ARPA

construction d'un vaisseau spatial de "colonisation"

Recommended Posts

Un pitit problème technique à vous soumettre.

Si on opte pour une gravité artificielle par rotation, le tube qui contient l'eau et la biomasse de votre jardin d'Eden, plaque ces masses contre sa paroi interne. Une rotation suffisamment rapide, pour obtenir 1G environ sur la surface interne du tube. Sur une station orbitale, ce procédé fonctionne bien. (sur papier)

Mon souci c'est qu'on veut faire un vaisseau qui ne met pas plus de 1000 ans pour parcourir 10 années lumière. Soit 0,1 de c.

Que fait-on pendant la phase d'accélération et de décélération? On a un vecteur de 1G qui pousse au cul dans le sens rectiligne du trajet, plus un vecteur de 1G perpendiculaire via la rotation du tube.

C'est là que je coince. que fait-on de ce tube pendant les mois d'accélération et de décélération à 1G?

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de construire pour mille ans, mais il va falloir embarquer toutes les machines pour réparer et fabriquer des pièces défaillantes et les moyen de construire de nouvelles machines. Ca inclue bien sur toute une chaine informatique, des usines de collecte et de traitement des ressources trouvées dans le système solaire d'arrivée, mais aussi la fabrication des bombes si on choisit un système de type Orion.

Ca marche pas... malheureusement

Un simple processeur ou un ordi demande des composants TRES spécifiques que seule une usine dédié peut produire avec une mise de fond de plusieurs milliards de $. Ce que tu dis c'est bon pour la plomberie mais pour ce qui est du téflon pour les joints, sans grosse industrie chimique dans la vaisseau c'est foutu.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 1/21/2016à10:11, zone 51 a dit :

Un pitit problème technique à vous soumettre.

Si on opte pour une gravité artificielle par rotation, le tube qui contient l'eau et la biomasse de votre jardin d'Eden, plaque ces masses contre sa paroi interne. Une rotation suffisamment rapide, pour obtenir 1G environ sur la surface interne du tube. Sur une station orbitale, ce procédé fonctionne bien. (sur papier)

Mon souci c'est qu'on veut faire un vaisseau qui ne met pas plus de 1000 ans pour parcourir 10 années lumière. Soit 0,1 de c.

Que fait-on pendant la phase d'accélération et de décélération? On a un vecteur de 1G qui pousse au cul dans le sens rectiligne du trajet, plus un vecteur de 1G perpendiculaire via la rotation du tube.

C'est là que je coince. que fait-on de ce tube pendant les mois d'accélération et de décélération à 1G?

10 années lumière en moins de 1000 ans c'est 0.01c (pas 0.1c). 

Si on pousse à 1g pendant +30jours on atteint 0.1c mais comme tu le dis, tout ce qui tourne à l'intérieur du cylindre près des parois va avoir l'impression d'être accroché à une pente de 45°. Soit il faut tout attacher, soit il faut aménager l'habitat après la fin de la poussée, et pareillement à l'arrivée si on garde une décélération à 1g. Avec une magsail qui marche pendant des mois comme engin de décélération on minimise le problème.

Reste la solution de faire des petits jardins/habitats dans des structures qui s'inclinent plus ou moins selon l'accélération et la rotation. Voir "Eziekiel's wheel" sur cette page: http://www.projectrho.com/public_html/rocket/artificialgrav.php 

Soit on accepte une phase de poussée de près d'un an pour atteindre 0.1c et de vivre sur une pente modeste sur la même durée. C'est certain qu'il va falloir un soin particulier dans le dessin des surfaces d'eau. A moins de faire comme dans "Rendez-vous with Rama" et de tout congeler.

Le 1/21/2016à11:10, cracou a dit :

Ca marche pas... malheureusement

Un simple processeur ou un ordi demande des composants TRES spécifiques que seule une usine dédié peut produire avec une mise de fond de plusieurs milliards de $. Ce que tu dis c'est bon pour la plomberie mais pour ce qui est du téflon pour les joints, sans grosse industrie chimique dans la vaisseau c'est foutu.

 

 

Mmmmm... peut être. D'un autre coté on ne parle pas des mêmes usines: on n'a pas besoin d'équiper toute une planète en composants. Si on construit des composants sur le même modèle que les labos de recherche, et qu'on ne cherche pas à produire le tout dernier cri de la technologie... et si on embarque plein de pièces de rechange :-)

Sur un autre fil quelqu'un fait observer que l’électronique des sondes Voyager marche toujours avec pourtant un minimum de blindage. 

Ce que je veux dire c'est que nos industries actuelles sont l'aboutissement d'un logique de rentabilité qui pousse au gigantisme industriel et au choix de procédés peu énergivores et donc parfois très complexes. La logique industrielle dans un vaisseau de taille finalement très limité et disposant d'énormes réserves d'énergie va être très différente. Je suis conscient de la difficulté de ce segment, mais franchement je ne crois pas qu'on restera longtemps sans solutions à ce problème.

Edited by proxima

Share this post


Link to post
Share on other sites

Regarde un peu ce dont tu as besoin pour produire une voiture : catalyseur en platine, électronique en terres rares, composants en céramique... imagine un peu ça à produire. C'est ingérable

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, cracou a dit :

Regarde un peu ce dont tu as besoin pour produire une voiture : catalyseur en platine, électronique en terres rares, composants en céramique... imagine un peu ça à produire. C'est ingérable

C'est sur qu'il va falloir partir avec plein de provisions ainsi que l'infra-structure pour récolter/transformer/recycler tout ça, et ne pas oublier le détail qui tue.

Maintenant personne ne peut dire comment on va produire une voiture ou un composant électronique dans 50/100 ans. Si ça se trouve les catalyseurs seront remplacés par des matériaux communs mais travaillés pour avoir une immense surface spécifique (type nano-mouse): exit le platine et le palladium et vive le nickel (On me dit dans l'oreillette que ça existe déjà!). Peut être que les composants électroniques seront fabriqués dans une chambre d'étudiants avec la nouvelle génération de nano-impression 3D. Ou bien on produira ça dans des éprouvettes avec des bactéries et des virus artificiels.

Pareil pour l'industrie chimique. Aujourd'hui on a besoin de raffineries grandes comme des villes avec une gestion problématiques des déchets. Peut être que demain un proche parent modifié du virus de la variole associé à une bactérie artificielle et des nanobots démilitarisés nous fabriqueront des fourchettes en plastique :-)

Edited by proxima

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, proxima a dit :

10 années lumière en moins de 1000 ans c'est 0.01c (pas 0.1c). 

Effectivement...

J'adore cette idée de congeler le tube, ça fait un voyage 4 saisons:bloblaugh:

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avant de construire un vaisseau, une bonne base logistique serait un ascenseur spatial pour éviter de devoir construire un fusée pour chaque boulons envoyer dans l'espace......

A la place de construire un gros navire, une digitalisation de l'esprit humain et un essaim de nano machine envoyer en masse , ce ne serait pas judicieux? Les nano robots permettraient de terraformer les planètes et déjà de tout avoir sur place, ville et industrie, tout en repeuplant cette planète.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui fait peur, c'est que même si on arrivait a dématérialisé un "être" ... en gros mettre sont ghost d'un coté et un corps de l'autre, il faudrait quand même des année pour expédier ce ghost à l'autre bout de l'univers ... du moins sur l'endroit pseudo accueillant le plus proche.

Sachant qu'avant ca il faut expédié la bas la machine qui va re-matérialiser le ghost... et qui elle mettra forcément beaucoup plus de temps.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, cracou a dit :

Regarde un peu ce dont tu as besoin pour produire une voiture : catalyseur en platine, électronique en terres rares, composants en céramique... imagine un peu ça à produire. C'est ingérable

Il faut peut-être changer de mode de réflexion et ce contenter de ce qui est suffisant. Pour construire une traction, il n'y a pas besoin d'électronique, de platine ou de céramique. 

Le vaisseau n'a pas besoin d'utiliser les dernières technologies en vigueur sur terre. Il faudra juste qu'en quelques siècles une fois arrivé sur place et après une très forte croissance démographique ils arrivent à rattraper leur retard. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, ARPA a dit :

Il faut peut-être changer de mode de réflexion et ce contenter de ce qui est suffisant. Pour construire une traction, il n'y a pas besoin d'électronique, de platine ou de céramique. 

Le vaisseau n'a pas besoin d'utiliser les dernières technologies en vigueur sur terre. Il faudra juste qu'en quelques siècles une fois arrivé sur place et après une très forte croissance démographique ils arrivent à rattraper leur retard. 

Oui c est certainemEnt la meilleure solution.

On fait des proges enorme en biomecanique on peut raisonnablement penser que dans quelques siecles construire des engins autoreparable comme un organisme vivant sera a notre portee!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans vos vaisseaux générations n'oubliez pas d'emporter suffisamment de monde pour éviter la dégénérescence génétique. Ou à défaut, de maîtriser un génie génétique suffisamment avancé pour se prémunir de cet écueil.

Il ne s'agirait pas que les descendants errent dans le vaisseau sans savoir ce qu'ils y font, quelle est leur destination ou en encore ne sachent entretenir leur barcasse.

D'une manière générale une médecine très pointue sera nécessaire.

Edited by Shorr kan

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Shorr kan a dit :

Dans vos vaisseaux générations n'oubliez pas d'emporter suffisamment de monde pour éviter la dégénérescence génétique. Ou à défaut, de maîtriser un génie génétique suffisamment avancé pour se prémunir de cet écueil.

Pour ça, on peut commencer avec une population bien diversifié puis avec des embryons congelés quand 2 personnes sont trop proches et veulent quand même avoir des enfants. De toute façon, dans le vaisseau, il faudra un contrôle très stricte des naissances pour éviter une surpopulation. Sur terre, il a eu des petites populations isolés sur des îles (l'île de tristan par exemple) ou même avec moins d'une centaine de colon à l'origine, il ne sont pas tous devenus débiles. Et puis dès qu'on arrive à destination, il sera possible de piocher dans la réserve d'embryon et donc de multiplier la diversité génétique de la colonie.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, cracou a dit :

"la dégénérescence génétique"

définition ?????

 

                                                                 rose07.jpg

 

Prosaïquement et pour prendre un exemple le risque de baisse régulière de la fertilité sur la longue durée au point de rendre stérile une fraction importante de la population et menacer la perpétuation de cette dernière. C'est d'ailleurs pour ça que les programmes de préservation des dernières membres d'une espèce en protégeant une micro-population c'est un peu-beaucoup du foutage de gueule dans la grande majorité des cas et largement trop tard, ne faisant que retarder l'échéance de l'extinction.

Et non, mon inconscient n'est pas travaillé par l'eugénisme.

Edited by Shorr kan
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

sauf que ce n'est pas vrais scientifiquement...

C'est une affirmation qui ne correspond à rien. Vouloir éviter un génome pauvre car réduit est logique. Maintenant donne moi des sources sur "la dégénérescence génétique"

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

T'a l'air de chercher la petite bête...

Sinon tu n'as jamais entendu parler de la consanguinité et ses conséquences ?

Edited by Shorr kan

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.sciencesetavenir.fr/espace/univers/20160125.OBS3344/le-probleme-de-vie-extraterrestre-une-courte-duree-de-vie.html

Encore un article qui défend la thèse  sur le fait que beaucoup  de planètes  ont eu des apparitions de vie. Selon les modèles  se serait même  la norme. Ceci étant  le plus dur est de stabiliser  le climat de la planète  suffisamment  longtemps  pour  permettre  son autoterraformation.

Si on suit cette logique Il y a de forte chance  que nous ne decouvrions jamais  de facon certaine a distance de trace de vie  sur une exoplanetes   ; (

Share this post


Link to post
Share on other sites
Révélation

Sinon tu n'as jamais entendu parler de la consanguinité et ses conséquences ?

Si justement et c'est en général totalement incompris: la consanguinité n'est en aucun cas nocive. Ce qui l'est est le fait d'avoir dans la population d'origine un problème génétique récessif quelconque qui devient très présent en cas de consanguinité

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, cracou a dit :
  Révéler le texte masqué

Sinon tu n'as jamais entendu parler de la consanguinité et ses conséquences ?

Si justement et c'est en général totalement incompris: la consanguinité n'est en aucun cas nocive. Ce qui l'est est le fait d'avoir dans la population d'origine un problème génétique récessif quelconque qui devient très présent en cas de consanguinité

Donc si j'ai bien compris, il suffit d'avoir une famille réunissant les meilleurs gênes de la race humaine pour que ça ne pose pas de problème ?

Il reste juste à trouver la famille d'élu... 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 8 heures, ARPA a dit :

Donc si j'ai bien compris, il suffit d'avoir une famille réunissant les meilleurs gênes de la race humaine pour que ça ne pose pas de problème ?

Il reste juste à trouver la famille d'élu... 

Il faut taper chez Raël, ça fait 30 ans qu'ils sélectionnent le cheptel

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 26/1/2016à18:22, 2020 a dit :

http://www.sciencesetavenir.fr/espace/univers/20160125.OBS3344/le-probleme-de-vie-extraterrestre-une-courte-duree-de-vie.html

Encore un article qui défend la thèse  sur le fait que beaucoup  de planètes  ont eu des apparitions de vie. Selon les modèles  se serait même  la norme. Ceci étant  le plus dur est de stabiliser  le climat de la planète  suffisamment  longtemps  pour  permettre  son autoterraformation.

Si on suit cette logique Il y a de forte chance  que nous ne decouvrions jamais  de facon certaine a distance de trace de vie  sur une exoplanetes   ; (

 

 

     Les auto-terraformation par rejets chimiques d'origine biologique sont toutes aussi dangereuses et délicates pour l'ensemble du vivant d'une planète ...

 

 Les 2 épisodes de glaciation totale qu'a connue la Terre a cause de l'O² produit par les cyanobactéries en fut une démonstration évidente : Extinction de masse a cause de l'O² qui en se cumulant dans l'atmosphère a détruit le méthane qui a l'époque était le régulateur d'effet de serre a la place du CO² qui n'avait pas encore ce role géochimique ... Résultat la disparition du méthane atmosphérique provoquera une glaciation gravissime qui gèlera la planète entière jusqu'a l'équateur !!! La vie a failli disparaitre a cause du processus de terraformation lancé par les cyanobactéries qui venaient d'évoluer vers une photosynthèse produisant de l'O² ...

 

    En fait les océans a cette époque étaient très chargés en fer dissout dans l'eau de mer, fer très sensible a l'O² : Dès que du fer dissout dans l'eau rencontre un peu d'O² l'oxydation était sensible et systématique !! De ce fait, pendant quelques millions d'années ce relachement d'O² ne posait aucun problème au reste du vivant (vivant pour qui l'O² était toxique a l'époque d'ailleurs aussi !) mais il suffira de quelques millions d'années pour que l'O² relaché réagisse avec la totalité du fer marin !!! Fer marin qui au final s'est INTEGRALEMENT déposé en sédiment sur les fonds marins après avoir réagi avec l'O² : Le fer marin a rouillé en oxydes de fer divers et précipita au fond des océans ...

 

    Lorsque TOUT le fer fut consommé dans ces réactions a l'échelle de la planète, l'O² commença a se cumuler dans l'atmosphère en surface : Les microbulles d'O² produites n'étaient plus consommées par le fer puisque celui ci avait intégralement précipité en sédiments ... C'était l'arret de mort du système d'effet de serre lié au méthane atmosphérique : A partir d'une certaine concentration d'O² dans l'atmosphère + la météo produisant des éclairs :  Des auto-combustions du méthane atmosphérique allaient apparaitre et brutalement en faire baisser ses taux ... Le méthane a rapidement perdu sa capacité a réguler la chaleur solaire dans l'atmosphère par effet de serre, le point d'équilibre géo-chimique climatique fut perdu :

 

    Une glaciation massive de la planète et ce intégralement aura failli emporter l'ensemble du vivant sur Terre avec lui ...

 

  Par chance, la vie a réussi a survivre sous la calotte de glace pendant cette période, mais l'extinction totale est passée de très près !!

 

     Les terraformations géo-chimique produite par le vivant elle même, peuvent avoir un effet radical et inverse et ce très brutalement d'autant +

 

  Les gisements géants d'oxydes de fer en Australie sont le témoignage de cet épisode très délicat de l'histoire de la vie sur Terre, ces dépots datent de l'époque ou l'O² nouvellement produit par les cyanobactéries qui venaient d'évoluer vers une photosynthèse d'O² :  Et ils sont très épais, jusqu'a plusieurs centaines de mètre d'épais d'oxydes de fer sédimenté pile a cette période ou l'O² réagissait fortement avec le fer dans l'eau de mer

 

    C'est d'ailleurs après cet évênement que la vie sur Terre inventa le vivant pluricellulaire : Les cellules vivantes au contact d'un oxygène devenu riche et facilement disponible allaient pouvoir commencer a produire du collagène : Une colle chimique naturelle faite principalement d'Oxygène ... Colle indispensable pour la vie pluricellulaire pour maintenir les cellules ensemble ... D'ailleurs au départ c'était des assemblages de plusieurs individus dans le collagène : Puis de la division cellullaire dans le collagène par évolution ...

 

    Il s'agit clairement d'une terraformation chimique qui rendra ce monde favorable a la vie complexe pluricellulaire qui ne pouvait pas apparaitre sans cet O² nécessaire pour produire du collagène par les cellules ... Mais l'ensemble de la vie a failli y passer a un poil près ...

 

   C'est un panache mantellique qui finalement sauvera le vivant in-extremis 2 millions d'années après le début de la glaciation, le panache mantellique provoquera un épisode volcanique majeur pour la planète : Qui libérera rapidement des milliards de tonnes de CO² ... Une chance incroyable que ce panache mantellique remonta du manteau terrestre pile a ce moment !!!

 

   Cet épisode volcanique percera facilement les glaces malgré leur km d'épais en moyenne jusqu'a l'équateur, des quantités gargantuesques de CO² seront craché et remplacera finalement le méthane en tant que régulateur d'effet de serre !!

   En fait cet épisode de panache mantellique n'était pas tant un coup de chance que cela : A l'époque la chaleur dans le manteau terrestre était + importante qu'aujourd'hui : Le volcanisme par épisodes était beaucoup + sensible et massif : Car un manteau + chaud = du magma qui remonte beaucoup + facilement et en quantités importantes

    (qu'on se le dise bien, ni le méthane ni le CO² n'ont été un jour le gaz a effet de serre principal : C'est la vapeur d'eau qui est le véritable gaz a effet de serre de la planète Terre : Mais il faut un gaz qui régule finement un équilibre : Le CO² ou le méthane ont eu ce role de GES régulateur)

 

 

   C'est donc assez brutalement que le CO² est devenu le régulateur d'effet de serre de la planète, après un gros épisode d'épanchement volcanique qui libéra suffisamment de CO² pour qu'il prenne ce role (besoin d'au moins 10 milliards de tonnes de CO² a injecter dans l'atmsophère pour briser cette glaciation massive)

Edited by alpacks
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/01/2016 à 21:25, zx a dit :

D'après ce que j'en sais dans l'espace, tant qu'on ne subit pas de force gravitationnelle, on ne ressent rien, c'est le cas de l'ISS qui tourne autour de nous à près de 28000km/h à 370km de la terre, elle fait 16 fois le tour par jour.

cette vitesse dans un véhicule sur terre, on serait transformer en pizza extra plate.

quand on voit ce qui passe à 5G,  je ne veux pas penser à 30G

 

Tu confonds vitesse et accélération.

Peu importe que tu sois sur terre ou dans l'espace, dans un véhicule se déplaçant à vitesse constante, quelle qu'elle soit, tu ne ne ressens rien de spécial.

Edited by Kovy

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,487
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Christian092
    Newest Member
    Christian092
    Joined
  • Forum Statistics

    20,844
    Total Topics
    1,300,318
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries