Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Corne de l'Afrique ( Djibouti, Éthiopie, Somalie) le laboratoire des confrontations modernes 


Recommended Posts

il y a 2 minutes, ManuG a dit :

L'Ethiopie semblait être sur la bonne voie, "économiquement parlant", cette guerre risque de saper tous le travail accompli ?

Clairement. Même si je suis un peu dubitatif sur le côté "bonne voie" au vu du massacre de l'agriculture sacrifiée pour produire des roses et sur l'industrie manufacturière récemment arrivée qui est en gros de la sous-traitance de fabrication textile bas de gamme pour la Chine et encore, uniquement à Addis-Abeba.

Là, ça semble aller assez mal déjà niveau massacres. Beaucoup de réfugiés aussi, vers le Soudan (pas forcément mieux en point).

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

 

 

Il y a 1 heure, ManuG a dit :

L'Ethiopie semblait être sur la bonne voie, "économiquement parlant", cette guerre risque de saper tous le travail accompli ?

C'est pour ça que je me dis qu'il y a quelques chose d'étrange, vu que les ambitions éthiopienne avec le barrage qui n'était pas très apprécié par l'Égypte... Dès fois faut pas grand chose pour aider à alimenter des tensions interne d'un pays. Bien souvent faut pensait à regarder autour du pays qui d'un seul coup a une montée de tension en interne, donc la question est d'abord de savoir quel pays aurait de l'intérêt à voir des tensions internes dans un autre pays... 

Enfin voilà, c'est que mon humble analyse, mais bon l'Égypte ça l'arrange depuis qu'il y a le litige avec le barrage... 

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Le 14/11/2020 à 21:11, Gibbs le Cajun a dit :

C'est pour ça que je me dis qu'il y a quelques chose d'étrange, vu que les ambitions éthiopienne avec le barrage qui n'était pas très apprécié par l'Égypte... Dès fois faut pas grand chose pour aider à alimenter des tensions interne d'un pays. Bien souvent faut pensait à regarder autour du pays qui d'un seul coup a une montée de tension en interne, donc la question est d'abord de savoir quel pays aurait de l'intérêt à voir des tensions internes dans un autre pays... 

Enfin voilà, c'est que mon humble analyse, mais bon l'Égypte ça l'arrange depuis qu'il y a le litige avec le barrage... 

Toute enquête digne de ce nom commence par : "A qui profite le crime ?"

Je te suis donc à 200 %

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le 14/11/2020 à 19:20, ManuG a dit :

L'Ethiopie semblait être sur la bonne voie, "économiquement parlant", cette guerre risque de saper tous le travail accompli ?

Cette guerre ne "risque" pas "de saper tous le travail accompli"...ce n'est pas un risque, c'est un objectif.

Maintenant, "à qui profite le crime ?" comme le questionne @Teenytoon ?

La liste est plus longue quelle semble paraitre à première vue.

Si l'Egypte est en cause, elle serait a classer au moins au cinquième rang, et il n'est même pas sûr que pour l'inflammation du Tigré elle soit concernée.

Comme l'analyse risque d'être un peu longue a établir, je reviendrai un peu plus tard pour tenter de l'exposer. 

 

Tout d'abord, un petit indice qui peut nous orienter dans la situation actuel sur le N°1 des générateurs de nuisances :

Wikipedia :  - "L'Éthiopie, aujourd'hui constitutionnellement laïque, c'est un pays où de nombreuses croyances coexistent. Après l'Arménie, c'est la deuxième plus ancienne nation chrétienne au monde,

le christianisme s'y étant implanté vers l'an 330. S'y trouvent aujourd'hui des orthodoxes orientaux, des catholiques et des protestants. Par ailleurs, un tiers de ses habitants est musulman et des minorités religieuses

comme les Beta Israel juifs ou des animistes y vivent aussi."

Edited by capmat
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

 

 

Le 21/11/2020 à 11:47, capmat a dit :

Tout d'abord, un petit indice qui peut nous orienter dans la situation actuel sur le N°1 des générateurs de nuisances :

Le pb c'est que tu trouveras des chrétiens et des autres religions dans chaque région du pays, région ou on doit rappeler que l'optique est celle d'une fédération. Se qui veut dire que tu pourras trouvais des Oromos musulmans et chrétiens dans le même camps, idem avec des tigréens, etc... 

Sans oublier les partis politiques anciennement rebelles qui étaient pas lié par une religion mais par une idéologie politique dans une certaine vision de la démocratie. 

Donc la piste religieuse n'est pas la bonne car l'équilibre reste le même entre chaque religion au niveau du pays et dsd régions au niveau population qui même si elle a augmentée pour tout le pays, elle n'a pas d'influence sur les différentes religions qui voient toujours les chrétiens orthodoxe majoritaire. 

Donc la piste religieuse n'est pas la bonne. Quand ils ont agrandi la capitale pour la moderniser, les pauvres des banlieues et zone rurale en limite on était expulsé, chrétiens et musulmans pauvres ont manifesté ensemble. 

Ça joue encore sur un pb dû à un fédéralisme qui n'est pas perçu comme apparemment équilibré entre les régions... Et je pense que quand on a une faiblesse à se niveau là, de facto une action indirecte étrangère qui a un litige important via un pb de barrage comme l'Égypte, tout est bon pour jouer la division en Éthiopie en ayant pas besoin d'appuyer fortement, juste avec un théâtre d'ombre pour pousser au désorde en Éthiopie. D'autres puissances le font bien, je ne vois pas pourquoi l'Égypte ne serait pas capable de jouer cette carte juste en soufflant sur les braises d'une fédération éthiopienne encore fragile au vu de son histoire. 

Enfin voilà mon humble basé sur les infos que je peux avoir et le sentiment de mon épouse qui est à moitié éthiopienne. 

 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Gibbs le Cajun a dit :

Donc la piste religieuse n'est pas la bonne.

Mon indice concernait l'association de l'Arménie à l'Ethiopie dans l'ancienneté d'apparition de la religion catholique et j'avais précisé : "dans la situation actuelle" pour l'indice.

Le Tigré est la "région" qui sépare l'état Ethiopien de l'état d'Erythrée. Entre l'Ethiopie et l'Erythrée un climat de réconciliation laisse espérer le retour d'accès de l'Ethiopie à la Mer.

Pour l'instant, la connexion de l'Ethiopie à la Mer passe exclusivement par Djibouti, ce qui constitue un goulot d'étranglement car même en croissance rapide, les infrastructures de liaisons

entre Djibouti et l'Ethiopie sont loins de correspondre aux besoins des 109 millions d'habitants de l'Ethiopie.

La bonne croissance économique actuelle éthiopienne serait encore meilleure sans le goulot d'étranglement Djiboutien.

Qui a intérêt a contrarier l'accès "autonome" de l'Ethiopie à la Mer et pourquoi ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, capmat a dit :

Mon indice concernait l'association de l'Arménie à l'Ethiopie dans l'ancienneté d'apparition de la religion catholique et j'avais précisé : "dans la situation actuelle" pour l'indice.

Le Tigré est la "région" qui sépare l'état Ethiopien de l'état d'Erythrée. Entre l'Ethiopie et l'Erythrée un climat de réconciliation laisse espérer le retour d'accès de l'Ethiopie à la Mer.

Pour l'instant, la connexion de l'Ethiopie à la Mer passe exclusivement par Djibouti, ce qui constitue un goulot d'étranglement car même en croissance rapide, les infrastructures de liaisons

entre Djibouti et l'Ethiopie sont loins de correspondre aux besoins des 109 millions d'habitants de l'Ethiopie.

La bonne croissance économique actuelle éthiopienne serait encore meilleure sans le goulot d'étranglement Djiboutien.

Qui a intérêt a contrarier l'accès "autonome" de l'Ethiopie à la Mer et pourquoi ?

Hum je parlerais plutôt de chrétien et non de catholique en se qui concerne les 2 plus anciens pays chrétiens. Le catholicisme romain ne s'est jamais implanté durablement déjà à l'époque où les portugais sont arrivaient en Éthiopie, ils sont pas resté longtemps . Alors bien évidement on tourvera des courants lié au monde catholique, mais la faut aller voir du côté de l'Arménie et pas de l'Éthiopie. 

Le Tigré a toujours eu des envies d'autonomie, le pb n'est pas récent.

Pour les relations avec l'Erythrée et l'Éthiopie avec l'accès à la Mer rouge, vu le désastre économique de l'Erythrée, je pense que la tension a surtout baissé via le poids de la communautée internationale, surtout européenne face aux vagues d'érythréen qui ont fuit le pays... Vu que l'accord qui voyait une des pétromonarchies ( EAU il me semble) vouloir investir sur le port érythréen et qui n'a pas eu lieu mais que cela ne passait vu sa position par rapport à l'Arabie Saoudite et le pb iranien en fond... Il n'y avait plus trop le choix pour l'Erythrée. 

Pour l'apport de Djibouti via son port, les éthiopiens ne fermeront pas cette voie qui a toujours existé, quand bien même il y aura un port en Érythrée, au début j'ai pensait que cela pourrait être problématique, mais sur le fond Djibouti n'a pas intérêt à voir des pb chez son voisin éthiopiens ou somaliens, car vu la démographie de Djibouti, avoir le poids de réfugiés chez elle serait trop risqué vu la masse qui pourrait arrivée... Djibouti c'est déjà pas grand...

Le jour où il n'y aura plus d'intérêts pour les puissances étrangère, ça fera pas un pli avec Djibouti avalé par un des 2 gros pays, et je pense que c'est surtout l'Éthiopie qui le fera. Certes on y est pas encore, mais quand l'Arctique verra un passage sans glace et l'accès à de nouvelles ressources naturelles dans le grand nord , la donne changera en Mer Rouge... Et pour le Canal de Suez. 

De facto, Djibouti restera une roue de secours comme capacité portuaire, et vu la situation de l'Erythrée, les conneries au Tigré ne va pas dans le sens qui les arrange. Djibouti aura plus à perdre si gvt djiboutien se fait prendre la main dans le sac en voulant jouer le jeu de semer le désordre en Éthiopie en mode discret auprès des tigréens... 

Moi je ne met pas de guillemets au mot région car l'Éthiopie reste la même depuis qu'elle existe. 

Donc je pense que vu les enjeux ou 2 pays tel que l'Égypte et l'Éthiopie qui ont de forte démographie et l'enjeu du barrage, il est surtout le risque et pas via Djibouti... 

Les enjeux sont énorme, et vu la problématique que rencontre déjà l'Égypte en interne... Voir l'Éthiopie être parti sur la bonne voie tout en misant sur un barrage qui changera la vie à la population éthiopienne, tout en pesant sur l'Égypte qui elle aussi a besoin de l'eau... 

La démographie joue beaucoup et l'eau c'est encore plus important que le pétrole. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Article du Monde sur ce massacre, la situation est très confuse. On explique que le territoire a était rattaché au Tigré en 92 et que des milliers de colons s'y sont installés causant l'hostilité des locaux :

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/30/en-ethiopie-le-mystere-du-village-de-maikadra-revele-la-profondeur-des-conflits-ethniques_6061595_3212.html

Link to comment
Share on other sites

Voilà un article qui va dans le sens des messages dans se file ou j'ai régulièrement mis en avant que la problématique du Tigré était lié à celle entre l'Égypte et l'Éthiopie concernant la construction du fameux barrage côté éthiopien et qui a mis sous tension la région. Dans cette problématique il y a des alliances entre plusieurs pays de part et d'autres, tout comme il y a aussi des pays qui resteront neutre pour différentes raisons. 

L'analyse ici fait un tour d'horizon de la situation actuelle, des protagonistes et la mise en perspective d'un risque d'une "grande guerre africaine". 

Citation

Perspectives d'une `` grande guerre africaine ''

introduction

 
Les perspectives d'une grande confrontation armée en Afrique peuvent être imminentes en raison de l'éruption de deux lignes de fracture en Éthiopie: (i) sa guerre civile naissante et (ii) le conflit du Nil.   La première ligne de fracture représente un conflit qui combine à la fois des conflits ethniques et idéologiques qui peuvent transformer l'Éthiopie en Yougoslavie africaine.   La deuxième ligne de faille englobe un conflit régional plus large, avec des implications mondiales, qui oppose l'Égypte et le Soudan à l'Éthiopie au sujet du barrage de sa construction sur le Nil.

La première ligne de faille a éclaté le 4 novembre 2020, lorsque le Premier ministre éthiopien a ordonné à ses militaires d'attaquer la région du nord du Tigray.   La deuxième ligne de faille pourrait se rompre dans les prochains mois.  Le 23 octobre 2020, moins de deux semaines avant le début de la guerre civile en Éthiopie, le président américain Donald Trump a déclaré que l'Égypte pourrait «faire sauter» le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD).   Depuis que l'Éthiopie est maintenant plongée dans la guerre civile, la probabilité d'attaque de l'Égypte a augmenté de façon exponentielle.   Lorsque cela se produira, cela déclenchera un cataclysme, entraînant un conflit armé africain majeur englobant de nombreuses nations, d'où la Grande Guerre africaine .

La guerre civile naissante en Ethiopie

 
Des tensions ethniques se préparent depuis quelques années en Éthiopie, mais maintenant une guerre ethnique officielle contre les Tigréens a commencé.   Le 28 novembre, l'armée fédérale éthiopienne a capturé Mek'ele, la capitale régionale de la région du Tigray.   Alors que le Premier ministre Abiy Ahmed voudrait que vous croyiez que sa guerre est maintenant terminée, elle ne fait que commencer; tout comme la guerre en Irak a véritablement commencé après que les forces armées américaines ont pris Bagdad.

Contrairement à ce que certains pourraient dire, le TPLF (Tigrayan People's Liberation Front) est très apprécié des habitants du Tigray.   Le TPLF est le chef politique des Tigréens depuis le début de leur rébellion réussie contre le régime de Mengistu Derg au milieu des années 1970.   Le TPLF est maintenant engagé dans une guerre de guérilla à grande échelle contre le régime d'Abiy.   Mais contrairement à leur guerre de guérilla contre le Derg, le TPLF est désormais bien équipé, financé et globalement plus ingénieux pour une rébellion contre Abiy.

Même s'il a été porté au pouvoir par des manifestations menées par le Qeerroo Bilisummaa Oromoo  (Mouvement de libération de la jeunesse oromo), le Premier ministre Abiy Ahmed n'a pas le soutien total du groupe ethnique Oromo.  Le 30 juin, Abiy a arrêté Jawar Mohammed, le chef politique du Qeerroo, et est également actuellement confronté à la résistance armée du groupe rebelle Oromo Liberation Front (OLF).   De plus, le meurtre d'Hachalu Hundesa, considéré comme la voix du mouvement Oromo, a alimenté les tensions ethniques vis-à-vis des Oromos.   L'Éthiopie fait maintenant face à la résistance armée de deux groupes ethniques mécontents, les Tigréens et les Oromos.  

Enfin, le Parti pour la prospérité d'Abiy promeut idéologiquement un système politique unitaire, contrairement au système fédéral qui régit l'Éthiopie depuis le milieu des années 1990.   Lemma Megersa Wako, l'ancien président régional populaire de la région d'Oromo (octobre 2016 - décembre 2019), a refusé de rejoindre le parti pour la prospérité d'Abiy.  Il a démissionné de son poste de ministre de la Défense en août 2020 et serait assigné à résidence.   L'idéologie unitaire d'Abiy a également conduit à une opposition croissante de la part du Congrès fédéral d'Oromo et du Front de libération nationale d'Ogaden.

 

Conflit du Nil

 

L'Égypte et le Soudan ont dominé les ressources en eau du Nil au cours du siècle dernier et de nombreux pays du bassin du Nil, dirigés par l'Éthiopie, veulent maintenant une répartition équitable du Nil.   Les négociations entre l'Éthiopie et l'Égypte n'ont pas été fructueuses, et l'Égypte a menacé toute nation qui détourne les ressources en eau du Nil.   

Il existe deux accords historiques qui régissent les ressources en eau du Nil: (1) l'Accord de 1929 sur l'eau du Nil et (2) l'Accord de 1959 pour la pleine utilisation du Nil.   Ces accords ont donné à l'Égypte et au Soudan environ 90% des ressources du Nil (55,5 milliards de mètres cubes à l'Égypte et 18,5 milliards de mètres cubes au Soudan).  Le Nil tire 85% de son eau du lac Tana qui se trouve en Ethiopie. Le Nil est la seule source d'eau douce pour l'Égypte; par conséquent, tout détournement de ses eaux est considéré comme une menace existentielle pour l'Égypte.

De nombreux pays du bassin du Nil considèrent les accords historiques comme injustes car ils ont été rédigés à l'époque coloniale et favorisent fortement l'Égypte et le Soudan.   Ces pays du bassin du Nil ont rédigé un nouveau traité pour distribuer plus équitablement les ressources du Nil.   Il s’appelle l’ Accord-cadre de coopération (CFA), et l’Égypte et le Soudan y sont opposés.   L'Éthiopie, le Kenya, l'Ouganda, le Rwanda, la Tanzanie et le Burundi ont signé cet accord.

Plus inquiétant est le fait que l'Éthiopie a entamé le processus de remplissage du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne(GERD), qui détournera inévitablement les ressources en eau du Nil.   Le DIRD coûte environ 6 milliards de dollars à construire et est financé exclusivement par l'Éthiopie.   Il devrait être le plus grand barrage d'Afrique produisant 6 000 mégawatts d'électricité lorsqu'il fonctionnera à pleine capacité.   L'Égypte considère le GERD et son détournement des eaux du Nil comme sa plus grande menace extérieure pour la sécurité nationale.

 

La grande guerre africaine

 

La question n'est pas de savoir si l' Égypte attaquera le GERD, mais quand l'Égypte attaquera-t-elle le GERD.   Le Nil fournit 99% de l'eau douce de l'Égypte, et l'Égypte ne permettra pas à l'Éthiopie d'avoir un pouvoir monopolistique sur sa seule source d'eau douce.   Maintenant que l'Éthiopie est plongée dans la guerre civile, et a également commencé à remplir le DIRD - en commençant le processus de détournement des ressources en eau du Nil -  la réponse à la question de savoir quand est devenue plus à venir.

L'Égypte mettra dans un premier temps en œuvre une politique visant à exacerber la guerre civile en Éthiopie en fournissant des ressources aux groupes ethniques armés mécontents, dans le but d'affaiblir l'État éthiopien.   Le bombardement du GERD suivra finalement, car c'est la seule politique qui peut mettre fin de façon permanente à la menace existentielle de détournement des ressources en eau du Nil.   Il n'y a pas de meilleur moment pour l'Égypte pour attaquer le GERD que pendant la guerre civile naissante en Éthiopie.

 

Le GERD est la fierté et l'honneur de l'État éthiopien moderne, de sorte que l'Éthiopie sera forcée de riposter et d'attaquer probablement le territoire égyptien.   En échange, l'Égypte répondra en nature, conduisant à une guerre totale entre les deux nations. 

 

L'Éthiopie et le Kenya ont un pacte de défense mutuelle depuis 1963, et une attaque égyptienne contre le GERD sera considérée comme un acte de guerre, invoquant le traité de défense.  En plus d'être signataires de l' Accord-cadre de coopération (CFA), le Kenya, l'Ouganda, le Rwanda, la Tanzanie et le Burundi sont tous membres de la Communauté de l'Afrique de l'Est et sont susceptibles d'aider l'Éthiopie au détriment de l'Égypte dans une guerre. 

L'Érythrée restera probablement neutre.   Bien que les relations entre l'Éthiopie et l'Érythrée soient devenues amicales en raison d'un traité de paix récemment signé, les Érythréens ont une profonde méfiance historique à l'égard de l'État éthiopien.   55% des Érythréens sont des Tigréens d'un point de vue éthique, y compris son président et ses dirigeants aux échelons supérieurs.   Leurs parents ethniques, les Tigres, représentent 30% supplémentaires.   En substance, les habitants de l'Érythrée et de la région du Tigré en Éthiopie sont des cousins.   Par conséquent, je ne vois pas l'Érythrée aider l'armée fédérale éthiopienne dans sa guerre civile contre le TPLF, même si les dirigeants érythréens et le TPLF sont des ennemis.   De plus, l'Érythrée et l'Égypte entretiennent de bonnes relations depuis des décennies, de sorte que la probabilité que l'Érythrée se range du côté de l'Éthiopie sur l'Égypte est infinitésimale.  Enfin, Djibouti et la Somalie resteront neutres en raison de leur manque de force militaire stratégique.    

 

Cela laisse l'Éthiopie, le Kenya et certains pays de la zone CFA, menant une guerre contre l'Égypte, le Soudan et les groupes ethniques armés mécontents.   Le monde doit être préparé à un tel conflit car il affectera l'ensemble de la communauté des nations et aura des ramifications négatives pour l'économie mondiale. 

 

Aman Obsiye est un avocat basé à Minneapolis, MN.   Il a reçu son Juris Doctor & maître de politique publique degrés de l'Université du Minnesota.

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, collectionneur a dit :

Je vois mall'Éthiopie et ses alliés envoyé une force terrestre (ou fluviale) descendre le Nil. Cela resterait une guerre aérienne. Et la, la France grincerez des dents de voir les Rafales utiliser contre l'Éthiopie.

Oui, l'article cité par @Gibbs le Cajun n'engage que son auteur

Link to comment
Share on other sites

il y a 55 minutes, collectionneur a dit :

Je vois mall'Éthiopie et ses alliés envoyé une force terrestre (ou fluviale) descendre le Nil. Cela resterait une guerre aérienne. Et la, la France grincerez des dents de voir les Rafales utiliser contre l'Éthiopie.

Par contre rien empêchera les égyptiens qui ont les mêmes intérêts que les soudanais dans cette crise de l'eau de traverser le Soudan et avoir l'aide de l'armée soudanaise pour attaquer l'Éthiopie qui elle aussi aura l'aide de ces alliés. 

Donc même des combats terrestres ne seront pas exclu si bien évidemment une guerre se déclenche. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, Gibbs le Cajun a dit :

Par contre rien empêchera les égyptiens qui ont les mêmes intérêts que les soudanais dans cette crise de l'eau de traverser le Soudan et avoir l'aide de l'armée soudanaise pour attaquer l'Éthiopie qui elle aussi aura l'aide de ces alliés. 

Donc même des combats terrestres ne seront pas exclu si bien évidemment une guerre se déclenche. 

Ton hypothèse est logique... mais possiblement dépassée par le temps "stratégique".

Il se pourrait bien que l'Egypte et l'Ethiopie aient intérêt a s'allier contre un ou d'autres ennemis.

Evidemment, c'est un peu tôt pour l'affirmer.

Concernant le Nil, bien sûr, c'est la colonne vertébrale de l'Egypte.

Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, capmat a dit :

Ton hypothèse est logique... mais possiblement dépassée par le temps "stratégique".

Il se pourrait bien que l'Egypte et l'Ethiopie aient intérêt a s'allier contre un ou d'autres ennemis.

Evidemment, c'est un peu tôt pour l'affirmer.

Concernant le Nil, bien sûr, c'est la colonne vertébrale de l'Egypte.

Le pb est celui de la démographie, et je pense que là l'Égypte tout comme l'Éthiopie n'auront aucun intérêt à se retrouver dans une alliance commune, et puis bon au niveau menaces face à d'autres ennemis, il faudrait déjà qu'il y  ai des ennemis en commun dans leur environnement régional. 

Pour l'instant les éthiopiens hormis les erythréens n'ont pas d'adversaires faisant le poids, et pour l'Égypte idem. 

Le seul point commun c'est les risques de déstabilisation intérieure, les islamistes et les frères musulmans pour l'Égypte, et pour l'Éthiopie le contexte fédéral avec des régions ou le contexte ethnique est de mise, mais pas forcément que ça, comme on peut le voir les origines ethnique du patron actuel de l'Éthiopie ne voient pas pour autant un soutien dans sa politique par sa propre ehtnie ( qui dit ethnie ne dis pas forcément même religion au sein d'une même ethnie, en Éthiopie on pourra trouver des chrétiens ou des musulmans etc.. dans certaine ethnies). 

Donc la seule crainte en terme de menace concrète dans un contexte démographique explosif c'est surtout la menace intérieure pour les 2 pays, et les tensions autour de l'eau du Nil qui met en tension les relations entre l'Égypte, le Soudan à l'Éthiopie et les pays qui la suivent. 

Rien que la démographie montre qu'il sera impossible d'imaginer pour l'Égypte ou l'Éthiopie une alliance avec le Nil comme enjeu, et comme dis plus haut la seule autre menace est surtout intérieure pour les 2 pays. 

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Gibbs le Cajun a dit :

Le pb est celui de la démographie, et je pense que là l'Égypte tout comme l'Éthiopie n'auront aucun intérêt à se retrouver dans une alliance commune, et puis bon au niveau menaces face à d'autres ennemis, il faudrait déjà qu'il y  ai des ennemis en commun dans leur environnement régional. 

Pour l'instant les éthiopiens hormis les erythréens n'ont pas d'adversaires faisant le poids, et pour l'Égypte idem. 

Le seul point commun c'est les risques de déstabilisation intérieure, les islamistes et les frères musulmans pour l'Égypte, et pour l'Éthiopie le contexte fédéral avec des régions ou le contexte ethnique est de mise, mais pas forcément que ça, comme on peut le voir les origines ethnique du patron actuel de l'Éthiopie ne voient pas pour autant un soutien dans sa politique par sa propre ehtnie ( qui dit ethnie ne dis pas forcément même religion au sein d'une même ethnie, en Éthiopie on pourra trouver des chrétiens ou des musulmans etc.. dans certaine ethnies). 

Donc la seule crainte en terme de menace concrète dans un contexte démographique explosif c'est surtout la menace intérieure pour les 2 pays, et les tensions autour de l'eau du Nil qui met en tension les relations entre l'Égypte, le Soudan à l'Éthiopie et les pays qui la suivent. 

Rien que la démographie montre qu'il sera impossible d'imaginer pour l'Égypte ou l'Éthiopie une alliance avec le Nil comme enjeu, et comme dis plus haut la seule autre menace est surtout intérieure pour les 2 pays. 

 

Tes arguments me convainquent.

Mais j'ai l'impression que nous regardons la même médaille sous ses côtés opposés.

Je suis convaincu que l'Egypte et l'Ethiopie perdront moins à s'entendre qu'a se combattre.

Comme toujours il y en a qui ont intérêt a mettre de l'huile sur le feu et d'autres qui oeuvrent à l'apaisement.

Ceux qui oeuvrent à l'apaisement sont visibles, les incendiaires sont masqués.

L'Afrique est le continent qui connaitra le plus fort développement dans les décennies qui viennent.

Evidemment, toutes les convoitises possibles s'orientent vers ce continent.

Le seul moyen omnidirectionnel, rapide et endurant pour circuler entre continents, c'est l'avion.

Ça semble peu connu, mais la compagnie aérienne la plus importante d'Afrique, c'est Ethiopian Airways.

Probablement parce que privée d'accès à la Mer, l'Ethiopie a concentré ses moyens sur sa compagnie nationale.

Ethiopian dispose de filiales en Afrique qui fonctionnent très bien, le tout participe d'un réseau très complet et rentable.

L'Ethiopie envisage de construire un "aéroport hub géant" en périphérie d'Addis Abeba.

Cette initiative vise a répondre à une initiative d'Ankara qui vient de faire construire un aéroport géant au Nord d'Istanbul avec

pour objectif d'en faire un hub géant entre le monde et l'Afrique. Evidemment Istanbul est, à ce jour, beaucoup plus un "aimant"

que Addis Abeba. Le Covid a mis un couvercle momentané sur ces développements mais ensuite ça reprendra très fort. 

Ces visées "aéronautiques" de la Turquie sont perçues comme un Casus Bely par l'Ethiopie et comme un Casus Bely supplémentaire

par l'Egypte.....mais aussi par les Emirats qui entendent conserver leur avance dans le rôle de hub.

Accessoirement la Turquie a ouvert une base militaire à Mogadiscio.

Bon, mon post est assez long.

Edited by capmat
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

@capmat

Personnellement je pense que l'Éthiopie sera le phare de l'Afrique dans le futur mais le chemin sera encore long. 

Pour la relation entre l'Égypte et l'Éthiopie, je pense que ça ne fonctionnera jamais, trop de divergence et de litige qui ne date pas d'hier, et le poids démographique empêchera d'avoir une vision commune là ou il faudra gérer cette démographie qui a explosée en lui donnant un accès à l'eau, l'électricité et donc un pas vers la modernisation. 

Et puis n'oublions pas que l'Éthiopie reste en majorité chrétienne là où c'est l'inverse pour l'Égypte qui est en majorité musulmane, et puis l'état d'esprit des éthiopiens à toujours était indépendant ( les italiens même en ayant réussi à en envahit le pays, ils n'ont jamais put le contrôler, tout en ayant aussis connu une grave défaite au 19ème siècle contre les éthiopiens) là où l'Égypte fut une colonie, enfin en ayant subit le passage de divers envahisseurs et cela depuis très longtemps. Cette porté culturelle est aussi à pendre en compte, car la vision universaliste n'est pas de mise chez les éthiopiens tout comme les égyptiens, donc imaginer qu'à deux ils pourraient avancer main dans la main me semble impossible. Déjà pour l'Éthiopie, pays chrétien la pression du monde musulman autour d'elle est une réalité, entre la Somalie, les turcs qui se sont installé en Somalie, les pays du Golfe qui ne sont pas loin mais sèment aussi leur bordel, l'Égypte ou la majorité est musulmane, le Soudan qui voit une ambiance de conflit entre chrétiens et musulmans, autour de ressources naturelles. N'oublions pas que le risque est de voir une liaison se créer entre islamistes du Sahel, la Turquie qui est liée aux frères musulmans, et le Qatar aussi qui sont installé en Libye, l'Égypte qui voit une déstabilisation via les islamistes optique daesh aisni que la confrérie des frères musulmans, et qui pourrait pesée si demain l'Égypte tombe entre leurs mains, et avec la Turquie présente en Libye et en Somalie, ont comprend vite le risque de voir une bande partant du Sahel et arrivant en Somalie ou les turcs et les frères musulmans seraient présent, créant une immense zone où le prosélytisme des frères musulmans couplé aux capacités militaires de la Turquie et l'aide via l'argent du Qatar pourraient sur le long terme être une menace pour l'Éthiopie et le reste de l'Afrique, mais aussi pour l'Europe. 

Donc je pense que l'Éthiopie sera peut être le dernier rempart en Afrique face à se risque islamiste ou le Qatar, les turcs et les frères musulmans qui sont égyptien et ont su internationaliser leur courant en étant partout dans le monde, et surtout en Europe... 

Maintenant le risque pour l'Éthiopie reste de mise avec l'Égypte qui si elle n'est pas encore tombé aux mains des frères musulmans, elle a toujours son pb de démographie qui a explosait, et de facto offre une masse ou la population est pauvre qui permet d'être le terreau ou les islamistes optique daesh et les frères musulmans peuvent faire leur travail de prosélytisme en surfant sur la pauvreté...

Donc l'Égypte est dans une situation inextricable avec sa démographie folle et peu de capacité à nourrir et faire vivre cette population au vu des limites rien qu'au niveau agriculture qui est faible vu le côté désertique dans la majeur partie du pays. De facto il faudra bien que le gvt égyptien trouvent une solution, et cela passera en ayant le monopole sur l'eau du Nil. De facto pour l'Éthiopie c'est une situation impossible, car pour elle ce serait l'explosion du pays au travers de la situation actuelle qui voit toujours des résurgences de volonté de sécession dans nombre de régions du pays. Si le pays fini morcelé, on comprend aisément que la majorité chrétienne pourrait voir son existence menacée avec un monde musulman qui pèse via la démographie. Et la suite on la connaît, les chrétiens copte d'Égypte ont commis une erreur en pensant que le monde arabe qui était venu proposé ces services guerrier pour gérer des pb , à fini par s'installer et pendre le dessus via la démographie... Et au final aujourd'hui ils sont encore nombreux les coptes mais par rapport à la population musulmane... Ils ne pèsent rien tout en ayant un statut qui les limite dans la vie sociétale égyptienne... 

Enfin voilà je pense pour l'Éthiopie, au vu de se qui est arrivait au monde chrétien au Moyen-Orient elle n'a pas envie de subir le même sort sur le long terme... 

Car c'est une donnée qui peut nous échapper, mais la Foi chrétienne en Éthiopie est immense, et elle reste réaliste, se qui explique pourquoi l'islam ne s'est jamais étendue chez elle dans son histoire, celui-ci étant limité. 

Enfin voilà mon analyse sur le sujet. 

Edited by Gibbs le Cajun
Link to comment
Share on other sites

@Gibbs le Cajun Sait on avec quoi le Tigré à bombarder Asmara ? La liste que j'ai du matos éthiopien n'indique que des LRM russes BM-21, hors il s'agit de tirs à plus de 200 km. Sinon petit résumé du conflit ici :

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/13/guerre-en-ethiopie-ou-en-est-le-conflit-dans-la-region-du-tigre_6063220_3212.html?

Link to comment
Share on other sites

Le 14/12/2020 à 16:01, collectionneur a dit :

@Gibbs le Cajun Sait on avec quoi le Tigré à bombarder Asmara ? La liste que j'ai du matos éthiopien n'indique que des LRM russes BM-21, hors il s'agit de tirs à plus de 200 km. Sinon petit résumé du conflit ici :

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/12/13/guerre-en-ethiopie-ou-en-est-le-conflit-dans-la-region-du-tigre_6063220_3212.html?

Non je ne sais pas. Mais il y a plusieurs possibilité, entre des éléments tigrées qui serait passer côté Érythréen avant que l'armée éthiopienne déboule, ou est-ce que les Tigréens auraient reçu de l'armement pouvant taper aussi loin ? 

 

Désolé pour la réponse tardive, mais comme j'ai eu pas mal de notification sur pas mal de sujets, j'ai vite était dépassé :happy:

C'est intéressant car avec la grosse présence de la Chine à Djibouti, j'ai l'impression que le jeu de ne pas miser sur un seul pays voit aussi une permanence dans le jeu diplomatique en terme de remise en avant des uns par rapport aux autres pays présents à Djibouti. Peut être que la Chine a commençait à montrer ses défauts, ceux où elle commence à trop peser dans les pays Africains et crée un mécontentement des populations qui voient même le petit commerce être mis à mal. En Éthiopie déjà une société chinoise qui s'était installée en pays Oromo à vu une attaque et la mort de chinois. À Djibouti il y a une pression aussi, et je pense qu'au vu des liens que la France a créée avec l'Éthiopie, déjà en formant les futurs marins éthiopiens, ça a put avoir aussi un effet sur Djibouti qui au vu de son jeu de miser sur plusieurs pays peut voir aussi les pays en question aussi chercher des possibilités de création de lien pour ne pas dépendre que d'un seul pays, ici Djibouti. Donc même si il y a un grand intérêt à avoir Djibouti comme base stratégique, il faut aussi ne pas être sous la pression du jeu de Djibouti. La diplomatie doit rester quelque chose de réactif qui doit aussi être un moyen de mettre de la pression en profitant des erreurs ou des défauts  des autres. 

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 57 minutes, christophe 38 a dit :

qui n etait pas chez lui ?

En gros ce sont des éthiopiens chrétien qui travaillent sur des terres au Soudan, qui apparemment ne voit pas de soudanais le faire. 

Maintenant dans le jeu des relations, quand on voit la frontière entre le Soudan et l'Éthiopie, et donc le Tigrée qui fait parti de l'Éthiopie , puis la frontière avec l'Érythrée et le Soudan, quand on connaît déjà les tensions via le Nil qui voit le Soudan et l'Égypte être main dans la main... On peut aisément se poser la question sur comment et par qui comme soutien a put voir le Tigrée tenter une sécession... Et avec une frontière commune entre le Soudan et le région du Tigrée... De facto cette tentative de déstabilisation de l'Éthiopie montre qu'elle n'est pas issu uniquement des Tigréens mais aussi de pays qui soutiennent ces derniers... 

À mon avis, je pense que l'Éthiopie a voulu marquer le coup en rappelant qu'elle pouvait aussi mettre le bazar côté soudanais via cette zone ou les éthiopiens vivent et travaillent une terre très fertile. Donc si demain les éthiopiens le décide, rien ne les empêcheraient d'annexer cette zone. Et vu la fragilité du Soudan ça pourrait encore plus fragiliser le pays. 

Moi je pense que l'Égypte et le Soudan sont derrière la montée de tension via le Tigrée, car pour eux l'Éthiopie est son ambition de devenir un pays en pointe sur le continent africain en se développant tout en ayant de quoi être sur le bon chemin de la modernité, d'où son intérêt de construire se barrage sur le Nil, car qui dit barrage, dit une meilleure gestion de l'eau pour l'agriculture, et l'électricité nécessaire à la mise en place des nouvelles technologies qui permettront au pays de faire évoluer la situation des populations, entre l'accès à l'école et la possibilité d'accueillir des sociétés, industrie etc... Local mais aussi étrangère qui permettra de crée des classes sociales tout en réduisant l'écart entre très pauvre et très riche. 

Donc je pense que les éthiopiens ne sont pas dupe de qui se cache derriere cette montée soudaine de déstabilisation au Tigrée. 

D'ailleurs au vu de la situation qui avait vu l'Éthiopie affronter l'Érythrée dans le passé, on notera que l'Érythrée au vu de sa politique intérieure qui a vu le pays se fermer sur lui même, provocant le départ de beaucoup d'érythréens, une économie désastreuse... Ben je pense qu'il y a sûrement eu discussion via des pays européens qui ont au vu du pb migratoire mis la pression sur l'Érythrée pour que des relations positive avec l'Éthiopie soit de mise. Et vu la crise actuelle ça me conforte sur cette idée. 

Donc le Soudan joue la déstabilisation côté Tigrée, les éthiopiens ne font que leur rendre la pareil. 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,753
    Total Members
    1,550
    Most Online
    jmdc33
    Newest Member
    jmdc33
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...