Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Corne de l'Afrique ( Djibouti, Éthiopie, Somalie) le laboratoire des confrontations modernes 


Recommended Posts

il y a 2 minutes, Ciders a dit :

N"oubliez pas que n'importe qui peut proposer le prix Nobel de la Paix et ce, à n'importe qui.

Du reste, ce ne serait pas la première fois que cela soit... incongru après-coup. On se rappelle d'une opposante politique birmane.

Mais Luc Besson a fait un si jolie film sur elle ! :laugh:

  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Commentaire récent de Nadew sur Acig.org. Je le cite in extenso. Difficile d'évaluer si ce qu'il dit est vrai à 100 % mais pour l'instant, il est fiable. Et si ce qu'il dit a un fond de vérité... c'est vraiment pas bon.

Citation

ENDF has been destroyed and the federal government has now asked the regional states to send their region forces and militias to support whatever is left off ENDF. Abiy Ahmed is now desperately trying to find a way to hang on to power. According to various reports surfacing, he is trying to cut a deal with the OLA (Oromo Liberation Army) and abandon his Amhara allies and by extension the Eritreans. The OLA is militarily not that significant but it does have a huge support base in Oromia which is the largest federal state in Ethiopia. Abiy's thinking seems to be to consolidate his foothold in Oromia and mobilize to fight TDF forces. The problem is OLA doesn't trust him and would want him to release the Oromo politicians he jailed last year. Meanwhile, the west seems terrified the country might disintegrate and there is a good chance that might happen. The situation is very volatile.

 

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux/en-ethiopie-les-rebelles-du-flpt-se-rapprochent-d-addis-abeba (4 novembre 2021)

René Lefort

Parmi la population civile éthiopienne, je distinguerais trois groupes. Il y a celui des enragés, essentiellement du côté des paramilitaires amharas qui semblent décidés à mener le combat, y compris s'ils n'ont plus que des moyens dérisoires pour le faire - les dernières informations que j'ai obtenues indiquent par exemple qu'il y a des camions entiers de combattants qui montent au front avec simplement un homme sur deux avec une arme, le reste ont des machettes ou des couteaux. Le deuxième groupe est ceux qui sont complètement perdus : qu'est ce qui va se passer? Qu'est ce que je vais faire? Qu'est ce qui va m'arriver? Est ce que je dois rester, partir? Et le troisième groupe, ce sont ceux qui disent : les jeux sont faits, et je ne vais pas mourir pour Aby Ahmed, le premier ministre. Ce qu'on a du mal en revanche à déterminer, c'est l'importance respective des deux derniers groupes.     

Les combattants tigréens ont un objectif et un seul : faire cesser au plus vite le blocus de la région tigréenne qui dure depuis le mois de juin. Cinq millions de Tigréens, sur les six millions que compte le Tigrée, ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence. Donc, comment arrêter ce blocus, et faire tomber Abiy Ahmed? Il n'y a pas d'autre solution aux yeux, en tous les cas, des Tigréens. Ils ont deux options : soit ils vont jusqu'à Addis-Abeba et ils font tomber le régime, soit ils vont couper le corridor Djibouti - Addis-Abeba, par lequel transitent 90% des importations et exportations éthiopiennes. S'ils coupent le corridor, très vite l'Ethiopie n'aura plus d'essence. Donc je pense que ces forces tigréennes essayent de voir quelle serait pour eux la meilleure option. Même s'il est vrai qu'il peut se présenter une troisième option, qui serait une espèce de coup d'État interne et qui ferait tomber Abiy Ahmed, puis une sorte d'administration intérimaire avec laquelle les Tigréens sont prêts à discuter. Donc, le blocage, c'est Abiy Ahmed.    

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a de fortes chances pour que des tractations aient lieu entre représentants des principales ethnies, ne serait-ce que sur le très court terme à savoir garder ou faire tomber Ahmed. Le souci étant que les plus clairvoyants - et il doit y en avoir un certain nombre - savent pertinemment qu'une fois Ahmed tombé... ce sera rapidement le bazar et le chacun pour soi. Donc ça doit négocier... dans les deux sens. Sachant qu'au milieu il doit se trouver des officiers éthiopiens qui se rappellent opportunément de liens familiaux ou amicaux avec les autres groupes ou essaient de sauver leur poste et éventuellement leur vie en se vendant au plus offrant.

Difficile également d'envisager le positionnement des pays voisins ou de l'Union Africaine. Et encore moins des pays de l'autre côté de la mer Rouge, notamment l'Arabie Saoudite. Une Éthiopie en plein chaos serait l'assurance d'une vague migratoire vers le Golfe et potentiellement du développement via infiltration ou création autochtone de nouveaux mouvements terroristes, menaçant potentiellement les intérêts émiratis du côté du Somaliland. Difficile aussi d'envisager l'intérêt ou non des Russes, notamment en raison de la religion majoritaire dans la région. Les Égyptiens trouveraient leur compte dans l'arrêt des travaux du barrage de la Renaissance, mais pas les Chinois. Accessoirement, une guerre civile éthiopienne risquerait de diffuser des ondes de choc en Érythrée (qui a aidé le gouvernement éthiopien, qui pourrait donc attirer une vengeance du Tigré et dont le régime pourrait avoir souffert des derniers évènements) mais aussi en Somalie et au Soudan.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Ciders a dit :

Une Éthiopie en plein chaos serait l'assurance d'une vague migratoire vers le Golfe et potentiellement du développement via infiltration ou création autochtone de nouveaux mouvements terroristes, menaçant potentiellement les intérêts émiratis du côté du Somaliland. 

Et vers l'Europe aussi

Il y a 4 heures, Wallaby a dit :

hIls ont deux options : soit ils vont jusqu'à Addis-Abeba et ils font tomber le régime, soit ils vont couper le corridor Djibouti - Addis-Abeba, par lequel transitent 90% des importations et exportations éthiopiennes. S'ils coupent le corridor, très vite l'Ethiopie n'aura plus d'essence. Donc je pense que ces forces tigréennes essayent de voir quelle serait pour eux la meilleure option. Même s'il est vrai qu'il peut se présenter une troisième option, qui serait une espèce de coup d'État interne et qui ferait tomber Abiy Ahmed, puis une sorte d'administration intérimaire avec laquelle les Tigréens sont prêts à discuter. Donc, le blocage, c'est Abiy Ahmed.    

A propos de ce corridor, quelqu'un sait où en est la liaison avec le port de Berbera dans le Somaliland ? En 2016 l' Ethiopie et le Somaliland avaient signés un accord pour l'utilisation du port comme débouché du commerce extérieur éthiopien. Et la même année Dubai Ports World avait obtenu le contrat pour développer le port.

Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, Paschi a dit :

Et vers l'Europe aussi

Ca passera, ce sont des chrétiens pour la plupart. Non ?

Révélation

KOLOSSAAAAAALE IRONIE ici.

Mais c'est une possibilité. Pour l'heure, la plupart des réfugiés du conflit sont au Soudan. En règle générale, les migrants économiques récents allaient soit aux Etats-Unis soit dans le Golfe :

https://www.migrationpolicy.org/article/ethiopia-origin-refugees-evolving-migration

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Ciders a dit :

Ca passera, ce sont des chrétiens pour la plupart. Non ?

  Révéler le contenu masqué

KOLOSSAAAAAALE IRONIE ici.

Mais c'est une possibilité. Pour l'heure, la plupart des réfugiés du conflit sont au Soudan. En règle générale, les migrants économiques récents allaient soit aux Etats-Unis soit dans le Golfe :

https://www.migrationpolicy.org/article/ethiopia-origin-refugees-evolving-migration

Pour environ 2/3 oui mais cela ne fait pas tout. Avec les tensions que l'on a en Europe suite aux vagues de migrations que l'on connaît depuis la chute du régime Libyen, les guerres civiles et problèmes économiques au Proche et Moyen Orient un afflux de migrants venant d'Ethiopie ne serait pas pour arranger les choses.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 2 weeks later...

En Ethiopie, les discours hostiles se multiplient vis-à-vis de l’Occident. Depuis quelques semaines, le gouvernement reproche plus ou moins ouvertement aux pays occidentaux, Etats-Unis en tête, de s’ingérer dans ses affaires internes.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/12/01/en-ethiopie-les-discours-hostiles-se-multiplient-vis-a-vis-de-l-occident_6104342_3212.html

Et la situation sur le terrain évolue En Ethiopie, les rebelles amorcent un repli inattendu vers le nord. Depuis mercredi 1er décembre, le gouvernement a repris le contrôle de larges parcelles de territoire aux insurgés des Forces de défense tigréennes.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/12/04/en-ethiopie-les-rebelles-amorcent-un-repli-inattendu-vers-le-nord_6104685_3212.html

Outre la levée de miliciens en masse, une nouvelle arme semble faire pencher la balance en faveur des forces progouvernementales : le déploiement de drones acquis par l’Ethiopie cet été. Les Emirats arabes unis ont, selon différentes sources diplomatiques, livré des drones Wing Loong de fabrication chinoise à l’aide d’un pont aérien quotidien de plusieurs mois entre Abu Dhabi et Addis-Abeba. L’Iran et la Turquie sont aussi suspectés de fournir de tels appareils à l’Ethiopie. « Les frappes de drones se sont intensifiées depuis le mois de novembre », observe un diplomate occidental. L’utilisation de ces aéronefs, déjà décisive en novembre 2020, « rend très nerveux le leadership tigréen », souffle une source proche des « TDF ».

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Les livraisons iraniennes ont été confirmées. On dit également que des livraisons de pièces détachées auraient permis de remettre en état une partie des avions éthiopiens qui sont actuellement en pleine phase de bombardements aériens contre les infrastructures dans les zones contrôlées par le TPLF.

Mais concrètement, les forces éthiopiennes demeurent toujours très affaiblies, mal commandées et ont perdu beaucoup de matériels.

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 32 minutes, collectionneur a dit :

Mais elles semblent avoir repoussé les tigréens qui se retirent de deux villes prises le mois dernier :

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/12/06/ethiopie-le-gouvernement-affirme-avoir-repris-deux-villes-strategiques-aux-rebelles_6104952_3212.html

L'autre interprétation étant que le Tigré, après avoir poussé une pointe jusqu'à peu de distance de la capitale et affolé tout le monde, a décidé de se replier dans sa zone sanctuaire sachant que le gouvernement n'a aucun moyen d'y pénétrer.

Link to comment
Share on other sites

Guerre en Ethiopie : comment Abiy Ahmed a perdu le contrôle de son pays. Des vidéos de propagande vérifiées par « Le Monde » racontent la guerre civile qui divise le pays, et montrent le basculement du conflit dans une guerre de position qui tient le régime du prix Nobel de la paix 2019 en échec.

https://www.lemonde.fr/international/video/2021/12/12/guerre-en-ethiopie-comment-abiy-ahmed-a-perdu-le-controle-de-son-pays_6105762_3210.html

Par ailleurs, en Ethiopie, les rebelles tigréens reprennent la ville emblématique de Lalibela. Des habitants ont confirmé la présence de combattants du Front populaire de libération du Tigré à l’aéroport et dans les rues de la cité amhara.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/12/13/en-ethiopie-les-rebelles-tigreens-reprennent-la-ville-emblematique-de-lalibela_6105826_3212.html

 

  • Like 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Pour expliquer la marée remontante des forces Ethiopiennes, cet article dans Libération indique le rôle capital des drones, encore eux:

"Le pouvoir s’est ressaisi, à la fois par des recrutements – volontaires ou forcés – et par des fournitures d’armements, notamment de drones, par des puissances alliées comme la Turquie et les Emirats, explique Eloi Ficquet, maître de conférences à l’EHESS, spécialiste de la Corne de l’Afrique. Il semblerait que les bombardements massifs de drones ont porté atteinte à la chaine militaire et logistique des Tigréens, les obligeant à un repli.»

 

https://www.liberation.fr/international/afrique/apres-un-an-de-guerre-civile-en-ethiopie-une-breche-pour-la-paix-20211225_F3SL4V43CFBB7GX3M25CD2JJJI/

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, Bocket said:

Pour expliquer la marée remontante des forces Ethiopiennes, cet article dans Libération indique le rôle capital des drones, encore eux:

"Le pouvoir s’est ressaisi, à la fois par des recrutements – volontaires ou forcés – et par des fournitures d’armements, notamment de drones, par des puissances alliées comme la Turquie et les Emirats, explique Eloi Ficquet, maître de conférences à l’EHESS, spécialiste de la Corne de l’Afrique. Il semblerait que les bombardements massifs de drones ont porté atteinte à la chaine militaire et logistique des Tigréens, les obligeant à un repli.»

 

https://www.liberation.fr/international/afrique/apres-un-an-de-guerre-civile-en-ethiopie-une-breche-pour-la-paix-20211225_F3SL4V43CFBB7GX3M25CD2JJJI/

J'avais entendu ca sur France Info aussi.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,749
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Patou860
    Newest Member
    Patou860
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...