SharkOwl

[Tempest] Nouvel Avion de Combat Britannique En Partenariat !

Recommended Posts

je l'avais presque oublié

Le Japon pourrait choisir des composants de Tempest

https://aviationweek.com/defense/japan-could-pick-and-choose-components-tempest

Citation

 

2030, mais elle veut diriger le projet malgré une expérience limitée dans le développement de chasseurs. Et il vise un chasseur beaucoup plus grand que n'importe quel chasseur exploité par un pays d'Europe occidentale ; les États-Unis n'offrent pas un projet commun possible.

Cela semble ne laisser que le choix du développement autochtone, peut-être avec l'aide d'un partenaire technique étranger. 

La flexibilité du programme offre une voie vers la participation japonaise

Même la cellule pourrait être différente.

Néanmoins, la participation au programme Tempest du Royaume-Uni peut également être possible. Le projet Tempest - qui inclut la Royal Air Force, BAE Systems, Rolls-Royce et MBDA - est un concept de coopération qui permet au Japon et à d'autres partenaires d'utiliser leurs propres systèmes, armes, propulsion et même cellules d'avions, explique le Commodore Daniel Storr, responsable de l'acquisition des avions de combat au ministère britannique de la Défense. 

Le modèle décrit par Storr donne au Japon la flexibilité de choisir la taille de son propre chasseur. Bien qu'il ne s'agisse évidemment pas d'un objectif, cette approche de " mix-and-match " offre également au Japon l'occasion de continuer à revendiquer son leadership en matière de développement, mais aussi d'économiser de l'argent en partageant des systèmes.

L'objectif politique de gérer son propre programme de chasseurs, énoncé en 2018, a semblé constituer un obstacle majeur à la participation du Japon au projet Tempest or the Future Combat Air System (FCAS) lancé par la France et l'Allemagne. Mais si le Future Fighter ne partageait que quelques caractéristiques avec Tempest, le Japon pourrait raisonnablement dire qu'il menait son propre programme.

BAE Systems a fait la promotion du programme Tempest au salon DSEI Japan qui s'est tenu à Tokyo du 18 au 20 novembre. Les futurs maîtres d'œuvre du FCAS, comme Airbus, n'ont pas montré leur concept. M. Storr a présenté le modèle souple de développement coopératif lors d'une conférence d'exposition, mais les conférenciers japonais présents à cet événement n'ont pas parlé de la perspective de l'adhésion du Japon à Tempest.

Dans une interview accordée le 1er novembre au Financial Times, le nouveau ministre de la Défense Taro Kono semblait minimiser la possibilité de participer à un programme européen, affirmant que le Japon devrait explorer toutes les possibilités mais qu'il devait maintenir l'interopérabilité avec les forces américaines. M. Storr a abordé ce point, soulignant que la collaboration avec les États-Unis était également une grande priorité pour le Royaume-Uni.

L'alternative du Japon à la coopération internationale est de développer un avion de combat par lui-même avec l'aide technique d'une société étrangère. Lockheed Martin soutient la Korea Aerospace Industries KF-X et BAE aide la Turkish Aerospace Industries TF-X dans un tel arrangement.

En travaillant avec Lockheed Martin, Boeing ou Northrop Grumman, Tokyo compenserait en partie les dépenses engagées par les États-Unis pour défendre le Japon. Mais les États-Unis ne tireraient que peu d'avantages des frais de soutien technique, et le Japon s'est déjà engagé à acheter 147 Lockheed Martin F-35 Lightnings comme l'avion qui précédera les Future Fighters.

Le ministère de la Défense a demandé que le développement du Future Fighter soit lancé au cours de l'exercice fiscal débutant en avril 2020. Il n'est pas clair si cela signifie mobiliser des ressources pour commencer le développement à grande échelle ou prendre des mesures moins importantes pour renforcer l'engagement à créer l'avion. 

BAE Systems a exposé ce modèle Tempest à DSEI Japon. Crédit : Bradley Perrett/AW&ST

Au cours de la dernière année, la politique du gouvernement a été de lancer le projet au plus tard en mars 2024. Cependant, les entreprises japonaises, en particulier le constructeur de chasseurs Mitsubishi Heavy Industries (MHI), font pression pour un lancement le plus tôt possible. Ils veulent transférer leurs connaissances aux jeunes ingénieurs de la génération plus âgée qui a mis au point le dernier chasseur du Japon, le F-2 de l'ICM, que le Future Fighter remplacera.

Le Royaume-Uni ne veut pas s'engager à lancer le développement à grande échelle de la Tempest avant 2025, mais sa date d'entrée en service en 2035 répond à l'objectif du Japon, qui se situe dans les années 2030. Entre-temps, le programme FCAS vise l'horizon 2040.

La Suède et l'Italie coopèrent avec le Royaume-Uni au cours de la phase initiale actuelle de la recherche Tempest, tandis que l'Espagne a rejoint la France et l'Allemagne pour les travaux du FCAS.

Tout comme Storr, BAE a souligné les avantages qu'il y a à ce que les partenaires ne prennent que ce qu'ils veulent de la Tempête. "Il existe toute une gamme de modèles de partenariat différents qui peuvent être envisagés ", dit Andy Latham, qui travaille sur le programme.  "Le Japon dispose d'une technologie formidable dont n'importe quel partenaire peut bénéficier. Leur industrie avionique est très efficace."

Le concept de coopération remplace le modèle standard, dans lequel les partenaires passent des années à négocier et à faire des compromis pour définir un modèle qu'ils doivent tous accepter. Au lieu de cela, selon Storr, ils peuvent économiser du temps et de l'argent en acceptant d'être en désaccord - dans la mesure où chacun est prêt à payer le coût supplémentaire du développement et de la fabrication indépendants des éléments de conception.

Les études du ministère japonais de la défense indiquent la nécessité d'un très gros chasseur d'un poids à vide bien supérieur à 20 tonnes (44 000 lb), plus gros que le Lockheed Martin F-22 Raptor. Une endurance supérieure et une capacité d'armement interne sont les facteurs clés de ce choix.

Pas de wes

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

 

Des anglais qui négocie avec des japonais, ca va être rigolo, ils sont aussi pénible l'un que l'autre dans leur exigences, ca va durer longtemps.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Leonardo Demonstrates Miniaturized Radar Warning Tech

https://aviationweek.com/defense-space/leonardo-demonstrates-miniaturized-radar-warning-tech

Citation

 

Leonardo dit qu'il a testé avec succès la technologie des récepteurs d'alerte radar miniaturisés (RWR) dans le cadre de ses travaux en cours pour soutenir le projet britannique Tempest de futur système aérien de combat.

L'entreprise affirme que cette technologie, mise au point dans ses installations de Luton, en Angleterre, est quatre fois plus précise que les capteurs existants, pour une taille dix fois moindre, et qu'elle a considérablement réduit les besoins en énergie.

Ces capteurs RWR, qui sont installés sur une large gamme d'avions militaires, sont utilisés pour détecter la présence de radars ennemis associés à des avions de combat ou à des systèmes de défense aérienne basés au sol et déterminer s'ils émettent en mode surveillance ou en mode conduite de tir. 

M. Leonardo indique qu'à l'avenir, les radars ennemis utiliseront probablement des technologies et des logiciels qui rendront plus difficile l'identification de leurs signaux et la localisation de leur source.

Dans un communiqué du 18 décembre, la société a déclaré que la technologie avait été démontrée au ministère de la défense britannique et à d'autres partenaires du consortium industriel Team Tempest, dont Leonardo UK est membre aux côtés de BAE Systems, du fabricant de missiles MBDA et de Rolls-Royce. La petite taille du système RWR pourrait permettre d'intégrer le capteur dans ce que Leonardo appelle un réseau multifonctions, dont plusieurs pourraient être répartis autour de l'avion pour détecter et suivre les menaces entrantes. Selon Leonardo, un tel système serait entièrement intégré au radar de conduite de tir prospectif du Tempest, bien qu'aucun détail sur ce capteur n'ait encore été révélé.

Le ministère de la défense britannique a fait d'importants investissements en recherche et développement pour soutenir le projet Tempest, qui vise à livrer un avion de combat de nouvelle génération rentable en deux fois moins de temps que pour le développement de l'Eurofighter Typhoon. Jusqu'à présent, seule une poignée des quelque 80 projets technologiques ont été rendus publics. L'un d'eux est l'intégration d'un générateur électrique au cœur d'un moteur à réaction Adour, réalisée au début de l'année. 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour être honnêtes, nous venons seulement de réduire la taille de nos RWR en les faisant "full digital" nous aussi je crois.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

ils ont déjà fait le radar, purée qu'est ce qu'ils vont vite  :tongue: à cette allure le tempest sera fini avant 2020

 

Tempest : Leonardo dévoile son nouveau radar

https://www.air-cosmos.com/article/tempest-leonardo-dvoile-son-nouveau-radar-22306

Citation

 

Leonardo UK a démontré les performances d'une nouvelle technologie récepteur/alerte radar dans le cadre du programme Tempest.

Lors d’une démonstration en laboratoire pour le ministère britannique de la Défense et d’autres partenaires du Team Tempest, le nouveau capteur de Leonardo a démontré une performance de radiogoniométrie quatre fois supérieure à celle d’un récepteur d’alerte radar classique.

Pourtant, le système radar ne mesurait qu'un dixième de la taille d'un système standard. Leonardo travaille actuellement sur un nouveau concept de capteurs polyvalents dans le cadre du programme Tempest.

En effet, "à l'avenir, les radars ennemis utiliseront probablement une gamme de technologies et de techniques logicielles pour rendre plus difficile l'identification de leurs signaux, ce qui signifie que les capteurs du Tempest devront être suffisamment sophistiqués pour pouvoir contrer ces techniques et suffisamment flexibles pour être mis à jour en réponse aux nouvelles menaces émergentes”, précise Leonardo.

Les capteurs devront donc également prendre en charge des tâches telles que la collecte de renseignements et l'identification au combat. La récente démonstration en laboratoire portait principalement sur l'alerte radar.

 

 

Edited by zx
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
3 minutes ago, zx said:

Tempest : Leonardo dévoile son nouveau radar

C'est pas un radar ...

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 23/12/2019 à 20:59, prof.566 a dit :

Pour être honnêtes, nous venons seulement de réduire la taille de nos RWR en les faisant "full digital" nous aussi je crois.

Qui a dit qu'il fallait être honnête ?

  • Like 1
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Picdelamirand-oil a dit :

Qui a dit qu'il fallait être honnête ?

Le Brexit t’inspires ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si vous m'prenezpas j'ferai tout seul, na! Je n'y crois pas du tout au Tempest. (entre autre vu le F-35)

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

faut bien qu'ils disent quelque chose.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, herciv a dit :

Le program tempest veut accélérer.

L'article e profite pour mettre une petite claque au fcas continental.

https://amp.ft.com/content/64011a42-28de-11ea-9305-4234e74b0ef3#

  Révéler le texte masqué

The UK’s ambitious plans to develop a next generation stealth fighter jet are to accelerate in the coming 12 months, with the four international companies leading the programme preparing to step up recruitment as they race to finalise a business case for the project.

The four founding partners of the Tempest programme — BAE Systems; the UK arm of Leonardo of Italy; MBDA, the European missile maker; and Rolls-Royce — have until December 2020 to complete their analysis of a programme critical to the future of Britain’s combat air capabilities.

“We have to give the government confidence we are working towards a viable international partnership,” said Andrew Kennedy, strategic campaigns director in BAE Systems’ Air division. “They have to be confident we are doing something that will be affordable, capable and delivered on time.” 

To meet the deadline, the companies plan to more than double the total UK workforce involved in the project from the current 1,000 to 2,500 by 2021.

The acceleration of the Tempest programme comes as the UK prepares to carry out a sweeping defence review which will consider the UK’s diplomatic and military place in the world after Brexit.

But with the Ministry of Defence facing a £15bn shortfall in its equipment budget over the next decade, the review will also look at ways the British armed forces can reduce costs.

Tempest is the centrepiece of Britain’s combat air strategy and designed to underline the country’s intention to retain its cutting-edge expertise in spite of Brexit, after being left out of a rival Franco-German future fighter project.

It will eventually replace the Eurofighter Typhoon, which will start to be retired from Royal Air Force service in about 2040, and will complement the US made F-35 stealth fighter jet.

The companies developing Tempest aim to devise a business case that delivers a cutting-edge combat air system — which may include not just advanced weapons but deployable drones — in about half the 20 years it took to take Typhoon from the concept phase to operational service.

“To get this number [of jobs] this early — that is pretty significant,” said Francis Tusa, editor of Defence Analysis. “If you went back to the early 2000s, BAE Systems would have had 3,000 people working on Typhoon. But at this stage of game, to have 2,500 research engineers — that is big.”

The Tempest project was unveiled in the summer of 2018 with initial funding of £2bn-a-year following a decision by France and Germany to leave the UK out of its future fighter jet programme.

Since then, Italy and Sweden have joined the UK project, while Spain has committed to the Franco-German fighter.

Both programmes have continued independently, although many experts believe that they will eventually have to converge. There are questions over whether the UK can afford such an ambitious programme given the funding shortfall in the MoD’s equipment plan and concerns over next year’s budget.

Executives involved in both projects have privately admitted that eventually there will be pressure to merge. However, the longer the two projects continue, the harder it may be to integrate them. “Both sides are very much on their paths,” said one person close to the UK project.

Another senior UK executive said his company had no intention of accepting a secondary role in a project led by Dassault for France and Airbus for Germany, with Safran and MTU collaborating on the propulsion system.

Tempest is considered vital to secure the future of the UK’s £6bn-a-year combat air sector, which has made up more than 80 per cent of the country’s defence exports over the past decade.

“Team Tempest will ensure the UK has the capability to sit at the top table in an international collaborative programme,” said Mr Kennedy.

When the project was launched, the government prioritised international partnerships both to reduce costs and to open up new export markets.

But the collaboration was being done differently than in the past, according to Mr Kennedy. The initial phase of the project was not about sharing out work between partners but “how we will work in the future . . . It is about how to develop capabilities quicker”, he said.

The French and German teams, meanwhile, are determined to limit participation in the first phase of their project, when capabilities are identified, responsibilities are sketched out and work begins on a demonstrator.

“If we open the door to the British, the Scandinavians, the Italians, we will do another 400M and it will be a disaster,” said one executive involved in the Franco-German project. “Every time you add one new partner you multiply the cost by two or three. Everybody wants to impose some specs, which is understandable, but when you build something where five, six or seven people are happy, you build a monster.”

However, the Franco-German project has also been beset by tensions, in particular over the leadership of the engine programme. France’s spending bill for 2020, passed this month in the Senate, raised concerns that the project could be at risk due to serious disagreements between the French and German industrial partners. In early December Safran of France and MTU of Germany reached agreement on a division of responsibilities for the design development and servicing of propulsion system.

 

Vu la participation suédoise c'est sur que dans dix ans le Tempest sera opérationnel.

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, herciv a dit :

Tempest is the centrepiece of Britain’s combat air strategy and designed to underline the country’s intention to retain its cutting-edge expertise in spite of Brexit, after being left out of a rival Franco-German future fighter project.

Oh la belle réécriture de l'histoire...

Il y a 2 heures, herciv a dit :

Another senior UK executive said his company had no intention of accepting a secondary role in a project led by Dassault for France and Airbus for Germany, with Safran and MTU collaborating on the propulsion system.

Apparemment ils voulaient pas non plus avoir de rôle dans le FCAS-DP. Et ça ne les a pas choqué pour l'Eurofighter donc je ne les crois pas pour les allemands.

Il y a 3 heures, herciv a dit :

The companies developing Tempest aim to devise a business case that delivers a cutting-edge combat air system — which may include not just advanced weapons but deployable drones — in about half the 20 years it took to take Typhoon from the concept phase to operational service.

Dans cet univers parallèle au nôtre, la France aura des X-Wings et l'étoile de la mort au même moment.

Il y a 3 heures, herciv a dit :

“If we open the door to the British, the Scandinavians, the Italians, we will do another 400M and it will be a disaster,” said one executive involved in the Franco-German project. “Every time you add one new partner you multiply the cost by two or three. Everybody wants to impose some specs, which is understandable, but when you build something where five, six or seven people are happy, you build a monster.”

Un autre A400M... Ou un autre Eurofighter...
Et si on va au bout de la logique, alors autant le faire tout seul.
Ou alors le message c'est comme disait Desproges: "quand on est plus de quatre on est une bande de cons"?
Il faut donc retrancher une personne parce que l'Eurofighter a été fait à 4...

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, Patrick a dit :


Ou alors le message c'est comme disait Desproges: "quand on est plus de quatre on est une bande de cons"?
Il faut donc retrancher une personne parce que l'Eurofighter a été fait à 4...

 

Pour rendre à César, Desproges s’est inspiré de Georges Brassens, qui dans sa chanson « Le Pluriel » dit « Le pluriel ne vaut rien à l'homme et sitôt qu'on  / Est plus de quatre on est une bande de cons. ». D’où la reprise de Desproges, en réponse-miroir « Quand on est plus de quatre on est une bande de cons. A fortiori, moins de deux, c'est l'idéal. »

 

Où l’on revient aux revendications de Patrick : Puisque seul, on ne peut être une bande de cons, faisons notre NGF seul :laugh: (et laissons les anglais et allemands à leurs bandes respectives).

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

plus il y a de monde dans un projet, plus les acteurs veulent la plus grosse part. Au fait qui est maître d'oeuvre sur le tempest ?

Edited by zx

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, zx a dit :

plus il y a de monde dans un projet, plus les acteurs veulent la plus grosse part. Au fait qui est maître d'oeuvre sur le tempest ?

Des anglais.

:tongue:

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 01/01/2020 à 16:21, herciv a dit :

The Tempest project was unveiled in the summer of 2018 with initial funding of £2bn-a-year following a decision by France and Germany to leave the UK out of its future fighter jet programme.

C'te mauvaise foi...

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais bon on a l'habitude Johnny Englisch, Benny Hill Tony Blair...tout plein de rigolo qu'on ne prend pas au sérious

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 01/01/2020 à 19:55, gargouille a dit :

Vu la participation suédoise c'est sur que dans dix ans le Tempest sera opérationnel.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est le journaliste de l'article qui ferait mieux de démarrer ... Tu comprends vite qu'il ne comprend rien ^^

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, P4 a dit :

R&R serait bien avancé pour présenter un démonstrateur de motorisation du Tempest.

"Un démonstrateur d'alternateur intégré aux soufflantes du moteur" serait plus juste.

Et si l'idée est séduisante, les obstacles sont nombreux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,526
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Billou
    Newest Member
    Billou
    Joined
  • Forum Statistics

    20,935
    Total Topics
    1,329,861
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries