Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Existe t'il un point convergent entre la mentalité des officiers russes et celle des généraux français ?


Gibbs le Cajun
 Share

Recommended Posts

Bon j'ouvre ce file suite à un gros questionnement sur un sujet , qui m'est apparu suite à la lecture d'un article du magazine Raid qui date déjà .

A l'époque de l'article ( je ne me souviens plus le fond de celui-ci ,mais sa ce passé dans l'Est ) , on disait qu'il y avait une certaine proximité dans la vision des choses en ce qui concernait les officiers russes et français ,une approche plus proche peut-être du au fait d'une culture "européenne" proche , et plus qu'avec les américains .

Cela m'a un peu étonné , certes nos officiers ne sont pas forcément des fanas du tout américain même si bien évidemment les capacités US ne laissent personne de marbre ,mais je ne pensais pas qu'il y avait une certaine proximité dans la vision des choses ( sa englobe pas mal de points , militairement , vision sur soi , et la place à avoir ,etc ...) .

Pourtant je n'ai pas de souvenir dans l'histoire d'une proximité évidente avec la Russie même si bien évidemment il y a peut-être eu des échanges dans l'histoire .

A moins que cette proximité ne soit le fait que d'une vision commune ( sans avoir eu à échanger dans l'histoire ) , celle d'être non "soumis" à l'extérieur peut-être .

Enfin voilà , si sa parle à quelqu'un je serais intéressé par des avis divers et varié .

Merci d'avance .

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

L'option commune en 1914-1918 entre les deux pays furent l'utilisation de la "masse" des conscrits comme candidats aux charges comme défini par Conan le Barbare.

Inutile de se moquer de charges "Banzaï des Japonais durant les conflits mondiaux.

Ce fut encore plus vrai avec l'Armée Soviétique durant "La Grande Guerre Patriotique" du second conflit mondial, puisque tout était prétexte à lancer des masses contre des objectifs fixes ou mobiles Allemand et fusiller les responsables ayant reculés, battus en retraite où après la guerre, exécuter les prisonniers de guerre s'étant rendus aux Nazis.

Il est bon de rappeler les déclarations du général Joukov au général Eisenhower (cité dans ses mémoires) durant la capitulation Allemande = "J'ouvre un champs de mines en faisant passés nos hommes à travers !"

Pas étonnant que les Soviétiques aient eu 20 millions de morts  et que le premier conflit mondial nous a valus une hémorragie d'hommes. D’après les dires de mes grands-pères, les généraux (Français, Britanniques, Allemands) étaient surnommés "les bouchers" par les "poilus".

 

Link to comment
Share on other sites

Il faudrait préciser de quelle Russie et de quelle France on parle: période, contexte...? On peut imaginer qu'il y a une différence entre officiers tsaristes et généraux français actuels, tout comme des convergences entre l'armée soviétique et l'armée française de 1945, par exemple. De la même manière, on pourrait se demander si la question ne devrait pas être envisagée en considérant les différentes armes. Par exemple, par rapport au "modèle américain", les officiers de l'armée française ne me semblent pas avoir la même conception suivant qu'on parle de l'Armée de terre ou de l'aviation (et a fortiori à des époques différentes). 

La question n'a, à mon sens, que peu de sens sans la contextualiser, sans l'ancrer dans un contexte spécifique, à moins de ne se situer sur une sorte de vision civilisationnelle plus ou moins fantasmatique qui relève, pour le coup, de l'idéologie.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Bat a dit :

Il faudrait préciser de quelle Russie et de quelle France on parle: période, contexte...? On peut imaginer qu'il y a une différence entre officiers tsaristes et généraux français actuels, tout comme des convergences entre l'armée soviétique et l'armée française de 1945, par exemple. De la même manière, on pourrait se demander si la question ne devrait pas être envisagée en considérant les différentes armes. Par exemple, par rapport au "modèle américain", les officiers de l'armée française ne me semblent pas avoir la même conception suivant qu'on parle de l'Armée de terre ou de l'aviation (et a fortiori à des époques différentes). 

La question n'a, à mon sens, que peu de sens sans la contextualiser, sans l'ancrer dans un contexte spécifique, à moins de ne se situer sur une sorte de vision civilisationnelle plus ou moins fantasmatique qui relève, pour le coup, de l'idéologie.

Ben comme je l'explique dans mon post ,  dans l'article de Raids magazine s'était un sentiment perçu de manière actuelle .

Quand j'aborde un lien passé s'était plutôt sous forme de question puisque ne sachant pas moi même et de manière concrère si il il y a bien un lien . 

Alors est-ce que ce sentiment de vision des choses  ( geostrategique peut-être ) voit l'idée que des officiers français et russe voit qu'il  a peut-être une logique de renouer des liens, comme tu le dis de manière civilisationnel. 

Peut être l'idée que l'évolution est plus logique en étant moins parti prenante avec  les américains sans pour autant couper les liens .

Est ce que cela ne concernerait que des des officiers supérieurs ?

Quand j'observe la période de Sarkozy on a vu que politiquement on voulait essayer de redevenir un pion n'étant pas uniquement lié aux US , mais en optant pour une nouvelle forme de relation aussi avec les russes . Bon ne soyons pas dupe, la proximité allé quand même en direction des US .

Quand j'écoute le candidat Fillon , il y a comme une sorte de vision qui va dans ce sens mais d'une manière nettement plus marquée. 

Revoir notre position avec les russes sans pour autant être d'accord sur tout , tout en ayant aussi une optique de plutôt être dans un relation d'allié et non d'auxiliaire .

Il a aussi parlé du fait qu'il ne voudrai pas voir la France soumises aux fond de pensions américain. 

Alors on va me dire que cela nous éloigne du sujet de ce file mais je n'en suis pas persuadé. 

Tout simplement parce que même si il y a le monde politique d'un côté et de l'autre le monde militaire je pense qu'il y a quand même une certaine vision qui ce rejoint .

L'idée de fond étant peut-être qu'il y a un besoin de redevenir un pion avec une position de liberté plus évidente. 

Donc voilà je pense qu'il y a bien une vision qui va dans ce sens mais du point de vue militaire qui doit aussi allé dans ce sens .

Entre cette article de Raid magazines qui date de quelques années ( 2 ou 4 ans je sais plus )  et la vision plus tranchée du candidat Fillon ben sa donne l'impression que cela devient plus évident. 

Pour les russes donc aussi les officiers  peut-être que leur vision s'est celle d'une France qui a perdue cette place qu'elle avait toujours eue dans le passé. 

Un pion libre qui serait capable d'être le chaînon manquant dans l'équilibre entre puissance. De plus il y a comme un sorte d' estime entre la France et la Russie ( sentiment de proximité civilisationnelle  et peut-être d'une certaine liberté vis a vis d'autre puissance ) même si la période communiste de la Russie a disons geler ce sentiment. 

Est-ce que l'idée de cet axe "Paris Berlin Moscou"  commencerait à prendre ce chemin , sans bien évidemment couper les ponts avec les USA ?

je parle de Berlin car j'ai observe une certaine détente entre allemand et russe .

Au fond je devrais renommer mon file et le positionner dans la partie politique étrangère. 

Edited by Gibbs le Cajun
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

La France ne peut être un "pion" pour au moins deux raisons pratiques. Primo l'arme nucléaire. Secundo le siège au conseil de sécurité.

Un alignement absolu sur une autre puissance (USA ou autre) ne peut dans ces conditions être durable.

Vous me direz que le Royaume Uni est dans la même situation et pourtant totalement aligné sur Washington.

Mais justement le nucléaire anglais n'est pas vraiment autonome : conception, construction, maintenance des missiles sont le fait des USA ...

À partir de là je suggère de distinguer
- la façon dont les généraux français et russes voient la guerre : il me semble que depuis 1918, elle diverge radicalement. La France voulant éviter toute "boucherie"
- la stratégie politico militaire : évidemment entre deux États qui n'ont pas de frontière commune, on ne peut que s'entendre si l'un des deux n'est pas un fou voulant dominer le monde ...l'URSS n'a pas su saisir la main tendue par De Gaulle...Poutine qui a conscience de ses faiblesses sera certainement moins sur de lui ...

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,772
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Severus Snape
    Newest Member
    Severus Snape
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...