Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Politique étrangère des USA


Recommended Posts

Il y a 21 heures, Alexis a dit :

J'imagine mal Pékin lancer l'opération sans provocation préalable directe, mais d'une part il se peut que je manque d'imagination, d'autre part il n'est pas exclu qu'un malentendu sur l'emplacement exact de la ligne rouge de Pékin mène au déclenchement de quelque chose que personne n'aurait pleinement voulu.

Ca fonctionne aussi dans l'autre sens : une petite méprise de Pékin sur la ligne rouge des autres, une réaction, une surréaction...

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

J'ai trouvé un livre audio intéressant intitulé : Le monde en 2035 vu par la CIA. Le paradoxe du progrès. Vous pouvez le télécharger gratuitement sur le lien suivant: https://amzn.to/3y3aof5

Le 13/03/2018 à 19:12, Gibbs le Cajun a dit :

Cela donne aussi un certain aperçu de la politique étrangère américaine, le domaine militaire étant aussi un moyen d'influence et de liens avec d'autres pays amis. 

Il faudrait aussi un plan pointant les différentes bases classique de l' US Army, des bases la Navy et de l'air Force à travers le monde. 

Dites moi l’utilité de toutes ces flottes qui n'ont réglé aucun conflit et qui sont sortie sans réaliser les résultats escomptés dans toutes les guerres après la seconde guerre mondiale?

 

Link to comment
Share on other sites

Hello,

Il y a 3 heures, informateur16 a dit :

J'ai trouvé un livre audio intéressant intitulé : Le monde en 2035 vu par la CIA. Le paradoxe du progrès. Vous pouvez le télécharger gratuitement sur le lien suivant: https://amzn.to/3y3aof5

Merci, mais en quoi ce livre est-il intéressant? Quelle est sa crédibilité sachant que l'auteur est un "conseil national du renseignement"?

Je n'ai pas lu (oui, bon, d'accord, écouté) ce livre en particulier, mais pour avoir lu plusieurs de ces analyses prospectives pondu par la CIA destinés au grand public, on y retrouve chaque fois la trame de la destinée manifeste: les US sont forts, les US sont beaux, les US ont raison, et malgré les défis à relever, les US vaincront (et ce pour le bien de toute l'humanité, bien entendu); ce genre de messianisme, très peu pour moi.

Donc, oui, n'hésite pas à développer.

 

----------------------------------------

 

Mais au fait, à qui ai-je l'honneur?

  1. Tu t'inscris sur le site, puis dans la foulée,
  2. tu rédige sept posts, ayant sept fois le même contenu, sur sept files différents.
  3. par contre, à aucun moment tu n'a le savoir-être de te présenter ici

 

je ne sais pas pour toi, mais je me vois mal discuter avec un inconnu, à l'exception peut-être du temps qu'il fait. Donc, en attendant de discuter d'autre chose que de l'impact des cumulus congestus sur la culture de la betterave en Patagonie orientale... A+

 

 

Yankev

 

  • Like 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 24/07/2021 à 01:12, Yankev a dit :

on y retrouve chaque fois la trame de la destinée manifeste: les US sont forts, les US sont beaux, les US ont raison, et malgré les défis à relever, les US vaincront (et ce pour le bien de toute l'humanité, bien entendu)

Je crois que je vais donner des boutons à certains avec celle-là...

https://www.whitehouse.gov/briefing-room/speeches-remarks/2021/07/28/remarks-by-president-biden-on-the-importance-of-american-manufacturing/

Citation

J'ai passé énormément de temps avec Xi Jinping, le président de la Chine - plus que n'importe quel autre dirigeant mondial, m'a-t-on dit.  Il a été très clair sur le fait qu'il ne pense pas que les démocraties puissent être compétitives au XXIe siècle.  J'ai passé plus de 25 heures seul avec lui au cours des cinq - sept dernières années.

Et devinez quoi ?  Je reviens d'une conférence avec Poutine.  Il pense la même chose.  Eh bien, j'ai des nouvelles pour eux : Les autocraties ne réussiront pas si nous faisons ce que nous pouvons faire en tant que démocratie.  Les démocraties.

Et si vous avez remarqué, ce n'est pas une blague, une grande partie du reste du monde hésite à aller vers l'autocratie ou à rester dans les démocraties.

Nous avons tout, les amis.  Nous avons tout ce dont nous avons besoin dans ce pays pour - pas seulement aujourd'hui, mais pour mes petits-enfants - être dans une situation où nous sommes toujours la nation physiquement et économiquement la plus puissante du monde qui traite les autres nations décemment et maintient la paix.  C'est ce que nous sommes.  C'est l'Amérique.

Nous sommes la nation la plus unique de l'histoire du monde.  Ce n'est pas une blague.  Je veux dire par là : Toutes les autres nations ont été constituées sur la base de l'ethnicité, de la religion, de la géographie - mais pas l'Amérique.  L'Amérique est la nation la plus unique au monde, et littéralement, nous sommes basés sur l'idée - une idée.  Une idée est ce qui a formé l'Amérique.  Et l'idée était - et cela semble ringard, mais c'est absolument vrai - aucune autre nation n'a ce principe d'organisation : "Nous tenons ces vérités pour évidentes que tous les hommes et les femmes sont créés égaux... dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables... la vie, la liberté et la poursuite du bonheur."

Nous y croyons.  Nous ne l'avons jamais accompli, mais chaque génération nous a rapprochés de plus en plus de l'inclusion.  C'est pourquoi le véritable pouvoir de l'Amérique ne réside pas dans l'exercice d'une puissance militaire, mais les gens nous suivent en raison de notre exemple.  C'est pourquoi le reste du monde nous suit.

Il était temps que nous nous relevions et que nous réaffirmions qui nous sommes.  Ce sont les États-Unis d'Amérique.  (Applaudissements.)   

Merci, et que Dieu vous bénisse tous.  Merci, merci, merci.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Si vous n'avez pas compris, il ne blague pas quand il parle à ses concitoyens! :rolleyes:

 

Dire que quand j'étais petit, je croyais que Hollywood en rajoutait des tonnes dans leurs films "patriotiques" ...

  • Like 1
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Tient et histoire d'en rajouter, Biden nous fait une Trumpette au sujet des attaques informatiques :

https://www.voanews.com/usa/us-politics/biden-accuses-russia-already-interfering-2022-election

Citation

MAISON BLANCHE - La Russie s'immisce déjà dans les élections américaines de mi-mandat de l'année prochaine, a déclaré mardi le président Joe Biden dans un discours prononcé au Bureau du directeur du renseignement national (ODNI).  

Faisant référence au briefing classifié du jour préparé par la communauté du renseignement à son intention, M. Biden a déclaré : "Regardez ce que la Russie fait déjà au sujet de l'élection de 2022 et de la désinformation".

De telles actions de la part de Moscou constituent une "violation pure et simple de notre souveraineté", a déclaré le président, sans donner plus de détails, devant quelque 120 représentants de la communauté du renseignement américaine réunis au siège de l'ODNI, dans le nord de la Virginie.  

La référence publique de M. Biden à une information contenue dans le dossier quotidien présidentiel top secret du jour va certainement faire sourciller certains.  

"C'est le président. Il peut déclassifier tout ce qu'il veut quand il le veut", a déclaré Emily Harding, directrice adjointe et membre senior du programme de sécurité internationale du Center for Strategic and International Studies.

"Et je ne suis pas sûre que ce sera un choc pour quiconque de savoir que la Russie cherche à faire de la désinformation pour les élections de 2022. Je pense que c'est un très bon rappel, cependant, que la Russie continue à faire cela et que rien ne les a encore dissuadés", a-t-elle déclaré.

Le président a également fait une prédiction inquiétante concernant l'escalade des cyberattaques visant les États-Unis, que son administration a imputée aux pirates informatiques soutenus par l'État chinois et à ceux qui opèrent en toute impunité en Russie.    

M. Biden a déclaré qu'il était de plus en plus probable que les États-Unis se retrouvent dans une véritable guerre armée avec une grande puissance, à la suite d'une attaque informatique.  

Les capacités cyber des adversaires des États-Unis "augmentent de manière exponentielle", selon le président.  

Le président russe Vladimir Poutine a semblé très présent à l'esprit de M. Biden lors de ses remarques à la communauté du renseignement.  

Poutine a "des armes nucléaires, des puits de pétrole et rien d'autre", a déclaré M. Biden, ajoutant que le dirigeant russe sait qu'il a de gros problèmes économiques, "ce qui le rend encore plus dangereux".  

M. Biden a également fait l'éloge de la communauté du renseignement américaine pour sa supériorité sur son homologue à Moscou.  

Poutine "sait que vous êtes meilleurs que son équipe. Et cela le dérange au plus haut point", a déclaré Biden.  

"Je peux voir les roues de Moscou tourner pour répondre à cela", a déclaré Harding à VOA.  

M. Biden a qualifié la Russie et la Chine de "concurrents mortels possibles".  

Dans son discours, le président américain a déclaré que le président chinois Xi Jinping "souhaite sincèrement devenir la force militaire la plus puissante du monde, ainsi que l'économie la plus grande et la plus importante du monde" d'ici le milieu des années 2040.  

Biden a fait plusieurs références cryptiques aux armes hypersoniques de ses adversaires. Mais il s'est arrêté une fois au milieu d'une phrase après avoir dit : "Je ne sais pas, nous avons probablement des personnes qui ne sont pas totalement au clair" dans la salle. En fait, un groupe de journalistes de la Maison Blanche était présent, et une caméra de télévision enregistrait le discours pour le compte des médias.  

Le président a également demandé à son équipe de renseignement, qui est composée d'éléments provenant de 17 agences différentes, "de me dire franchement ce qu'il en est. Je ne veux pas de banalités ... et quand vous n'êtes pas sûrs, dites que vous n'êtes pas sûrs".  

M. Biden a déclaré qu'il "ne peut pas prendre les décisions dont j'ai besoin si je n'obtiens pas les meilleurs jugements sans fard et sans parti pris que vous pouvez me donner. Je ne cherche pas à entendre des choses agréables. Je cherche à entendre ce que vous pensez être la vérité."  

Ces mots sont "très importants". C'est la chose qu'il avait probablement le plus besoin de dire" à ce public particulier, selon M. Harding.  

M. Biden a souligné que les agences de renseignement ne devraient pas être influencées par le parti politique au pouvoir au Congrès ou à la Maison Blanche. Il a déclaré qu'il était "si vital que vous soyez et deviez être totalement libres de toute pression politique ou influence partisane".  

M. Biden a promis que, tant qu'il sera président, il n'essaiera pas "d'affecter ou de modifier vos jugements sur ce que vous pensez être la situation à laquelle nous sommes confrontés. Je ne politiserai jamais le travail que vous faites. Vous avez ma parole. C'est trop important pour notre pays".  

L'apparition du 46e président américain visait, en partie, à démontrer une relation différente avec la communauté du renseignement que celle vécue par son prédécesseur, Donald Trump.  

"Je pense que vous pouvez tous faire le contraste inhérent", a déclaré la veille Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, aux journalistes.  

L'attitude de Trump à l'égard de la communauté du renseignement s'est publiquement dégradée après qu'il s'est rangé du côté de Poutine, qui a nié la conclusion du gouvernement américain selon laquelle le Kremlin s'était ingéré dans l'élection présidentielle de 2016. Trump, un républicain, a battu de justesse son adversaire du Parti démocrate, Hillary Clinton, lors de cette élection. 

 

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.cato.org/blog/biden-said-hes-ending-forever-wars-he-isnt (26 juillet 2021)

Afghanistan :

En se retirant d'Afghanistan, l'administration a cherché à obtenir un accès aux bases dans les pays voisins d'Asie centrale, et les ressources militaires américaines sont repositionnées juste à l'extérieur de l'Afghanistan pour permettre un soutien continu aux forces armées afghanes. L'aide au régime de Kaboul, soutenu par les États-Unis, sera également maintenue. En d'autres termes, les États-Unis continueront à jouer un rôle de combat en Afghanistan pour défendre Kaboul contre les talibans. Cette semaine, le général Kenneth McKenzie l'a dit clairement : "Les États-Unis ont augmenté les frappes aériennes en soutien aux forces afghanes au cours des derniers jours et nous sommes prêts à maintenir ce niveau de soutien accru dans les semaines à venir si les talibans poursuivent leurs attaques." Ce n'est pas la fin de la plus longue guerre de l'Amérique.

Irak

Les quelque 2 500 forces américaines présentes en Irak y resteront afin de continuer à aider les forces irakiennes à combattre ISIS et à faire face à d'autres menaces locales.

Syrie

Question : Je me demande si vous prévoyez un changement de mission similaire [en Syrie]. Ou bien ce changement a-t-il déjà été effectué ? Prévoyez-vous un quelconque changement dans la mission américaine là-bas ?

Fonctionnaire supérieur de l'administration : je ne prévois pas de changement pour l'instant dans la mission ou la présence en Syrie... En Syrie, nous soutenons les Forces démocratiques syriennes dans leur lutte contre ISIS... nous continuerons à le faire.

Link to comment
Share on other sites

Si POTUS considère la Russie comme un danger mortel possible (et je suppose qu'il ne fait pas référence à la capacité de frappe nucléaire) alors il a une fort piètre opinion de l'état de la puissance US...

Link to comment
Share on other sites

https://newrepublic.com/article/163088/forever-wars-arent-ending-theyre-just-rebranded (28 juillet 2021)

Après 18 ans de guerre illégale, de corruption et d'un nombre incalculable d'innocents tués ou transformés en réfugiés, la mission de combat américaine en Irak sera déclarée terminée pour la troisième fois. En quelque sorte. Cette semaine, le président Joe Biden a déclaré que les États-Unis "ne seront pas, d'ici la fin de l'année, en mission de combat" en Irak. Les 2 500 soldats américains officiellement déployés dans ce pays - il s'agit presque certainement d'un sous-dénombrement, car les chefs militaires ont tendance à truquer les chiffres des déploiements et à réorganiser les troupes sous l'autorité des services de renseignement ou dans des rôles de non-combat afin de dissimuler l'ampleur de notre présence à l'étranger - vont partir.

Mais ils ne rentreront pas nécessairement chez eux, ni même ne quitteront la région. Ce changement de statut, bien que réjouissant pour les militants pacifistes et pour le Premier ministre irakien Mustafa Al Kadhimi, qui a rencontré Biden cette semaine, est surtout une distinction sans différence. Les États-Unis passeront à un rôle de "conseil et d'assistance", comme on le décrit par euphémisme, en fournissant un grand nombre des mêmes services qu'actuellement. Selon ABC News, "le changement de mission est plutôt d'ordre sémantique et le nombre de soldats américains en Irak ne changera pas radicalement, car ils mettront l'accent sur la formation et l'assistance". Les soldats américains feront "exactement les mêmes choses qu'ils font déjà, mais en moins grand nombre", a déclaré Wesley Morgan, auteur d'un livre sur la guerre des États-Unis en Afghanistan.

S'appuyant fortement sur les forces spéciales, les ressources du renseignement, les entrepreneurs et une puissance aérienne inégalée, les États-Unis continuent d'être impliqués dans des conflits en Syrie, en Somalie, en Libye, au Niger et dans d'autres zones de guerre non déclarées. Rien qu'en Afrique, les États-Unis disposent d'au moins 29 bases militaires et participent à des opérations contre les sympathisants de l'État islamique et d'autres groupes djihadistes dans un certain nombre de pays, notamment en Afrique de l'Ouest. Plus tôt cette année, tenant une promesse de campagne, M. Biden a affirmé que les États-Unis cesseraient de fournir une "assistance offensive" à la guerre vicieuse menée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis - avec l'aide des Britanniques et des Américains - au Yémen. Nous ne savons toujours pas si les choses ont changé, et les États-Unis continuent d'aider à faire respecter un blocus dévastateur d'un port clé dans un pays où des millions de personnes souffrent de la faim.

En s'efforçant de rétablir les relations et les traités que Trump a mis à la poubelle, tout en donnant une nouvelle image de l'implication des États-Unis dans divers conflits, la politique étrangère de Biden ressemble beaucoup à un retour au libéralisme musclé de l'ère Obama, qui nous a donné l'État islamique et les désastres humanitaires au Yémen, en Libye et ailleurs. Toutes les nouvelles selon lesquelles les guerres éternelles prennent fin passent à côté de ce qui se passe réellement dans la politique étrangère des États-Unis.

Edited by Wallaby
Link to comment
Share on other sites

Cela fait partie de l'histoire mais je trouve que certains passages illustrent bien la vision des USA sur l'étranger encore aujourd'hui :

"112 Gripes About the French" est un manuel publié en 1945 par les autorités militaires américaines à l'intention des personnels engagés arrivant en France après la Libération. Il était destiné à désamorcer les tensions croissantes entre l'armée américaine et la population locale.

http://www.marshallfoundation.org/library/wp-content/uploads/sites/16/2014/05/112-gripes-about-the-french.pdf

 

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Arland a dit :

Cela fait partie de l'histoire mais je trouve que certains passages illustrent bien la vision des USA sur l'étranger encore aujourd'hui :

"112 Gripes About the French" est un manuel publié en 1945 par les autorités militaires américaines à l'intention des personnels engagés arrivant en France après la Libération. Il était destiné à désamorcer les tensions croissantes entre l'armée américaine et la population locale.

http://www.marshallfoundation.org/library/wp-content/uploads/sites/16/2014/05/112-gripes-about-the-french.pdf

 

Je n ai pas tous lu. Et meme je dirais survolé .

Mais je suis plutot surpris .

Quel passage trouve tu " choquant " ou " viellot ", " déplacé " ?

Pour ce que  j en ai lu ,je trouve ca plutot pragmatique. 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

https://www.foreignaffairs.com/articles/united-states/2021-09-29/biden-trump-age-america-first

L'ère de l'America First

RIchard Haas, Council of Foreign Relations

Donald Trump était censé être une aberration - un président américain dont la politique étrangère marquait une rupture nette mais temporaire avec un internationalisme qui avait défini sept décennies d'interactions des États-Unis avec le monde. Il ne voyait que peu de valeur aux alliances et rejetait les institutions multilatérales. Il s'est empressé de se retirer des accords internationaux existants, tels que l'accord de Paris sur le climat et l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, et s'est éloigné des nouveaux accords, tels que le partenariat transpacifique (TPP). Il a choyé les autocrates et s'en est pris aux partenaires démocratiques des États-Unis.

À première vue, la politique étrangère du président américain Joe Biden pourrait difficilement être plus différente. Il affirme apprécier les alliés traditionnels des États-Unis en Europe et en Asie, célèbre le multilatéralisme et salue l'engagement de son administration en faveur d'un "ordre international fondé sur des règles". Il considère le changement climatique comme une menace sérieuse et la maîtrise des armements comme un outil essentiel. Il considère que le combat de notre époque oppose la démocratie à l'autocratie et s'engage à convoquer ce qu'il appelle le Sommet de la démocratie pour rétablir le leadership des États-Unis dans la cause démocratique. "L'Amérique est de retour", a-t-il proclamé peu après son entrée en fonction.

Mais les différences, aussi significatives soient-elles, masquent une vérité plus profonde : il y a beaucoup plus de continuité entre la politique étrangère du président actuel et celle de l'ancien président que ce qui est généralement reconnu. Des éléments essentiels de cette continuité sont apparus avant même la présidence de Trump, sous l'administration de Barack Obama, suggérant une évolution à plus long terme - un changement de paradigme dans l'approche du monde par les États-Unis. Sous l'apparente volatilité, les contours d'une politique étrangère américaine post-guerre froide se dessinent.

Aujourd'hui, malgré la promesse de M. Biden de "contribuer à conduire le monde vers un avenir plus pacifique et plus prospère pour tous les peuples", la réalité est que les Américains veulent les avantages de l'ordre international sans faire le dur travail de le construire et de le maintenir.

L'emprise de cette approche nationaliste émergente du monde est claire, ce qui explique la continuité entre des administrations aussi différentes que celles d'Obama, de Trump et de Biden. Quant à savoir si elle peut produire une politique étrangère qui fasse progresser la sécurité, la prospérité et les valeurs américaines, c'est une toute autre question.

La liste des faux pas est longue. Washington a largement échoué à s'adapter à la montée en puissance de la Chine. Sa décision d'élargir l'OTAN, en violation du dicton de Churchill "Dans la victoire, la magnanimité", a attisé l'hostilité russe sans moderniser ou renforcer suffisamment l'alliance. L'Afrique et l'Amérique latine n'ont reçu qu'une attention intermittente, et même alors limitée. Par-dessus tout, les guerres de l'après-11 septembre en Afghanistan et en Irak ont été des échecs, tant au niveau de la conception que de l'exécution, et se sont soldées par une surenchère coûteuse, dans le cadre d'une focalisation plus large des États-Unis sur le Grand Moyen-Orient qui défie toute logique stratégique. Les administrations de George W. Bush et d'Obama ont consacré un pourcentage élevé de leur politique étrangère à une région qui n'abrite qu'environ cinq pour cent de la population mondiale, aucune grande puissance, et dont les économies dépendent du gaspillage des combustibles fossiles.

Le mot qui vient à l'esprit pour évaluer la politique étrangère des États-Unis après la guerre froide est "gaspillage". Les États-Unis ont raté leur meilleure chance de mettre à jour le système qui avait mené avec succès la guerre froide pour une nouvelle ère définie par de nouveaux défis et de nouvelles rivalités. Entre-temps, grâce aux guerres en Afghanistan et en Irak, le public américain s'est largement désintéressé de ce qui était largement considéré comme une politique étrangère coûteuse et ratée. Les Américains en sont venus à blâmer le commerce pour la disparition de millions d'emplois manufacturiers (bien que les nouvelles technologies en soient le principal responsable)[1], et les inégalités croissantes, exacerbées par la crise financière de 2008 et la pandémie, ont alimenté la méfiance des populistes envers les élites. Face à l'imminence des problèmes intérieurs, notamment le délabrement des infrastructures et l'échec de l'éducation publique, l'engagement à l'étranger a été considéré comme une distraction coûteuse. Le décor d'un nouveau paradigme de politique étrangère était planté.

Et Biden ne s'est pas contenté de mettre en œuvre la politique [afghane] de Trump dont il avait hérité ; son administration l'a fait à la manière de Trump, en consultant très peu les autres et en laissant les alliés de l'OTAN se démener. (D'autres décisions, comme le fait de supplanter les ventes françaises de sous-marins à l'Australie ou de tarder à lever les restrictions liées au COVID contre les visiteurs européens aux États-Unis, ont de même fait reculer les liens transatlantiques). Le multilatéralisme et une politique étrangère privilégiant les alliances en principe ont cédé la place à un unilatéralisme privilégiant l'Amérique en pratique.

[1] C'est contestable voir ceci :  

Le 23/10/2019 à 00:03, Wallaby a dit :

https://nationalinterest.org/feature/technology-trap-more-automation-driving-inequality-89211 (20 octobre 2019)

Cet article est une recension critique de l'ouvrage de Carl Benedikt Frey, The Technology Trap: Capital, Labor, and Power in the Age of Automation publié cette année chez Princeton University Press, qui traite de l'impact de l'automatisation sur l'emploi. Frey est un suédois qui enseigne en Angleterre à Oxford.

Si la production avait augmenté comme par le passé, il n'y aurait pas eu la même perte globale d'emplois en raison de l'automatisation.

L'automatisation est donc un facteur secondaire dans la perte d'emplois en raison de l'absence d'une augmentation correspondante de la production. Le manque de production intérieure s'explique en partie par le fait que les fabricants ont délocalisé leurs emplois hors du pays - en Caroline du Nord, par exemple, où Trump a gagné, l'industrie du meuble s'est déplacée au Mexique - et par la concurrence ruineuse des industries subventionnées en Asie qui ont éliminé des entreprises américaines. Dans une étude très citée, les économistes David Autor, David Dorn et Gordon Hanson ont blâmé la concurrence des exportations chinoises pour la perte de près de 2,4 millions d'emplois entre 1999 et 2011.


 

En théorie, une plus grande continuité dans la politique étrangère des États-Unis devrait être une bonne chose. Après tout, une grande puissance a peu de chances d'être efficace si sa politique étrangère vacille d'une administration à l'autre d'une manière qui perturbe les alliés, ouvre des portes aux adversaires, désoriente les électeurs et rend impossible tout engagement à long terme en faveur de l'élaboration de normes et d'institutions mondiales. Le problème de l'approche américaine émergente du monde n'est pas l'absence de consensus politique interne ; au contraire, il existe un bipartisme considérable en matière de politique étrangère. Le problème, c'est que ce consensus est terriblement inadéquat, surtout parce qu'il ne permet pas d'apprécier à quel point les développements qui se produisent à des milliers de kilomètres de distance affectent ce qui se passe chez nous.

Il est également truffé de contradictions autodestructrices, en particulier lorsqu'il s'agit de la Chine. Pour dissuader la Chine, il faudra une augmentation soutenue des dépenses militaires et une plus grande volonté de recourir à la force (car une dissuasion réussie exige toujours non seulement la capacité mais aussi la volonté perçue d'agir). De nombreux républicains, mais peu de démocrates, soutiennent la première option ; peu de membres des deux partis semblent prêts à s'engager dans la seconde. Les deux partis sont favorables à une amélioration symbolique des relations américano-taïwanaises, même si le fait d'aller trop loin dans cette direction risque de déclencher un conflit coûteux entre les États-Unis et la Chine. Même si les États-Unis considèrent la Chine comme un adversaire, Washington a toujours besoin du soutien de Pékin s'il veut relever une série de défis régionaux et mondiaux, de la Corée du Nord à l'Afghanistan en passant par la santé mondiale. Et si l'administration Biden a beaucoup parlé de son soutien aux alliances, les alliés des États-Unis ne sont, dans de nombreux cas, pas préparés à faire ce que l'administration estime nécessaire pour contrer la Chine. En effet, lorsqu'il s'agit de la Chine et de la Russie, la plupart des alliés des États-Unis résistent aux appels des États-Unis à limiter les liens commerciaux et d'investissement dans les secteurs sensibles pour des raisons géopolitiques. Une posture ne fait pas une politique.

En l'absence d'un nouvel internationalisme américain, le résultat probable sera un monde moins libre, plus violent et moins désireux ou capable de relever les défis communs. Il est à la fois ironique et dangereux qu'à une époque où les États-Unis sont plus que jamais affectés par les développements mondiaux, ils soient moins disposés à mener une politique étrangère qui tente de les façonner.

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

L'auteur a une vision quelque peu idéalisé de la diplomatie états-unienne du passé, je doute que les amérindiens, latinos, haitiens, philippiens et espagnols ont la même définition de l'internationalisme que lui.

Les Etats-Unis ont toujours mis leurs vassaux et alliés dans le fait accompli, la seul différence est qu'aujourd'hui il n'y a plus d'ennemis commun comme cela fut le cas de l'URSS. Alors que la Chine est loin de susciter la même méfiance ... le PCC a très bien compris les causes de l'isolation diplomatique, et a pris toutes les mesures nécessaires pour échapper de cette état.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 32 minutes, Rochambeau a dit :

le PCC a très bien compris les causes de l'isolation diplomatique, et a pris toutes les mesures nécessaires pour échapper de cette état.

Ça se discute, vu certains de leurs agissements... Ils ont fait preuve d'une certaine désinvolture décomplexée dans leurs relations diplomatiques ces derniers temps. Mais il est vrai que l'exemple états-unien leur montre que quand on est assez gros, on peut se permettre d'être un gougnafier.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

à l’instant, Kelkin a dit :

Ça se discute, vu certains de leurs agissements... Ils ont fait preuve d'une certaine désinvolture décomplexée dans leurs relations diplomatiques ces derniers temps. Mais il est vrai que l'exemple états-unien leur montre que quand on est assez gros, on peut se permettre d'être un gougnafier.

Cette désinvolture est relatif au regard des exemples comme la Russie, la Turquie, la Corée du Nord, Azerbaïdjan ou encore le Pakistan. On peut pas dire que du coté occidentale nous avons fait mieux, à l'exemple de la France qui a fait de malheureuses expériences en Lybie et Syrie. Au fonds, la Chine ne fait ni plus ni moins que les autres états du monde, mais avec leur moyens ! 

 

Link to comment
Share on other sites

https://www.19fortyfive.com/2021/10/france-and-america-a-vital-alliance-to-ensure-an-open-and-free-indo-pacific/ (13 octobre 2021)

Une diplomatie américaine forte, avec des mesures telles que des visites réciproques des présidents Biden et Macron à la Maison Blanche et au Palais de l'Élysée et des joint-ventures entre les entrepreneurs de défense américains et français sur le développement de certains systèmes de défense futurs, contribuerait à faire oublier la controverse de l'annonce de l'AUKUS.  Il incombe à Washington d'encourager la poursuite de la coopération franco-américaine dans le monde entier et, en particulier, dans la région indo-pacifique où l'Occident est confronté à une Chine de plus en plus agressive. L'alliance franco-américaine est trop importante pour les deux pays pour être définitivement endommagée par les événements du mois dernier.

La France est une puissance du Pacifique depuis des siècles. Elle est un allié des Américains depuis la Révolution. Alors que nous célébrons le 240e anniversaire de la bataille de Yorktown, où les forces navales françaises ont contribué à assurer l'indépendance américaine, Washington et Paris devraient se concentrer sur les nombreux domaines d'accord historiques et actuels qui sous-tendent la relation bilatérale plutôt que sur des controverses temporaires. Dans les décennies à venir, cette alliance historique entre Paris et Washington sera essentielle au maintien d'un Indo-Pacifique libre, ouvert et prospère.  

L'ambassadeur Robert C. O'Brien a occupé le poste de 28e conseiller à la sécurité nationale de 2019 à 2021.

 

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

https://www.cbsnews.com/news/china-hypersonic-weapons-test-details-united-states-military/?intcid=CNM-00-10abd1h

Bon les détails sont assez ... vagues mais c'est quand même pas mal pour des personnes qui ont peur de ne pas voir venir la chose et la conclusion est un comble venant d'un pays ayant envoyé lourder le principe du NFU à plusieurs reprises (au nez des chinois en plus). Par contre, qu'il considère les armes chinoises comme tel sous-entendrai un écart circulaire probable suffisamment petit...

 

Citation

Dans une interview exclusive accordée à CBS News, le général John Hyten, vice-chef d'état-major des armées et numéro 2 de l'armée américaine, a révélé de nouveaux détails sur le test chinois d'armes hypersoniques de l'été dernier, qui a envoyé un missile autour du monde à plus de cinq fois la vitesse du son.  

"Ils ont lancé un missile à longue portée", a déclaré Hyten à CBS News.  "Il a fait le tour du monde, a largué un véhicule hypersonique qui a plané jusqu'en Chine, qui a touché une cible en Chine."  À la question de savoir s'il a atteint la cible, Hyten a répondu : " Suffisamment proche ".

Contrairement aux missiles balistiques intercontinentaux qui se déplacent dans un arc prévisible et peuvent être suivis par des radars à longue portée, une arme hypersonique manœuvre beaucoup plus près de la terre, ce qui la rend plus difficile à détecter par les radars.  Si l'on ajoute à cela les centaines de nouveaux silos à missiles que la Chine est en train de construire, M. Hyten pense que les Chinois pourraient un jour avoir la capacité de lancer une attaque nucléaire surprise contre les États-Unis.  

"Elles ressemblent à une arme de première frappe", a déclaré Hyten. "C'est à cela que ces armes ressemblent pour moi".  

Pendant des décennies, l'équilibre nucléaire entre les États-Unis et la Russie a dépendu du fait qu'aucun des deux pays n'avait la capacité de lancer une première frappe réussie. Si la Chine essaie maintenant de développer une capacité de première frappe, cet équilibre serait menacé.

Les États-Unis développent leurs propres armes hypersoniques, mais pas aussi rapidement que la Chine.  Hyten a déclaré à CBS News qu'au cours des cinq dernières années, la Chine a effectué des centaines de tests hypersoniques, tandis que les États-Unis n'en ont effectué que neuf.  Selon M. Hyten, la Chine a déjà déployé une arme hypersonique de moyenne portée, alors que les États-Unis n'ont pas encore mis en service leur première arme.

L'essai hypersonique chinois a eu lieu le 27 juillet et a été comparé au moment où, en 1957, pendant la course aux armements avec l'Union soviétique, Moscou a lancé le satellite Spoutnik, devenant ainsi la première nation à aller dans l'espace et prenant les États-Unis par surprise.   

Lorsqu'on lui a demandé s'il comparait l'essai chinois au Spoutnik, M. Hyten a répondu que "d'un point de vue technologique, c'est assez impressionnant . . Mais le Spoutnik a créé un sentiment d'urgence aux États-Unis. . . Le test du 27 juillet n'a pas créé ce sentiment d'urgence.  Je pense que cela devrait probablement créer un sentiment d'urgence".

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

 

 

 

 

 

Edited by Arland
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Ce qui est tragiquement comique est que les US qui s'acharnent à rompre l'équilibre de la terreur ici mentionné (impossibilité d'une première frappe) avec leurs ABM se plaignent que les Chinois vont peut-être y arriver...

Link to comment
Share on other sites

Le principe de base de la guerre est de gagner un avantage décisif sur l'ennemi. Avoir une défense qui résiste aux attaques, avoir une attaque qui passe outre les défenses. C'est normal que les Américains cherchent à avoir ça, tout comme c'est normal que les Chinois cherchent à avoir ça. Tout ceux qui en ont les moyens cherchent à avoir ça. Même nous.

Link to comment
Share on other sites

Le 20/11/2021 à 23:13, Arland a dit :

https://www.cbsnews.com/news/china-hypersonic-weapons-test-details-united-states-military/?intcid=CNM-00-10abd1h

"Elles ressemblent à une arme de première frappe", a déclaré Hyten. "C'est à cela que ces armes ressemblent pour moi".  

Pendant des décennies, l'équilibre nucléaire entre les États-Unis et la Russie a dépendu du fait qu'aucun des deux pays n'avait la capacité de lancer une première frappe réussie. Si la Chine essaie maintenant de développer une capacité de première frappe, cet équilibre serait menacé.

Il est mignon tout plein le général Hyten, mais le mot clé ici est "essayer". Et la phrase est fausse. Ce qui est vrai c'est que :

Si la Chine réussissait maintenant à développer une capacité de première frappe, cet équilibre serait menacé.

Et il y a (fort) loin de la coupe aux lèvres. Rappelons que les Etats-Unis maintiennent en permanence au moins 4 SNLE en position de tir "quelque part dans l'Océan", pratiquement invulnérables à une frappe surprise.

Quant au scénario comme quoi le pouvoir politique américain serait décapité par une attaque nucléaire surprise, France, Russie etc. ont construit leurs systèmes de commandement en fonction de ce risque. Je ne peux pas croire que l'Amérique ait fait moins.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

11 hours ago, Alexis said:

Et il y a (fort) loin de la coupe aux lèvres. Rappelons que les Etats-Unis maintiennent en permanence au moins 4 SNLE en position de tir "quelque part dans l'Océan", pratiquement invulnérables à une frappe surprise.

Étrange raisonnement ...

La dissuasion assurée par une capacité de frappe en second ne t'immunise en rien contre une frappe en premier ... tu as juste une capacité probable d'essayer de te venger ni plus ni moins.

Le "souci" c'est si ton ennemi dispose d'une capacité ABM sérieuse ... qui pourrait penser que justement tu es immunisé contre une frappe.

Or les solution ABM sont surtout orienté anti-balistique ... et donc pourrait laisser passer des frappe "de croisiere".

D'ou l'inquiétude US. Et le discours sur la capacité de premier frappe ... y compris à travers une solution ABM.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Alexis a dit :

Il est mignon tout plein le général Hyten, mais le mot clé ici est "essayer". Et la phrase est fausse. Ce qui est vrai c'est que :

Si la Chine réussissait maintenant à développer une capacité de première frappe, cet équilibre serait menacé.

Et il y a (fort) loin de la coupe aux lèvres. Rappelons que les Etats-Unis maintiennent en permanence au moins 4 SNLE en position de tir "quelque part dans l'Océan", pratiquement invulnérables à une frappe surprise.

Quant au scénario comme quoi le pouvoir politique américain serait décapité par une attaque nucléaire surprise, France, Russie etc. ont construit leurs systèmes de commandement en fonction de ce risque. Je ne peux pas croire que l'Amérique ait fait moins.

Ce n'est pas tant le fait que les chinois soient capables de faire tel ou tel chose ou non qui importe, ce qui importe c'est ce dont les militaires et les politiques américains sont convaincus. Si ils partent du principe que la chine représente une menace existentielle contre les USA par le biais d'une "possible" force nucléaire largement supérieure qualitativement, alors le principe de première frappe les pousserai à balancer leurs ogives sur la Chine à titre préventif dès les premières heure d'un conflit avec cette dernière, il est là le soucis, plus d'escalade, on colle tout dès le début, au cas où...

Edited by Arland
Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Alexis a dit :

Quant au scénario comme quoi le pouvoir politique américain serait décapité par une attaque nucléaire surprise, France, Russie etc. ont construit leurs systèmes de commandement en fonction de ce risque. Je ne peux pas croire que l'Amérique ait fait moins.

Elle a même fait plus, dans bien des domaines  elle est plus redondante  que la France.

La véritable inconnue,  c'est la Chine.

Autre inconnue, la Russie, et son système perimetr ( possible système main morte )

Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, Kelkin a dit :

Le principe de base de la guerre est de gagner un avantage décisif sur l'ennemi. Avoir une défense qui résiste aux attaques, avoir une attaque qui passe outre les défenses. C'est normal que les Américains cherchent à avoir ça, tout comme c'est normal que les Chinois cherchent à avoir ça. Tout ceux qui en ont les moyens cherchent à avoir ça. Même nous.

Mais hurler à la mort quand un adversaire fait ce que tu fais depuis des années demeure assez tragiquement (on parle de nucléaire) risible.

  • Like 1
  • Haha 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,642
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mobius1
    Newest Member
    Mobius1
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.4m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...