UAV as a manned aircraft.

Taking them out with traditional missiles is like using the proverbial sledgehammer to crack a nut – and also depletes stocks of expensive equipment.

With this in mind Thales showed off its new lightweight multi-role missile (LMM) at the Farnborough air show this week.

Weighing just 13kg and built to be fired from multiple ground, air and naval platforms against an equally wide range of targets, it is designed to meet military requirements without draining budgets.

www.thalesonline.com/renderdetail/1e17115c-5201-097f-482e-6f591e6b1724:central

Lightweight LMM

Drawing on Thales’ experience with the Starstreak very short-range air defence missile, it uses a value-engineered rocket motor designed against a target cost by Roxel.

It also uses a laser proximity fuze, as many of its intended targets will be ‘soft-skinned’, with little metal content.

The Lightweight Multi-role Missile (LMM) has been designed by Thales UK’s Belfast site, with low cost being one of the key drivers.

Through the introduction of new proven technology, and the re-use of the best-of-breed sub-systems, LMM has been optimised to take on a wide range of targets, at sea, on the ground, or in the air - anything from fast in-shore attach craft / fast attached craft, landing craft to wheeled or medium armoured tracked vehicles to unmanned air vehicles (UAVs) and helicopters. The missile system is a lightweight, laser guided, missile, which lends itself to being fired on the move from land or naval platforms, or, because of it's light weight and zero recoil, can be deployed on fixed or rotary winged UAVs (helicopter) small ships or lightweight vehicles.

The missile, sealed in its canister, consists of a two-stage motor, warhead and safe arm unit, together with guidance and control equipment. Skid to turn commands to the canards in the nose give extremely accurate guidance of the missile. The blast fragmenting shaped charge warhead, coupled with the proximity fuze provides excellent lethality against a wide range of targets. Initially the missile will be offered with laser beam riding guidance, however there will also be a semi active laser variant. The system will also be offered with a family of warheads to provide maximum effect against the wide target set out to ranges of around 8km.

Prototypes of LMM have been successfully flown to prove design concepts. The product was officially launched to a select gathering of potential customers and partners on 2 June in London. In addition detailed planning for the realisation of the full integration programme is underway with the team working closely with the Ministry of Defence

Share this post


Link to post
Share on other sites

Finalement le LMM de thalès correspondrait mieux à la problématique de destruction d'embarcation légère que ne le ferait un ANL plus utile pour des batiments jusqu'à 1000 à 2000 t :

Utiliser un ANL contre un RIHB équipé d'un ManPad serait peut être un peu gacher comme aurait dit Guy Roux...

Il serait intéressant de savoir si les Panther Mk2 pourraient le recevoir ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,405
    Total Members
    1,510
    Most Online
    Polanski
    Newest Member
    Polanski
    Joined
  • Forum Statistics

    20,694
    Total Topics
    1,244,878
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries