prof.566

FCAS SCAF et connexes (NGWS, drone FCAS - DP etc.)

Recommended Posts

Il y a 2 heures, Bechar06 a dit :

Ok, je te suis, mais... mais les îles ou territoires hors Europe c'est plus facile à appréhender  et plus directement justifiable  pour des moyens  ! 

Je te propose que sur le Fil  Politique étrangère / Relations internationales  / Europe / Europe de la défense .. on essaie si possible d'évaluer tous ces intérêts  économiques et autres...  des européens  ensembles

Si tu as une île quelque part, tu n'as pas besoin d'y envoyer un porte avion, c'est ton île qui va servir de porte avion! Chaque fois qu'on a envoyé le CDG quelque part , on avait pas d’île à proximité. Même pour la Libye, on l'a envoyé parce que ça permettait de se rapprocher encore plus.

il y a 4 minutes, Kelkin a dit :

Un Rafale plus long, c'est une cellule différente, c'est donc un avion neuf.

Si on était à 10cm près, on trouverait un moyen de s'arranger, s'il faut rallonger la cellule c'est qu'il faut l'allonger de manière significative, et ça change l'aérodynamique. Pour un avion de ligne, c'est facile d'étirer en longueur (dans des limites raisonnables) car ils ne font pas d'acrobaties aériennes et ne cherchent pas à éviter les radars. Pour un chasseur, c'est pas pareil. Le Rafale XL, j'y crois pas.

Oui, même les biplaces on ne les fait pas plus long, et quand Boeing a voulu faire un Hornet plus long, ça a donné le super Hornet, qu'ils ont fait passer pour une évolution du Hornet, mais qui en fait est un nouvel avion.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 39 minutes, Kelkin a dit :

Un Rafale plus long, c'est une cellule différente, c'est donc un avion neuf...

Pour un chasseur, c'est pas pareil. Le Rafale XL, j'y crois pas.

On a eu l'exemple du Tornado ADV avec son stretch de 1,36 m.

Réalisé pourtant à une époque où il n'y avait pas les capacités de calculs actuels.

Citation

The Tornado ADV's differences compared to the IDS include a greater sweep angle on the wing gloves, and the deletion of their kruger flaps, deletion of the port cannon, a longer radome for the Foxhunter radar, slightly longer airbrakes and a fuselage stretch of 1.36 m to allow the carriage of four Skyflash semi-active radar homing missiles.[3][11] The stretch was applied to the Tornado front fuselage being built by the UK, with a plug being added immediately behind the cockpit, which had the unexpected benefit of reducing drag and making space for an additional fuel tank (Tank '0') carrying 200 imperial gallons (909 L; 240 U.S. gal) of fuel.[12] The artificial feel of the flight controls was lighter on the ADV than on the IDS.[13] Various internal avionics, pilot displays, guidance systems and software also differed; including an automatic wing sweep selector not fitted to the strike aircraft.[14]

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Panavia_Tornado_ADV

Et là il serait, à l'inverse du Tornado, plus question de faire une version pénétration qu'une version de défense aérienne (quoiqu'on puisse en dire de cet ADV)

Edited by BPCs
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

Oui, même les biplaces on ne les fait pas plus long,

Pour le Gripen, ce n'est pas le cas. On a le cas du Rafale dont le biplace fait la même taille, mais j'ai l'impression que c'est plus un contre exemple que la généralité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, BPCs a dit :

On a eu l'exemple du Tornado ADV avec son stretch de 1,36 m.

Pas un avion qui ait été entièrement satisfaisant...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, Kelkin a dit :

Pas un avion qui ait été entièrement satisfaisant...

C'est pour des tas de raisons qui ne tiennent pas pas spécifiquement à un vice de forme généré par l'allongement du fuselage qui à au contraire amélioré la vitesse via la finesse.

Par ailleurs sur la question de la furtivité, il y a aussi la question des emports conformes tels qu'envisagés pour le FB-22 :

tumblr_inline_o1dcrkYYiU1t90ue7_1280.jpg

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 54 minutes, ARPA a dit :
Il y a 1 heure, Picdelamirand-oil a dit :

Oui, même les biplaces on ne les fait pas plus long,

Pour le Gripen, ce n'est pas le cas. On a le cas du Rafale dont le biplace fait la même taille, mais j'ai l'impression que c'est plus un contre exemple que la généralité.

Le Mirage F1 Biplace a lui aussi une extension de 30 cm de fuselage : 

Citation

Le Mirage F1 B, appareil biplace d'entraînement allongé de trente centimètres pour permettre l'installation d'un second siège, avec capacité en carburant réduite et canons de trente millimètres supprimés ;

In Wikipedia 

220px-2014NancyOchey-8653.jpg

Edit : et il me semble que les Mirage 2000 biplace auraient une vingtaine de cm de plus que les versions monoplaces.

http://www.checksix-forums.com/viewtopic.php?t=200613

Edited by BPCs
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, un réacteur ne peut pas souffler plus d'air qu'il n'en aspire, donc la taille des entrées d'air dimensionne la poussée maximale des réacteurs. Le M88 du Rafale à 7.5 kN,  et peut théoriquement monter (en changeant le moteur) jusqu'à 8.3 kN mais pas plus -- pour plus, il faut aussi changer les entrées d'air pour les agrandir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, Pierre_F a dit :

Donc on bien besoin de concevoir une nouvelle cellule assez rapidement. 

Pour ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça suppose qu'on ai besoin de plus de puissance, or ce n'est manifestement pas le cas pour le moment, car ni l'Armée de l'Air, ni la Marine Nationale n'ont jamais demandé plus de puissance dans la motorisation des Rafales.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, Kelkin a dit :

Oui, un réacteur ne peut pas souffler plus d'air qu'il n'en aspire, donc la taille des entrées d'air dimensionne la poussée maximale des réacteurs. Le M88 du Rafale à 7.5 kN,  et peut théoriquement monter (en changeant le moteur) jusqu'à 8.3 kN mais pas plus -- pour plus, il faut aussi changer les entrées d'air pour les agrandir.

Pas vraiment si l’air est portée à une température supérieure la poussé avec un meme débit d’air est plus forte. 
c’est l’un des points majeur du successeur du m88 justement. 
le rafale xl c’est jamais ce qui s’était avec l’étendard et le super étendard. Ou le gripen et ng qui bien sûr change, il prend 2 mètres de long !

enfin une tout autre option pourrait voir le jour des asng4 longue portée qui aurait 2500km de porté dans la soute d’un a350, lui même escorté par des rafale. 
le ngf tel que présenté n’est qu’une solution parti d’autres, un rafale à la peau en graphen ou avec des systèmes de défenses actifs ou encore un réacteur adaptatif ou encore accompagné de drones lui donnerait une pertinence plus longue. 
Il ne faut pas oublier que le ngf n’a pas vocation à remplacer le rafale mais le mirage 2000, il passera une très grande partie de sa carrière avec le rafale qui restera numériquement supérieur. Le ngf a une vocation très offensive, la defense restera du domaine du rafale pendant encore un long moment. Au moins 2055 (il a également fallu 15 ans au rafale pour devenir meilleur que le mirage 2000-5 en air air)

bref tout ça pour dire que le rafale a encore une potentialité impressionnante. Mais elle va aller décroissante si on continue de ne pas toucher à la cellule. Le ngf a cet avantage de ne plus du tout être prisonnier d’une cellule déjà existante mais ça posera des problèmes plus tard (politique des petits pas mis de côté, logiquement on peut plus se permettre quand on fait un chasseur tout les 50 ans). Le budget sera l’élément décisif. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, wagdoox a dit :

Il ne faut pas oublier que le ngf n’a pas vocation à remplacer le rafale mais le mirage 2000,

Aux dernières prévisions, le NGF ne devrait entrer en service que bien après le retrait de service des derniers mirage 2000.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, wagdoox a dit :

Il ne faut pas oublier que le ngf n’a pas vocation à remplacer le rafale mais le mirage 2000

C'est pourtant dans son nom, Next Génération Fighter ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, kotai a dit :

Ce n'est pas le rafale de remplacer les 2000?

Pourquoi diantre vouloir remplacer le meilleur monoréacteur actuellement en service dans l'OTAN ? Un peu de patience.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, kotai a dit :

Ce n'est pas le F16?

Je te l'accorde, de tous les monoréacteurs volant actuellement dans l'OTAN, le titre de meilleur est partagé entre le F-16 et le Mirage 2000. Mais je suis extrêmement content de voir que tu es arrivé à cette conclusion toi aussi. :-D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, wagdoox a dit :

Pas vraiment si l’air est portée à une température supérieure la poussé avec un meme débit d’air est plus forte. 

Toutes choses étant égales par ailleurs, ce qui n'est manifestement pas le cas.

Par exemple, si on compare un F100-PW229 et un F110-GE100, les deux ont un débit d'air de 115 kg/s, le F110 à une RIT inférieure de 181 K mais une poussée à sec sensiblement supérieure.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Exportations d'armes : l'Allemagne et la France proche d'une signature ?

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/exportations-d-armes-l-allemagne-et-la-france-proche-d-une-signature-829390.html

Florence Parly doit aller à Berlin pour finaliser un accord sur le dossier sensible des exportations d'armes. Puis, le 16 octobre, lors du prochain Conseil des ministres franco-allemand, les deux pays devraient ratifier cet accord.

Citation

 

Exportation d'armes : Berlin veut transférer le dossier à Bruxelles

A l'occasion de ce conseil des ministres, Paris et Berlin devraient s'entendre sur deux volets, l'un concernant les programmes français, qui font appel à la sous-traitance de l'industrie d'armement allemande, l'autre sur l'exportation des futurs programmes réalisés en coopération, notamment le SCAF (Système de combat aérien du futur) et le MGCS (char du futur). Sur le premier volet, deux paramètres ont été clés pour trouver un accord : le champ d'application et le niveau de sous-traitance allemande dans les programmes français. Berlin ne devrait pas s'opposer pas aux exportations des industriels français à condition que le niveau des équipements ou des composants allemands n'excèdent pas 20% de la totalité du matériel militaire proposé (règle dite de minimis).

Plus généralement, l'Allemagne est tentée de transférer les exportations d'armements vers la commission européenne. "Les responsables politiques allemands, conscients, plus généralement, de l'horizon international du tissu industriel de défense, réfléchissent surtout à une manière de mettre fin à ce jeu d'équilibriste devenu, sur le plan intérieur comme international, intenable : le transfert du dossier à Bruxelles", explique Gaëlle Winter. Et de préciser que "la voie d'une harmonisation européenne du contrôle des exportations d'armement fait consensus entre les principaux partis politiques et est aujourd'hui largement plébiscitée pour sortir de l'impasse". Ce qui serait un abandon de souveraineté. La France en a-t-elle envie?

 

 

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites

NGAD Program Redirected To Promote Digital Industrial Revolution

https://aviationweek.com/combat-aircraft/ngad-program-redirected-promote-digital-industrial-revolution?utm_rid=CPEN1000001204990&utm_campaign=21567&utm_medium=email&elq2=ab160bbc5eac4e5ebbb0cc2520fbdecf

si pb accès

The Next-Generation Air Dominance (NGAD) program was once meant to revolutionize only air warfare, but now it is also trying to disrupt how airplanes are designed, built, upgraded and sustained.

In this new conception of the industry, the exclusive group of entrenched, powerful prime contractors controlling the rights to highly crafted and customized combat aircraft—released only after prolonged and costly development cycles—would have to give way to a new model.

A freshly established cadre of boutique firms enabled with digital design tools instead would conceptualize new aircraft the way the automotive industry produces cars, with multiple models developed from a common chassis that can be stamped out efficiently in small or large batches by other companies specializing in manufacturing.

U.S. Air Force plans to establish a digital NGAD design office

Acquisition chief calls for decoupling of design and manufacturing companies

It is a sweeping new model that proposes to flip the traditional aerospace and defense industry to support a single acquisition program for one of the U.S. military’s armed services. “Toyota and many other auto manufacturers have focused on creating a better car-building process and are now building cars with it,” Will Roper, assistant secretary of the Air Force for acquisition, technology and logistics, tells Aviation Week. “We want to do the same thing with aircraft. We want to build a better aircraft-building process and then build advanced aircraft with it.”

Roper’s approach to revolutionizing the industrial base follows a recent turn in the NGAD program. Only two years ago, the program appeared to be focused on producing a sixth-generation aircraft by 2030 to replace the F-22. The details of its proposed capabilities were classified but would likely have integrated several new technologies being developed by the Air Force Research Laboratory, including a supersonic and tailless planform to achieve VHF-band stealth, adaptive-cycle engines, directed-energy weapons and an advanced power and thermal management system. 

The Air Force adopted a long-term budget plan in fiscal 2019 that called for $13.2 billion through 2024 to launch development of a family of systems, including a new class of unmanned “loyal wingmen” aircraft, and a manned next-generation fighter. 

NEXTGENAF_1_LockheedMartin.jpg

The Air Force wants to disrupt the model that required 15 years to design, develop and deliver an operational F-35. Credit: Lockheed Martin

But the NGAD program shifted gears this year as an extended, two-year analysis of alternatives was finally completed. The fiscal 2020 budget proposal stripped about $6.6 billion out of the five-year funding plan for NGAD, deferring plans to launch a next-generation aircraft before fiscal 2024. 

As the Air Force halved the budget plan for NGAD, Roper called for a radical new strategy with the goal of avoiding the costly delays that led to 15-20-year development cycles for the Lockheed Martin F-22 and F-35A. 

SEE ALSO

U.S. Air Force’s New Speed-to-Market Mantra Draws Skepticism

To illustrate the point, Roper says he wanted to draw on the example set by the “Century Series,” a fertile period of aerospace history at the dawn of the jet age. From the late 1940s to the mid-1950s, the Air Force commissioned and introduced multiple new jet fighters, stretching from the North American F-100 to the Convair F-106. But as aviation technology advanced and aircraft designs became more complicated, the development cycles for new fighters stretched into multiple decades. The Air Force wants the NGAD program to mark a permanent break from that approach by emulating the automotive industry.

Some aerospace prime contractors, including Boeing, have embraced a similar approach already. The design of the T-7A, formerly known as the T-X trainer, was inspired by the model-based systems engineering widely used by automotive companies. Boeing also transformed production lines for commercial aircraft, including the 777, based on automotive manufacturing principles, such as a deterministic assembly method that reduces the need for hard tooling. 

But Roper is calling for far deeper structural changes to support his vision for NGAD. “We think if we do that we’ll see a lot of the same benefits that the automotive industry has seen,” he says. “We think we’ll get design shops that focus on making new aircraft [and] have no desire to manufacture them en masse. We think we’ll be able to do small batches without paying a premium for design and [have a] learning curve to get to a production aircraft that has all the kinks worked out of it and finally be able to do modernization rapidly on a hot production line. 

“That hot production line is a hot microline: small teams working without hard tooling, without large facilities,” he continues. “I view that as being similar to the 1940s, where small teams with great design principles could build an aircraft rapidly.”

The Air Force’s goal for the development cycle of a new combat aircraft under the NGAD program is no more than five years and perhaps faster.

“The difference between NGAD before versus NGAD now is not the aspiration to build an advanced aircraft or even the technologies that might be useful to put on it,” Roper says “It’s building a better aircraft-building process and then trying to realize [its] benefits.”

NEXTGENAF_2_USAirForce.jpg

The new vision of Next-Generation Air Dominance still calls for a revolution in air warfare, with a diverse family of advanced combat aircraft collaborating on each mission. Credit: Lockheed Martin

At first glance, such an approach is not totally outside the capabilities of the traditional aerospace industry. Lockheed’s Skunk Works department famously produced advanced aircraft such as the SR-71 and the F-117 in small batches for the Air Force from the 1960s to the 1980s. More recently, the Skunk Works produced the still-secretive RQ-170 aircraft during the last decade, and Northrop Grumman’s Scaled Composites unit developed the Model 401 light attack fighter and Model 355 Firebird reconnaissance aircraft. 

Asked if the F-117 might serve as a more appropriate model for the new vision for NGAD than the Century Series, Roper agreed, but with a major caveat. “The F-117 is a great example of an airplane that was built in a rapid way to meet an immediate need,” he says. “We could easily call what we’re trying to achieve within NGAD a ‘Digital F-117.’ The only downside is that it is a single airplane made by a single vendor.”

To comply with Roper’s vision of NGAD, the F-117 would be designed by a boutique design shop, perhaps such as the Skunk Works. But the Skunk Works would have no role in the aircraft after delivering the design to the Air Force. If accepted, the design would be transferred to one or more companies focused solely on manufacturing. The aircraft would be free from proprietary software, interfaces and technical data, allowing the Air Force total flexibility to select vendors to modernize and sustain the aircraft.

“Among those small quantities [of aircraft] that can spiral rapidly, the integration is baked into the design because of the open architecture,” Roper says. “And then [we’re] finally lowering the sustainment cost because the digital tools also allow you to attack the life-cycle cost of the system. What’s not to like?”

Roper has the full support of Air Force leaders, including Chief of Staff Gen. David Goldfein. But his vision of a future aerospace industry with design firms decoupled from companies that produce, modernize and sustain the same aircraft has many detractors. 

John Johns, a consultant who previously directed the maintenance enterprises of the aviation branches of the Army and Navy, invoked an unprintable epitaph last April when asked to react to Roper’s initial call for decoupling design and sustainment. “I think it’s a fundamental mistake to pursue that kind of logic,” Johns says. The current acquisition leaders of the Army and Navy also have not made any public moves to endorse the Air Force’s new approach to acquisition. Some experts in the aviation industry consider Roper’s approach reckless. 

“This sounds less like automotive and more like the old Soviet system and the Russian system today, with a disconnect between people who design and people who manufacture,” says Richard Aboulafia, vice president of analysis at the Teal Group. “But also, given that airframe technology is largely mature, what’s the point in diverting technology and systems development money, where there is still lots of progress to be made, and putting it into airframes?”

The NGAD approach also awkwardly breaks from the development and production model for the Northrop B-21. Most of the program’s cost and schedule details remain a closely guarded secret, but Air Force and congressional officials unanimously describe the B-21 program as on track to deliver a state-of-the-art aircraft on time and on schedule. Asked why the B-21 model could not be replicated for the NGAD program, Roper declined to answer, citing security protocols. 

“I’ve seen enough examples from industry to prove to me this is a bet worth taking, a risk worth making,” Roper says. “So now NGAD provides an opportunity to go do it.”

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 23 heures, zx a dit :

Exportations d'armes : l'Allemagne et la France proche d'une signature ?

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/exportations-d-armes-l-allemagne-et-la-france-proche-d-une-signature-829390.html

Florence Parly doit aller à Berlin pour finaliser un accord sur le dossier sensible des exportations d'armes. Puis, le 16 octobre, lors du prochain Conseil des ministres franco-allemand, les deux pays devraient ratifier cet accord.

 

La position Française dans ce dossier avec la mise en place de Goulard à la commission pourrait également être le reflet d'un changement de position a venir de la France.

Pour completer sur ce sujet on peut se référer a l'etude de la susnommée Gaëlle Winter et publiée par la Federation pour la Recherche Stratégique:

https://www.frstrategie.org/publications/notes/politique-industrielle-defense-allemagne-etat-pris-dans-un-jeu-perles-verre-2019

Citation

La politique industrielle de défense de l’Allemagne : l’Etat pris dans un jeu de perles de verre

Introduction

Le 8 juillet 2015, le gouvernement fédéral publiait sa première stratégie industrielle de défense : le « Strategiepapier der Bundesregierung zur Stärkung der Verteidigungsindustrie in Deutschland ». Etait-ce la manifestation d’un renforcement de la position de l’Etat allemand en la matière ? Cette interrogation appelle à se pencher sur le schéma allemand de régulation politique de l’industrie de défense. Plutôt que de traiter l’ensemble des problématiques liées à la relation Etat-industries de défense, la présente note se propose de comprendre où et comment les décisions politiques relatives à l’industrie de défense se prennent actuellement et ainsi de mettre en lumière l’usage qui est fait des différents instruments à disposition de l’Etat. Si les précédents travaux scientifiques sur le sujet se sont très majoritairement focalisés sur le gouvernement fédéral, nous choisissons d’ouvrir, autant que faire se peut, le regard en prenant en compte dans l’analyse l’ensemble des composantes étatiques allemandes, à savoir les Länder et les parlementaires fédéraux.

La notion de jeu nous a paru appropriée en ce qu’elle permet de s’intéresser à un angle mort de la littérature existante, la présence de multiples centres de pouvoir et de décision, et ainsi de rendre compte des interactions internes au système allemand. En filant la métaphore du jeu, nous souhaitons saisir, dans un premier temps, les règles qui constituent le fondement même des interactions entre différents acteurs, et, dans un deuxième temps, la pratique du jeu en soi, c’est-à-dire le produit politique observable.

 

Edited by Castor
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

A noter la toute récente parution, puisque cela date d'il y a quelques jours, d'un ouvrage de 400 pages intitulé Bedingt einsatzbereit? Internationale Rüstungskooperationen in der Bundesrepublik Deutschland (1979–1988) [à savoir : "Opérationnalité sous condition ? La coopération internationale en matière d'armement en République fédérale d'Allemagne (1979-1988)"]

Citation

Résumé L'histoire récente montre que les coopérations en matière d'armement entre l'Allemagne et la France n'ont pas été fructueuses : elles sont arrivées beaucoup trop tard et étaient trop chères. D'autres systèmes d'armes auraient permis aux forces armées d'accomplir plus rapidement leur mission de défense nationale. Pourquoi s'y sont-ils tenus bon gré mal gré ? Sur la base de trois études de cas des années 1970 et 1980 - le char de combat 90, l'avion de combat "Jäger 90" et l'hélicoptère antichar PAH-II - Thomas Raabe décrypte la logique derrière la planification et l'acquisition de projets européens complexes d'armement de haute technologie.

https://www.campus.de/buecher-campus-verlag/wissenschaft/geschichte/bedingt_einsatzbereit-15612.html

Pas encore lu.

Edited by Skw
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/09/2019 à 23:37, ARPA a dit :

Aux dernières prévisions, le NGF ne devrait entrer en service que bien après le retrait de service des derniers mirage 2000.

Les mirage 2000 doivent être retirer du service en 2035, donc 5 ans de différence c’est pas énorme et rien ne dit qu’on ira pas chercher 5 ans de plus. Le rafale remplace en partie le mirage 2000 comme le ngf remplacera en partie le rafale mais l’un comme continue d’exister avec leur successeur le mirage 2000 aura vécu 35 ans avec le rafale, plus d’une génération. Le rafale vivra au moins 20 ans avec le ngf (et encore on parle de tenir le rafale au meilleur niveau jusqu’en 2060, on en tirera bien 10 ans en Afrique en plus). Même avec un seul multirole, vous avez toujours deux génération et la 3ème remplace la première, ça se tuile forcément ainsi quand la production est étalée jusqu’au prochain chasseur. 

Le 29/09/2019 à 23:41, clem200 a dit :

C'est pourtant dans son nom, Next Génération Fighter ...

Je traduis chasseur de la prochaine génération. Vous m’expliquez ou il est écrit rafale et remplaçant ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,410
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Napoléon_Ier
    Newest Member
    Napoléon_Ier
    Joined
  • Forum Statistics

    20,716
    Total Topics
    1,250,065
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries