Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

[Chine] Nucléaire Civil


Recommended Posts

il y a 8 minutes, penaratahiti a dit :

Et ils sont en mesure de fournir une main d'oeuvre en quantité et à priori plus souple en terme d'horaires que la main d'oeuvre française, toutes choses égales par ailleurs. 

Vous avez tout a faire raison. Sur la construction des infrastructures comme les routes, cette main d'oeuvre permet de mettre un gros coup d'accélération. Mais sur un chantier de centrale nucléaire, je ne pense pas que la quantité de main d'oeuvre soit un élément déterminant sur le retard pris en France.

Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, koojisensei2 a dit :

Vous avez tout a faire raison. Sur la construction des infrastructures comme les routes, cette main d'oeuvre permet de mettre un gros coup d'accélération. Mais sur un chantier de centrale nucléaire, je ne pense pas que la quantité de main d'oeuvre soit un élément déterminant sur le retard pris en France.

Mais comme dit plus haut, les epr français et finlandais ont essuyé les plâtres et les epr chinois ont largement bénéficié de ce REX

Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, penaratahiti a dit :

Mais comme dit plus haut, les epr français et finlandais ont essuyé les plâtres et les epr chinois ont largement bénéficié de ce REX

Comme on dit :

rien ne sert de courir ; il faut partir à point

Link to post
Share on other sites
  • 5 months later...

 

Petit récapitulatif de l'année 2018 sur le programme nucléaire chinois

Il y a actuellement en Chine 45 réacteurs en fonctionnement, pour une puissance totale de 44.6 GW.
Sur l'année 2018, 6 réacteurs sont entrés en service commercial, pour une puissance de 7.2 GW.
Tianwan 3 : 1060 MW, VVER-1000 (Rosatom)
Yangjiang 5 : 1000 MW, ACPR1000 (CGN)
Sanmen 1 et 2 : 2*1157 MW, AP1000 (Westinghouse)
Haiyang 1 : 1170 MW, AP1000
Taishan 1 : 1660 MW, EPR (EDF/Areva)

L'objectif est toujours d'atteindre 58 GW installé en 2020.
En construction et planifié : 13+43=56 réacteurs, pour 50.9 GW
Propositions fermes : 92 réacteurs, 109.4 GW
Propositions additionnelles : 78 réacteurs

Source:
http://www.world-nuclear.org/information-library/country-profiles/countries-a-f/china-nuclear-power.aspx

Rem: la liste des réacteurs s'arrête à octobre 2018, j'ai ajouté l'EPR de Taishan dans le décompte ci-dessus (entrée en service commercial début décembre).

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
On 7/5/2018 at 10:49 AM, penaratahiti said:

Mais comme dit plus haut, les epr français et finlandais ont essuyé les plâtres et les epr chinois ont largement bénéficié de ce REX 

Il faut voir aussi que les chinois ces dernière année on beaucoup construit de très grosse structure béton ... aussi bien industriel que tertiaire ... et qu'a ce titre il on une certaine expertise bien vive.

En France plus général dans la vieille Europe ... les très gros chantier industriel il n'y en a pas tant que ça, ce qui rend forcément compliqué le maintien des savoir faire. Il suffit de voir les retard et le malfaçon qu'il y a eu sur la partie TP ... a priori ça n'a aucun sens c'est le plus "facile" du chantier ... et pourtant des techno civile relativement courante ... bah on a été incapable de les dé-risquer convenablement.

Même punition pour la conception des processus constructif ... a priori la gestion du chantier a été un gros bordel ... et tout les métiers se marchaient les uns sur les autres ... c'est que la construction n'a pas été étudié proprement en amont.

C'est sympa de concevoir un objet fini ... c'est mieux quand on conçoit en même temps les méthodes constructives qui permettent de l'assembler... visiblement de ce coté là ça a bien foiré.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Totalement d'accord avec G4lly, vu les conneries (assez risible parfois) faites sur ce chantier et le manque de coordination assez évident on a quand même un sérieux problème en France avec la construction d'ouvrage complexe regroupant autant de métier différent.

Link to post
Share on other sites
  • 9 months later...

 

Discours du président de la CNNC (China National Nuclear Corporation) à l'AIEA.

http://www.world-nuclear-news.org/Articles/China-confident-of-new-era-for-nuclear-says-CNNC

- sur 449 réacteurs en fonction dans le monde, 47 sont en Chine, pour 50 GWe.
- 11 sont en cours de construction
- ajout de 6 à 8 par an dans les 10 prochaines années
- conception du HPR-1000, dont 85% des éléments seront produits en Chine
- capacité de production de 8 à 10 réacteurs par an
- construction du réacteur modulaire ACP100
- Le HTR-PM entrera en service l'année prochaine
- développement du DHR-400, réacteur dédié au chauffage urbain

 

 

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
  • 1 month later...

Mis en service du système de chauffage central nucléaire de la centrale de Haiyang, Shangdong

Citation

China's first commercial nuclear heating project has begun operating at the Haiyang nuclear power plant in Shandong province. The plant's two AP1000 units will initially provide heating to 700,000 square metres of housing.
...
 


http://www.world-nuclear-news.org/Articles/Chinese-nuclear-heating-project-starts-up

Apparemment, c'est de la cogénération, le système récupère la chaleur rejetée par un réacteur électrogène (ce qui est donc différent du réacteur DHR400 dédié totalement au chauffage, évoqué précédemment).
Remarque: traditionnellement, on considère que la chaleur se transporte mal sur de grandes distances sans pertes importantes, mais avec une bonne isolation thermique et un réseau moderne, c'est quand même viable jusqu'à une centaine de km.

 

  • Thanks 2
Link to post
Share on other sites
7 hours ago, WizardOfLinn said:

traditionnellement, on considère que la chaleur se transporte mal sur de grandes distances sans pertes importantes, mais avec une bonne isolation thermique et un réseau moderne, c'est quand même viable jusqu'à une centaine de km.

Effectivement j'avais fait un post a ce sujet expliquant comment on peut assez facilement créer des réseau de chaleur "locaux" avec peu de perte aussi bien chaud que froid.

Le chaud ça se fait avec un peu de pression et des tuyaux calorifugé ... c'est pas très cher et plus le tuyau est gros moins y a de perte. Il existe trois domaine. L'eau chauffée de 60°C jusqu’à 110°C ... l'eau surchauffée sous pression jusqu'à 180°C ... et les réseaux de vapeur jusque 300°C.

Le froid c'est un petit peu plus compliqué ... puisque qu'en plus du tuyau calorifugé il faut un générateur de coulis de glace ... en gros de l'eau avec de l'antigel dedans - souvent bêtement un peu d'alcool - et plein de cristaux de glace d'un millimètre. Ça reste très fluide ... très froid ... et la capacité calorifique en chaleur latente est très importante avec la glace. Ca permet de livrer du froid positif autour de 3°C.

---

Dans le genre transport ... on sait aussi transporter l'électricité sur des milliers de kilomètre de nos jour ... sans grosse perte sur ligne ultra haute tension continue.

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
  • 2 months later...

 

Comme prévu depuis des années, la production chinoise d'électricité nucléaire devrait atteindre la production française cette année, en valeur absolue (en relatif, c'est très différent).
En 2019, le parc chinois  a produit 348.1 TWh, et 6 réacteurs vont entrer en service cette année.
Le parc français a produit 379.5 TWh, et les 2 réacteurs de Fessenheim ferment cette année.
https://www.connaissancedesenergies.org/nucleaire-la-production-de-la-france-bientot-depassee-par-celle-de-la-chine-200226

Link to post
Share on other sites
  • 10 months later...

Début de construction d'un deuxième réacteur à neutrons rapides CFR-600.
La construction de la première unité a commencé en 2017 et cette première unité devrait entrer en service en 2023.
Il s'agit de RNR/Na (technologie ex Superphenix chez nous), d'une puissance de 600 MWe ici.

https://www.world-nuclear-news.org/Articles/China-starts-building-second-CFR-600-fast-reactor

Edited by WizardOfLinn
  • Thanks 2
Link to post
Share on other sites

Quand on voit comment les chinois avancent et se posent beaucoup moins de questions, il y a de quoi être jaloux, surtout sachant l'avance que l'on a eu pendant un temps (oui je sais, on va me dire que la nature du régime politique chinois permet des efforts massifs sur le temps long et sans prise de gants avec les anti nuke/altermondialistes, au détriment des libertés individuelles, etc.)

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Soit on (re)développe ces technologies chez nous maintenant, soit on les achètera dans 30 ans aux chinois.

  • Sad 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Si on développe chez nous, ce ne sera pas avant un certain temps, parce qu'on vient de renoncer à ASTRID...
Maintenant, cette technologie est développée en Russie et en Chine (le BN-800 Beloyarsk-4 est en service connecté au réseau depuis 5 ans).

 

Edited by WizardOfLinn
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, WizardOfLinn a dit :

Si on développe chez nous, ce ne sera pas avant un certain temps, parce qu'on vient de renoncer à ASTRID...
Maintenant, cette technologie est développée en Russie et en Chine (le BN-800 Beloyarsk-4 est en service connecté au réseau depuis 5 ans).

 

Même si budgétairement, la voilure se réduisait depuis déjà plusieurs années pour Astrid, il n'est pas dit que le mouvement de balancier inverse soit aussi fastidieux. Question de volonté politique et des moyens attenants quand on choisit d'arrêter le saupoudrage et de remuer la machine. Le plus dur n'est sans doute pas de retrouver tous les profils qui ont travaillé sur Astrid mais de les faire réunir à nouveau alors qu'ils se sont fléchés sur autre chose. 

Link to post
Share on other sites

 

L'argument avancé pour l'abandon d'Astrid est qu'il n'y a pas de tensions sur l'approvisionnement et les prix de l'uranium, ce qui est tout à fait vrai aujourd'hui (et de plus, le minerai ne représente qu'une petite fraction du coût de production final de l'électricité), et ce serait une stratégie raisonnable si nous étions seuls dans notre coin.
Mais la Chine pousse les feux sur la surgénération justement parce que ça peut changer à échéance pas si lointaine (mettons, 2040-2050).
L'électricité nucléaire représente tout au plus 5% de la production électrique totale en Chine, et l'objectif est de monter à 20%, et même au delà, assez vite, ce qui n'est pas particulièrement élevé en valeur relative (il y a plusieurs pays, dont nous, qui sont au dessus), mais est gigantesque en production absolue.
Je n'ai pas encore les chiffres exacts, mais en valeur absolue, la production électrique nucléaire chinoise a dû rejoindre celle de la France cette année, ou du moins en être assez proche (enfin, théoriquement, je ne connais pas encore l'effet l'Covid). Et dans tout au plus 6 ans, elle atteindra celle des Etats-Unis.
Ce qui se répercute directement sur les besoins en uranium.
Et même si la ressource parait abondante, prospecter et ouvrir de nouvelles mines prend du temps. Quand j'aurais un peu de temps, je referais un tour des prévisions de besoins mondiaux en minerai.

 

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, WizardOfLinn a dit :

Mais la Chine pousse les feux sur la surgénération justement parce que ça peut changer à échéance pas si lointaine (mettons, 2040-2050).
L'électricité nucléaire représente tout au plus 5% de la production électrique totale en Chine, et l'objectif est de monter à 20%, et même au delà, assez vite, ce qui n'est pas particulièrement élevé en valeur relative (il y a plusieurs pays, dont nous, qui sont au dessus), mais est gigantesque en production absolue.

Et surtout quand on travaille sur le caburant d'un RNR, on acquiert aussi des briques pour réenrichir l'UAPP.

Ah d'ailleur j'ai retrouvé ça sur le site de l'Andra:

https://inventaire.andra.fr/les-donnees/matieres-radioactives-bilan-fin-2013

D’autre part, ces stocks d’uranium appauvri pourront être valorisés dans les réacteurs à neutrons rapides de 4ème génération dont le déploiement pourrait intervenir après 2040. Il est aujourd’hui estimé qu’un parc de réacteurs de 4ème génération d’une puissance équivalente au parc actuel (c’est-à-dire 60 GWe) consommerait de l’ordre de 100 tonnes d’uranium appauvri par an, une fois les réacteurs mis en service. Ainsi, le stock d’uranium appauvri disponible au moment du lancement de cette filière constituerait une ressource permettant le fonctionnement de ces réacteurs pendant plusieurs milliers d’années.

Et de préciser qu'à date de l'article il y a 290.000 tonnes d'UAPP en France, et qu'il y en aura 410.000 fin 2030.

Le rapide calcul donne le tournis... 4000 ans de carburant nucléaire gratos.

Et on nous parle de crise énergétique! :biggrin::bloblaugh::laugh:

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

La chine fait face à une nécessité géostratégique. L'importance de sa population et de son industrie rendent d'autant plus stratégique son approvisionnent énergétique à plus ou moins brève échéance. Or, contrairement aux EU ou à la Russie, la chine ne dispose pas de ressource pétrolière sécurisée. En plus de disposer de ressources pétrolières à domicile, les EU noyautent les ressources du moyen orient au dépend de la chine. Celle ci ne peut que raisonnablement se reposer que sur celles situées en mer de chine, ce qui explique les tensions croissantes découlant des enjeux pétrolifères. A long terme, cet approvisionnement est un problème crucial pour le développement la chine.

Dans l'hypothèse où cet approvisionnement serait amené à se tarir si le EU se décidaient à fermer le robinet à travers des pressions sur le moyen orient, il ne resterait à la Chine que le fournisseur russe et peut être un bout de la mer de chine. D'où l'urgence après avoir multiplié les centrales à charbons dans un premier temps, de miser sur le nucléaire à plus long terme. Ce dernier assurant la fourniture d'électricité et dès que les technologies le permettront économiquement, la production d'hydrogène une réutilisation dans les piles à combustibles comme alternative des batteries. En revanche la mutation technologique sera plus problématique pour s'appliquer aux avions de combats qui ne sont pas prêts de se passes de kérosène. Une alternative serait les carburants produits par exemple sur base de CO2 à grand renfort d'électricité. La difficulté étant non pas l'aspect qualitatif (on sait faire) mais quantitatif. Encore plus que de l'électricité, produire en volume nécessite beaucoup de temps pour y parvenir et par conséquent il y a toute une industrie à mettre en place.

Bref, la Chine n'a pas trop le choix. Elle doit miser sur le nucléaire si elle ne veut pas se retrouver limité par la dimension énergie pour prétendre à jouer les premiers rôles.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,560
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Jojo91
    Newest Member
    Jojo91
    Joined
  • Forum Statistics

    21,130
    Total Topics
    1,386,897
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...