Sign in to follow this  
Kiriyama

Séduction à des fins de renseignement

Recommended Posts

Bonjour,

Je sais que les services de renseignements utilisent parfois (surtout lors de la Guerre froide) des agents chargés de séduire une "cible" pour lui soutirer des renseignements. Je voulais savoir si ces agents suivaient un entraînement spécifique pour cela.

Connaître des techniques susceptibles de tromper plus facilement la vigilance de leur cible, comment lui soutirer discrètement des informations, comment approcher et séduire la cible sans qu'elle se rende compte que c'est un coup monté, etc.

Un grand merci !

Share this post


Link to post
Share on other sites

La beauté est une chose, le charme une autre. Il vaut mieux un minimum d'entrainement si tu veux user de tous tes atouts afin de pousser quelqu'un à se confier ou à trahir... En tapant Honeypot Spy training tu peux trouver des trucs intéressant :

Sur ce lien ils ne détaillent pas forcément l'entrainement, mais ils y font référence http://listverse.com/2016/03/08/10-real-honeypot-operations-that-played-out-like-spy-thrillers/. Ici aussi d'ailleurs (http://foreignpolicy.com/2010/03/12/the-history-of-the-honey-trap/)

Parfois la différence entre prostitution patriotique et prostitution tout court est tenu ( http://sabotagetimes.com/life/katia-zatuliveter-and-the-art-of-the-spy-honey-trap), mais le jeu de la séduction entre toujours en jeu (http://www.slate.com/articles/news_and_politics/explainer/2010/12/the_spy_who_said_she_loved_me.html)

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation

La beauté est une chose, le charme une autre.

Je pense que l'idéal est d'associé les deux.

Personnellement j'ai toujours trouvé ça "crade" d'exploiter les sentiments affectifs/amoureux de quelqu'un pour mieux le piéger.

Après je pense aussi que, malgré tout, ça doit être une des techniques les plus efficaces.

Un article en français sur ce système.

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec des dérivés "modernes", via les profils Facebook, Linkedin et j'en passe de demoiselles plutôt légèrement vêtues... Si ces profils continuent à exister, c'est qu'il doit y avoir quelques réussites encore.

Le côté "crade" n'est clairement pas quelque chose de limitatif pour certaines opérations de renseignement, pour certains services.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/11/2016 à 12:36, Kiriyama a dit :

Je sais que les services de renseignements utilisent parfois (surtout lors de la Guerre froide) des agents chargés de séduire une "cible" pour lui soutirer des renseignements. Je voulais savoir si ces agents suivaient un entraînement spécifique pour cela.

A froid comme ça, j'avoue que je n'en sais rien.

Pour les "agents Romeo" des services est-allemands, ils profitaient du "manque" d'hommes dans la RFA de l'après-guerre. Il semble qu'il y avait surtout de la "reconnaissance" pour connaître à l'avance les goûts des femmes ciblées : https://www.theguardian.com/education/2004/nov/18/artsandhumanities.highereducation

Un autre cas d'emploi intensif de la séduction dans l'espionnage, c'est celui des "hirondelles" du KGB à Moscou contre les personnels occidentaux en poste, notamment dans les années 50-60, mais là je n'ai aucune idée s'il y avait une formation adaptée.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

On en parle pas mal dans le roman Le moineau rouge. C'est un roman mais écrit par un ancien de la CIA.

Donc je ne sais pas trop si la façon dont il décrit la formation des espionnes russes destinées à ce genre de mission est réaliste/vraie.

Mais je me demande comment certains hommes ciblés ne voient pas venir le coup. Du fait de leur fonction et leur profil, ils devraient avoir la puce à l'oreille quand une ravissante Russe (et maintenant Chinoise) les aborde.

Dans un des articles que j'ai postés, énormément d'employés français de l'ambassade de Beijing se lient avec des autochtones sans même se rendre compte du danger en matière de sécurité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 18 heures, Kiriyama a dit :

On en parle pas mal dans le roman Le moineau rouge. C'est un roman mais écrit par un ancien de la CIA.

Donc je ne sais pas trop si la façon dont il décrit la formation des espionnes russes destinées à ce genre de mission est réaliste/vraie.

Mais je me demande comment certains hommes ciblés ne voient pas venir le coup. Du fait de leur fonction et leur profil, ils devraient avoir la puce à l'oreille quand une ravissante Russe (et maintenant Chinoise) les aborde.

Dans un des articles que j'ai postés, énormément d'employés français de l'ambassade de Beijing se lient avec des autochtones sans même se rendre compte du danger en matière de sécurité.

Il faut faire le trie. 

La séduction peut avoir un cours naturel et le partenaire "autochtone" peut être recruté après coup.

Si un personnage est ciblé et qu'il en "vaut la peine", alors s'enclenche "l'action psychologique" avec une préparation en amont minutieuse menée par des "spécialistes".

C'est tellement bien préparé que c'est imparable. La "victime" est généralement la dernière a s'en rendre compte et généralement quand il est trop tard.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

A ce propos, on avait parlé de Anna Chapman, née Anna Kouchtchenko.

Elle a eu une belle après carrière : mannequin, impliquée dans la politique, active dans la mode (elle a lancé sa ligne de vêtements)...

Anna+Chapman+MBFWR+Arrivals+Front+Row+Vi

Mais ça me semble toujours incroyable que ça puisse marcher. Qu'un industriel ne se rende pas compte du piège d'accord, mais quelqu'un qui est employé par une ambassade ou a accès à des informations sensibles et qui se fait aborder, comme par hasard, par une magnifique Russe (ou Chinoise), c'est incroyable qu'il n'ait pas de doute à un moment ou à un autre.

 

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites

On est hors-sujet car Anna Chapman n'a pas été une "hirondelle" mais juste un courier. Elle avait intérêt à se reconvertir parce que ses perspectives de carrière après arrestation devaient être limités.

Il y a 14 heures, Kiriyama a dit :

Mais ça me semble toujours incroyable que ça puisse marcher. Qu'un industriel ne se rende pas compte du piège d'accord, mais quelqu'un qui est employé par une ambassade ou a accès à des informations sensibles et qui se fait aborder, comme par hasard, par une magnifique Russe (ou Chinoise), c'est incroyable qu'il n'ait pas de doute à un moment ou à un autre.

Tout l'art dans ce genre d’attrape-idiot est de gagner la confiance... Par exemple, la magnifique Russe/Chinoise arrive et reste à une proximité normale de sa cible (normale du point de vue des rapports professionnels qu'ils sont censés avoir), mais ne fait aucune une approche. Elle attend que monsieur vienne lui faire la cour. Pas de risque, se dira-t-il, puisqu'elle ne lui a montré aucun signe d'intérêt particulier, et que c'est uniquement à son initiative à lui qu'une relation s'est nouée.

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais si, comme dans Le moineau rouge, l'homme est un peu plus introverti ? C'est possible que ces agents soient formées à attirer leur cible ?

Encore un article sur Anna Chapman.

anna_chapman.jpg

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

  Mouais tout cela est très cliché quand même et jamesbondien on note que la plupart s'excite autour de l'espionne femme et la victime diplomatique homme ... Comme si l'inverse n'était pas possible et n'était jamais arrivé tiens ...

 

    Dans les services ils doivent aussi apprendre a envoyer bouler une radasse ? Non

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, alpacks a dit :

   Dans les services ils doivent aussi apprendre a envoyer bouler une radasse ? Non

Les "cibles", hommes ou femmes sont rarement des personnes "du service". Des scientifiques, des diplomates, et même souvent de simples exécutants placés en des points essentiels d'une logistique ou d'administration pour "les cibles".

Le rôle des services est de protéger les éventuelles "cibles". Le style "radasse" peut convenir dans certains cas, mais il s'agit généralement de profils soigneusement adaptés aux gouts, penchants voire même aux failles identifiées de la cible.

Il n'y a pas de clichés, la simple réalité que les êtres humains sont fragiles.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 22/11/2016 à 11:05, capmat a dit :

Le rôle des services est de protéger les éventuelles "cibles". Le style "radasse" peut convenir dans certains cas, mais il s'agit généralement de profils soigneusement adaptés aux gouts, penchants voire même aux failles identifiées de la cible.

La DCRI est intervient régulièrement auprès des sociétés pour expliquer comment on cible une personne puis on la met en confiance. Avec les fichiers, les forums, les sites à avis et les réseaux sociaux, c'est hallucinant de facilité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, rendbo a dit :

 Avec les fichiers, les forums, les sites à avis et les réseaux sociaux, c'est hallucinant de facilité.

Le seul truc que je connaisse pour protéger un secret, c'est de l'ignorer.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au fait combien de temps peut durer une mission de séduction ? Est-ce que ça peut durer sur plusieurs années ?

Pour la femme chargée de faire le "travail", est-ce qu'elle fait forcément partie du service ou ça peut être une femme extérieure aux services de renseignement mais recrutée pour ses talents et son charme (actrice...) ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, Kiriyama a dit :

Au fait combien de temps peut durer une mission de séduction ? Est-ce que ça peut durer sur plusieurs années ?

Pour la femme chargée de faire le "travail", est-ce qu'elle fait forcément partie du service ou ça peut être une femme extérieure aux services de renseignement mais recrutée pour ses talents et son charme (actrice...) ?

Pour la durée, je dirais que ça dépend de l'information que tu veux obtenir et du caractère plus ou moins urgent de la demande. Mais à mon humble avis, si tu veux vraiment une source sur le long terme, il vaut mieux prendre son temps. Pour compromettre quelqu'un en revanche, ça peut se faire plus vite.

Après, une femme extérieure au service sera fatalement moins efficace pour échapper aux radars. Mieux vaut une professionnelle aguerrie. Les Soviétiques étaient très doués dans ce domaine, mais tous les services ont eu recours à ce genre d'agents (même les Américains, avec notamment un agent féminin de l'Office of Naval Intelligence qui sera envoyée séduire un enseigne de vaisseau japonais le temps que d'autres agents copient des documents contenus dans sa serviette).

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les hommes ont souvent tendance à penser avec leur b*te. Discussions de vestiaires, tout ça.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, mais ça peut arriver qu'on exploite un vide affectif (si la cible est travaillée sur une longue durée). Il n'y a rien à faire, je trouve ça un peu "crade" de tromper quelqu'un comme ça, même si ça fonctionne.

Apparemment il y a déjà eu des cas où un homme a été amené à séduire un autre homme (et j'imagine que des femmes ont déjà été amenée à séduire des femmes). Jeremy Wolfenden, reporter au Daily Telegraph de Londres, a été séduit par un homme envoyé par le KGB et ensuite pressuré pour fournir des renseignements.

A noter qu'un ambassadeur français s'était fait piéger en URSS :

Citation

Maurice Dejean, ancien résistant, ambassadeur en URSS de 1955 à 1964, en fut l’une des victimes. Séduit par une jeune femme, pris au piège par le KGB qui le menaçait d’un scandale, il fut rapatrié illico à Paris. Il eut à son retour un entretien célèbre avec de Gaulle. Le général lui demanda, dans son bureau, sans le regarder : «Alors Dejean, on couche maintenant ?» (ou, selon les versions, «on baise», «on aime les femmes»).
Liberation.fr

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans le genre crade, il y a le triste destin d'une victime d'un agent "roméo" auquel elle était fiancée, et à qui elle avait passé des renseignements en croyant qu'il travaillait pour un groupe de "patriotes" très anti-communistes. Quand la police l'a arrêtée et qu'elle a appris la vérité, elle s'est défenestrée de l'immeuble de la police pour survivre paralysée.

Il y a 2 heures, Kiriyama a dit :

Apparemment il y a déjà eu des cas où un homme a été amené à séduire un autre homme (et j'imagine que des femmes ont déjà été amenée à séduire des femmes). Jeremy Wolfenden, reporter au Daily Telegraph de Londres, a été séduit par un homme envoyé par le KGB et ensuite pressuré pour fournir des renseignements.

A noter qu'un ambassadeur français s'était fait piéger en URSS :

Je crois que les "hirondelles" masculines étaient appelés les "corbeaux".

Quand je disais que les "hirondelles" avaient été nombreuses dans les années 50-60 :

- John Vassall, employé de l'amirauté, compromis par un chantage homosexuel à Moscou en 1955.

- John Watkins, ambassadeur du Canada à Moscou (1954-56), apparemment compromis par un chantage homosexuel. Démasqué grâce à un transfuge en 1964, il décède d'une crise cardiaque pendant son interrogatoire par la police canadienne.

- Edward Ellis Smith, 1er officier de la CIA en poste à Moscou sous "double couverture" (officiellement premier secrétaire, il travaille en fait au quotidien comme officier de la sécurité de l'ambassade) compromis par sa femme de chambre russe en 1956. Avoue l'affaire à ses chefs quelques jours après. Le KGB n'a a priori pas percé sa 2ème couverture.

- Edward Crankshaw, journaliste britannique spécialiste (et critique) de l'URSS, photographié en ébats en 1959, pour tenter d'influencer sa ligne, apparemment sans succès.

- Anthony Courtney, ancien commander de la Royal Navy et député, photographié avec sa guide touristique à Moscou en 1961. Courtney avait notamment critiqué l'impunité du KGB à Londres qui y plaçait toujours plus d'officiers sous couverture diplomatique. En 1965 le KGB fait circuler les photos pour faire croire à une affaire extra-conjugale (il n'était pas marié en 1961). Courtney riposte en rendant tout public, mais perdra son siège de député et son mariage et sa carrière privée n'iront pas bien.

- Louis Guilbaud, attaché de l'air à l'ambassade de France, qui se suicidera en juillet 1962. En septembre 1962, Iouri Krotkov, auteur de pièces de théâtre et agent recruté par le KGB pour tenir à l'oeil les ressortissants étrangers le fréquentant, passe à l'Ouest et donne quelques détails sur l'opération qui avait visé Guilbaud... et révèle que l'ambassadeur, Maurice Dejean, a été également ciblé vers 1956-58. Autant dire que le rappel de l'ambassadeur à Paris n'a pas été si "illico" après son affaire que le journal le laisse entendre, même s'il n'y a pas eu de chantage sérieux avant la fin de l'affaire et le bon mot du Général de Gaulle. Une membre du personnel de l'ambassade de France a également été séduite par un "corbeau" vers la même époque et soumise à un chantage du KGB, mais après son retour à Paris elle n'a pas répondu aux contacts.

Il y a aussi eu des histoires avec des sous-officiers de l'ambassade américaine dans ces années-là, et une secrétaire de l'ambassadeur de Norvège qui, lorsqu'elle a cherché un instructeur pour apprendre a conduire, s'est vue aussitôt fournir un Russe plus que charmant.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 23/11/2016 à 19:51, Ciders a dit :

Les hommes ont souvent tendance à penser avec leur b*te. Discussions de vestiaires, tout ça.

 

Il y a 18 heures, Kiriyama a dit :

Oui, mais ça peut arriver qu'on exploite un vide affectif (si la cible est travaillée sur une longue durée). Il n'y a rien à faire, je trouve ça un peu "crade" de tromper quelqu'un comme ça, même si ça fonctionne.

C'est surtout une question de cible : dans une société (un peu machiste) où les postes les plus sensibles (et les plus intéressant pour l'ennemi) sont occupés par hommes, si tu veux l'info, il faut la chaire fraiche adaptée... et bien souvent elle est féminine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais dans les cas de chantage homosexuel, est-ce que l'agent chargé(e) de séduire est lui/elle aussi homosexuel(le) ? Ça doit être bizarre pour un hétéro de faire le boulot.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,380
    Total Members
    1,178
    Most Online
    Charly.
    Newest Member
    Charly.
    Joined
  • Forum Statistics

    20,633
    Total Topics
    1,231,496
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries