Sign in to follow this  
Banzinou

AIRPOWER L'AVENTURE DOIT CONTINUER !

Recommended Posts

AIRPOWER L'AVENTURE DOIT CONTINUER !

 

AIRPOWER N° 19 SORTIRA-T-IL ? À VOUS DE DÉCIDER !

L'histoire d'une belle aventure

En septembre 2016, AIRPOWER faisait son apparition dans le monde restreint des magazines d'aviation militaire. L'attente et l'engouement étaient tels que de nombreux abonnements pour deux ans nous sont parvenus, alors que le N° 1 n'était pas encore en kiosque !

 

https://fr.ulule.com/airpower/

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Apparemment leur investisseur qui devait payer les imprimeurs a fait faux bond. 

Edited by Kiriyama
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il reste 20 jours et il manque 4100 € (46% de la somme à financer).

Si ça ne s'énerve pas un peu, au rythme actuel de 2% par jour, ça risque de ne pas le faire. :sad:

[Edit] Et même plutôt 0% aujourd'hui ... :pleurec:

Edited by FATac
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il en manque encore quelques uns ...

Mais il y en a de notables !! "Claudia" par exemple, est du nombre.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelqu'un à fait de la pub sur les autres sites et blogs fan-mili ? OPEX360, ligne de défense ?

Edit, je viens d'envoyer un message sur OPEX360. Pour ma part, je viens de reprendre le travail en fin de semaine, compte dans le rouge....

 

Edited by collectionneur

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 58 minutes, pascal a dit :

Le soucis c'est que la publication n'est guère pérenne ...

J'ai l'impression que la concurrence dans le secteur est rude, et les lecteurs potentiels relativement peu nombreux. 

On est quand même dans de la presse très spécifique. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

R.I.P.

Airpower s'est éteint...

une victime collatérale du covid-19, hélas...

Une résurection à la "AIR FAN" étant tout le mal que je lui souhaite.

  • Sad 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, castle68 a dit :

R.I.P.

Airpower s'est éteint...

une victime collatérale du covid-19, hélas...

:pleurec:

Il y a 13 heures, castle68 a dit :

Une résurection à la "AIR FAN" étant tout le mal que je lui souhaite.

J'en doute ... Air Fan avait un problème structurel avec un coût d'édition important et une pression immobilière insoutenable sur leurs locaux du Boulevard des Batignolles (locaux que j'adorais fréquenter pour aller acheter les numéros manquants de ma collection). La renaissance a pu se faire grâce à une implantation provinciale et avec un nouvel imprimeur, permettant de diminuer significativement les charges, le tout avec des produits en léger retrait (changement du rythme de parution et du prix), ce qui a permis d'envisager une exploitation à l'équilibre. Lequel équilibre est aussi, probablement, menacé par les chutes des ventes en kiosque avec la CoViD-19.

C'est là que l'on mesure l'importance des abonnements qui assurent l'assise des publications et leur permettent de traverser les crises et turbulences. C'était aussi l'objectif du financement participatif mis en place pour sauver Air Power il me semble. Mais l'abonnement, si c'est un engagement, un soutien, c'est aussi une forme de chèque en blanc. Cela donne confiance à la publication dans la présence de son lectorat et les lecteurs attendent un retour en nombre et en qualité. Mais chaque défaillance vient comme une douche froide sur la confiance placée par les lecteurs ...

Personnellement, en 40 ans d'expérience, je n'ai plus assez de doigts pour compter les magazines auxquels j'ai choisi de m'abonner et qui ont finalement coulé, emportant tout ou partie de ma mise. Cela me fait de plus en plus hésiter dans ce soutien, je le regrette. A moins que je ne sois le chat noir que les magazines devraient bannir de leurs abonnés ...

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

C'est un peu le cercle vicieux aussi : la quantité de magazines est assez importantes pour un lectorat somme toute limité… Sans compter que les magazines finissent par représenter un sérieux budget aussi, si on est lecteur régulier et assidu de différentes publications. 

Pour l'abonnement, j'ai toujours préféré acheter en librairie pour soutenir le commerce de proximité. 

Edited by Kiriyama

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, Kiriyama a dit :

Pour l'abonnement, j'ai toujours préféré acheter en librairie pour soutenir le commerce de proximité. 

Ce qu'il y a de paradoxal, c'est que l'achat en kiosque bénéficie très peu au commerçant local comme à la publication. Ce sont les porteurs/messageries (comme la fameuse société NMPP - Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne) qui empochent la majorité du prix de vente pour leur service de distribution/reprise des invendus.

Les seuls à avoir vraiment réussi à tirer partie du fonctionnement de ces société de messagerie, ce sont les éditeurs de journaux pour la jeunesse qui récupèrent les invendus et les revendent massicotés et reliés, en recueils, plutôt que de les proposer au détail à la commande. Le produit trouve ainsi un second débouché en librairie. Spirou le fait depuis près de 70 ans, Tintin et Pilote l'ont aussi fait à l'époque.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, FATac a dit :

Ce sont les porteurs/messageries (comme la fameuse société NMPP - Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne) qui empochent la majorité du prix de vente pour leur service de distribution/reprise des invendus.

si un jour vous vous lancez dans l'auto édition ou une industrialisation quelconque d'un objet, vous vous apercevrez d'ailleurs que ce système se mort la queue.

Dans mon cas, sur un gros projet non lucratif (dans le sens où j'ai déjà un boulot, sans avoir besoin de revenu complémentaire), j'avais une possibilité de placer mes produits sur le market place d'Amazon car j'avais fait le taf sérieusement. Ce site prenait un pourcentage non négligeable sur le prix de vente et non sur les bénéfices, juste pour être référencé chez eux, et pourtant il n'y avait pas de gestion de stocks associée. Au final, l'ordre d'idée était : sur un produit me coûtant 20 euros à produire et vendu 25 euros environ, il me restait les 5 euros de bénéfice théorique (auquel il faut retrancher la TVA et certains autres frais), et 2 - 3 euros de bénéfice net. En passant par Amazon il ne me restait moins d'une dizaine de centimes. 

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Member Statistics

    5,486
    Total Members
    1,550
    Most Online
    ThomasM
    Newest Member
    ThomasM
    Joined
  • Forum Statistics

    20,844
    Total Topics
    1,299,935
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries