Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

SPATIAL MILITAIRE France et Europe ( actualités )


Bechar06
 Share

Recommended Posts

  • 5 months later...

https://www.air-cosmos.com/article/visite-de-la-ministre-des-armes-au-cnes-22625   commandement de l'espace CDE 

Citation

La Ministre des Armées Florence Parly s'est rendue au CNES le vendredi 21 février, dans le cadre des travaux menés pour l'émergence du commandement de l'espace.

Florence Parly était en visite au CNES le 21 février dernier, l'occasion pour la ministre de revenir sur le commandement de l'espace (CDE), son installation et de rencontrer les équipes qui le composent. C'est ainsi que la Ministre a pu « échanger avec les premiers officiers insérés au CNES, précurseurs de l'installation du commandement de l'Espace », indique le Ministre des Armées. A terme, les personnels du CDE disposeront d'une infrastructure dédiée à partir de 2025, basée également sur Toulouse. Celle-ci « regroupera l'ensemble des unités impliquées dans les enjeux spatiaux au sein des forces françaises ».

Je trouve assez astucieux de jouer à nouveau, médiatiquement, la complémentarité Espace civil + Espace Militaire, complémentarité et synergies qui existent en fait depuis les tous débuts de l'Espace français, années 50s

Voir aussi le message de @P4

http://www.air-defense.net/forum/topic/12232-france-et-ses-projets-dans-lespace/page/4/#comments

 

Edited by Bechar06
Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

L'armée de l'Air gagne en périmètre et devient l'armée de l'Air et de l'Espace... C'est désormais officiel. Ou plutôt ce sera officiel ce vendredi soir, après l'annonce que va faire la ministre des armées, Florence Parly, à Salon de Provence (Bouches-du-Rhône).

Image, identité et logo pourraient aussi évoluer dans la foulée de ce changement de nom.

Link to comment
Share on other sites

Aérospatial ça faisait bien plus classe...

Maintenant il ne nous reste plus qu'à créé une flotte de guerre spatiale pour porter les fer et le feu aux ennemis de la France et de l'humanité ! Ces sale Xenos et Hérétiques seront purgé par la Sainte Trinité du Bolter, du Fuseur et du Lance Flamme !

Faite pas attention... C'est la V9 qui fait ça. 

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Le 07/08/2020 à 19:54, ARPA a dit :

http://www.opex360.com/2020/08/07/selon-le-general-friedling-le-nombre-devenements-preoccupants-dans-lespace-ne-cesse-de-croitre/

En passage intéressant, un démonstrateur de satellite "guerreur-patrouilleur" pour 2023. Et en géostationnaire.

Extraits: 

"la ministre des Armées, Florence Parly, mit les pieds dans le plat en dénonçant les activités de l’engin russe LUCH-OLYMP autour du satellite franco-italien de communications militaires Athena-Fidus.

Depuis, la France s’est dotée d’une stratégie spatiale militaire, laquelle prévoit la création d’une commandement de l’espace [sous l’égide de l’armée de l’Air], des investissements nouveaux, un renforcement des moyens d’observation [programme ARES, pour Action et Résilience Spatiale, successeur du radar GRAVES, etc], et la mise au point de systèmes défensifs. Il est ainsi question doter les satellites de caméras pour dissuader les attitudes inamicales, de mettre en orbite des nano-satellites patrouilleurs, et de développer des laser pour aveugler les satellites dans le cadre de la légitime défense.

Ces systèmes ne seront toutefois pas pleinement opérationnels dans un avenir proche. C’est en effet ce qu’a confié le général Michel Friedling, le commandant de l’Espace [CdE], lors d’une récente audition à l’Assemblée nationale. « Pourquoi attendre 2030 pour la défense active? C’est un domaine totalement nouveau : il faut maturer les technologies, mettre au point les concepts, mettre en l’air des démonstrateurs, sachant que les charges utiles peuvent être très variées. Nous avançons vite sur les nano-satellites patrouilleurs, mais cela prend un certain temps, ne serait-ce que pour apprendre : nous partons d’une feuille blanche », a-t-il expliqué aux députés.

