On prend les paris, les british quittent,ou pas, l'Europe?  

82 members have voted

This poll is closed to new votes
  1. 1. pensez-vous que les brits vont quitter, ou pas, l'Union?

    • Ils se dégonflent et restent dans l'Europe.
    • Ils ont des "cojones" - des bollocks en fait - et quittent l'Europe.


Recommended Posts

il y a 21 minutes, Alexis a dit :

Hypothèse optimiste : c'est un islamiste quelconque qui voulait faire son djihadiste. Dangereux bien sûr, mais bon rien de nouveau.

Hypothèse pessimiste : c'est le chaos politique britannique qui augmente :unsure: ...

Sois donc optimiste, pour une fois !

Citation

The Metropolitan Police said Naa’imur Zakariyah Rahman, 20, from north London, and Mohammed Aqib Imran, 21, from Birmingham, had been charged with preparing a terrorist act.

A Scotland Yard spokesperson declined to confirm that the arrests were linked to a plot to attack Ms May.

 

Edited by Boule75
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

En français :

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/12/06/un-attentat-contre-theresa-may-dejoue_5225330_3214.html

La ministre de l’intérieur, Amber Rudd, a annoncé mardi que « 22 complots terroristes islamistes » avaient été déjoués depuis l’assassinat d’un soldat en pleine rue à Londres, en mai 2013. Neuf d’entre eux l’ont été depuis l’attentat commis en mars sur le pont de Westminster et devant le Parlement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Boule75 a dit :

Sois donc optimiste, pour une fois !

Rôooooh... et qu'est-ce qui te dit que ces Messieurs Naa’imur Zakariyah Rahman et Mohammed Aqib Imran ne sont pas des conservateurs pro-Brexit révoltés par la scandaleuse faiblesse des May face aux manœuvres du Continent :happy: ?

Sérieusement : c'est rassurant oui. :smile:

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 03/12/2017 à 17:41, jojo (lo savoyârd) a dit :

"Brexit : pourquoi l'Irlande pourrait avoir le dernier mot sur le sort du Royaume-Uni"

Il suffit sinon d'exclure l'Irlande en même temps que le RU. Comme ça une frontière (ou pas) ne sera que de leur seul ressort, et ne concernera en rien les autres pays membres. Second point kiss cool : ça va permettre de mettre un peu à plat toutes ces histoires de fiscalités et d'optimisations

Edited by rendbo
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, rendbo a dit :

Il suffit sinon d'exclure l'Irlande en même temps que le RU. Comme ça une frontière (ou pas) ne sera que de leur seul ressort, et ne concernera en rien les autres pays membres. Second point kiss cool : ça va permettre de mettre un peu à plat toutes ces histoires de fiscalités et d'optimisations

Pourquoi ne pas exclure les français pour vouloir arrêter le glyphosate? exclure la suède pour l'achat du patriot?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca ne s'améliore pas véritablement à Londres.

  • David Davies, rubicond ministre en charge du Brexit, vient d'avouer, sous la pression, qu'en fait aucune étude n'existait sur l'impact du Brexit sur le RU. Comme ça c'est plus simple, ça leur évitera de se référer à des chiffres abracadabrantesques.
  • May et la patronne du DUP nord-irlandais se sont enfin causé. Ce qui n'a rien changé.
  • Johnson et Gove tirent dans le dos de May pour obtenir le pouvoir, même s'ils n'ont aucune idée de ce qu'ils vont en faire.
  • Corbyn et les travaillistes sont à l'attaque, pointent combien les Torries sont mauvais, mais nul ne sait en quoi le Labour serait meilleur...
  • Et puis il y a ceux continuent à sniffer la colle avec suralimentation et peut être même une pointe d'acides ou de meth ; Allister Heath :
    Citation

    The EU is fatally divided over Brexit – and that is our greatest opportunity  

    Je n'ai hélas pas accès à l'argumentaire entier, mais rien que le titre...

  • Like 1
  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 minutes ago, Boule75 said:

Je n'ai hélas pas accès à l'argumentaire entier, mais rien que le titre...

Je me fous pas mal du contenu. Tout ce que je veux savoir si c'est tu as le numéro de son fournisseur parce qu'on dirait qu'il fait des super champis...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, Boule75 a dit :

Je n'ai hélas pas accès à l'argumentaire entier, mais rien que le titre...

Tiens, en anglois, tiré du reddit sur le brexit

Citation

There are two strategies that a country can adopt during moments of national emergency. The boldest is for Left and Right to come together in a unity government, putting aside their differences to fight for a common purpose. This reduces the space for democratic dissent, and risks enshrining groupthink, but it can be a vital way forward in extreme circumstances.

It allows the government to speak on behalf of the vast majority, rather than merely one party, which is especially useful in times of war. Herbert Henry Asquith forged a coalition with Labour and the Conservatives between May 1915 and December 1916, which continued following his replacement by David Lloyd George. It was triumphantly re-elected after the war and the UK retained a government of national unity until 1922, allowing it to navigate Ireland’s independence. Our most famous government of national unity was Winston Churchill’s all-party coalition from 1940 until 1945: it would have been impossible to defeat the Nazis without it.

We have also had unity governments, albeit less successfully, in times of intense economic crisis. Starting in 1931, there was a succession of National Governments, led by Ramsay MacDonald, Stanley Baldwin and then Neville Chamberlain. Coalitions frayed over time but the basic idea – that the challenge was too great, the ideological divisions within rather than between parties too intractable – continued to guide how administrations were put together. We ended up with a cut-down version in 2010 in the shape of the Tory-Lib Dem coalition, tasked with slashing the deficit at a time when there were real doubts about the UK’s solvency.

For better or worse, our politicians have embraced the other, more traditional approach since the Brexit vote: they have kept fighting among themselves, while swathes of the establishment want to cancel the great democratic uprising of 2016. Only the Remainers are working in cross-party fashion, with close contact between Blairites, Remainer Tories and Lib Dems.

Theresa May’s strategy, as well as that of Jeremy Corbyn, has been to pretend to normalise the extraordinary: Brexit is merely one policy among many, subject to the usual Westminster games, rather than an all-consuming issue that requires intense cross-party cooperation.

The result has been to present an amateurish, uncertain picture to the outside world, with damaging short-term consequences. The Cabinet itself is a warring coalition involving the whole spectrum of Brexiteers and Remainers: it has no agreed view of what the ideal end-state should look like, as the negotiators in Brussels understand too well. When one adds to this the fact that we don’t have a strong, charismatic Prime Minister capable of leading the nation or selling her own way forward to the country, it is hardly surprising that it has taken so long for the government to achieve so little, culminating in a financial offer that could have been made nine months ago.

But while we remain hopelessly divided, little attention has been devoted to the fact that the EU is in an even greater mess. We don’t know what we want, but neither do they, and that is our greatest opportunity.

Forget Left-Right cleavages: European politics has taken on a matrix-like structure. Some governments want much more European integration and a superstate; others want less or the same as now. Some believe that Brexit will help achieve their vision (regardless of whether that is more or less EU); others that it will hinder it.

The question, to the integrationists, is whether the EU can ever fulfil its imperial, continental potential if we leave, or whether it can possibly fulfil it if we don’t. Our departure would represent a crippling blow, the loss of a central economic, financial, military and cultural power; yet the referendum suggests that Charles de Gaulle was right and we were never going to fit into the EU, seeking to delay and block its gradual mutation from economic market to full-on technocratic Euro-state. To Eurosceptics in the EU, Brexit is either good news (a great precedent) or a disaster (the loss of a principal ally).

Most EU governments believe that keeping the best possible relations with the UK when we leave makes sense; others seem up for a fight, however suicidal. Opposition parties often disagree, and governments themselves are riven with splits.

Part of the difficulty is that similar tactics can signify opposite end-goals. Threatening the UK with a trade war may be seen as a ploy to frighten us into staying put, or as a means to enrage us into the cleanest of Brexits. Emotions are running high: we often confuse spite and anger from Europeans who feel jilted with a calculated attempt at “punishing” us.

Take France: what does Emmanuel Macron really think of Brexit? My own suspicion, informed in part from his autobiography, is that he would like us to leave. Some Eastern European countries don’t want us to go. Others, such as the Dutch and Danes, will be willing to work with us if we do. The German view, if there is one these days, is unclear. Ireland is pursuing a high-stakes game of brinkmanship but clearly would prefer us not to leave. As the second phase of the talks looms, the Foreign Office should focus on determining which European leaders believe that a liberal Brexit would be in their own countries’ interests, and try to work with them to facilitate the smoothest possible departure.

Anything is possible, especially if the talks break down: Brexit is an event of such magnitude that our political parties are unlikely to survive it unscathed. If, heaven forbid, a second referendum were held, and we were to vote, once again, to Leave, as I hope and expect, it would be hard to see how Britain would be able to avoid a government of national unity and the complete reconfiguration of our parties. In the meantime, the EU is making the most of our disunity, so we must do the same with their own irreconcilable positions.

The next phase of the negotiations will be very different to the first, so now is the time to divide and conquer, or at least to seek to build a new national coalition that supports a genuine, open Brexit.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, Boule75 a dit :
  • David Davies, rubicond ministre en charge du Brexit, vient d'avouer, sous la pression, qu'en fait aucune étude n'existait sur l'impact du Brexit sur le RU. Comme ça c'est plus simple, ça leur évitera de se référer à des chiffres abracadabrantesques.

Juste une précision sur ce sujet: David Davies avait affirme qu'ils avaient fait 57 rapports sectoriels pour évaluer l'impacte du BREXIT sur les différentes parties de économies Britannique. Ces rapports on du etre rendu publique mais au final seulement une sorte de résumé vague a été rendu publique. Et récemment il a donc admis que les 57 rapport n'existaient pas et que tout ce qu'ils avaient c’étaient la synthèse déjà rendu publique.

En bonus un des membres du gouvernement qui essaye de ne rien admettre. Assez hilarant.

 

 

  • Like 1
  • Haha 1
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça pourrait donner des arguments aux partisans de l'UE sur le thème "vous avez voté d'accord, mais votre vote ayant été vicié par les mensonges du gouvernement et par les bots russes, il serait utile de le reconfirmer - ou non - par un second vote". Bien que cela me paraisse fort peu crédible comme hypothèse.

En tout cas, cela démontre une fois de plus qu'on peut toujours faire avaler de grosses couleuvres, même au temps de l'information instantanée.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, Carl a dit :

Tiens, en anglois, tiré du reddit sur le brexit

Merci. Ce qu'il se refuse à admettre, c'est :

1. que la perte relative de "liberal Britain" est purement économique pour l'UE tant ils ont pris soin de ne rien apporter d'autre, sachant qu'on continuera à bénéficier des apports culturels, et probablement d'apports militaires s'ils ne pas totalement débiles...

Pour le reste, ça fait des années que les apports du RU sont négatifs (blocages, sabotages : bon débarras)

2. que l'UE peut être désunie dans ses objectifs mais unie dans la négo du Brexit.

C'est d'ailleurs ce dernier point qu'il espère explicitement nier en semant la discorde.

Et pour le RU à long terme, quels projets ? Toujours rien.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non. Fondalementalement ce qu'elle refuse d'admettre est que la majorité des européens s'en foutent un peu.

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 49 minutes, Carl a dit :

genuine, open Brexit.

C'est quoi un Brexit authentique et ouvert ? C'est le beurre avec l'argent du beurre. Bref on tourne en rond.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout ce foutoir (n'ayons pas peur des mots) me rappelle de plus en plus cette citation attribuée (à tort, comme la plupart ?) à Churchill :

"Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait… et il faisait tout ça aux frais des contribuables."

Remplacez les deux premiers mots par Theresa May et socialiste par Brexiter... ça sonne bien non ?

  • Haha 4
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, Wallaby a dit :

C'est quoi un Brexit authentique et ouvert ? C'est le beurre avec l'argent du beurre. Bref on tourne en rond.

Dans leur esprit, je crois que la signification est assez claire : c'est se débarasser de toute sujétion formelle à un droit supérieur à celui de la Couronne. C'est de toute façon un peu vain puisqu'il reste les traitès, mais ils ne supportent plus ni les Cours ni le Parlement ni la Commission.

Mais si la signification est claire, je pense qu'on peut raidonnablement constater qu'ils n'ont aucune idée de son application et de ses implications pratiques. Ils refusent même d'y penser.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ne perdons tout de même pas de vue ces deux réalités :

- A partir de 2019, la loi applicable au Royaume-Uni sera celle décidée souverainement par le parlement britannique

- A partir de 2019, seules les lois du Royaume-Uni décideront qui est autorisé à y entrer, y séjourner ou s'y établir

On peut penser que ces deux points "ne valent pas" les cafouillages et le désordre actuel, sans compter la réduction de l'activité saine et utile de la City de Londres. On peut penser le contraire.

Quoi qu'il en soit, ils demeurent.

Et les Britanniques auront bien un bénéfice concret de leur décision de sortie, même s'il n'est pas financier - qui pense que seul l'argent compte, d'ailleurs :smile: ? Un bénéfice fondamental pour qui croit que les lois doivent être faites dans les parlements plutôt que préparées par des comités "techniques" et imposées aux parlements, que la démocratie a un avenir et la nation aussi.

Nos cousins britanniques seront bientôt à la fois un peu plus pauvres, et beaucoup plus libres - je rappelle que la liberté n'est pas seulement personnelle, c'est aussi la possibilité concrète de décider des orientations de la communauté politique - la nation - à laquelle on appartient.

Enfin, un peu plus pauvres, à condition que l'Union européenne reste aussi heureuse et stable qu'elle a été jusqu'ici - stable parce qu'heureuse naturellement, parce que tous les citoyens des pays membre se félicitent de ses politiques. Si l'UE devait entrer en phase disons d' "instabilité"... il se pourrait encore que même du strict point de vue économique les Britanniques aient fait une bonne affaire en la quittant à temps. :unsure:

L'avenir le dira.

 

il y a 10 minutes, Boule75 a dit :

Dans leur esprit, je crois que la signification est assez claire : c'est se débarasser de toute sujétion formelle à un droit supérieur à celui de la Couronne. C'est de toute façon un peu vain puisqu'il reste les traitès, mais ils ne supportent plus ni les Cours ni le Parlement ni la Commission.

Mais si la signification est claire, je pense qu'on peut raidonnablement constater qu'ils n'ont aucune idée de son application et de ses implications pratiques. Ils refusent même d'y penser.

Je ne sais pas s'ils ont négligé de penser les conséquences, mais si c'est le cas, il y a un adage qui résume bien cette approche :

Fais ce que dois, advienne que pourra

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, Alexis a dit :

- A partir de 2019, la loi applicable au Royaume-Uni sera celle décidée souverainement par le parlement britannique

- A partir de 2019, seules les lois du Royaume-Uni décideront qui est autorisé à y entrer, y séjourner ou s'y établir

Oui ! Mais ils vont devoir respecter les clauses des traités non-dénoncés et des nouveaux. Ça les ligottera, autant voire plus que nous sur certains points.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, Alexis a dit :

Ne perdons tout de même pas de vue ces deux réalités :

- A partir de 2019, la loi applicable au Royaume-Uni sera celle décidée souverainement par le parlement britannique

- A partir de 2019, seules les lois du Royaume-Uni décideront qui est autorisé à y entrer, y séjourner ou s'y établir

On peut penser que ces deux points "ne valent pas" les cafouillages et le désordre actuel, sans compter la réduction de l'activité saine et utile de la City de Londres. On peut penser le contraire.

Quoi qu'il en soit, ils demeurent.

Et les Britanniques auront bien un bénéfice concret de leur décision de sortie, même s'il n'est pas financier - qui pense que seul l'argent compte, d'ailleurs :smile: ? Un bénéfice fondamental pour qui croit que les lois doivent être faites dans les parlements plutôt que préparées par des comités "techniques" et imposées aux parlements, que la démocratie a un avenir et la nation aussi.

Nos cousins britanniques seront bientôt à la fois un peu plus pauvres, et beaucoup plus libres - je rappelle que la liberté n'est pas seulement personnelle, c'est aussi la possibilité concrète de décider des orientations de la communauté politique - la nation - à laquelle on appartient.

Enfin, un peu plus pauvres, à condition que l'Union européenne reste aussi heureuse et stable qu'elle a été jusqu'ici - stable parce qu'heureuse naturellement, parce que tous les citoyens des pays membre se félicitent de ses politiques. Si l'UE devait entrer en phase disons d' "instabilité"... il se pourrait encore que même du strict point de vue économique les Britanniques aient fait une bonne affaire en la quittant à temps. :unsure:

L'avenir le dira.

 

Je ne sais pas s'ils ont négligé de penser les conséquences, mais si c'est le cas, il y a un adage qui résume bien cette approche :

Fais ce que dois, advienne que pourra

 

Vu le bordel en GB , J'ai pas l'impression qu'il y ait un commandant à bord du bateau ...Ni de second... L'équipage lui il est complètement secoué ... 

Ce qui est assez ennuyeux pour une puissance maritime .

Sinon qualifier les anglois de "cousins" ... Non la quand même faut pas pousser :rougitc: .

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

- A partir de 2019, la loi applicable au Royaume-Uni sera celle décidée souverainement par le parlement britannique

Sauf pour tous les traités.

Citation

- A partir de 2019, seules les lois du Royaume-Uni décideront qui est autorisé à y entrer, y séjourner ou s'y établir

Non... pas vraiment. S'ils décident de s'interdire d'aller partout, oui. S'ils veulent bouger c'est non. Rien que les indiens viennent de leur dire de se mettre le balai dans le cul s'ils veulent commercer avec eux sans liberté de mouvement.

Citation

Et les Britanniques auront bien un bénéfice concret de leur décision de sortie, même s'il n'est pas financier - qui pense que seul l'argent compte, d'ailleurs  ? Un bénéfice fondamental pour qui croit que les lois doivent être faites dans les parlements plutôt que préparées par des comités "techniques" et imposées aux parlements, que la démocratie a un avenir et la nation aussi.

Tu commets une erreur: tu crois vraiment que les lois sont imposées aux parlements? C'est une erreur très très courtante. La réalité c'est que le parlement a toujours choisi mais il met sur le dos des comités/européens/autres/ET. quand il n'asume pas un choix.

Citation

Nos cousins britanniques seront bientôt à la fois un peu plus pauvres, et beaucoup plus libres - je rappelle que la liberté n'est pas seulement personnelle, c'est aussi la possibilité concrète de décider des orientations de la communauté politique - la nation - à laquelle on appartient.

C'est exactement notre situation. Nous avons CHOISI de nous unir à l'Europe et de dénéguer certaines activités merdiques et pénibles. 99.99% des normes de l'Europe tant décriée axistent partot ailleurs dans le monde (agro alimentaire, commerce...) sauf que nous on met ces normes sur le dos de l'Europe en refusant d'assumer nos choix.

Là les anglais sont dans un situation de plus en plus merdique (pesons les mots) car ils se rendent compte que tous les pays du monde vont les bouffer une fois seuls car ils n'ont pas de cadeau à leur faire. Quand on regarde bien, mère Thérésa est quand même prette à payer un monceau de fric + à lâcher une partie de son propree pays pour juste avoir le droit de commencer à négocier du futur. Et pourquoi? Parce que l'Europe a une stratégie très simple: si pas d'accord alors ranapéterc'esttamerde

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
22 minutes ago, cracou said:

Tu commets une erreur: tu crois vraiment que les lois sont imposées aux parlements? C'est une erreur très très courtante. La réalité c'est que le parlement a toujours choisi mais il met sur le dos des comités/européens/autres/ET. quand il n'asume pas un choix.

Pas exactement: c'est les chefs d'état et de gouvernement ou les ministres qui décident sur beaucoup de trucs en parallèle avec le Parlement Européen, même si le pouvoir de ce dernier est moindre. Et c'est ensuite le ministre qui va souvent tout remettre sur le dos de l'Europe, parfois même alors qu'il a voté pour la proposition (je me souviens que quelqu'un s'était fait remettre à sa place par un de ses collègues après s'être plaint d'une décision en faveur de laquelle il avait voté. Je crois que c'était sur le dossier grec mais je ne sais plus qui c'était).

Le pire, c'est que donner plus de pouvoir au Parlement permettrait en théorie de combler le déficit démocratique (renforcer le pouvoir d'élus directs par rapport à des élus indirects (à l'exception des Présidents français et lituaniens)) mais je crois que certain pays préféraient la méthode intergouvernementale1 à la méthode supranationale2. Dont un certain Royaume-Uni...

 

1 Pouvoir au Conseils formés par les Ministres compétents (Conseil de l'UE) ou les chef d'état ou de gouvernement (Conseil européen)

2 Pouvoir au Parlement formé par les députés élus directement à la proportionnelle.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Le 05/12/2017 à 22:04, Tancrède a dit :

Si on multiplie les accords à la carte, les régimes d'exception, les statuts spéciaux et les cas de règles à la demande, on dément beaucoup de choses qu'on essaie de mettre en place à grand-peine, on les vide de leur substance avant même qu'elles n'existent

Tout ce que tu décris, le RU en bénéficiait déjà. Si on l'applique à l'Irlande du Nord, au moins cette dernière aura moins de poids pour imposer ses vues.

Il y a 13 heures, Alexis a dit :

Et les Britanniques auront bien un bénéfice concret de leur décision de sortie, même s'il n'est pas financier - qui pense que seul l'argent compte, d'ailleurs :smile: ? Un bénéfice fondamental pour qui croit que les lois doivent être faites dans les parlements plutôt que préparées par des comités "techniques" et imposées aux parlements, que la démocratie a un avenir et la nation aussi.

Nos cousins britanniques seront bientôt à la fois un peu plus pauvres, et beaucoup plus libres - je rappelle que la liberté n'est pas seulement personnelle, c'est aussi la possibilité concrète de décider des orientations de la communauté politique - la nation - à laquelle on appartient.

Je crains que beaucoup d'écossais ne partagent pas ton opinion sur la pertinence des lois britanniques :smile:
Et je suis certains qu'un grand nombre de citoyens d'Irlande du Nord s'avèrent carrément hostiles aux décisions prises au palais de Westminster :ph34r:. C'était d'ailleurs la grande inquiétude d'un intervenant britannique dans un C dans l'air de début de semaine: que le Brexit ne détèriore la situation en Irlande du Nord, ravive les nationalismes, et réveille l'Ira. Personne ne souhaite une guerre civile larvée aux frontières de l'Europe. Pourtant c'était le cas dans les années 70-80:pleurec:. Et tous les protagonistes se pensaient dans leur bon droit, estimant agir pour la liberté, britannique ou irlandaise.

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela n'enlève rien au fait qu'une communauté politique qui s'estime comme telle, doit pouvoir décider réellement des politiques qu'elle veut mener. Celles-ci seront bien entendu contraintes par des contingences extérieures mais il n'en demeure pas moins qu'une diversité d'options sera possible. Ce n'est plus le cas au sein de l'Union sauf à la marge et à risquer l'ire de l'orthodoxie. Le principal problème du Brexit, ce n'est pas le Brexit en lui-même, c'est qu'il a été porté par opportunisme électoral en majorité et non sur un véritable projet réfléchi, que sa victoire s'est appuyée sur le mensonge (et ça aurait été le cas si l'autre camp l'avait remporté aussi) et que cela nuit forcément à sa mise en oeuvre et à la démocratie en général.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 51 minutes, Nicks a dit :

Cela n'enlève rien au fait qu'une communauté politique qui s'estime comme telle, doit pouvoir décider réellement des politiques qu'elle veut mener. Celles-ci seront bien entendu contraintes par des contingences extérieures mais il n'en demeure pas moins qu'une diversité d'options sera possible. Ce n'est plus le cas au sein de l'Union sauf à la marge et à risquer l'ire de l'orthodoxie.

Le problème de l'Irlande du Nord des années 70-80, c'est justement la confrontation entre deux communautés politiques. Chacune voulait pouvoir décider librement du rapprochement vers Londres ou Dublin. Résultat : la BBC faisait ses gros titres sur les graves violences dans le coin au moins une fois par semaine, et souvent plus.

D'ailleurs, le Sin Féin semble avoir reconnu une opportunité : 

Citation

Brexit: manifestation à Belfast contre l'instauration d'une frontière avec l'Irlande

(...) Cette manifestation était la première d'une série de rassemblements que le Sinn Féin a prévu d'organiser en Irlande du Nord. (…)

https://www.courrierinternational.com/depeche/brexit-manifestation-belfast-contre-linstauration-dune-frontiere-avec-lirlande.afp.com.20171206.doc.ux8s5.xml

Pour ce qui concerne la diversité d'opinions impossible au sein de l'UE, je crois que la Pologne ou la Hongrie constituent des contre m-exemples pertinents … :ph34r:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je parlais de politique économique bien évidemment. A part le Portugal à la marge, mais avec un succès qui laisse augurer de belles possibilités, je ne vois pas trop d'exemple de politiques hétérodoxes qui seraient menées en ce moment. Et ce n'est pas une question de rapport de force politique actuel dans les différents pays européens, puisqu'à la fin des années 90 il y a eu une période où 13 pays sur 15 avait des gouvernements de "gauche" et que cela n'a rien changé. Pour cause, puisque les traités définissent les orientations économiques. Cela dit le Brexit ne s'est pas réellement joué sur ces questions, qui pour le coup épousent assez bien les conceptions libérales anglo-saxonnes. On en revient au mensonge qu'ont porté les formations pro-brexit à des fins de politiques intérieures...

Par ailleurs, quand je parle de communauté politique, j'exclue pour ma part des conceptions ethniques ou religieuses qui pourraient en être exclusives. En effet, à ce moment là, cela débouche quasi systématiquement sur des violences sans issue. La situation irlandaise était un peu plus complexe et malgré tout témoignait des dysfonctionnement des systèmes politiques non universalistes et inégalitaires. Ceux-ci précisément finissent par focaliser l'opposition sur des critères d'appartenances que j'appellerai pour ma part extra-politiques.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Pologne et la Hongrie n'affichent plus vraiment d'intention de passer à l'Euro. Ce dernier pays a mis à mal à l'indépendance de sa banque centrale. Le moins qu'on puisse dire c'est que ça s'éloigne de la politique économique orthodoxe classique.

Peut-etre penses-tu plus spécifiquement à la politique budgétaire? Mais il faut se souvenir, qu'au début des années 2000, la France et l'Allemagne ont pu sans difficulté passer outre le pacte de stabilité. Sans que ça entraîne pour autant une grande prospérité, d'ailleurs.

En matière de croissance économique, les grands pays européens qui réussissaient récemment de belles performances, étaient la RFA et … la Grande-Bretagne (pour recoller au sujet). Or ces deux nations mettent l'accent en ce moment sur leur rigueur budgétaire. On n'est pas obligé d'y voir un lien de cause à effet, mais en tout cas la rigueur n'y a pas empêché la croissance :smile:

Pour ce qui est d'exclure de la politique les conceptions religieuses, en France, sans doute. Mais je doute que les chrétiens-démocrates à travers l'Europe partagent ton opinion :ph34r:

Edit: il devrait y avoir du nouveau ce WE pour le Brexit :

Citation

Le négociateur en chef européen, Michel Barnier, donne jusqu’à vendredi au Royaume-Uni pour parvenir à un accord. Dans le cas contraire, l’UE craint la chute du gouvernement de Theresa May. (…)

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/brexit-48-heures-pour-regler-la-question-irlandaise

 

Edited by Desty-N

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,511
    Total Members
    1,550
    Most Online
    nikesfeld13
    Newest Member
    nikesfeld13
    Joined
  • Forum Statistics

    20,895
    Total Topics
    1,318,566
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries