Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

L'Inde


Blacksheep
 Share

Recommended Posts

il y a 13 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

J'ai pu recueillir quelques raisons qui expliquent pourquoi le Rafale M a fini par s'imposer en Inde 

Je débarque et je lis ça. C'est officiel ? J'ai loupé un truc ? dsl je passe, entre deux réunions. 

  • Thanks 1
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Le choix du Rafale M par la Marine donne au gouvernement un énorme coup de pouce politique, après le faux scandale du Rafale qui a éclaboussé le gouvernement. Il a fallu deux décisions de la Cour suprême pour blanchir le gouvernement, mais cela a également coupé l'herbe sous le pied de tout escadron supplémentaire de Rafale pour l'IAF. Mais avec le choix de la Marine, le navire va maintenant reprendre la mer. Et personne ne sera plus heureux de la décision de la Marine que les maréchaux de l'air du QG de l'Air. Le gouvernement peut procéder à un achat réduit de MRFA pour l'IAF et le regrouper avec un achat de MRCBF pour la marine.

Il est déjà question de diviser l'achat de MRFA en deux ---> 57 MRFA + 26 MRCBF pour un total de 83 avions. Politiquement et financièrement, un tel accord conjoint pour l'IAF et l'IN aiderait énormément le gouvernement. Du point de vue de l'état-major de l'armée de l'air, il obtient trois escadrons de Rafale supplémentaires et la marine obtient enfin son MRCBF. L'un de ces trois escadrons pourrait éventuellement servir d'unité de formation avec des simulateurs et des Rafale B biplaces. Et le biplace est tout à fait apte au combat, tout comme les variantes monoplaces Rafale C et M. Tout le monde y gagne.

Le choix du F-18SH mettrait certainement fin à tout achat supplémentaire de Rafale pour l'IAF. Cela compliquerait sérieusement la planification militaire pour le QG de l'Air, car cela ouvrirait la porte à l'entrée en service d'un autre MRFA au sein de l'IAF. Il s'agirait probablement du F-15EX, mais dans des quantités bien inférieures à 114 cellules. Et le QG de l'Air aurait également dû faire face au casse-tête supplémentaire d'avoir l'épée de Damoclès (le gouvernement américain) suspendue au-dessus de sa tête avec l'achat du F-15EX. 

  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

La question maintenant c'est maintenant Quand (signeront ils) ?   Je ne connais pas l'avancée du dossier ni l'équipe de négociations de Dassault mais, pour l'avoir vécu dans une autre vie, je sais que les indiens sont coutumiers des signatures la veille de Noël pour tenter de faire craquer des négociateurs pressés d'en finir

  • Like 1
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 26 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

Le choix du Rafale M par la Marine donneRAIT au gouvernement un énorme coup de pouce politique, après le faux scandale du Rafale qui a éclaboussé le gouvernement la crédibilité du parti du Congré. Il a fallu deux décisions de la Cour suprême pour blanchir le gouvernement, mais cela a également coupé l'herbe sous le pied de tout escadron supplémentaire de Rafale pour l'IAF. Mais avec le choix de la Marine, le navire va maintenant devrait pouvoir reprendre la mer. Et personne ne sera plus heureux de la décision de la Marine que les maréchaux de l'air du QG de l'Air (si, moi). Le gouvernement peut procéder à un achat réduit de MRFA pour l'IAF et le regrouper avec un achat de MRCBF pour la marine.

Il est déjà question de diviser l'achat de MRFA en deux ---> 57 MRFA + 26 MRCBF pour un total de 83 avions (bruit de couloir mis à l'écrit par un blogger ou réelle intention officielle ?). Politiquement et financièrement, un tel accord conjoint pour l'IAF et l'IN aiderait énormément le gouvernement. Du point de vue de l'état-major de l'armée de l'air, il obtient trois escadrons de Rafale supplémentaires et la marine obtient enfin son MRCBF. L'un de ces trois escadrons pourrait éventuellement servir d'unité de formation avec des simulateurs et des Rafale B biplaces. Et le biplace est tout à fait apte au combat, tout comme les variantes monoplaces Rafale C et M. Tout le monde y gagne.

Le choix du F-18SH mettrait certainement fin à tout achat supplémentaire de Rafale pour l'IAF (je n'ai pas la même interprétation. ça pourrait aussi être un lot de consolation pour les USA au niveau des avions de combat). Cela compliquerait sérieusement la planification militaire pour le QG de l'Air, car cela ouvrirait la porte à l'entrée en service d'un autre MRFA au sein de l'IAF. Il s'agirait probablement du F-15EX, mais dans des quantités bien inférieures à 114 cellules. Et le QG de l'Air aurait également dû faire face au casse-tête supplémentaire d'avoir l'épée de Damoclès (le gouvernement américain) suspendue au-dessus de sa tête avec l'achat du F-15EX. 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, bubzy a dit :

Sinon, vais essayer de me procurer ce bouquin. 

https://www.ajaishukla.com/2022/12/controversy-in-high-places-rafale-deal.html

Je pense que dans les grandes lignes on a ici toutes les infos, mais que certains détails doivent être croustillants. 

spacer.png

Quelqu'un veut le bouquin ? Il est sur Amazon india, un collègue va l'acheter et un autre me l'emmener lors d'un voyage prévu, en janvier ou février. 

à l’instant, prof.566 a dit :

Déjà si la pub vient de Ajai Shukla.... 

Connais pas. Dis m'en plus ?

Link to comment
Share on other sites

Just now, bubzy said:

Quelqu'un veut le bouquin ? Il est sur Amazon india, un collègue va l'acheter et un autre me l'emmener lors d'un voyage prévu, en janvier ou février. 

Connais pas. Dis m'en plus ?

Un ancien colonel de l'armée de terre, qui  s'est vu refuser un backseat par DA à l'époque du MMRCA et qui depuis est devenu le pire contempteur du Rafale

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, PolluxDeltaSeven a dit :

Mouais...

Bah on a vraiment intérêt à le signer ce contrat pour les Rafale M ! 

(et en même temps ça m'emmerde, parce que je sais que chez DA ça va être considéré comme la preuve que le marketing par le silence est du bon marketing, alors que c'est complètement faux. En l'occurence, même si DA l'emporte, la stratégie de Boeing n'aura fait qu'augmenter les risques de voir le contrat échapper à Dassault. Quand on sort d'un scandale "Rafale Scam", ce n'est pas forcément très malin de laisser l'adversaire dominer la scène médiatique (bon, heureusement, là, l'adversaire a un avion relativement tout pourri :tongue:) )

N'importe quelle réponse de Dassault Aviation aurait enflammé ses adversaires. Ils étaient des trolls. Ils arrivaient à faire monter de la mayonnaise sans une seule goutte d'huile. Dassault sais très bien faire... "don't feed the troll"

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, PolluxDeltaSeven a dit :

DA ça va être considéré comme la preuve que le marketing par le silence est du bon marketing

Je crois que c’est deja le cas. Chasseur europeen actuellement en prod le plus vendu. On est pas les usa, russie ou chine pour se permettre de s’etaler. On est au mieux la 2 puissance du blog occidental. Si demain on prenait le lead d’un bloc alors oui. Mais je prefere le silence au sea gripen ou typhoon ge. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, wagdoox a dit :

Je crois que c’est deja le cas. Chasseur europeen actuellement en prod le plus vendu. On est pas les usa, russie ou chine pour se permettre de s’etaler. On est au mieux la 2 puissance du blog occidental. Si demain on prenait le lead d’un bloc alors oui. Mais je prefere le silence au sea gripen ou typhoon ge. 

Dans cette partie du monde (Asie Pacifique) je crois que c'est effectivement la bonne stratégie car les clients potentiels frappent à la porte sans avoir à lever le petit doigt.  Mais en Europe de l'Est et du Nord j'en suis beaucoup moins convaincu

Edited by Pakal
  • Like 2
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, bubzy a dit :

Sinon, vais essayer de me procurer ce bouquin. 

https://www.ajaishukla.com/2022/12/controversy-in-high-places-rafale-deal.html

Je pense que dans les grandes lignes on a ici toutes les infos, mais que certains détails doivent être croustillants. 

spacer.png

J'ai lu l'introduction (?) et j'ai bien ri.
Les mecs n'ont rien compris et bazardent un paquet de bullshit.
Le coup des 715 crores par Rafale construit chez HAL était hilarant en soi.

J'hésite à poster un message incendiaire point par point... :laugh: Notamment en insistant sur le chiffre "2.57" qui n'est curieusement pas mentionné... Ou bien sur le fait qu'en 2007 la chaine 2000 avait fermé ce qui a vraiment lancé le MMRCA puisque Dassault n'allait pas "transférer la chaîne" (et avec ceci? 100 balles et un mars? :laugh:) de son Mirage 2000 en l'absence d'autre client export, alors qu'ils essayaient désormais de vendre le Rafale. :bloblaugh:

Bref. Si j'ai pas la flemme je ferai ça à un moment ou un autre.

 

Retranscription pour les gens encore plus flemmards que moi:

Flying Lies: The Rafale Deal

Authors: Ravi Nair with Paranjoy Guha Thakurta

Publisher: Paranjoy, 2022

Pages: 532

Price: Rs 795/-

In the run-up to the 2019 general election, the alleged “Rafale scandal” dominated the political headlines. The Opposition, led by the Congress Party leader Rahul Gandhi, mounted a high-decibel campaign accusing Prime Minister Narendra Modi of corruption and mismanagement in the purchase of medium fighters for the Indian Air Force (IAF). Television news channels repeatedly debated whether the purchase of 36 Rafale fighters from French aerospace giant, Dassault, for a whopping Euro 7.8 billion was within the rules; or whether Modi had sacrificed IAF interests to allow Anil Ambani and his business empire to enrich themselves from offsets, namely building Rafale fighter parts in India. The debate eventually lost momentum and, by the time votes were cast, died down entirely. But not for Ravi Nair and Paranjoy Guha Thakurta, the two authors of this book – The Rafale Deal: Flying Lies – who have doggedly stayed the course and eventually produced a compendium of the subject, analysing the Rafale deal from multiple perspectives.

Their work will prove invaluable to future students of Indian defence procurement. 

An important contextual aspect the authors bring out is the IAF’s long-running love affair with Dassault combat aircraft. Since 1953, the IAF has always had at least one Dassault fighter in its inventory, having successively flown the Ouragan, Mystere and the Mirage 2000. The IAF continues to fly the last of these, even as the IAF and French company, Thales, are extending the life of the fleet with advanced avionics. In August 2000, after the Mirage 2000 proved itself in the Kargil conflict, the IAF proposed acquiring six squadrons (126 fighters) of Mirage 2000s, built in India after transferring the Mirage 2000 factory from France. In March 2001, the IAF submitted the proposal again, arguing that the Mirage 2000 was more cost-effective than the technologically superior Rafales and Eurofighter Typhoons, both of which would remain underutilised as the IAF’s requirement was for a smaller aircraft. New Delhi rejected that proposal in June 2001, as it was a single-vendor acquisition. Having burnt its fingers in the Tehelka tapes scandal, the government instead ordered competitive tendering that conformed to the Defence Procurement Procedure (DPP). 

In Dec 2001, the IAF submitted the proposal for the third time, this time suggesting the acquisition be considered a repeat purchase. In 2003, the IAF declared the Mirage 2000 was the best option: Similar to Rafale, Eurofighter and Gripen, but less costly. Dassault even proposed supplying the Mirage 2000 on a single source basis through an inter-governmental agreement (IGA) between the two governments. After deliberating for a year, the MoD rejected the IAF’s proposal and ordered competitive tendering. The die was cast and, in 2004, the IAF initiated a global tender for 126 fighters: the Medium Multi-Role Combat Aircraft (MMRCA). 

The authors vividly recount how Prime Minister Narendra Modi decided to scrap the tender for 126 MMRCA and instead buy 36 fully-built Rafales, leaving Defence Minister Manohar Parrikar holding the baby. A week before Modi left for a nine-day tour of France, Germany and Canada, Parrikar was summoned to the prime minister’s office (PMO). There, Mr Modi revealed that he and French President Francois Hollande would announce the 36 Rafale acquisition. Mr Modi charged Parrikar with managing the media and fielding the inevitable questions until he returned from his trip. Over the next fortnight, Parrikar batted on behalf of his PM, defending a decision he neither understood nor agreed with, which was taken over his head, and which his senior MoD bureaucrats warned him would be difficult to defend.

Parrikar, a canny politician never once acknowledged any role in the decision to replace the 126 MMRCA deal with the purchase of 36 Rafales. Instead, he took pains to credit Modi, lauding the purchase as “a great decision taken by Prime Minister Narendra Modi on better terms and conditions [than negotiated earlier.]”

Inevitably, the book focuses on what India paid for the 36 fully built Rafales and how that compared with the price that the MoD’s negotiating committee had hammered out. To Doordarshan on April 13, 2015, Parrikar said: “When you talk of 126 [Rafales] it becomes a purchase of about Rs 90,000 crore”, i.e. Rs 715 crore per fighter, inclusive of all costs. Taking gross figures, the government paid Euro 7.8 billion (Rs 58,000 crore), which amounts to Rs 1,600 crore per aircraft – more than double the price Parrikar stated on Doordarshan.

To be fair, the 2016 contract for 36 Rafales includes elements that did not feature in the 126 MMRCA tender --- including a superior weapons package and performance-based logistics (PBL) that requires 75 per cent combat-readiness at all times. Even deducting Euro 2.8 billion [for the weapons and PBL] from the Euro 7.8 billion negotiated cost, the Euro 5 billion price tag puts the ticker price of each Rafale at over Rs 1,000 crore.

The book is comprehensively indexed and footnoted, something that guarantees it the status of a reference work. There is also an excellent 44-page interview, in which one of the key protagonists of the Rafale contract, Air Marshal Raghunath Nambiar, answers a range of questions that cover practically every dimension of the decision-making in this procurement. That alone makes the book a worthwhile read. 

***

Allez les gars, les réseaux anti-Rafale et anti-Dassault se mobilisent! Ça veut dire que ça sent bon. :biggrin:

 

Il y a 3 heures, Pakal a dit :

Sa sortie juste maintenant est, bien entendu, complètement fortuite...

Tout à fait! :laugh:

il y a 29 minutes, wagdoox a dit :

Je crois que c’est deja le cas. Chasseur europeen actuellement en prod le plus vendu. On est pas les usa, russie ou chine pour se permettre de s’etaler. On est au mieux la 2 puissance du blog occidental. Si demain on prenait le lead d’un bloc alors oui. Mais je prefere le silence au sea gripen ou typhoon ge. 

il y a 16 minutes, Pakal a dit :

Dans cette partie du monde (Asie Pacifique) je crois que c'est effectivement la bonne stratégie car les clients potentiels frappent à la porte sans avoir à lever le petit doigt.  Mais en Europe de l'Est et du Nord j'en suis beaucoup moins convaincu

Deux bons argumentaires. Il existe sans doute un juste milieu.

Link to comment
Share on other sites

il parle du "supposé

il y a 51 minutes, Patrick a dit :

J'ai lu l'introduction (?) et j'ai bien ri.
Les mecs n'ont rien compris et bazardent un paquet de bullshit.
Le coup des 715 crores par Rafale construit chez HAL était hilarant en soi.

J'hésite à poster un message incendiaire point par point... :laugh: Notamment en insistant sur le chiffre "2.57" qui n'est curieusement pas mentionné... Ou bien sur le fait qu'en 2007 la chaine 2000 avait fermé ce qui a vraiment lancé le MMRCA puisque Dassault n'allait pas "transférer la chaîne" (et avec ceci? 100 balles et un mars? :laugh:) de son Mirage 2000 en l'absence d'autre client export, alors qu'ils essayaient désormais de vendre le Rafale. :bloblaugh:

Bref. Si j'ai pas la flemme je ferai ça à un moment ou un autre.

 

T'es parti bille en tête avec un énorme biais. 

Le résumé du bouquin est justement de démontrer que le "prétendu scandale" (c'est écrit comme ça dans le texte) n'en est pas un et donne un début d'explication. 

En gros tu vas réécrire le bouquin quoi. 

Relis. Au calme. Attends ! Prends tes cachets d'abord. Voilà. Tranquille. Maintenant relis en pensant que l'auteur n'est pas anti-Rafale, au contraire.

 

"Et la lumière fut"

 

De rien. 

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,984
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...