Cependant, et comme le général Friedling l’a indiqué, les travaux concernant les nano-satellites « guerreur-patrouilleur » avancent plus vite que prévu, un démonstrateur devant être lancé en 2023 [au lieu de 2028] afin de « prouver notre capacité à mener des opérations en orbite géostationnaire ».

« La réalisation de ce démonstrateur est un modèle d’opération agile, audacieuse, innovante, rendue possible par une volonté commune et un travail conjoint avec la DGA, le CNES et l’Agence de l’innovation de défense. […] Si tout va bien, nous aurons en 2023 cette capacité en orbite géostationnaire, qui représentera à la fois une première démonstration, une première capacité opérationnelle et une source d’enseignement majeur pour une vraie et pleine capacité à l’horizon 2030 »

« On observe ces derniers mois un accroissement du nombre événements préoccupants...Il s’agit essentiellement de développements et d’essais de capacités anti satellite, de manœuvres de rapprochement et de proximité non coopératifs en orbites basses et géostationnaires et de manœuvre d’espionnage ou d’intimidation »... « Nous suivons et analysons tous ces événements avec nos alliés pour comprendre, analyser et tirer ensemble des enseignements. Ils viennent conforter l’analyse faite à l’occasion de la revue spatiale qui a abouti à la publication de notre stratégie spatiale de défense »

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • 2 weeks later...

http://www.opex360.com/2020/11/19/le-ministere-des-armees-investit-dans-lanalyse-du-renseignement-par-lintelligence-artificielle/ 

Satellites Renseignement Intelligence artificielle  pépite technologique Earthcube, rebaptisée « Preligens »  Pléiades

"« Les armées ont investi massivement dans les satellites mais peu sur l’exploitation des données. Les images sont traitées encore souvent à la main comme il y a une dizaine d’années. Or on atteint un tel volume d’images qu’on laisse de côté une grande partie de la valeur du renseignement », avait ainsi expliqué Arnaud Guérin à l’Usine Nouvelle.

Grâce au logiciel de Preligens, les analystes de la Direction du renseignement militaire [DRM] ne perdraient plus de temps à examiner des centaines de clichés : seuls ceux qui présentent un réel intérêt seraient ainsi exploités."

 

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Twister ?   et 

https://www.frstrategie.org/publications/notes/futur-intercepteur-endo-atmospherique-quelles-menaces-quelles-technologies-2019

Futur intercepteur endo-atmosphérique : quelles menaces et quelles technologies ?

Domaine d’interception envisagé et intérêt d’une solution de propulsion par statoréacteur

https://www.senat.fr/rap/r10-733/r10-73362.html  '( 01 / 12 / 2000 ) ... Exoguard de EADS Astrium    L'Exoguard - la solution exo-atmosphérique

Ce que signifiait  juste il y a qq heures @g4lly :

 

"On a l'impression que c'est toujours la même arlésienne depuis 10 ans ... trouver une "niche" de marché entre les Aster 30 block2 / Patriot... et les THAAD ...

Pour ceux qui ont besoin d'un vieux rafraichissement le rapport du sénat d'il y a 10 ans qui explique la problématique des interception entre 25 et 100 km https://www.senat.fr/rap/r10-733/r10-733.html"

Edited by Bechar06
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Air & Cosmos papier du 12 février 2021 : modernisation du système  GRAVES  de veille spatiale. Extraits à la volée

Graves pour « Grand Réseau Adapté à la Veille Spatiale »,  opérationnel depuis 2005

Documenté sur  https://fr.wikipedia.org/wiki/GRAVES_(système)  notamment sur la définition du radar bi-statique.    

Système décrit + en détails par A&C, avec améliorations :

Equipement unique en Europe, il surveille l’espace de 400 km à 1000 km d’altitude. Il établit les trajectoires des satellites et débris spatiaux

Rénovations incrémentales : Après la rénovation passée de la puissance de calcul. C’est l’électronique – vers un meilleur rendement - qui est rénovée. Site de réception du Plateau d’Albion rénové depuis 2019 par l’ONERA.

Degreane Horizon, entreprise varoise, https://www.degreane-horizon.com/fr/ rénove le site d’émission, en Haute Saône.

Suivront la rénovation du traitement du signal, jusqu’à la BA 942 de Lyon - Mont Verdun

Jusqu’en 2023 : encore un chantier Onera d’amélioration des performances, face aux mini puis micro satellites

Rénovations conduites tout en gardant le système opérationnel ( incrémentales )  

Ceci, en attendant le successeur du GRAVES  ( IA , méga données, architecture générale rénovée ) pour 2030 via le projet Ares ( ? )

Infos antérieures :

Cf. https://www.defense.gouv.fr/content/download/591579/10025623/18_08_2017_surveillance_spatiale.pdf

Cf. https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/la-france-lance-son-premier-programme-darmement-spatial-1040522 « Appel du pied à l'Allemagne : Toutefois, des coopérations avec des partenaires européens ne seraient pas de refus. « La France ne saurait rester isolée, a souligné Florence Parly. Je compte particulièrement sur l'Allemagne et l'Italie pour bâtir une structure commune de surveillance spatiale. » »

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Grâce à @AkarSaren ( fil Espace / France et ses projets ) 

LA FRANCE LANCE L'OPÉRATION ASTERX, LE PREMIER EXERCICE SPATIAL DES ARMÉES FRANÇAISES

https://www.bfmtv.com/economie/la-france-lance-l-operation-aster-x-le-premier-exercice-spatial-des-armees-francaises_AD-202103090314.html

Repris par http://www.opex360.com/2021/03/09/le-commandement-de-lespace-a-donne-le-coup-denvoi-de-son-premier-exercice-spatial/

Le Commandement de l’espace a donné le coup d’envoi de son premier exercice « spatial », non seulement en France mais aussi en Europe !

Evidemment, même s’il peut s’appuyer sur des moyens uniques en Europe dans le domaine spatial, comme, par exemple, le système GRAVES [Grand Réseau Adapté à la VEille Spatiale], le CDE a des capacités insuffisantes au regard de l’évolution des pratiques en orbite, avec des actes « inamicaux » de plus en plus nombreux et la mise au point d’armes antisatellites.

Aussi, comme l’a expliqué le général Friedling, l’exercice ASTERX est avant tout un « stress test de nos systèmes » afin d’évaluer précisément les besoins capacitaires futurs et d’accompagner ainsi la montée en puissance du CDE.

Son scénario est basé sur une crise entre un État doté de capacités spatiales et un autre qui a un accord d’assistance militaire avec la France, avec une « série d’événements venant créer des situations de crise ou de menaces contre nos moyens spatiaux. »

Ces « événements » sont par exemple la « rentrée à risque » dans l’atmosphère d’un objet spatial qu’il faudra suivre pour avertir les populations le cas échéant, ou « l’approche sur un de nos satellites stratégiques », a détaillé le général Friedling.

À noter que les forces américaines et allemandes participent à cet exercice, via l’US Space Command et le GSSAC [German space situational awareness center]...

Il  est prévu, en 2023, de mettre sur orbite un démonstrateur d’action dans l’espace, appelé Yoda. Composé de deux nano-satellites de 10 à 20 kg, ce dernier permettra d’ expérimenter les opérations en orbite géostationnaire, lesquelles se limiteront à la détection et à l’identification des menaces ainsi que, le cas échéant, à la protection. En fonction des résultats, un satellite patrouilleur nettement plus [un centaine de kg] sera ensuite être lancé à l’horizon 2030.

Edited by Bechar06
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Est-ce que à terme l'AAE n'aurait pas intérêt à avoir une fusée "militaire" pour pouvoir mettre en orbite ses futurs satellites léger comme les nanosatellites type Yoda ou les microsatellites comme le "patrouilleur" ?

Économiquement, on parle de plus en plus de l'intérêt des nano et micro satellites. Les autres pays trouvent aussi un intérêt stratégique à se doter de lanceur léger. L'Italie envisagerait même de convertir son ancien Garibaldi en plateforme de lancement. http://www.opex360.com/2021/03/21/la-marine-italienne-pourrait-transformer-le-porte-aeronefs-garibaldi-en-base-spatiale-flottante/

Un micro lanceur se justifierait pour compléter la gamme d'Arianespace avec un lanceur très léger et surtout un lanceur "rapide" qui pourrait assurer des mise en orbite en urgence avec seulement quelques jours/semaines de préparation.

 

Je verrai bien un retour du "Micro Lanceur Aéroportée", MLA sur Rafale. En plus de favoriser le déploiement d'un détachement en Guyane, cela pourrait aussi intéresser des clients export. Je me demande à quel point on ne pourrait pas partager les coût de développement du MLA avec le marché civil (Arianespace pourrait très bien commercialisé des tirs depuis Cayenne) et surtout l'Inde (puissance spatiale en concurrence avec la Chine) ou la Grèce (qui voudra répondre au début spatiaux de la Turquie)

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

@ARPAL'US Army à déployé cette année des micro satellites pour le ciblage d'objectifs, on y arrivera aussi en France dans quelques années....

Sinon, mit dans en double dans le fil généraliste :

Le 1er avril 2021, le United Kingdom Space Command a été inauguré. Il dépend du  Strategic Command :

https://www.gov.uk/guidance/uk-space-command

dixit Air et Cosmos :

le UK Space Command est un commandement interarmées composé de la Royal Navy, de la British Army, de la Royal Air Force et des personnels civils du MoD (Ministry of Defence). Commandé par l’Air-Vice-Marshal Paul Godfrey,

Mais a part un radar cogéré par les américains et 4 satellites de communications, il n'y a rien comme derrière :

https://air-cosmos.com/article/uk-space-command-its-a-long-way-to-go-24557

le UK Space Command pourra s’appuyer sur le centre d’opérations spatiales (SpOC) qui surveille les mouvements spatiaux (équivalent du centre COSMOS en France) et ce, grâce au radar AN/FPS-126 BMEWS (Ballistic Missile Early Warning System) géré conjointement par le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Il pourra également utiliser la constellation des 4 satellites Skynet 5 SATCOM gérés par Airbus DS.

Edited by collectionneur
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Notre immense ZEE bientôt sous surveillance améliorée

https://www.air-cosmos.com/article/300-satellites-pour-surveiller-la-zee-franaise-24967

Marine Nationale, plan MERCATOR => contrat avec la société pépite française  CLS  ( CNRS et CNP )  + PRELIGENS ( ex - EarthCube ) => système TRIMARAN III qui comprendra 300 satellites, de divers types,  avec une bonne dose d' IA  ROIM (en anglais, Imagery Intelligence ou IMINT ), pour une couverture totale des espaces maritimes FR

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Confirmé et expliqué par : http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/06/10/cls-va-fournir-a-la-marine-des-donnees-satellitaires-afin-de-surveiller-l-e.html   

"CLS va fournir à la Marine des données satellitaires afin de surveiller l'espace maritime français

La Marine française a retenu la société CLS pour lui fournir pendant les cinq prochaines années des services de données satellitaires afin de surveiller son espace maritime, le deuxième plus important au monde (photo CLS). Le montant du contrat, baptisé Trimaran 3 et qui court de 2021 à 2025, n’a pas été précisé.

CLS, dont le siège social est à Toulouse, a une antenne à Brest. Coentreprise entre le Cnes (34%) et la holding de la famille belge Frère (66%), CLS combine imagerie satellitaire recueillie auprès de 300 satellites d’observation optique ou radar, détection des radiofréquences émises par les navires, données d’identification des navires (AIS) et exploitation de bases de données commerciales (liste Lloyd’s). 

Au travers d’une plateforme unique, MAS, pour Maritime Awareness System, chaque Commandement de Zone Maritime et autres entités de la Marine nationale pourra accéder simplement, 24h sur 24 et 7 jours sur 7, à un système d’analyse complet et à une capacité d’acquisition en imagerie satellitaire et données RF de près de 300 satellites. Ce système, “intégré et ergonomique” selon la Marine nationale, permet de centraliser ces flux issus de multiples capteurs et d’obtenir “des informations en quasi-temps réel sur l’ensemble du globe (position des bateaux, détection et identification de navires, historique de navigation)”. 

CLS exploite notamment les données fournies par deux start-up françaises: l’entreprise rennaise Unseenlabs, dont les nanosatellites interceptent les signaux de radiofréquence des navires, et Preligens, spécialisé dans l’intelligence artificielle et l’analyse de données géospatiales pour le renseignement. "

Edited by Bechar06
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Audition du 02/06/2021 au Sénat de Mme Isabelle Sourbès-Verger, chercheur au CNRS et de M. Xavier Pasco, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique, sur les enjeux stratégiques du spatial :

http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20210531/etr.html#toc2

Quelques extraits :

« Aujourd'hui, en termes de sécurité, les discussions n'avancent pas très vite. Les grands pays sont arc-boutés sur leurs positions. La Chine et la Russie défendent l'idée d'un traité nouveau qui interdirait notamment le déploiement d'armes dans l'espace. Les Etats-Unis sont favorables pour leur part à un code de bonne conduite, moins formel, et à plus de transparence. Pendant ce temps, les systèmes spatiaux se mettent en place, les objets se multiplient, et la frontière entre activité civile, activité gouvernementale et militaire est de plus en plus floue. Pour la France, l'enjeu est important : il s'agit de bien comprendre la situation spatiale, notamment la situation de ses propres satellites, afin de prévenir toute action hostile. »

 

« Le volet militaire, avec le développement de forces spatiales, doit également être examiné. En France, l'exercice d'entraînement « AsterX » témoigne de l'idée que l'espace peut être un lieu d'affrontement et qu'il faut s'y préparer sous l'angle de la défense active. Les Américains réfléchissent plutôt, quant à eux, en termes de contrôle de l'espace.

Des expérimentations nouvelles, en vue d'exploiter par exemple les ressources potentielles d'un astéroïde, sont également lancées. Au-delà du volet scientifique, avec des missions comme Rosetta, ou le retour d'échantillons par les Japonais, l'idée que l'on pourrait exploiter les ressources célestes progresse. Néanmoins, amener ces ressources sur Terre coûterait extrêmement cher. Il pourrait s'agir plutôt d'une exploitation au profit de bases situées dans l'espace. L'exploitation des ressources de la Lune ou d'astéroïdes implique que des activités industrielles soient menées dans l'espace et que l'homme puisse vivre et travailler dans ce milieu. »

 

« Les réalisations chinoises sont remarquables mais finalement relativement normales, pour une grande puissance disposant de moyens importants. La station chinoise ne sera pas comparable à l'ISS. Elle sera similaire à la station Mir d'avant les années 2000. Néanmoins, cette station sera en fonctionnement au moment où l'ISS s'interrompra. Les plans de Donald Trump en vue d'une reconquête de la Lune en 2024 paraissent compromis. Dès lors, la Chine devrait inviter des pays tiers à utiliser sa station. Je ne sais pas si Thomas Pesquet apprend déjà le chinois mais, de fait, un astronaute a besoin de s'entraîner, d'acquérir de la compétence et de l'expérience. »

 

« En termes de budget, les Etats-Unis disposent d'environ 50 Mds$ par an, l'Union européenne de 12 ou 13 Mds$. La Chine n'a pas de budget spatial officiel pour des raisons tenant à son organisation, mais son budget est sans doute désormais comparable au budget européen. Le budget de la Russie s'élève à 4 à 5 Mds$, tout comme celui du Japon. Le budget de l'Inde est de près de 2 Mds$.»

 

« Le spatial reste en effet couplé à des enjeux nationaux, ce qui explique les difficultés constatées au niveau européen. Plusieurs enjeux pourraient toutefois être pris en compte au niveau européen, en particulier la gestion du trafic spatial et la surveillance spatiale, qui consiste à identifier l'ensemble des satellites et leur nationalité. Aujourd'hui, seuls les Etats-Unis, et dans une moindre mesure la Russie, sont capables de savoir à qui appartiennent les différents satellites et quelles sont leurs orbitographies. Si les Etats-Unis décidaient d'attaquer un satellite chinois au motif que celui-ci constituerait une menace, nous serions dans l'incapacité de nous prononcer en temps réel sur la réalité de cette menace. Je suis très surprise que le programme de surveillance spatiale, porté par l'Union européenne, qui avance lentement, ne suscite pas davantage d'efforts de la part des Européens. C'est un enjeu stratégique majeur. »

Edited by Non inultus premor
  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

ça sentirait pas un peu un remake du club des puissances nucléaires.

Vite vite, on militarise l'espace, et ensuite hop un petit traité de "non prolifération". Comme ça on reste "entre gentlemen" avec des gros bras dans l'espace aussi, et la première petite nation qui moufte, pouf Véto ONU / sanction et tout le toutim pour le bien "de l'humanité !!!"

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...
  • 1 month later...

http://www.opex360.com/2021/11/24/la-direction-generale-de-larmement-discute-dun-projet-davion-spatial-avec-dassault-aviation/

La Direction générale de l’armement discute d’un projet d’avion « spatial » avec Dassault Aviation

Un tel projet va-t-il se concrétiser? En tout cas, la Direction générale de l’armement [DGA] en discute avec Dassault Aviation. C’est en effet ce qu’a indiqué Emmanuel Chiva, le directeur de l’Agence de l’innovation de Défense [AID], auprès de La Tribune, qui l’interrogeait sur ce projet d’avion spatial.

« Nous discutons avec Dassault Aviation et la DGA, en particulier le SASD [Service d’architecture de systèmes de défense]. Nous portons également des projets avec des sociétés que nous soutenons. C’est le cas d’Unseenlabs et de Cailabs », a répondu M. Chiva.

CAILABS    https://www.cailabs.com/         ( de Bretagne )

Unseenlabs    https://unseenlabs.space/   ( de Bretagne )

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

(Oui, je colle ici aussi)

(DefenseNews, 6dec.)

La ministre française de la défense : Passer d'une nouvelle frontière à un nouveau front
Par Florence Parly

Ils s'appellent Syracuse et Cérès. Ils sont situés à plus de centaines ou milliers de kilomètres au-dessus de nos têtes, et ils ont récemment permis à la France de franchir une nouvelle étape dans la défense de ses citoyens.
Le premier est un pilier de notre souveraineté : Ce satellite permet aux militaires français de traiter et d'échanger des millions de gigaoctets de données en temps réel. A l'heure de la guerre connectée et de la numérisation du champ de bataille, une telle capacité est essentielle. Sans Syracuse, les forces armées françaises n'auraient pas été en mesure de mener avec le même succès l'opération Hamilton de destruction d'armes chimiques en Syrie en 2018. A cette époque, il y avait deux satellites, le troisième a rejoint les étoiles en octobre 2021.
Quant à Ceres, il offrira à la France, en novembre 2021, sa première capacité d'observation électromagnétique depuis l'espace - une première en Europe. Concrètement, il sera possible d'observer n'importe quelle partie de la Terre, quelle que soit la météo, de détecter - même à travers les nuages - tout objet qui émet des ondes électromagnétiques, qu'il s'agisse d'un radar de défense aérienne, d'un véhicule blindé communiquant avec d'autres véhicules ou de soldats communiquant par radio. L'objectif : lever le brouillard de la guerre et réduire ainsi la capacité de l'ennemi à se dissimuler ou à dissimuler ses mouvements. Dans la lutte contre le terrorisme, cette capacité sera précieuse.

Ces nouveaux satellites ont une particularité : Ils sont conçus pour résister aux attaques militaires depuis le sol et dans l'espace ainsi qu'au brouillage. Nous avons vu par le passé des satellites étrangers indiscrets dont les actions ont plus que flirté avec l'espionnage. Nous ne sommes pas les seuls ; huit autres pays, dont des Européens, ont observé le même phénomène.
Si l'espace a été la "nouvelle frontière" des années 60, il ne fait aucun doute qu'aujourd'hui il est un "nouveau front" sur le champ de bataille.
L'espace est aujourd'hui une clé de voûte de notre défense. Anticiper et planifier les manœuvres, repérer l'ennemi, guider nos forces sur le terrain, communiquer : Pas une seule de nos opérations ne peut se faire sans nos capacités spatiales. Opérer dans et par l'espace est notre objectif. C'est pourquoi le président Emmanuel Macron a décidé de doter la France d'une véritable stratégie spatiale de défense.
L'Europe doit se saisir de cette question, et nous serons là pour la soutenir et partager notre vision et notre expérience. Il faut que les États soient capables de maîtriser les risques. Il faut que nous continuions à défendre le libre accès à l'espace et que nous préservions notre autonomie pour y accéder. Car c'est notre indépendance qui est en jeu. Il en va de notre liberté d'appréciation, d'accès et d'action dans l'espace.

Alors que la France se prépare à présider le Conseil de l'Union européenne au cours du premier semestre 2022, l'accès aux biens communs stratégiques, notamment l'espace extra-atmosphérique, sera à l'ordre du jour. C'est également un sujet que nous souhaitons porter à l'OTAN, qui a reconnu l'espace comme un cinquième environnement opérationnel en 2019. Le futur centre d'excellence spatial de l'OTANsera d'ailleurs situé à Toulouse.
Les enjeux vont bien au-delà du champ de bataille : Toute notre vie quotidienne dépend de notre défense spatiale. Un smartphone se connecte chaque jour à des dizaines de satellites, en fonction des applications auxquelles il est destiné. Brouiller ou mettre hors service des satellites, c'est mettre en danger la liberté et la sécurité des citoyens. Récemment, un test irresponsable d'arme antisatellite effectué par la Russie a non seulement démontré que la menace contre les satellites n'est pas de la science-fiction, mais a également créé de nouveaux risques en disséminant des débris partout. Ces comportements irresponsables créent un risque majeur pour la sécurité des opérations spatiales, y compris les vols orbitaux habités, et peuvent mettre en péril notre accès à l'espace. C'est pourquoi la France promeut activement l'élaboration, sous l'égide des Nations unies, d'un ensemble de normes de comportement responsable dans l'espace.
En effet, l'espace n'est pas le seul espace stratégique commun que nous devons protéger. Notre vie quotidienne dépend aussi beaucoup des fonds marins, notamment des câbles qui nous permettent d'avoir accès à internet et de communiquer d'un continent à l'autre. C'est pourquoi la France présentera une stratégie de guerre des fonds marins en 2022.

Une chose est sûre : Nous connaissons l'espace bien mieux que les fonds marins. Nous connaissons désormais l'espace, la cybernétique et l'intelligence artificielle ; toutes les frontières de nos connaissances technologiques ont été repoussées. Mais il en reste une : les fonds marins. C'est la dernière frontière.

https://www.defensenews.com/outlook/2021/12/06/french-defense-minister-shifting-from-a-new-frontier-to-a-new-front/

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

(A&C, dec.)

# CdE GeoTacker ArianeGroup

Le ministère des Armées renouvelle le contrat de service des données de positionnement, d’orbitographie et d’analyse assuré par ArianeGroup depuis 2017

https://www.air-cosmos.com/article/surveillance-de-lespace-le-commandement-de-lespace-tend-le-contrat-geotacker-darianegroup-25712

 

  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

"A Toulouse, un complexe tertiaire au profit du Commandement de l'Espace et du NATO Space Center Of Excellence"

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/01/04/construction-d-un-complexe-tertiaire-au-profit-du-commandeme-22693.html

"Commandement de l’Espace (CDE), entité de l’Armée de l’Air et de l’Espace créée en septembre 2019 pour assurer la conduite des opérations de défense spatiale

le ministère des Armées a décidé de construire les infrastructures nécessaires sur une parcelle de terrain à proximité immédiate du Centre Spatial de Toulouse et du pôle des industries spatiales toulousaines (voir la carte ci-dessus). Le CDE - Commandement De l'Espace  - accueillera 500 employés, plus 100 non permanents. 

En parallèle, un Centre d'excellence de l'OTAN pour le domaine de l’espace sera implanté sur la parcelle pour déployer la doctrine de formation spatiale de l’OTAN (70 employés, plus 100 non permanents). Ce Centre d'excellence n'a rien à voir avec le Centre spatial OTAN, en Allemagne.

Ce Centre Opérationnel de haut niveau pour les activités spatiales de l’Armée de l’Air et de l’Espace accueillera donc plusieurs types d’activités :
- des activités tertiaires de type Administratives, Support Opération, Recherche & Développement, Direction ;
- des activités opérationnelles, cela concernera les manœuvres spatiales, mais aussi la Sécurisation-militarisation du site ;
- des activités de formation aux opérations spatiales, assurées par le CDE et par le COE (Armées partenaires OTAN)."

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Message 1/3

Air&Cosmos a publié le 03déc.21, un dossier “Spatial Militaire Français” [ie: Le Commandement De l’Espace], sous la plume de Yannick Genty-Boudry, qui consiste en un article-reportage à Toulouse au sein du CDE, complété par trois entretiens (menés par YG-B).

Je vous propose une “fiche de lecture”, que j’édite en plusieurs messages, afin de ne pas être indigeste (pensum).

Remarques prélim.:

Le cadre temporel est: 2019-2030 (il ne s’agit pas d’un dossier “historiciste”).

Dossier très “institutionnel” (et pour cause).

Peu sur le “new space” (ce n’est pas le sujet).

————————

Time Line (repères):

(2018 incident impliquant les satellites Loutch-Olymp et Athena-Fidus).

2019 Officialisation par Florence Parly, MinArm, de la Stratégie Spatiale de Défense (SSD), et création du Commandement de l’Espace (CDE).

2021 Exercice AsterX.

Mise en orbite de 2 satellites (sur 3) de la Composante Spatiale Optique (CSO),

et des 3 satellites ROEM CERES,

Présentation à MinArm de la feuille de route (horizon2030) “Maîtrise de l’espace”,

Mise en orbite de SyracuseIV-A (satcom).

2024 Mise en orbite du démonstrateur YODA.

2025 [actuellement “accolé” au CNES] Le CDE disposera de son propre site. À Toulouse, évidemment.

CMOS (actuellement sis BA110, Creil) & COSMOS (actuellement sis BA942, Lyon Mont-Verdun) intègrent le Centre Opérationnel du CDE. Effectifs au complet (c.500 pax).

c.2030 Programme ARES; Défense active pleinement effective [grâce au successeur de YODA]. Le C4OS (Command&Control, Communication&Cyber(ouComputer, y’a 2 écoles) des Opérations Spatiales) pleinement opérationnel.

——————————————

Fiche: Le CDE: 2019-2025-2030

Citations:

«Y. G-B»

«Gal. Friedling*» (CEMCDE)

«Gal. Mille**» (CEMAAE)

«Ph. Duhamel***» (DG Thalès Systèmes de Missions de Défense)

[fraise]

 

Mission du CDE

[les forces doivent] «dans 10 ans être totalement opérationnelles sur l’ensemble du spectre**». «Détecter le plus en amont la menace, la comprendre afin de pouvoir la neutraliser au besoin par des mesures actives*».

En 2021: «Une architecture de commandement opérationnelle»,

[“Opérer” un] «état-major en charge des coopérations internationales avec des alliés européens, ou anglo-saxons»,

[mais aussi être en mesure “d’opérer” un état-major] «dédié à la formation et à l’entraînement» (cf.l’exercice multinational AsterX).

En 2025: «Permettre à la France de disposer d’une liberté d’action totale et souveraine dans le domaine spatial, et ce dans le but d’assurer seule sa défense».

En 2030: Être capable d’assumer pleinement le «C4OS*» [et ARES, et “Défense active”, etc.].

 

«La doctrine [1], la stratégie capacitaire [2], l’organisation [3] et la création d’expertises [4] constituent les 4 axes qui ont structuré les travaux de l’état-major du CDE jusqu’à présent».

[Merci Yannick :wink:, c’est le plan que j’ai choisi pour la rédaction de cette fiche]

 

1/ La doctrine (éléments)

«Les rivalités de puissance sur terre se projettent désormais dans l’espace**».

«L’arsenalisation [de l’espace] qui correspond au développement de capacités militaires offensives et défensives espace/espace ou espace/terre**», amène à considérer «le spatial [comme] un domaine de conflictualité à part entière»: «Un Nouveau champ de bataille».

«Le spatial est un «domaine intrinsèquement dual*».

Élaboration d’une stratégie de “Défense Active”, ASAT: a-cinétique.

dans le «respect de la résolution 2222 de l’ONU (“Traité de l’espace”, 1967!!!), et de l’article 51 (droit à l’autodéfense) de la charte de l’ONU*»

«La coopération entre états est une nécessité structurante**»

[je reformule: le spatial est un domaine collaboratif].

(À suivre: 2/ La stratégie capacitaire)

Edited by fraisedesbois
dans Doctrine: ajout “Défense Active”
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,966
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Meumeu
    Newest Member
    Meumeu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...