Gibbs le Cajun

Politique Étrangère de l'Australie

Recommended Posts

Bonjour, j'ouvre se file pour aborder la politique étrangère de l'Australie. 

Je pense qu'au vu des enjeux dans la zone Asie-Pacifique, se pays a l'instar du Japon et d'autres pays dans cette zone vont être amener à gérer une crise potentielle avec la Chine. 

Bien évidemment il y n'y a pas que se pb avec la Chine, car l'Australie a aussi sa propre influence dans la zone. 

 

Edited by Gibbs le Cajun

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, collectionneur a dit :

@Gibbs le Cajun Mais il y a déjà un sujet généraliste sur l'Australie on l'on à parler des tensions en Asie Pacfiqiue, cela fera doublon :

 

 

Bon ben je vais fermer aussi les autres files que j'ai ouvert sur la politique étrangère française, et US... Il y avait 2 files sur les USA, donc quand j'ai ouvert sur la politique étrangère des USA ça n'avait pas l'air de poser de pb ... 

Enfin bref je ne sais pas comment on ferme un file... Donc si les modos pourraient fermer ces 3 files, politique étrangère de la France, politique étrangère des USA, politique étrangère de l'Australie, ça évitera les doublons... 

Merci d'avance les modos. 

@g4lly

 

Edited by Gibbs le Cajun

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les meurtres de civils et prisonniers afghan commis par des soldats des FS australienne à était reconnu par l'Australie. 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Gibbs le Cajun a dit :

meurtres de civils et prisonniers afghan

Pas vraiment le sujet du premier Twitte 

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://apjjf.org/2013/11/25/Gavan-McCormack/3961/article.html (25 novembre 2013)

L'Australie est un pays familier de par son histoire avec l'une ou l'autre forme de dépendance, jusqu'en 1941 principalement orientée vers ce qu'elle connaissait comme sa "mère patrie" (la Grande-Bretagne) et depuis lors vers l'Amérique. Comme l'a déclaré le Premier ministre John Curtin à la fin de l'année 1941, à l'avènement de la guerre avec le Japon, "Sans aucune inhibition d'aucune sorte, je dis clairement que l'Australie se tourne vers l'Amérique, sans aucune crainte quant à nos liens traditionnels ou à notre parenté avec le Royaume-Uni".

L'Australie, sûre de la protection américaine, serait, insistait-il, gardée comme "une citadelle pour la race anglophone".

Par la suite, la plus haute importance a été accordée au maintien et au renforcement de ces liens de guerre. Sur les grandes questions, dès le début de l'après-guerre, l'Australie a abandonné ses propres positions et a adopté celles sur lesquelles Washington insistait. Pour ne citer que deux exemples, en 1946, sous la forte pression américaine, elle a accepté d'exempter l'empereur japonais de toute inculpation, bien qu'elle l'ait inclus dans le groupe de tête de ceux qui, selon elle, devaient être jugés pour crimes de guerre. Deux ans plus tard, il a agi contre l'avis de ses diplomates sur le terrain en Corée et a approuvé la division du pays imposée par les États-Unis, l'imposition d'un régime militaire sévère et la suppression des forces démocratiques et nationalistes (une occupation sévère pour un peuple censément libéré qui contrastait fortement avec l'occupation douce pour l'ennemi vaincu, le Japon). En soumettant et en acceptant (même à contrecœur) la tenue d'élections séparées qui ont ensuite conduit à la création d'États séparés, dans des conditions dans le sud que les responsables australiens de l'époque qualifiaient de terreur d'État policier, elle a contribué à préparer le terrain pour la guerre. Lorsque la guerre est arrivée, en juin 1950, elle s'est empressée d'envoyer ses forces en Corée le plus rapidement possible, principalement dans le souci de faire preuve de loyauté et de gagner la gratitude des États-Unis. Comme l'écrira plus tard John Burton, alors secrétaire d'État aux affaires extérieures (Affaires étrangères) : "les faits et même les intérêts directs de l'Australie ont été mis de côté et l'instruction directrice était de "suivre les États-Unis"".

Un demi-siècle plus tard, la première ministre australienne Julia Gillard s'est vantée (10 mars 2011) que l'Australie avait "fait bloc" avec les États-Unis dans sa guerre contre l'Irak. Le député indépendant Bob Katter a fait remarquer qu'il était si important pour l'Australie que,

    "Si les Américains y vont [c'est-à-dire s'ils lancent une guerre] et qu'ils nous demandent d'y aller, nous devons absolument y aller... Allons-nous suivre comme la queue de l'âne ? Oui, c'est tout à fait exact".

L'Australie d'aujourd'hui, suivant le principe de Katter, est bien connue pour son soutien aux guerres américaines, quelle que soit la distance géographique ou la fragilité de la base juridique. Elle accueille des bases américaines importantes (notamment dans les domaines du renseignement, de l'espionnage et des cibles de missiles), vient d'ouvrir sa porte Darwin à un contingent de la marine américaine et envisage une expansion navale américaine substantielle en Australie occidentale (une "huitième" flotte de porte-avions dans l'océan Indien). Lorsque les pressions budgétaires en 2012 ont entraîné une réduction des dépenses de défense de 1,8 % du PIB à 1,56 %, le gouvernement américain a signalé à l'Australie qu'une telle réduction était inacceptable, les dépenses militaires devant, le cas échéant, être augmentées.

Avec d'autres "États clients" des États-Unis, l'Australie porte une responsabilité, rarement reconnue, dans les conséquences souvent dévastatrices des choix diplomatiques adoptés en croyant qu'il fallait à tout prix donner la priorité aux intérêts de leur allié superpuissant.

Trois anciens Premiers ministres ont récemment adressé des avertissements sévères à l'Australie sur ce qu'ils considèrent comme une pente de plus en plus raide vers la servilité : Malcolm Fraser, Premier ministre conservateur entre 1975 et 1978, a évoqué les "vingt dernières années", au cours desquelles

"Nous semblons plus que jamais être enfermés dans les buts et objectifs des États-Unis. ... Un soutien inconditionnel diminue notre influence dans toute l'Asie de l'Est et du Sud-Est. Il limite notre capacité à agir en tant que nation indépendante et confiante. Il limite notre influence sur les États-Unis eux-mêmes.

Le choix que l'Australie doit faire n'est pas celui de la Chine ou des États-Unis, mais celui de l'indépendance d'esprit pour rompre avec l'asservissement aux États-Unis. L'asservissement n'a pas servi et ne servira pas les intérêts de l'Australie. Elle est en effet dangereuse pour notre avenir.

Dans une autre conférence, des mois plus tard, Fraser a ajouté : "L'Amérique est responsable de notre destin et cela m'inquiète".

Paul Keating, Premier ministre travailliste entre 1991 et 1996, a été plus direct.

"Notre sens de l'indépendance a faibli, et comme il a faibli, nous sommes revenus à un accommodement facile avec les objectifs de politique étrangère des États-Unis... Plus récemment, notre respect pour les objectifs de politique étrangère des États-Unis s'est superposé à ce qui devrait être autrement les objectifs de politique étrangère de l'Australie".

Le problème s'est aggravé, a déclaré M. Keating, pendant le mandat de John Howard au poste de premier ministre : "après avoir joué le rôle du shérif adjoint, John Howard nous a fait danser sur la musique des États-Unis en Irak et en Afghanistan".

Il a également été très critique envers son successeur, Julia Gillard, pour avoir permis [en décembre 2011] au président américain Barack Obama de lancer "une attaque orale et politique contre la Chine et son système politique depuis la chambre basse de notre Parlement".

Kevin Rudd, Premier ministre travailliste entre 2007 et 2010, bien qu'il soit un spécialiste de la Chine et un orateur chinois connu pour ses opinions de faucon sur la Chine, a néanmoins appelé en 2012 à une Pax Pacifica coopérative et multilatérale pour remplacer l'actuelle Pax Americana (ou toute autre Pax Sinica possible) comme cadre de sécurité pour l'ère à venir.

Conclusion

Le zokkoku, syndrome de l'État indépendant-dépendant servile, n'est pas limité au Japon et doit être étudié dans une perspective comparative, à la fois entre les régions et dans le temps. À l'échelle mondiale, il est peut-être, et probablement, en diminution, mais en Australie, au Royaume-Uni et au Japon, il reste fort.

La vérité est que les États-Unis n'admettent pas l'"égalité" dans leurs relations avec tout autre État. Les "alliés" ont tendance à être appréciés pour leur servilité. Les dirigeants les plus chaleureusement accueillis sont ceux qui sont les plus prêts à suivre la voie (Tony) Blair, même si cela signifie être connus dans leur propre pays comme des "caniches". Là où Blair était un visiteur régulier et fêté à la Maison Blanche, les dissidents de la ligne servile sont gelés et ridiculisés, comme l'a constaté Hatoyama en 2009. Les États clients, liés verticalement à leur "patron", sont structurellement incapables de dissidence et donc complices d'actes par lesquels leur patron abuse du droit international et se livre à des actes criminels d'agression, de guerre et de torture. Ils sont responsables des conséquences de leur soutien aux États-Unis et des conséquences qui ont suivi, terribles pour les Coréens (et plus tard pour les Vietnamiens), et catastrophiques encore plus tard pour les Irakiens, les Afghans et d'autres. Ils contribuent ainsi à maintenir un ordre mondial encadré verticalement et incompatible avec les principes universels. Pour le Japon et l'Asie de l'Est, l'abnégation et la servilité au sein de l'État japonais servent à subvertir tout projet pour la communauté asiatique et à déstabiliser plutôt qu'à stabiliser la région.

Le Japon, l'Australie et la Grande-Bretagne insistent sur le fait que l'armée américaine est la source et le garant de la liberté et la source de "l'oxygène" qui garantit la paix et la sécurité dans la région, mais le fait est que ce même oxygène a souvent été ressenti comme un poison, en visitant pays après pays, de la Corée, l'Iran et le Guatemala dans les années 1950 au Vietnam (des années 1960 aux années 1970), au Chili (1973), au Golfe Persique (1991), à l'Afghanistan (2001-) et à l'Irak (2003-), et qui menace maintenant le Pakistan, la Somalie, le Yémen et (à nouveau) l'Iran. Comme l'a récemment déclaré Brent Scowcroft, l'ancien conseiller à la sécurité nationale des administrations Gerald Ford et George H. Bush, à propos de l'invasion américaine en Irak, "je ne pense pas que le président l'aurait fait absolument seul. S'il a raison, l'Australie (ainsi que le Royaume-Uni et le Japon) partage la responsabilité des conséquences de la collusion dans un acte illégal de guerre d'agression.

Entre les trois pays serviles, le Japon se distingue par le fait qu'il est soumis à une plus grande dérision, à un plus grand mépris, à une direction plus ouverte et plus complète que les deux "anciens alliés" des États-Unis. Il a fallu vingt ans avant que les relations entre les États-Unis et le Japon, dans le cadre du traité de sécurité mutuelle de 1960, ne soient qualifiées d'"alliance" pour la première fois, et les déclarations exhaustives de desiderata émanant de Washington sur tous les sujets, des heures de travail à la réforme constitutionnelle, humblement reçues à Tokyo, seraient inimaginables dans les relations des États-Unis avec la Grande-Bretagne ou l'Australie.

Comme Clare Short l'a fait remarquer à propos du cas britannique, l'illusion qu'il serait possible d'influencer ou de modérer la politique américaine était importante, et c'est une illusion qui était probablement partagée par les Australiens. Mais dans le cas du Japon, il semble peu probable qu'un dirigeant japonais envisage sérieusement une telle possibilité. Pourtant, ironiquement, plus la loyauté professée par les dirigeants japonais est abjecte, plus le mépris qu'ils rencontrent à Washington semble grand. L'adoption de telles relations patron-client ou maître-serviteur milite contre la formation de toute communauté régionale ou mondiale, car elle incite les parties concernées à penser les relations diplomatiques en termes de supérieur/inférieur, maître/serviteur, et à reproduire ces relations inéquitables et inégales tant au niveau national qu'international.

Gavan McCormack est professeur émérite à L'Université Nationale Australienne, coordinateur de la revue The Asia-Pacific Journal - Japan Focus, et auteur de nombreux travaux sur l'Asie de l'Est moderne, notamment Resistant Islands - Okinawa versus Japan and the United States.

Edited by Wallaby
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Bechar06 a dit :

Pas vraiment le sujet du premier Twitte 

Ben si. 

Juste en dessous dans le même Tweet , il y a 1 article qui traitent du sujet australien. L'autre sujet  je ne sais pas comment il s'est greffé car il n'apparait pas sur Twitter avec le 1er article sur l'Australie. J'ai copié comme d'habitude donc je ne sais pourquoi je ne peux pas avoir uniquement le 1er article sur l'Australie. 

 

Et il y a le 2ème article sur l'Australie dans l'autre Tweet. 

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a un doublon sur le file SAS et commando, renseignement australien. 

Comme déjà posté se matin, l'armée australienne a reconnu les exécutions de civils et de prisonniers par les FS australienne. 

Ici une analyse du problème très intéressante :

https://theconversation.com/changing-the-culture-of-our-sas-forces-is-no-easy-fix-instead-we-need-to-face-the-true-costs-of-war-150058

Share this post


Link to post
Share on other sites

Guerre froide avec la Chine en place publique avec Pékin qui annonce une liste de 14 griefs avec Canberra dont l'exclusion de Huwai pour la 5g

https://www.capital.fr/economie-politique/laustralie-ne-cedera-pas-aux-pressions-de-la-chine-qui-devoile-14-sujets-de-plainte-1386334?amp

Et accord militaire avec le Japon permettant aux troupes de ces deux pays de s'entraîner dans celui de l'autre et d'être interopérable, le premier pour le Japon depuis 1960 et l'accord avec les États Unis :

https://www.agenceecofin.com/vu-dafrique/1911-82622-pacte-militaire-entre-le-japon-et-laustralie

Edited by collectionneur
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/30/le-premier-ministre-australien-condamne-le-tweet-scandaleux-d-un-haut-representant-chinois_6061616_3210.html

Le premier ministre australien, Scott Morrison, a dénoncé lundi 30 novembre avec colère un tweet « scandaleux » émanant de Zhao Lijian, un porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, et a demandé à Pékin de présenter formellement ses excuses.

Zhao Lijian a posté sur le réseau social américain Twitter une mise en scène (attention, cette image peut choquer) dans laquelle un homme, habillé en soldat australien, tient un couteau plein de sang sur la gorge d’un enfant afghan.

[Twitter] a expliqué avoir signalé le tweet comme étant « sensible » avant d’ajouter que les commentaires sur des questions politiques d’actualité ou des « déclarations menaçantes en matière de politique étrangère » provenant de comptes officiels des gouvernements n’enfreignaient généralement pas son règlement.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 02/12/2020 à 19:06, Wallaby a dit :

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/30/le-premier-ministre-australien-condamne-le-tweet-scandaleux-d-un-haut-representant-chinois_6061616_3210.html

Le premier ministre australien, Scott Morrison, a dénoncé lundi 30 novembre avec colère un tweet « scandaleux » émanant de Zhao Lijian, un porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, et a demandé à Pékin de présenter formellement ses excuses.

Zhao Lijian a posté sur le réseau social américain Twitter une mise en scène (attention, cette image peut choquer) dans laquelle un homme, habillé en soldat australien, tient un couteau plein de sang sur la gorge d’un enfant afghan.

[Twitter] a expliqué avoir signalé le tweet comme étant « sensible » avant d’ajouter que les commentaires sur des questions politiques d’actualité ou des « déclarations menaçantes en matière de politique étrangère » provenant de comptes officiels des gouvernements n’enfreignaient généralement pas son règlement.

Il semblerait qu'un ministre français ai apporté son soutien à Morrison et qualifié de caractère choquant et scandaleux du dessin. Bizarre que je n'ai pas vu l'info dans les médias français par contre, ça gueule sur les réseaux sociaux chinois.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

A un moment donné, il faudrait se pencher sur le soft power et l'utilisation des réseaux sociaux par les hauts fonctionnaires chinois. Ils ne savent véritablement pas y faire.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Ciders a dit :

A un moment donné, il faudrait se pencher sur le soft power et l'utilisation des réseaux sociaux par les hauts fonctionnaires chinois. Ils ne savent véritablement pas y faire.

D'un autre côté, l'effet est pas trop mal auprès de l'opinion publique chinois, est ce que ce n'est pas dans l'intérêt d'un homme politique justement ? Et pardonné moi mais qu'est-ce que la France vient faire la dedans, elle qui défendait il y a peine quelques semaines la liberté de publication ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, koojisensei2 a dit :

D'un autre côté, l'effet est pas trop mal auprès de l'opinion publique chinois, est ce que ce n'est pas dans l'intérêt d'un homme politique justement ? Et pardonné moi mais qu'est-ce que la France vient faire la dedans, elle qui défendait il y a peine quelques semaines la liberté de publication ? 

Il y a un fossé gigantesque entre une caricature issue d'un journal indépendant (ça existe) et une position officielle défendue par un membre d'un gouvernement.

Si demain le Mindef disait d'une membre du bureau politique du PCC qu'elle était une salope, tu hurlerais. A raison.

Edited by Ciders

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Ciders a dit :

Il y a un fossé gigantesque entre une caricature issue d'un journal indépendant (ça existe) et une position officielle défendue par un membre d'un gouvernement.

Si demain le Mindef disait d'une membre du bureau politique du PCC qu'elle était une salope, tu hurlerais. A raison.

Sauf que dans le cas présent, les fait reproché se sont révélés véridique. L'armée australienne a bien égorgé 2 enfants avant de les mettre dans un sac, jeté dans la rivière...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu sais, ce qu'il s'est passé en 89 ou pendant le Grand Bond en Avant est aussi vrai... on n'en parle pas dans les médias chinois.

Et tu repousses le problème : les ministres et ambassadeurs chinois ont tendance à se comporter en ce moment comme des trolls de 4chan. Quand on insulte ou menace un pays étranger, il ne faut pas s'attendre en retour à recevoir des fleurs. Soit ils sont particulièrement mal formés ou incompétents, soit ils obéissent aux ordres. Dans les deux cas, cela fait tâche.

  • Upvote 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, koojisensei2 a dit :

L'armée australienne

Pour sûr que c’est l’armée australienne tout entière qui a cautionné et ordonné des actes de barbarie...

Du coup quand un restau chinois intoxique ses clients avec de la bouffe avariée c’est toute la cuisine chinoise qu’il faut tenir pour responsable...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, Ciders a dit :

Tu sais, ce qu'il s'est passé en 89 ou pendant le Grand Bond en Avant est aussi vrai... on n'en parle pas dans les médias chinois.

Et tu repousses le problème : les ministres et ambassadeurs chinois ont tendance à se comporter en ce moment comme des trolls de 4chan. Quand on insulte ou menace un pays étranger, il ne faut pas s'attendre en retour à recevoir des fleurs. Soit ils sont particulièrement mal formés ou incompétents, soit ils obéissent aux ordres. Dans les deux cas, cela fait tâche.

Si tu veux remonter dans le temps, on parle du sac du Palais d'été en Chine ? Esclavage ? Colonisation ? Si on veut remonter dans le temps, je pense qu'on peut retrouver des cadavres dans pas mal de cave. Et si tu veux mon avis, pl Tiananmen n'est pas ce qu'on nous fait croire non plus. J'ai même une vidéo sur la violence de l'affrontement entre l'armée et les manifestants de l'époque. Il y avait aussi bcp de soldat qui ont été tués. Et à mon avis, une armée face à des étudiants sans rien, ça n'aurai jamais donné le résultat de la vidéo.

Le problème entre l'Australie et la Chine est que la relation entre les 2 pays sont rendu depuis plusieurs années. Il est évident qu'un des portes paroles chinois en a profité pour retweeté ce dessin qui met à mal l'Australie. 

Encore une fois, c'est très politique et tout le monde agit en fonction de ses intérêts. Mais où est situé l'intérêt de la France de se mêler à cette histoire ? D'ailleurs on en parle pas bizarrement en France de cette affaire. 

Il y a 15 heures, Teenytoon a dit :

Pour sûr que c’est l’armée australienne tout entière qui a cautionné et ordonné des actes de barbarie...

Du coup quand un restau chinois intoxique ses clients avec de la bouffe avariée c’est toute la cuisine chinoise qu’il faut tenir pour responsable...

Dsl, mais quand il y a une intoxication dans un resto chinois, c'est bien tous les resto chinois qui voient leurs chiffres d'affaires s'effondrer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Parlons des Huns aussi si tu veux. C'est un peu la faute des peuples de l'époque s'ils sont arrivés en Asie occidentale et en Europe. :happy:

Sinon, ça gène tant que ça l'époque de Mao et de Deng ? On est là aussi dans le complot anti-chinois ? A un moment donné, si tu veux être une grande puissance, il faut savoir assumer son passé. Mais ça... c'est délicat avec cette culture du refus de perdre la face. J'en suis bien conscient.

Et il n'empêche : un diplomate ou un ministre qui insulte, c'est indigne d'une grande puissance. Au mieux, c'est une république bananière.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors en ce moment, on est plus dans du cynisme... #émoticône "bisous de la mort"...

 

Edited by Phacochère
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Ciders a dit :

Il n'empêche : un diplomate ou un ministre qui insulte, c'est indigne d'une grande puissance. Au mieux, c'est une république bananière.

Bon, faudra m'expliquer en quoi il y avait une insulte plus choquante que ce que les responsables australiens déclaraient depuis 2 ans contre la Chine, concernant Ouïghours, Tibet, covid ou Hong Kong.

Et pour la partie Australienne, c'était des déclarations d'un autre niveau de responsabilité d'état tandis qu'ici, il y a simplement un retweet d'un dessin d'un artiste chinois par un porte parole.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Ciders a dit :

A un moment donné, si tu veux être une grande puissance, il faut savoir assumer son passé. Mais ça... c'est délicat avec cette culture du refus de perdre la face.

Les Chinois n'aiment pas perdre la face, c'est un fait, mais ça ne veut pas dire qu'ils n'admettent et ne reconnaissent pas leur propre histoire.

Tout le monde ne peut pas en dire autant, à commencer un peu à l'est de la Chine.

Et, je rajouterais qu'à un moment donné, si tu veux être une grande puissance, il faut savoir assumer son ascension mais aussi gérer son déclin, ça aussi, c'est délicat.

Les Chinois l'ont fait, mais tout le monde ne peut pas en dire autant.

Ça n'a rien à voir avec l'Australie ce que je viens de dire, donc c'est juste une parenthèse.

Henri K.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 48 minutes, Henri K. a dit :

Les Chinois n'aiment pas perdre la face, c'est un fait, mais ça ne veut pas dire qu'ils n'admettent et ne reconnaissent pas leur propre histoire.

Alors pourquoi le musée de la révolution culturelle de Shantou a-t-il été fermé ?

Alors pourquoi on n'enseigne pas la vérité sur la famine du Grand Bond en avant dans les écoles ?

À propos du roman 1984 d'Orwell :

https://thewalrus.ca/how-george-orwells-1984-got-published-in-cuba/ (5 novembre 2020)

Malgré des années de conditionnement, Winston est toujours incapable de croire à l'infaillibilité du Parti et de son chef, Big Brother. Pire encore, il se rend compte que, loin d'aimer Big Brother comme un membre du Parti devrait le faire, il le déteste. Instinctivement, il sait que la société dans laquelle il vit n'est pas l'entité idéale qu'elle prétend être. Cependant, incapable de la comparer avec une autre, il ne peut trouver aucune preuve. Les citoyens d'Océanie n'ont aucun contact avec les étrangers. Leur passé archivé n'est qu'un tissu de mensonges. Winston le sait mieux que quiconque, se trouvant en première ligne de la falsification. Pour entretenir l'impression que la vie était meilleure avant la révolution, il n'a que ses vagues souvenirs d'enfance.

Edited by Wallaby
  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Henri K. a dit :

Les Chinois n'aiment pas perdre la face, c'est un fait, mais ça ne veut pas dire qu'ils n'admettent et ne reconnaissent pas leur propre histoire.

Tout le monde ne peut pas en dire autant, à commencer un peu à l'est de la Chine.

Et, je rajouterais qu'à un moment donné, si tu veux être une grande puissance, il faut savoir assumer son ascension mais aussi gérer son déclin, ça aussi, c'est délicat.

Les Chinois l'ont fait, mais tout le monde ne peut pas en dire autant.

Ça n'a rien à voir avec l'Australie ce que je viens de dire, donc c'est juste une parenthèse.

Henri K.

Intéressante approche. Tu saurais m'expliquer comment les Chinois ont su gérer leur déclin au XIXè siècle ? :dry:

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 07/12/2020 à 12:38, Wallaby a dit :

Alors pourquoi le musée de la révolution culturelle de Shantou a-t-il été fermé ?

Alors pourquoi on n'enseigne pas la vérité sur la famine du Grand Bond en avant dans les écoles ?

 

 

Il y a 18 heures, Ciders a dit :

Intéressante approche. Tu saurais m'expliquer comment les Chinois ont su gérer leur déclin au XIXè siècle ? :dry:

 

Allons messieurs ! Puisqu on vous a dit que c etait juste une parenthèse....:rolleyes:

Edited by Tetsuo
Oublie de smiley
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,549
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Ardachès
    Newest Member
    Ardachès
    Joined
  • Forum Statistics

    21,071
    Total Topics
    1,374,479
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries