Recommended Posts

https://nationalinterest.org/blog/skeptics/emmanuel-macrons-iran-maneuver-g7-76461 (27 août 2019)

Une personne familière des délibérations de l'administration dit que le départ de Bolton aura lieu en octobre.

https://www.washingtonpost.com/opinions/2019/07/03/an-apology-mongolia/ (3 juillet 2019)

Presque toute la couverture médiatique américaine a dépeint (injustement) le voyage de Bolton à Oulan-Bator comme une insulte humiliante pour lui et un signe sûr que le président Trump l'avait jeté dans l'obscurité. De nombreux commentateurs ont noté que le président avait amené Tucker Carlson dans la péninsule coréenne pour sa séance de photos avec Kim Jong Un, ce qui a été perçu comme une façon de snobber Bolton. [en raison du rôle supposé de Tucker Carlson dans la volte-face de Trump sur l'Iran].

Share this post


Link to post
Share on other sites

 C'est devenue le site people des politiciens US ou genre amour gloire et beauté, ce fil?

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, kotai a dit :

 C'est devenue le site people des politiciens US ou genre amour gloire et beauté, ce fil?

C'est le gouvernement américain qui est devenu amour, gloire et beauté.

Share this post


Link to post
Share on other sites

...en Suisse ça s'appelle "Top Model" et ça ne rend pas intelligent pour autant.

Très inquiétant qu'on fasse systématiquement le lien entre les deux

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors, nous avons ici un magnifique spécimen de ce qu'est la politique étrangère des USA avec Trump :

  1. Une image dont la classification a été masquée à la hâte en la couvrant d'une bande noire. Ce n'est pas une image déclassifiée.
  2. Qui montre une photo de très haute résolution du pas de tir iranien.
  3. Apparemment rephotographiée par Donald Trump avec son portable (cf. le reflet du flash au milieu de l'image).
  4. Le tout afin de dire "ah ben c'est bien dommage votre machin qui explose, mais c'est pas nous, hein, héhéhé, vous trouverez jamais notre truc".

Réaction intéressante :

 

  • Confused 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://nationalinterest.org/blog/skeptics/empire-america-why-washington-cant-reduce-its-military-footprint-77721 (3 septembre 2019)

[La doctrine Brejnev] affirmait qu'une fois qu'un pays est devenu membre du camp communiste, il doit toujours en rester membre. La version américaine signifie qu'une fois qu'une nation devient dépendante des États-Unis pour sa sécurité, elle reste à jamais dépendante des États-Unis pour sa sécurité, et une fois que Washington aura établi une empreinte militaire importante dans un pays, cette empreinte perdurera.

Il s'agit d'une tendance étonnamment constante. Les États-Unis ont encore des troupes stationnées en Europe et au Japon longtemps après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Même l'effondrement du Pacte de Varsovie et de l'Union soviétique elle-même n'a entraîné qu'une réduction, et non l'élimination, de la présence des troupes américaines en Europe. De même, Washington continue de stationner près de trente mille soldats en Corée du Sud, alors que ce pays compte désormais deux fois plus d'habitants et une économie près de cinquante fois supérieure à celle de la Corée du Nord, et que le contexte bipolaire de la guerre froide n'a plus la moindre importance.

Même dans les rares cas où les dirigeants américains acceptent de mettre fin à une empreinte militaire américaine, cette décision est prise à contrecœur, et Washington n'abandonne jamais l'idée d'orchestrer un renversement de cette tendance. Il a fallu un vote énergique du Sénat philippin et l'éruption massive d'un volcan qui a enseveli la base aérienne américaine pertinente pour que les États-Unis retirent leurs forces de ce pays au début des années 1990. De plus, dès que les responsables américains ont pu vanter la menace du terrorisme islamique et la montée en puissance militaire de la Chine, ils ont exploité ces justifications pour rétablir la présence militaire américaine. L'empreinte retrouvée est de plus en plus grande, avec la construction de nouvelles installations permanentes. L'aspect peut-être le plus scandaleux du retour des États-Unis est qu'il est mis en œuvre dans le cadre d'un accord de coopération renforcée en matière de défense de 2014 qui contourne sans vergogne le pouvoir de ratification des traités du Sénat philippin.

Les États-Unis ne pratiquent pas l'impérialisme de conquête à l'ancienne, l'établissement de colonies et l'utilisation de la domination directe. Au lieu de cela, l'impérialisme américain consiste à créer des relations patron-client avec les personnes à charge de la sécurité et à appliquer cette politique à travers un réseau mondial de bases militaires. Néanmoins, il s'agit d'une politique impériale, et l'empreinte militaire américaine dans un État client devient aussi permanente que si elle était enfermée dans du béton. L'Afghanistan n'est que le dernier pays où ce modèle est utilisé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/08/2019 à 22:32, Wallaby a dit :

https://nationalinterest.org/blog/skeptics/emmanuel-macrons-iran-maneuver-g7-76461 (27 août 2019)

Une personne familière des délibérations de l'administration dit que le départ de Bolton aura lieu en octobre.

https://www.washingtonpost.com/opinions/2019/07/03/an-apology-mongolia/ (3 juillet 2019)

Presque toute la couverture médiatique américaine a dépeint (injustement) le voyage de Bolton à Oulan-Bator comme une insulte humiliante pour lui et un signe sûr que le président Trump l'avait jeté dans l'obscurité. De nombreux commentateurs ont noté que le président avait amené Tucker Carlson dans la péninsule coréenne pour sa séance de photos avec Kim Jong Un, ce qui a été perçu comme une façon de snobber Bolton. [en raison du rôle supposé de Tucker Carlson dans la volte-face de Trump sur l'Iran].

 

                                                                                                    YYZIR5TLTFAIDBCPEW5MXUOSEQ.jpg

 

                                                                 

                                                                                               latest?cb=20121205194057

 

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.washingtonpost.com/world/national-security/bolton-sidelined-from-afghanistan-policy-as-his-standing-with-trump-falters/2019/08/30/79651256-8888-483b-9fd1-c47a2cfadab7_story.html (30 août 2019)

Alors que les principaux collaborateurs du président se préparaient à une réunion sur l'avenir de l'Afghanistan au début du mois, un haut responsable ne figurait pas sur la liste d'invités initiale : John Bolton, conseiller à la sécurité nationale.

La présence d'un haut responsable de la sécurité serait normalement essentielle, mais cette omission n'est pas une erreur, ont déclaré de hauts responsables américains. M. Bolton, qui préconise depuis longtemps une vaste présence militaire dans le monde entier, est devenu l'ennemi juré d'un accord de paix visant à mettre fin à la plus longue guerre des États-Unis, ont dit les responsables.

Son opposition à l'effort diplomatique en Afghanistan a irrité le président Trump, ont dit ces fonctionnaires, et a conduit les assistants à laisser le Conseil de sécurité nationale en dehors des discussions délicates sur l'accord.

La mise à l'écart de Bolton a soulevé des questions quant à son influence au sein d'une administration qui cherche à obtenir un retrait des troupes d'Afghanistan, ainsi qu'un accord nucléaire ambitieux avec la Corée du Nord et un engagement potentiel avec le président iranien Hassan Rouhani. M. Bolton s'oppose à ces efforts, mais il le fait de plus en plus à la périphérie.

"C'est tellement gâché à tant de niveaux que le conseiller à la sécurité nationale n'est pas impliqué, mais la confiance est un vrai problème ", a déclaré un haut responsable américain, l'un des une demi-douzaine de personnes qui ont parlé à condition de garder l'anonymat pour discuter des conversations internes.

Dans une confrontation récente, Bolton a demandé une copie du projet d'accord que les États-Unis tentent de conclure avec les talibans. Mais l'envoyé des États-Unis à la tête des négociations, M. Zalmay Khalilzad, a rejeté la demande, affirmant que M. Bolton pouvait lire l'accord en présence d'un haut responsable, mais qu'il ne pouvait pas partir avec l'accord en main, ont dit les responsables américains. Un fonctionnaire a déclaré que l'incident a exaspéré Bolton, tandis qu'un autre l'a minimisé, affirmant que le projet a finalement été envoyé au personnel du Conseil de sécurité nationale.

"Je ne peux pas penser à un autre exemple où un conseiller à la sécurité nationale a été mis à l'écart comme cela," dit Tom Wright, un expert international en sécurité à la Brookings Institution. "Une chose qui rend cela différent des querelles bureaucratiques normales, c'est que Bolton s'est opposé à une politique que le président soutient clairement."

L'isolement de M. Bolton sur l'Afghanistan est devenu particulièrement apparent ce mois-ci lorsque les hauts responsables du président se sont rendus au golf de Trump, au New Jersey, pour discuter de l'accord de paix qui serait présenté aux responsables afghans et talibans à Kaboul et à Doha, au Qatar, ont dit les responsables américains. En plus du président, la réunion du 16 août comprenait le secrétaire à la Défense Mark T. Esper ; le général Joseph F. Dunford Jr, président des chefs d'état-major conjoints ; le vice-président Pence ; le secrétaire d'État Mike Pompeo ; la directrice de la CIA Gina Haspel ; et Khalilzad. Bolton n'a pas été invité à l'origine parce qu'on craignait que son équipe ne s'oppose à l'ordre du jour et n'en divulgue les détails plus tard, ont déclaré plusieurs responsables.

"Son équipe a la réputation de perdre et de fuiter ", a déclaré un haut fonctionnaire de l'administration qui a une connaissance directe des discussions.

Finalement, M. Bolton s'est assuré une place à la réunion après qu'un de ses adjoints eut fait appel au chef d'état-major de la Maison-Blanche, Mick Mulvaney, selon un responsable américain.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.capital.fr/economie-politique/affaire-airbus-les-olives-les-anoraks-et-le-vin-parmi-les-produits-europeens-taxes-par-les-etats-unis-1351839 (3 octobre 2019)

Côté français, ce sont d'abord les vins qui sont visés d'un surcroît de tarifs de 25%, de même que les vins espagnols et allemands. Seul le Tokay, un vin hongrois, n'est pas sanctionné, de même que le vin en cubi de plus de deux litres.

Des fromages français, plutôt à pâte dure, sauf le roquefort qui est explicitement exclu, vont aussi coûter 25% plus cher aux Etats-Unis, de même que des fromages venant d'Italie et de toute l'Europe. Olives, moules et coquillages sont aussi sanctionnés. Au niveau des produits industriels, une surtaxe de 25% va s'appliquer sur toute une panoplie d'outils venant d'Allemagne, allant des haches aux tournevis, en passant par des lames de couteaux pliables.

L'Allemagne est aussi visée pour son café et ses gaufres, tandis que l'Angleterre est frappée sur son textile. Pullovers en laine, en cachemire "made in England", costumes d'hommes, pyjamas, maillots de bains et literie écopent aussi d'une augmentation de 25% de leur prix.

  • Sad 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Prochain traité à déchirer dans le collimateur:

Le traité Open Skies, permettant à chaque puissance signataire d'envoyer des avions de reconnaissance chez l'autre, avec un préavis minimum (histoire de vérifier le désarmement de l'autre, et en théorie que cette transparence augmente la confiance mutuelle).

https://foreignaffairs.house.gov/2019/10/engel-denounces-trump-administration-potential-plans-to-withdraw-from-open-skies-treaty

<mode sarcasme ON>
Je ne pige pas, la Russie profite beaucoup de ce traité, pourquoi Poutine demande à son "asset" préféré de casser ce jouet ? :dry:

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'autant plus qu'il me semble avoir lu un article décrivant un avion russe tout récent aménagé à cet effet

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, kalligator a dit :

D'autant plus qu'il me semble avoir lu un article décrivant un avion russe tout récent aménagé à cet effet

Une bonne introduction sur le sujet, avec les criailleries passées autour de ce traité (site US, mais habituellement bon en vulgarisation).
https://www.thedrive.com/the-war-zone/30212/house-foreign-affairs-committee-chairman-raises-alarm-trump-may-axe-the-open-skies-treaty

Le traité impose des limites en matière de résolution de capteur (pour que ça reste de la vérification de désarmement, et pas de l'espionnage)

Le traité est plus avantageux aux pays ayant moins de moyens de reconnaissance modernes.
Du coup, il est plus utile à la Russie qu'aux USA ... mais il est encore plus utile à l'Ukraine.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un fil twitter intéressant, à dérouler.

Ça pourrait aussi aller dans le fil sur la guerre en Syrie, mais c'est à sa place ici :

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Kelkin a dit :

Un fil twitter intéressant, à dérouler.

Ça pourrait aussi aller dans le fil sur la guerre en Syrie, mais c'est à sa place ici :

 

Je reposte ici du fil criailleries, puisque ça confirme l'intérêt de Trump porté aux alliés ...
(spoiler: le mépris, l'humiliation, et l'extorsion si possible )

Lors d'une conférence de presse, Trump enfonce le clou, et confirme le "permis de tuer " les Kurdes accordé à Erdogan.
(les pressions de son propre parti n'ont donc pas suffit).

Et cela n'étonnera personne ici : voilà ce qu'il a à répondre à l'objection des prisonniers Daechiens qui en profitent pour "s'évader" (avec ou sans l'aide d'Erdogan).

Il ne s'en inquiète pas, car en cas d'évasion, les terroristes rentreront en Europe.
<avec un sourire entendu>

Quand son argumentaire que la garde des djihadistes européens coûtait une fortune aux USA, j'ai l'intuition (sans preuve aucune) que c'est un mensonge encore plus éculé que ses dénégations sur ses pressions sur l'Ukraine.
Mais je suis prêt à examiner les sources :dry:

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
7 minutes ago, rogue0 said:

Lors d'une conférence de presse, Trump enfonce le clou, et confirme le "permis de tuer " les Kurdes accordé à Erdogan.
(les pressions de son propre parti n'ont donc pas suffit).

La question c'est surtout jusqu’où les USA auraient ils pu aller pour empêcher l'invasion ...

... et dans le cas ou il ne peuvent pas l’empêcher ... autant aller avec le vent et prendre la position de Trump ... plutôt que de passer pour un impuissant au yeux du monde.

D'ailleurs personne ne bouge le petit doigt pour empêcher l'invasion ... a part faire du bruit avec la bouche.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, rogue0 a dit :

Quand son argumentaire que la garde des djihadistes européens coûtait une fortune aux USA, j'ai l'intuition (sans preuve aucune) que c'est un mensonge encore plus éculé que ses dénégations sur ses pressions sur l'Ukraine.

C'est pas les Américains qui gardent ces prisonniers, ce sont les Kurdes... Les États-Unis ont dépensé très exactement zéro dollar et zéro cent pour la garde des prisonniers Daechites depuis le début de l'histoire humaine, en valeur ajustée pour l'inflation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://foreignpolicy.com/2019/10/03/the-united-states-is-done-caring-about-syria/ (3 octobre 2019)

Rapport du groupe parlementaire sur la Syrie :

Les recommandations à l'intention des responsables américains constituent la partie la plus faible du rapport du SSG. Pas parce qu'elles ne sont pas intelligentes. Les membres du groupe d'étude recommandent que les États-Unis annulent leurs plans de retrait militaire dans le nord-est de la Syrie et se concentrent sur les efforts de stabilisation dans cette région, s'opposent à la normalisation des relations avec le régime Assad, fassent pression sur les Russes pour qu'ils appuient un règlement politique acceptable pour les États-Unis et chassent les Iraniens de Syrie. Le groupe recommande également de coopérer avec la Turquie et de répondre à ses préoccupations en matière de sécurité, de s'employer à soulager la crise humanitaire à Idlib et à faire face à la menace terroriste dans ce pays, et enfin d'attirer l'attention sur la crise humanitaire en Syrie dans son ensemble et de soutenir les pays qui accueillent un nombre important de réfugiés syriens.

Au niveau de l'abstraction, ce que les auteurs recommandent est éminemment raisonnable. Mais étant donné le contexte politique dans lequel ils ont été proposés, la plupart d'entre eux étaient morts avant la publication du rapport. La section des recommandations est très révélatrice à cet égard. Le Groupe d'étude sur la Syrie estime qu'une bonne politique américaine à l'égard de la Syrie exige un engagement politique soutenu de la part des hauts responsables du gouvernement américain, ainsi qu'une stratégie qui aligne les moyens et les fins. Pourtant, les membres du groupe savent que cela n'arrivera pas, et ils l'admettent. Dans le paragraphe suivant, ils admettent qu'il est peu probable que les États-Unis accordent une priorité beaucoup plus élevée à la Syrie.

Les auteurs sont donc réduits à quelques exhortations, proclamant : "L'Amérique ne doit pas rester spectatrice les bras croisés." Comme ils le reconnaissent volontiers, l'Amérique le fera presque certainement, reflétant parfaitement la transition en cours dans la politique étrangère américaine, en particulier au Moyen-Orient.

https://www.cfr.org/in-brief/syrian-conflict-about-intensify (7 octobre 2019)

Il y a des représentants de la Maison-Blanche, du département d'État et du département de la Défense qui croient que les intérêts des États-Unis dans le monde sont mieux gardés avec la Turquie comme partenaire stratégique. Par conséquent, ils ont voulu se débarrasser du principal problème de cette relation, à savoir le soutien des États-Unis au YPG. Le retrait [de Syrie] des forces américaines est le résultat de cette approche.

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/16/face-au-tolle-international-provoque-par-son-offensive-en-syrie-erdogan-durcit-le-ton_6015737_3210.html (16 octobre 2019)

La Chambre des représentants a adopté mercredi une résolution non contraignante condamnant la décision de Donald Trump de retirer les troupes américaines du nord de la Syrie. Présentée par des élus démocrates et républicains, cette résolution « s’oppose à la décision de mettre fin aux efforts des Etats-Unis pour empêcher les opérations militaires turques contre les forces kurdes syriennes dans le nord de la Syrie ».

Elle a été adoptée par 354 voix contre 60, avec l’approbation de 129 républicains sur les 197 siégeant à la Chambre.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,500
    Total Members
    1,550
    Most Online
    am60
    Newest Member
    am60
    Joined
  • Forum Statistics

    20,878
    Total Topics
    1,311,660
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries