Onyx29

Les Balkans, au coeur d'un nouveau "Grand Jeu" ?

Recommended Posts

@Wallaby Commentaire mit sur opex360 sur cette affaire :

Selon la télévision publique grecque, les deux « diplomates russes » ont été interpellés en flagrant délit. Athènes leur reproche d’avoir tenté d’influencer la communauté monastique du Mont-Athos (dans le nord-est), réputée pour son sourcilleux patriotisme, « d’avoir tenté de faire circuler des fausses informations et d’avoir soudoyé des fonctionnaires » des autorités locales du nord du pays pour impulser des manifestations hostiles au gouvernement grec et à l’accord avec Skopje. Ces manifestations devant soutenir celles déjà organisés par le parti néonazi Aube Dorée, qui avaient mobilisés que peu de monde.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/07/2018 à 21:06, collectionneur a dit :

@Wallaby Commentaire mit sur opex360 sur cette affaire :

Selon la télévision publique grecque, les deux « diplomates russes » ont été interpellés en flagrant délit. Athènes leur reproche d’avoir tenté d’influencer la communauté monastique du Mont-Athos (dans le nord-est), réputée pour son sourcilleux patriotisme, « d’avoir tenté de faire circuler des fausses informations et d’avoir soudoyé des fonctionnaires » des autorités locales du nord du pays pour impulser des manifestations hostiles au gouvernement grec et à l’accord avec Skopje. Ces manifestations devant soutenir celles déjà organisés par le parti néonazi Aube Dorée, qui avaient mobilisés que peu de monde.

L'affaire aurait pu en rester là (rangée dans les barbouzeries habituelles), après des protestations pro forma d'innocence russe.

Hélas, le ministre des affaires étrangères russe a surenchérit hier, en accusant la Grèce de participer à de sales provocations de l'OTAN, et menaçant la Grèce de "conséquences" non spécifiées.

Réponse ferme des grecs aujourd'hui :

Elle exige le respect de l'état grec et de sa souveraineté.
Et la visite de Lavrov est reportée sine die
http://en.protothema.gr/breaking-news-russian-foreign-minister-sergey-lavrovs-visit-to-greece-cancelled/

Ils auraient dû fermer leur g**** : dommage pour les russes, la grèce a d'habitude de très bonnes relations avec la Russie.
Là, les relations seront refroidies pour plusieurs mois...

A noter les réponses du tweet : ils ont en partie raison d'ironiser sur l'UE  qui avait tordu le bras à Tsipras.
Mais à première vu, les bots pro russes squattent aussi ce sujet

 

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.politico.eu/article/johannes-hahn-beware-chinese-trojan-horses-in-the-balkans-eu-warns-enlargement-politico-podcast/ (28 juillet 2018)

L'autoroute Bar-Boljare est un "piège" qui fait du Monténégro un "cheval de Troie" chinois. Pour le commissaire européen autrichien Johannes Hahn, cela prouve qu'il faut au plus vite intégrer les pays des Balkans dans l'UE. Mais Macron n'est pas d'accord :

Le président français Emmanuel Macron s'est imposé comme la principale voix sceptique sur l'ouverture de l'UE aux nouveaux membres des Balkans occidentaux. Il a insisté pour que l'UE se concentre sur la réforme avant même d'envisager son expansion.

Les responsables français craignent également que tout signal que le bloc envisage d'accueillir dans des pays relativement pauvres avec des problèmes profondément enracinés tels que le crime organisé et la corruption serait un cadeau aux partis eurosceptiques lors des élections européennes de l'année prochaine. En juin, Paris a réussi à reporter la décision d'engager des pourparlers d'adhésion avec l'Albanie et la Macédoine jusqu'après les élections de mai.

https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/ME/situation-economique-et-financiere-du-montenegro (11 juin 2018)

Ainsi que le font remarquer les institutions financières internationales, le chemin de croissance monténégrin n’est pas soutenable. Il repose en effet de manière très importante sur l’investissement public, et notamment sur la construction de l’autoroute Bar-Boljare. Or les équipements nécessaires à sa construction ne sont pas disponibles : ils doivent être importés, participant ainsi au creusement du déficit commercial déjà très important ; le Monténégro manque de compétences dans ce secteur : l’impact sur le chômage sera marginal. Or ce projet est mené au prix du gel d’autres investissements, qui pourraient participer plus directement à l’amélioration de la croissance potentielle monténégrine, et se substitue par nature au soutien aux investissements privés, les plus à même d’améliorer la compétitivité monténégrine.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.liberation.fr/sports/2018/07/16/mondial-2018-un-chanteur-ultranationaliste-dans-le-bus-des-joueurs-croates_1666890 (16 juillet 2018)

Le chanteur ultranationaliste croate, Thompson, accusé de sympathie pour le régime oustachi pronazi, était lundi dans le bus des joueurs de Croatie qui a paradé à Zagreb.

Ce chanteur de 51 ans, toujours populaire en Croatie, a été critiqué pour avoir incité dans ses concerts la foule à lancer le «Za dom spremni», le salut oustachi.

http://www.liberation.fr/checknews/2018/07/18/est-ce-que-le-president-de-la-federation-de-football-croate-a-visite-la-tombe-d-un-dictateur-pro-naz_1667287 (18 juillet 2018)

Le patron du football croate Davor Šuker a bien visité, en 1996, la tombe de l'ancien dictateur et fondateur du mouvement oustachi Ante Pavelić.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Wallaby a dit :

http://www.liberation.fr/checknews/2018/07/18/est-ce-que-le-president-de-la-federation-de-football-croate-a-visite-la-tombe-d-un-dictateur-pro-naz_1667287 (18 juillet 2018)

Le patron du football croate Davor Šuker a bien visité, en 1996, la tombe de l'ancien dictateur et fondateur du mouvement oustachi Ante Pavelić.

Il ne me semble pas qu'il ait profité de sa position ou de sa notoriété pour promouvoir des idées nationalistes répréhensibles (moralement et/ou légalement). Je suis donc d'avis qu'on lui foute la paix et qu'on le laisse penser ce qu'il veut, ou faire ce qu'il veut, dans sa vie de citoyen. 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, rendbo a dit :

Il ne me semble pas qu'il ait profité de sa position ou de sa notoriété pour promouvoir des idées nationalistes répréhensibles (moralement et/ou légalement).

Il promeut des gens qui promeuvent (Cf l'article à propos de Josip Simunic).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un projet de redéfinition des frontières du Kosovo et de la Serbie serait soutenu par : Vucic ? Thaçi ? Trump ? Seuls les Européens y seraient opposés :

https://www.buzzfeednews.com/article/albertonardelli/serbia-kosovo-trump (10 août 2018)

Selon deux sources diplomatiques, dans le cadre d'une itération du plan frontalier, soutenu officieusement par de hauts responsables du Kosovo, et de la Serbie en particulier, les parties nord du Kosovo qui abritent des dizaines de milliers de Serbes seraient échangées contre des terres dans le sud de la Serbie, où vit la majorité des Albanais - le groupe ethnique le plus important du Kosovo.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/09/09/20002-20180909ARTFIG00102-commerce-les-americains-veulent-contrer-russes-et-chinois-en-grece.php (9 septembre 2018)

Les investisseurs Américains se présentent massivement à la foire de Thessalonique, où le secrétaire au commerce Wilbur Ross a également fait le déplacement. Il s'agirait de faire contrepoids aux investissements russes dans la région. Notamment le port de Thessalonique récemment racheté par le gréco-russe Savvidis, en partenariat avec le français Terminal Link.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Wallaby a dit :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/09/09/20002-20180909ARTFIG00102-commerce-les-americains-veulent-contrer-russes-et-chinois-en-grece.php (9 septembre 2018)

Les investisseurs Américains se présentent massivement à la foire de Thessalonique, où le secrétaire au commerce Wilbur Ross a également fait le déplacement. Il s'agirait de faire contrepoids aux investissements russes dans la région. Notamment le port de Thessalonique récemment racheté par le gréco-russe Savvidis, en partenariat avec le français Terminal Link.

Intéressant. Les grecques doivent être ravis de pouvoir rappeler qu'ils serait bon de ne pas les laisser tomber et qu'ils occupent une position stratégique quand la Turquie n'est elle pas au rendez-vous.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Wallaby a dit :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/09/09/20002-20180909ARTFIG00102-commerce-les-americains-veulent-contrer-russes-et-chinois-en-grece.php (9 septembre 2018)

Les investisseurs Américains se présentent massivement à la foire de Thessalonique, où le secrétaire au commerce Wilbur Ross a également fait le déplacement. Il s'agirait de faire contrepoids aux investissements russes dans la région. Notamment le port de Thessalonique récemment racheté par le gréco-russe Savvidis, en partenariat avec le français Terminal Link.

Marrant, je ne les ai pas vu bouger aussi visiblement lors de rachats de ports par les Chinois,... chinois qui seraient la principale menace de demain d'après leur réorientations pré-Trumpienne...

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.rfi.fr/emission/20180908-grece-etats-unis-resserre-liens-thessalonique-foire (8 septembre 2018)

Un autre projet important pour la région est aussi salué par les Américains : la construction d’un terminal dans le port d’Alexandroupoli pour le gaz naturel liquéfié. En début d’année, l’ambassadeur Geoffrey Pyatt déclarait à Athènes que « l’énergie est le secteur le plus prometteur pour attirer de nouveaux investissements en Grèce ».

« les deux pays [Amérique et Grèce] n’ont jamais été aussi proches depuis des dizaines d’années », aussi parce que la situation dans la région s’est dégradée, en Turquie et en Syrie notamment. La base militaire américaine de Souda sur l’île de Crète est devenue particulièrement stratégique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.courrierdesbalkans.fr/Macedoine-pourquoi-le-referendum-a-t-il-echoue (1er octobre 2018)

Jean-Arnault Dérens :

Le référendum a échoué. Il n’est pas question de « verre à demi vide, à demi plein » et la méthode Coué se relève rarement utile en politique. Les règles étaient clairement énoncées : le scrutin était consultatif, mais sa validation exigeait que 50% des électeurs plus un se rendent aux urnes. Avec 36% de participation, on est bien loin du compte.

Voir la participation passer la barre de 50% était un défi quasiment insurmontable quand les inscrits sur les listes électorales – 1 806 336 – étaient probablement plus nombreux que les habitants résidant réellement dans le pays. La Macédoine n’en finit pas de se vider de sa population.

Autant l’on peut gager que l’immense majorité des citoyens de la Macédoine souhaitent des relations apaisées avec le voisin grec, autant ces mêmes Macédoniens n’ont pas envie qu’on leur fasse prendre encore une fois des vessies pour des lanternes, qu’on tente de leur faire croire qu’il suffirait de changer de nom pour que les portes de l’Europe s’ouvrent à leur pays et que demain l’on rase gratis. Angela Merkel ou le secrétaire général de l’Otan, les émissaires européens et américains ont eu beau se succéder à Skopje pour conjurer les électeurs de se rendre aux urnes, dans les Balkans, plus grand monde ne croit aux promesses des lendemains qui chantent.

Ce sont la France et les Pays-Bas qui ont refusé l’ouverture immédiate des négociations d’adhésion avec la Macédoine, pourtant candidate reconnue à l’intégration européenne depuis… 2005.

Le comble de l’hypocrisie a probablement été atteint par le Président Macron qui a cru bon, lui-aussi, d’enregistrer un message appelant les électeurs (...) [à] se rendre aux urnes.

Soyons clairs sur ce point : il n’y a pas plus de « menace séparatiste albanaise » que de « menace russe » pesant sur la Macédoine, mais le pays est brusquement (re)devenu un petit pion dans le théâtre de la « nouvelle guerre froide » qui se jouerait avec Moscou.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 23 minutes, Wallaby a dit :

https://www.courrierdesbalkans.fr/Macedoine-pourquoi-le-referendum-a-t-il-echoue (1er octobre 2018)

Jean-Arnault Dérens :

Le référendum a échoué. Il n’est pas question de « verre à demi vide, à demi plein » et la méthode Coué se relève rarement utile en politique. Les règles étaient clairement énoncées : le scrutin était consultatif, mais sa validation exigeait que 50% des électeurs plus un se rendent aux urnes. Avec 36% de participation, on est bien loin du compte.

Voir la participation passer la barre de 50% était un défi quasiment insurmontable quand les inscrits sur les listes électorales – 1 806 336 – étaient probablement plus nombreux que les habitants résidant réellement dans le pays. La Macédoine n’en finit pas de se vider de sa population.

Autant l’on peut gager que l’immense majorité des citoyens de la Macédoine souhaitent des relations apaisées avec le voisin grec, autant ces mêmes Macédoniens n’ont pas envie qu’on leur fasse prendre encore une fois des vessies pour des lanternes, qu’on tente de leur faire croire qu’il suffirait de changer de nom pour que les portes de l’Europe s’ouvrent à leur pays et que demain l’on rase gratis. Angela Merkel ou le secrétaire général de l’Otan, les émissaires européens et américains ont eu beau se succéder à Skopje pour conjurer les électeurs de se rendre aux urnes, dans les Balkans, plus grand monde ne croit aux promesses des lendemains qui chantent.

Ce sont la France et les Pays-Bas qui ont refusé l’ouverture immédiate des négociations d’adhésion avec la Macédoine, pourtant candidate reconnue à l’intégration européenne depuis… 2005.

Le comble de l’hypocrisie a probablement été atteint par le Président Macron qui a cru bon, lui-aussi, d’enregistrer un message appelant les électeurs (...) [à] se rendre aux urnes.

Soyons clairs sur ce point : il n’y a pas plus de « menace séparatiste albanaise » que de « menace russe » pesant sur la Macédoine, mais le pays est brusquement (re)devenu un petit pion dans le théâtre de la « nouvelle guerre froide » qui se jouerait avec Moscou.

D'accord sur tout (notamment sur le côté "viendez, ce sera génial !"... les gens sont moins crédules et surtout, ceux qui le peuvent sont déjà partis et ne reviendront pas, UE ou pas. Cf. la Bulgarie ou la Roumanie, où ça vire au désastre démographique)... ou presque.

La menace albanaise existe toujours. Tous les extrémistes du coin ont leur version agrandie espérée de leur pays mais les Albanais sont parmi les plus durs. N'oublions pas qu'ils représentent 25 % de la population locale et qu'ils n'ont jamais abandonné totalement l'idée d'une annexion de l'ouest de l'ARYM.

Une réaction grecque ?

 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.deutschlandfunk.de/mazedonien-entscheidung-vertagt.720.de.html?dram:article_id=429510 (1er octobre 2018)

Les experts estiment qu'un quart de la population s'est expatriée au cours des 15 dernières années.

https://www.welt.de/politik/ausland/article181733888/Referendum-Der-Westen-hat-in-Mazedonien-zu-viel-zu-schnell-gewollt.html (1er octobre 2018)

Même le président en exercice Djordje Iwanow l'avait demandé [le boycott du référendum]. Il a appelé le vote "suicide national".

Le fait de lier le changement de nom à l'adhésion à l'UE et à l'OTAN a conduit certains à se sentir mis sous pression, a déclaré le diplomate. "Nous pensons que beaucoup se sont dit : "Nous laissons le Parlement décider." "Etes-vous en faveur de l'adhésion à l'OTAN et à l'Union européenne par l'adoption de l'accord entre la République de Macédoine et la République de Grèce ", était la question posée sur les bulletins de vote.

Heureusement que les normes de la Commission de Venise précisent :

https://www.venice.coe.int/webforms/documents/default.aspx?pdffile=cdl-ad(2007)008-f

15. La clarté de la question est un élément fondamental de la libre formation de la volonté de l’électeur. La question ne doit pas induire en erreur ; elle ne doit pas être suggestive, notamment en mentionnant les effets supposés de l’acceptation ou du rejet du texte.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 11/07/2018 à 16:39, Wallaby a dit :

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/07/11/querelles-diplomatiques-entre-athenes-et-moscou_5329872_3214.html (11 juillet 2018)

Furieuse qu'ils aient tenté de saboter l'accord avec la Macédoine, la Grèce expulse 2 diplomates russes.

Apparemment, la Grèce aurait été tuyautée par les SR américains pour cette expulsion.

Un article récent du NY Times dévoile (délibérément) les efforts du département d'état US et des SR pour surveiller et contrer les efforts d'influence russe dans les Balkans, notamment le fameux référendum de Macédoine (préliminaire à une adhésion future de l'OTAN).

https://www.nytimes.com/2018/10/09/us/politics/russia-macedonia-greece.html

Apparemment, la NSA aurait intercepté des instructions russes vers un certain Savvidis (un grand ponte / parrain local) pour perturber le référendum : via des usines à troll (méthode habituelle), et via recrutement de hooligans (littéralement, de Vardar) pour donner une image de contestation populaire.
Et les ricains aurait refilé l'information à Tsipras, qui a agit dessus (alors que son parti est plus russophile que la moyenne).

A faire confirmer par les spécialistes de la région ( @Akhilleus ? @Wallaby ? @Zalmox?).

Quelques zones d'ombre de l'article pour moi:

  • Quel est le sentiment local réel (soutien / opposition?) par rapport à l'occident, voire une adhésion à l'OTAN ?
     
  • Y a t il vraiment un intérêt stratégique particulier (et pas "sentimental") de Moscou à s'accrocher à la Macédoine ?
    (rappel, la Macédoine est entre la Bulgarie et la Serbie, donc assez loin des frontières russes).
    Ou la tentative a été effectuée parce que ce n'est pas cher (300kE) et ça peut rapporter gros (voire qu'il faut repousser l'OTAN sur tous les fronts, même mineurs)?
     
  • L'article reste vague sur les arguments utilisés pour convaincre Tsipras d'expulser les barbouzes russes.
    (même si l'article dit que la Grèce avait dépensé plein d'effort pour organiser ce référendum... Mais sous entend des carottes accordées à la Grèce vu sa position stratégique ).
     
  • L'article parle d'une task force du département d'état / SR dédiée à surveiller les ingérences russes hors USA depuis 2016. Ca a du sens, mais je ne sais pas si ça existe vraiment : et mon petit doigt me dit que son financement a dû baisser avec Trump...
    (le Congrès US  avait alloué 400M$ au département d'état pour combattre les ingérences russes aux USA : ils n'ont jamais été dépensés)

Avis personnel: Si l'article est correct, c'est un double message :

  • C'est une révélation de plus sur les ops russes (en plus des conférences de la Hollande, le RU, le Canada, les USA).
    "Arrêtez vos barbouzeries", sinon...
  • C'est un message de la part de la bureaucratie de la sécurité nationale à Moscou :
    L'article reconnaît le divorce avec POTUS sur ce point :
    Quelle que soit l'opinion de POTUS sur la Russie, eux, leurs mettront des bâtons dans les roues.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 51 minutes, rogue0 a dit :

Apparemment, la NSA aurait intercepté des instructions russes vers un certain Savvidis (un grand ponte / parrain local) pour perturber le référendum : via des usines à troll (méthode habituelle), et via recrutement de hooligans (littéralement, de Vardar) pour donner une image de contestation populaire.
Et les ricains aurait refilé l'information à Tsipras, qui a agit dessus (alors que son parti est plus russophile que la moyenne).

A faire confirmer par les spécialistes de la région  @Wallaby ?

https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux/referendum-en-macedoine-un-resultat-empoisonne (3 octobre 2018)

Jean-Arnault Dérens

09:36 Ces tensions avec la Russie, est-ce que vous les prenez au sérieux ?

Non, pas du tout, non, Dieu merci, non. Cela fait partie du story-telling, disons. De rien d'autre. On essaie de nous rejouer le scénario d'une guerre froide, mais qui n'a aucun lien avec aucune espèce de réalité. Les intérêts de la Russie en Macédoine sont nuls. Et traditionnellement, aucun parti politique de Macédoine n'a de sensibilité pro-russe. Par contre on veut en effet rejouer à l'échelle européenne et notamment dans les Balkans cette nouvelle guerre froide, et pour le coup c'est toute la tragédie des Balkans depuis la fin du 19e et le début du 20e siècle jusqu'à aujourd'hui que d'être un terrain de jeu sur lequel les grandes puissances peuvent mettre en scène leurs rivalités. Et ça, c'était déjà la situation avant 1914, et c'est maintenant à nouveau aujourd'hui la situation. Et ceux qui en paient les frais ce sont toujours les peuples des Balkans, qui paient les frais d'un affrontement qui n'a pas de signification réelle sur le terrain.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

A faire confirmer par les spécialistes de la région ( @Akhilleus ? @Wallaby ? @Zalmox?).

Quelques zones d'ombre de l'article pour moi:

Quel est le sentiment local réel (soutien / opposition?) par rapport à l'occident, voire une adhésion à l'OTAN ?
 

Y a t il vraiment un intérêt stratégique particulier (et pas "sentimental") de Moscou à s'accrocher à la Macédoine ?
(rappel, la Macédoine est entre la Bulgarie et la Serbie, donc assez loin des frontières russes).
Ou la tentative a été effectuée parce que ce n'est pas cher (300kE) et ça peut rapporter gros (voire qu'il faut repousser l'OTAN sur tous les fronts, même mineurs)?
 

L'article reste vague sur les arguments utilisés pour convaincre Tsipras d'expulser les barbouzes russes.
(même si l'article dit que la Grèce avait dépensé plein d'effort pour organiser ce référendum... Mais sous entend des carottes accordées à la Grèce vu sa position stratégique ).
 

L'article parle d'une task force du département d'état / SR dédiée à surveiller les ingérences russes hors USA depuis 2016. Ca a du sens, mais je ne sais pas si ça existe vraiment : et mon petit doigt me dit que son financement a dû baisser avec Trump...
(le Congrès US  avait alloué 400M$ au département d'état pour combattre les ingérences russes aux USA : ils n'ont jamais été dépensés)

sentiment local ? variable selon les pays : Les serbes sont plutot anti OTAN

Les Macédoniens voient l'OTAN comme un moyen de sécuriser les frontières de leur pays (notamment vis à vis des problèmes ethniques internes)

Les bosniaques, ben ca dépent si on parle des musulmans, des serbes ou des croates etc

Dans l'ensemble par conte l'UE est vu comme une planche de salut tout en ne laissant pas beaucoup d'illusions sur une réelle intégration économique

 

Intérêt de Moscou dans l'histoire ? éviter l'extension de l'OTAN en Méditerranée et à l'ouverture de la Mer Noire

La Macédoine est petite mais centrale (notamment en terme de passage d'eventuels pipelines (projet transadriatic)) et maintenant que le Monténégro et l'Albanie font partie de l'alliance, il ne reste plus des masses de pions disponibles

Un seul pays non OTAN dans la zone et ça évite un bloc homogène donc induis une fragilité interne en terme de lignes de forces

 

Effet pour les SR US sur place je ne sais rien de précis, simplement il faut voir l'Ambassade US à Skopje. C'est une série de blocs truffés d'antennes et une ambassade trèèès grande en superficie et nombre de personnels pour juste un petit pays de 2 millions d'habitants

  • Like 1
  • Thanks 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 26/06/2018 à 19:51, Wallaby a dit :

http://www.levif.be/actualite/international/l-accord-sur-la-macedoine-du-nord-provoque-des-remous-politiques/article-normal-859169.html (26 juin 2018)

Macédoine : le président met son véto au changement de nom mais le parlement devrait revoter et annuler le véto. Ensuite il y aura un référendum. Mais ce n'est pas tout :

Ultime étape pour entériner le nouveau nom, une révision constitutionnelle devra ensuite de nouveau être validée par le Parlement, mais à la majorité des deux tiers. Le gouvernement de Zoran Zaev ne dispose pas pour l'heure de cette majorité.

Coup de théâtre, la majorité des deux tiers, introuvable, a été trouvée :

https://www.la-croix.com/Monde/Macedoine-Parlement-vote-debut-processus-changer-nom-2018-10-20-1300977329 (20 octobre 2018)

Le ministère [russe] a mentionné la lettre que Wess Mitchell, chargé des relations avec l'Europe et l'Otan au département d'Etat américain, a envoyée cette semaine au leader du VMRO-DPMNE, Hristijan Mickoski, dans laquelle il se disait "déçu" de la position de ce parti d'opposition de droite.

Victoire cruciale pour le Premier ministre social-démocrate Zoran Zaev, qui a dû se battre pour convaincre une dizaine de parlementaires du VMRO-DPMNE, dont les dirigeants sont fermement opposés au changement de nom.

Parmi ces membres de l'opposition se trouvaient trois députés qui avaient été libérés sous caution cette semaine. (...) [Zoran Zaev] a refusé de dire s'il y avait eu des négociations pour leur éventuelle amnistie. "Personnellement, je pardonne chacun d'eux".

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Valises, pressions et le toutim habituel. Plus la promesse d'une facilitation de l'entrée dans l'UE et l'OTAN. Ça aide en général. Notez que ça marche aussi avec des dollars, des euros, des containers de jeunes Russes et de Su-30 ou des ailerons de requins.

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.lessentiel.lu/fr/economie/story/les-balkans-nouvelle-cible-de-la-chine-24556752 (10 avril 2019)

[Johhanes Hahn] évoque le cas du petit Monténégro, où la dette publique a explosé jusqu'à atteindre 70% du PIB, après que le pays a contracté un emprunt de plus de 800 millions d'euros auprès d'une banque chinoise pour bâtir une autoroute dans ses montagnes.

La Chine est aussi un acteur très actif dans le domaine des centrales à charbon, cruciales pour la production d'électricité dans les Balkans, alors que l'UE s'emploie à convaincre les gouvernements de s'éloigner de cette industrie polluante.

Cela n'a pas dissuadé les députés bosniens d'accorder récemment une garantie publique de 100% pour un prêt de 614 millions d'euros accordé par une banque chinoise pour moderniser une centrale à charbon de Tuzla.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,444
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Chaos
    Newest Member
    Chaos
    Joined
  • Forum Statistics

    20,779
    Total Topics
    1,272,583
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries