Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Chine - Inde : Relations bilatérales


Recommended Posts

  • 2 weeks later...
  • 3 weeks later...
  • 1 month later...

(theprint, 16 février)
9 400 personnes supplémentaires, une nouvelle base opérationnelle pour l'ITBP [indo-tibetan border police] - comment l'Inde compte renforcer son emprise sur la LAC
Les embauches permettront à l'ITBP de créer 7 nouveaux bataillons frontaliers. Cette décision intervient quelques jours après que le superintendant de la police de Leh ait signalé que l'Inde avait perdu l'accès à 26 des 65 points de patrouille le long de la frontière avec la Chine.


New Delhi : Afin de renforcer l'emprise de l'Inde sur la ligne de contrôle effectif (LAC), le gouvernement central a approuvé mercredi l'embauche de 9 400 recrues pour former sept nouveaux bataillons frontaliers, ainsi que la construction d'une nouvelle base opérationnelle pour la police frontalière indo-tibétaine (ITBP) qui surveille la frontière entre l'Inde et la Chine.

Cette proposition intervient dans un contexte de tensions permanentes à la frontière entre l'Inde et la Chine et quelques jours après un rapport du directeur de la police de Leh indiquant que l'Inde a perdu l'accès à 26 des 65 points de patrouille - patrouillés régulièrement par les forces de sécurité indiennes (FSI) - dans l'est du Ladakh.

Selon des sources gouvernementales, les nouveaux bataillons sont levés pour être déployés dans les 47 postes frontaliers et les 12 camps d'étape de l'ITBP mis en place le long de la LAC.

Actuellement, l'ITBP dispose de 176 postes frontaliers le long de l'ALC.

"La tâche principale de l'ITBP est de surveiller la frontière entre l'Inde et la Chine et, pour s'assurer que cette tâche est accomplie efficacement, le gouvernement a approuvé la création de 47 nouveaux postes frontaliers et de 12 camps d'étape en 2020. Les travaux d'installation de ces camps sont en cours et nous avons besoin de plus de personnel pour les déployer dans ces nouveaux postes. C'est pourquoi la décision a été prise de lever sept bataillons supplémentaires de l'ITBP dans la région", a déclaré une source au sein du gouvernement à ThePrint sous couvert d'anonymat.

La source a ajouté : "En outre, pour la supervision de ces bataillons, un quartier général de secteur sera également mis en place dans la région et tout cet exercice de mise en place des postes et des quartiers généraux sera terminé d'ici 2025-26."

Selon un fonctionnaire du gouvernement qui n'a pas souhaité être nommé, la création de 47 nouveaux postes frontaliers entraînera une augmentation de 26 % des effectifs déployés sur ces bases, tandis que l'induction de 9 400 nouveaux personnels renforcera les effectifs de l'ITBP de 10 %. 

Selon l'officier, la proposition a été approuvée lors d'une réunion du Comité du Cabinet sur la sécurité (CCS) présidée par le Premier ministre Narendra Modi mercredi.

S'adressant à une conférence de presse plus tard dans la journée, le ministre de l'I&B [infrastructures & borders], Anurag Thakur, a déclaré qu'une dépense non récurrente de 1 808,15 crores sera engagée pour l'acquisition de terrains, la création de bureaux et de bâtiments résidentiels, ainsi que pour l'achat d'armes et de munitions dans le cadre de l'augmentation des effectifs le long de la LAC. Une dépense annuelle récurrente de 963,68 crores sera engagée pour les salaires et les rations de la main-d'œuvre supplémentaire, a-t-il ajouté.

L'ITBP, qui compte actuellement plus de 90 000 membres, a été créée à la suite de l'agression chinoise de 1962 et a été chargée de surveiller la LAC, qui s'étend sur 3 488 km sur le flanc oriental de l'Inde. /deepl

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

spacer.png

(non daté non légendé)

(chanakya.in, 20février) Aksai Chin : l'histoire se répète-t-elle ?

Le 10 février, le China Daily Global a annoncé le projet du Tibet de "moderniser le réseau ferroviaire régional". La Commission du développement et de la réforme de la région autonome du Tibet (TAR) a publié un plan de développement en trois phases pour le chemin de fer sur le plateau tibétain : "La RAT prévoit de disposer de 4 000 kilomètres de lignes ferroviaires d'ici 2025 et de relier à terme ses 55 comtés et districts par le rail. ...D'ici 2025, la construction de plusieurs projets ferroviaires, notamment la section Ya'an-Nyingchi du chemin de fer Sichuan-Tibet, la section Shigatse-Pakhuktso [Pelkhu tso, près de la frontière népalaise] du chemin de fer Xinjiang-Tibet et la section Bomi-Ra'uk [Ranwu] du chemin de fer Yunnan-Tibet, connaîtront tous des progrès importants."

C'est la première fois que le chemin de fer Xinjiang-Tibet, qui traverse le territoire indien dans la région d'Aksai Chin au Ladakh, est mentionné. Quelle sera la réponse du gouvernement indien à cette évolution inquiétante ?

 

Une répétition de l'histoire

Souvenez-vous des années 1950, lorsque la Chine a commencé à construire une route dans l'Aksai Chin et que l'Inde a gardé le silence. Les travaux ont commencé en 1953/54 et l'"autoroute" a été ouverte en fanfare en juillet 1957, mais Delhi n'a enregistré qu'une faible protestation ... le 18 octobre 1958. Le ministre des Affaires étrangères de l'époque, Subimal Dutt, a écrit à l'ambassadeur de Chine à Delhi : "Il a été porté à la connaissance du gouvernement indien qu'une route a été construite par la République populaire de Chine à travers la partie orientale de la région du Ladakh de l'État de J&K, qui fait partie de l'Inde ... dont l'achèvement a été annoncé en septembre 1957 [en fait en juillet]". La note indienne ajoutait : "On peut s'étonner et regretter que le gouvernement chinois ait construit une route traversant un territoire indiscutablement indien sans avoir obtenu au préalable l'autorisation du gouvernement indien et sans même en avoir informé le gouvernement indien." C'est tout. En d'autres termes, le feu vert était donné à Mao pour continuer à développer la région.

 

La route était-elle connue de Delhi ?

Dès le début de 1957, l'armée indienne avait envoyé un officier (le lieutenant-colonel RS Basera du 1 Kumaon) avec une patrouille pour confirmer physiquement les rapports selon lesquels la Chine construisait une route dans la région d'Aksai Chin. Le fils de Basera a raconté plus tard : "Sa mission s'annonçait difficile, excitante et des plus uniques, car il devait se rendre sous couverture sur le vaste plateau de l'Aksai Chin et confirmer les rapports selon lesquels les Chinois construisaient une route carrossable de Kashgar à Lhassa."

Déguisés en bergers de yacks, Basera et ses deux compagnons ont reçu l'ordre des services de renseignements militaires (MI) de ne porter aucun document susceptible de révéler leur identité, de ne prendre aucune note et de mémoriser la carte et l'itinéraire. Le troisième jour, un des bergers a soudainement tiré l'épaule de Basera et lui a montré une ligne sombre à l'horizon ; c'était la route. Le lendemain matin, ils inspectent la nouvelle "autoroute" et recueillent des preuves.

De retour à Delhi, le ministre de la défense refuse de croire le colonel Krishna Menon qui soutient la Chine, un "voisin amical". Malgré le rapport détaillé du MI, le Premier ministre et le ministre de la Défense, "ont plus ou moins réprimandé le MI pour avoir envoyé la patrouille. Le Premier ministre a dit au ministre de la défense qu'aucune autre patrouille de ce type ne devait être envoyée à Aksai Chin jusqu'à ce que l'affaire ait fait l'objet d'une enquête approfondie", car de telles patrouilles pourraient facilement vicier les bonnes relations entre voisins amis."

Le fils de Basera a déclaré que son père se sentait complètement dégoûté : "La longue et difficile patrouille qu'ils avaient entreprise semblait maintenant avoir été un exercice futile d'un mois." Cette fois, l'Inde protestera-t-elle contre la construction d'une voie ferrée sur son territoire ?

 

Le nouveau réseau ferroviaire

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Examinons les plans chinois ; selon le rapport cité ci-dessus : "L'amélioration du réseau ferroviaire régional sera d'une grande importance pour la promotion du développement socio-économique et la sauvegarde de la sécurité nationale. ...Une fois que ces nouvelles lignes ferroviaires seront opérationnelles, davantage de villes de la région seront reliées par des services ferroviaires aux villes du nord-ouest et du sud-ouest de la Chine, et davantage de chemins de fer seront facilités le long des ports frontaliers", affirme le rapport.

spacer.png

(non daté non légendé)

 

Chemin de fer Tibet-Xinjiang : Plus de détails

Un autre article en chinois décrit la nouvelle ligne de chemin de fer et donne sa raison d'être : "Tout d'abord, le chemin de fer Tibet-Xinjiang est la [dernière] étape vers l'achèvement final du réseau ferroviaire de la Chine... le réseau ferroviaire de la Chine sera alors officiellement achevé, et les amateurs de voyages chinois pourront prendre un train pour faire le tour de toute la Chine."

La deuxième raison d'ouvrir cette nouvelle ligne est : "C'est la voie finale pour stabiliser la frontière". Le chemin de fer Xinjiang-Tibet, qui a été inclus dans le 14e plan quinquennal, fait partie intégrante du chemin de fer le long de la frontière. Sa construction revêt une grande importance pour combler les lacunes du réseau routier le long de la frontière, stabiliser la frontière et renforcer l'unité nationale." Il est clair que la route Tibet-Xinjiang comporte une importante composante militaire ; elle sera utilisée pour "stabiliser" les frontières, tout comme la route Aksai Chin (aujourd'hui connue sous le nom de route nationale G219) l'a été dans les années 1950 et 1960.

Un troisième objectif de la "route finale" est de relier le Tibet à ses voisins, en particulier au Népal : "Après l'achèvement de la nouvelle voie ferrée Tibet-Xinjiang et de la voie ferrée Sichuan-Tibet, toutes les grandes villes du continent pourront ouvrir des trains directs vers le Tibet ainsi que vers les zones frontalières du sud, et même directement vers le Pakistan, le Népal, le Bhoutan et d'autres pays" ; il s'agit de la liaison ferroviaire publique Lhassa-Shigatse-Kyirong-Kathmandou.

Enfin, la difficulté de la construction du chemin de fer est citée : "il s'agira de l'ultime construction ferroviaire en Chine". Selon le plan, la nouvelle ligne passera par les chaînes mondialement connues du Kunlun, du Karakorum, du Gangdis (Kailash) et de l'Himalaya, et devrait traverser plus d'une douzaine de rivières glaciaires tout au long du parcours, [faisant probablement référence à une extension de la ligne dans le Xinjiang] longeant plus de mille kilomètres de désert de Gobi, il traversera des montagnes de permafrost et de neige éternelle, des prairies vierges de Changthang et des centaines de kilomètres de zones inhabitées, l'altitude de l'ensemble du parcours devant être supérieure à 4 500 mètres, la température hivernale atteignant -40 °C et le taux d'oxygène ne représentant que 44 % de celui du continent. "

Il ne fait aucun doute qu'une fois achevé, ce sera le chemin de fer le plus haut du monde sur 1 200 km entre Shigatse, au Tibet central, et Hotan (puis Kashgar), au Xinjiang.

 

Un autre plan pour 59 aéroports Han!

Mais ce n'est pas tout. Un autre document intitulé "Plan de développement de l'aviation générale pour la région autonome du Tibet (2021-2035)" est paru au même moment ; il décrit la construction d'un grand nombre d'aéroports sur le plateau tibétain. Le rapport décrit en détail les différents besoins en matière d'aéroports, "les secours d'urgence, les services publics, la défense nationale et le "maintien de la stabilité" [un euphémisme pour surveiller la population tibétaine locale], le transport sur de courtes distances, le tourisme à basse altitude, l'agriculture, la foresterie et les opérations d'élevage."

Déjà en 2018, l'Administration de l'aviation civile de Chine avait annoncé la construction de trois nouveaux aéroports au Tibet ; un communiqué indiquait : "Les voyages touristiques seront plus pratiques, et le développement économique des zones agricoles et pastorales du Tibet sera également aidé." Situés à Lhuntse dans la préfecture de Lhoka, à Tingri dans la ville de Shigatse, près de la frontière avec le Népal et à Purang, à la trijonction Népal-Tibet-Inde, ils seront bientôt fonctionnels.

L'objectif immédiat du plan 2025 est de consolider l'infrastructure aéronautique et de "promouvoir vigoureusement la construction d'aéroports d'aviation générale et d'installations de soutien" ... et de construire 14 nouveaux aéroports au cours des deux prochaines années. Le rapport donne une chronologie pour la construction de ces aéroports au Tibet, les 14 premiers devant être fonctionnels d'ici 2025. Ils sont situés à Sernya (préfecture de Nagchu), Karok (Shigatse), Zhayul (Nyingchi), Tsada (Ngari), Gerze (Ngari), Yatung (près de l'État indien du Sikkim), Tsona (près de la frontière indienne dans le nord-est), Saga (au nord du Népal), Sernye (Nagchu), Rutok (près de la frontière indienne au Ladakh), Bomi (Nyingchi), Mangkang (Chamdo), Sok Dzong (Nagchu) et Kyirong (frontière népalaise).

Rappelons que tous les projets d'infrastructure en Chine sont construits pour un double usage. De la liste ci-dessus des 14 premiers "aéroports", il est clair que l'usage militaire prévaudra sur l'usage civil, ce qui ne réjouira guère les populations tibétaines. Si le plan est mis en œuvre, il aura de sérieuses implications stratégiques pour les voisins du sud, en particulier l'Inde.

La question demeure : Delhi protestera-t-elle contre la construction d'infrastructures, principalement la nouvelle voie ferrée, sur ce que l'Inde considère comme son territoire ou adoptera-t-elle un comportement attentiste ? La construction réussie des infrastructures ferroviaires et aériennes proposées par la Chine au Tibet renforcera encore le contrôle chinois de l'Aksai Chin. /deepl

(merci au posteur originel)

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 5 weeks later...

Nouvelle tension Inde Chine en Ocean indien 

Le Myanmar allié de Pekin militarise avec l'aide de la Chine l'ile de Coco proche des iles indiennes de l'Andamanou se trouve une base aéronavle de l'Indian Navy .

Le collier de perles chinois continue son expension   

carte_birmanie-c1a3e.jpg?1640011145

FsiYAlVagAA_OO7?format=jpg&name=small

FsiYivNacAE9rHe?format=jpg&name=small

https://www.chathamhouse.org/publications/the-world-today/2023-04/myanmar-building-spy-base-great-coco-island

La politique du collier de perles 

La stratégie du « collier de perles » consiste dans le rachat, la construction ou la location pour une durée limitée d’installations portuaires et aériennes allant des ports chinois jusqu’au détroit d’Ormuz et aux côtes orientales de l’Afrique -détroit de Bab-El-Mandeb-, via les rives de l’Océan Indien. La Chine, consciente de sa dépendance énergétique vis-à-vis des autres pays mais également de la faiblesse de ses routes commerciales, place stratégiquement ses forces navales afin de sécuriser ces passages. Le président Hu Jintao avait initié un vaste programme censé répondre à ces contraintes et nouveaux enjeux auxquels doit faire face la Chine.

Collier-de-perles-chinois-1024x698.png

 

  • Thanks 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
Il y a 2 heures, Heorl a dit :

Bon après on a malheureusement pas des masses de terrains d'entraînement au-dessus des 4500m pour nos pioupious.

La haute montagne et ses problèmes comme l'hypoxie commence dès 2500m environ 

Après chaque palier augmente la difficulté mais globalement c'est la même chose

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

je confirme( bon, j'ai pas l'endurance d'un chasseur alpin non plus ). Rien jusqu'à 2500. Mais aprés, tu prends une claque de plus à chaque 500 mètres.

1er jour à 4200 dans les andes  j'étais carbonisé aprés 500 mètres de marche douce. Ca allait mieux aprés 1 semaine mais quand même. 

On a passé un col à 5000 m, j'étais semi allongé en bus couchette, j'étais fatigué :laugh:

Les locaux sont robustes et endurants, mais curieusement....on voit vraiment pas grand monde courir......le piéton est nettement plus rapide sur les trottoirs du métro parisien.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

L'acclimatation naturelle a l'altitude c'est long ça prend trois semaines a un mois.

On peut doper le processus en faisant des popup de 1000m ou 1500m au dessus de l'altitude confort puis en redescendant, et en reproduisant le processus. L'hypoxie relative des +1500m stimule la réaction et le retour l'altitude confort permet au corps de modifier son metabolisuplus efficacement. Normalement on voit son hématocrite monter plus rapidement comme ça.

La pré-climatation fonctionne bien aussi. Le corps conserve l'expérience d'une acclimatation précédente et se réacclimate plus rapidement/facilement les fois suivantes.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

C'est certain, ça aide.

Je voulais signaler que même pour un organisme entrainé, jeune et sportif, ça complique les choses à un niveau qu'on n'imagine pas quand on n'est pas allé à ces altitudes. Comme évoqué, pour un physique trés moyen comme le mien, au rapport poids puissance peu adapté, c'est vraiment rude. A 2500 m, voir même 3000 m, le ressenti est vraiment léger léger, sauf condition de marche délicate hors altitude. Aprés 2500, à chaque 500 m on prends trés cher. Je ne pense pas que le français moyen ( non randonneur ou "voyageur" ) puisse s'en rendre compte puisque nos altitudes ne le permettent pas. 3200 m, c'est le point haut d'un domaine skiable dans les alpes, et généralement on a des skis au pieds et arrivé en haut on se content de descendre.

 

Souvenir pour expliquer.

J'avais monté le huayna picchu à 40 berges. Ca faisait 15 ans que je faisais plus de sport il est vrai. Avant je faisais du sprint, ce n'est pas une vocation de fondeur.

Tous les matins, il y a une liste d'inscrit, numéro passeport et tout le toutim ( la semaine précédente une touriste était tombé dans un ravin et retrouvée 3 jours plus tard 800 m plus bas - la tracabilité a ses mérites pour avertir les familles d'une funeste nouvelle...). Ma matinée, nous étions 180 inscrits. Départ vers 2000 m, arrivée vers 3150 ou un truc comme çà. Du casse patte, pas une marche pareille que l'autre. J'ai sans doute obtenu le record de lenteur du jour ( 3 heures d'ascension ), mais sur 180 seulement une trentaine est arrivée en haut. Et j'étais certainement le plus lourd ( 95 Kg à sec + sac à dos photo de 10 kilos ) et le plus vieux ce jour là. Il n'y avait que les jeunes et des affutés légers. J'ai fini l'ascension avec la voiture balai, dirigé par un guide local qui faisait le trajet...tous les jours. Du genre 90 Kg pour 1.6 mètres, la moitié du poids dans les jambes. A un horaire limite en haut, il renvoyait tout le monde vers le bas.

Chose rigolote, de mon passé de sprinter il me reste de bons genoux et de bonnes chevilles. Le record de la descente c'était sans doute pour moi, 35 minutes au petit trot, en étant attentif à chaque avant pied posé par terre à cause de l'irrégularité.  Je ne comprenais pas que les grimpeurs poids plume s'arrêtent toutes les 10 minutes et se contentent de marcher. Bref, chacun fait avec ses moyens. 

MAIS j'imagine la même chose avec un barda de militaire sur le dos ! Le poids plume de 65 Kg avec 50% de son poids corporel sur le rable en équipement, il ne doit plus se sentir pareil....

 

Sur le lac Titicaca et ses alentours, c'est 4000 à 4200 m. Un peu partout ( les hotels, les bus, les bateaux, etc...) il y a des bouteilles d'oxygène et des masques respirateurs ( pour les touristes bien sûr ). J'étais fatigué mais pas "malade", pas mal de touristes l'étaient ( jeunes ou pas ) ( malades ) au delà de la fatigue. 

 

Un détail aussi. Les moteurs à combustion, ben ça a besoin d'oxygène. Donc les véhicules, de l'armée aussi sur le sujet de ce forum.

Le bus couchette à 5000 mètres, un Scania turbo D flambant neuf, il en pouvait plus....

Vraiment, la haute altitude, c'est tout un truc. 

 

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,978
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...