rogue0

USA - Criailleries 2 - Rumeurs, controverses, polémiques

Recommended Posts

https://www.t-online.de/nachrichten/ausland/usa/id_88229258/donald-trump-lincoln-project-seine-freunde-verraten-ihn.html (15 juillet 2020)

Des Républicains anti-Trump ont créé un groupe appelé le "Lincoln project" qui a 1.4 million d'abonnés sur Twitter. L'idée n'est pas de faire dans la dentelle, mais de faire des gros tweets bien simplificateurs dans le même style que celui de Trump ("provocateurs, personnels et exagérés"), mais retournés contre lui.

Ce qui est assez mystérieux, c'est qu'un des meneurs du projet n'est autre que George Conway, le mari de Kellyanne Conway qui reste une fidèle trumpiste avec un poste officiel de conseillère de Trump à la maison blanche.

https://www.franceinter.fr/etats-unis-qu-est-ce-que-le-lincoln-project-le-groupe-republicain-qui-veut-la-tete-de-trump (12 juillet 2020)

Le Lincoln Project fait partie de ce que l'on appelle aux Etats-Unis un Super PAC,  un groupe qui récolte des fonds pour soutenir un candidat ou un parti lors d'une élection. En l'occurrence, le Lincoln Project fait des levées de fonds pour financer la campagne de Joe Biden

le Lincoln Project attire beaucoup l'attention ces derniers temps, mais peut-il vraiment faire changer d'avis des électeurs de Trump ou bien convaincre des indécis ? Fait-il bouger les lignes ? Le site Politico en doute. 

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
59 minutes ago, Wallaby said:

Ce qui est assez mystérieux, c'est qu'un des meneurs du projet n'est autre que George Conway, le mari de Kellyanne Conway qui reste une fidèle trumpiste avec un poste officiel de conseillère de Trump à la maison blanche.

Comme ca le couple gagne sur les deux tableaux ... avec ou sans trump :bloblaugh:

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, g4lly a dit :

Comme ca le couple gagne sur les deux tableaux ... avec ou sans trump :bloblaugh:

À l'instar du couple Victoria Nuland - Robert Kagan.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

"Trump est bête parce qu'il s'est trompé dans son test" (dixit don lemon et chris cuomo)
"Ceci est un hippopotame" (image montrant un rhinocéros)
"Le vol MH370 a peut-être été avalé par un petit trou noir" (non non nous ne sommes pas chez alex jones)

Mesdames et messieurs, c'était CNN.
:laugh::chirolp_iei::bloblaugh::laugh:

 

***

Beaucoup moins drôle maintenant: un homme noir supporter de trump qui affichait des pancartes relatives à la religion et la polititique devant son échoppe a été abattu quelques heures après avoir donné une interview, à la suite d'une dispute à propos de ses pancartes pro-trump, et ce alors qu'il a aussi soutenu BLM.

Son nom était Bernell Tramell.
Mais apparemment vu le silence assourdissant des MSM, à l'exception de MSN qui aggrège un article du Milwaukee Journal Sentinel, et de Fox News.

https://www.foxnews.com/us/milwaukee-shooting-victim-trump-supporter

Visiblement sa vie ne comptait pas.

Je ne plaisante pas, rien sur AUCUN "grand média" orienté Liberal US. MSNBC. ABC. CBS. CNN...

Ne parlons pas des wokistes de reddit, sujet supprimé:

 

https://www.msn.com/en-us/news/us/hes-like-a-milwaukee-character-bernell-trammell-60-was-shot-and-killed-on-thursday-afternoon-outside-his-office-in-riverwest/ar-BB176XPU

Local blogger Adebisi Agoro, 39, spoke with Trammell in his shop just hours before the shooting and documented the encounter in his blog, The God Degree.

"He's like a Milwaukee character," Agoro told the Milwaukee Journal Sentinel.

Agoro said Trammell had many signs in his shop, supporting causes ranging from the Black Lives Matter movement to President Donald Trump's reelection campaign. 

Videos on the eXpressions Journal YouTube channel show Trammell standing along the street, speaking about religious teachings and encouraging people to "repent."

"He was a positive guy," Agoro said. "I didn't see him being mean or violent at all toward anybody while he was outside with his signs. He'd be on his bike. I'd see him pretty much daily."

Milwaukee police officials have said little about the case, other than to confirm the fatal shooting, which took place at 12:31 p.m. on the 900 block of East Wright Street, near North Bremen Street.

No suspect was in custody Friday. Milwaukee police encouraged anyone with information about the shooting to call (414) 935-7360 or Milwaukee Crime Stoppers at (414) 224-TIPS.

Reggie Moore, director of Milwaukee's Office of Violence Prevention, said he recently intervened in a dispute between Trammell and a young man. Moore thought the incident was related to a Trump sign that Trammell was carrying.

"He's a Black elder who didn't deserve to die the way that he did," Moore said.

He added that the way Trammell was killed, "in front of his home and in front of his shop in broad daylight, is extremely troubling." 

Andrew Hitt, chairman of the Republican Party of Wisconsin, called for federal prosecutors to investigate the "senseless" killing of Trammell.

"Because of Trammell’s well known political activism and the possibility that his murder could be politically motivated, I respectfully request that United States Attorney Matthew Krueger open an investigation into this heinous crime," Hitt said in a statement issued late Friday. "No American should fear for their personal safety because of where they live or their political affiliation.”

Police have not said whether the killing was politically motivated.

Community members have created a memorial with candles, plants and chalk art outside the eXpressions Journal office, 915 E. Wright St. A memorial service is set for next 5:30 p.m. July 31 outside the office.

Edited by Patrick
  • Like 1
  • Sad 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 2 heures, cracou a dit :

Pourrais tu dire des trucs utiles? ou simplement remarquer que dans le cas présenty les distances sont respectées.

Je suis certain que tu peux faire bien mieux.

oaui @Patrick un petit effort quoi ! Même moi je te trouve du VRAI frunkp, envoie la musique Alfonse  :

Citation

En pleine pandémie de Covid-19, un Américain n’a pas supporté qu’une mère et son fils s’approchent trop près de lui. 

Alors que les États-Unis sont frappés de plein fouet par la crise du coronavirus, les tensions semblent exacerbées dans le pays. En Floride, un homme de 29 ans a été arrêté par la police après avoir ouvert le feu sur une mère et son fils au motif qu’ils se tenaient trop proche de lui.

[...] La Floride fait partie des états les plus touchés par le coronavirus aux États-Unis. Les incidents de ce genre se multiplient ces dernières semaines sur le territoire américain.

ça c'est du sensationnel, du putaclick : même pas besoin d'arriver au stade de la zombification pour qu'on puisse s'écharper. :dry: 

ah oui, le lien vers l'article moins putassier que les trois lignes extraites : https://www.directs.fr/etats-unis-il-tire-sur-des-touristes-qui-ne-respectaient-pas-la-distanciation-sociale-1506?utm_source=bytedance&utm_campaign=directs

 

Edited by rendbo
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 53 minutes, rendbo a dit :

oaui @Patrick un petit effort quoi ! Même moi je te trouve du VRAI frunkp, envoie la musique Alfonse  :

Je ne vois plus les messages en question, ça me fait des vacances. :wink:

***

Pour rire encore plus:

L'American Civil Liberties Union, qui a été en pointe sur les demandes d'installer des "body cameras" sur les policiers pour filmer leurs interventions, il y a deux ans de ça, veut désormais que la police arrête de streamer les manifestations/émeutes en live. :laugh:

 

 

Edited by Patrick
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 56 minutes, Patrick a dit :
'American Civil Liberties Union, qui a été en pointe sur les demandes d'installer des "body cameras" sur les policiers pour filmer leurs interventions, il y a deux ans de ça, veut désormais que la police arrête de streamer les manifestations/émeutes en live. :laugh:

Comme visiblement tu ne comprends pas on va devoir t'expliquer.

Question: est ce que la police a le droit de collecter des images de gens qui manifestent pacifiquement?  Non,...C'est tout à fait possible quand les gens commettent des actes illégaux comme en France d'ailleurs).

Et donc tu reproches quoi exactement? Qu'on force la police à respecter la loi?

Si tu dis que c'est normal, je me pose en face de toi et je diffuse en direct touites tes activités sur twitch dès que tu manifestes. ou fait un truc du genre. Tu vas voir, tu vas adorer.

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, cracou a dit :

Question: est ce que la police a le droit de collecter des images de gens qui manifestent pacifiquement?  Non,...C'est tout à fait possible quand les gens commettent des actes illégaux comme en France d'ailleurs).

Sans compter que là bas les règles et lois du travail sont vachement souples : ton patron te voit manifester un jour de congé pour un truc qu'il n'aime pas, ou contre un truc que lui soutient, tu peux être renvoyé pour avoir dégradé l'image de sa société (bien que tu ne portes rien qui puisse assimiler ta société à ton action privée)....

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

En France les manifs sont filmées, en cas de contentieux juridiques, les images sont communiqués à la justice, idem pour les contrôles, s’il y a une caméra sur le baudrier sinon les images sont stockés en un certain temps puis détruites

  • Like 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, Capitaineconan a dit :

En France les manifs sont filmées, en cas de contentieux juridiques, les images sont communiqués à la justice, idem pour les contrôles, s’il y a une caméra sur le baudrier sinon les images sont stockés en un certain temps puis détruites

Exactement. N'est ce pas différent d'un livestream lancé par la police directement?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 23/07/2020 à 09:20, Kelkin a dit :

Le département d'histoire africaine-américaine du Smithsonian Museum a publié cette plaquette :

Où l'on apprend donc que la pensée rationnelle et objective est une horrible construction de la "culture blanche", tout comme le fait d'être poli ou de travailler dur. Faut-il y voir en creux l'idée qu'ils se font de la culture noire ?

 

Le 23/07/2020 à 09:32, debonneguerre a dit :

Ils vont sortir l’équivalent Black culture? Ce qui serait un exercice d'équilibriste mais je serai vraiment curieux de le lire.

Ce dont ils ne semblent pas se rendre compte, c'est que cette plaquette aurait pu être écrite par un raciste partisan de la supériorité naturelle biologique des Blancs...

On en arrive à dessiner une idéologie profondément et intensément raciste envers deux groupes différents de gens à la fois !

- Les Blancs supposés être toujours en train de comploter contre les Noirs pour les empêcher de progresser... alors, est-ce que ce sont des hommes ou des diables ?

- Les Noirs supposés être incapables de pensée d'effort ou d'organisation, c'est ce qui est dit en creux dans cette plaquette... alors, est-ce que ce sont des hommes ou des animaux ?

Faux et insultant, comme toute doctrine raciste. Et deux fois.

 

Le 23/07/2020 à 09:59, cracou a dit :

Ce qui est le plus ridicule et ce dont ils ne rendent pas compte c'est quils définissent le "whiteness" comme une "culture "(le mot est foireux) typique des blancs... mais en mettant des trucs qui ne nous correspondent pas du tout. Genre généralisert l'approche raciale en prenant un seul pays où c'est vrai, ce qui réduit la portée scientifique du truc à exactement zéro.

Ils parlent en fait de la culture américaine, autrement de la seule version américaine de la civilisation occidentale. C'est une erreur bien sûr, Italie et Russie, Allemagne, France etc. en sont des versions tout aussi représentatives, mais différentes. D'un autre côté, il ne s'agit que de nombrilisme, c'est dommage mais il faut reconnaître que c'est assez répandu un peu partout.

Non, ce qui est grave, c'est de mettre à part une partie du peuple américain, en les désignant comme extérieurs à cette culture, à la culture de leur pays, à la civilisation occidentale plus générale à laquelle ils appartiennent. Tout cela sous le seul prétexte de leur couleur de peau.

Et le plus fou peut-être, c'est que les gens qui suivent cette doctrine pensent sincèrement s'opposer au racisme :wacko: !

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 29 minutes, Alexis a dit :

- Les Blancs supposés être toujours en train de comploter contre les Noirs pour les empêcher de progresser... alors, est-ce que ce sont des hommes ou des diables ?

- Les Noirs supposés être incapables de pensée d'effort ou d'organisation, c'est ce qui est dit en creux dans cette plaquette... alors, est-ce que ce sont des hommes ou des animaux ?

Faux et insultant, comme toute doctrine raciste. Et deux fois.

On ne peut lire que cela en effet si on met que la blanchitude (pas trouvé mieux)= correspond à la science par l'expérience et les preuves. Cela sous entent que les autres c'est la science au boubou tamtam.... Ce qui est emminemment raciste!

il y a 29 minutes, Alexis a dit :

Ils parlent en fait de la culture américaine, autrement de la seule version américaine de la civilisation occidentale.

Ce qui est totlamenbt navrant car déjà les autres blancs ne se retrouvent pas forcément là dedans. Dire que les blancs sont fondamentalement individualistes fait totalement rigoler quand tu vois l'Europe. Ils sont aussi largement plus individualistes en Chine!

Share this post


Link to post
Share on other sites

un éclairage sur qui soutient financièrement Trump , des pistes pour comprendre pourquoi sa "virevoltante incompétence " n'est pas un problème pour ces gens là au contraire.

même une explication rationnelle pour l'obsession de Trump pour le golf même en pleine pandémie :bloblaugh:.

https://www.challenges.fr/classement/classement-des-fortunes-de-france/fortunes-business-de-riches-trump-et-ses-amis-en-or_719858

l'article est pour les abonnées ( cookies à bricoler ? ), mais j'ai fait le CTRL+A , +C + V pour vous

Révélation

Milliardaires, libertariens... Trump et ses amis en or
Par Philippe Boulet Gercourt le 18.07.2020 à 14h30ABONNÉS
Libertaires forcenés ou convertis par intérêt, les milliardaires se pressent pour financer la réélection du président américain. Portrait de famille.

Donald Trump et Linda McMahon
Donald Trump et Linda McMahon, présidente d’America First Action, comité de soutien à la réélection du président. 

N. KAMM/AFP
Il y a les croisés. Les vétérans. Les allumés. Les convertis. Les intéressés. Ils sont tous milliardaires, ils soutiennent tous Donald Trump, candidat à sa réélection. Comment ? Avec ce qu'ils connaissent le mieux : l'argent. Ils veulent voir l'un des leurs réélu, et pour cela, mettent la main au portefeuille, activent leurs réseaux et mettent en jeu leur réputation. Ils sont richissimes, mais pas seulement. En misant sur le président le plus déjanté, le plus controversé de l'histoire américaine moderne, ils savent qu'ils ne rejoignent pas un club sélect aux fauteuils de cuir profonds, mais plutôt un vaisseau pirate bourré jusqu'à la gueule de flibustiers prêts à tout pour l'emporter.

Levées spectaculaires
Certains, comme Larry Ellison (fondateur d’Oracle et cinquième fortune mondiale) ou Stephen Ross (salles de gym Equinox), ont suscité la colère de leurs salariés, voire des boycotts de leurs clients. Peu importe : ils aiment Donald Trump. On peut même dire que certains l’adorent. Miriam Adelson, par exemple. Elle et son époux Sheldon, roi des casinos et l’un des vingt Américains les plus riches, ont donné en 2016 une bonne centaine de millions de dollars à Trump et aux Républicains. Puis la même somme deux ans plus tard pour les élections de mi-mandat. Très proches du Premier ministre Benyamin Netanyahou, ils n’ont pas eu à regretter le soutien de Trump à la ligne dure israélienne, notamment le déménagement à Jérusalem de l’ambassade américaine. Miriam y va fort : « Serait- ce trop demander que de prier pour qu’un jour la Bible compte un Livre de Trump, comme elle a un Livre d’Esther célébrant la délivrance des Juifs ? »

Aux dernières nouvelles, les éditeurs ne préparent pas encore de version révisée de ladite Bible… Les Adelson, eux, pourraient donner jusqu’à 200 millions de dollars cette année. Mais en vrai personne n’en sait trop rien, et pour cause : c’est un jeu d’enfant que de donner anonymement, par exemple en utilisant le canal des groupes de « dark money » (« argent obscur »). En 2004, pour la campagne de réélection de George W. Bush, 3 % des sommes levées par les groupes de donateurs l’étaient par ce canal. Aujourd’hui, c’est environ la moitié.

Mais ces dons anonymes ont une limite : ils dispensent le candidat destinataire d’afficher sa reconnaissance et vous empêchent de vous pousser du coude auprès de vos copains milliardaires, en exhibant la taille de vos dons. La dernière mode - y compris du côté du démocrate Joe Biden - est donc plutôt aux séances de levées de fonds ultra-exclusives. Larry Ellison a ainsi arrangé une partie de golf chez lui, ouverte à ceux qui avaient versé 100 000 dollars à la campagne de Trump et aux Républicains. Ceux qui avaient fait un chèque de 250 000 dollars, outre le parcours, ont eu droit à une photo avec le président et une invitation à une table ronde. On notera au passage qu’Ellison aide à lever des fonds, mais n’a pas donné un dollar de sa poche… Encore plus fort : en février, le milliardaire Nelson Peltz, vieil ami de Trump, a organisé une petite sauterie chez lui. Pour recevoir une invitation, rien de plus facile, il suffisait de débourser… 580 600 dollars.

Certains sont des convertis. Les Ricketts, par exemple. Joe, fondateur du courtier Ameritrade, avait donné à d’autres candidats en 2016. Depuis 2017, lui et son épouse Marlene sont 100 % républicains et pointent en tête de la liste des contributeurs. Ou encore Stephen Schwarzman : le patron du fonds Blackstone avait misé en 2016 sur les mauvais canassons, Jeb Bush et Marco Rubio ; il s’est rattrapé depuis et figure dans le peloton de tête des soutiens financiers à la campagne de Donald Trump. Au passage, celui qui compara les hausses d’impôt d’Obama à l’invasion de la Pologne par les nazis est devenu « conseiller informel » du président.

Immense cadeau fiscal
Beaucoup sont intéressés, mais pas seulement. Le côté excentrique et chien fou du président séduit les milliardaires. Quoi de mieux, aux yeux de ces libertaires, qu’un président qui veut tout casser ? Dans ce camp, on croise le très secret Robert Mercer, fondateur du hedge fund Renaissance Technologies et l’un des sponsors majeurs du site d’information Breitbart, très à droite. Ou, côté numérique - un monde démocrate -, Peter Thiel, cofondateur de PayPal et Palantir, fan affiché du président républicain. Et puis, tout de même, il y a le portefeuille. Ce président a fait un immense cadeau fiscal aux riches en 2017 et n’hésite pas à renvoyer l’ascenseur à ses bienfaiteurs aux poches pleines. Comme Linda McMahon, soutien de 2016 récompensé par un poste dans son administration. Ou Harold Hamm, le roi du pétrole et du gaz, pour qui Trump a toutes les attentions. Problème : avec la chute des cours, Hamm est aujourd’hui fauché. Confidence récente d’un consultant : « C’est dur de signer un gros chèque, par les temps qui courent. » A vot’ bon cœur.

 

La galaxie Trump

 

1. Peter Thiel, fondateur de PayPal et de Palantir. Ce libertarien est l’un des rares représentants du secteur de la tech à soutenir le candidat républicain.

2. Harold Hamm, patron de Continental Resources. Ce roi du pétrole et du gaz a bénéficié de toutes les attentions de l’administration Trump pour son secteur, mais la chute des cours a fortement réduit sa fortune.

3. Stephen Schwarzman, président de Blackstone. Ce patron de fonds avait misé en 2016 sur d’autres candidats républicains à la primaire, et s’est rattrapé depuis en devenant le troisième contributeur à la campagne de Trump en 2020.
 

 

  • Thanks 3
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi selon vous, Trump interdit l'utilisation de tik tok sous prétexte de sécurité nationale ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Parce que seuls les GAFAs ont le droit d'espionner les gens ; c'est pas bien quand c'est un autre pays qui le fait.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 7/31/2020 at 1:26 AM, Capitaineconan said:

En France les manifs sont filmées, en cas de contentieux juridiques, les images sont communiqués à la justice, idem pour les contrôles, s’il y a une caméra sur le baudrier sinon les images sont stockés en un certain temps puis détruites

L'une des différences majeures entre les deux pays est la conception qu'on a établie en France du "droit à l'image" personnelle, y compris dans l'espace public. Les ricains n'ont à peu près rien de tel, du moins pour ce qui concerne l'espace public, où les images peuvent être prises et diffusées, ce qui se fait d'ailleurs aussi largement par des individus et organisations à grande échelle maintenant via les caméras sur téléphones portables et les médias sociaux. Je ne suis absolument pas sûr que l'ACLU ait vraiment quelque chose de solide dans ce cas, vu ce fonctionnement aux USA, même en se fondant sur les très ténues "libel laws" et "defamation laws" telles qu'elles fonctionnent dans le pays. Ca reste à voir, surtout quand les juges se font activistes, mais cette histoire a plutôt l'air d'être une tentative de "procès publicitaire" (visant plus l'opinion que la teneur du cas) et/ou un essai de voir s'il y a suffisamment de matière pour, d'appel en appel, faire remonter la chose jusqu'à un niveau fédéral où une jurisprudence pourtait être établie (et aux USA, c'est une manière de légiférer, non démocratique et de plus en plus instrumentalisée). 

22 hours ago, Deconfine82 said:

un éclairage sur qui soutient financièrement Trump , des pistes pour comprendre pourquoi sa "virevoltante incompétence " n'est pas un problème pour ces gens là au contraire.

même une explication rationnelle pour l'obsession de Trump pour le golf même en pleine pandémie :bloblaugh:.

https://www.challenges.fr/classement/classement-des-fortunes-de-france/fortunes-business-de-riches-trump-et-ses-amis-en-or_719858

l'article est pour les abonnées ( cookies à bricoler ? ), mais j'ai fait le CTRL+A , +C + V pour vous

  Reveal hidden contents

Milliardaires, libertariens... Trump et ses amis en or
Par Philippe Boulet Gercourt le 18.07.2020 à 14h30ABONNÉS
Libertaires forcenés ou convertis par intérêt, les milliardaires se pressent pour financer la réélection du président américain. Portrait de famille.

Donald Trump et Linda McMahon
Donald Trump et Linda McMahon, présidente d’America First Action, comité de soutien à la réélection du président. 

N. KAMM/AFP
Il y a les croisés. Les vétérans. Les allumés. Les convertis. Les intéressés. Ils sont tous milliardaires, ils soutiennent tous Donald Trump, candidat à sa réélection. Comment ? Avec ce qu'ils connaissent le mieux : l'argent. Ils veulent voir l'un des leurs réélu, et pour cela, mettent la main au portefeuille, activent leurs réseaux et mettent en jeu leur réputation. Ils sont richissimes, mais pas seulement. En misant sur le président le plus déjanté, le plus controversé de l'histoire américaine moderne, ils savent qu'ils ne rejoignent pas un club sélect aux fauteuils de cuir profonds, mais plutôt un vaisseau pirate bourré jusqu'à la gueule de flibustiers prêts à tout pour l'emporter.

Levées spectaculaires
Certains, comme Larry Ellison (fondateur d’Oracle et cinquième fortune mondiale) ou Stephen Ross (salles de gym Equinox), ont suscité la colère de leurs salariés, voire des boycotts de leurs clients. Peu importe : ils aiment Donald Trump. On peut même dire que certains l’adorent. Miriam Adelson, par exemple. Elle et son époux Sheldon, roi des casinos et l’un des vingt Américains les plus riches, ont donné en 2016 une bonne centaine de millions de dollars à Trump et aux Républicains. Puis la même somme deux ans plus tard pour les élections de mi-mandat. Très proches du Premier ministre Benyamin Netanyahou, ils n’ont pas eu à regretter le soutien de Trump à la ligne dure israélienne, notamment le déménagement à Jérusalem de l’ambassade américaine. Miriam y va fort : « Serait- ce trop demander que de prier pour qu’un jour la Bible compte un Livre de Trump, comme elle a un Livre d’Esther célébrant la délivrance des Juifs ? »

Aux dernières nouvelles, les éditeurs ne préparent pas encore de version révisée de ladite Bible… Les Adelson, eux, pourraient donner jusqu’à 200 millions de dollars cette année. Mais en vrai personne n’en sait trop rien, et pour cause : c’est un jeu d’enfant que de donner anonymement, par exemple en utilisant le canal des groupes de « dark money » (« argent obscur »). En 2004, pour la campagne de réélection de George W. Bush, 3 % des sommes levées par les groupes de donateurs l’étaient par ce canal. Aujourd’hui, c’est environ la moitié.

Mais ces dons anonymes ont une limite : ils dispensent le candidat destinataire d’afficher sa reconnaissance et vous empêchent de vous pousser du coude auprès de vos copains milliardaires, en exhibant la taille de vos dons. La dernière mode - y compris du côté du démocrate Joe Biden - est donc plutôt aux séances de levées de fonds ultra-exclusives. Larry Ellison a ainsi arrangé une partie de golf chez lui, ouverte à ceux qui avaient versé 100 000 dollars à la campagne de Trump et aux Républicains. Ceux qui avaient fait un chèque de 250 000 dollars, outre le parcours, ont eu droit à une photo avec le président et une invitation à une table ronde. On notera au passage qu’Ellison aide à lever des fonds, mais n’a pas donné un dollar de sa poche… Encore plus fort : en février, le milliardaire Nelson Peltz, vieil ami de Trump, a organisé une petite sauterie chez lui. Pour recevoir une invitation, rien de plus facile, il suffisait de débourser… 580 600 dollars.

Certains sont des convertis. Les Ricketts, par exemple. Joe, fondateur du courtier Ameritrade, avait donné à d’autres candidats en 2016. Depuis 2017, lui et son épouse Marlene sont 100 % républicains et pointent en tête de la liste des contributeurs. Ou encore Stephen Schwarzman : le patron du fonds Blackstone avait misé en 2016 sur les mauvais canassons, Jeb Bush et Marco Rubio ; il s’est rattrapé depuis et figure dans le peloton de tête des soutiens financiers à la campagne de Donald Trump. Au passage, celui qui compara les hausses d’impôt d’Obama à l’invasion de la Pologne par les nazis est devenu « conseiller informel » du président.

Immense cadeau fiscal
Beaucoup sont intéressés, mais pas seulement. Le côté excentrique et chien fou du président séduit les milliardaires. Quoi de mieux, aux yeux de ces libertaires, qu’un président qui veut tout casser ? Dans ce camp, on croise le très secret Robert Mercer, fondateur du hedge fund Renaissance Technologies et l’un des sponsors majeurs du site d’information Breitbart, très à droite. Ou, côté numérique - un monde démocrate -, Peter Thiel, cofondateur de PayPal et Palantir, fan affiché du président républicain. Et puis, tout de même, il y a le portefeuille. Ce président a fait un immense cadeau fiscal aux riches en 2017 et n’hésite pas à renvoyer l’ascenseur à ses bienfaiteurs aux poches pleines. Comme Linda McMahon, soutien de 2016 récompensé par un poste dans son administration. Ou Harold Hamm, le roi du pétrole et du gaz, pour qui Trump a toutes les attentions. Problème : avec la chute des cours, Hamm est aujourd’hui fauché. Confidence récente d’un consultant : « C’est dur de signer un gros chèque, par les temps qui courent. » A vot’ bon cœur.

 

La galaxie Trump

 

1. Peter Thiel, fondateur de PayPal et de Palantir. Ce libertarien est l’un des rares représentants du secteur de la tech à soutenir le candidat républicain.

2. Harold Hamm, patron de Continental Resources. Ce roi du pétrole et du gaz a bénéficié de toutes les attentions de l’administration Trump pour son secteur, mais la chute des cours a fortement réduit sa fortune.

3. Stephen Schwarzman, président de Blackstone. Ce patron de fonds avait misé en 2016 sur d’autres candidats républicains à la primaire, et s’est rattrapé depuis en devenant le troisième contributeur à la campagne de Trump en 2020.
 

 

Les infos datent pas mal dans cet article, mélangent les époques (2016 et aujourd'hui), et suggèrent sans le formuler que c'est un cas particulier à Trump alors qu'encore plus de "Dark Money" en quantités massives s'aiguille vers l'autre bord, ou sur des factions internes aux partis (l'ex-Mme Bezos, par exemple, vient de claquer presque 2 milliards de son divorce sur des "causes" très militantes liées au parti démocrate, dans ses aspects les plus idéologiques... Ce genre de fric, dans les organisations concernées qui ont le statut fiscal voulu, se retrouvent de fait essentiellement dans des campagnes électorales): en 2016, Clinton avait 2 fois plus de fric que Trump de cette façon. Ensuite, pour quelques détails: Mercer s'est retiré de Breitbart depuis 3 ans (et sa fille, qui a racheté ses parts, ne semble pas s'en occuper des masses, alors même que le site a perdu l'essentiel de son "mordant" extrêmiste et complotiste suite au limogeage de Bannon), et Thiel a annoncé il y a quelques temps qu'il ne s'impliquait pas dans l'élection. 

9 minutes ago, Kelkin said:

Parce que seuls les GAFAs ont le droit d'espionner les gens ; c'est pas bien quand c'est un autre pays qui le fait.

Les cartels n'aiment pas la concurrence, surtout si elle est le fait d'un autre Etat. Mais l'audience des patrons des GAFAs d'il y a deux jours au Congrès semble avoir mis en évidence qui s'aplatit face à la Chine et qui ne le fait pas (ce qui ne reflète ni moralité, ni courage, juste, sans doute, l'état des perspectives de marché pour chacun d'entre eux): Google et Apple s'écrasent, Amazon essaie de ne rien dire, et Facebook pointe du doigt. Evidemment, ce genre de posture peut changer rapidement. 

Le truc amusant, c'est ce qui a été sorti hier par le gouvernement US: Si la Chine cède Tiktok, l'appli ne serait pas bannie.... Microsoft aurait indiqué être sur les rants pour reprendre :laugh:; depuis le temps qu'ils désespèrent de créer une plate-forme de médias sociaux qui marche.... Et en attendant que cette non affaire n'aboutisse à rien, les alternatives nationales ricaines à Tiktok (lui-même une reprise de feue l'appli Vine) sont en train de faire du chiffre. Ce qui est peut-être, au final, le fond de l'affaire. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense pour ma part que les américains se sont souvent comporté de cette sorte depuis une dizaine d'année. Ce n'est pas propre à Trump, juste qu'il est un peu plus brusque.
Avant, il y avait toujours un petit quelque chose sous le feu du projecteur pour servir de prétexte. Ca a été le cas pour vw, toyota, bnp, alstom et j'en passe.
Et ce qu'il y a quelqu'un qui y croit vraiment à l'excuse de sécurité nationale alors que l'entreprise promet de rendre public le code source de l'application ?

Je pense que les géants GAFA ont une importance stratégique aujourd'hui sur l'influence américaine dans le monde et ils en sont bien sur conscient. Laisser Tik Tok se développer est peut etre un risque d'une influence grandissante de la Chine en concurrence avec l’Amérique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 49 minutes, koojisensei2 a dit :

Pourquoi selon vous, Trump interdit l'utilisation de tik tok sous prétexte de sécurité nationale ?

Parce que cela pose un problème de liberté d'expression :

https://www.theguardian.com/technology/2019/sep/25/revealed-how-tiktok-censors-videos-that-do-not-please-beijing

TikTok, le populaire réseau social chinois, demande à ses modérateurs de censurer les vidéos qui mentionnent la place Tiananmen, l'indépendance du Tibet ou le groupe religieux interdit Falun Gong, selon des documents ayant fait l'objet d'une fuite et détaillant les directives de modération du site.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Just now, Wallaby said:

Parce que cela pose un problème de liberté d'expression :

https://www.theguardian.com/technology/2019/sep/25/revealed-how-tiktok-censors-videos-that-do-not-please-beijing

TikTok, le populaire réseau social chinois, demande à ses modérateurs de censurer les vidéos qui mentionnent la place Tiananmen, l'indépendance du Tibet ou le groupe religieux interdit Falun Gong, selon des documents ayant fait l'objet d'une fuite et détaillant les directives de modération du site.

Et on peut être sûr que des phrases comme "Free Hong Kong" ou "Free the Uyghurs" n'y sont pas apparues. 

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Surtout, le casus belli, c'est qu'il est interdit de parler... de Trump

Le service interdit également une liste spécifique de 20 "dirigeants étrangers ou personnalités sensibles" dont Kim Jong-il, Kim Il-sung, Mahatma Gandhi, Vladimir Poutine, Donald Trump, Barack Obama, Kim Jong-un, Shinzo Abe, Park Geun-Hee, Joko Widodo et Narendra Modi. Xi Jinping, le président chinois, est notamment absent de la liste.

(même source)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.

  • Member Statistics

    5,529
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Rom1_
    Newest Member
    Rom1_
    Joined
  • Forum Statistics

    20,946
    Total Topics
    1,333,212
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries