Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

On prend les paris, les british quittent,ou pas, l'Europe?  

82 members have voted

  1. 1. pensez-vous que les brits vont quitter, ou pas, l'Union?

    • Ils se dégonflent et restent dans l'Europe.
    • Ils ont des "cojones" - des bollocks en fait - et quittent l'Europe.

This poll is closed to new votes


Recommended Posts

il y a 12 minutes, g4lly a dit :

J'ai pris qu'un petit bout du texte de loi ... mais la définition des "œuvres européennes" est la même à tous les chapitre ...

Oui, mais elle ne couvre pas la vidéo à la demande, ce qui est précisément le sujet de ces discussions. Les oeuvres du RU diffusées par la télé classiques sont hors périmètre.

Link to post
Share on other sites
19 minutes ago, Boule75 said:

Oui, mais elle ne couvre pas la vidéo à la demande, ce qui est précisément le sujet de ces discussions. Les oeuvres du RU diffusées par la télé classiques sont hors périmètre.

C'est pas du tout explicite dans la directive TSF ...

---

L'avis de la CJUE

https://www.legipresse.com/011-43309-Un-service-de-quasi-video-a-la-demande-qui-n-est-pas-fourni-a-la-demande-individuelle-d-un-destinataire-de-services-est-un-service-de-radiodiffusion-televisuelle-au-sens-de-la-directive-TSF.html

Ça semble assez clair ... Netflix c'est dans la TSF.

Quote

Un service de quasi vidéo à la demande qui n'est pas fourni à la demande individuelle d'un destinataire de services est un service de radiodiffusion télévisuelle au sens de la directive TSF

---

 

Quote

...

En cas de sortie du Royaume-Uni de la Communauté européenne, les œuvres anglaises ne pourraient alors plus être considérées comme des œuvres originaires d’Etats membres.

Les éditeurs de services de télévision et de services de médias audiovisuels à la demande ne pourraient alors plus comptabiliser les œuvres cinématographiques et audiovisuelles britanniques au sein de leur contribution au développement des œuvres européennes et seraient obligés d’investir dans d’autres œuvres européennes afin de compenser la part des dépenses consacrées aujourd’hui à des œuvres anglaises.

Il en est de même pour le respect des quotas de diffusion d’œuvres européennes, les éditeurs de services de télévision ou de services de médias audiovisuels à la demande seraient alors contraints de ne plus intégrer les œuvres britanniques au sein de leur quotas de diffusion d’œuvres européennes avec le risque pour eux de devoir diffuser d’autres œuvres européennes afin d’atteindre le seuil des 60 %.

Afin de permettre aux œuvres britanniques de pouvoir rentrer dans les quotas d’œuvres européennes, deux possibilités seraient alors envisageables :

1. En vertu de la convention européenne TSF, une œuvre produite par le Royaume-Uni pourrait être considérée comme européenne au regard des dispositions du décret du 17 janvier 1990 modifié à partir du moment où elle remplit l’une des conditions fixées par le décret (système de point, production de l’œuvre par une entreprise dont le siège est fixé dans un des Etats membres ou financement majoritaire par des contributions européennes) ;

2. Une œuvre produite dans le cadre d’une coproduction financée majoritairement par des coproducteurs établis au sein de la Communauté européenne.

De son côté, le Royaume-Uni n’aurait plus à respecter d’obligations en matière de quotas européens en application de la Directive SMA. Toutefois, en tant que signataire de la convention TSF il serait toujours soumis à l’obligation de l’article 10 de ce texte qui lui impose de veiller « à chaque fois que cela est réalisable et par des moyens appropriés, à ce qu’un radiodiffuseur réserve à des œuvres européennes une proportion majoritaire de son temps de transmission ».

...

https://insight.npaconseil.com/2016/06/29/contenus-audiovisuels-la-refonte-de-la-directive-sma-en-question/?print=print

Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, true_cricket a dit :

Cet acharnement à traiter le R-U comme un pays hors de l'UE, conformément au vote des citoyens britanniques?

Ben... oui? Je ne juge pas, je constate. :wink: Ils n'en laissent vraiment pas passer une.
Va arriver un moment où la turquie sera mieux traitée que la GB! Je pense même que c'est déjà le cas. :laugh:
Je blâme l'impréparation des brexiteurs en premier lieu. Mais soyons clairs: ça sent fortement les vieilles querelles entre Allemagne, essentiellement, et Royaume-Uni, prétextes au maximum de vexations possibles.

Après, c'est bon pour nous, entendons-nous bien. :biggrin: Pendant qu'ils se tapent dessus, nous sommes à peu près tranquilles.

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
il y a 41 minutes, g4lly a dit :

Je lis ça dans la convention :

Aux fins de la présente Convention :
a "Transmission" désigne l'émission primaire, par émetteur terrestre, par câble ou par tout  type de satellite, codée ou non, de services de programmes de télévision destinés à être  reçus par le public en général. Ne sont pas visés les services de communication opérant  sur appel individuel

 

Link to post
Share on other sites
4 minutes ago, Boule75 said:

Je lis ça dans la convention :

Aux fins de la présente Convention :
a "Transmission" désigne l'émission primaire, par émetteur terrestre, par câble ou par tout  type de satellite, codée ou non, de services de programmes de télévision destinés à être  reçus par le public en général. Ne sont pas visés les services de communication opérant  sur appel individuel

 

C'est explicité plus loin ... il s'agit de service de télécopie et autre prestation individualisé ... rien à voir avec du contenu collectif et public ... distribué de manière non linéaire.

En plus il y a eu une mise à jour SMAD incluant explicitement les SVOD dans le bidule avec des mesures spécifiques pour les "oeuvres européennes".

C'est d'ailleurs très bien expliqué dans l'article de Marianne ... et c'est bien les directives SMA qui s'intéresse au flux SVOD explicitement ...

... en même temps je comprends que les producteurs de l'Union pousse l'obligation de diffuser leur contenu plutôt que ceux des britanniques ...

... mais c'est une modification plus que substantielle de la règle en vigueur ... et c'est ouvertement orienté anti-britannique.

Link to post
Share on other sites

Mais le RU n'est plus concerné par les directives, il faudrait donc en revenir la Convention.

Par ailleurs, autant je conçois qu'on considère une rediffusion à la demande comme une prologation de la diffusion, autant la Vod pure de contenus originaux, là, franchement, je ne comprendrais pas que ça soit couvert par le texte de la Convention.

 

---

Autre sujet :

In the first three months of this year, the UK food and drink sector has taken a £2 billion hit in lost exports to the EU, described by the industry as a ‘disaster’, according to new figures published on Friday (18 June).

-50%. C'est en partie provisoire, mais Gros Bobo.

Link to post
Share on other sites

https://www.lowyinstitute.org/the-interpreter/australia-sweeps-table-uk-trade-deal

Les Australiens ont obtenu l'élimination des tarifs britanniques sur l'agriculture.

De façon remarquable, on ne sait pas exactement ce que les négociateurs britanniques ont réussi à obtenir comme concessions réciproques. Certes, l'Australie a accepté d'éliminer ses propres droits de douane, mais c'est un peu comme si une Suisse enclavée proposait d'éliminer sa marine. Contrairement au Royaume-Uni, qui a mis en place de formidables barrières tarifaires autour de l'agriculture, les droits de douane australiens sont incroyablement bas et leur élimination ne changera probablement pas les calculs commerciaux de quiconque.

Sur le plan intérieur, le gouvernement britannique a adopté des approches quelque peu incohérentes pour expliquer son accès inattendu de générosité. Aux agriculteurs et à leurs représentants, apoplectiques à l'égard de cet accord, il a fait valoir que les produits australiens ne risquaient pas d'inonder le marché britannique, citant les modèles commerciaux existants et la forte demande plus près de chez eux. Il a également souligné à plusieurs reprises son refus de lever les interdictions sanitaires et phytosanitaires dans des domaines tels que le bœuf aux hormones artificielles comme preuve de sa défense réussie des intérêts britanniques.

À l'inverse, dans les commentaires des médias, les communiqués de presse et lors des entretiens avec ses membres les plus libertaires, le gouvernement britannique a principalement souligné les avantages pour les consommateurs d'un accès moins cher ou du moins plus abondant aux produits australiens, des biscuits Tim Tam aux steaks.

Ces points sont évidemment contradictoires. Tout afflux de produits australiens suffisamment important pour faire baisser les prix nuira par définition aux producteurs britanniques locaux, mais si aucun afflux de ce type ne se produit, les avantages pour les consommateurs seront probablement marginaux.

Des observateurs plus neutres ont suggéré que les calculs du gouvernement de Boris Johnson pour parvenir à un accord de principe, et ce aussi rapidement, pouvaient avoir des motivations non commerciales. Le Brexit, et plus récemment un Brexit plus dur au-delà du marché unique de l'UE et de l'union douanière, ont été vendus en partie sur la perspective d'une Grande-Bretagne libre-échangiste et mondialement fébrile. L'UE étant terminée et les États-Unis peu probables, un traité de libre échange avec l'Australie devenait la prochaine étape logique. 

 

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

https://theconversation.com/the-uk-wants-to-join-a-pacific-trade-deal-why-that-might-not-be-a-risk-worth-taking-162900 (24 juin 2021)

Il est très peu probable que l'adhésion au CPTPP fasse une différence significative dans les perspectives économiques post-Brexit du Royaume-Uni. L'adhésion à ce méga-accord commercial obligera le Royaume-Uni à faire le genre de compromis difficiles auxquels il s'est souvent opposé lorsqu'il était membre de l'UE.

Elle apportera également aux exportateurs britanniques des avantages supplémentaires très limités, tant dans l'absolu que par rapport aux concurrents de l'UE, et risque d'entraîner le Royaume-Uni dans une dynamique géopolitique de plus en plus complexe en Asie-Pacifique.

Les seuls membres du CPTPP avec lesquels l'UE n'a pas d'accord de libre-échange existant ou potentiel sont la Malaisie et le Brunei. Bien que ce dernier soit l'un des pays les plus riches de la région, il compte moins d'un demi-million de consommateurs. Les 32 millions de consommateurs de la Malaisie représentent un marché potentiel intéressant et leurs négociations commerciales avec l'UE sont au point mort.

Mais même les impacts économiques positifs d'une augmentation des échanges avec ces marchés risquent d'être limités en raison de la "gravité".

Comme deux planètes flottant dans l'espace, l'attraction d'une économie pour une autre est fonction de leur taille et de la distance qui les sépare - le partenaire commercial le plus proche d'un pays est le plus souvent son voisin.

Le modèle gravitationnel du commerce est l'un des plus robustes de l'économie. C'est la gravité, autant que la politique, qui explique pourquoi moins de 8 % des exportations du Royaume-Uni sont destinées aux pays du CPTPP et que la petite Irlande a toujours été un marché plus important que la Chine pour les entreprises britanniques.

L'adhésion au pacte risque d'accroître les divergences réglementaires avec l'UE dans des secteurs tels que la viande et les produits laitiers, ainsi que les biens industriels, ce qui compliquerait les exportations britanniques, bien plus importantes, vers les marchés de l'UE. Le texte du CPTPP fait fréquemment référence à des normes et initiatives régionales. La région en question est évidemment l'Asie-Pacifique, et non l'Europe.

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites

Je vais passer pour un bobo écolo, mais franchement, y avait pas plus proche que l'Australie pour faire un accord d'échange de marchandises ? Ah, on nous perle de la Malaisie, nettement plus proche... A la bonne heure !

Y doivent vraiment avoir le couteau sous la gorge les rosbeefs.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
4 hours ago, Nemo123 said:

Je vais passer pour un bobo écolo, mais franchement, y avait pas plus proche que l'Australie pour faire un accord d'échange de marchandises ? Ah, on nous perle de la Malaisie, nettement plus proche... A la bonne heure !

Y doivent vraiment avoir le couteau sous la gorge les rosbeefs.

Ben pour le coup, oui, ils l'ont sans doute...

Ils ont quitté le marché unique qui représentait une portion non négligeable de leurs échanges, pour ne pas dire majeure. Les citoyens n'ont pas obtenus ce qu'ils attendaient de cette décision (de ce qu'on leur en avait vendu en fait) et le gouvernement cherche à leur vendre toutes les victoires qu'il arrive à obtenir comme étant une preuve que la décision et sa mise en oeuvre étaient ce qu'il fallait pour le Royaume (plus trop) Uni.

Je grossis volontairement le trait, l'angleterre n'est pas en train de s'effondrer non plus et les Anglais ne sont pas au bord de la faillite et en pleine famine, mais il est difficile de trouver des bonnes nouvelles pour le Royaume et chaque victoire est bonne à prendre, surtout en cette période de doute vis-à-vis de la classe politique (pas limité au RU). Il est d'autant plus compliqué de trouver des avantages au Brexit en ce moment, et j'ai un peu peur (personnellement) que la situation sur place ne fasse que se dégrader dans les prochains mois (il faudrait refaire un point en décembre, un an après la sortie effective, et peut être dans un an ou un an et demi, pour pouvoir comparer l'évolution des données statistiques de façon représentatives : comment ont-elles évolué depuis la sortie de l'UE, au lieu de comparer des données "une fois dedans, une fois dehors".

Après, je me doute que sur place, le ressenti de la population est différent, et très hétérogène en plus. Mais en dehors de certains situations individuelles, j'aimerais savoir ce qu'ils ont effectivement réussi à y gagner... (c'est sérieux, j'aimerai vraiment savoir, si quelqu'un à des infos sérieuses et pas trop biaisées de gain du RU, ça m'intéresse.)

C'est mesquin, mais j'ai bien envie de leur dire un énorme "we told you so !" même s'il est encore un peu prématuré.

  • Upvote 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Nemo123 a dit :

Je vais passer pour un bobo écolo, mais franchement, y avait pas plus proche que l'Australie pour faire un accord d'échange de marchandises ? Ah, on nous perle de la Malaisie, nettement plus proche... A la bonne heure !

Y doivent vraiment avoir le couteau sous la gorge les rosbeefs.

Les relations avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande en matière de produits agricoles datent du Commonwealth c'est-à-dire pas d'hier, du temps de l'appartenance à la CEE/UE les Britanniques bénéficiaient de mémoire dans certains domaines d'accords particuliers avec eux ...

bobo écolo n'est pas une tare ...

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...
il y a 6 minutes, Boule75 a dit :

la débandade imminente de l'UE

C'est sûr qu'avec Mme Merkel et compagnies ... déjà côté allemand  et sa succession qui n'en finit plus ... Malaise

Mais les GB ont tout intérêt à la voir s'effondrer l'UE pour apporter de l'eau à leur moulin

Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Bechar06 a dit :

C'est sûr qu'avec Mme Merkel et compagnies ... déjà côté allemand  et sa succession qui n'en finit plus ... Malaise

Mais les GB ont tout intérêt à la voir s'effondrer l'UE pour apporter de l'eau à leur moulin

Plus de 1000 unes depuis 2016 : tu y trouveras probablement toutes les hypothèses possibles et inimaginables...

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Boule75 a dit :

Plus de 1000 unes depuis 2016 : tu y trouveras probablement toutes les hypothèses possibles et inimaginables...

c'est assez fou ça en fait une tous les 2 jours. Monomaniaques !

Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Boule75 a dit :

Plus de 1000 unes depuis 2016 : tu y trouveras probablement toutes les hypothèses possibles et inimaginables...

Le pire étant que si l'UE se dissocie un jour - après juste 2 ou 3 000 Unes qui l'annonçaient - le journal pourra clamer "on vous l'avait bien dit !" :happy:

Une horloge cassée indique l'heure juste deux fois par jour

Link to post
Share on other sites

 

Si c'est le Royaume-Uni qui se désintègre, ce qui est aussi une possibilité, avec l'Ecosse devenant indépendante et l'Irlande réunifiée, il y en a qui auront l'air fin avec leurs prophéties sur l'UE.

 

 

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, WizardOfLinn a dit :

 

Si c'est le Royaume-Uni qui se désintègre, ce qui est aussi une possibilité, avec l'Ecosse devenant indépendante et l'Irlande réunifiée, il y en a qui auront l'air fin avec leurs prophéties sur l'UE.

 

 

Quand vous êtes vous-même une union de nations/royaumes, prôner la désunion de l'UE ne peut que pousser à en subir les mêmes conséquences dans sa propre union.

Au même titre que nombreux sont les pays qui ne soutiendront jamais le séparatisme dans les autres pays (du moins officiellement) par peur d'une contagion.

L'effet domino de la fin des colonies, c'était pareil, contagieux.

Le Brexit est en Europe pour beaucoup de partis d'opposition une référence à suivre, à reproduire. Mais le temps est compté, l'échec du Brexit du point de vue idéologique et économique et la possible désunion du Royaume-uni plane réellement et amène déjà de nombreux partis d'opposition à revoir cet effet de "série" sur laquelle il comptait avancer pour quitter l'UE.

Autre danger qui plane sur le Royaume-Uni et sur lequel on n'en parle pas vraiment, c'est qu'on va sans doute assister très prochainement à la disparition de la reine, emblème et symbole de la royauté britannique. Ce ne sera pas sans conséquence et même si la succession sera naturelle, c'est derrière une autre époque qui va s'ouvrir. Le Commonwealth pourrait lui aussi mourir à petit feu dans un chamboulement de l'intégrité du RU (indépendance de l'Ecosse etc...) et par un chamboulement dans la famille royal qui voir une génération disparaitre pour une plus jeune et ou l'on a déjà un Harry qui est en rupture avec la monarchie.

C'est une affaire à suivre.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

https://www.20min.ch/fr/story/des-milliers-de-retraites-europeens-menaces-dexpulsion-139982990564

Des milliers de retraités européens menacés d’expulsion

Après le Brexit, très peu de retraités européens ont demandé le statut de résident au Royaume-Uni.

"La demande du statut de résident devait être faite obligatoirement en ligne, une manœuvre désavantageant les seniors, souvent peu familiers des nouvelles technologies, avaient averti les associations. Celles-ci ont en effet rencontré «de nombreuses personnes qui n’ont pas de téléphone portable, pas d’accès numérique et des documents inappropriés ou inexistants», ajoute le rapport parlementaire."

En espérant qu'une solution soit trouvée et que les Britanniques se montrent souples et conciliants :sad:

  • Confused 1
Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,618
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Olaf
    Newest Member
    Olaf
    Joined
  • Forum Statistics

    21,239
    Total Topics
    1,432,202
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...