Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

La fidélisation et le recrutement de nos armées, des pistes ?


Clairon
 Share

Recommended Posts

Le 09/03/2020 à 13:36, kalligator a dit :

Faire bander les futurs soldats c'est bien...faire fonctionner correctement Louvois c'est bien mieux

Les problèmes ont du être réglé, j'ai pas vu d'info annonçant le contraire. 

Edited by Gibbs le Cajun
Link to comment
Share on other sites

J'ai cru comprendre que l'impact de Sentinelle n'est pas si négatif que ce que l'on dit. La mission Sentinelle a beaucoup évolué et n'a rien à voir avec ces débuts et ce pour plusieurs raisons.

D'abord les mecs sont très bien payés lorsqu'en Sentinelle, ensuite les conditions de vie sont parfois meilleures qu'en caserne avec des logements de qualité, la possibilité de sortir en ville le soir, de faire venir les familles, etc. Les mecs ne marchent pas tous les jours. Un jour de marche, un jour d'entrainement et un jour de repos. Les missions sentinelle permettent à la troupe de s'entrainer aux taches basiques de niveau groupe/section et ils ne pourraient pas faire plus au quartier de toute manière, donc à ce niveau là il n'y a pas tant de déperdition que ça. Bref on a pas mal de présupposés sur Sentinelle et son impact sur le recrutement, mais ce n'est pas entièrement vrai pour le MdR. Il est bien payé et logé, peut s'entrainer voir sa famille sortir au lieu de se cailler les miches dans un camp. Sentinelle a aussi permit à l'AdT de justifier une augmentation de ses effectifs, c'est pas pour rien que l'Adla et la MN font aussi en sorte de pouvoir le faire.

A mon sens, les problèmes RH sont ailleurs et se conjuguent avec une baisse de la cohésion et du niveau général du fait de la compétition avec le civil et la moindre sélection.

Le niveau physique n'est pas vraiment le problème, les jeunes sont même plus sportif qu'avant, c'est bien plus la rusticité et les contraintes du métier qui est un problème. Le souci c'est qu'à vouloir civilianiser le métier de militaire pour recruter des gars, on perd en cohésion et en efficacité. Le fait que les engagés se logent en dehors de la caserne par exemple, ça fait un espèce de routine métro boulot dodo qui n'est pas trop adaptée.

Je pense que plusieurs éléments pourraient améliorer la situation. Déjà rallonger la formation initiale commune au CFIM pour solidifier les connaissances de soldat de base indépendamment de l'arme et aussi permettre de "rusticiser" les bonhommes. Ensuite, obliger à une vie au quartier lors du premier contrat pour recréer du lien et de la cohésion. Enfin, plus de flexibilité et d'opportunités dans les évolutions de carrière.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, kalligator a dit :

Je préfèrerai une annonce confirmant que c'est le cas...tu n'as pas un fils militaire ? ça va pour lui ?

Il ne l'est plus. 

Mais j'ai pas eu d'écho sur le sujet via les gens qui sont encore actif ( plus beaucoup d'ailleurs). 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 57 minutes, FoxZz° a dit :

J'ai cru comprendre que l'impact de Sentinelle n'est pas si négatif que ce que l'on dit. La mission Sentinelle a beaucoup évolué et n'a rien à voir avec ces débuts et ce pour plusieurs raisons.

D'abord les mecs sont très bien payés lorsqu'en Sentinelle, ensuite les conditions de vie sont parfois meilleures qu'en caserne avec des logements de qualité, la possibilité de sortir en ville le soir, de faire venir les familles, etc. Les mecs ne marchent pas tous les jours. Un jour de marche, un jour d'entrainement et un jour de repos. Les missions sentinelle permettent à la troupe de s'entrainer aux taches basiques de niveau groupe/section et ils ne pourraient pas faire plus au quartier de toute manière, donc à ce niveau là il n'y a pas tant de déperdition que ça. Bref on a pas mal de présupposés sur Sentinelle et son impact sur le recrutement, mais ce n'est pas entièrement vrai pour le MdR. Il est bien payé et logé, peut s'entrainer voir sa famille sortir au lieu de se cailler les miches dans un camp. Sentinelle a aussi permit à l'AdT de justifier une augmentation de ses effectifs, c'est pas pour rien que l'Adla et la MN font aussi en sorte de pouvoir le faire.

A mon sens, les problèmes RH sont ailleurs et se conjuguent avec une baisse de la cohésion et du niveau général du fait de la compétition avec le civil et la moindre sélection.

Le niveau physique n'est pas vraiment le problème, les jeunes sont même plus sportif qu'avant, c'est bien plus la rusticité et les contraintes du métier qui est un problème. Le souci c'est qu'à vouloir civilianiser le métier de militaire pour recruter des gars, on perd en cohésion et en efficacité. Le fait que les engagés se logent en dehors de la caserne par exemple, ça fait un espèce de routine métro boulot dodo qui n'est pas trop adaptée.

Je pense que plusieurs éléments pourraient améliorer la situation. Déjà rallonger la formation initiale commune au CFIM pour solidifier les connaissances de soldat de base indépendamment de l'arme et aussi permettre de "rusticiser" les bonhommes. Ensuite, obliger à une vie au quartier lors du premier contrat pour recréer du lien et de la cohésion. Enfin, plus de flexibilité et d'opportunités dans les évolutions de carrière.

Effectivement tu abordes des points intéressants. 

On a eu une longue période bordélique mais depuis effectivement ça a évolué. 

Je pense que la contrainte pour Sentinelle est aujourd'hui surtout lié au commandement qui lui pense à l'évolution de la situation géopolitique et des risques pour du haut intensité. Donc qu'il faut aussi pouvoir se préparer, et retrouvé la capacité d'entraînement à plus grande échelle au niveau des unités, comme ça à put se faire dans le passé avec une armée de conscription plus nombreuse.

On gère mieux la formation individuelle et l'entraînement jusqu'au niveau SGTIA, GTIA mais on est limité pour le faire au niveau brigade qui sera un schéma pour du haut intensité. 

Je pense que pour compenser c'est l'évolution de la réserve, j'en avais déjà parlé sur un autre file, attirer du monde vers la réserve en mettant en avant la possibilité de créer un réseau indirect pour trouver du boulot via des réservistes qui peuvent aussi être des relais pour des boulots via leur boulot et simplifier la vie aussi pour les employeurs via des gestes de l'état) qui pourrait  permettre aussi de réduire l'empreinte des gens de l'active sur Sentinelle. 

Je pense même qu'à terme la solution serait de mettre en avant aussi le concept des Régiments de Service Militaire Adapté ( 4 RSMA dispatché sur l'hexagone) qui fonctionne très bien en outre-mer, qui permet de mettre des jeunes sur la voie d'un diplôme civil dans le cadre militaire, tout en pouvant aussi assurer des missions comme sentinelle. 

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Service_militaire_adapté

Vu les problématiques chez les jeunes sans emploi en métropole car ayant pas fait un cursus d'étude, ça pourrait être très utile, on voit que ça fonctionne très bien en outre-mer. 

Ça serait plus utile que le service civil qui ne concerne que peu de monde, peu d'intérêt au niveau sociétal qui reste la raison de se service et sans impact dans la participation de défense en métropole, et pas des profils qui ont vraiment besoin de trouver un nouveau chemin car en échec scolaire etc... 

Je te conseil de visionner cette vidéo, je l'ai déjà partagé sur le file Scorpion. Ici il explique très bien pas mal de choses qui vont dans se sens en se qui concerne mon ressenti sur la problématique d'entraînement à plus grande échelle. 

 

Edited by Gibbs le Cajun
Link to comment
Share on other sites

1° Pour le logement hors-caserne, n'est-il pas exceptionnel, seulement en cas de famille et avec accord du commandement, du moins pour les non-caporaux-chefs ?

2° Les jeunes plus sportifs aujourd'hui, bof, quand je vois encore passé 50 ans ce que je mets à certains petits jeunes ne fut-ce qu'en natation ou marche, j'ai pas l'impression

3° La formation commune CFIM plus longue, bof ... le CFIM est aussi vu comme un moyen de moins mettre la pression aux EVI et donc de diminuer le taux de dénonciation de contrat

4° Flexibilité et opportunités, ben y en a quand même pas mal multiples passerelles pour devenir sous-off, voir officier pour certains, changement de spécialité après un certain temps > attention, l'armée ne va pas non plus payer 5 formations en x années pour faire plaisir au coco, faut aussi rentabiliser des formations parfois assez chères, et les "djeuns" d'aujourd'hui veulent changer tout le temps, pas vraiment compatible.

Clairon

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Clairon a dit :

1° Pour le logement hors-caserne, n'est-il pas exceptionnel, seulement en cas de famille et avec accord du commandement, du moins pour les non-caporaux-chefs ?

2° Les jeunes plus sportifs aujourd'hui, bof, quand je vois encore passé 50 ans ce que je mets à certains petits jeunes ne fut-ce qu'en natation ou marche, j'ai pas l'impression

3° La formation commune CFIM plus longue, bof ... le CFIM est aussi vu comme un moyen de moins mettre la pression aux EVI et donc de diminuer le taux de dénonciation de contrat

4° Flexibilité et opportunités, ben y en a quand même pas mal multiples passerelles pour devenir sous-off, voir officier pour certains, changement de spécialité après un certain temps > attention, l'armée ne va pas non plus payer 5 formations en x années pour faire plaisir au coco, faut aussi rentabiliser des formations parfois assez chères, et les "djeuns" d'aujourd'hui veulent changer tout le temps, pas vraiment compatible.

Clairon

Des discussions que j'ai pu avoir, visiblement le logement hors-caserne est assez répandu. A confirmer, parce que ça reste un témoignage oral susceptible d’être biaisé.

Pour le deuxième point, en fait maintenant le sport en club le mercredi après-midi, les gens qui vont à la salle de sport ou au crossfit c'est assez répandu parmi la jeunesse. Un commando me disait que pour les test physique commando qui n'ont pas changé depuis des années, le niveau des candidats a largement augmenté par rapport à avant.

Pour l'extension de l'entrainement initial, visiblement c'est ce qu'on fait les américains, et la qualité des recrues qui arrivaient en régiment a significativement augmenté.

Link to comment
Share on other sites

Pour les EVAT premier contrat, le logement hors-caserne pour les non-mariés/pacsés/charge de famille est rare, d'autant plus qu'une très grande majorité n'est pas en garnison dans sa région d'origine, sans compter le coût du logement.

Pour les USA, l'amélioration des recrues qui arrivaient, peut-être mais les USA ont un énorme problème de qualité de recrutement, ils acceptent quasiement n'importe qui, parfois même avec des antécédents judiciaires, sans compter le niveau de santé des jeunes étatsuniens qui se dégrade très rapidement. Donc ils sont sans doute passé de très mauvais à passable.

Clairon

Edited by Clairon
Link to comment
Share on other sites

Le 11/03/2020 à 14:16, Clairon a dit :

2° Les jeunes plus sportifs aujourd'hui, bof, quand je vois encore passé 50 ans ce que je mets à certains petits jeunes ne fut-ce qu'en natation ou marche, j'ai pas l'impression

Tout dépend des critères et de la ventilation par classes sociales des pratiques sportives. Faudrait aussi  prendre des années de référence pour des pratiques. Exemple Tx dans la population années 70 / 80  vs années 2010 /  20; 

Actuellement, il y a moins de classes de neige, 90 % de ces classes dans les années 70  c'est tombé à 33 %  

En natation avant 35 ans le tx de non nageurs se situe entre 4 et 11 % chez les femmes et entre 1 et 4 % chez les hommes. Quand on regarde les plus âgés  54 % des françaises de plus de 60 ans ne savent pas nager .contre 27 %  des hommes.  

Quoi qu'il en soit,  il y a beaucoup plus de monde en montagne que dans les années 70 / 80. Des pratiques comme le parachutisme civil  son moins confidentielles, les pratiques nautiques etc. 

 

Link to comment
Share on other sites

Le 11/03/2020 à 17:01, Clairon a dit :

Pour les USA, l'amélioration des recrues qui arrivaient, peut-être mais les USA ont un énorme problème de qualité de recrutement, ils acceptent quasiement n'importe qui, parfois même avec des antécédents judiciaires, sans compter le niveau de santé des jeunes étatsuniens qui se dégrade très rapidement. Donc ils sont sans doute passé de très mauvais à passable.

Clairon

Aux USA le mode d'approche de la formation n'est pas du tout le même. En france tout le monde à une formation militaire aux US la formation militaire et bien plus sommaire ( pas de formation à l'utilisation des armes legere)  pour un grand nombre de specialitée.  

J'ai eu l'occasion de croiser des mecaniciens de l'armée de l'air US et des marins US Navy de differente specialitées . Et bien ils n'avaient jamais fait du tir lors de leur instruction.  ils ne savaient même pas demonter un simple fusil. Pour les hauts responsable de l'armée US ça ne sert à rien de les former vue qu'il ne seront jamais en situation de combats rapprocher.  Et ça couterai trop cher de les former au tir vue le nombre .  Cette politique permet que les autres armes comme les Marines et les troupes de combats beneficie d'une formation continue aux tirs  d'armés legere en tirant des milliers de cartouche par ans .  

Autres chose les pilotes de drones au US ne font pas de formation pilote de chasse ni de stage de survie vue qu'ils pilotent (en 3 x 8 ) les drones du monde entier depuis des containaires d' une base en Arizona . 

 

 

  

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Scarabé a dit :

Aux USA le mode d'approche de la formation n'est pas du tout le même. En france tout le monde à une formation militaire aux US la formation militaire et bien plus sommaire ( pas de formation à l'utilisation des armes legere)  pour un grand nombre de specialitée.  

Faut nuancer. Dans la Navy le "boot camp"  (formation initiale avant l'école de spécialité) ) dure 9 semaines (5 chez nous) et ils sont formés et vraiment formés, plusieurs séances en intérieur et extérieur et différentes distances ) au tir au pistolet (M9) et au fusil à pompe  (Mossberg 500)  Il est vrai qu'ils ne tirent pas au fusil à balles, c'est réservé aux Masters et  aux spéciaux.  

Pour le reste c'est du drill anglo-saxon,  tout y passe même le lavage des dents  :)  les instructeurs sont loin d'être cools 

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

Opex 360 /Pour gagner la bataille du recrutement, la Marine nationale veut mettre tous ses marins sur le pont

http://www.opex360.com/2020/03/15/pour-gagner-la-bataille-du-recrutement-la-marine-nationale-veut-mettre-tous-ses-marins-sur-le-pont/

Des pistes et réflexions intéressantes. La comm' c'est important dans la mesure où "on fait ce qu'on dit" et à coup sûr il y a des opportunités à saisir pour un jeune.

Toutefois, dans la mesure où l'on souhaite que nos militaires soient des ambassadeurs, il s'agit de leur donner des "billes pour convaincre ". C'est à dire "faire ce qu'on dit", ça passe par la fidelisation, des évolutions de carrières, etc...

Edited by Phacochère
Mise en forme
Link to comment
Share on other sites

L’armée de Terre revoit ses exigences pour le contrôle de la condition physique de ses soldats OPEX 360

L’armée de Terre a décidé de faire évoluer ce type d’évaluation. En premier lieu, et selon une instruction publiée en décembre dernier, le contrôle de la condition physique générale ne comptera plus que trois épreuves [au lieu de quatre]. Et les modalités de celles qui ont été conservées vont changer également.

Ainsi, le test de Cooper, qui consiste à parcourir la plus grande distance possible en 12 minutes afin de mesurer la consommation maximale d’oxygène [VO2max] d’un sujet va être remplacé par un simple de 2.400 mètres.

Pour rappel, avec le test de Cooper, la condition physique est jugée très bonne quand un soldat âgé d’une vingtaine d’années est capable de parcourir 2.800 à 3.000 mètres en 12 minutes.

L’épreuve de natation est maintenue [on parle « d’aisance aquatique »]. Mais avec quelques évolutions. Désormais, il ne sera plus question d’un 100 mètres en nage ligne suivi par 10 mètres en apnée… Mais il sera désormais demandé de faire 15 mètres en apnée et 85 mètres en nage libre.

Enfin, il n’y aura plus de grimper de corde, ni de nombre minimum d’abdominaux à faire. À l’avenir, la capacité musculaire générale sera évaluée par une série de pompes.

Les épreuves du CCPG ont été « redéfinies pour répondre à des critères d’équité [avec des barèmes mixtes], de simplicité [permettant une mise en œuvre adaptable aux infrastructures
existantes], d’universalité [avec une augmentation du nombre de tranches d’âge] », explique l’armée de Terre.

Quant au contrôle de la condition physique spécifique, il fera l’objet d’une expérimentation dans le courant de l’année 2020. Il s’agira de mettre en place des épreuves liées à « l’environnement ou au milieu du militaire en prenant en compte la rusticité, l’endurance, l’agilité, etc. » L’idée est qu’elles soient « différenciées » en fonction des spécialités des militaires.

Il est également question de créer une « formation d’adaptation complémentaire » pour les engagés volontaires de l’armée de Terre de la filière EPMS [Entraînement physique militaire et sportif], afin de leur permettre de faire passer les tests CCPM.

Enfin, trois niveaux de « forme » vont être institués. « Les niveaux 1 et 2 seront jugés insuffisants et nécessiteront de repasser les tests », précise l’armée de Terre.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Je suis tombé sur par mal de vidéos Youtube de personnes qui racontent leur passage à l'armée et qui quittent l'institution assez rapidement, dans les 3 ans, et j'ai l'impression que l'un des griefs qui ressort le plus souvent c'est sur le traitement des MdR. En gros, qu'on les considère un peu comme des boniches plus que comme de soldats ("esprit je me suis engagé pour faire soldat as femme de ménage"). Les TIG et les caporaux-chefs "tyranniques" reviennent assez souvent. La salubrité des locaux et l'éloignement reviennent aussi.

Donc je me demande si au niveau encadrement on est pas encore trop dans une démarche conscription ? Alors d'accord les inconvénients et les nécessités de la vie militaire sont complexes et connus, mais j'ai l'impression qu'on perd pas mal de RH pour des "trucs à la con" et des comportements petit-chefs. Je pense que les nouvelles générations ont beaucoup de mal avec les taches absurdes et qu'il faut peut être réfléchir un peu plus au quotidien des MdR. Comment font les britanniques à ce niveau là par exemple ?

Un exemple :

 

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, FoxZz° a dit :

Comment font les britanniques à ce niveau là par exemple

J'ai déjà exposé mon hypothèse :  chaque engagé est considéré comme un professionnel. Et ça commencé à la formation,  tout le monde commence au même endroit et ils prennent le temps.  

Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, Fusilier a dit :

J'ai déjà exposé mon hypothèse :  chaque engagé est considéré comme un professionnel. Et ça commencé à la formation,  tout le monde commence au même endroit et ils prennent le temps.  

Il faudrait comparer leur taux de fidélisation au notre, il me semble qu'ils ont aussi des problèmes de RH.

Est-ce que les Brits ont aussi une voie directe pour faire sous-officiers comme en France ou tous sortent du rang comme à la Légion ?

En attendant, je pense que nos problème de mentalité "conscrit" va persister encore pas mal de temps parce que ceux qui l'ont vécu vont ensuite le reproduire et que les éléments dégoutés vont partir.

Comment se rythme la vie d'un jeune engagé dans un régiment aujourd'hui ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, FoxZz° a dit :

Est-ce que les Brits ont aussi une voie directe pour faire sous-officiers comme en France ou tous sortent du rang comme à la Légion ?

Oui même principe que la Légion.  Chez les Royal Marines que je connais le mieux,  tout le monde rentre par la formation de base des 32 semaines.  Pour postuler à une formation de spécialiste,  il faut un minimum de 12 mois de service.  Le principe est le même pour les caporaux et sergents (je n'ai pas en tête les durées de service pour postuler) Chez eux, les gens reviennent à l'école pour les cours de spécialistes ou de gradés. Les officiers passent par le même moule, avec un formation plus longue et sur certains aspects plus exigeante. Pour l'Army  ça doit être comparable, sauf pour les officiers.  

Faut voir pour les armes très techniques comme l'aviation.  

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Fusilier a dit :

Oui même principe que la Légion.  Chez les Royal Marines que je connais le mieux,  tout le monde rentre par la formation de base des 32 semaines.  Pour postuler à une formation de spécialiste,  il faut un minimum de 12 mois de service.  Le principe est le même pour les caporaux et sergents (je n'ai pas en tête les durées de service pour postuler) Chez eux, les gens reviennent à l'école pour les cours de spécialistes ou de gradés. Les officiers passent par le même moule, avec un formation plus longue et sur certains aspects plus exigeante. Pour l'Army  ça doit être comparable, sauf pour les officiers.  

Faut voir pour les armes très techniques comme l'aviation.  

Des discussions que j'ai pu avoir des officiers, notamment de la légion, ils pensent que sur le plan opérationnel, il est préférable que les sous-off passent d'abord par le rang.

Maintenant, d'un point de vue RH, je pense que c'est différent.

Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, Fusilier a dit :

Les officiers passent par le même moule, avec un formation plus longue et sur certains aspects plus exigeante. Pour l'Army  ça doit être comparable, sauf pour les officiers.  

Les officiers directs Britannique ont une formation plus courte, Sandhurst c'est 1 an, contre 3 ans à St Cyr, maintenant je crois qu'il faut être équivalent Bac+4 ou 5 pour rentrer à Sandhurst.

Pour les sous-officiers Français, avant le "surge" de 2015/2016, il était prévu plus de 70 % de semi-directs, plus encore dans les jobs "péchus" (mélée, artillerie, génie) et un peu moins (logique) là ou des formations civiles sont intéressantes (SIC, Maintenance, Transmissions, ...) ...

Pour la Légion, ils y a pas mal de jobs qu'ils ne doivent pas recruter (mécano aéro, transmissions, radariste, ...) ou une bonne formation civile peut être une vraie valeur ajoutée

Dans l'ensemble, les sous-officiers Français sont assez bien estimés et de bonne valeur.

Clairon

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, Clairon a dit :

Dans l'ensemble, les sous-officiers Français sont assez bien estimés et de bonne valeur.

Ce n'est pas leur valeur qui est en cause. C'est plutôt la reproduction, dans le système militaire,  de la "pyramide aristocratique" basée sur le diplôme / écoles,  et surtout le fait que le MDR soient considérés comme des substituts du contingent. L'impression qu'il y a des vrais professionnels, ceux issus des écoles, que l'on prend le temps de former, et les autres... 

Faut prendre ça comme un hypothèse de travail , pas comme une vérité établie.  

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

La professionnalisation ça fait maintenant plus de 20 ans qu'elle a eu lieu, donc les EVAT "conscrits", ça commence à dater ... Et si l'on compare avec pas mal d'armées étrangères de renom (la plus proche = l'armée britannique), le côté pyramide aristocratique y est 10x plus présent, avec un recrutement d'officier presque uniquement basé sur les diplômes civils et un véritable esprit de caste.

En France des officiers supérieurs de très grand talent ont commencé comme sous-off, ainsi le célèbre Colonel Goya a entamé sa carrière comme sous-off au 170e RI d'Epinal, de prestigieux régiments ont encore été commandé dernièrement par d'anciens sous-off (2e REI par exemple), avec le bac (pas vraiment la haute crème des diplômes) et 3 ans de service un EVAT de 21 ans peux passer le concours EMIA, tout militaire sans aucun diplôme après 10 ans de service peux devenir ODS par concours (nouvelle appellation des OAEA et Officier rang)

La France reste le seul pays ou le recrutement EVAT/Sous-Off/Officier ne pose pas de gros problème et où un important vivier continue d'exister, allez voir en Allemagne, Grande-Bretagne, Belgique, vous allez voir ce que ça veut dire des unités en "sous-effectifs" ....

Pour le temps de formation, un EVAT d'infanterie c'est environ 7 mois de formation et il ne va peut-être rester que 3 ans ... perso comme conscrit sous-off j'ai eu 3 mois max .... Donc dire qu'on ne prend pas le temps de le former, je trouve cela un peu fort de café ...

Un 1e classe ça n'a pas vocation non plus tout le temps à devenir Maréchal d'Empire, la formation, la connaissance restent depuis toujours des critères importants d'avancement, car l'héroïsme au feu, c'est bien, mais il faudrait avoir un peu plus de guerre alors ...

Pour en rajouter une couche, extrait du dernier sujet de l'excellent blog du fameux colonel Goya :

"... Un général israélien me disait un jour : « Ce qu’on vous envie c’est vos caporaux-chefs, des gars qui ne pètent pas un câble et défouraillent parce qu’on leur jette des cailloux. Nos soldats et nos cadres de contact sont des appelés de 20 ans. C’est dur d’être toujours calme à cet âge ».

Clairon

Edited by Clairon
  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Clairon a dit :

Pour le temps de formation, un EVAT d'infanterie c'est environ 7 mois de formation

Tu peux préciser?  Il me semble que t'additionnes le parcours individuel de formation et le parcours collectif de section.  

Le CFIM c'est 12 semaines.  Après c'est la spécialisation individuelle (je fais erreur ?)  et ça peut varier de deux semaines  à un mois.  Si j'ai bien compté, pour un para dans l'ordre des six mois, permissions et stage para compris.  Tu diras ce que tu veux, mais c'est moins que les 32 semaines de base (stage para compris) avant spécialisation,  d'un para britannique.     

Pour les officiers de l'Army je vais chercher. Mais pour un officier des Royal Marines on peut postuler avec un A-level  ou un BTEC  (diplôme pro) théoriquement c'est du niveau baccalauréat , plutôt deux années de supérieur (terminale + 1  quelque chose dans le genre) 

Pour l'Army plusieurs voies   https://nationalcareers.service.gov.uk/job-profiles/army-officer#:~:text=Entry requirements,for a level 3 course

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

La Formation Initiale d'un fantassin français c'est

15 semaines de FGI (dont 12 semaines de CFIM)

10 semaines de FTS (Formation Technique de Spécialisation)

2 à 4 semaines de FACQ (Formation d'adaption complémentaire qualifiante) selon le job effectué en section (TP, GV, Radio, ...)

Pour les Paras rajoutez 2 à 3 semaines à l'ETAP et 2 à 3 semaines de stage commando > Soit environ 8 mois pour un marsouin-para, je vois pas la différence avec un para de sa Royale Majesté

Et seulement après ce parcours il sera en compagnie de combat.

Clairon

Link to comment
Share on other sites

il y a 18 minutes, Clairon a dit :

Et seulement après ce parcours il sera en compagnie de combat.

Clarifions (pour ma tête) Ce que l'on forme à partir des CFIM ce sont bien des sections, avec les officiers et cadres de cette section dans le rôle de formateurs.  Oui / non?   

il y a 22 minutes, Clairon a dit :

je vois pas la différence avec un para de sa Royale Majesté

Dans ces 7 ou 8 mois, il y a bien des permissions Oui / Non?   

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,824
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Altocumulus
    Newest Member
    Altocumulus
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.6m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...