Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Actualités des Patrouilleurs et des BSA en Metropole et OM


Scarabé
 Share

Recommended Posts

Pour 4000t on se paye une belle corvette (type F70) ou une FTI. Bref du navire dont al base peut contenir 4 embarcations à débordement latéral si l'on prélève sur l'espace de l'hélicoptère.

 

Moi je pense qu'il faut arrêter de fantasmer sur les refontes des navires, et sur les retouches de concepts existants. B2M c'est environ 5M€ d'études, c'est vraiment négligeable.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 44 minutes, BPCs a dit :

le système de mise à l'eau proposé pour ce navire pourrait s'adapter au pont multimission du B2M sans nécessiter de travaux structurel comme l'imposerait une rampe.

Ce faisant, avec portique de mise à l'eau (et encore plus avec la plateforme UAV) le B2M cesserait d'être un B2M, puisque il perdrait une de ses capacités les plus intéressantes (et la plus innovante) le remorquage.  Note, que le portique "travaux sous-marins" du Bougainville a été démonté (ils le monteront pour les missions de recueil des données sur Mururoa)

On tourne toujours autour du même pb, vouloir faire un patrouilleur de la plateforme B2M. Comme base d'un patrouilleur dédié, ça ne parait pas le choix le plus pertinent. On a évoque ce point des dizaines des fois, autant construire des vrais patrouilleurs, surtout que le surcoût d'une plateforme B2M "boostée" serait du même ordre que celle d'un patrouilleur (au million près) tout en étant moins efficace.  Quand au fait "d'élargir" les équipements des B2M, faut pas que ce soit au détriment de ses missions principales et éventuellement des règles opératoires de la marine. 

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, BPCs a dit :

Puisque il faut vous faire décidément une explication de texte, le seul élément à comprendre était que le système de mise à l'eau proposé pour ce navire pourrait s'adapter au pont multimission du B2M sans nécessiter de travaux structurel comme l'imposerait une rampe.

La cartouche B2M a été tirée, il faut passer à autre chose.

J'attends avec gourmandise la suite du feuilleton BATSIMAR, je pense qu'a cette occasion nous aurons tout loisir de nous écharper avec délices.

Je reste aussi sur ma faim concernant les FLOTLOG, je suppose que ça concerne le thriller STX-Fincantieri dans le périscope de Naval Group.

Concernant le secteur de La Défense, je suppose qu'il faudra patienter jusqu'a 2018 pour entendre des annonces.

Edited by capmat
Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, capmat a dit :

Concernant le secteur de La Défense, je suppose qu'il faudra patienter jusqu'a 2018 pour entre des annonces

A priori pas de modification de la LPM qu court jusqu'en 2019 . Par contre,  on aura les premières lumières avec la révision stratégique. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, true_cricket a dit :

Pour 4000t on se paye une belle corvette (type F70) ou une FTI. Bref du navire dont al base peut contenir 4 embarcations à débordement latéral si l'on prélève sur l'espace de l'hélicoptère.

 

Moi je pense qu'il faut arrêter de fantasmer sur les refontes des navires, et sur les retouches de concepts existants. B2M c'est environ 5M€ d'études, c'est vraiment négligeable.

Justement avec ce portique de mise à l'eau, on sort des fantasmes de refontes de navires existant pour aller vers une logique d'équipement optionnel à rajouter sans plus avoir à intervenir sur la structure du navire.

Je suis d'accord que les sommes sont globalement dérisoire, il n'en reste pas moins que tout est interminablement trop long à accoucher : Batsimar était pour 2008 je crois et on en est à ??? 2025???

Il y a 7 heures, Fusilier a dit :

Ce faisant, avec portique de mise à l'eau (et encore plus avec la plateforme UAV) le B2M cesserait d'être un B2M, puisque il perdrait une de ses capacités les plus intéressantes (et la plus innovante) le remorquage.  Note, que le portique "travaux sous-marins" du Bougainville a été démonté (ils le monteront pour les missions de recueil des données sur Mururoa)

Le portique du Bougainville montre justement l'intérêt de ce portique innovant ; il est démontable, permettant de récupérer l'intégralité du pont et de sa fonctionnalité en fonction du profil de mission.

Quant au remorquage, nos précédentes discussions avaient plutôt conclu à sa rareté ?

Link to comment
Share on other sites

Le 29/07/2017 à 18:10, Scarabé a dit :

Monter des containers au niveau de la passerelle très mauvaise idée. Pour cacher la visibilité on pouvait pas trouver mieux.     

Bah ce projet semble pourtant  cohérent en terme de visibilité selon le règlement SOLAS ; « Le champ de vision horizontal depuis le poste d’où le navire est commandé doit représenter un arc d’au moins 225°  qui s’étend depuis l’avant, jusqu’à 22,5° au moins sur l’arrière du travers d’un bord et de l’autre du navire » non ?

sachant que l’architecte chargé du projet a dû  quand même checké  à ce niveau  y compris coté stabilité

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Fusilier a dit :

On tourne toujours autour du même pb, vouloir faire un patrouilleur de la plateforme B2M. Comme base d'un patrouilleur dédié, ça ne parait pas le choix le plus pertinent. On a évoque ce point des dizaines des fois, autant construire des vrais patrouilleurs, surtout que le surcoût d'une plateforme B2M "boostée" serait du même ordre que celle d'un patrouilleur (au million près) tout en étant moins efficace.  Quand au fait "d'élargir" les équipements des B2M, faut pas que ce soit au détriment de ses missions principales et éventuellement des règles opératoires de la marine. 

On est dans une telle incertitude de budget que le B2M est à mon avis amené à remplir sa fonction multimission pour longtemps

Il y a 6 heures, capmat a dit :

La cartouche B2M a été tirée, il faut passer à autre chose.

Effectivement, je suis d'accord (si si !!) en ce sens que tout peut maintenant se faire de manière quasi mécanique quasi de manière indépendamment du projet B2M :

Si le dossier drone Leger qui est remonté à Paris est validé, le B2M récupérera un champs de surveillance multiplié par 6 (cf CEMM).

Si l'on décide d'implémenter des USV pour le confort qu'il apporte aux équipes de visite, le portique de mise à l'eau permet de le faire sans travaux conceptuels

Si la question de la consommation en carbu redevient cruciale, l'utilisation de peinture antifooling apportera un gain en vitesse

Toutes ces améliorations se font l'air de rien, mais comme dans cette anecdote de cuisine chinoise, l'ajout de toutes ces petites briques aura abouti à saler le plat sans avoir rajouté de sel !

Edited by BPCs
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, BPCs a dit :

Quant au remorquage, nos précédentes discussions avaient plutôt conclu à sa rareté ?

Aucun souvenir de cette conclusion. Heureusement il n'y a pas d'incidents tous les jours; pas plus que des marées noires quotidiennes. N'empêche cette capacité était absente en outremer. J'ai déjà dit que je trouvais malin le concept, sorte de remorqueur - ravitailleur  amélioré,  qui permet de remplacer les BATRAL  et apporter des nouvelles fonctionnalités. Que le CEMM ait joué cette carte d'attente pour combler une partie du déficit capacitaire, ne veut pas dire que l'on a pas besoin de vrais patrouilleurs.  

Après on peut discuter du type de patrouilleur, et là, le mieux est parfois l'ennemi du bien...  Quand au financement, voir l'exemple des Cape. Pour 10 unités moins de 400 millions de dollars  (soutien sur 8 ans compris)  et une partie achetés par une banque et location. 

il y a 49 minutes, BPCs a dit :

On est dans une telle incertitude de budget que le B2M est à mon avis amené à remplir sa fonction multimission pour longtemps

Il n'y a d'incertitude que pour celui qui veut y croire... Ce qui n'est pas certain, c'est que toutes les vaches sacrées soient épargnées. Mais, après tout on n'est pas hindouistes  :biggrin: 

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Fusilier a dit :

Que le CEMM ait joué cette carte d'attente pour combler une partie du déficit capacitaire, ne veut pas dire que l'on a pas besoin de vrais patrouilleurs.  

Après on peut discuter du type de patrouilleur, et là, le mieux est parfois l'ennemi du bien...

Ceci la définition d'un vrai patrouilleur évolue :

Autrefois c'était un navire allant au contact.

Aujourd'hui, avec l'émergence des RHIB, c'est beaucoup un navire pouvant mettre rapidement à l'eau ses équipes de visite,si possible accompagné d'un hélicoptère.

Demain ce sera aussi un navire emportant des drones aériens et de surface en sus en étant hyperconnecté aux réseaux satellitaires.

La fonction se sera distanciée comme cela a été le cas entre l'observation directe et le drone.

Mais au même titre qu'on est passé du porte-avions d'escorte chargé de l'ASM à la frégate ASM grâce à l'émergence de l'hélicoptère et maintenant à la FREMM, le "vrai patrouilleur" est en train de muter

Edited by BPCs
Link to comment
Share on other sites

il y a 49 minutes, BPCs a dit :

Ceci la définition d'un vrai patrouilleur évolue :

Autrefois c'était un navire allant au contact.

Aujourd'hui, avec l'émergence des RHIB, c'est beaucoup un navire pouvant mettre rapidement à l'eau ses équipes de visite,si possible accompagné d'un hélicoptère.

Demain ce sera aussi un navire emportant des drones aériens et de surface en sus en étant hyperconnecté aux réseaux satellitaires.

La fonction se sera distanciée comme cela a été le cas entre l'observation directe et le drone.

Des patrouilleurs il y en a de toutes sortes; je ne crois pas que l'on puisse traiter ces problèmes par la théologie.  Tu fais du RHIB un espèce de saut qualitatif, alors que c'est une banalité, on a toujours fait comme ça, même à l'époque des canots à rame...  Quand à l'hélicoptère idem.  

 Les successeurs des P 400 c'est une question pratique et ça peut se résoudre à bon marché. La connexion satellite tu en trouves même sur des voiliers de plaisance... :rolleyes: On peut discuter de la taille, un peu plus gros que les P 400,  comme les PLG ou encore un peu plus gros (1000 tpc vs les 700 du PLG)  avec éventuellement une plateforme hélico;  encore faut-il avoir des hélicos ou des drones à mettre dessus. Et surtout ne pas se faire des noeuds au cerveau avec des concepts mélangeant les missions des patrouilleurs hauturiers (successeurs des A69 et des Floreal) et des patrouilleurs genre P 400, par ce c'est sur qu'en se prenant de la sorte on fait des châteaux sur le sable.  

Maintenant, si l'on a envie de discuter du sexe des anges, pourquoi pas, ça fait passer le temps.  :biggrin:

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, Fusilier a dit :

Des patrouilleurs il y en a de toutes sortes; je ne crois pas que l'on puisse traiter ces problèmes par la théologie.  Tu fais du RHIB un espèce de saut qualitatif, alors que c'est une banalité, on a toujours fait comme ça, même à l'époque des canots à rame...  Quand à l'hélicoptère idem.  

 Les successeurs des P 400 c'est une question pratique et ça peut se résoudre à bon marché. La connexion satellite tu en trouves même sur des voiliers de plaisance... :rolleyes: On peut discuter de la taille, un peu plus gros que les P 400,  comme les PLG ou encore un peu plus gros (1000 tpc vs les 700 du PLG)  avec éventuellement une plateforme hélico;  encore faut-il avoir des hélicos ou des drones à mettre dessus. Et surtout ne pas se faire des noeuds au cerveau avec des concepts mélangeant les missions des patrouilleurs hauturiers (successeurs des A69 et des Floreal) et des patrouilleurs genre P 400, par ce c'est sur qu'en se prenant de la sorte on fait des châteaux sur le sable.  

Maintenant, si l'on a envie de discuter du sexe des anges, pourquoi pas, ça fait passer le temps.  :biggrin:

Je modulerai un peu ton propos. Certes, la notion d'équipe de visite n'est pas nouvelle mais le job à quand même évolué ces dernières années. Le gros du gibier des patrouilleurs était initialement constitué de bateaux de pêche ou de cargos pas très véloces, souvent pas très loin des côtes. Avec un radar, une radio et de la patience, on arrivait presque toujours à mener à bien la visite car les "clients" n'avaient pas beaucoup d'échappatoire.

Aujourd'hui, les trafiquants se sont adaptés et on est souvent confronté à des go fast trop rapides pour être interceptés par un patrouilleur de base. On a aussi maintenant du retex sur la piraterie type somalienne et le trafic de stupéfiants. Souvent, il faut attendre le "flag" pour distinguer la cible et avoir des preuves pour la suite. Cela veut dire que l'on a besoin de plus d'endurance sur zone, de moyens de suivi de situation tactiques, d'une bonne connectivité pour profiter des infos des autres vecteurs de renseignement (ex : Patmar), de capacités d'observation à distance pour se mettre à l'affut et d'une capacité d'intervention fulgurante pour fixer les cibles et les aborder le moment venu.

On est plus tout à fait dans le registre du P400 :-)

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 16/07/2017 à 11:31, Fusilier a dit :

J'ai commencé à regarder en détail le budget. Il y a par exemple quelques dizaines (voir plus) de millions "soutien aux exportations" . Je ne doute pas du besoin de soutenir les exports. Mais, est-ce bien aux Armées de l'abonder sur son budget? Surtout si de l'autre côté on abonde les opérations des armées avec des crédits d'autres ministères... Y a pas à dire, on aime les usines à gaz. :rolleyes: 


Tout à fait d'accord. Du soutien aux exportations, pourquoi pas. Mais je désapprouve totalement que ce soit fait sur le BOP 146. C'et en outre un budget insincère puisque son but (le soutien à l'exportation) n'est pas voté comme tel par al représentation nationale.

 

 

Il y a 3 heures, BPCs a dit :

Justement avec ce portique de mise à l'eau, on sort des fantasmes de refontes de navires existant pour aller vers une logique d'équipement optionnel à rajouter sans plus avoir à intervenir sur la structure du navire.

Je suis d'accord que les sommes sont globalement dérisoire, il n'en reste pas moins que tout est interminablement trop long à accoucher : Batsimar était pour 2008 je crois et on en est à ??? 2025???

Le portique du Bougainville montre justement l'intérêt de ce portique innovant ; il est démontable, permettant de récupérer l'intégralité du pont et de sa fonctionnalité en fonction du profil de mission.

Quant au remorquage, nos précédentes discussions avaient plutôt conclu à sa rareté ?

Quand on parle de structure, on parle aussi de grosses poutres à l'intérieur du navire. La forme extérieure de la tôle n'est qu'une petite partie du sujet. Et parfois, découper un pont peut se faire très facilement s'il n'y a pas de grosse poutre structurelle qui passe par là.

 

Il y a 3 heures, ARMEN56 a dit :

Bah ce projet semble pourtant  cohérent en terme de visibilité selon le règlement SOLAS ; « Le champ de vision horizontal depuis le poste d’où le navire est commandé doit représenter un arc d’au moins 225°  qui s’étend depuis l’avant, jusqu’à 22,5° au moins sur l’arrière du travers d’un bord et de l’autre du navire » non ?

sachant que l’architecte chargé du projet a dû  quand même checké  à ce niveau  y compris coté stabilité

Le règlement SOLAS c'est un socle minimum pour pouvoir assurer la sécurité de la navigation. Et vous savez comme moi combien il est ardu et long de modifier un article d'une convention internationale. Il se dit dans les milieux autorisés que certains pays voudraient renforcer les angles de vue, mais que d'autres y seraient opposés (car réduirait la rentabilité des navires de leurs armateurs en réduisant la cargaison).

En terme d'usage par un militaire, on aime bien avoir une vision plus large, surtout pour un navire qui se rapprochera des autres navires.

il y a une heure, BPCs a dit :

Ceci la définition d'un vrai patrouilleur évolue :

Aujourd'hui, avec l'émergence des RHIB, c'est beaucoup un navire pouvant mettre rapidement à l'eau ses équipes de visite,si possible accompagné d'un hélicoptère.

De toute façon un B2M n'a pas l''équipage suffisant pour pouvoir armer une équipe de visite et encore moins pour une équipe de prise.

Mais au fait, quelle est cette notion "d'émergence des RHIB"? J'en vois sur tous les navires des mers...

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, true_cricket a dit :

En terme d'usage par un militaire, on aime bien avoir une vision plus large, surtout pour un navire qui se rapprochera des autres navires.

Je sais, les textes EMM/PROG régissant les aménagements des locaux opérationnels parlent de 360°

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Fusilier a dit :

Aucun souvenir de cette conclusion. Heureusement il n'y a pas d'incidents tous les jours; pas plus que des marées noires quotidiennes. N'empêche cette capacité était absente en outremer. J'ai déjà dit que je trouvais malin le concept, sorte de remorqueur - ravitailleur  amélioré,  qui permet de remplacer les BATRAL  et apporter des nouvelles fonctionnalités. Que le CEMM ait joué cette carte d'attente pour combler une partie du déficit capacitaire, ne veut pas dire que l'on a pas besoin de vrais patrouilleurs.  

 

C'est le B2M Entrecasteaux qui coordonne les opérations de sauvetage autour du kea trader ne pas oublier aussi que nous avons un certain nombre de remorqueur civile capable d'intervenir dans nos TOM.

http://www.lnc.nc/breve/le-porte-conteneurs-kea-trader-echoue-au-sud-est-de-mare

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 59 minutes, Rivelo a dit :

Je modulerai un peu ton propos. Certes, la notion d'équipe de visite n'est pas nouvelle mais le job à quand même évolué ces dernières années. Le gros du gibier des patrouilleurs était initialement constitué de bateaux de pêche ou de cargos pas très véloces, souvent pas très loin des côtes. Avec un radar, une radio et de la patience, on arrivait presque toujours à mener à bien la visite car les "clients" n'avaient pas beaucoup d'échappatoire.

Aujourd'hui, les trafiquants se sont adaptés et on est souvent confronté à des go fast trop rapides pour être interceptés par un patrouilleur de base. On a aussi maintenant du retex sur la piraterie type somalienne et le trafic de stupéfiants. Souvent, il faut attendre le "flag" pour distinguer la cible et avoir des preuves pour la suite. Cela veut dire que l'on a besoin de plus d'endurance sur zone, de moyens de suivi de situation tactiques, d'une bonne connectivité pour profiter des infos des autres vecteurs de renseignement (ex : Patmar), de capacités d'observation à distance pour se mettre à l'affut et d'une capacité d'intervention fulgurante pour fixer les cibles et les aborder le moment venu.

On est plus tout à fait dans le registre du P400 :-)

Les modes opératoires de visite ont effectivement évolué et la MN sait graduer, de l'équipe de visite standard à l'équipe Commando et passant par des renforts Fus, selon les types d'opérations. Aux Antilles, les FS embarquent des ETRACO et des équipes mixtes (bord, Commandos, Fus) Dans l'Indien à la chasse aux pirates ou trafiquants  on met en ligne des équipes de bord renforcées par des Fus. Cette dernière pratique se développe de plus en plus avec les équipages optimisés. Mais, tout ça est bien connu et calibré et les plateformes affectées aussi (avec les embarcations, hélicos et liaisons satellites qui vont bien) je ne vois aucune rupture conceptuelle ou opératoire. On est dans le domaine des FS, des FLF,  des frégates, éventuellement des A69. En termes de BATSIMAR on est dans le haut du spectre (mettons un Adroit) Mais, c'est loin d'englober l'ensemble des missions outremer ou SP en général. Dans les eaux de la Guyane, une plateforme avec hélico et toussa serait overkill, une dépense inutile. Pareil pour les missions en NC, Canal du Mozambique, Polynésie, des patrouilleurs du genre Cape Class pourraient faire l'affaire (je dis cape pour faire image) Maintenant, si l'on veut développer une classe unique à tout faire, pourquoi pas. Mais, dans ce cas  faut pas s'étonner d'attendre les calendes grecques pour qu'elle voit le jour, éventuellement sous le mode échantillon 

NB Aux Antilles il n'y a pas que la FS qui traque, il y a une foultitude d'embarcations, patrouilleurs, GenMar, Douanes, etc...

il y a 20 minutes, Scarabé a dit :

C'est le B2M Entrecasteaux qui coordonne les opérations de sauvetage autour du kea trader

J'y ai pensé en écrivant mon message :biggrin:

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Fusilier a dit :

 Tu fais du RHIB un espèce de saut qualitatif, alors que c'est une banalité, on a toujours fait comme ça, même à l'époque des canots à rame...  Quand à l'hélicoptère idem.  

Si on élargit la fenêtre de temps , on se rend compte qu'il y a eu un "#vant les RIB" , inventés dans les années 70 et dont la diffusion n'a pas été immédiate.

Citation

Who invented the RIB boat?
The beginning

Rigid Inflatable Boats (Ribs) were invented in the UK at Atlantic College in Wales in the early 1970's. Rear Admiral Desmond Hoare (retd) provided the leadership and funding was made available by Commander David Joel (retd) then responsible for the Royal Navy's 'small boats'. Admiral Hoare sold the patent to the RNLI for £1 but did not cash the cheque.
Early adoption

The inflatable collar or sponson that attaches to a conventional rigid hulled boat was conceived as fendering to assist life boats in coming alongside. It quickly became clear that this 'fendering' was actually a breakthrough in boat design giving exceptional sea keeping, safety and a 'variable geometry' hull that helps to absorb shock loads in big seas.

https://m.solentribcharter.co.uk/about/rib-history/#

Et comme le fait remarquer Rivelo le mode opératoire des contrevenants a lui aussi changé :

Il y a 8 heures, Rivelo a dit :

Aujourd'hui, les trafiquants se sont adaptés et on est souvent confronté à des go fast trop rapides pour être interceptés par un patrouilleur de base. On a aussi maintenant du retex sur la piraterie type somalienne et le trafic de stupéfiants. Souvent, il faut attendre le "flag" pour distinguer la cible et avoir des preuves pour la suite. Cela veut dire que l'on a besoin de plus d'endurance sur zone, de moyens de suivi de situation tactiques, d'une bonne connectivité pour profiter des infos des autres vecteurs de renseignement (ex : Patmar), de capacités d'observation à distance pour se mettre à l'affut et d'une capacité d'intervention fulgurante pour fixer les cibles et les aborder le moment venu.

On est plus tout à fait dans le registre du P400 :-)

.Pour faire un raccourci de mode opératoire  : si la P400 devait avoir la vitesse nécessaire, il faudrait qu'elle ait la vitesse de cette aberration dénommée LCS !

Mais là phase d'après c'est également l'emport des vecteurs d'observation à distance : UAV mais aussi USV et il va falloir de la place pour tout ce monde en plus ...

Link to comment
Share on other sites

il y a 6 minutes, BPCs a dit :

Et comme le fait remarquer Rivelo le mode opératoire des contrevenants a lui aussi changé :

Ah oui? 

ceux-là par exemple 

1170_200.png

Peut-être ceux -ci 

1170x485blobbig_699.png

Ou alors ceux là 

fag-operation-halicorne-au-large-de-la-g

Ceux là sont encore plus innovants  et même à voile :tongue:

embarquement_article_pleine_colonne.jpg

peut-être s'agit-il d'employer des USV dans les mers australes :rolleyes:  

tempete-ocean-iStock_480px.jpg

il y a 28 minutes, BPCs a dit :

.Pour faire un raccourci de mode opératoire  : si la P400 devait avoir la vitesse nécessaire, il faudrait qu'elle ait la vitesse de cette aberration dénommée LCS !

Donc, si je suis bien le raisonnement, on peut mettre à la retraite les Gendarmes Maritimes et les Douaniers,. C'est bête c'est tout neuf. :rolleyes: 

0002-2014-07-03-polpeche-cchserpillo-66_

un-nouveau-patrouilleur-pour-la-douane-f

il y a 39 minutes, BPCs a dit :

Mais là phase d'après c'est également l'emport des vecteurs d'observation à distance : UAV mais aussi USV et il va falloir de la place pour tout ce monde en plus ...

C'est ça, continuons de rêver au lieu d'avoir des plans d'action opérationnels.  :rolleyes:

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, BPCs a dit :

On est dans une telle incertitude de budget que le B2M est à mon avis amené à remplir sa fonction multimission pour longtemps

Effectivement, je suis d'accord (si si !!) en ce sens que tout peut maintenant se faire de manière quasi mécanique quasi de manière indépendamment du projet B2M :

Si le dossier drone Leger qui est remonté à Paris est validé, le B2M récupérera un champs de surveillance multiplié par 6 (cf CEMM).

Si l'on décide d'implémenter des USV pour le confort qu'il apporte aux équipes de visite, le portique de mise à l'eau permet de le faire sans travaux conceptuels

Si la question de la consommation en carbu redevient cruciale, l'utilisation de peinture antifooling apportera un gain en vitesse

Toutes ces améliorations se font l'air de rien, mais comme dans cette anecdote de cuisine chinoise, l'ajout de toutes ces petites briques aura abouti à saler le plat sans avoir rajouté de sel !

C'est quoi ce projet ?

Les B2M seront de vrais couteaux suisse ?

Peut on commander d'autre B2M ? il y a un avenant au contrat ?

Edited by LBP
Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, LBP a dit :

C'est quoi ce projet ?

Les B2M seront de vrais couteaux suisse ?

Peut on commander d'autre B2M ? il y a un avenant au contrat ?

Le drone naval. 

Les B2M sont déjà des bâtiments polyvalents:  remorqueur, lutte anti pollution, logistique,  transport de VIP (tournées administratives) projection de force (petite) auxiliaire FS  récupération / projection Commandos et même des patrouilles en  SP... 

La Marine veut des patrouilleurs de 1000 / 1200 tonnes, avec une vitesse adaptée et un armement aussi adapté. Les B2M font le double, sont lents (normal pour un remorqueur) Par contre, la plateforme B2M ou BSAH peut servir  de base à d'autres bateaux, hydros comme pour le Maroc ou bateaux mères guerre des mines. Mais ce ne sont/ seront plus des B2M ni des BSAH ...

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Fusilier a dit :

Ah

oui? 

ceux-là par exemple 

La, tu es un peu de mauvaise foi ;-) Évidemment qu'il n'y a pas besoin de réinventer la roue pour traquer la tapouille, le blue boat et autre variantes de pêcheur indélicat dans nos eaux. On avait déjà eu l'occasion de dire d'ailleurs que cela serait assez pragmatique de panacher Batsimar si l'expérience PLG est concluante.

Néanmoins, pour identifier et intercepter des trafiquants de cigarettes, de cannabis ou d'autre chose, ou lutter contre les formes modernes de piraterie, un bâtiment de ce genre ne suffit plus...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Rivelo a dit :

La, tu es un peu de mauvaise foi ;-) Évidemment qu'il n'y a pas besoin de réinventer la roue pour traquer la tapouille, le blue boat et autre variantes de pêcheur indélicat dans nos eaux. On avait déjà eu l'occasion de dire d'ailleurs que cela serait assez pragmatique de panacher Batsimar si l'expérience PLG est concluante.

Néanmoins, pour identifier et intercepter des trafiquants de cigarettes, de cannabis ou d'autre chose, ou lutter contre les formes modernes de piraterie, un bâtiment de ce genre ne suffit plus...

On est d'accord sur deux propositions. Mais, pas pour la première :laugh: 

Donc on est d'accord, pour couvrir nos ZEEs contre les indélicats, des bon vieux patrouilleurs sont adaptés. Surtout qu'ils sont appuyés par la SURMAR et le renseignement satellitaire les FS et même les B2M.  On peut même améliorer la couverture sémaphore sur les côtes outremer (sur le Canal du Mozambique par exemple) et destiner des ATL non modernisés à cette fonction.  On peut aussi les doter de drones pour faire plaisir aux modernes :tongue: 

Revenons aux grandes vitesses. ça concerne, 1)  la zone Caraïbes, étant donné la géographie zonale, proximité des zones de départ et possibilité de passer d'une île à l'autre. Le premier élément c'est le renseignement, ça c'est le boulot des Douanes. Pour les interceptions en mer, on a un dispositif en place et qui marche : les FS avec un hélico et une drome adaptée (ETRACO et dérivés)  Par conséquent, faut remplacer les FS. La question cachée serait si l'on veut remplacer les FS par un 1200 t...  Mais cela ne semble pas l'intention de la MN. Par contre, aux Antilles il y a d'autres moyens, Douanes et GenMar , on pourrait se poser la question de patrouilleurs MN  et quel devrait être leur modèle. Etant donné les faibles  distances, des "petits" patrouilleurs rapides seraient un plus. 2) La Med, là c'est compliqué par ce qu'il y a intervention de plusieurs acteurs français et partenaires européens (voir opération antidrogue conjointe douanes françaises et espagnoles, au Sud Med )  Je ne sais pas si les Fast en direction du Nord sont encore de mise, hors passages de Gibraltar. Là bas les garde côtes espagnols  (douanes et garde civile) travaillent avec vedettes très rapides, des hélicos basés à terre et .un système côtier de surveillance assez sophistiqué. 

Les pirates et autres trafics en Ocean Indien. Là c'est le boulot des frégates (elles participent à des task force OTAN) même si l'Adroit ou des PH peuvent y prendre part à l'occasion. En Corymbe, c'est surtout un boulot de coopération et de montée en puissance des marines locales. Reste le "tout venant" aux limités inférieures des frégates , Sophia, Grèce, défense maritime du territoire métro, etc. Bref , faut remplacer les Avisos  

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

Le 30/07/2017 à 10:32, BPCs a dit :

Puisque il faut vous faire décidément une explication de texte, le seul élément à comprendre était que le système de mise à l'eau proposé pour ce navire pourrait s'adapter au pont multimission du B2M sans nécessiter de travaux structurel comme l'imposerait une rampe

tu as étudié le sujet en profondeur ?

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, pascal a dit :

tu as étudié le sujet en profondeur ?

Pour dire vrai, je souhaitais simplement obtenir une réponse sur l'opportunité /faisabilité  d'u système de lancement innovant de vedette et autre USV via la plage arrière d'un navire multimission et non pas obtenir des commentaires à la va vite sur l'opportunité d'avoir une plate-forme 4000t.

Pour ce qui est d'étudier le sujet en profondeur,  j'aurais bien aimé mais pour le moment je n'ai pas réussi à trouver les coordonnées de l'equipementier qui fournit ce système de LARS innovant, attendu qu'il me paraît probable que STX n'est pas le producteur de ce type d'équipement.

Mais si toi ou quelqu'un d'autre a le pdf je me delecterais de le dépiauter "en profondeur"

Notamment j'aimerais bien trouvé les états de la mer compatibles avec l'utilisation de ce système de portique pour le comparer avec les mises à l'eau à la grue comme cela peut se faire pour les canots de secour en mer.

Edited by BPCs
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,772
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Severus Snape
    Newest Member
    Severus Snape
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...