zx

La guerre économique USA vs UE / Canada / Chine

Recommended Posts

J'y accède toujours,  mais yahoo utilise directement des informations AFP ou Reuter,  il n y a pas de lien de référence pour sortir, je copierai l'article

 

Le 06/04/2018 à 18:15, zx a dit :
 

Washington (AFP) - Les représailles commerciales chinoises sur l'aéronautique, le soja et l'automobile touchent le coeur de l'économie des Etats-Unis où des voix s'élèvent pour dénoncer l'escalade des tensions qui affecteront consommateurs et entreprises américaines.

En réponse à la publication, mardi, par l'administration Trump d'une liste provisoire de produits importés de Chine susceptibles d'être soumis à de nouveaux droits de douane, Pékin a répliqué avec sa propre liste visant des importations du même montant annuel: 50 milliards de dollars.

Le géant asiatique a décidé de cibler cette fois des secteurs ou produits clés, qui pèsent le plus lourd dans les 130,4 milliards de dollars d'exportations américaines vers la Chine, en particulier le soja, l'automobile et l'aéronautique.

"Les représailles annoncées par la Chine vont affecter le commerce, les entreprises et les consommateurs", a résumé Gary Shapiro, président de l'Association des consommateurs du secteur technologique (CTA), soulignant que dans ce "combat d'éléphants", tout le monde allait être perdant.

L'association américaine des producteurs de soja (ASA) a immédiatement exprimé "son extrême frustration d'une escalade de la guerre commerciale avec le plus grand client de soja américain" et exhorté "la Maison Blanche à reconsidérer les tarifs qui ont conduit à ces représailles".

- "Interdépendance" -

Les exportations américaines de soja vers la Chine ont représenté plus de 12 milliards en 2017. La Chine achète 61% des exportations de soja totales américaines et plus de 30% de la production américaine, a souligné l'ASA.

Le ministre américain au Commerce Wilbur Ross a néanmoins tenté de minimiser l'impact des mesures de rétorsions chinoises sur l'économie américaine. "Remettons-les en perspective", a-t-il déclaré sur CNBC. "Ces 50 milliards (...) représentent 3/10 de pourcentage de notre PIB", a-t-il dit.

Il a préféré renvoyer au tweet du président américain Donald Trump mercredi matin soulignant qu'avec plus de 500 milliards d'importations chinoises, la guerre commerciale avec la Chine était de toute façon perdue depuis longtemps. "Avec le vol de la propriété intellectuelle, ce sont 300 milliards de dollars supplémentaires. Cela ne peut plus durer!", a lancé Donald Trump.

Dans le secteur automobile où certains constructeurs, à l'instar de Tesla, ne disposent pas d'usine en Chine, les craintes étaient palpables mercredi.

"Nous soutenons une relation commerciale positive entre les Etats-Unis et la Chine et exhortons les deux pays à continuer à engager une dialogue constructif", a déclaré le premier constructeur automobile américain General Motors, soulignant "l'interdépendance entre les deux plus grands marchés automobiles du monde". GM a vendu en février plus de véhicules en Chine qu'il ne l'a fait aux Etats-Unis.

Le conseil économique sino-américain rappelle dans une note que les exportations vers la Chine sont "vitales pour la croissance économique américaine".

La plupart des Etats américains ont vu leurs exportations vers le géant asiatique s'accroître fortement depuis 2006, selon les données de cet organisme regroupant des entreprises ayant des activités économiques avec la Chine.

Une trentaine d'entre eux (sur 50) ont vu leurs exportations de biens vers la Chine plus que doubler en dix ans. Quatre Etats ont même enregistré une hausse de 500% de leurs exportations; l'Alabama, Montana, North Dakota et Caroline du Sud.

"Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que cela ne pénalise pas l'agriculture aux Etats-Unis en général, mais en particulier pour l'Iowa", a déclaré à des journalistes le républicain Chuck Grassley, le sénateur de cet Etat agricole et personnage incontournable du Congrès. Il avait déjà mis en garde les semaines précédentes contre une guerre commerciale avec la Chine.

- Sanction du marché -

"C'est à l'évidence le scénario que tout le monde redoutait, la Chine répondant aux provocations américaines en ciblant les plus importantes exportations" américaines, a commenté Edward Alden, spécialiste du Commerce international au Council for Foreign Realtions.

"L'administration (Trump) a raison de vouloir restaurer une relation commerciale équitable avec la Chine", a réagi de son côté Myron Brilliant, directeur des Affaires internationales de US Chamber of Commerce, principale fédération patronale américaine. "Cependant, imposer des taxes sur des produits utilisés chaque jour par les consommateurs américains et les créateurs d'emplois n'est pas la meilleure manière de parvenir à ces fins", a-t-il insisté.

Et la réaction du marché, qui a ouvert en forte baisse mercredi à Wall Street, est "très parlante", a estimé Monica De Bolle, experte au Peterson Institute for International Economics (PIIE). "Pour les entreprises américaines, c'est un choc", résume-t-elle.

Les USA demandent à Pékin de réduire de $200 mds son excédent

https://fr.news.yahoo.com/les-usa-demandent-à-pékin-réduire-200-mds-090909693--business.html

 

par Sue-Lin Wong et David Lawder

WASHINGTON/PEKIN (Reuters) - L'administration Trump adopte une ligne plus dure dans ses négociations commerciales avec la Chine, en exigeant désormais une baisse de 200 milliards de dollars de l'excédent commercial annuel chinois vis-à-vis des Etats-Unis ainsi qu'une forte diminution des droits de douane, ont déclaré vendredi des responsables au fait du dossier.

La longue liste des demandes américaines, qui inclut également l'exigence d'une baisse des subventions d'Etat aux technologies avancées, a été présentée à Pékin avant le début des négociations tenues jeudi et vendredi entre des responsables de l'administration Trump et leurs homologues chinois pour tenter d'éviter une guerre commerciale entre les deux plus grandes économies au monde.

La Maison blanche n'a pas donné le détail de ses demandes mais a indiqué que la délégation américaine "avait eu des discussions franches avec les responsables chinois sur le rééquilibrage des relations économiques bilatérales Etats-Unis/Chine, l'amélioration de la protection de la propriété intellectuelle par la Chine, et l'identification de mesures qui permettent injustement des transferts de technologies".

Dans son communiqué, la Maison blanche ne suggère pas que le président américain Donald Trump était prêt à renoncer à sa menace d'imposer des droits de douane sur 150 milliards de dollars de produits chinois au nom des accusations de vol de propriété intellectuelle par Pékin.

Une fois revenue à Washington, la délégation américaine envoyée en Chine rencontrera Donald Trump ce samedi. "Nous nous réunirons demain pour évaluer les résultats (des discussions avec la Chine)", a déclaré le président américain dans un "tweet" posté vendredi soir.

L'agence de presse publique Chine nouvelle a qualifié les discussions de "constructives, sincères et efficaces", tout en relevant des désaccords qui restent "relativement importants".

Les menaces de droits de douane proférées par Washington et Pékin ont pesé sur les marchés actions ces dernières semaines, les investisseurs redoutant les effets sur l'économie mondiale d'une guerre commerciale de grande ampleur.

 

TRUMP PARLE DE SON "EXCELLENTE RELATION" AVEC XI JINPING

Devant des journalistes, Donald Trump s'est dit déterminé à faire en sorte que les relations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis deviennent plus équitables.

"Nous allons faire quelque chose, d'une manière ou d'une autre, par rapport à ce qui se passe en Chine", dit le président américain à Washington.

Il a ajouté qu'il éprouvait "le plus grand respect" pour le président chinois Xi Jinping. "C'est pour cela que nous sommes si gentils, parce que nous avons une excellente relation."

La demande d'une réduction de 200 milliards double l'exigence antérieure de Donald Trump qui parlait de 100 milliards. La Chine a enregistré l'an dernier un excédent commercial record avec les Etats-Unis, d'un montant de 375 milliards de dollars.

Le président américain demande d'autre part la "réciprocité" dans les droits de douane, se plaignant fréquemment que les tarifs douaniers imposés par Pékin aux voitures américaines soient de 25% alors que ceux imposés par Washington aux véhicules chinois sont de 2,5%.

Un peu plus tôt, des responsables des deux pays avaient déclaré que la Chine et les Etats-Unis étaient parvenus à un consensus sur certains points de leur contentieux commercial, Pékin ayant notamment proposé d'augmenter les importations de produits américains et de réduire les droits de douane sur certains produits, selon deux sources au fait des tractations et un document consulté par Reuters.

D'importants désaccords demeurent dans certains domaines mais les deux pays ont pris l'engagement de les résoudre par le dialogue, écrit l'agence de presse Chine nouvelle au terme des deux jours de discussions à Pékin entre le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin et le vice-Premier ministre chinois Liu He.

 

PÉKIN A "RÉPONDU AVEC VIGUEUR"

Un des rares signes de progrès concrets est venu du dossier ZTE, la délégation américaine ayant accepté de soulever auprès de Donald Trump la question d'une levée des sanctions imposées par les Etats-Unis au fabricant de téléphones mobiles chinois, selon les sources.

Le département du Commerce a interdit le mois dernier aux sociétés américaines de vendre à ZTE des composants et logiciels nécessaires à la fabrication de ses smartphones en reprochant à l'entreprise chinoise d'avoir enfreint les termes des sanctions économiques imposées à l'Iran.

Pour amadouer Washington, Pékin a proposé d'acheter davantage de produits américains et d'abaisser les tarifs douaniers imposés aux voitures et à d'autres produits, ont précisé des sources au fait du dossier.

La Chine a demandé en retour aux Etats-Unis de ne plus restreindre ni discriminer les investissements chinois au nom de la sécurité nationale, ont-elles ajouté.

Pékin a aussi appelé Washington à refermer son enquête sur d'éventuelles violations par Pékin des droits de propriété intellectuelle américains et de ne pas mettre en oeuvre la hausse de 25% des droits de douane annoncée par Donald Trump dans ce cadre.

Ces nouveaux tarifs douaniers imposés à l'équivalent de 50 milliards de dollars de produits chinois doivent théoriquement s'appliquer à partir de juin mais l'administration Trump n'a fourni aucune précision sur le calendrier et les modalités.

Pékin a menacé de riposter à cette nouvelle salve de droits de douane - annoncés après une première hausse réciproque - en taxant davantage le soja ou les avions américains.

D'après le journal chinois Global Times, qui cite des sources au fait des discussions, les négociateurs chinois ont "répondu avec vigueur" aux critiques américaines, faisant comprendre à Washington que Pékin ne se laisserait pas intimider.

 

(Pierre Sérisier, Tangi Salaün, Eric Faye et Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Edited by zx
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'accès de la Chine à l'OMC et donc à exporter au US avait pour but d'offrir à la classe pauvre des produits bon marché (Wallmark). Les chinois n'ont pas ouvert leur marché aux produits us et la balance est très déséquilibrée sans compter que la Chine copie de manière éhontée.

Que faire maintenant qu'elle devient un géant militaire ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C dans l'air : L'Europe, l'Iran et le roi dollar

Emission intéressante car certains intervenants décrivent des mécanismes concernant la pression américaine sur les transactions mondiales ainsi que les faiblesses (rédhibitoires ?) de l'Union Européenne. Il y a aussi un état de fait : la frilosité des institutions bancaires, qui ont peur des sanctions bancaires, conduit à geler les échanges commerciales France > Iran de facto (l'exemple de la pme française dans l'émission). Une dernière chose : c'est incroyable que les groupes comme Total doivent aller quémander une dérogation et demander des autorisations au Trésor américain pour faire du business.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trump n'est pas loin de franchir la ligne rouge sur la guerre économique .

Son désir n'est pas de limiter l'achat des voitures de luxes allemandes mais son désir plus chère serait carrément de les interdire !:mechantc:

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/trump-veut-interdire-les-voitures-de-luxe-allemandes-aux-etats-unis-780259.html

 

En effet, même si il imposerait des droits de douane de 25% sur les voitures haut de gamme allemandes, cela n'aurait que peu d'incidence étant donné que les riches américains n'achètent pas seulement une bonne voiture, ils achètent surtout une marque pour afficher un statut sociale !

Au contraire si ils payent la voiture 25 % plus chère, cela montrerait que c'est un signe de richesse et donc la voiture de luxe allemande serait encore plus enviée et "jalousée" . donc 25 % en plus du prix ,ça ne risque pas les effrayer !

Et ça , ses conseillers le lui ont bien fait comprendre...

Du coup, il va devoir prendre d'autres décisions plus radicales ... à moins qu'il s'agit d'un moyen de pression pour inciter les allemands à réquilibrer leur échanges commerciaux avec les Etat-unis et d'exiger des allemands d'acheter du matériel militaire par exemple ...:amusec:

Par exemple, un avion moche et un peu obèse et furtif mais qui coute une fortune et qui multiplient les déboires depuis le début de son développement .:amusec:

 

Edited by Claudio Lopez

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faudra répliquer,  avec toutes les voitures,bus,camion  qui viennent des US,  ford (ils ferment leur usine  en France),jeep,chevrolet,etc.., on en vend pas beaucoup aux USA on est pas assez haut de gamme,  ce sont les allemands qui risquent de souffrir. reste à voir les avions.

ca le démange trop, c'est pour ca qu'il faut cogner beaucoup plus fort et ne pas être dans l'attentisme des sanctions suivantes

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/05/31/97002-20180531FILWWW00096-taxes-acieraluminium-l-europe-prendra-toutes-les-mesures-necessaires-le-maire.php

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites

Laissez le faire. Il tape dans les investissements US en France et se tire une balle dans le pied. Ciblons mieux les répliques...

 

Au passage du pain bénit pour le gouvernement... qui songera encore à la SNCF? (jugement "politologique", pas politique hein!)

Edited by prof.566

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 20/05/2018 à 11:15, zx a dit :

La Chine et les Etats-Unis renoncent à une guerre commerciale, selon Pékin

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/coree-retour-des-tensions-entre-le-nord-et-le-sud_2010069.html#xtor=AL-447

 

Il y a 3 heures, zx a dit :

Donc Trump change de cible ... L'important étant de "frapper", autant frapper le plus faible ... Et tant pis si c'est (ce sont) un (des) allié(s). Aucune constance ce Trump, juste de l'opportunisme à tous crins ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il considère l'europe comme faible, il ne va pas gêner, ce n'était pas encore sa priorité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, zx a dit :

Il considère l'europe comme faible, il ne va pas gêner, ce n'était pas encore sa priorité.

jusqu'à présent l'Europe n'a rien montré d'autre.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'avais mis l'info sur le fil de l'Allemagne, mais elle a aussi sa place ici  :

Citation

Trump au bord de la guerre commerciale avec l'Europe. L'Union européenne est prête à riposter. (...)

Si l'Europe ne souhaite pas l'escalade, elle introduira néanmoins dans un règlement rénové la possi-bilité de représailles directes contre les inté-rêts américains en Europe. Si une entreprise européenne est victime de sanctions aux États-Unis, les entreprises américaines de la filière concernée ou ses concurrentes directes pourraient se voir pareillement sanctionnées sur le territoire de l'UE." (…)

https://www.lepoint.fr/tiny/1-2222947

Depuis quelques semaines, je m'attend à ce que Trump fasse flèche de tout bois. Ça ne m'étonnerait même plus qu'il menace de quitter l'Otan et de retirer les troupes américaines des bases européennes. Le problème c'est qu'avec lui, le pire des bluff peut se réaliser même si ça nuira autant aux USA qu'aux autres protagonistes ...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est vrai que quitter l'otan, l'omc fait parti de ses promesses.  le mid term se rapproche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça y est, c'est officiel :

Citation

Les Etats-Unis taxeront l’acier et l’aluminium importés de l’Union européenne dès vendredi (...)
Wilbur Ross, a annoncé que son pays avait décidé de ne pas prolonger l’exemption temporaire accordée à l’Union européenne jusqu’à jeudi minuit et qu’il allait mettre en place des taxes de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium.  (...)
Le sursis sur ces taxes est également levé pour le Mexique et le Canada  (...)
https://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2018/05/31/les-etats-unis-vont-taxer-l-acier-et-l-aluminium-importes-de-l-union-europeenne-du-canada-et-du-mexique-a-partir-de-vendredi_5307687_1656941.html

Essayons de trouver un bon coté à tout ça. L'UE n'a jamais aussi bien avancé que face à un ennemi commun. Maintenant elle en a un (voire deux avec la Russie, si on en croit la Pologne et les Pays Baltes :tongue:) Cela devrait motiver les récalcitrants et pousser vers un resserrement des  liens. Je suis sûr que la France n'attend que ça. Il suffirait "juste" que l'Allemagne se réveille pour enclencher le mouvement ...:rolleyes:

Edit @zx : 

Citation

c'est vrai que quitter l'otan, l'omc fait parti de ses promesses.  le mid term se rapproche.

Et voir les clients européen des industries militaires américaines dénoncer leurs contrats d'achat, ça fait partie de ses promesses aussi? Parce que je ne vois pas l’intérêt de lécher les bottes de l'Oncle Sam, si c'est pour se prendre des coups de pied, au lieu de bénéficier d'un minimum de protection. Encore un bon coté à tout ça: peut-être que le Danemark ou les Hollandais vont renoncer au F-35. Voire que la Pologne ou la Tchèquie vont découvrir le Rafale ... :dry:

Edited by Desty-N

Share this post


Link to post
Share on other sites

La pologne propose 2 miliards de $ aux USA pour y installer une présence militaire permanente.

https://www.defensenews.com/flashpoints/2018/05/29/poland-offers-up-to-2-billion-for-a-permanent-us-military-presence

Et les systèmes patriot se vendent en Europe comme des petit-pain.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 52 minutes, P4 a dit :

La pologne propose 2 miliards de $ aux USA pour y installer une présence militaire permanente.

https://www.defensenews.com/flashpoints/2018/05/29/poland-offers-up-to-2-billion-for-a-permanent-us-military-presence

 Et les systèmes patriot se vendent en Europe comme des petit-pain.

Je ne suis pas sûr que ce soit le bon fil pour parler du sujet, aussi je ne vais faire qu'un petit développement: avec un dirigeant comme Trump, comment peut-on être sur qu'il ne va pas encaisser les 2 milliards la première année, et demander le double la deuxième année, faute de quoi il annule tout?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 48 minutes, Desty-N a dit :

Je ne suis pas sûr que ce soit le bon fil pour parler du sujet, aussi je ne vais faire qu'un petit développement: avec un dirigeant comme Trump, comment peut-on être sur qu'il ne va pas encaisser les 2 milliards la première année, et demander le double la deuxième année, faute de quoi il annule tout?

Tu n'es pas sûr.

Mais bon : combien de piscines les dirigeants polonais actuels se sont-ils fait offrir ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon article sur Libé :

http://www.liberation.fr/planete/2018/05/31/etats-unis-europe-acier-trumpe_1655783

Citation

....

Des discussions qui pourraient bien se poursuivre ce vendredi au Canada lors du G7 des ministres des Finances, qui se tient à Whistler (Ouest), et qui va se dérouler «dans un contexte compliqué et tendu», résume-t-on à Bercy. Le président français, Emmanuel Macron, a dénoncé «une erreur à plusieurs égards, car elle répond à des déséquilibres internationaux qui existent de la pire des manières, c’est-à-dire en fragmentant et en faisant du nationalisme économique. Et le nationalisme, c’est la guerre».L’Allemagne ne manquera pas d’insister sur le fait que le conflit commercial pourrait compromettre la reprise économique mondiale. Un point de vue partagé par le FMI et sa directrice générale, également présente au G7. Christine Lagarde alerte depuis des mois contre une potentielle guerre commerciale pouvant faire «dérailler» l’économie, qui a tant peiné à redécoller après la crise financière planétaire de 2008.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'y a pas de reprise économique réelle dans les fondamentaux de toute façon. Si au moins cette décision de Trump pouvait éclairer quelques lanternes et que l'Europe se décide à considérer son marché et les moyens de faire redémarrer une consommation intérieure en berne, si possible de façon durable socialement et écologiquement. Mais autant apprendre à un ornithorynque à jouer au basket...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,511
    Total Members
    1,550
    Most Online
    nikesfeld13
    Newest Member
    nikesfeld13
    Joined
  • Forum Statistics

    20,895
    Total Topics
    1,318,566
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries