zx

La guerre économique USA vs UE / Canada / Chine

Recommended Posts

Je ne me souviens plus si on en avait parlé.

POTUS Trump n'aime pas du tout l'OMC (organisation mondiale du commerce), et réclame régulièrement de pouvoir "sortir" de son carcan.

 

Modifié par rogue0
  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
1 hour ago, rogue0 said:

POTUS Trump n'aime pas du tout l'OMC (organisation mondiale du commerce),

Le probleme des USA c'est de conserver un contrôle sur les vassaux de l'empire alors que les peurs des soviet ne fait plus le job...

... les vassaux, du mois bon nombre se sont découvert une forte capacité de nuisance au sein de l'empire ... et utilise se levier pour pousser leur agenda contre celui des USA.

C'est possible dans un cadre multilatéral ... ou les états sont dilué dans des structures collectivement qui le garantissent un traitement collectif.

En gros les USA ne peuvent pas faire pression via l'OTAN sur un pays de l'OTAN particulier ... sans s'en prendre a tout un tas de pays qui ont plus ou moins les même travers.

La restauration de relation bilatéral ... remet les USA au centre du jeu ... puisqu'ils pourront a nouveau châtier individuellement les états "usant de la capacité de nuisance pour chier sur le paillasson" ... sans s'attirer les foudre des autres "alliés".

En ça TRUMP a a mon sens la bonne lecture de l'évolution indispensable de l'empire ... qui doit a tout pris empecher les vassaux de chier dans la colle,  sans aucun risque et une bonne espérance de succès.

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, g4lly a dit :

Le probleme des USA c'est de conserver un contrôle sur les vassaux de l'empire alors que les peurs des soviet ne fait plus le job...

... les vassaux, du mois bon nombre se sont découvert une forte capacité de nuisance au sein de l'empire ... et utilise se levier pour pousser leur agenda contre celui des USA.

C'est possible dans un cadre multilatéral ... ou les états sont dilué dans des structures collectivement qui le garantissent un traitement collectif.

En gros les USA ne peuvent pas faire pression via l'OTAN sur un pays de l'OTAN particulier ... sans s'en prendre a tout un tas de pays qui ont plus ou moins les même travers.

La restauration de relation bilatéral ... remet les USA au centre du jeu ... puisqu'ils pourront a nouveau châtier individuellement les états "usant de la capacité de nuisance pour chier sur le paillasson" ... sans s'attirer les foudre des autres "alliés".

En ça TRUMP a a mon sens la bonne lecture de l'évolution indispensable de l'empire ... qui doit a tout pris empecher les vassaux de chier dans la colle,  sans aucun risque et une bonne espérance de succès.

Effectivement, cela a du sens.

D'un autre côté, si tu te retire de toutes les structures internationnaux, est ce que ce n'est pas laisser un peu la place du leader au second ? A priori, l'union européenne ou la Chine ?

  • Upvote (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
2 hours ago, koojisensei2 said:

Effectivement, cela a du sens.

D'un autre côté, si tu te retire de toutes les structures internationnaux, est ce que ce n'est pas laisser un peu la place du leader au second ? A priori, l'union européenne ou la Chine ? 

Le but du jeu c'est pas de démonter toutes structures multilatérale ... mais de les rendre moins omnipotente ... pour permettre a un volet bilatéral d'exister a coté.

A mon sens ... ni la Chine ... ni encore moins l'Union n'ont le souhaite de prendre leur part du fardeau de l'hégémone.

Donc les USA ne laisserait pas, par là la place de leader ... au contraire même ils feraient en sortes que les vassaux resserrent les rangs autour d'eux, vu que la protection de l'empire ne serait plus aussi automatique qu'avant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, zx a dit :

quand on aime on ne compte pas

Donald Trump menace d'augmenter encore les taxes contre la Chine

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/08/02/20002-20180802ARTFIG00096-donald-trump-menace-d-augmenter-encore-les-taxes-contre-la-chine.php

Pour ceux qui n'ont pas le temps de lire, c'est une menace de surtaxer 200G$ d'importations chinoises non pas de 10% ... mais de 25%.
A ce stade, ça commence à faire mal ...
A la fois pour les chinois et les industriels US (qui hurlaient déjà au putois)

https://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2018/08/01/importations-chinoises-washington-menace-de-porter-a-25-les-taxes-douanieres_5338465_1656941.html

EDIT: je soupçonne que le timing de ce tweet est un peu motivé par les élections qui s'approchent... et aussi pour renforcer sa position avec les progrès de l'enquête de Mueller.
"les USA sont en guerre économique, il ne faut pas attaquer le chef dans un moment délicat"
"de plus avec des allégations totalement fake news"

Modifié par rogue0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avais entendu une explication concernant la guerre économique de Trump. Je ne sais pas ce qu'elle vaut donc je voulais la partager avec vous. Ça sera toujours intéressant d'en débattre.
L'économie américaine est assez vaste pour supporter le protectionnisme. Son marché intérieur a toujours été le moteur de sa croissance et, groso modo, c'est la que Trump devrait intervenir. Le problème actuel est que malgré le plein emploi, la qualité des emploies crée n'est pas satisfaisante dans le sens où la part des haut revenus a baissé comparé à il y a 10 ans. Trump aurai fait le pari de ce que ford avait mis en place il y a plus d'un siècle. A savoir augmenter le salaire pour donner du pouvoir d'achat au ménage pour pouvoir consommer. Mais si les produits de consommation sont importé, cela ne marchera pas. Donc pour ca, il veut taxer l'importation.

 

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il reste que l'essentiel des ménages américains est déjà largement endetté. Consommer avec huit crédits aux fesses, ce n'est pas ce qu'il y a de plus sain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 16 minutes, koojisensei2 a dit :

J'avais entendu une explication concernant la guerre économique de Trump. Je ne sais pas ce qu'elle vaut donc je voulais la partager avec vous. Ça sera toujours intéressant d'en débattre.
L'économie américaine est assez vaste pour supporter le protectionnisme. Son marché intérieur a toujours été le moteur de sa croissance et, groso modo, c'est la que Trump devrait intervenir. Le problème actuel est que malgré le plein emploi, la qualité des emploies crée n'est pas satisfaisante dans le sens où la part des haut revenus a baissé comparé à il y a 10 ans. Trump aurai fait le pari de ce que ford avait mis en place il y a plus d'un siècle. A savoir augmenter le salaire pour donner du pouvoir d'achat au ménage pour pouvoir consommer. Mais si les produits de consommation sont importé, cela ne marchera pas. Donc pour ca, il veut taxer l'importation.

 

C'est une bonne explication : mener un politique protectionniste qui aurait pour résultat rapatriement d'un certain nombre d'emplois industriels qui boosteront le niveau de vie de la classe moyenne, très éprouvé par la mondialisation, et lui permettre de respirer. C'est en tout cas se que proclame D.Trump.

Une autre possibilité est que les américains se servent juste de la menace protectionniste pour forcer leur "partenaires" à ouvrir encore plus leur marché et leur extorquer plus d'argent.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 4 minutes, Shorr kan a dit :

C'est une bonne explication : mener un politique protectionniste qui aurait pour résultat rapatriement d'un certain nombre d'emplois industriels qui boosteront le niveau de vie de la classe moyenne, très éprouvé par la mondialisation, et lui permettre de respirer. C'est en tout cas se que proclame D.Trump.

Une autre possibilité est que les américains se servent juste de la menace protectionniste pour forcer leur "partenaires" à ouvrir encore plus leur marché et leur extorquer plus d'argent.

 

Oui mais dans les 2 cas, Trump ne va pas s'arrêter sur sa lancer.  Que ca soit l'Europe ou la Chine, il ne faut plus espérer grand chose des discutions. 

Avec l'inflation qui remonte, il y a des chances que ça soit les prémices de ce plan.

Modifié par koojisensei2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les grandes entreprises commencent à acheter les fournitures qui seront vendues aux Américains pour Thanksgiving et les fêtes de Noël. Si elles doivent acheter plus cher, cela se répercutera forcément sur le prix de vente de deux fêtes extrêmement populaires de millions d'électeurs. Est-ce qu'il prendrait ce risque ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, koojisensei2 a dit :

Oui mais dans les 2 cas, Trump ne va pas s'arrêter sur sa lancer.  Que ca soit l'Europe ou la Chine, il ne faut plus espérer grand chose des discutions. 

Disons que quelque soit l'objectif visé par Trump, je ne le pense pas assez astucieux et malin - même s'il est persuadé du contraire...- pour les concrétiser, pour peu qu'il ait même l'intention d'aller au delà de l’embrouille permanente qu'il entretient pour se faire mousser.

Ces interlocuteurs ont moins d'atout que lui dans l'absolu, mais ont plus d’expérience et surtout le cuir bien plus dur. En plus, ces derniers apprennent à se cordonner. Ce sera peut être son principal héritage: le renforcement des liens entre les autres grandes puissances sans passer par les Etats Unis, qui ferons la preuve qu'ils ne sont pas si indispensable que ça.

On jugera sur pièce à la fin son de son manda. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
2 minutes ago, Ciders said:

Les grandes entreprises commencent à acheter les fournitures qui seront vendues aux Américains pour Thanksgiving et les fêtes de Noël. Si elles doivent acheter plus cher, cela se répercutera forcément sur le prix de vente de deux fêtes extrêmement populaires de millions d'électeurs. Est-ce qu'il prendrait ce risque ? 

Quel rapport en le prix d'une d'une "chinoiserie" en Chine ... et le tarif auquel elle est vendu au USA?! ...

... a priori aucun ... le prix final est un probleme de marché US pas de marché Chinois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, g4lly a dit :

Quel rapport en le prix d'une d'une "chinoiserie" en Chine ... et le tarif auquel elle est vendu au USA?! ...

... a priori aucun ... le prix final est un probleme de marché US pas de marché Chinois.

Justement. Si une entreprise américaine veut préserver sa marge, elle augmentera le prix de vente sur le marché américain. Donc au détriment du consommateur. Et en accusant évidemment la hausse des taxes parce qu'au fond, la marge prime sur l'intérêt du consommateur.

Et on commence déjà à le voir avec Hasbro, Coca Cola et bientôt les producteurs de produits à base d'acier. Si ça commence aussi à toucher des produits du quotidien ou à forte valeur symbolique, ça risque fort de tousser chez la ménagère.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
18 minutes ago, Ciders said:

Justement. Si une entreprise américaine veut préserver sa marge, elle augmentera le prix de vente sur le marché américain. Donc au détriment du consommateur. Et en accusant évidemment la hausse des taxes parce qu'au fond, la marge prime sur l'intérêt du consommateur. 

Et on commence déjà à le voir avec Hasbro, Coca Cola et bientôt les producteurs de produits à base d'acier. Si ça commence aussi à toucher des produits du quotidien ou à forte valeur symbolique, ça risque fort de tousser chez la ménagère.

Un t-shirt produit 1€ augmenté 1.10€, vendu au USA 100€ ... pour préserver sa marge pas besoin de le vendre 120€!!! 100.10€ suffit!

Certes l'occasion peut faire le larron ... mais ça va vite se voir. Tout le monde sais ou est produit la "valeur" sur ce genre d'article grand public.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 14 minutes, g4lly a dit :

Un t-shirt produit 1€ augmenté 1.10€, vendu au USA 100€ ... pour préserver sa marge pas besoin de le vendre 120€!!! 100.10€ suffit!

Certes l'occasion peut faire le larron ... mais ça va vite se voir. Tout le monde sais ou est produit la "valeur" sur ce genre d'article grand public.

Personnellement, je connais pas beaucoup de boite qui peuvent faire une marge comme ca. Même dans le haut de gamme, arriver à 60-70% de marges, c'est déjà très bien.
En générale, sur un produit qui revient a 10€ mais vendu 20€ par exemple, le vendeur utilise un coef de 2 pour la vente. Mais si le produit revient a 11€, le prix de vente sera de 22€. L'augmentation est généralement proportionnel.

Mais si tu achete 11€et que tu revend 21€ comme dans ton exemple. Il y a une baisse de la marge dans le rapport marge/CA. De plus, en augmentant le tarifs, c'est rare de voir une augmentation du CA, il y a une baisse de marge en valeur absolu aussi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 31 minutes, g4lly a dit :

Un t-shirt produit 1€ augmenté 1.10€, vendu au USA 100€ ... pour préserver sa marge pas besoin de le vendre 120€!!! 100.10€ suffit!

Certes l'occasion peut faire le larron ... mais ça va vite se voir. Tout le monde sais ou est produit la "valeur" sur ce genre d'article grand public.

Et tout le monde continue d'acheter le dernier Iphone ou le maillot des Bleus acheté 3 euros au Vietnam et vendu 80 euros sans flocage. Il y a beaucoup de larrons dans ce bas monde. Ou de pigeons. :happy:

il y a 10 minutes, koojisensei2 a dit :

Personnellement, je connais pas beaucoup de boite qui peuvent faire une marge comme ca. Même dans le haut de gamme, arriver à 60-70% de marges, c'est déjà très bien.
En générale, sur un produit qui revient a 10€ mais vendu 20€ par exemple, le vendeur utilise un coef de 2 pour la vente. Mais si le produit revient a 11€, le prix de vente sera de 22€. L'augmentation est généralement proportionnel.

Mais si tu achete 11€et que tu revend 21€ comme dans ton exemple. Il y a une baisse de la marge dans le rapport marge/CA. De plus, en augmentant le tarifs, c'est rare de voir une augmentation du CA, il y a une baisse de marge en valeur absolu aussi.

Le tout c'est de satisfaire les actionnaires. Si les dividendes sont maintenues, tu achètes la paix sociale. Mais effectivement, ça ne peut pas durer si tes marges diminuent et si ton CA stagne. Tôt ou tard, ça te revient à la figure.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, koojisensei2 a dit :

L'économie américaine est assez vaste pour supporter le protectionnisme. Son marché intérieur a toujours été le moteur de sa croissance et, groso modo, c'est la que Trump devrait intervenir.

Je pense que c'est une illusion: tous les économies sont interdépendantes désormais. Même les Etats Unis ne pourraient se passer d'importer

 

il y a 27 minutes, g4lly a dit :

Un t-shirt produit 1€ augmenté 1.10€, vendu au USA 100€ ... pour préserver sa marge pas besoin de le vendre 120€!!! 100.10€ suffit!

Certes l'occasion peut faire le larron ... mais ça va vite se voir. Tout le monde sais ou est produit la "valeur" sur ce genre d'article grand public.

Le circuit de vente d'un produit est complexe.

Première remarque, pour donner le prix de ton t-shirt,  tu ne parles que du cout de fabrication, sans intégrer les frais de recherche, développement, design, licence de marque...

Or, l'industriel qui fait fabriquer ces produits doit intégrer ces frais pour calculer le prix de revient de son produit; il doit également faire une marge sur la revente de son produit.

 

Deuxième remarque, tu négliges la complexité du système de distribution.

Dans les chaines les plus simples intégrant une usine chinoise tu retrouves:

un fabricant (chinois) => un commanditaire (américain) => un grossiste (américain) => un détaillant (américain) => un consommateur (américain)

Chacun des intermédiaires prend une marge. Cette marge lui permet de faire face à ses propres couts et doit dans une logique capitaliste lui permettre de dégager un bénéfice; le détaillant doit même majorer le prix de la TVA.

Dans la réalité, quand une entreprise américaine fait fabriquer un t-shirt en Chine, il fait tourner de manière importante l'économie américaine et il est tout a fait normal qu'il y ait une différence significative entre le cout de fabrication et le prix de vente consommateur.

 

Fermer les frontière américaines pose deux types de problèmes:

1) le cout de fabrication des produits va être plus élevé, notamment pour les produits existant une importante main d'œuvre, ce qui va avoir une répercussion sur toute la chaine, soit en entrainant une augmentation du prix des produits pour le consommateur (avec le risque qu'il se détourne du produit), soit en entrainant une baisse de marge généralisée pour les intervenants de la chaine (avec le risque que certains dégagent des pertes).

2) Il n'existe plus d'usine américaine apte à fabriquer certains produits: le savoir-faire s'est perdu et des pans entiers de l'économie sont à construire

 

La seule chose qui tient la route dans le discours de Trump concerne la concurrence déloyale.

Or la Chine est championne dans cette catégorie: monnaie volontairement sous évaluée, non respect des règles de propriété intellectuelle, barrière à l'entrée...

Si Trump peut obtenir grâce à son coup de force des concessions de la Chine pour qu'elle respecte enfin les mêmes règles que les autres états développés, je suis preneur.

Ce qui est bizarre chez Trump est qu'il se comporte de la même façon avec ceux qui jouent le jeu (Europe et Japon) et ceux qui  trichent (Chine).

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, Salverius a dit :

La seule chose qui tient la route dans le discours de Trump concerne la concurrence déloyale.

Or la Chine est championne dans cette catégorie: monnaie volontairement sous évaluée, non respect des règles de propriété intellectuelle, barrière à l'entrée...

Si Trump peut obtenir grâce à son coup de force des concessions de la Chine pour qu'elle respecte enfin les mêmes règles que les autres états développés, je suis preneur.

Ce qui est bizarre chez Trump est qu'il se comporte de la même façon avec ceux qui jouent le jeu (Europe et Japon) et ceux qui  trichent (Chine).

 

Je pense que vous avez pas les bons chiffres. Le Yuan n'est en aucun cas sous évalué à l'heure actuel. La preuve, la monnaie chinoise s'est mis a perdre de la valeur en 2016 sans intervention de l'état. Il avait fallu à la Chine de durcir les conditions de sorties de capitaux pour arrêter cette baisse de valeur.
Il y a 10 ou 20 ans, c'était effectivement le cas mais entre temps, 1€ est passé de 11 yuans il y a 10 ans à 7.5 yuans aujourd'hui. Pendant ce temps, le salaire d'un ouvrier est passé de 800 yuans à envions 3000 yuans. En gros, le salaire d'un ouvrier est passé de 72€ à environs 400€, soit une augmentation de près de 450% en 10 ans. 

Concernant le respect de la propriété intellectuelle, il y a d'énorme progrès qui sont déjà fait et qui serons fait car la Chine n'a pas le choix. La transformation de l'économie passe par la reconnaissance de la recherche et développement. C'est dans le propre intérêt de la Chine de mieux la respecter. 

Concernant la barrière à l'entrée, on reproche la chine de pas laisser les sociétés étrangères de contrôler 100% du capital d'une société chinoise mais dans l'autre sens, c'est tout aussi protégé. Chacun essaie de protéger son économie et c'est normal, surtout dans un pays qui n'a pas encore une économie mature comme l'occident. Il faut donner le temps nécessaire à la Chine d'ouvrir son marché.

Modifié par koojisensei2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, Salverius a dit :

Fermer les frontière américaines pose deux types de problèmes:

1) le cout de fabrication des produits va être plus élevé, notamment pour les produits existant une importante main d'œuvre, ce qui va avoir une répercussion sur toute la chaine, soit en entrainant une augmentation du prix des produits pour le consommateur (avec le risque qu'il se détourne du produit), soit en entrainant une baisse de marge généralisée pour les intervenants de la chaine (avec le risque que certains dégagent des pertes).

2) Il n'existe plus d'usine américaine apte à fabriquer certains produits: le savoir-faire s'est perdu et des pans entiers de l'économie sont à construire

Il y a un inconnu dans le calcul de Trump. Lui même est surement au courant. L'Amérique d'aujourd'hui n'est plus l'Amérique d'il y a 30 ans lorsqu'elle représentait jsuqu'a un tiers du PIB mondiale. Alors certes, le marché intérieur américain est encore très important mais dans de nombreux domaine, ce n'est plus le premier marché mondial, notamment le marché de l'automobile, un marché majeur de l'économie. Dans cette configuration, il est pas certain que les sociétés américaines arrivent a tenir leurs compétitivité s'ils perdent des parts de marchés dans le reste du monde. De plus, avec la mondialisation des dernières années, tout le processus de fabrication a été chamboulé. Dans beaucoup de domaine, que ça soit de l'automobile, le smartphone ou dans beaucoup d'autre domaine high tech, il faut avoir une taille critique pour survivre. Il faut donc vendre en masse mais les mesures protectionnistes vont à contre courant de cette tendance.

  • J'aime (+1) 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La Chine envisage de taxer 60 milliards de dollars de produits américains

https://investir.lesechos.fr/marches/actualites/la-chine-envisage-de-taxer-60-milliards-de-dollars-de-produits-americains-1784682.php

 

REUTERS | Le 03/08/18 à 16:05 | Mis à jour le 03/08/18 à 16:47

 

La Chine envisage de taxer 60 milliards de dollars de produits américains | Crédits photo : Shutterstock

PEKIN (Reuters) - La Chine a annoncé vendredi qu’elle envisageait d’imposer de nouvelles taxes douanières sur une liste de produits américains d’une valeur de 60 milliards de dollars (52 milliards d’euros) en représailles aux menaces formulées cette semaine par Washington de taxer de nouveaux produits chinois.

Le ministère chinois des Finances a présenté une série de taxes allant de 5 à 25% sur plus de 5.200 produits importés des Etats-Unis et a prévenu que Pékin était prêt à poursuivre dans cette voie.

Les produits concernés vont du gaz naturel liquéfié à certains hélicoptères et avions de petite taille en passant par des biens agricoles comme l’huile de soja ou le café mais aussi le boeuf, les spiritueux ou certains semi-conducteurs et le minerai de fer.

En incluant le gaz liquéfié dans cette liste, Pékin a recours à l’une des dernières armes majeures de son arsenal énergétique et de matières premières dans ce bras de fer.

Dans un communiqué, le ministère chinois du Commerce a dit que la date d’application de ces nouvelles taxes dépendrait des initiatives qui seraient prises par l’administration Trump.

Washington a accentué la pression sur la Chine cette semaine en proposant d’imposer des droits de douane de 25% à 200 milliards de dollars (173 milliards d’euros) de produits chinois importés.

Le gouvernement chinois avait promis de répliquer immédiatement tout en appelant les Américains à agir de manière rationnelle et à revenir à la table des négociations.

Les Etats-Unis et la Chine se sont appliqués l’un à l’autre des taxes douanières sur un montant de 34 milliards de dollars (29,3 milliards d’euros) de produits en juillet.

Washington a menacé de taxer 16 milliards de dollars (environ 14 milliards d’euros) de produits chinois supplémentaires. Pékin a annoncé qu’une mesure de même nature serait immédiatement imposée.

“Les Etats-Unis ont provoqué de manière répétée une escalade de la situation contre les intérêts des entreprises et des consommateurs”, a commenté le ministère chinois du Commerce dans un communiqué.

“La Chine doit prendre les contre-mesures nécessaires pour défendre sa dignité et les intérêts de son peuple”, ajoute le texte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il peut dire ce qu'il veut, mais contrairement aux USA,  les chinois ont beaucoup d'argent en réserve et ils ont de quoi voir venir pendant un bon moment, ca risque d'être une bataille entre les cigales et les forumis

Guerre commerciale : la Maison-Blanche se moque des menaces chinoises

Le conseiller économique de Trump a ouvertement raillé vendredi l'annonce par la Chine de possibles taxes sur 60 milliards de dollars de biens américains.

http://www.lepoint.fr/monde/guerre-commerciale-la-maison-blanche-se-moque-des-menaces-chinoises-03-08-2018-2241350_24.php

 

Les États-Unis ne doutent de rien et surtout pas de leur avantage dans la guerre commerciale qui les oppose à la Chine. Vendredi, Larry Kudlow, conseiller économique de la Maison-Blanche de Donald Trump, a ouvertement moqué les nouvelles annonces de Pékin qui menace d'imposer des taxes punitives sur 60 milliards de dollars de biens américains. Pour Washington, la seconde puissance économique mondiale battant de l'aile, elle ne peut pas lui faire grand mal.

« J'aurais tendance à penser que 60 milliards de dollars constituent une réponse faiblarde comparés à nos 200 » milliards de dollars, a ainsi ironisé Larry Kudlow, exhortant la Chine à prendre « au sérieux » la détermination du président américain à aller jusqu'au bout pour faire changer les pratiques commerciales chinoises qu'il juge « déloyales ». En réponse à la menace récente de la Maison-Blanche de relever de 10 % à 25 % les tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine, Pékin s'est dit prêt à imposer des surtaxes douanières de 5 % à 25 % sur 5 207 types de produits américains. Les marchandises visées vont du bœuf au textile, en passant par des composants chimiques, des petits avions ou encore le gaz naturel liquéfié et... un type de préservatifs.

La Chine, indésirable sur les marchés ?

Le conseiller économique du président a également lancé des commentaires particulièrement acerbes sur l'économie chinoise. « L'économie chinoise faiblit », elle « décline », selon lui. « La Chine est en difficulté à présent, les investisseurs s'en vont, la devise plonge », a-t-il ajouté. « Les investisseurs étrangers ne veulent pas être en Chine », a-t-il ajouté, relevant que la Chine avait perdu sa place de deuxième marché boursier mondial au profit du Japon, pour la première fois depuis 2014.

Les États-Unis et la Chine, interdépendants sur le plan financier et économique, se sont lancés dans une guerre commerciale qui pourrait avoir des répercussions sur leur croissance et affecter les consommateurs des deux pays. Mais à l'approche des élections législatives américaines de mi-mandat, en novembre, Donald Trump se montre encore plus enclin à la fermeté. En meeting jeudi soir, le président républicain avait souligné : « la Chine n'est pas contente après moi ».

Lire aussi. Face à Trump, la Chine et l'Europe construisent leur partenariat

« Les politiciens ne font que constater que les autres pays volent nos emplois, pillent notre richesse et prennent les joyaux de l'économie américaine », a-t-il déclaré à ses partisans. « Je ne suis pas un de ces politiciens. Je tiens mes promesses », a-t-il ajouté. « Toute menace ou tout chantage unilatéral ne fera qu'exacerber les différends », a, lui, martelé le ministère du Commerce chinois. De son côté, le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, a exhorté les États-Unis à « garder la tête froide » : « la coopération est le seul choix possible » pour les deux pays, a-t-il lancé, selon l'agence étatique Chine nouvelle, après une rencontre vendredi à Singapour avec le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

Une escalade constante

Mais si le régime communiste ne ferme pas la porte à une reprise des pourparlers, seul « un dialogue sur la base du respect mutuel et un pied d'égalité » constitue « une voie efficace », souligne le ministère du Commerce. Après des tarifs douaniers supplémentaires sur l'acier et l'aluminium chinois, des surtaxes douanières sur 34 milliards de dollars d'importations de biens chinois ont été imposées début juillet par Washington. Pékin avait aussitôt répliqué en taxant le même montant d'importations provenant des États-Unis.

Lire aussi. Commerce : l'incroyable volte-face de Donald Trump

Mais Washington a, une semaine plus tard, tiré une nouvelle salve en dressant une liste supplémentaire de produits chinois importés (cuir, composants chimiques, pneus...) d'un montant de 200 milliards de dollars par an, qu'il menace de taxer dès septembre. Pour le régime communiste, la responsabilité de l'escalade est imputable aux États-Unis qui « n'ont eu de cesse d'aggraver toujours davantage la situation, au mépris des intérêts des entreprises et consommateurs des deux pays », selon le ministère du Commerce.

L'atout yuan, pour l'instant

Ces représailles étaient « nécessaires (...) pour défendre la dignité du pays, les intérêts de son peuple et préserver le libre-échange », a-t-il estimé. La stratégie de l'« œil pour œil, dent pour dent » sur les droits de douane pourrait néanmoins trouver ses limites, car la Chine importe presque quatre fois moins qu'elle n'exporte vers les États-Unis. Le pays asiatique pourrait toutefois absorber plus facilement les contrecoups économiques, grâce à des mesures de relance budgétaire, tandis que le récent repli du yuan avantage les exportateurs chinois. Donald Trump avait d'ailleurs accusé récemment Pékin de « manipuler sa monnaie » à son avantage. Mais cette glissade rapide du yuan, au plus bas depuis plus d'un an face au dollar, est à double tranchant, car elle est susceptible aussi d'accélérer les fuites de capitaux hors de Chine et d'affoler le système financier local.

Modifié par zx

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le déficit commercial américain se creuse en juin, nouvelles menaces de Pékin

https://fr.yahoo.com/news/déficit-commercial-américain-creuse-juin-nouvelles-menaces-pékin-214554574.html

Washington (AFP) - Le déficit commercial des Etats-Unis s'est nettement creusé en juin sous l'effet notamment d'une baisse des exportations de voitures et d'avions et d'une hausse des importations en dépit de la détermination de Donald Trump à rééquilibrer les échanges commerciaux.

Le déficit des biens et services s'est établi à 46,3 milliards de dollars, soit une hausse 7,3%, inédite en 19 mois, avec des exportations en recul de 0,7% à 213,8 milliards et des importations en progression de 0,6% à 260,2 milliards.

Ces données ont été publiées vendredi par le département américain au Commerce au moment même où la Chine brandissait de nouvelles menaces de représailles commerciales à l'encontre de Washington.

Pékin s'est dit prêt à adopter de nouveaux droits de douane punitifs sur des importations de biens américains représentant 60 milliards de dollars par an alors que l'administration Trump accroît la pression sur le géant asiatique pour qu'il réduise le déficit américain.

L'application de ces nouvelles surtaxes douanières par le géant asiatique est "suspendue aux actions des Etats-Unis", évoquant la menace cette semaine de la Maison Blanche de relever de 10% à 25% les tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises qui doivent être appliqués en septembre.

"J'aurais tendance à penser que 60 milliards de dollars constituent une réponse faiblarde, comparés à nos 200" milliards de dollars, a raillé le conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow.

La hausse du déficit commercial américain enregistré en juin est supérieure à celle anticipée par les analystes, qui tablaient sur 45,6 milliards après un plus bas en 18 mois (43,1 milliards) enregistré en mai.

Cumulé depuis le début de l'année, la tendance reste la même: le déficit s'inscrit de nouveau en forte hausse ("7,2%) pour atteindre 291,2 milliards.

- Soja en sursis -

En juin, les exportations d'avions civils ont baissé de 200 millions, celles de voitures de 900 millions tandis que les importations de préparations pharmaceutiques et de produits pétroliers ont augmenté respectivement de 1,5 milliard et de 1,2 milliard.

Les exportations dans le secteur des boissons et de l'alimentaire ont également baissé (-0,3%), ce qui pourrait s'expliquer par les tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires.

Washington a imposé depuis le 1er juin des taxes douanières supplémentaires sur l'acier et l'aluminium européen, canadien et mexicain et ses partenaires à l'instar du Mexique ont riposté en renchérissant les importations de produits américains dans le secteur alimentaire et agricole.

Les seules exportations de soja ont néanmoins encore augmenté ("1,6% à 4,2 milliards). Comme le mois dernier, les importateurs de cette denrée, en particulier chinois, ont probablement voulu augmenter le volume acheté avant l'entrée en vigueur de taxes douanières américaines début juillet. La Chine est le principal débouché pour le soja américain.

Ceci n'a pas empêché le déficit des biens des Etats-Unis avec la Chine de se creuser encore en juin ("1,3% à 32,45 mds USD) alors que Donald Trump exige de Pékin une réduction du déficit américain de 200 milliards de dollars.

Le déficit des marchandises s'est également inscrit en hausse avec le Canada ("22,4%), le Mexique (+14,25%), les deux partenaires des Etats-Unis du traité de libre-échange nord-américain (Aléna) en cours de renégociation depuis près d'un an.

Les discussions se sont enlisées, la Maison Blanche exigeant que les voitures fabriquées au sein de l'Aléna contiennent plus de composants d'origine américaine.

Il y a encore "des dossiers compliqués" à régler, a reconnu vendredi Jesus Seade, un négociateur du futur gouvernement mexicain du président élu Andres Lopez Obrador.

Des responsables américains et mexicains ont récemment estimé qu'un accord pourrait être trouvé pour un nouvel Aléna.

Le président américain a maintes fois menacé de sortir de ce traité qu'il juge responsable de la destruction de milliers d'emplois aux Etats-Unis.

Avec l'Union européenne, le déficit des biens a rebondi de 7,8%.

Avec Bruxelles, un armistice commercial a toutefois été déclaré la semaine dernière lors d'une rencontre du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et Donald Trump dans la capitale fédérale américaine.

Cette trêve a permis à l'UE d'éloigner, pour le moment du moins, la menace de droits de douane sur les importations automobiles dans les Etats-Unis -- ce qui inquiétait particulièrement l'Allemagne, grande exportatrice de voitures en Amérique du Nord.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Statistiques des membres

    5 252
    Total des membres
    1 132
    Maximum en ligne
    mayce
    Membre le plus récent
    mayce
    Inscription
  • Statistiques des forums

    20 391
    Total des sujets
    1 164 023
    Total des messages
  • Statistiques des blogs

    3
    Total des blogs
    2
    Total des billets