zx

La guerre économique USA vs UE / Canada / Chine

Recommended Posts

Popopo... attendez, attendez. Trump se moquant pas mal des déficits, il pourrait avoir dans l'idée de racheter ces récoltes pour soutenir artificiellement le secteur. Mais d'un autre côté, il pourrait aussi tenter de forcer la main à d'autres pays importateurs en leur imposant d'acheter américain, ce qui contrarierait des exportateurs de soja comme l'Argentine... ou le Brésil. Oh oh tiens, ce serait sale ça.

Dans tous les cas, l'économie mondiale va tanguer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il va certainementr revenir enquiquiner l'europe avec ses produits agricoles avec menaces en prime

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites

Huawei présente Harmony OS, son premier système d'exploitation pour smartphones

Menacé par les sanctions américaines qui pourraient l'empêcher d'utiliser Android, Huawei a décidé de trouver un alternative. Le géant chinois des smartphones a développé son propre système d'exploitation, Harmony OS, qu'il a présenté le 9 août.

https://www.usinenouvelle.com/article/huawei-presente-harmony-os-son-premier-systeme-d-exploitation-pour-smartphones.N874045

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon, tant qu'il est en plein bagarre avec la Chine, il nous lâche les baskets, il a gagné une guerre commerciale et une guerre de devises en prime

bon à force, il aura enfin sa récession, les boursicoteurs ne savent plus ou mettre leur sous, reste plus que l'or

Les États-Unis ne sont «pas prêts» à signer un accord avec la Chine, déclare Trump

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/guerre-commerciale-les-etats-unis-ne-sont-pas-prets-a-signer-un-accord-avec-la-chine-201908090

Washington taxe le marché des placards de cuisine importés de Chine

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/washington-taxe-l-important-marche-des-placards-de-cuisine-importes-de-chine-20190808

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une question ...

Citation

DOLLAR, YUANS ET BLINDÉS

Guerre commerciale : et si Donald Trump jouait avec le feu et risquait de déclencher la guerre (la vraie) ?

https://www.atlantico.fr/decryptage/3577593/guerre-commerciale--et-si-donald-trump-jouait-avec-le-feu-et-risquait-de-declencher-la-guerre-la-vraie---yves-michaud

Edited by jojo (lo savoyârd)

Share this post


Link to post
Share on other sites

China Prepares Its “Nuclear Option” In Trade War

https://oilprice.com/Energy/Energy-General/China-Prepares-Its-Nuclear-Option-In-Trade-War.html

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

La Chine prépare son "option nucléaire" dans la guerre commerciale
Par Simon Watkins - 13 août 2019, 18h00 CDT

Alors que la guerre commerciale avec les États-Unis continue de s'intensifier, la Chine s'est de nouveau engagée avec l'Iran sur trois projets clés et évalue l'utilisation de ce que Washington et Beijing appellent l'" option nucléaire ", a déclaré la semaine dernière à OilPrice.com une source importante du secteur pétrolier et gazier qui travaille étroitement avec le ministère du pétrole de l'Iran.

Pour le premier de ces projets - la phase 11 du champ gazier super-géant non associé de South Pars (SP11) - le directeur général de la Pars Oil and Gas Company (POGC) a déclaré la semaine dernière que les discussions avaient repris avec les promoteurs chinois pour faire avancer le projet. A l'origine, il avait fait l'objet d'un vaste contrat signé par le groupe français Total avant de se retirer en raison de la réimposition de sanctions américaines contre l'Iran, mais les négociations avaient bien avancé avec la China National Petroleum Corporation (CNPC) pour prendre le relais en matière de développement. Selon le contrat initial, la CNPC s'était vu attribuer la participation de 50,1 % de Total dans le champ lorsque la société française s'est retirée, soit 80,1 % du site, le solde étant détenu par la société iranienne Petropars Company. Dans le même temps, l'Iran cherchait désespérément à accélérer le développement des gisements dans sa région pétrolifère du Karoun occidental, y compris l'Azadegan du Nord, l'Azadegan du Sud, le Yaran du Nord, le Yaran du Sud et le Yadavaran du Sud, afin d'optimiser les flux pétroliers avant que les exportations américaines soient encore freinées.

Cependant, la Chine, qui n'était à l'époque qu'au début de la guerre commerciale avec les États-Unis, détestait ignorer complètement toutes les sensibilités américaines lorsqu'elle s'est rendue en Iran, mais se considérait également comme un partenaire de longue date de la République islamique, sans parler d'être toujours consciente de la nécessité d'assurer la diversité de son approvisionnement énergétique. A ce moment-là, la Chine a convenu d'un compromis avec les Etats-Unis qu'en échange de l'arrêt du développement actif du SP11, elle serait autorisée à poursuivre ses activités dans l'Azadegan du Nord et serait en mesure de poursuivre le développement du Yadavaran - le deuxième grand projet chinois en Iran. La Chine a déclaré aux États-Unis que sa participation continue à l'Azadegan du Nord pouvait facilement être justifiée auprès de quiconque pourrait être intéressé - comme les médias grand public - par le fait qu'elle avait déjà dépensé des milliards de dollars pour développer la deuxième phase du champ de 460 kilomètres carrés. De même, la Chine a déclaré à l'époque que ses activités en cours sur Yadavaran pouvaient être justifiées par le fait que le contrat initial avait été signé de bonne foi en 2007, bien avant le retrait des États-Unis de l'accord nucléaire en mai 2018 et qu'elle avait donc, juridiquement parlant, tout à fait le droit de poursuivre ses activités.

Le troisième des grands projets en suspens de la Chine en Iran a été la construction du terminal d'exportation de pétrole de Jask, qui ne se trouve pas dans le détroit d'Ormuz ni même dans le golfe Persique, mais plutôt dans le golfe d'Oman, ce qui est crucial, en particulier dans la situation sécuritaire actuelle. Même avant les nouvelles sanctions américaines, le terminal d'exportation de Kharg n'était pas idéal pour les pétroliers, car l'étroitesse du détroit d'Ormuz les oblige à le traverser très lentement. Avec les nouvelles sanctions en vigueur et les saisies régulières de pétroliers, la Chine n'aurait d'autre choix que d'envoyer au moins deux de ses propres navires de guerre dans le Golfe pour protéger leur passage ou cesser complètement d'acheter du pétrole iranien, ce que Beijing ne veut pas faire.

Ainsi, selon les plans, un oléoduc d'environ 2 milliards de dollars américains d'une longueur de 1 000 kilomètres reliera Guriyeh dans le district rural de Shoaybiyeh-ye Gharbi, dans la province du Khuzestan (sud-ouest de l'Iran), au comté de Jask, dans la province de Hormozgan (sud-ouest), avec tout financement supplémentaire nécessaire pour que la Chine puisse fournir rapidement à l'Iran les ressources nécessaires. Il est également prévu de construire à Jask une première vingtaine de réservoirs de stockage d'une capacité de 500 000 barils de pétrole chacun, ainsi que des installations d'expédition connexes, pour un coût d'environ 200 millions de dollars américains. Dans l'ensemble, Jask a l'intention d'avoir la capacité de stocker jusqu'à 30 millions de barils et d'exporter un million de barils de pétrole brut par jour. Il est également prévu de construire un grand complexe pétrochimique et de raffinage à Jask, le marché principal des pétrochimiques produits - essence, gazole, carburéacteur, soufre, butadiène, éthylène et propylène, et mono-éthylène glycol - étant à nouveau la Chine. Selon un commentaire récent du directeur des projets de la National Petrochemical Company iranienne, Ali Mohammad Bossaqzadeh, le projet serait construit et géré par Bakhtar Petrochemicals Holding, bien que d'autres sociétés étrangères puissent y participer. En fait, selon la source iranienne, la Chine a également offert d'envoyer en Iran autant d'ingénieurs et d'autres professionnels que nécessaire pour un tel projet aussi longtemps que nécessaire.

