Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

AN/SPY-6 : les versions et tout ce que vous savez


Hirondelle
 Share

Recommended Posts

à l’instant, pascal a dit :

c'est dit expressément par un des intervenants dans la vidéo de Xav'

Ok, je croyais que tu répondais à Umbria. 

On avait déjà évoqué cela sur AD je crois, pour les FDI il me semble que l’on parlait de lumières ou laser. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, pascal a dit :

c'est effectivement ce qui semble ressortir de la vidéo

Citation

Concernant les menaces de surface, la FTI sera dotée de 8 missiles Exocet MM40 block 3C et d'un canon de 76 mm. Petite nouveauté par rapport à ses grandes sœurs, la frégate sera dotée d’armes dites « non-létales ». C’est une nouvelle solution qui, à l’aide de stimuli lumineux ou sonores, pourra dissuader leurs assaillants d’attaquer.

defense.gouv.fr

Je n’ai pas trouvé plus de détails : un truc de ce genre ?

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/sciences-russie-arme-fait-vomir-halluciner-74944/

Citation

Après des missiles « invisibles » et un mystérieux canon laser, l'armée russe annonce avoir doté plusieurs navires de guerre d'une nouvelle arme éblouissante censée déstabiliser l'ennemi en l'aveuglant et en le rendant malade.

C’est quoi déjà le fil ? Ah oui, SPY-6 :blush:

Ben, pour recoller : pas envisageable de concentrer à l’aide des radars ou des brouilleurs un pinceau électromagnétique pour faire bouillir le cerveau de ses occupants (et cramer l’électronique des assaillants) à courte distance ? Le principe du micro ondes, quoi...

Pas très non-létale, j’admets !)

Edited by Hirondelle
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Mode passif:

Citation

Les chercheurs de la marine américaine demandent à Raytheon Technologies Corp. de développer des algorithmes de détection et des modes de fonctionnement pour le radar de défense antiaérienne et antimissile (AMDR) AN/SPY-6(V) de bord afin d'améliorer la connaissance de la situation en mer - en particulier lorsque le navire hôte fonctionne en mode furtif sans transmission.

Les responsables de l'Office of Naval Research (ONR) à Arlington, en Virginie, ont annoncé mardi un contrat de 29,2 millions de dollars au segment Raytheon Missiles & Defense à Tewksbury, dans le Massachusetts, pour le système ROCR (Receive Only Cooperative Radar).

Le projet ROCR vise à développer une capacité de réception seule pour l'AMDR AN/SPY-6(V) qui améliore la connaissance de la situation pendant le contrôle des émissions (EMCON) et améliore les délais des radars grâce à des formes d'ondes avancées pour les communications et les opérations radar.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://www.militaryaerospace.com/sensors/article/14176689/stealth-radar-surface-warships

Curieux, j’aurais pensé qu’un mode passif entrait dans les capacités de base d’un radar moderne.

400 tonnes supplémentaires pour les flight III ?!!

Citation

Même le plus puissant des radars AN/SPY-6(V)1 a posé des problèmes à la marine.  Les concepteurs de navires ont rencontré des difficultés pour installer le radar plus puissant sur les destroyers de missiles guidés de la classe Arleigh Burke de vol III.  Les concepteurs de navires ont dû trouver des moyens d'augmenter le refroidissement de l'équipement du radar plus puissant et d'accommoder un poids supplémentaire de 400 tonnes et un volume plus important pour le navire.  Le rouf a nécessité un espace accru et des améliorations structurelles, et la coque du navire a été renforcée.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

D’autre détails intéressants là :

https://news.usni.org/2020/06/05/gao-navy-needs-more-risk-awareness-to-prevent-cost-schedule-overruns

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Jolie video qui montre les differentes config possibles du SPy-6

On peut se demander le prix d'un tel attirail... Config TRIMM, avec DREX et input/output analogique par TRIMM, donc logiquement accompagnés d'un A/D pour chaque 3 T/R modules... Enfin ça permet de d'eviter les IIS mais à quel prix financier... 

Edited by Umbria
  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Le 18/06/2020 à 12:16, Umbria a dit :

Config TRIMM, avec DREX et input/output analogique par TRIMM, donc logiquement accompagnés d'un A/D pour chaque 3 T/R modules... Enfin ça permet de d'eviter les IIS mais à quel prix financier... 

C’est en quelle langue ?)

Pas le temps là, mais j’aurais bien tenté une «traduction » pour les petits copains pas bien experts, comme moi :happy:

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Le 18/06/2020 à 12:16, Umbria a dit :

Jolie video qui montre les differentes config possibles du SPy-6

On peut se demander le prix d'un tel attirail... Config TRIMM, avec DREX et input/output analogique par TRIMM, donc logiquement accompagnés d'un A/D pour chaque 3 T/R modules... Enfin ça permet de d'eviter les IIS mais à quel prix financier... 

Bon...

Révélation

Ça va être chaud :bloblaugh:

Une image récupérée plus haut ds le fil vaut mieux qu’un long discours :

spacer.png

Trimm Transmit/Receive Integrated Multichannel Modules (TRIMMs). Les t/r sont rassemblés par gr de 6 par trimm (transmit/receive integrated multichannel modules), eux-mêmes regroupés par box de 6, 4 de ces box faisant un RMA cubique de 2 pieds (~61cm)

DREX Digital Receivers and Exciters 

spacer.png

@Umbria, là il faut m’aider !) Si j’ai bien compris, les trimms ne sont qu’un support rassemblant les t/r en modules, et les Drex, les bidules « câblés » sur les trimm pour former en émission ou réception la direction des faisceaux d’ondes (le digital beamforming)???

En gros, un ensemble de 6 T/R forme un trimm, qui couplé à un DREX constitue un mini radar qui peut former un faisceau singulier ?

Auquel cas le nombre de DREX serait significatif de l’agilité du radar ?

Révélation

Vraiment pas sûr de moi, là :blush:

Oh, un zoli schéma :

spacer.png

J’efface ce gloubiboulga ou bien..?

Bon, mes illustrations intéresseront peut-être quelqu’un !

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
Le 23/06/2020 à 23:49, Hirondelle a dit :

 

@Umbria, là il faut m’aider !) Si j’ai bien compris, les trimms ne sont qu’un support rassemblant les t/r en modules, et les Drex, les bidules « câblés » sur les trimm pour former en émission ou réception la direction des faisceaux d’ondes (le digital beamforming)???

TRIMM->Transmit/Receive Integrated Microwave Modules

Pour faire simple : La principale différence entre un radar PESA et AESA eSt que pour le AESA, chaque antenne a un Transmetteurs et  Receveurs. Ca a beaucoup davantage, mais c'est aussi extrêmement cher. C'est pour ça que les ingénieurs trichent un peu est décident de regrouper les antennes dans des TRIMMs, qui sont des ensembles d'antennes qui partagent un transmetteur et receveurs*. Généralement on parle de DTRM et QTRM (Dual/Quad Transmit/Receive Module) pour signifier deux/quatre antennes par module, par transmetteur (HPA High Power Amplifier) et receveurs (LNA Low Noise Amplifier ).

*Difficulté de lexique: Dans la littérature anglaise on peut parler de trois "transmitters": le transmetteur =/= waveform generator qui crée le signal =/= amplicateur qui est un ensemble de PA et HPA =/= basiquement l'antenne. 

Tu parles plus bas de DREX. Le DREX est implementé dans le TRIMM.

Dans le cas du SPY-6 comme tu l'as souligné, c'est bel et bien 6 antennes par modules. Ca sous-entend 1 que c'est pas très cher, puisque tu divises le cout pour plus d'antennes, mais 2 aussi que les performances ne seront pas aussi bonnes que pour un QTRM, puisque le signal de 6 antennes est regroupé, et non 4.

Voici un QTRM pour radar AESA. Généralement dans les animations et présentations de radars tu vois un personnel se balader avec ce genre de briques, qu'il range dans le radar.spacer.png

 

Pour les DREX (Digital Receivers and Exciters) c'est effectivement une question de DBF.

Déjà les REX (Receivers and Exciters) existent, mais sont analogues (c'est donc de "l'énergie" ->le signal électromagnétique) qui est acheminé. Je te renvoie à ton image NAVSEA ou on voit l'intérieur du SPY-1, et tout les tubes qui font plusieurs centimètres de larges, qui acheminent le signal d'un point à un autre du réseau d'antennes. 

Avec DREX, on digitalise le signal (ce n'est plus de l'énergie, mais des 01010101, du code binaire). Plus besoin des gros tubes, des câbles suffisent (d'ailleurs l'image parle de computer cabling, comme quoi c'est loin d'être sorcier). On parle toujours de REX donc le signal est dès le début digitalisé, puis passe par un A/D (convertisseur Analogue/Digital) afin d'être remit en analogue pour être émit par l'antenne. Même chose dans le sens contraire. 

Le but de DREX + TRIMM est de pouvoir faire du MBF (Multi Beam Forming). Une image vaut mieux que milles mots: spacer.png

 

Donc oui, plus tu as de DREX, mieux c'est.

@Hirondelle

Edited by Umbria
  • Thanks 2
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Lors d'un test de lutte ABM, un destroyer de l'US Navy équipé du système AEGIS positionné près d'Hawaï détruit en vol une cible représentative d'un missile balistique intercontinental, au moyen d'un missile SM3-Block IIA  pourvu d'une charge cinétique (le missile test était pour sa part tiré depuis le centre d'essais des îles Marshall) >  https://www.navalnews.com/naval-news/2020/11/sm-3-block-iia-missile-excels-in-first-ever-icbm-intercept-test/

 

Edited by Bruno
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Finalement la différence entre ça et un TBM n'est pas si grande. Oui un SM-3 a intercepté un ICBM, mais dans sa phase terminale, contre une ogive encore en descente en dehors de l'atmosphère. L'acte aurait été bien plus impressionnant si l'interception avait été exécuté en mi-course a l'apogée de la trajectoire, alors que le missile n'a pas encore découplé ses ogives, chose que le SM-3 ne peut encore faire actuellement (le maintenant annulé blk IIB était prévu pour ça je crois bien).

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

La première flight III flotte, avec ou sans son SPY-6 puisque les panneaux semblent occultés :

https://www.navalnews.com/naval-news/2021/06/hii-launches-first-ddg-51-flight-iii-destroyer-for-us-navy/

spacer.png

On ne voit pas non plus l’AN SPQ 9 b qui doit s’occuper de la bande X en attendant mieux. En fait, les mats st encore très vides.

National Interest nous explique toutefois  pourquoi les Chinois mouillent leur Pampers à cause du SPY-6  35 fois plus puissant (ce qui serait presque une régression par rapport à certaines assertions)

https://nationalinterest.org/blog/buzz/china-be-afraid-us-navy-upping-its-game-20-new-destroyers-187172

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

On 11/18/2020 at 10:56 AM, Umbria said:

Finalement la différence entre ça et un TBM n'est pas si grande. Oui un SM-3 a intercepté un ICBM, mais dans sa phase terminale, contre une ogive encore en descente en dehors de l'atmosphère. L'acte aurait été bien plus impressionnant si l'interception avait été exécuté en mi-course a l'apogée de la trajectoire, alors que le missile n'a pas encore découplé ses ogives, chose que le SM-3 ne peut encore faire actuellement (le maintenant annulé blk IIB était prévu pour ça je crois bien).

C'est trop facile à éviter pour l'ennemi ... c'est d'ailleurs pas un probleme de SM-3 meme les gros ABM terrestre ne le font pas.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 4 weeks later...

Le SPY-6 v2, l’EASR rotatif pour les legacy carriers : il tournerait à quelle vitesse ?

20, 30 rpm ? Je n’ai trouvé qu’un petit bout de vidéo chez Raytheon, il m’a semblé qu’une giration lui prenait approx 3 secondes. Peut-être pas très significatif.

Un S1850m c’est 12 rpm, un GF300 ça serait 60rpm comme Herakles ou Empar, et TRS4d rotator de 15 à 30, un Smart S des 13,7 à 27...

La vitesse de rotation peut donc être variable (plus lent en veille, plus rapide en poursuite). A vitesse lente, les radars modernes semblent être capable de prendre plusieurs mesures à chaque tour d’un même secteur.

Et à vitesse rapide (Herakles, GF300...), idem ?

Il me manque des bases de physique, mais il me semble qu’à la vitesse de la lumière, c’est la vitesse de l'électronique qui est dimensionnante.

Bref, est-ce que plus rapidement ça tourne, plus mieux c’est ?)

Edited by Hirondelle
Link to comment
Share on other sites

  • 5 weeks later...
Le 06/12/2019 à 09:49, Hirondelle a dit :

Je place ça ici bien qu’il s’agisse d’un info sur l'équipement en radar côtier du Japon, lequel pays a préféré le SSR de LM (SPY-7) au SPY-6 de Raytheon :

https://thediplomat.com/2019/11/japan-awards-contract-to-lockheed-martin-for-2-solid-state-radars-for-aegis-ashore-batteries/

Le SPY 7, concurrent du SPY 6, donc, a déjà été sélectionné par les espagnols pour les futures F110 et les canadiens pour leur Canadian Surface Combatant dérivées du Type 26:

http://www.deagel.com/library1/medium/2019/m02019111500009.jpg

Et par les américains pour leur LRDR au Canada:

https://ukdefencejournal.org.uk/us-government-designates-lockheed-martins-latest-radar-the-an-spy-7v1/

http://www.deagel.com/Sensor-Systems/ANSPY-7V1_a003189001.aspx

Un bout du LRDR (long range discrimination radar):

http://www.deagel.com/library1/medium/2019/m02019080600016.jpg

 

lrdr_mdm_original.jpg

On en met 10 comme ça par panneau (version LRDR US bien plus grosse, à ce que j’ai compris, de la version japonaise /SSR)

Version US:

newsband3.png

 

lrdr_wall_original.jpg

 

Bref, les US ne mettent pas tous leurs oeufs dans le même panier !

 

Partiellement HS, mais le concurrent SPY-7 que les japonais avaient monté en asshore pour lutter contre les menaces balistiques a été annulé, et en octobre 2020, il a été décidé de faire de ces systèmes des AEGIS SYSTEM EQUIPPED SHIPS pour recycler les radars SPY-7 acquis (2) sur des plateformes mobiles dédiées.

spacer.png

NavalNews signale aujourd’hui que le budget japonais prévoit les moyens pour mariniser ces radars (embruns, mouvements et vibrations...)

https://www.navalnews.com/naval-news/2021/09/japans-2022-defense-budget-an-overview-of-the-new-naval-programs/

Pour rappel, les destroyers de pointe de la force d'autodéfense sont sur SPY-1D, et AEGIS toujours, forcément.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Le premier SPY-6 V1 est désormais sous tension et en cours de test sur la DDG125 Lucas.

Désormais, Raytheon étudie l’implémentation de solutions pour que la flotte équipée des différentes versions soit apte à travailler en réseau, en « détection distribuée »

https://www.defensenews.com/naval/2021/12/27/with-first-shipboard-radar-now-running-raytheon-looks-to-upgrade-spy-6-for-distributed-operations/

spacer.png

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Petite précision : la bi-bande c’est quoi ?

[on s’en doutait, mais ça va mieux en le disant]

Un radar en bande S, un radar en bande X et un contrôleur de suite radar (RSC). RSC coordonne les interfaces des bandes S et X.
 

La bande S fournit une recherche en volume étendu, le suivi des cibles, la discrimination en matière de défense antimissile balistique et le suivi des missiles.
La bande X « fournit une recherche d'horizon, un suivi de précision, des communications de missiles et un éclairage final du guidage aux cibles.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
Posted (edited)

30 fois plus sensible, 30 fois plus de cibles…

Je trouve cet article assez éclairant et accessible  :

https://warriormaven.com/.amp/sea/an-spy-6-radar

Citation

Les développeurs d'armes de la marine ont caractérisé la famille de radars SPY6 comme étant 35 fois plus sensible que le système qu'elle remplace. La famille SPY-6 se déplace au-delà des systèmes radar intégrés aux navires AN/SPY-1 existants et, selon un essai intéressant dans "Microwave Journal"... "gère 30 fois plus de cibles et a une sensibilité 30 fois supérieure à celle du SPY-1D(V). (« Percées radar et baies progressives », Eli Booker)
[…]

La discrimination est bien sûr un avantage vital associé à une sensibilité radar accrue, car elle peut discerner les objets menaçants d'autres éléments moins pertinents tels que les plates-formes amies ou les débris volants.

[…]
L'émetteur radar SPY-6 de Raytheon utilise un matériau connu sous le nom de nitrure de gallium (GaN) de qualité militaire, une substance expliquée par les développeurs de Raytheon comme étant jusqu'à 1 000 fois plus efficace que l'arséniure de gallium existant utilisé aujourd'hui.

[…]
En ce qui concerne l'application, les systèmes radar SPY-6 rationalisent les technologies de contrôle et de détection des tirs par ailleurs disparates ; le SPY-6 peut détecter des intercepteurs à courte portée et plus rapprochés ainsi que des intercepteurs de missiles balistiques à plus longue portée tels qu'un SM-3. Cela raccourcit le temps de capteur à tireur et offre aux commandants de guerre une fenêtre plus longue pour prendre des décisions sur la contre-mesure nécessaire. Cette intégration est précisément le type de défense nécessaire pour contrer une attaque ennemie à plusieurs volets et coordonnées combinant potentiellement des missiles balistiques avec des missiles de croisière, des attaques de drones... et plus encore.

[…]
 

Un phénomène connu sous le nom d'intégration multifaisceaux est ce qui aide à faciliter le suivi simultané de plusieurs menaces à la fois, car il peut synthétiser le balayage d'horizon et le suivi de précision grâce à la recherche de volume étendu et à la discrimination de la défense antimissile balistique.

Le formage de faisceau numérique, selon les développeurs de Navy et Raytheon, peut rendre possibles des applications radar à voies multiples. Un essai intéressant dans une publication intitulée "RadarTutorial" explique comment "plusieurs faisceaux étroits indépendants dirigés dans toutes les directions peuvent être formés dans le processeur de formage de faisceau numérique.

[…]
synergie entre plusieurs faisceaux comme impliquant « un radar en bande S, un radar en bande X et un contrôleur de suite radar (RSC). RSC coordonne les interfaces des bandes S et X. » La bande S, selon "Radartutorial", fournit une recherche en volume étendu, le suivi des cibles, la discrimination en matière de défense antimissile balistique et le suivi des missiles. La bande X, décrit l'essai, « fournit une recherche d'horizon, un suivi de précision, des communications de missiles et un éclairage final du guidage aux cibles.


Qu’est-ce que ça veut dire, ça :

Citation

Raytheon développe un système sans mélangeur avec conversion RF directe analogique-numérique qui a une bande passante instantanée supérieure à 400 MHz et qui est reconfigurable, capable de basculer entre la bande S et la bande X... -- Microwave Journal, "Radar and Phased Array Breakthroughs" (Eli Booker)

 

Edited by Hirondelle
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,763
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Poivre62
    Newest Member
    Poivre62
    Joined
  • Forum Statistics

    21.4k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...