Sign in to follow this  
Alexis

Avenir du traité de contrôle des armements stratégiques

Recommended Posts

Le traité de contrôle des armements stratégiques entre Etats-Unis et Russie, aboutissement des traités successifs Salt I et II, Start I et II, Sort depuis les années 1970 est New Start entré en vigueur en 2011 pour une durée de dix ans. Sauf accord pour le prolonger ou le remplacer, ce traité arrivera à expiration le 5 février 2021.

Au 6 juin 2019, à moins de vingt mois de cette date limite, il semble qu'aucune discussion en ce sens n'a commencé entre Washington et Moscou.

Je propose de suivre dans un fil spécifique les événements liés au contrôle des armements stratégiques, qui concerne aujourd'hui les deux pays détenteurs de "gros" arsenaux nucléaires, et pourrait en concerner davantage demain - ou bien aucun, si le traité vient à expiration sans être remplacé.
- Quels intérêts sont en jeu, dans chacun des pays, dans les autres ?
- Quels scénarios pour la suite ?
- Quelles conséquences si le Monde se retrouvait dans deux ans sans aucun processus de limitation des armements stratégiques, et ce pour la première fois en cinquante ans ?

 

Proposition de limitation : le fil traite des armements stratégiques, pas intermédiaires comme le défunt traité FNI

Proposition de placement : dans la partie "Politique étrangère", plutôt que dans la partie "Dissuasion nucléaire" qui est plus orientée technique

 

Edited by Alexis

Share this post


Link to post
Share on other sites

Contexte technico-opérationnel

- Le traité New Start limite les forces de chacun des deux signataires à 700 lanceurs intercontinentaux (SSBS, MSBS et bombardiers intercontinentaux) et 1 550 têtes nucléaires déployées

- Il ne limite pas le nombre de têtes nucléaires en réserve, et de fait à la fois Etats-Unis et Russie ont aux alentours de 4 000 armes nucléaires opérationnelles. Il ne limite pas non plus le nombre d'armes nucléaires tactiques

- Les sept autres puissances nucléaires ont chacune au plus quelques centaines d'armes nucléaires déployées. Les ordres de grandeur sont généralement estimés comme suit : Chine 300 voire peut-être plus, France un peu moins de 300, Israël 100 à 300, Grande-Bretagne moins de 200, Inde et Pakistan plus de 100 chacun, Corée du Nord moins de 100 et peut-être beaucoup moins. Seuls les quatre premiers disposent d'armes de portée mondiale

 

Contexte politique récent

- La Russie signale depuis un certain temps être prête à commencer les pourparlers pour prolongation ou remplacement du traité. Le président russe a récemment exprimé son impatience

Citation

« Si personne ne souhaite prolonger l'accord START, alors nous ne le ferons pas (...) Nous avons dit 100 fois que nous y étions prêts (...) Jusqu'à présent, personne ne négocie avec nous. Le processus de pourparlers formels n'est toujours pas lancé, bien que tout expire en 2021 »

Vladimir Poutine a averti qu'en cas d'expiration du traité

Citation

« il n'y aura plus aucun instrument limitant la course aux armements, avec par exemple l'envoi d'armes dans l'espace (...) au dessus de la tête de chacun de nous se tiendront des armes nucléaires »

Ce qui ressemble à une menace de réagir à une éventuelle fin du traité en plaçant des armes nucléaires dans l'espace, nécessitant au passage de sortir du Traité de l'espace signé en 1967. Le message de Poutine à Trump semble être : si vous sortez de New Start, nous les Russes sortirons du traité de l'espace, nous réservant ainsi la possibilité de placer des armes dans l'espace

- Les Etats-Unis n'ont pas réagi jusqu'ici à la demande de la Russie d'entamer des pourparlers bilatéraux. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo déclarait en avril 2019 que la Chine devrait rejoindre Etats-Unis et Russie dans un nouveau traité

Citation

M. Pompeo a déclaré que le prochain START - qui représente le Traité sur la réduction des armes stratégiques - devrait inclure la Chine, bien qu'il ne soit pas allé jusqu'à décrire le rôle de Beijing comme une condition.

"Nous devons nous assurer d'avoir toutes les parties qui sont pertinentes dans cette affaire également", a dit M. Pompeo.

"Il se peut que nous n'y arrivions pas. Il se peut que nous finissions par travailler avec les Russes à ce sujet. Mais si nous parlons d'une capacité nucléaire qui présente des risques pour les États-Unis, le monde est aujourd'hui très différent", a dit M. Pompeo.

(...) Pompeo a dit que (la Chine) a agrandi son arsenal nucléaire.

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

John Bolton à la manoeuvre. Objectif transparent : empêcher la prolongation de New Start et « tuer » ce traité.

Citation

Dans le même temps, l'administration a signalé ces derniers jours qu'elle prévoyait de laisser le traité New Start, négocié par Barack Obama, expirer en février 2021 plutôt que de le renouveler pour cinq autres années. John R. Bolton, conseiller du président pour la sécurité nationale, qui a rencontré son homologue russe, Nikolai Patrushev, à Jérusalem cette semaine, a déclaré avant de quitter Washington qu'"il n'y a pas de décision, mais je pense qu'il est peu probable" que le traité sera renouvelé.

M. Bolton, longtemps sceptique à l'égard des accords de maîtrise des armements, a déclaré que New Start était imparfait parce qu'il ne couvrait pas les armes nucléaires tactiques à courte portée ni les nouveaux vecteurs russes. "Donc, prolonger pour cinq ans et ne pas tenir compte de ces nouvelles menaces pour le système de distribution serait une faute professionnelle ", a-t-il déclaré à The Washington Free Beacon, un média conservateur.

 

  • Sad 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vois bien Trump faire comme à son habitude, utiliser la menace sur ce traité comme moyen de pression pour essayer d'extirper quelque chose à Poutine avec en toile de fond le bouledogue moustachu. Mais vu le coté vicieux de Poutine, Trump pourrai s'en mordre les doigts aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sûr qu'il s'en mordra les doigt, il agit comme un gamin caractériel qui croit qu'il est le plus fort de la pouponiére, sauf que dans le tas il y a d'autres mioches bien moins cons et mieux préparés à la guerre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le 17 juillet a eu lieu une rencontre entre John Sullivan secrétaire d'Etat adjoint des Etats-Unis et Sergey Ryabkov MAE adjoint de la Russie, dans le cadre du "dialogue de sécurité stratégique" américano-russe.

Voici le compte-rendu de cette réunion par la partie américaine

Citation

La délégation américaine a discuté (....) ainsi que la vision du Président pour une nouvelle direction au contrôle des armements avec la Russie et la Chine

 

Il est bien entendu fort irréaliste d'espérer conclure un traité entièrement nouveau en dix-huit mois (avant le 5 février 2021 pour assurer la continuité avec le traité actuel New Start) en s'y prenant à trois puissances plutôt qu'à deux, donc en étant obligé de tout inventer et tout négocier de zéro avec ce troisième interlocuteur.

Surtout quand la troisième puissance la Chine a clairement signalé qu'elle n'est pas intéressée

Citation

Nous nous opposons à toute tentative de la part de quelque pays que ce soit d'impliquer la Chine dans la maîtrise des armements et nous ne participerons à aucune négociation pour un accord trilatéral de désarmement nucléaire

Position soit dit en passant assez compréhensible étant donné que la Chine, comme la France, a une stratégie de dissuasion minimale avec de l'ordre de 300 ou au plus quelques centaines de têtes, non pas 4 000 dont plus de 1 500 déployées comme chacun des deux Gros.

 

Bref, la tentative confirmée de Donald Trump - sur le conseil de ce partisan bien connu du contrôle des armements et plus généralement de la modération en politique étrangère qu'est John Bolton :dry:? - de faire de l'ajout de la Chine une condition nécessaire à un nouvel accord de contrôle des armements stratégiques ne peut qu'aboutir à un échec complet.

Que ce soit par incompétence de Trump - qui serait donc manipulé par ses conseillers - ou que le président américain soit conscient lui aussi qu'une telle exigence mènera au non-renouvellement de New Start et à la disparition de tout dispositif de contrôle des armements stratégiques, pour la première fois depuis 1972.

De toute façon, que Trump soit conscient de ce qu'il fait ou qu'il soit manipulé... le résultat est le même.

Durant l'adresse à la nation américaine en janvier 2019, Trump avait annoncé

Citation

Peut-être pouvons-nous négocier un accord différent, en ajoutant la Chine et d'autres pays, ou peut-être ne pouvons-nous pas le faire. Dans ce cas, nous surpasserons de loin tous les autres par les dépenses et par l'innovation.

C'est la menace d'une nouvelle course aux armements si Trump n'obtient pas ce qu'il veut, c'est-à-dire l'accord de la Chine pour se joindre au contrôle des armements stratégiques. Il est fort possible que Trump croie sérieusement que cette menace effrayera suffisamment Pékin et Moscou pour qu'ils lui accordent tout ce qu'il désire.

Il est fort possible aussi qu'il se trompe gravement sur l'effet que ce genre de menace pourrait avoir sur la Chine ou la Russie.

Edited by Alexis

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que POTUS 45 veut sa course à l'armement, que les entreprises américaines la veulent et qu'ils pensent rééditer le coup de la Guerre des Etoiles pour tuer les prétentions chinoises en asséchant les budgets chinois et en poussant le pays dans l'ornière économique. Je n'ai en revanche pas assez de biscuits pour envisager la réussite ou non de cette stratégie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis pousse son avantage.

Selon M. Bolton, le traité New START ne sera probablement pas prolongé, car il présente des lacunes

Citation

Le conseiller américain pour la sécurité nationale, John Bolton, a déclaré mercredi que le nouveau Traité sur la réduction des armements stratégiques (nouveau START) est imparfait et qu'il est donc peu probable qu'il soit prorogé au-delà de sa date d'expiration en février 2021, même si aucune décision finale n'a encore été prise, selon l'agence Sputnik.

"Le nouvel accord nucléaire START, qui a été ratifié en 2010, était imparfait depuis le début. Elle ne couvrait pas les armes nucléaires tactiques à courte portée ni les nouveaux vecteurs russes.

"Il expirera en février 2021 et, bien qu'aucune décision n'ait été prise, il est peu probable qu'elle soit prolongée. Pourquoi étendre le système défectueux juste pour dire que vous avez un traité", a déclaré M. Bolton lors de la 41ème Conférence nationale annuelle des étudiants conservateurs à Washington.

Il a ajouté que les États-Unis sont ouverts à un nouvel accord nucléaire qui inclurait la Russie et la Chine.

Le nouveau traité START, signé en 2010, est actuellement le seul accord de maîtrise des armements entre la Russie et les États-Unis.

La Russie a souligné à plusieurs reprises qu'elle était prête à engager un dialogue sur l'avenir du traité.

Bien sûr, l'ouverture à un traité "incluant la Chine" est un moyen de faire du mieux l'ennemi du bien. Bolton sait parfaitement que cela n'arrivera pas, en tout cas pas d'ici début 2021, il n'essaie pas sérieusement de pousser à cette extension à la Chine, c'est un moyen de condamner le traité.

Dans l' "analyse" (*) des néo-conservateurs extrémistes comme Bolton, les traités de maîtrise des armements sont mauvais en eux-mêmes car ils contraignent les Etats-Unis en les empêchant d'établir leur domination sur le monde.

 

(*) Analyse est évidemment un terme abusif s'agissant de la rationalisation de pulsions de domination, sans prise en compte des situations factuelles, sans parler encore d'une quelconque sagesse ou d'un moindre sens de l'Histoire

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça ne bouge guère, pour ne pas dire pas du tout... alors que le traité, en l'absence de prolongation ou de remplacement, doit bien cesser de s'appliquer d'ici moins d'un an et demi :mellow: 

20190215_usa_russie_chine_course_armes_w

Mais ils s'amusent bien, ne vous en faites pas !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le traité de limitation des armements stratégiques des deux Gros doit cesser de s'appliquer dans moins de quatorze mois maintenant. Il n'y a aucune raison convaincante d'espérer qu'il soit prolongé, ceci en raison d'un blocage qui est entièrement du côté américain. En pratique, la Russie a proposé de prolonger le traité de cinq ans, sans autre forme de procès, sans faire aucun chichi. Les Américains n'auraient qu'à le vouloir pour prendre Poutine au mot et assurer la survie du traité, en se laissant par la même occasion assez de temps pour préparer les améliorations qu'ils disent rechercher comme implication de la Chine ou prise en compte des armements nucléaires tactiques - si c'était moindrement sincère, s'entend.

Mais c'est comme si les Russes s'adressaient à un mur.

La Russie a proposé de s'entendre sur une prolongation immédiate de cinq ans avant la fin de l'année. Si Trump acceptait cela, le traité pourrait être maintenu en vie jusqu'en 2026. Il serait extrêmement facile pour Trump d'accepter cette offre et, dans ce cas, la coopération avec Moscou mériterait les éloges du président. Ce serait une victoire importante pour les intérêts américains et le président pourrait légitimement s'en attribuer le mérite. Malheureusement, rien de tout cela ne se produit.

(...) Cela fait plus d'un an que les responsables russes soulèvent la perspective d'une prolongation. L'administration Trump ne semble pas avoir engagé Moscou dans des négociations sérieuses en vue d'une prolongation.

Les Russes pourraient aussi bien parler à un mur. Personne dans l'administration ne les écoute, et les divagations incohérentes du président sur le sujet n'aident pas.

 

Nouvel argument pour convaincre nos amis européens qu'une défense de l'Europe sur la base des dissuasions nucléaires française et britannique serait largement plus sûre que l'arrangement actuel à base de dissuasion américaine : "Nous (les Français et les Britanniques) on n'est pas complètement fous avec les armes nucléaires !" :wacko::angry:

 

Edited by Alexis
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Alexis a dit :

en raison d'un blocage qui est entièrement du côté américain

Autant le traité sur les forces nucléaires intermédiaires, je voyais bien l'intérêt des US à s'en débarrasser (développer des IRBM/missiles de croisière terrestres orientés vers la Chine), autant le traité sur les forces stratégiques me laisse perplexe. Vu le cout ahurissant estimé de la modernisation des 3 composantes US à capacités identiques, pourquoi est-ce qu'ils voudraient les augmenter?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, hadriel a dit :

Autant le traité sur les forces nucléaires intermédiaires, je voyais bien l'intérêt des US à s'en débarrasser (développer des IRBM/missiles de croisière terrestres orientés vers la Chine), autant le traité sur les forces stratégiques me laisse perplexe. Vu le cout ahurissant estimé de la modernisation des 3 composantes US à capacités identiques, pourquoi est-ce qu'ils voudraient les augmenter?

qui a besoin d'un V12 pour rouler à 30 dans les bouchons ? :biggrin:

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 hours ago, hadriel said:

Autant le traité sur les forces nucléaires intermédiaires, je voyais bien l'intérêt des US à s'en débarrasser (développer des IRBM/missiles de croisière terrestres orientés vers la Chine), autant le traité sur les forces stratégiques me laisse perplexe. Vu le cout ahurissant estimé de la modernisation des 3 composantes US à capacités identiques, pourquoi est-ce qu'ils voudraient les augmenter?

Les USA ne voit comme seule issue nucléaire - issue tout court d'ailleurs - qu'une escalade pour le moment ...

... en pratique c'est un choix par défaut les autres solutions étant considérée dorénavant comme caduque.

L'idée semble de faire flipper tout le monde ambiance guerre froide ... pour obliger les ennemis potentiel a calmer le jeu. La cible de cette escalade n'étant pas seulement la Chine ... mais tout ceux qui voudrait passer le seuil nucléaire et qui deviendrait par la des cible valable.

En gros la non prolifération n'est plus tenable ... et la doctrine MAD ne tient plus ... si elle n'est pas revivifiée - la faute aux solutions mitigeant potentiellement la possibilité, la capacité ou l'effet de frappe nucléaire anti cité -.

12 hours ago, Alexis said:

Nouvel argument pour convaincre nos amis européens qu'une défense de l'Europe sur la base des dissuasions nucléaires française et britannique serait largement plus sûre que l'arrangement actuel à base de dissuasion américaine : "Nous (les Français et les Britanniques) on n'est pas complètement fous avec les armes nucléaires !" :wacko::angry:

Sauf que c'est faux ...

... la solution française ou britannique est minimaliste ... elle n'a absolument pas la robustesse pour compter comme la solution US, ni face a la Chine, ni face à la Russie, encore moins face au USA ... mais pas non plus face a des petits casse couille qui serait en limite de doctrine.

Sans même parler du problème politique sous jacent de suzeraineté que crée la mise sous tutelle française ou britannique.

En gros a court ou moyen terme ... l'équilibre MAD est rompu. S'il ne l'était déjà.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, rendbo a dit :

qui a besoin d'un V12 pour rouler à 30 dans les bouchons ? :biggrin:

Celui qui veut faire du bruit et se la péter. :tongue:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Additionner les force stratégiques françaises et britanniques c'est quand même 500 têtes si je ne m'abuse c'est pas minimaliste sur ce point.(3ème force mondiale)

Après partager le prix et la maîtrise de l'outil et  la décision d'emploi c'est là que je vois de gros problèmes vu l'incapacité des dirigeants actuels.

Si cela était envisageable voir ensuite si le nombre de lanceurs est suffisant, s'il faut des TEL etc...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, g4lly a dit :

Les USA ne voit comme seule issue nucléaire - issue tout court d'ailleurs - qu'une escalade pour le moment ...

... en pratique c'est un choix par défaut les autres solutions étant considérée dorénavant comme caduque.

L'idée semble de faire flipper tout le monde ambiance guerre froide ... pour obliger les ennemis potentiel a calmer le jeu. La cible de cette escalade n'étant pas seulement la Chine ... mais tout ceux qui voudrait passer le seuil nucléaire et qui deviendrait par la des cible valable.

C'est précisément ce que je résumais en disant que la direction américaine est complètement folle avec les armes nucléaires.

On ne "calme" pas le jeu avec des pays étrangers armés en nucléaire en relançant une course aux armements. Et surtout pas en abandonnant les mesures d'inspection réciproque qui donnent aux Américains et aux Russes quelque raison de penser que ceux d'en face ne cachent pas 5 000 têtes nucléaires dans leur manche.

On obtiendra le résultat contraire. Sachant que la Russie en est encore à réagir à la provocation précédente, la sortie du traité ABM en 2002, qui a motivé de sortir de la naphtaline quelques "idées folles" du début de l'âge nucléaire - comme le statoréacteur nucléaire - pour fortifier la capacité de frappe en second plutôt trois fois qu'une.

Les réactions dans la durée - quelques années - des Russie et Chine à la mort du traité New Start, au passage des forces nucléaires américaines en mode caché et aux probables annonces de nouvelles armes nucléaires et autres prévisibles déclarations du type "nous gagnerons la nouvelle course aux armements"... sont sujettes à question.

La Chine pourrait choisir de simplement continuer son projet de se doter de SNLE vraiment silencieux tout en renforçant sans doute un peu ses balistiques sol-sol stratégiques. La Russie, devant se débrouiller avec un budget dix fois inférieur à celui des Etats-Unis, pourrait être amenée à prendre des positions plus audacieuses en terme de type d'armes. Poutine n'est pas très loin d'avoir prévenu que si New Start tombe, le traité de l'espace pourrait suivre... permettant de placer des armes nucléaires dans l'espace.

 

Il y a 15 heures, g4lly a dit :

En gros la non prolifération n'est plus tenable ...

Hein :blink: ?

Il y a aujourd'hui neuf puissances nucléaires. Qui serait la dixième ?

Si tu réponds "l'Iran" :happy: alors il faudra bien que je rappelle premièrement que Téhéran en est assez loin, deuxièmement et surtout que si l'objectif est de s'assurer qu'il respecte l'accord sur le nucléaire... il ne tient aux Etats-Unis que d'y rentrer :dry: !

Si ce n'est pas l'Iran, alors qui ?

 

Il y a 15 heures, g4lly a dit :

et la doctrine MAD ne tient plus ... si elle n'est pas revivifiée - la faute aux solutions mitigeant potentiellement la possibilité, la capacité ou l'effet de frappe nucléaire anti cité

Comme :smile: ? ...

 

Nan j'veux dire, je ne suis pas au courant de l'invention récente d'un quelconque gilet pare-nucléaire comme il existe des gilets pare-balles. Mais peut-être est-ce que j'ai loupé quelque chose :tongue: ?

Parce qu'il ne peut s'agir des programmes ABM américains. Qui restent tout autant qu'avant des gouffres financiers ne produisant rien de bon.

 

Il y a 15 heures, g4lly a dit :

... la solution française ou britannique est minimaliste ... elle n'a absolument pas la robustesse pour compter comme la solution US, ni face a la Chine, ni face à la Russie, encore moins face au USA ... 

A plus forte raison, la solution nord-coréenne est incomparablement plus faible. Raison pour laquelle après la provocation nord-coréenne de fin d'année - balistique longue portée ou essai nucléaire - Pyongyang sera rayée de la carte en 2020 par les atomiques américains après que sa dissuasion ait été magiquement annulée par les moyens américains.

D'un autre côté, si le prochain épisode de tension mène aux mêmes échanges d'insultes qu'en 2017 plutôt qu'à une récolte de champignons géants en Corée du Nord, il faudra bien admettre que la dissuasion nucléaire, ça marche :happy:

 

Il y a 15 heures, g4lly a dit :

Sans même parler du problème politique sous jacent de suzeraineté que crée la mise sous tutelle française ou britannique.

Une dissuasion européenne assurée par France et Royaume-Uni, ce serait avant tout des armes partagées en double clé avec quelques Etats clé. Similaire au fonctionnement américain avec les antiques B-61, sauf que les moyens seraient d'incomparablement plus convaincants missiles de croisière furtifs haut-supersonique - les ASMP-A.

Différences, en plus de l'évidente amélioration de la crédibilité technique :
- Implication d'un pays véritablement intéressé à lutter aux côtés des autres Européens - parce qu'il saurait qu'il est le prochain
- Dépendance pour la dissuasion envers un pays de taille similaire qui n'a ni la psychologie ni les moyens d'un empire mondial - donc avec lequel il est relativement facile d'équilibrer cette dépendance par des intérêts communs ou une supériorité sur tel autre plan

En bref, ce ne serait pas pire pour les pays concernés que la dépendance actuelle envers les Etats-Unis. Ce serait incomparablement meilleur.

 

Il y a 15 heures, g4lly a dit :

En gros a court ou moyen terme ... l'équilibre MAD est rompu. S'il ne l'était déjà.

Ce qui revient à dire que l'un des pays possédant des armes nucléaires a la possibilité technique pratique d'attaquer en premier sans se prendre une riposte en retour. Penses-tu que ce pays soit la Russie ? La Chine ?

Si tu penses que c'est les Etats-Unis, alors contre la Russie je ne peux que rappeler les SNLE russes qui peuvent désormais maintenir des patrouilles en continu, y compris les 3 modernes type Borei bientôt rejoints par un quatrième. Je dois encore rappeler les Topol mobiles. Tout comme les sol-sol fixes, vulnérables certes... mais seulement si les missiles d'attaque ne connaissent aucun raté. Ainsi que les Tu-160 et leurs missiles de croisière longue portée - sachant que la capacité à suivre en temps réel chacun d'eux pour le détruire préventivement est sujette à caution.

Et contre la Chine, il est certain que Pékin ne peut s'appuyer ni le nombre de ses armes comme Moscou, ni sur la dispersion dans n'importe quel océan d'un SNLE très silencieux comme Paris. Il se murmure cependant que les Chinois sont passés maîtres dans l'art de la fortification et des réseaux de tunnels souterrains dans lesquels ils cachent leurs balistiques sol-sol... réseaux dont nul ne connaît le plan, et quand bien même 

Quant à la France - pour l'exercice - si la patrouille permanente de SNLE a été réduite à une seule unité c'est parce qu'il est estimé vraiment exclu de la suivre à la trace, tant son silence a été travaillé. Et seize balistiques portant plus de 80 TN, c'est suffisant pour faire réfléchir très très fort même une superpuissance.

Non, une frappe américaine en premier garantit une riposte en retour

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

On est maintenant à peine à plus d'un an de la date de péremption de l'accord américano-russe de contrôle des armements stratégiques.

Lors d'une conférence de presse, Vladimir Poutine a déclaré 

"Mais jusqu'à présent, aucune réponse à toutes les propositions russes n'a été reçue des États-Unis. Et s'il n'y a pas de traité START-3, il ne restera rien au monde qui puisse freiner la course aux armements. Et ça, à mon avis, c'est mauvais."

La Russie est prête à prolonger le traité START-3 avec les États-Unis à tout moment, mais jusqu'à présent, les États-Unis n'ont pas donné leur accord. C'est ce qu'a déclaré le président russe Vladimir Poutine lors de sa grande conférence de presse.

Selon le dirigeant russe, le Traité sur des mesures visant à réduire et à limiter davantage les armements stratégiques offensifs (START 3) est l'une des dispositions sur lesquelles la Russie et les Etats-Unis devraient fonder leurs relations mutuelles. Il s'agit d'une question de sécurité mondiale, et c'est pourquoi, a souligné Vladimir Poutine, la Russie est prête à proroger immédiatement l'accord existant.

 

Il y a des moments où je pourrais presque souhaiter que Trump soit vraiment une môle russe sous contrôle du Kremlin, comme l'imaginent ses opposants les plus virulents :dry:  La politique étrangère américaine serait beaucoup moins dangereuse :wacko: !

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Russie met en garde, le temps disponible pour maintenir en vie le traité New Start est en train de s'épuiser.

Les responsables russes ont réitéré fin décembre et début janvier l'appel du président Vladimir Poutine à prolonger le plus rapidement possible le nouveau traité sur la réduction des armes stratégiques (New START), bien que Washington continue de garder le silence sur l'avenir de l'accord, qui doit expirer dans un peu plus de 12 mois.

Le vice-ministre des affaires étrangères par intérim, Sergey Ryabkov, a déclaré dans une interview accordée le 26 décembre que "nous pourrions nous retrouver sous une intense pression temporelle" si l'administration Trump gardait le silence sur l'avenir du traité. "Nous ne voudrions pas être obligés d'attirer l'attention de l'administration Trump sur cette question alors que la campagne électorale atteint son apogée", a-t-il déclaré.

Le lendemain, le ministre des affaires étrangères par intérim, Sergueï Lavrov, a déclaré qu'une prolongation exigeait que l'Assemblée fédérale russe "achève certaines procédures" et que le temps nécessaire pour le faire était compté.

(...) "Il est vital que la maîtrise des armes nucléaires s'adapte à l'environnement stratégique moderne ; nous sommes déterminés à impliquer à la fois la Russie et la Chine... en négociant un accord trilatéral de maîtrise des armes nucléaires", a déclaré le secrétaire d'État adjoint à la sécurité internationale et à la non-prolifération, Christopher Ford, dans un discours prononcé le 13 décembre à Bruxelles.

M. Ford a tweeté le 20 décembre que les États-Unis ont invité la Chine "à entamer un dialogue de sécurité stratégique sur la réduction des risques nucléaires et la maîtrise des armements et leur avenir".

(...) Mais la Chine continue d'exprimer son opposition aux discussions trilatérales avec les États-Unis et la Russie.

"Cette position est très claire et a été largement comprise par la communauté internationale, y compris la Russie", a déclaré le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Geng Shuang, aux journalistes le 22 janvier. "Les États-Unis font constamment un problème avec la Chine sur ce point pour esquiver et déplacer ses responsabilités en matière de désarmement nucléaire."

Le président Donald Trump, lors d'une interview accordée le 22 octobre à Sean Hannity de FOX News, a déclaré que les États-Unis, la Russie et la Chine "devraient se réunir et trouver un accord - un plafond, un plafond. Nous n'avons pas besoin de 10.000 armes".

Ford a réitéré cet objectif, en déclarant à la commission sénatoriale des relations étrangères le 3 décembre que le président Trump lui avait "ordonné" de "poursuivre un plafond trilatéral sur les arsenaux des trois puissances [les États-Unis, la Russie et la Chine]".

Une semaine plus tard, cependant, lors d'une conférence de presse tenue le 10 décembre aux côtés de M. Lavrov, le secrétaire d'État Mike Pompeo a affirmé que l'"objectif" n'est pas de "plafonner" "un pays à un niveau particulier". Il s'agit plutôt de développer "un ensemble de conditions" qui créerait "une stabilité stratégique mondiale".

En somme, le gouvernement Trump continue de prendre prétexte de l'existence de l'arsenal nucléaire chinois pour faire mine de chercher un accord beaucoup plus ambitieux que New Start - un accord à plusieurs puissances plutôt que deux - dont ils doivent savoir qu'ils ont zéro chance de l'obtenir, surtout dans des délais aussi réduits moins d'un an. Ce qui permettra à des gens qui se font un système et une question de principe du démantèlement de tout accord de limitation des armements de "casser" l'accord existant, le seul accord de limitation des armements nucléaires restant.

Le monde se trouvera alors dans une situation sans précédent depuis 1972 la signature du premier accord de limitation SALT I.

Quant au refus de la Chine de se laisser impliquer, il est parfaitement raisonnable et attendu. Pékin a limité son arsenal à quelques centaines d'armes, probablement pas beaucoup plus que les 300 dont dispose la France. Des pays comme Chine, France ou Royaume-Uni n'ont rien à faire dans une négociation avec des pays comme Etats-Unis ou Russie, Washington par exemple disposant de 6 185 armes nucléaires, dont 2385 "en attente de démantèlement" et 3800 actives dont 1365 déployées, et la Russie à peu près autant.

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca ressemble bien à un prétexte vaseux pour laisser mourir ce traité. Le problème que pose la Chine est bien plus conventionnel surtout dans le domaine maritime ou elle se montre très très agressive.

Dans cette optique je vois assez la Russie s'allier avec la Chine dans le domaine nucléaire, remettre trois Typhoons/Bulava en service sous double clé...c'est tout ce que DT gagnera.

Il ont combien de têtes nuc en réserve les russes ? 3-5000 je suppose

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,445
    Total Members
    1,550
    Most Online
    RAFMAN
    Newest Member
    RAFMAN
    Joined
  • Forum Statistics

    20,783
    Total Topics
    1,273,992
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries