Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

ZEE française La France d'Outre-mer et son voisinage


Recommended Posts

Il y a 9 heures, pascal a dit :

Quand on faisait tuer un leader indépendantiste par un TE que la gendarmerie faisait de l'ouverture de carrefour à l'AA52 que les P400 utilisaient leur 40 mm ... il y en avait des paires...

Et après...? Je ne pense pas que les Kanaks aient besoin de grand monde 

Maintenant il faut aussi regarder les choses clairement qui dispose d'une colonie aussi vaste dans tout le Pacifique ? Notre situation semble hors du temps. Ce n'est pas tant la France qui s'affaiblit que le monde qui change.

Les modes de domination ont changé aujourd'hui il faut avoir une influence... pas nécessairement revendiquer une souveraineté 

Pour illustrer par l'absurde, je me demande ce que l'on dirait chez nous si (par exemple) la Corse était aujourd'hui une province chinoise, ou indienne, ou japonaise...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Patrick a dit :

Non, rien n'a changé. C'est juste que nos adversaires se sentent puissants car ils usent d'une violence débridée et parfaitement assumée face à un état qui fait preuve d'une gentillesse telle qu'elle passe pour de la faiblesse, parce qu'il rechigne à user de la même violence qui reste la seule chose que ses interlocuteurs respectent.

Pour preuve: tandis que dans le cas de la Nouvelle Calédonie on en est à battre notre coulpe en se demandant si quand même il faudrait pas considérer que c'est du colonialisme gnagnagna, à Mayotte, des envahisseurs étrangers SOUTENUS PAR LES MÊMES INTÉRÊTS HOSTILES QUE CEUX QUI SE TROUVENT DERRIÈRE LE CAS PRÉSENT prétendent retirer à la France une terre habitée par ses propriétaires légitimes en oppressant nos compatriotes mahorais via une invasion en bonne et due forme, alors que ce peuple Mahorais veut être Français, et s'est séparé du reste des comores lors du référendum d'indépendance. Les Mahorais sont chez eux, sont Français, n'ont pas à s'excuser de quoi que ce soit, et pourtant subissent une forme de génocide. Et oui, je rappelle que l'ONU considère l'existence du génocide par substitution.

...Est-ce que poser le débat selon ces termes fait une différence pour les nations hostiles intéressées à tenter de faire perdre à la France son influence dans le monde que les peuples soient légitimes ou non sur un arpent de terre quelconque?

Voyons mais bien sûr que non!

Nos ennemis attaquent ce qu'ils veulent, quand ils veulent, en utilisant des arguments éclatés au sol à chaque fois, et tout ça en chialant pour se faire passer pour des victimes de la vilaine et méchante France.

Les gens qui adoubent un tel état d'esprit sont d'ailleurs les mêmes hurluberlus que les complices objectifs du hamas ou de poutine par exemple. Tiens tiens tiens, comme c'est bizarre... :rolleyes:

Donc, face à ce genre d'hypocrisie de merde, il n'y a pas 36 solutions: on ne laisse plus rien passer. Plus un pas en arrière. Tout ce qui n'est pas avec nous, est contre nous. Qu'ils chialent tant qu'ils veulent. Il faut des rétorsions, maintenant, et sans attendre, des mises au point claires... Et pourquoi pas faire péter quelques trucs par la même occasion.

Qu'ils assument leur connerie. C'est à cause d'eux que nous en sommes là.

Si dans le même temps des abrutis préfèrent les "démocraties" (LOL) azerbaijanaise turque chinoise russe ou je sais pas quoi d'autre, grand bien leur fasse. Sauf que perso j'ai autre chose à foutre que servir la soupe à des gens qui se sont intoxiqués avec leur propre connerie. Même punition qu'avec les pro-poutine en somme.

Ainsi, quand dans le même temps les partisans de la kanaky veulent foutre la France dehors mais quand même que cette même France (y'en a qu'une désolé) continue de leur payer leurs services publics, quelque chose, non vraiment QUELQUE CHOSE, me dit qu'ils vont pas aimer le traitement que leurs réserveront leurs nouveaux amis de part le monde.

Pour rappel, bien qu'elle ne représente que 0.8% de la population mondiale, la France à elle seule représente 13% des dépenses sociales du monde entier.
Tu me parles "d'influence???"
Donc des vidéos tik tok excitant la connerie de quelques demeurés, sont plus importantes que la sécurité sociale, les allocations familiales, l'aide au logement, les allocations chômage, les soins gratuits, l'école gratuite???

Celui ou celle qui se plaint dans ce contexte, n'a pas à avoir de place dans un quelconque débat.
L'ingratitude n'est pas une vertu.
Le dédain envers ce qui est essentiel n'est pas un luxe acceptable.

La France n'a pas à avoir honte de quoi que ce soit.
Ou alors le monde entier devrait crever de honte.

Et souvenez-vous. L'ogre est insatiable. Il aura toujours faim. Chercher à apaiser sa faim en sacrifiant chaque jour un enfant du village, ne fait que repousser l'échéance.

Merci pour ton post qui résume également mot pour mot mon opinion.

J'ajouterais qu'il faut également bien prendre en compte que nos adversaires utilisent nos acquis de démocratie (Etat de Droit, Liberté d'expression etc.) afin de nous déstabiliser en mettant de l'eau dans certains cerveaux malades; c'est très frustrant d'autant plus qu'il mettent ces acquis en avant pour démontrer à quel point nos démocraties sont faibles et empêchent leurs propres peuples de bénéficier desdits acquis.

Attention, je ne dis en aucun cas qu'il faut renier ces principes fondamentaux, mais qu'on doit les les conserver en ayant en même temps une réelle volonté politique de défense de notre souveraineté se traduisant en actes.

Le fait par exemple (si c'est confirmé) que l'Azerbaïdjan (on ne parle pas d'une puissance majeure, même si bien sûr Bakou doit avoir le soutien de Moscou) soit partie prenante dans la déstabilisation de cette souveraineté dans la crise Néo-Calédonienne est un aveu criant de faiblesse de notre système vis-à-vis de ce type de manœuvre.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, Stinger a dit :

J'ajouterais qu'il faut également bien prendre en compte que nos adversaires utilisent nos acquis de démocratie (Etat de Droit, Liberté d'expression etc.) afin de nous déstabiliser en mettant de l'eau dans certains cerveaux malades; c'est très frustrant d'autant plus qu'il mettent ces acquis en avant pour démontrer à quel point nos démocraties sont faibles et empêchent leurs propres peuples de bénéficier desdits acquis.

L'impression que j'en ai c'est que nos adversaires utilisent d'abord les failles que nos dirigeants ont créés dans la société : à force de ruiner l'école et les liens sociaux, parce que c'est plus facile de manipuler un consommateur (égocentrique et stupide) qu'un citoyen (concerné, intelligent, et "culturé"), bah le nouveaux mouton suit n'importe quel bêleur... :sad: . 

  • Like 3
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
il y a 24 minutes, Yorys a dit :

Pour illustrer par l'absurde, je me demande ce que l'on dirait chez nous si (par exemple) la Corse était aujourd'hui une province chinoise, ou indienne, ou japonaise...

au choix (plusieurs réponse possibles) :

  • voyager en Asie couterait moins cher
  • on serait mieux accueilli en corse
  • on mangerait mieux en corse ? 

:chirolp_iei:

Edited by rendbo
  • Haha 4
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, rendbo a dit :

L'impression que j'en ai c'est que nos adversaires utilisent d'abord les failles que nos dirigeants ont créés dans la société : à force de ruiner l'école et les liens sociaux, parce que c'est plus facile de manipuler un consommateur (égocentrique et stupide) qu'un citoyen (concerné, intelligent, et "culturé"), bah le nouveaux mouton suit n'importe quel bêleur...

Je ne vois pas vraiment le rapport avec la situation en Calédonie ...

Link to comment
Share on other sites

Citation

on mangerait mieux en corse ? 

C'est une impression ou c'est une attaque en règle contre la gastronomie corse ???

ça mérite un ban définitif cette déclaration

  • Haha 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, pascal a dit :

Je ne vois pas vraiment le rapport avec la situation en Calédonie ...

Je répondais à l'exploitation des failles de la démocratie. Donc en effet à la situation actuelle en elle même en NC aucun. Mais la façon dont eux peuvent être manipulés (ou pas) oui, et nous la façon dont nous recevons l'information, l'analysons et réagissions oui. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Banzinou a dit :

C'est une impression ou c'est une attaque en règle contre la gastronomie corse ???

ça mérite un ban définitif cette déclaration

Il y a plein de bonnes choses à manger et à boire en Corse, et un plaisir autour de la table certain. Mais de la gastronomie (https://www.visit-corsica.com/La-destination-Corse/Inspirations-corses/Inspirations-gourmandes/Le-terroir-et-la-gastronomie-corse-ce-qu-il-faut-gouter) ??? Mais je n'ai peut-être pas la même définition du mot que toi, d'où notre incompréhension mutuelle. :wink:

Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
il y a 12 minutes, rendbo a dit :

au choix (plusieurs réponse possibles) :

  • voyager en Asie couterait moins cher
  • on serait mieux accueilli en corse
  • on mangerait mieux en corse ? 

:chirolp_iei:

On aurait peut-être des services publics dignes de ce nom, des forces de l'ordre et une justice efficace, moins de préfets pyromanes et des infrastructures en état. Et moins de touristes continentaux ignares qu'il faut aller changer en tongs sur le GR20 parce que hein, "eux ils savent aller en montagne, ils ont été voir sur un vlog".

Finalement vu sous cet angle, on y gagnerait sûrement beaucoup. Quant à la nourriture, le site que tu exposes est assez limité en contenu. Mais admettons.

---

Ne parlons pas de la gestion de l'outre-mer par les politiques, il suffit de voir qui est affecté comme sous-ministre ou secrétaire d’État à la question, ça montre bien le peu d'intérêt des gouvernements pour la question...

Edited by Ciders
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Finalisée lors de la 11e réunion du « groupe de dialogue sur le chemin de l'avenir », énième couche du mille-feuille normatif, la « charte des valeurs calédoniennes », donne l'impression d'être une incroyable dilution des « valeurs kanak » [1] ravalées au rang de "source d'inspiration" parmi d'autres (valeurs universelles, républicaines, chrétiennes, océaniennes, etc...)

https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/charte-valeurs-adoptee-groupe-dialogue-611550.html (27 juillet 2018)

[1] charte du peuple kanak du 26 avril 2014 : http://www.air-defense.net/forum/topic/20617-zee-française-la-france-doutre-mer-et-son-voisinage/page/33/#comment-1723953

 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Ciders a dit :

On aurait peut-être des services publics dignes de ce nom, des forces de l'ordre et une justice efficace, moins de préfets pyromanes et des infrastructures en état. Et moins de touristes continentaux ignares qu'il faut aller changer en tongs sur le GR20 parce que hein, "eux ils savent aller en montagne, ils ont été voir sur un vlog".

Finalement vu sous cet angle, on y gagnerait sûrement beaucoup. Quant à la nourriture, le site que tu exposes est assez limité en contenu. Mais admettons.

Ou alors une mini Sicile ou pire, une Haïti de la Méditerrané. :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, Titus K said:

L'ONU fait la même chose puisqu'elle considère saint Helene et les Malouines comme des colonies britanniques par exemple ... alors que dans les deux cas il n'y avait pas de population au moment de l'arrivée des européens.

Ce qui est curieux c'est ceux qui défendent une préférence nationale (en fait ethnique) et un droit de vote non universel en nouvelle Calédonie ...

Et alors? Que l'ONU dise et fasse des conneries n'est pas une nouveauté si? Ca coûte combien un vote du Malawi?

Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, Arland a dit :

Ou alors une mini Sicile ou pire, une Haïti de la Méditerrané. :rolleyes:

On peut gagner du temps, la mafia est déjà présente, contrairement à ce que disent les services de l’État.

Sinon, l'ingérence azérie chez les Kanaks est malheureusement réelle, nul complotisme là-dessous. Juste une triste réalité que d'aucuns semblent vouloir... étouffer.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)
il y a 6 minutes, Ciders a dit :

Sinon, l'ingérence azérie chez les Kanaks est malheureusement réelle, nul complotisme là-dessous. Juste une triste réalité que d'aucuns semblent vouloir... étouffer.

parce que je ne comprenais pas pourquoi l'Azerbaïdjan venait foutre le dawa chez nous :

Citation

Le Haut-Karabakh au coeur des tensions entre Paris et Bakou

https://www.bfmtv.com/politique/emeutes-en-nouvelle-caledonie-pourquoi-l-azerbaidjan-est-accuse-d-ingerence-par-darmanin_AN-202405160396.html

[...]

Mais ce n'est que le 6 juillet 2023 que l'Azerbaïdjan s'est impliqué à bras-le-corps dans le combat des Kanaks via la création du Groupe d’initiative de Bakou (GIB).

Ce groupe, qui réunit des représentants de mouvements anti-colonialistes des Outre-mer, multiplie depuis les messages de soutiens aux indépendantistes kanaks et dénonce "le colonialisme" français à coups de hashtag et de vidéos postées sur les réseaux sociaux.

Mais quel est l'intérêt de l'Azerbaïdjan de s'immiscer dans les affaires de ce territoire français? Mener une "stratégie de représailles", répond l'analyste en relations internationales Bastien Vandendyck, spécialiste du Pacifique Sud interrogé par France Info, avant le déclenchement des émeutes.

En effet, le ton monte depuis des mois entre la France et l'Azerbaïdjan qui reproche à Paris son soutien à l'Arménie dans le cadre du conflit dans le Haut-Karabakh. Emmanuel Macron avait lui-même condamné en septembre 2023 "avec la plus grande fermeté le recours à la force par l'Azerbaïdjan" dans ce territoire du Caucase peuplé majoritairement d'Arméniens et avait "réitéré son attachement et son soutien à l'intégrité territoriale de l'Arménie".

De quoi déplaire à Bakou. Depuis, "le but est de gêner la France dans sa souveraineté. L’Azerbaïdjan ne s'intéresse pas vraiment à la cause indépendantiste. Il soutient le FLNKS (Front de libération nationale kanak et socialiste, NDLR) pour renforcer les dissensions sociopolitiques en Nouvelle-Calédonie", analyse le spécialiste Bastien Vandendyck.

Accusant la France de mener une politique allant "contre l'intégrité territoriale et la souveraineté de l'Azerbaïdjan", la commission des Affaires étrangères du parlement azerbaïdjanais a recommandé en janvier de couper tout lien économique avec Paris et d'expulser les entreprises françaises, dont Total.

Le pays du Caucase a multiplié les opérations de déstabilisation contre la France. En novembre dernier, Paris a accusé des acteurs liés à l'Azerbaïdjan d'avoir mené fin juillet une campagne de manipulation de l'information visant à porter atteinte à la réputation de la France dans sa capacité à accueillir les Jeux olympiques 2024.

 

Edited by rendbo
Link to comment
Share on other sites

Bakou, c'est uniquement un soutient en 'punition' à notre soutient Arménien ?

Ça paraît grossier comme manœuvre.

J'avais entendu parler y'a qqs années de gros lobby Chinois pour mettre la main sur le Nickel. Toujours d'actu?

Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, rogue0 a dit :

Ce que je retiens en points importants, en toute justice:

  • la communauté Kanak représentent ~40% de la population... et ont subis les affres habituels de la colonisation
    (avec des révoltes et répressions).
    Ils redoutent de perdre le pouvoir alors qu'ils sont "chez eux"
    (le découpage électoral transitoire leur garantit une quasi-majorité).

Il faut noter que le système des "tribus" mis en place par le colonisateur a permis de maintenir aux Kanaks une forme de propriété collective inaliénable (c'est à dire où les colons non kanaks n'ont pas le droit de s'installer) sur une portion seulement de leur ancien territoire [1]. Mais il faut noter qu'il y a eu une décroissance de la population, conduisant à des besoins moindres en terres agricole ou en terrains de chasse. Toutefois, « la Nouvelle-Calédonie serait un cas de dépopulation parmi les moins importants du Pacifique » (Rallu 1990 : 280), avec une chute d’environ 40 %. [2]

[1]

Le 06/12/2021 à 14:22, Wallaby a dit :

https://books.openedition.org/editionsmsh/2788 (2000)

De l’idée de cantonnement à la constitution des réserves - La définition de la propriété indigène.

La Nouvelle-Calédonie apparaît comme un cas tout à fait exceptionnel : le seul et unique territoire où ont été créées de véritables réserves indigènes sur le modèle des réserves indiennes aux États-Unis ou des réserves aborigènes en Australie.

L’exemple est intéressant car ce modèle de réserves est, au xixe siècle, largement dénoncé en France comme le symbole de l’oppression coloniale britannique ou américaine, divergeant en tous points d’une colonisation française supposée respectueuse des populations indigènes.

Renonçant au cantonnement, l’Algérie coloniale impose la propriété privée aux populations arabes, tandis que la Nouvelle-Calédonie coloniale élabore une notion de propriété collective qui est censée correspondre aux normes des sociétés kanak.

Ralliant l’opinion de ses collaborateurs, [le gouverneur] Guillain renonce finalement à son article 2 et légitime ainsi une interprétation erronée des hiérarchies kanak. Le chef est alors confirmé dans son rôle éminent et devient l’unique élément individualisé, représentant le groupe indifférencié. Il est désormais acquis que la société mélanésienne est, par essence, collectiviste, fonctionnant sur le mode d’un « communisme primitif ».

Ce travail de relecture du monde mélanésien, qui s’amorce en 1862, conduit à la notion de « tribu » (...) Celle-ci est définitivement fixée par l’arrêté du 22 janvier 1868 qui prévoit de réserver à chaque « tribu » une portion de son ancien territoire, portion incommutable et inaliénable.

[À Paris,] le ministère, cependant, ne s’en tient pas là car c’est au fond la notion même de propriété collective qu’il conteste. Celle-ci, affirme-t-il,

    a maintenu l’agrégation de la tribu, l’influence excessive des chefs et l’indivision du sol. [Elle] a, par conséquent, ajourné la constitution de la propriété individuelle, base de toute société civilisée, et placé les naturels en dehors du mouvement général des transactions, c’est-à-dire de l’action bienfaisante de la colonisation (Dauphiné 1989 : 304).

Refusant d’appliquer en Nouvelle-Calédonie le sénatus-consulte de 1863 [qui privatise le sol algérien], Guillain maintient, contre l’avis de son ministère de tutelle, le principe de la propriété collective kanak permettant l’organisation des réserves.

On ne peut en aucun cas soupçonner Guillain d’une indigénophilie cachée qui l’amènerait à vouloir protéger les Kanak contre les appétits de la colonisation. Les conflits, manipulations, répressions et refoulements qui se développent sous son « règne » en témoignent assez clairement. Entre 1862 et 1870, les expéditions militaires touchent plusieurs points de la colonie et, en dépit du nombre restreint de victimes, sèment la désolation sur leur passage, provoquant la fuite des populations, la destruction des villages et des plantations.

L’enjeu essentiel, pour l’administration de Guillain, consiste surtout à dégager de nouveaux terrains pour la colonisation en repoussant les Kanak.

L’enjeu est loin de se limiter à la seule organisation des travaux forcés aux antipodes, puisqu’il s’agit de jeter les bases d’une « nouvelle société » qui, sur le modèle de l’Australie voisine, accueillera condamnés et « honnêtes » migrants. La terre est l’élément essentiel du programme : terre rédemptrice que l’on offrira aux bagnards ayant donné des gages de bonne conduite, terre salvatrice offerte aux pauvres et prolétaires qui ne peuvent, en France, échapper à leur condition.

Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’accorder des petits lopins de terre à des individus encadrés par une instance administrative.

Un tel programme a le mérite d’être absolument cohérent avec le développement d’une colonisation bureaucratique fondée sur la petite propriété.

On peut alors avancer l’idée que l’organisation des réserves indigènes a servi la cause d’un programme de colonisation bureaucratique incompatible avec l’application immédiate des lois du marché, symbole d’une économie « moderne ».

Entre une logique coloniale bureaucratique [qui encadre la petite propriété] et une logique économique capitaliste [qui permet les transactions, les concentrations, et les grandes propriétés], l’État français révèle la fragilité de sa politique calédonienne et les incohérences même de ses stratégies de colonisation.

Curieusement, ce personnage complexe, [le gouverneur Guillain] d’obédience saint-simonienne, qui a profondément marqué le destin de la Nouvelle-Calédonie, reste encore méconnu. On connaît bien sa politique et le contexte dans lequel elle s’inscrit, mais on connaît mal l’homme lui-même, ses pensées, dires et écrits.

 

 

  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

 [2]

Le 05/12/2021 à 20:10, Wallaby a dit :

https://books.openedition.org/editionsmsh/2782 (2000)

Les sociétés préeuropéennes de Nouvelle-Calédonie et leur transformation historique - L’apport de l’archéologie

De façon révélatrice apparurent, vers 250 après J.-C., dans la grande plaine de Maré, des structures monumentales, décrites par les mythes comme des ensembles défensifs. Sur le site LMA016 de Hnakudotit, les murs font 10 m de large, 4 m de haut, plus de 500 m de tour et sont construits avec des blocs de corail fossile pouvant peser plusieurs tonnes.

Sur la Grande Terre, la majorité des cultures en terrasses furent réservées à la culture du taro d’eau Colocasia, sur le même principe technique que les terrasses de rizières. D’après la seule datation actuellement disponible, les premières terrasses de la région du col de la Pirogue, dans le sud-ouest de la Grande Terre, furent édifiées autour de 800 ans après J.-C., dans une zone particulièrement favorable. Au cours des siècles, cette technique horticole fut développée à un tel point qu’à l’arrivée des Européens, une grande partie des basses collines de la Grande Terre étaient couvertes de terrasses, qui peuvent se compter en centaines de milliers.

Les différentes évaluations démographiques couramment acceptées actuellement pour la Nouvelle-Calédonie à la période de contact se situent dans une fourchette allant de 40 000 personnes (Shineberg 1983) à 80 000 personnes (Rallu 1989) (fig. 7). Les premiers écrits font apparaître, là où les Européens s’installent, une population encore nombreuse et en proie à une chute démographique. Cette chute se ralentit dans les années 1880, alors que l’administration coloniale commence à envisager un premier recensement officiel. D’après les données historiques, « la Nouvelle-Calédonie serait un cas de dépopulation parmi les moins importants du Pacifique » (Rallu 1990 : 280), avec une chute d’environ 40 %.

« Les tentatives de description des communautés préhistoriques faites à la lumière des situations récentes paraissent bien suspectes ».

Cette remarque peut être appliquée à la Nouvelle-Calédonie : la formation de groupes nucléarisés, entraînant un nivellement important des hiérarchies, peut, sur la Grande Terre, avoir été consécutive à la première période de contacts avec les Européens, entre 1774 et le milieu du xixe siècle. Cela expliquerait le fait que la société décrite ethnographiquement (Guiart 1983 : 33-37) est éloignée du paysage archéologique.

Les bouleversements incalculables qui ont dû affecter les groupes sociaux n’ont permis la survivance que d’une part de la « réalité » de précontact. La majorité des clans ont disparu, emportant leurs traditions, sans qu’il soit possible de reconstituer aujourd’hui leur histoire. Devant ce vide humain de plus en plus visible, les survivants ont eu tout loisir d’agrandir leur espace politique, de se déplacer de terrain en terrain, ce qui n’était pas possible quand la densité de population était plus forte. Certains sont devenus semi-nomades, abandonnant un lieu de culture pour un autre au premier signe de baisse de la fertilité du sol et/ou de présence d’une maladie virale.

L’enfermement des Kanak dans les réserves à partir des années 1860 engendre la transmission d’une tradition orale souvent sans contact physique avec les anciennes propriétés foncières. Durant ces années de baisses démographiques attestées par les documents historiques, cette tradition transmet une image de la société précoloniale, société qui s’est transformée par rapport à la période de précontact.

Les études et les discussions sur les évolutions socioculturelles de la population kanak durant la préhistoire de la Nouvelle-Calédonie font actuellement complètement défaut.

Il nous apparaît que tant que l’idée d’une population démographiquement plus importante avant 1774 ne sera pas prise en compte, induisant une transformation des fonctionnements de la société kanak durant le xixe siècle, l’avancée des hypothèses sera limitée.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Arland a dit :

Sinon se faire pousser des couilles pour briser les reins des premiers et rayer de la carte les seconds c'est encore dans les options?

Arland, tu me fais bien plaisir: ça faisait un moment que Léodagan ne nous avait plus visité :wub: Donc on vitrifie, c’est ça ?

Pour un drapeau étranger agité dans une tribune?

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,965
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...