Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

intelligence artificiel dans la guerre


Recommended Posts

Je parcourais le forum et j'étais très étonné que personne n'avait abordé le sujet très tendance ces derniers temps qu'est l'intelligence artificiel dans les matériels militaires.
Il s'agit pourtant d'une axe de développement majeur dans la guerre du futur. Sans aller jusqu’à crée des robot tueur, je pense que l'IA peut améliorer significativement certain aspect dont le temps de réaction des appareils face à l'ennemie.
Après, je ne suis pas du tout un expert et je m'en excuse par avance si mes question sont géophile mais il est vrai qu'il me semblait intéressant de s'intéressé par exemple au systeme de combat des chasseurs qui sont particulièrement bien adapté à une amélioration poussé de commandement par IA.

PS : J'ai un autre compte que je n'arrive plus a me connecter correctement sans faire une recherche de mot de passe perdu à chaque connexion donc j'en ai recré celui la.
 

 

En fait, à l'heure actuel, j'ai l'impression que seul les USA et la Chine se sont donné les moyens d'etre présent dans le IA. Pourtant, il me semblait que la prochaine génération d'avion ou de drone  de combat soit très certainement controlé en majorité par l'IA pour gagner en compétivité.

Link to post
Share on other sites

Le gros progrès actuel venant du Deep Learning, c'est l'identification et la reconnaissance d'objet. On ne tardera pas à avoir des missiles à autodirecteur capable de faire de l'acquisition autonome de cible terrestre (reconnaitre un char, un pick up).

La deuxième utilité sera l'analyse d'image en masse pour produire des alertes aux utilisateurs humains. Les drones surveilleront des grandes surface et signaleront seulement les objets militaiers aux utilisateurs. Il y aura aussi des vigies robotisés sur els chars détectant les menaces et les suspicins d'IED devant le véhicule.

Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, koojisensei2 a dit :

Je parcourais le forum et j'étais très étonné que personne n'avait abordé le sujet très tendance ces derniers temps qu'est l'intelligence artificiel dans les matériels militaires.
Il s'agit pourtant d'une axe de développement majeur dans la guerre du futur. Sans aller jusqu’à crée des robot tueur, je pense que l'IA peut améliorer significativement certain aspect dont le temps de réaction des appareils face à l'ennemie.
Après, je ne suis pas du tout un expert et je m'en excuse par avance si mes question sont géophile mais il est vrai qu'il me semblait intéressant de s'intéressé par exemple au systeme de combat des chasseurs qui sont particulièrement bien adapté à une amélioration poussé de commandement par IA.

ça dépend de ce qu'on entend par IA.
Le terme est utilisé à tort et à travers.

  • S'il s'agit de techniques d'apprentissage rapide pour assister un opérateur humain surchargé sur une fonction particulière (genre détection et classification en guerre électronique), c'est sans doute déjà employé.
     
  • Si on parle d'essaim de drone semi-autonome (où l'opérateur ne s'occupe que de la direction stratégique) et les IA s'occupent de tout le reste (vol en formation, ajuster la formation pour les pertes, choisir comment appliquer les ordres, mettre en oeuvre les armes) , c'est en bonne voie, notamment par les US et les chinois, pour contrer notamment les bulles de défense aérienne.
     
  • Si on parle d'un système d'arme contrôlé par une IA totalement autonome , lâché dans un environnement complexe (brouillage, civils, règles d'engagement), on en est loin (je pense).
    (sans même parler des problèmes éthiques et du syndrome Skynet).
     
  • Y a bien des IA hyper spécialisées capables de rivaliser / battre les humains dans un bac à sable avec des règles simples (cf une IA spécialisée dans le dogfight), mais je doute qu'on leur fasse confiance hors laboratoire.


EDIT: complément

En supposant que les drones pleinement autonomes soient complètement opérationnels (et y a eu de belles démos de X-45 il y a ... 13 ans), il reste le plus difficile.
Passer outre au lobby des pilotes de chasse (très fort dans l'USAF et l'US Navy).
http://www.thedrive.com/the-war-zone/3889/the-alarming-case-of-the-usafs-mysteriously-missing-unmanned-combat-air-vehicles
(déjà exiger que les pilotes de drone Avenger aient le brevet pilote de l'académie USAF :rolleyes:, c'est du gros gâchis, c'est très syndical...)

A voir si les chinois (qui poussent très fort sur l'IA) arriveront à surmonter cet "obstacle" :tongue:

 

Citation


PS : J'ai un autre compte que je n'arrive plus a me connecter correctement sans faire une recherche de mot de passe perdu à chaque connexion donc j'en ai recré celui la.

 

ça ne serait pas ce bug par hasard ?
Je l'ai subi pendant presque 1 an ...
Faudrait que les modérateurs mettent un message sur la page de login / reset de mot de passe...

 

Edited by rogue0
précisions
Link to post
Share on other sites

pour cela ca nécessite une base d'image importante pour qu'il puisse rapprocher la forme la plus adéquate statistiquement, que ca soit une empreinte, ou une image, faudra la base de données qui lui permet d'apprendre et construire son modele,  exemple la reconnaissance de caractère. ensuite les algo type de reseau de neurone RNN/CNN selon le besoin, identifiera l'objet.

tensorflow de google est l'un des plus connu pour le deep learning.

 

imaginons un radar qui cherche à identifier un avion,  un programme appliquera le deep learning avec des algo type reseau de neurone pour trouver quelle est l'image, plus la base sera riche, plus le modele d'apprentissage sera précis, moins il y aura de risque d'erreur pour identifier l'individu.

Ca sera  l'image electomagnetique qui correspondra statistiquement à l'image qui a été détectée par le radar et  va le classer. il y a donc une phase d'apprentissage pour construire le modele à partir de la bibliothèque d'image, et une "prédcition" pour identifier l'objet en appliquant le modèle.

autre exemple, une recherche d'une empreinte d'un individu va interroger une base d'image pour identifier l'individu. ou la reconnaissance faciale en temps réel d'une vidéo surveillance.

Quand ca concerne du son, de l'image, de la vidéo, de la reconnaissance de texte,  cela s'applique bien, mais quand on fait du traitement selon des règles métier, cela marche moins bien.

 

 

 

 

 

Edited by zx
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

le gros problème de  tout ca, il faut des calculateurs rapide avec beaucoup de processeurs dédiés pour traiter rapidement.

le raspberry identifie et traite l'image de la route pour la traiter en temps réel et détermine le contexte puis donne des instructions à l'arduino pour le pilotage. c'est quelques centaines d'euros et beaucoup d'énergie et de temps de mise au point.

 

Edited by zx
  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Si on parle de détection ou de classification par réseau de neurones, c'est vrai qu'il faut une grosse puissance de calcul pour entraîner le réseau. Par la suite pour utiliser le réseau beaucoup moins.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

100ME c'est maigre, ca permet de financer quelques études.

L’armée française met le cap sur l’IA pour l’aviation de combat du futur

https://www.numerama.com/politique/336845-larmee-francaise-met-le-cap-sur-lia-pour-laviation-de-combat-du-futur.html

LE PROJETMAN MACHINE TEAMING

http://mmt.thales.dassault-aviation.com/

Citation

 

Assistant virtuel, nouvelles interactions Homme/Machine

Réalité augmentée, multimodalité, oculométrie, casques EEG

Analyse de la situation, allocation dynamique de tâches, trajectoires autonomes, prise ou proposition de décision ultra-rapide

Capteurs cognitifs et apprenants, deep learning

Fusion des données en multi-capteurs, détection de zone d’intérêt, détection de comportement

 

 

https://www.defense.gouv.fr/salle-de-presse/communiques/communiques-de-florence-parly/florence-parly-presente-son-plan-en-faveur-de-l-intelligence-artificielle-axe-d-innovation-majeur-du-ministere-des-armees

 

Edited by zx
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Oui quand vois les centaines de milliards d'euros lachés par les chinois dans le domaine de l'IA, j'ai l'impression que l'Europe va encore se faire distancer dans la prochaine génération d'avion de combat en plus de la génération actuelle. A terme, la défense européenne se fera  avec l'acquisition de matos américain. 

Il y a 15 heures, rogue0 a dit :

 

ça ne serait pas ce bug par hasard ?
Je l'ai subi pendant presque 1 an ...
Faudrait que les modérateurs mettent un message sur la page de login / reset de mot de passe...

Non moi ,c'est vraiment un probleme de mot de passe qui n'est pas reconnu. Pourtant, je le réinitialise a chaque fois avec l'envoie d'un mail mais il suffit que ca se déconnecte pour que le mot de passe n'est plus reconnu. Du coup, j'ai plus qu'a réinitialiser le mot de passe.

Link to post
Share on other sites

Ils ont oubliés un truc important dans leur projet,  le travail collaboratif et la répartition des tâches entre machine  

imaginons  1 rafale B et  2 neuron de combat AA+detection passiv+ 1 neuron bombardier, l'utilisation d'un réseau devient très important

 

Edited by zx
Link to post
Share on other sites

Très honnêtement, je pense que tous les pays seront amené à développé des IA qui prendrons la décision ou pas de tuer. Ce n'est pas une question d'ethnique mais plutot un problème de performance. Les pays qui ne le ferons pas n'auront plus les appareils les plus efficaces ou performant. Donc t'en qu'a faire, autant être les premiers.

Link to post
Share on other sites
Le 20/03/2018 à 12:19, zx a dit :

Ils ont oubliés un truc important dans leur projet,  le travail collaboratif et la répartition des tâches entre machine  

imaginons  1 rafale B et  2 neuron de combat AA+detection passiv+ 1 neuron bombardier, l'utilisation d'un réseau devient très important

 

Ce genre de projet est trompeur car en réalité les drones ne travaillent pas en coopération.

En fait tous les calculs sont faits au sol dans un unique logiciel, y compris la localisation des drones.

On est donc en face d'un système complètement centralisés sans aucune décision autonome de la part des drones qui ne font qu'exécuter des commandes venant du sol.

Leur seule liberté est leur stabilisation et le suivi des trajectoires commandés.

Dans les faits, ce n'est pas un travail collaboratif car il n'y a aucune intelligence ni initiative locale.

Link to post
Share on other sites

j'ai pris cela pour exemple,  mais si on veut un vrai projet de travail collaboratif il y a ce projet en cours, il y en a d'autres, mais l'essentiel de ce que je veux sous entendre, c'est que les drones devront travailler ensemble dans le cadre d'une mission avec un leader et devront s'adapter pour réaliser la mission. l'intelligence n'existe pas en tant que tel, il y a plusieurs  "intelligence". le deep learning est un sous ensemble de l'intelligence artificielle basé sur les statistiques et les réseaux de neurone. une image apprise n'a pas le même rendu que l'image originale.

http://kulturegeek.fr/news-72421/robotique-lavenement-drones-collaboratifs

Edited by zx
Link to post
Share on other sites
  • 2 months later...

Du neuf sur le sujet.

  • Vu sur le fil Rafale, une extension du pod RecoNG, utilisant l'IA pour faire de la reconnaissance automatique des véhicules
    pendant le vol (donc permettant de rerouter la mission pour se concentrer sur la zone "intéressante")
    http://www.air-cosmos.com/thales-propose-de-l-ia-pour-le-pod-reco-ng-111813#.Wxk4loHTID4.twitter
    Révélation
    Il y a 13 heures, hadriel a dit :

    Thales a développé un algo de reconnaissance automatique de cibles embarquable sur le pod reco-NG moyennant l'ajout d'un processeur. Ca m'a tout l'air d'être du deep learning avec un calcul sur FPGA. Point intéressant ils ont entrainé le réseau sur données synthétiques et validé la performance sur images réelles.

    http://www.air-cosmos.com/thales-propose-de-l-ia-pour-le-pod-reco-ng-111813#.Wxk4loHTID4.twitter

    Avec la liaison de données SATCOM sur le Rafale F4, ça révolutionnerait la reconnaissance en permettant de détecter quasiment instantanément les véhicules intéressants et de transmettre leur position sans attendre, alors qu'actuellement il faut que l'avion revienne en vue d'une station sol pour décharger ses données et ensuite les analystes peuvent commencer leur travail.

    C'est ce genre de techno qui permettrait à des drones comme le SCAF de balayer de larges zones pour y détecter les défenses antiaériennes en utilisant uniquement des capteurs optiques, donc passifs.

     


 

Citation

Sept grands principes

Google a donc défini ce qu’il s’engageait à ne pas faire. Mais il a aussi établi « sept grands principes pour guider [son] travail », explique l’entreprise. L’intelligence artificielle devrait ainsi, selon Google :

« Bénéficier à la société. » L’entreprise précise : « Nous prendrons en compte un large éventail de facteurs économiques et sociaux, et nous effectuerons des analyses pour déterminer si les bénéfices potentiels excèdent substantiellement les risques et mauvais côtés prévisibles. »

« Eviter de créer et de renforcer des biais injustes. » Actuellement, de nombreux systèmes d’IA, fondés sur des données humaines, tendent à reproduire les préjugés racistes, sexistes ou autres de leurs modèles.

« Etre conçue et testée pour la sécurité », pour « éviter des résultats inattendus qui puissent présenter des risques ».

« Pouvoir rendre des comptes. » L’un des grands problèmes des programmes d’IA, notamment ceux reposant sur les méthodes d’apprentissage profond, est que leurs concepteurs ne sont pas capables d’expliquer les décisions qu’ils prennent. Cette question fait l’objet de recherches, notamment chez Google.

« Incorporer des principes de respect de la vie privée. » Un certain nombre de technologies d’IA nécessitent, pour fonctionner, d’importantes masses de données, ce qui soulève des questions concernant le respect des données personnelles.

« Se maintenir aux hauts standards de l’excellence scientifique. » Dans les méthodes de recherche et de développement, mais aussi en publiant les résultats de ses travaux scientifiques, précise Google.

« Etre mise à disposition des autres pour des usages en accord avec ces principes. » Google dit ainsi qu’elle se « réserve le droit d’empêcher ou de mettre un terme à l’usage de [ses] technologies » si elle découvre « des usages incompatibles avec ces principes ».

 

Le 20/03/2018 à 12:01, koojisensei2 a dit :

Oui quand vois les centaines de milliards d'euros lachés par les chinois dans le domaine de l'IA, j'ai l'impression que l'Europe va encore se faire distancer dans la prochaine génération d'avion de combat en plus de la génération actuelle. A terme, la défense européenne se fera  avec l'acquisition de matos américain. 

AMHA, le plus grand impact de l'IA est au niveau de l'exploitation des données (renseignement, guerre électronique, etc) qui concerne toutes les branches armées.

Du côté aviation de combat, l'autre application majeure de l'IA que je vois, c'est pour faciliter le contrôle de nuées de drones pour percer les défenses aériennes, la suprématie aérienne, etc.
Mais on peut faire les nuées de drone sans IA.
ça sera juste moins flexible.
 


Citation

Non moi ,c'est vraiment un probleme de mot de passe qui n'est pas reconnu. Pourtant, je le réinitialise a chaque fois avec l'envoie d'un mail mais il suffit que ca se déconnecte pour que le mot de passe n'est plus reconnu. Du coup, j'ai plus qu'a réinitialiser le mot de passe.

Crois-moi, j'ai eu exactement le même soucis pendant 1 an (en pire : le mail de reset de mot de passe ne marchait qu'une fois par mois...).
Essaie de te connecter avec ton alias de login au lieu de ton adresse email.

En plus, tu as peut être aussi atteint la limite de 4 sessions AD.net ouvertes en même temps (genre connecté sur le téléphone, la tablette, le PC à la maison, le PC au bureau ...)

Edited by rogue0
Link to post
Share on other sites
Le ‎19‎/‎03‎/‎2018 à 18:18, koojisensei2 a dit :

Je parcourais le forum et j'étais très étonné que personne n'avait abordé le sujet très tendance ces derniers temps qu'est l'intelligence artificiel dans les matériels militaires.

Il y a un sujet skynet dans la partie Wargame. Sinon, il y a de nombreux sujets sur les drones (en rapport ou non avec le F-35) qui concerne en partie l'intelligence artificielle.

Comprend qu'à l'heure actuelle, l'intelligence artificielle n'existe officiellement pas et qu'aucune arme, officiellement, n'est pas manoeuvré par une intelligence artificielle. En imaginant que la réalité officieuse ne rejoigne pas la vérité officielle, on ne peut débattre que de ce que l'on connaît. Les débats consacrés le plus directement au sujet concernent donc les systèmes experts employés dans le secteur civil, des IA faibles.

Le ‎19‎/‎03‎/‎2018 à 18:18, koojisensei2 a dit :

Il s'agit pourtant d'une axe de développement majeur dans la guerre du futur. Sans aller jusqu’à crée des robot tueur, je pense que l'IA peut améliorer significativement certain aspect dont le temps de réaction des appareils face à l'ennemie.

(...)

En fait, à l'heure actuel, j'ai l'impression que seul les USA et la Chine se sont donné les moyens d'etre présent dans le IA.

Les Etats européens ne sont pas pas tout à fait dépassés puisqu'ils ont développé le drone Neuron. Je pense aussi que tu sous-estimes la position du Japon, de la Corée du Sud et, surtout, d'Israël.

Le ‎19‎/‎03‎/‎2018 à 18:18, koojisensei2 a dit :

Sans aller jusqu’à crée des robot tueur, je pense que l'IA peut améliorer significativement certain aspect dont le temps de réaction des appareils face à l'ennemie.

Comment si l'IA forte à laquelle tu pense (donc encore inexistante) ne manoeuvre pas des engins armés? Explique.

Le ‎19‎/‎03‎/‎2018 à 18:18, koojisensei2 a dit :

Pourtant, il me semblait que la prochaine génération d'avion ou de drone  de combat soit très certainement controlé en majorité par l'IA pour gagner en compétivité.

Gagner en compétivité? C'est à dire? Explique.

Link to post
Share on other sites
Le 08/06/2018 à 13:09, Lame a dit :

Les Etats européens ne sont pas pas tout à fait dépassés puisqu'ils ont développé le drone Neuron. Je pense aussi que tu sous-estimes la position du Japon, de la Corée du Sud et, surtout, d'Israël.

Comment si l'IA forte à laquelle tu pense (donc encore inexistante) ne manoeuvre pas des engins armés? Explique.

Gagner en compétivité? C'est à dire? Explique.

Développé un drone téléguidé est une chose, mais se donner les moyens parfois gigantesque pour développer un IA performant est un tout autre niveau. Les autres pays n'ont pas les ressources suffisantes pour entrer en concurrence avec les mastodontes que sont les us et la Chine. Quand je parle de ressources, c'est aussi bien technique, financière, humaine et surtout de la ressource des données.
Seul l'Europe avait une chance de les concurrencer mais sans la volonté politique, rien n'est possible. Je pense que les européens finiront par perdre l'indépendance en armement, reste à savoir si l'achat se fera au américain ou au chinois.

Il y a de mon point de vu des voix de développement très prometteur avec le déploiement de l'IA dnas une futur guerre:


- Gagner la guerre par le nombre.

Le f22 reste l'avion le plus performant dans l'aviation mais qu'est ce qu'il peut faire contre des centaines de drones low cost connecté et controlé entre eux par un IA ? Surtout si chaque drone ne coûte même pas le prix d'un seul missile de l'avion américain. La Chine qui est l'usine du monde aura une avance écrasante contre les américains dans cette stratégie.  

- Efficacité du IA par rapport au humain. 

Il y a des limitations des avions de combat qui sont infranchissable car il y a un humain derrière la commande. Que ça soit des contraintes comme le nombre de G que l'avion peut encaisser, l'espace occupé dans le cockpit, le temps de réaction comme par exemple un manœuvre d'évitement d'une missile, la fatigue, la coordination avec les autres avions, tout sera plus performant avec un IA à terme. Sans parler du risque de perdre les pilotes ou encore le coût de formation des pilotes qui peuvent déboucher sur un tactique de combat complètement différent lors d'une guerre.

Voila après, je suis loin d'être quelqu'un de très calé sur le sujet mais c'est juste une tendance qui me semble irrémédiable. 

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Le ‎12‎/‎06‎/‎2018 à 13:56, koojisensei2 a dit :

Voila après, je suis loin d'être quelqu'un de très calé sur le sujet mais c'est juste une tendance qui me semble irrémédiable. 

Ton analyse est respectable et tu as bien clarifié ta position. Merci.

Link to post
Share on other sites

Un jour, je viendrai ici lancer un vrai débat, pour que l’on arrête de parler d’IA à tort et à travers.

Comme cela dépend de ce que chacun veut y mettre, je pense qu’il a vraiment matière à des discussions intéressantes.

 

Par exemple celle-ci : dès lors que l’on parle de la mise en oeuvre d'algorithmes complexes pour autonomiser des drones, faciliter des tactiques militaires et favoriser les interactions entre l’humain et son environnement, doit-on pour autant parler d’ « IA » ?

J’ai par exemple récemment lu qu’on commençait à parler d’Entreprise Intelligence pour une société ayant décidé d’utiliser une « IA » pour leur activité première (On en est quand même à dire, au-delà du concept marketing, que l’humain n’est plus qu’une ressource, et qu’en lui-même il ne permet pas à une entreprise d’agir « intelligemment » ... ).

 

Pourquoi est-ce que je pose cette question ? Tout simplement parce qu’à la base, « IA » est censée posséder une conscience et avoir une volonté d’agir en propre.

Du coup, quand un logiciel fait du deep learning, bin il ne fait que répondre à un codage. Idem pour un drone quand il réagira aux évènements ou un Watson quand il joue aux échecs : à la base, il n’y a ni volonté consciente, ni de plaisir ou autre sentiment derrière. Il ne fait que mettre en oeuvre des algorithmes complexes et prendre des initiatives sur cette base, comme les applications de trading haute fréquence en bourse. Même quand Google indique que 2 logiciels ont communiqué ensemble et ont créé leur propre langage, encore une fois, ce sont les mécanismes intrinsèques d’apprentissage (voire de calculs poussés de bénéfices) qui les amènent à ça, et non une volonté consciente de se distinguer, d’avoir une communication plus efficace, ou de ne plus être compris par les humains.

 

Bref à mon sens, pour des questions de marketing et de mode, on utilise vraiment le terme « IA » à tort et à travers.

Edited by TarpTent
  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, TarpTent a dit :

Un jour, je viendrai ici lancer un vrai débat, pour que l’on arrête de parler d’IA à tort et à travers.

Comme cela dépend de ce que chacun veut y mettre, je pense qu’il a vraiment matière à des discussions intéressantes.

 

Par exemple celle-ci : dès lors que l’on parle de la mise en oeuvre d'algorithmes complexes pour autonomiser des drones, faciliter des tactiques militaires et favoriser les interactions entre l’humain et son environnement, doit-on pour autant parler d’ « IA » ?

J’ai par exemple récemment lu qu’on commençait à parler d’Entreprise Intelligence pour une société ayant décidé d’utiliser une « IA » pour leur activité première (On en est quand même à dire, au-delà du concept marketing, que l’humain n’est plus qu’une ressource, et qu’en lui-même il ne permet pas à une entreprise d’agir « intelligemment » ... ).

 

Pourquoi est-ce que je pose cette question ? Tout simplement parce qu’à la base, « IA » est censée posséder une conscience et avoir une volonté d’agir en propre.

Du coup, quand un logiciel fait du deep learning, bin il ne fait que répondre à un codage. Idem pour un drone quand il réagira aux évènements ou un Watson quand il joue aux échecs : à la base, il n’y a ni volonté consciente, ni de plaisir ou autre sentiment derrière. Il ne fait que mettre en oeuvre des algorithmes complexes et prendre des initiatives sur cette base, comme les applications de trading haute fréquence en bourse. Même quand Google indique que 2 logiciels ont communiqué ensemble et ont créé leur propre langage, encore une fois, ce sont les mécanismes intrinsèques d’apprentissage (voire de calculs poussés de bénéfices) qui les amènent à ça, et non une volonté consciente de se distinguer, d’avoir une communication plus efficace, ou de ne plus être compris par les humains.

 

Bref à mon sens, pour des questions de marketing et de mode, on utilise vraiment le terme « IA » à tort et à travers.

Je ne partage pas ton point de vu. L'intelligence est un concept flou à la base. 

Finalement, nous aussi nous avons été programmé génétiquement et par l'environnement qui nous entour depuis la naissance ou peut être même avant. Fondamentalement, nous ne sommes pas si différent mais bien sur, en bien plus complexe. Il ne faut pas oublié que nous ne somme qu'au début de l'IA artificiel tandis que nous autre primate avons évolué depuis des millions et des millions d'années. 

Link to post
Share on other sites

le concept d''IA au niveau robotique n'est pas doté de raisonnement ou de conscience, comme l'humain, pour moi, c'est plutôt les travaux sur le cerveau électronique qu'il faut suivre, c'est un autre chantier, ca sera pas avant 20 ans au moins.

il y a plusieurs type d'intelligence, pour l'instant ce qu'on appelle IA sont généralement des algorithmes dédiés à identifier une forme, un son, une information, un événement, pour l'intégrer et relier à  un contexte  et de s'adapter pour déduire la meilleure action programmée.  le Deep learning n'est qu'un sous ensemble basé sur les statistiques, par l'apprentissage du passé et pour anticiper les comportements ou classer les populations des données.

Un jeu d'échec, de go, un drone civil/militaire, un missile, la reconnaissance faciale, vocale, biometrique, une google car, les traducteurs, un chabot, une machine de trading, un itinéraire, la météo., un rover d'exploration, la domotique,un diagnostique d'un avion de ligne, etc..

C'est tout ca qu'on commence à voir de plus en plus, ce qui va venir, c'est que les machines pourront s'adapter à des situations floues, et dans certaines mesures remplacer les humains ou à interagir avec l'humain. elles ne sont pas faites pour "penser".

 

Edited by zx
Link to post
Share on other sites
Le 16/06/2018 à 10:22, koojisensei2 a dit :

Je ne partage pas ton point de vu. L'intelligence est un concept flou à la base. 

Finalement, nous aussi nous avons été programmé génétiquement et par l'environnement qui nous entour depuis la naissance ou peut être même avant. Fondamentalement, nous ne sommes pas si différent mais bien sur, en bien plus complexe. Il ne faut pas oublié que nous ne somme qu'au début de l'IA artificiel tandis que nous autre primate avons évolué depuis des millions et des millions d'années. 

C’est bien parce que l’on en est à des prémisses que je réagis, et je rejoins ZX en ce sens que le travail sur le cerveau électronique devrait être un point de départ pour voir réellement émerger celle-ci (ce n’est pas forcément la seule trajectoire possible), telle que je la conçois.

 

Un exemple typique de cet abus de langage actuel et de sa mise à toutes les sauces :

« Un des avions Rafale a lui aussi a connu des ratés. Un des dix missiles Scalp n'a pas donné toutes les garanties nécessaires à son lancement. "Quand l'ordre est donné de frapper, le missile fait lui-même ses vérifications grâce à son intelligence artificielle intégrée, explique un militaire qui préfère rester anonyme. Si tout va bien, les feux sont au vert, mais là ça n'a pas été le cas. En raison du temps très court pour mener à bien la mission, les pilotes ont préféré désactiver la charge et larguer le missile en pleine mer." »

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/syrie-enquête-sur-les-ratés-des-missiles-français/ar-AAyIDuW?ocid=spartanntp

C’est chouette, on apprend ainsi que le Missile Scalp a une IA intégrée et qu’elle sert à ... faire la checklist de contrôle. Du coup, ça doit faire des lustres qu’ Ariane et d’autres hébergent une IA sans même le savoir.

 

J’ai conscience que cette notion de « volonté » d’agir en propre qu’a l’humain intrinsèquement, en plus de notre « programme génétique », est assez extrême pour distinguer une IA d’un algorithme complexe.

Si l’on part du simple principe que l’Intelligence est la capacité à s’adapter et réagir à des évènements à partir de ses connaissances et son expérience, effectivement un AlphaGo par exemple pourra être considéré comme une IA. La notion d’intuition est sans doute un peu plus difficile à intégrer, tant elle peut s’appuyer sur l’inné ou l’acquis chez l’être humain.

 

Mais bref, je reste aujourd’hui assez sceptique sur la définition que l’on donne à l’IA à notre époque (ou sa perception ), même si je suis d’accord que les contours même de l’IA ne font pas l’objet d’une définition claire, précise, et partagée par tous(on aura mis du temps à s’entendre sur ce qu’est réellement une « planète », scientifiquement parlant, aussi :) ).

Alors quand en plus on commence à vouloir distinguer IA et IA Forte...

Edited by TarpTent
  • Like 2
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
Le ‎15‎/‎06‎/‎2018 à 16:58, TarpTent a dit :

Un jour, je viendrai ici lancer un vrai débat, pour que l’on arrête de parler d’IA à tort et à travers.

(...)

Bref à mon sens, pour des questions de marketing et de mode, on utilise vraiment le terme « IA » à tort et à travers.

C'est exactement cela et les "IA" en service actuellement ne sont encore que des systèmes experts (ou "IA" faible), certains étant créés au fin du développement des véritables IA.

Ce n'est pas la seule technologie pour laquelle on peut faire ce genre de remarque: les orthèses biomécatroniques ne sont pas des prothèses (bioniques) vu leurs capacités.

Pour ma part, je m'efforce d'éviter autant que possible le terme IA pour désigner des logiciels non pensants comme Watson, Siri, Sofia, etc...

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites

Parler d'Intelligence artificiel est un abus de langage et en effet, systèmes experts est un meilleurs terme, ou  encore celui de machine learning qui a longtemps été préféré outre atlantique avant d’y être supplanté de façon opportuniste par le terme d'IA.

Link to post
Share on other sites
Il y a 18 heures, Shorr kan a dit :

Parler d'Intelligence artificiel est un abus de langage et en effet, systèmes experts est un meilleurs terme, ou  encore celui de machine learning qui a longtemps été préféré outre atlantique avant d’y être supplanté de façon opportuniste par le terme d'IA.

D'un autre côté, qui emploie "intelligence artificielle"? Dès gens qui doivent faire rêver pour vendre. L'irritation de certains est justifiée mais hors de propos quand l'objectif est de vendre des publications à destination du grand public. Or, une partie des financements des programmes de recherche des uns n'existerait pas sans le sensationnalisme et du buzz des autres.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Member Statistics

    5,550
    Total Members
    1,550
    Most Online
    vicky
    Newest Member
    vicky
    Joined
  • Forum Statistics

    21,088
    Total Topics
    1,376,380
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries
×
×
  • Create New...