Cela dit, et consciente de l'influence qu'elle a eue sur l'Iran, l'un des rares pays encore prêts à s'engager dans le développement de ses champs de compétence au milieu de sanctions de plus en plus vigoureuses, la Chine a cherché à obtenir des édulcorants de l'Iran, et on lui en a donné. Afin de réactiver son développement du SP11, la Chine bénéficiera d'une remise de 17,25 % pendant neuf ans sur la valeur de l'ensemble du gaz qu'elle récupère. "Il s'agit de la valeur du gaz telle qu'elle est appliquée à la formule de rendement des coûts de CNPC par rapport à l'évaluation sur le marché libre, et actuellement la valeur actuelle nette du site est de 116 milliards de dollars US ", a déclaré à OilPrice.com la source iranienne. Pour sa part, la Chine a accepté d'augmenter la production de ses champs pétroliers dans la région du Karoun occidental - y compris l'Azadegan du Nord et le Yadavaran - de 500 000 bj supplémentaires d'ici la fin 2020. Cela concorde avec le plan de l'Iran d'augmenter le taux de récupération de ces gisements du Karoun occidental qu'il partage avec l'Irak, qui est actuellement de 5 % (contre 50 % pour l'Arabie saoudite). "Pour chaque augmentation de un pour cent, le chiffre des réserves récupérables augmenterait de 670 millions de barils, soit environ 34 milliards de dollars de revenus avec du pétrole même à 50 dollars le baril ", a déclaré la source iranienne.

S'il y a un nouveau refoulement des États-Unis sur l'un ou l'autre de ces projets chinois en Iran, Beijing invoquera alors en force l'" option nucléaire " de vendre la totalité ou une partie importante de ses 1,4 billion de dollars américains de bons du Trésor américain, une grande partie du papier devant être vendu en septembre sur cette base. Cette détention massive de ces obligations - par laquelle les États-Unis financent leur économie et qui est un facteur important tant pour la valeur du dollar que pour la santé des entreprises internationales américaines en particulier - a déjà été utilisée comme monnaie d'échange par la Chine, surtout quand elle se sent menacée. En 2007, juste avant la grande crise financière, un certain nombre de hauts responsables chinois de divers groupes de réflexion gérés par l'État - par l'intermédiaire desquels la Chine signale souvent ses grandes menaces géopolitiques - ont déclaré que la vente à grande échelle de cet énorme portefeuille de bons du Trésor entraînerait un effondrement du dollar, une forte hausse des rendements obligataires, l'effondrement du marché immobilier et le chaos boursier.

Une telle tactique s'inscrirait parfaitement dans la stratégie globale de la Chine visant à ce que le renminbi remette en question le statut du dollar américain comme principale monnaie de réserve mondiale et comme principale monnaie pour les transactions énergétiques mondiales. "Le séquençage prévu de longue date était l'inclusion du renminbi dans la combinaison DTS (droits de tirage spéciaux), qui s'est produite en 2016, l'utilisation croissante comme monnaie de négociation, qui a suivi, l'utilisation comme monnaie clé d'une bourse internationale de l'énergie, qui a eu lieu avec la création de la Shanghai International Energy Exchange, l'an dernier et les appels des grands producteurs pétroliers et autres grandes nations commerciales à l'utiliser depuis quelques années, a dit le responsable d'un hedge fund sur marchandises de New York, OilPrice.com, dans le cadre du rapport de la Bourse de l'énergie de Shanghai, qui est devenue le renminbi, l'année passée, et l'appel des principaux producteurs de pétrole et d'autres grands pays commerciaux à l'utiliser depuis quelques années ". Tout récemment, Leonid Mikhelson, directeur général de Novatek, un grand pétrolier russe, a déclaré que les ventes futures à la Chine libellées en renminbi sont à l'étude et que les sanctions américaines accélèrent le processus par lequel la Russie tente de se détourner du commerce du pétrole et du gaz en dollars américains et les dommages qui pourraient en découler. "Cette question fait l'objet de discussions depuis un certain temps avec les principaux partenaires commerciaux de la Russie, comme l'Inde et la Chine, et même les pays arabes commencent à y réfléchir... S'ils créent des difficultés pour nos banques russes, tout ce que nous avons à faire, c'est de remplacer les dollars ", a-t-il dit. "La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine ne fera qu'accélérer le processus ", a-t-il ajouté.

La guerre commerciale avec les États-Unis, cependant, est peut-être la raison même pour laquelle cette politique n'est pas poussée actuellement par la Chine, a déclaré Rory Green, économiste asiatique pour TS Lombard à OilPrice.com la semaine dernière. "Avec l'affaiblissement du renminbi, qui devrait atteindre 7,50 pour un dollar américain si les États-Unis imposent des droits de douane de 25 % sur toutes les exportations chinoises, il est plus difficile pour la Chine de persuader les grands producteurs de pétrole comme la Russie, l'Iran, l'Irak, le Venezuela, de se détourner du dollar, a-t-il dit. "Pour la Chine aussi, le moment n'est pas tout à fait opportun, car son recours au financement en eurodollars est actuellement important, elle a beaucoup d'obligations libellées en dollars à court terme et sa balance des paiements a besoin d'un profil de demande américaine relativement sain, mais la Chine veut sortir du système dollar et c'est la direction générale du voyage, a-t-il conclu.

Par Simon Watkins pour Oilprice.com

 

  • Like 2
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juste après les élections quoi. Vraiment pas de veine !

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

La méthode Trump va finir par atteindre ses limites à court terme, c'est assez logique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En même temps, il s'en fout des conséquences économiques (et donc sociales) de ses décisions durant son mandat tant qu'elles explosent dans un futur où il n'est plus président. Il l'a dit lui même. 

Mieux que ça: après sa présidence et en cas de récession, il se ventera d'avoir été un meilleurs président que ses successeurs.......et des gens pour êtres d'accords......

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il fait partie de ces gens qui s'imaginent que la France ne produit que du vin, du fromage, du parfum et des sacs à mains.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Kelkin a dit :

Il fait partie de ces gens qui s'imaginent que la France ne produit que du vin, du fromage, du parfum et des sacs à mains.

Pas vraiment, je remarque que Trump a une attitude assez simple qui consiste à regarder le commerce sous la forme classique des importations et des exportations, de regarder les pays avec qui il y a un "déficit" et de regarder les secteurs dans lesquels ce déficit est le plus marqué.

Le vin français représente le plus gros "déficit" d'importation pour les USA depuis la France, comme l'automobile l'est pour l'Allemagne, comme presque tout est de Chine. Après le vin, nous avons les produits de luxes et les produits pharmaceutiques et tu verras que s'il y a de prochaines "cibles" de Trump contre la France, ce sera cela (on doit l'anticiper). On ne peut nier également que Trump possède un fils "viticulteur" (même si ça reste plus un bizness qu'une passion et un métier).

La politique économique de Trump est simple, supprimer ce fameux déficit commercial, que ce soit en réduisant les importations ou en augmentant les importations des autres (quitte même à faire payer des présences militaires). La dangerosité de cette politique, c'est que Trump pense que la puissance de l'amérique fera que tout le monde acceptera ce principe sans répondre, ce qui ne se fait pas, conduisant à ce que l'on voit, une guerre économique qui va perturber le monde entier.

La Chine est sa cible numéro un, le volume du déficit est si grand, que l'on peut encore en Europe gagner du temps, s'adapter et imaginer la non réélection de Trump l'an prochain. Quand il dit que les USA n'ont pas besoin de la Chine, le problème pour cette dernière, c'est que c'est vrai et elle le sait. Il y a des alternatives et ce que produit la Chine n'est pas non reproductible ailleurs, ce n'est pas par ce qu'un téléphone est made in china, que cela veut dire que c'est chinois et qu'il n'y a que les chinois qui savent faire cela, il est important de rappeler cela, car je vois dans mon entourage beaucoup de monde qui s'imaginent que tout ce qui vient de Chine serait des produits chinois alors que généralement si ça vient de Chine c'est juste par ce que c'est moins cher à fabriquer ou à assembler (avec plus ou moins la qualité qui l'accompagne). 40% des exportations chinoises viennent de produits dont la société détient 100% de son capital à l'étranger, 20% en partenariat, la guerre commerciale n'est pas au même niveau, Trump sait qu'il peut faire très mal, qu'il a beaucoup à prendre et semble prêt à accepter de perdre 100 milliards pour en trouver près de 500 autres si ce n'est d'en priver la Chine au profit d'autres pays qui n'ont pas un gros déficit avec les USA.

L'impact en Chine va même au delà de ces 500 milliards d'exportations vers les USA, car les mêmes sociétés qui exportent vers les USA exportent aussi ailleurs, c'est un tout et dans un tel climat ou la vente vers les USA devient coûteuse, ou on a de la main d'oeuvre pas moins cher en Inde, au Vietnam, voir en Europe de l'Est (même si Trump veut qu'ils viennent tous aux USA), ben la relocalisation est bien possible. Tous ne partiront pas en un claquement de doigts, ça commencera par faire fuir les investisseurs qui regarderont ailleurs, ça fera capoter certains projets en cours, ensuite ça commencera par fermer. La Chine ne contrôle pas toute son économie et tout ce qui est produit chez elle, ce sont les entreprises qui décident et comme je l'ai dit, les sociétés étrangères sont d'un poids non négligeables, ce n'est pas Pékin qui va compenser la hausse des droits de douanes vers les USA d'un Iphone en vendant moins cher à l'Allemagne, non c'est Apple qui va gérer ses investissements sur une simple question de rentabilité.

Connaissant l'endettement des entreprises privées chinoises, connaissant la subvention massive des entreprises publiques (qui n'ont pour la plupart aucune rentabilité mais s'impose par des prix bas), cette guerre commerciale peut être catastrophique pour les chinois qui ont déjà de nombreux problèmes structuraux (dont la dette), des bulles immobilières ici et là, dans l'acier etc. Dans de nombreuses sociétés chinoises le coût de production est supérieur au prix des produits vendus, ils bradent, se débarrassent de stocks, mais ça ne peut plus durer. L'erreur chinoise c'était de penser que l'imposition de cette masse productive pas cher continuera, qu'elle pourra toujours grossir et imposer ses produits en tuant (forçant à venir s'implanter chez elle) d'une certaine manière toute concurrence chez nous et ailleurs. Donc ça produisait massivement à pertes, l'investissement (la dette) massif pour tout faire tourner tenait et tient encore sur un fil, celui de la confiance en l'avenir, que les autres achèteront toujours chinois par ce que c'est moins cher.

Avec la crise à Hong-Kong, le coeur en Chine de tout le système financier avec le reste du monde, ou l'essentiel des transactions se font, il y a un double danger tout bonnement vital pour le pays et même pour toutes les entreprises étrangères liées au marché chinois. L'économie chinoise n'est pas comme la nôtre, elle est spéciale, une sorte de colosse aux pieds d'argile.

Va falloir se méfier des mois à venir et surtout se méfier d'une réélection de Trump car les effets concrets sur la Chine ne se verront pas avant son 2e mandat, même si on pourra voir certains signes, la Chine peut absorber de diverses façons le début de cette guerre. Nous en subirons tous les conséquences, même si d'un côté on pourrait espérer servir d'alternative aux américains, en réalité ce n'est pas nous qui allons acheter 500 milliards de plus depuis la Chine, ni que nous vendrons 100 milliards de plus pour remplacer les fournisseurs américains, l'impact des baisses d'exportations chinois se répercutera sur ses importations et au final, on verra plutôt une baisse actuelle des importations et des exportations de la Chine vers l'UE. Il y aura des gagnants et des perdants, mais nous pouvons dire avec certitude que les chinois ne peuvent rien gagner la dedans, même si on déteste les USA et Trump, que certains peuvent "apprécier" voir la Chine jouer le jeu et répondre aux USA, la réalité économique et systémique est en sa défaveur la plus totale, elle n'a pas autant de cartes à jouer que les américains.

Quand Trump s'attaquera à la finance et aux investissements réalisés en Chine, qu'il jouera de nouveau sa politique de sanctions, alors là, ce sera cataclysmique pour les chinois. C'est très clairement le modèle de la mondialisation qui est en jeu, le modèle de la mondialisation ou on a les gros importateurs comme les USA qui distribuent leur argent à de gros exportateurs. Ce sont bien ces derniers pays qui risquent gros, surtout si un jour prochain, en Europe, on voit émerger la même tendance.

Moi ce qui m'inquiète, c'est qu'en fait, les américains réussissent ce changement économique (supprimer le déficit importation au bénéfice de l'équilibre ou de l'excédent). Sur l'UE, Trump voit la question pays par pays et non en bloc. Dans cette guerre, ceux qui ont le plus à perdre, ce sont les chinois, les mexicains, les allemands (en plus des pertes vis à vis de la Chine), les japonais. Nous français on est dans l'ordre de la dizaine de milliards et en fait on pourrait jouer le même "jeu" que Trump pour équilibrer notre déficit, on est importateur déficitaire et en l'état, même si on ne fera pas comme les américains, on risque de voir des changements importants dans notre commerce, par redondance. La seule "bonne" nouvelle pour nous, c'est que techniquement, cette guerre peut pousser à un effondrement de la demande pétrolière, donc à des prix très bas (la "facture" énergétique pèse beaucoup dans notre déficit), un impact qui aura à ce moment des répercussions sur les pays qui sont dépendants à ce marché, de l'Algérie à la Russie, en passant par les pays du Golfe, il y aura des finances en moins, des investissements en moins, ce qui aura également un impact avec ses perdants et ses gagnants, mais aussi ses perturbations...

On risque de transpirer plus d'une fois dans les temps à venir!

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

je sais pas si on peut qualifier le vin US de vin à proprement parler.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 33 minutes, Jésus a dit :

Le vin français représente le plus gros "déficit" d'importation pour les USA depuis la France, comme l'automobile l'est pour l'Allemagne

Oui, mais le problème est que ne plus vendre du vin aux Américains, en France, dans l'ensemble, on s'en fout. De toute façon, on est déjà passé par là en 2003 avec la vague d'hystérie francophobe organisée par l'intégralité des médias et politiciens américains en représaille à notre opposition contre la guerre la plus stupide et contreproductive de leur histoire.

Tandis que les Allemands tiennent particulièrement à leurs ventes de voitures.

il y a 36 minutes, Jésus a dit :

Quand il dit que les USA n'ont pas besoin de la Chine, le problème pour cette dernière, c'est que c'est vrai et elle le sait.

Il y a quand même les terres rares...

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est en HS, mais j'ai vu aujourd'hui sur un marché de l'Aude, région viticole s'il en est, du vin californien côtoyé la production locale et des vins de Bordeaux et vraiment pas cher vu la qualité. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 58 minutes, Kelkin a dit :

Oui, mais le problème est que ne plus vendre du vin aux Américains, en France, dans l'ensemble, on s'en fout. De toute façon, on est déjà passé par là en 2003 avec la vague d'hystérie francophobe organisée par l'intégralité des médias et politiciens américains en représaille à notre opposition contre la guerre la plus stupide et contreproductive de leur histoire.

Tandis que les Allemands tiennent particulièrement à leurs ventes de voitures.

Il y a quand même les terres rares...

Oui on s'en fout de vendre un peu plus ou un peu moins aux américains, ce sont les viticulteurs qui subiront les conséquences, comme d'autres peuvent subir les conséquences de l'embargo russe, c'est par secteur et ça ne va pas bousculer l'économie française. On a appris il y a peu qu'on allait dépenser 2 milliards de moins pour notre dette cette année, c'est déjà plus que ce que l'on subirait de taxes américaines, c'est marginal mais ça sert d'ajustement de la balance déficitaire pour eux.

Pour les allemands, le secteur automobile est autrement plus gros et important que le vin en France, c'est plus de 400 milliards de chiffre d'affaires, 20% des revenus son industrie, près 1 million d'emplois et 80% des véhicules produits partent à l'export avec en trio de tête, les USA, la GB et la Chine, entre la guerre commerciale, le Brexit et le ralentissement/risque chinois, pas étonnant qu'on attend une économie allemande en récession.

En France on peut être assez content de ne pas être aussi dépendant au marché internationale hors UE, car c'est bien celui là qui va connaitre une grosse secousse. Nous, sauf le cas Brexit, ça peut mieux tenir, mais ça n'évite pas d'en subir des conséquences, comme tout le monde.

 

Concernant les terres rares chinoises, c'est comme dans beaucoup de choses, la production de masse chinoise a donné une place importante et dominante sur le marché mondiale de ces terres, mais ça n'est qu'une question de coût et non pas comme beaucoup le pense, que le territoire chinois serait "unique" a posséder cela. Les chinois peuvent emmerder les américains en réduisant ou bloquant l'exportation de terres rares, mais au final, ça ne fera que pousser les américains à investir et se fournir ailleurs, les chinois ne feront que perdre un marché qu'ils détiennent. C'est pour ça que Pékin n'a pas vraiment d'armes contre les américains, ils n'ont pas l'exclusivité, ni des propriétés et produits uniques, tout peut se faire ailleurs, peut-être à des prix plus grands, mais ça peut se trouver et se faire ailleurs. Par contre des clients qui ont de l'argent, ça ne se trouve pas partout, cette perte de marchés peut foutre en l'air une grande partie de l'économie chinoise, y compris intérieure. Je pense que Trump veut faire dérailler le train chinois, cette économie qui produit depuis longtemps à pertes pour dominer les marchés, il suffit que l'argent ne tourne plus, que les dettes ne se remboursent plus pour que ça part en sucette.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,412
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Andreas
    Newest Member
    Andreas
    Joined
  • Forum Statistics

    20,718
    Total Topics
    1,250,710
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries