Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Royaume-Uni


Recommended Posts

Il y a 13 heures, Patrick a dit :

Recevable, mais dans une certaine mesure car le masque était quand même connoté. Mais sur le fond je suis d'accord avec toi. On était loin d'une entorse caractérisée.

Ce que je trouve étonnant dans le cas du HMS Trenchant c'est que dans une unité formée et rompue à la discretion et au secret il n'y ai eu personne pour appeler à la retenu sur la diffusion des images ou que ce rappel n'ai pas été respecté.

  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, Patrick a dit :

Recevable, mais dans une certaine mesure car le masque était quand même connoté. Mais sur le fond je suis d'accord avec toi. On était loin d'une entorse caractérisée.

Je suis aller chercher ce qu'il est devenu :
https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/11/01016-20140611ARTFIG00162-le-legionnaire-a-la-tete-de-mort-ote-le-masque-et-raconte-sa-descente-aux-enfers.php

 

C'est assez triste, sur ce coups la hiéarchie a vraiment merdé dans les grande largeur.

 

Pour les marins anglais, en terme de confinement, ils font ça entre eux, ça reste des humains, bah oui ils font la fête et s'amuse, vraiment les sanctionné pour ça, c'est d'une débilité...

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

https://www3.nhk.or.jp/nhkworld/en/news/backstories/1042/ (25 avril 2020)

Robert Dingwall est professeur à l'école des sciences sociales de l'université Nottingham Trent et conseiller du gouvernement britannique sur la politique en matière de pandémie

Comment le peuple britannique a-t-il réagi jusqu'à présent aux mesures de verrouillage ?

Dingwall : Le verrouillage est révélateur de beaucoup de tensions existantes dans la société. C'est une politique qui est faite par des gens qui ont de grandes maisons et de grands jardins et qui est imposée à ceux qui n'en ont pas. Cela met en évidence de nombreux conflits concernant l'utilisation de l'espace public, les pouvoirs et les actions de la police et, dans une certaine mesure, la base probante utilisée dans le cadre de la politique de distanciation sociale. Et je pense que nous sommes au bord d'une insatisfaction assez importante, de tensions entre la population et l'État, à propos des actions qui sont menées.

Je détecte une nervosité croissante au sein du gouvernement quant à la capacité de maintenir le confinement pendant beaucoup plus longtemps. Nous devons nous rappeler que les gens paient un prix très élevé en termes de santé mentale et physique pour les mesures qui sont prises et qui doivent être considérées comme proportionnelles aux avantages qu'elles procurent. Et nous devons également réfléchir à l'impact social et économique plus large. Dans quel type de société les gens vont-ils revenir ?

Pensez-vous que les politiques gouvernementales pour contenir le virus fonctionnent ?

Dingwall : Eh bien, ça fonctionne, mais le problème est que nous ne savons pas quels éléments fonctionnent et c'est maintenant un problème auquel la plupart des pays européens sont confrontés. Après avoir tout verrouillé, nous n'avons vraiment aucune idée de la manière dont nous pouvons libérer ce verrouillage de manière sûre et planifiée. Il est certainement de plus en plus évident que certains aspects, comme les fermetures d'écoles, ont une base probante très fragile. Et les fermetures d'écoles, selon une étude, ne contribuent vraiment pas beaucoup à contenir la propagation de l'infection, mais elles imposent un énorme coût économique et social aux familles, aux parents, à la capacité de l'économie à fonctionner.

Il ne sert pas à grand-chose de faire se tenir les gens à deux mètres les uns des autres dans les parkings des supermarchés car le risque de transmission est effectivement nul. Il s'agit d'une extrapolation à partir d'expériences réalisées en terrain clinique et en laboratoire ; la généralisation pour le monde réel est très incertaine, et pas particulièrement crédible. Il ne sert pas à grand-chose d'envoyer des policiers pour disperser des groupes dans les parcs publics de Londres, surtout lorsque ces groupes sont des ménages partagés de jeunes ou de personnes appartenant à des groupes ethniques minoritaires qui ont tendance à vivre dans des groupes familiaux plus importants, des ménages familiaux plus nombreux. Maintenant, si votre message de santé publique n'est pas basé sur des preuves crédibles, il n'est pas surprenant que les populations refusent de l'entendre et le considèrent simplement comme un autre projet des dirigeants politiques visant à imposer à la population des choses qu'ils ne rêveraient pas de faire pour eux-mêmes.

Je pense que l'ouverture de bars et de cafés, par exemple, pourrait être un objectif à long terme, mais je suis certain qu'il serait possible de rétablir une vie publique beaucoup plus intense sans compromettre l'objectif consistant à contrôler la propagation du virus dans la population et à la maintenir à un niveau compatible avec les ressources disponibles pour traiter les patients les plus malades.

  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Wallaby a dit :

https://www3.nhk.or.jp/nhkworld/en/news/backstories/1042/ (25 avril 2020)

Robert Dingwall est professeur à l'école des sciences sociales de l'université Nottingham Trent et conseiller du gouvernement britannique sur la politique en matière de pandémie

Comment le peuple britannique a-t-il réagi jusqu'à présent aux mesures de verrouillage ?

Dingwall : Le verrouillage est révélateur de beaucoup de tensions existantes dans la société. C'est une politique qui est faite par des gens qui ont de grandes maisons et de grands jardins et qui est imposée à ceux qui n'en ont pas. Cela met en évidence de nombreux conflits concernant l'utilisation de l'espace public, les pouvoirs et les actions de la police et, dans une certaine mesure, la base probante utilisée dans le cadre de la politique de distanciation sociale. Et je pense que nous sommes au bord d'une insatisfaction assez importante, de tensions entre la population et l'État, à propos des actions qui sont menées.

Je détecte une nervosité croissante au sein du gouvernement quant à la capacité de maintenir le confinement pendant beaucoup plus longtemps. Nous devons nous rappeler que les gens paient un prix très élevé en termes de santé mentale et physique pour les mesures qui sont prises et qui doivent être considérées comme proportionnelles aux avantages qu'elles procurent. Et nous devons également réfléchir à l'impact social et économique plus large. Dans quel type de société les gens vont-ils revenir ?

Pensez-vous que les politiques gouvernementales pour contenir le virus fonctionnent ?

Dingwall : Eh bien, ça fonctionne, mais le problème est que nous ne savons pas quels éléments fonctionnent et c'est maintenant un problème auquel la plupart des pays européens sont confrontés. Après avoir tout verrouillé, nous n'avons vraiment aucune idée de la manière dont nous pouvons libérer ce verrouillage de manière sûre et planifiée. Il est certainement de plus en plus évident que certains aspects, comme les fermetures d'écoles, ont une base probante très fragile. Et les fermetures d'écoles, selon une étude, ne contribuent vraiment pas beaucoup à contenir la propagation de l'infection, mais elles imposent un énorme coût économique et social aux familles, aux parents, à la capacité de l'économie à fonctionner.

Il ne sert pas à grand-chose de faire se tenir les gens à deux mètres les uns des autres dans les parkings des supermarchés car le risque de transmission est effectivement nul. Il s'agit d'une extrapolation à partir d'expériences réalisées en terrain clinique et en laboratoire ; la généralisation pour le monde réel est très incertaine, et pas particulièrement crédible. Il ne sert pas à grand-chose d'envoyer des policiers pour disperser des groupes dans les parcs publics de Londres, surtout lorsque ces groupes sont des ménages partagés de jeunes ou de personnes appartenant à des groupes ethniques minoritaires qui ont tendance à vivre dans des groupes familiaux plus importants, des ménages familiaux plus nombreux. Maintenant, si votre message de santé publique n'est pas basé sur des preuves crédibles, il n'est pas surprenant que les populations refusent de l'entendre et le considèrent simplement comme un autre projet des dirigeants politiques visant à imposer à la population des choses qu'ils ne rêveraient pas de faire pour eux-mêmes.

Je pense que l'ouverture de bars et de cafés, par exemple, pourrait être un objectif à long terme, mais je suis certain qu'il serait possible de rétablir une vie publique beaucoup plus intense sans compromettre l'objectif consistant à contrôler la propagation du virus dans la population et à la maintenir à un niveau compatible avec les ressources disponibles pour traiter les patients les plus malades.

Pas étonnant que ça continue de grimper, si c'est le genre d'ahuri qui conseille le gouvernement de Sa Majesté.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Rufus Shinra a dit :

Pas étonnant que ça continue de grimper, si c'est le genre d'ahuri qui conseille le gouvernement de Sa Majesté.

Il faut plutôt dire que Robert Dingwall est retard de 2 à 3 mois dans son analyse, ce qu'il propose n'est ni plus ni moins une variante des mesures prises en Corée du Sud. Sauf que la situation anglaise est toute autre (elle est plus proche de sa voisine, la France), la pandémie touche sévèrement le royaume ce qui fait que le confinement était nécessaire pour éviter que le système se retrouve incapable de répondre aux besoins.

Link to comment
Share on other sites

https://www.bbc.com/news/health-52180783 (7 avril 2020)

Coronavirus : Des scientifiques remettent en question l'impact des fermetures d'écoles

Les pays comme le Royaume-Uni qui ont fermé des écoles pour aider à stopper la propagation du coronavirus devraient se poser des questions difficiles pour savoir si c'est maintenant la bonne politique, dit une équipe de scientifiques.

L'équipe de l'University College London affirme que le fait de tenir les élèves à l'écart a peu d'impact, même avec d'autres mesures de fermeture.

La recherche, publiée dans The Lancet Child and Adolescent Health, a examiné 16 études - certaines basées sur la propagation du coronavirus, et d'autres sur la grippe saisonnière et l'épidémie de Sars de 2003. Les résultats suggèrent :

Si les fermetures d'écoles sont utiles en cas d'épidémie de grippe, il n'en va pas de même pour les coronavirus

Les données relatives à l'épidémie de Sars (en Chine continentale, à Hong Kong et à Singapour) suggèrent que les fermetures d'écoles n'ont pas contribué au contrôle de l'épidémie

De récentes études de modélisation de Covid-19 prédisent que les fermetures d'écoles n'empêcheraient à elles seules que 2 à 4% des décès, soit beaucoup moins que d'autres interventions de distanciation sociale

L'un des auteurs de la recherche, le professeur Russell Viner, a déclaré "Les données sur le bénéfice des fermetures d'écoles dans l'épidémie de coronavirus sont limitées, mais ce que nous savons montre que leur impact ne sera probablement que faible.

"En outre, les coûts des fermetures d'écoles nationales sont élevés - l'éducation des enfants est endommagée et leur santé mentale peut en souffrir, les finances de la famille sont affectées.

"Les décideurs politiques doivent être conscients des preuves équivoques".

Selon lui, les décideurs politiques doivent évaluer les préjudices éventuels et rouvrir les écoles le plus tôt possible - et ne pas nécessairement attendre septembre si cela peut se faire en toute sécurité plus tôt.

Le professeur Neil Ferguson, de l'Imperial College de Londres, a travaillé sur la modélisation scientifique sur laquelle se fonde l'avis actuel du gouvernement. Selon lui, les recherches du Lancet ne tiennent pas compte de l'impact que la fermeture d'une école peut avoir en même temps que d'autres mesures de confinement.

"Lorsqu'elle est combinée à une intense distanciation sociale, elle joue un rôle important en rompant les contacts restants entre les ménages et en assurant ainsi le déclin de la transmission", a-t-il déclaré.

Le Dr Samantha Brooks, du King's College London et membre de l'équipe de l'unité de recherche sur la protection de la santé des NIHR en matière de préparation et de réponse aux urgences, a déclaré : "La constatation que les fermetures d'écoles n'ont au mieux qu'un faible impact sur la propagation de Covid-19 est d'une grande importance, surtout si on la relie aux suggestions judicieuses sur la manière dont un retour progressif à une scolarité normale pourrait être mis en œuvre".

Le professeur Robert Dingwall, professeur de sociologie à l'université Nottingham Trent, a déclaré : "Il s'agit d'une étude importante qui confirme ce que beaucoup d'entre nous soupçonnaient, à savoir que les avantages pour la santé publique des fermetures d'écoles n'étaient pas proportionnels aux coûts sociaux et économiques imposés aux enfants et à leurs familles.

"Elle souligne également que les hypothèses utilisées dans la modélisation de la pandémie peuvent reposer sur des bases très fragiles en termes de preuves scientifiques. Ce travail suggère que les écoles britanniques pourraient, et devraient, commencer à rouvrir dès que possible après le passage de la première vague de cas".

https://www.thelancet.com/journals/lanchi/article/PIIS2352-4642(20)30095-X/fulltext (6 avril 2020)

En réponse à la pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19), 107 pays ont mis en place des fermetures d'écoles nationales avant le 18 mars 2020. On ignore si les mesures prises dans les écoles sont efficaces en cas d'épidémies de coronavirus (par exemple, en raison du syndrome respiratoire aigu sévère [SRAS], du syndrome respiratoire du Moyen-Orient ou de la COVID-19). Nous avons entrepris un examen systématique en effectuant des recherches dans trois bases de données électroniques afin de déterminer ce que l'on sait de l'efficacité des fermetures d'écoles et d'autres pratiques de distanciation sociale des écoles lors des épidémies de coronavirus. Nous avons inclus 16 des 616 articles identifiés. Les fermetures d'écoles ont été déployées rapidement à travers la Chine continentale et Hong Kong pour COVID-19. Cependant, il n'existe pas de données sur la contribution relative des fermetures d'écoles au contrôle de la transmission. Les données relatives à l'épidémie de SRAS en Chine continentale, à Hong Kong et à Singapour suggèrent que les fermetures d'écoles n'ont pas contribué au contrôle de l'épidémie. Les études de modélisation du SRAS ont donné des résultats contradictoires. De récentes études de modélisation de COVID-19 prédisent que les fermetures d'écoles n'empêcheraient à elles seules que 2 à 4 % des décès, soit beaucoup moins que d'autres interventions de distanciation sociale. Les décideurs politiques doivent être conscients des preuves équivoques lorsqu'ils envisagent de fermer des écoles pour COVID-19, et que des combinaisons de mesures de distanciation sociale doivent être envisagées. D'autres interventions de distanciation sociale moins perturbatrices dans les écoles doivent être examinées plus avant si des politiques de distanciation sociale restrictives sont mises en œuvre pendant de longues périodes.

 

  • Thanks 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Ciders a dit :

Des nouvelles de chez le voisin, apparemment ça va plutôt pas mal :

 

 

En restant sérieux, les crimes n'ont pas disparus.

Si c'est comme  chez nous, la criminalité s'est rapidement reconvertie :

Les trafics ont basculé des stup' aux masques / désinfectant et denrées de première nécessité.
Et les cambrioleurs ont commencé à viser les pharmacies et épicerie.
Les arnaqueurs/phishing sont passés à l'arnaque des acheteurs de santé (escroquerie de masque, etc).

  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

3 hours ago, Wallaby said:

https://www.bbc.com/news/health-52180783 (7 avril 2020)

Coronavirus : Des scientifiques remettent en question l'impact des fermetures d'écoles

Les pays comme le Royaume-Uni qui ont fermé des écoles pour aider à stopper la propagation du coronavirus devraient se poser des questions difficiles pour savoir si c'est maintenant la bonne politique, dit une équipe de scientifiques.

L'équipe de l'University College London affirme que le fait de tenir les élèves à l'écart a peu d'impact, même avec d'autres mesures de fermeture.

La recherche, publiée dans The Lancet Child and Adolescent Health, a examiné 16 études - certaines basées sur la propagation du coronavirus, et d'autres sur la grippe saisonnière et l'épidémie de Sars de 2003. Les résultats suggèrent :

Si les fermetures d'écoles sont utiles en cas d'épidémie de grippe, il n'en va pas de même pour les coronavirus

Les données relatives à l'épidémie de Sars (en Chine continentale, à Hong Kong et à Singapour) suggèrent que les fermetures d'écoles n'ont pas contribué au contrôle de l'épidémie

De récentes études de modélisation de Covid-19 prédisent que les fermetures d'écoles n'empêcheraient à elles seules que 2 à 4% des décès, soit beaucoup moins que d'autres interventions de distanciation sociale

L'un des auteurs de la recherche, le professeur Russell Viner, a déclaré "Les données sur le bénéfice des fermetures d'écoles dans l'épidémie de coronavirus sont limitées, mais ce que nous savons montre que leur impact ne sera probablement que faible.

"En outre, les coûts des fermetures d'écoles nationales sont élevés - l'éducation des enfants est endommagée et leur santé mentale peut en souffrir, les finances de la famille sont affectées.

"Les décideurs politiques doivent être conscients des preuves équivoques".

Selon lui, les décideurs politiques doivent évaluer les préjudices éventuels et rouvrir les écoles le plus tôt possible - et ne pas nécessairement attendre septembre si cela peut se faire en toute sécurité plus tôt.

Le professeur Neil Ferguson, de l'Imperial College de Londres, a travaillé sur la modélisation scientifique sur laquelle se fonde l'avis actuel du gouvernement. Selon lui, les recherches du Lancet ne tiennent pas compte de l'impact que la fermeture d'une école peut avoir en même temps que d'autres mesures de confinement.

"Lorsqu'elle est combinée à une intense distanciation sociale, elle joue un rôle important en rompant les contacts restants entre les ménages et en assurant ainsi le déclin de la transmission", a-t-il déclaré.

Le Dr Samantha Brooks, du King's College London et membre de l'équipe de l'unité de recherche sur la protection de la santé des NIHR en matière de préparation et de réponse aux urgences, a déclaré : "La constatation que les fermetures d'écoles n'ont au mieux qu'un faible impact sur la propagation de Covid-19 est d'une grande importance, surtout si on la relie aux suggestions judicieuses sur la manière dont un retour progressif à une scolarité normale pourrait être mis en œuvre".

Le professeur Robert Dingwall, professeur de sociologie à l'université Nottingham Trent, a déclaré : "Il s'agit d'une étude importante qui confirme ce que beaucoup d'entre nous soupçonnaient, à savoir que les avantages pour la santé publique des fermetures d'écoles n'étaient pas proportionnels aux coûts sociaux et économiques imposés aux enfants et à leurs familles.

"Elle souligne également que les hypothèses utilisées dans la modélisation de la pandémie peuvent reposer sur des bases très fragiles en termes de preuves scientifiques. Ce travail suggère que les écoles britanniques pourraient, et devraient, commencer à rouvrir dès que possible après le passage de la première vague de cas".

https://www.thelancet.com/journals/lanchi/article/PIIS2352-4642(20)30095-X/fulltext (6 avril 2020)

En réponse à la pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19), 107 pays ont mis en place des fermetures d'écoles nationales avant le 18 mars 2020. On ignore si les mesures prises dans les écoles sont efficaces en cas d'épidémies de coronavirus (par exemple, en raison du syndrome respiratoire aigu sévère [SRAS], du syndrome respiratoire du Moyen-Orient ou de la COVID-19). Nous avons entrepris un examen systématique en effectuant des recherches dans trois bases de données électroniques afin de déterminer ce que l'on sait de l'efficacité des fermetures d'écoles et d'autres pratiques de distanciation sociale des écoles lors des épidémies de coronavirus. Nous avons inclus 16 des 616 articles identifiés. Les fermetures d'écoles ont été déployées rapidement à travers la Chine continentale et Hong Kong pour COVID-19. Cependant, il n'existe pas de données sur la contribution relative des fermetures d'écoles au contrôle de la transmission. Les données relatives à l'épidémie de SRAS en Chine continentale, à Hong Kong et à Singapour suggèrent que les fermetures d'écoles n'ont pas contribué au contrôle de l'épidémie. Les études de modélisation du SRAS ont donné des résultats contradictoires. De récentes études de modélisation de COVID-19 prédisent que les fermetures d'écoles n'empêcheraient à elles seules que 2 à 4 % des décès, soit beaucoup moins que d'autres interventions de distanciation sociale. Les décideurs politiques doivent être conscients des preuves équivoques lorsqu'ils envisagent de fermer des écoles pour COVID-19, et que des combinaisons de mesures de distanciation sociale doivent être envisagées. D'autres interventions de distanciation sociale moins perturbatrices dans les écoles doivent être examinées plus avant si des politiques de distanciation sociale restrictives sont mises en œuvre pendant de longues périodes.

 

 

Réponse de tous les parents coincés à la maison depuis le début avec leurs rejetons, et astreints à les supporter à H24 en plus d'avoir à soudain jouer les profs? 

Link to comment
Share on other sites

https://www.theguardian.com/world/2020/apr/26/raab-warns-britons-of-risk-of-second-spike-in-coronavirus-outbreak (26 avril 2020)

Controverse sur le "Groupe consultatif scientifique pour les urgences" (SAGE) qui conseille le gouvernement

Certains conservateurs de haut rang, dont l'ancien ministre David Davis, se sont joints aux appels pour que davantage d'informations soient publiées sur les délibérations du comité.

Les ministres ont insisté à plusieurs reprises tout au long de la crise sur le fait qu'ils ont "suivi la science" - ainsi la présence de Cummings et d'un autre conseiller politique, Ben Warner, à certaines réunions de la commission a soulevé des questions sur son indépendance.

Davis a déclaré : "Nous devrions publier la composition de Sage, retirer tous les membres non scientifiques, publier leurs avis dans leur intégralité, et publier les opinions dissidentes avec les avis".

Link to comment
Share on other sites

https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/apr/26/nudge-theory-is-a-poor-substitute-for-science-in-matters-of-life-or-death-coronavirus (26 avril 2020)

C'est moins extraordinaire, cependant, quand on sait que l'équipe Behavioural Insights est une entreprise rentable de plusieurs millions de livres, qui verse à Halpern, qui possède 7,5 % de ses actions, un salaire plus élevé que celui du premier ministre. C'est là que réside le conflit d'intérêts potentiel : une personne qui contribue au SAGE a également une incitation financière importante à vendre ses marchandises.

https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/apr/27/boris-johnson-back-to-work-waffling (27 avril 2020)

Pendant ce temps, les illogismes du confinement deviennent de plus en plus absurdes : interdiction de s'asseoir sur des bancs dans les parcs, fermeture des stations balnéaires et des plages, autorisation d'ouvrir des supermarchés mais pas des jardineries ni des petits commerces. Il est clair que le Covid-19 est principalement mortel pour des sections spécifiques de la communauté, mais l'actuelle fermeture générale ignore ce fait. Et si l'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord peuvent avoir des stratégies de sortie, pourquoi pas la Cornouailles ou le Yorkshire - ou l'Angleterre ? Le manque de confiance du gouvernement dans le localisme anglais est pathologique.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 22 heures, Wallaby a dit :

Richard Coker est professeur émérite de santé publique à la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Il met en garde contre la "pensée de groupe" dans les comités scientifiques :

https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/apr/27/coronavirus-sage-scientific-groupthink (27 avril 2020)

Au début de ce mois, dans le Guardian, le rédacteur en chef du Lancet, Richard Horton, a suggéré que "le coronavirus est le plus grand échec de la politique scientifique mondiale depuis une génération". Il a rappelé les nombreux experts qui ont prédit une telle pandémie, certains depuis des décennies, et a affirmé qu'au Royaume-Uni, "les experts - les scientifiques qui ont modélisé et simulé nos futurs possibles - ont fait des hypothèses qui se sont avérées fausses". S'il a raison, et je pense qu'il a raison, alors nous devrions nous demander pourquoi ?

Il fait référence à cet article de Richard Horton :

https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/apr/09/deadly-virus-britain-failed-prepare-mers-sars-ebola-coronavirus (9 avril 2020)

Le Royaume-Uni a imaginé que la pandémie ressemblerait beaucoup à la grippe. Le virus de la grippe n'est pas bénin - le nombre de décès annuels dus à la grippe au Royaume-Uni varie considérablement, avec un pic récent de 28 330 décès en 2014-15 - mais la grippe n'est pas le Covid-19.

La Chine, en revanche, a été marquée par son expérience du SRAS. Lorsque le gouvernement a réalisé qu'un nouveau virus était en circulation, les responsables chinois n'ont pas conseillé de se laver les mains, d'adopter une meilleure étiquette pour la toux et de jeter les mouchoirs. Ils ont mis en quarantaine des villes entières et ont fermé l'économie. Comme me l'a dit un ancien secrétaire d'État à la santé en Angleterre, nos scientifiques ont souffert d'un "biais cognitif" en faveur de la menace plus légère de la grippe.

C'est peut-être la raison pour laquelle le principal comité gouvernemental, le groupe consultatif sur les menaces de virus respiratoires nouveaux et émergents (Nervtag), a conclu le 21 février, trois semaines après que l'Organisation mondiale de la santé ait déclaré une urgence de santé publique de portée internationale, qu'il n'avait aucune objection à l'évaluation du risque "modéré" de la maladie pour la population britannique par Public Health England. Il s'agissait d'une erreur de jugement véritablement fatale.

  • Like 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Henri K. a dit :

Le rédacteur en chef du Lancet, Richard Horton, parle du COVID-19 en UK et à la fin il parle de la Chine :

https://edition.cnn.com/videos/world/2020/04/27/richard-horton-uk-coronavirus-boris-johnson.cnn

Henri K.

Transcription ici :

http://transcripts.cnn.com/TRANSCRIPTS/2004/27/ampr.01.html

Et ce qui m'est apparu aujourd'hui avec Boris Johnson, c'est que c'est un homme différent. Il a changé. Il est engagé. Il va aller jusqu'au bout. J'ai confiance en lui, ce que je n'avais pas avant.

nous avons gaspillé tout le mois de février et début mars, quatre ou cinq semaines, alors que nous aurions dû préparer les équipements de protection individuelle, alors que nous aurions dû accélérer

Nous n'avons rien fait de tout cela. Nous avons poursuivi une politique d'immunité de troupeau, l'idée que nous pouvions laisser le virus se répandre dans le pays, nous serions tous infectés et nous serions alors immunisés.

C'est une politique qui pourrait fonctionner pour une infection virale relativement légère, par exemple un virus de grippe relativement bénin. Mais quelque chose Comme cela, c'est absolument la mauvaise politique et nous avons fait le mauvais choix.

La raison pour laquelle je suis contrarié, voire en colère, de notre réponse est que tous ces signaux étaient là la dernière semaine de janvier. Et rappelez-vous, n'oubliez pas que le 30 janvier, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a déclaré une urgence de santé publique de portée internationale. Le 30 janvier, l'O.M.S. nous a envoyé, dans tous les pays du monde, un message disant de se préparer et nous l'avons ignoré, tout comme les États-Unis, et c'est impardonnable.

Je pense que nous devons passer par la phase actuelle. Nous devons vaincre cette première vague de la pandémie. Et puis nous devons faire une pause et nous devons réfléchir et en tirer les leçons. Et je crois que l'enquête publique est nécessaire pour que nous puissions comprendre ces leçons.

C'est pourquoi la Chine a réagi comme elle l'a fait à Wuhan.Elle a vécu l'épidémie de SRAS en 2002 et 2003, et ce fut une humiliation nationale pour la Chine. Ils ont été présentés sur la scène mondiale comme ne disant pas la vérité sur ce qui se passait, et ils n'allaient jamais permettre que cela se reproduise. Et dès qu'ils ont reçu le premier signal, à Pékin, ils ont su qu'il s'agissait d'un nouveau virus du SRAS potentiel, ils ont immédiatement informé l'Organisation mondiale de la santé le 31 décembre parce qu'ils avaient reconnu la menace.

Je pense donc que nous devrions être reconnaissants envers les autorités chinoises, et aussi envers l'Organisation mondiale de la santé, car elles ont fait tout leur possible pour alerter le monde sur la gravité de cette pandémie. Malheureusement, ce sont de nombreuses démocraties occidentales qui n'ont pas pris ces signaux suffisamment au sérieux. Ce n'est pas le récit que nous entendons actuellement, mais je crois que c'est plus proche de la vérité que ce que nous entendons actuellement.

Edited by Wallaby
  • Like 3
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.theguardian.com/world/2020/apr/30/google-executive-took-part-in-sage-meeting-coronavirus-tech-firm-confirms (30 avril 2020)

Google a confirmé que l'un de ses cadres supérieurs a participé au groupe consultatif scientifique du gouvernement britannique sur le Covid-19, ce qui soulève d'autres questions sur la composition du comité secret.

Demis Hassabis, co-fondateur de la division d'intelligence artificielle de Google, DeepMind, a assisté à une réunion du groupe consultatif scientifique pour les urgences (Sage) le 18 mars, alors que le groupe examinait la question de savoir si le Royaume-Uni devait se mettre en quarantaine.

Google a déclaré que M. Hassabis avait été invité par le conseiller scientifique en chef, Sir Patrick Vallance, qui préside le groupe Sage, qui fournit des conseils de haut niveau au Cabinet Office en cas d'urgence.

Alors que Hassabis est considéré comme un chercheur de premier plan dans le domaine de l'IA, la présence sur Sage d'un cadre d'une société de la Silicon Valley qui explore les moyens de tirer profit de l'utilisation de grandes données dans l'industrie de la santé est susceptible d'approfondir la controverse sur le comité.

DeepMind a déjà traité des millions de dossiers médicaux provenant d'un trust hospitalier du NHS dans le cadre d'un projet de conception d'une application de diagnostic, dans un arrangement qui s'est avéré par la suite contraire à la loi sur la protection des données. L'unité de santé de DeepMind a été transférée à la division santé de la société mère l'année dernière.

L'année dernière également, Google a conclu un accord avec la chaîne d'hôpitaux américaine Ascension lui donnant accès aux données de santé de millions d'Américains.

 

Link to comment
Share on other sites

Un de ces titres à scandale dont les Britanniques sont friands :

https://www.telegraph.co.uk/news/2020/05/05/exclusive-government-scientist-neil-ferguson-resigns-breaking/ (5 mai 2020)

Le scientifique du gouvernement Neil Ferguson démissionne après avoir enfreint les règles de confinement pour rencontrer sa maîtresse mariée

L'épidémiologiste dirige l'équipe de l'Imperial College de Londres qui a produit la recherche modélisée par ordinateur qui a conduit au confinement national, selon laquelle plus de 500 000 Britanniques mourraient sans ces mesures.

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

https://www.theguardian.com/world/2020/may/08/paths-out-of-lockdown-questions-boris-johnson-must-answer (8 mai 2020)

Les restrictions quant à la possibilité de ne faire de l'exercice qu'une fois par jour pourraient être levées et, pendant plusieurs semaines, le "temps libre" a été considéré comme un espace naturel permettant d'apporter un changement. Il a été suggéré d'autoriser l'exercice physique en plein air pendant des périodes plus longues, ou plus d'une fois par jour, les trajets commençant et se terminant à la maison. L'Officier de Santé en Chef, le professeur Chris Whitty, a déclaré publiquement que le risque d'attraper un coronavirus à l'extérieur était réduit, ce que le ministre des affaires étrangères, Dominic Raab, a répété ces derniers jours. Après avoir entendu parler de personnes déplacées par la police, de bancs de parc scotchés et de lieux de pique-nique fermés, le public est curieux de savoir s'il peut profiter au maximum des mois les plus chauds, et plus précisément s'il peut prendre un bain de soleil ou manger à l'extérieur.

https://www.telegraph.co.uk/family/parenting/keep-kids-active-self-quarantine-coronavirus-lockdown/ (6 mai 2020)

Se promener dans le parc le plus proche et prendre l'air est le moyen le plus simple de garder tout le monde actif dans la maison et d'éviter de se sentir comme un lion en cage.

Le professeur Chris Whitty, Officier de Santé en Chef, a indiqué que cela peut certainement être fait dans le cadre des directives actuelles : « Il est très important que les enfants et les adultes fassent de l'exercice et s'amusent autant qu'ils le peuvent. Être dehors dans le parc est une très bonne chose à faire, et faire de l'exercice est toujours une bonne chose à faire. L'essentiel est d'éviter les contacts sociaux étroits - mais si c'est en plein air et que les gens gardent leurs distances, nous voudrions certainement que les gens s'amusent ».

 

Link to comment
Share on other sites

https://www.independent.co.uk/voices/boris-johnson-coronavirus-lockdown-uk-scotland-sturgeon-wales-northern-ireland-a9507946.html (11 mai 2020)

Boris Johnson est peut-être officiellement premier ministre du Royaume-Uni - un titre qu'il chérit, des mots qu'il doit faire rouler dans son palais comme un bon vieux porto - mais nous devrions nous rendre compte qu'il n'est en réalité que le premier ministre pandémique de l'Angleterre. Le Royaume-Uni est fini, du moins en ce qui concerne la lutte pour vaincre le coronavirus, et notre unité nationale est la dernière victime de cette "maladie diabolique", comme l'appelle le premier ministre de la province d'Angleterre.

https://www.bbc.com/news/explainers-52530518 (11 mai 2020)

À partir de mercredi en Angleterre, deux personnes de foyers différents pourront se rencontrer dans des lieux extérieurs - tels que des parcs - à condition de rester à plus de deux mètres l'une de l'autre.

Link to comment
Share on other sites

Le 06/05/2020 à 08:38, Wallaby a dit :

Le scientifique du gouvernement Neil Ferguson démissionne après avoir enfreint les règles de confinement pour rencontrer sa maîtresse mariée

L'exercice physique est excellent pour lutter contre le virus  ... 1 heure par jour selon le potentiel de la dame c'est pas mal ... on applaudit bien fort les deux athlètes du quotidien

Link to comment
Share on other sites

https://www.bbc.com/news/business-52610594 (11 mai 2020)

Les voyageurs en provenance d'Irlande ou de France ne seront pas soumis à la quarantaine de 14 jours comme les autres personnes qui arrivent de l'étranger.

Toutefois, cette annonce a soulevé des questions quant à savoir si les voyageurs internationaux pouvaient éviter 14 jours d'isolement en passant par la France pour se rendre au Royaume-Uni.

Le 10 Downing Street précise que de plus amples détails sur les nouvelles règles seront présentés avant leur entrée en vigueur.

"Il n'y a rien de positif dans ce que j'ai entendu le Premier ministre dire hier", a-t-il [Willie Walsh, patron de British Airways] déclaré aux députés de la commission parlementaire des transports.

Lorsqu'on lui a demandé pourquoi les voyageurs en provenance de France ne seront pas mis en quarantaine, à la différence par exemple, de ceux provenant d'Allemagne, il a répondu : "Il n'y a rien de positif dans ce que j'ai entendu hier" : "C'est le point que je ne comprends pas".

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://www.lesechos.fr/monde/europe/coronavirus-boris-johnson-maintient-son-conseiller-controverse-dominic-cummings-et-provoque-un-tolle-1205411 (25 mai 2020)

Le Premier ministre britannique s'est attiré les foudres de la presse et de la classe politique après avoir refusé, dimanche, de limoger son conseiller spécial Dominic Cummings.

Les révélations de la presse sur ses allers-retours à la ferme de son père pour mettre sa famille à l'abri lorsqu'ils sont tombés malade du Covid-19, sans en avertir le Premier ministre, ont causé un énorme scandale politique.

https://www.theguardian.com/world/2020/may/25/boris-johnsons-support-for-dominic-cummings-is-a-slap-in-the-face-for-us

Mon mari est mort d'un coronavirus le dernier jour de mars. Nous n'avons pas été autorisés à lui rendre visite à l'hôpital pour l'accompagner dans les derniers jours de sa vie. Nous n'avons pas été autorisés à organiser des funérailles pour lui dire officiellement et collectivement au revoir.

Depuis lors, j'ai, jusqu'à présent, passé huit semaines seule dans la maison familiale. Je peux voir une de mes filles qui habite à proximité tant que nous sommes assis dans le jardin à distance. Avec l'autre fille, je communique surtout par téléphone. Nous n'avons pas pu être ensemble pour partager notre chagrin et nous réconforter mutuellement. Nous trouvons tous cette situation presque insupportable.

Boris Johnson mentionne "l'instinct parental" (la défense de Cummings par Johnson suscite la colère des alliés et des adversaires, 24 mai). Mon instinct de femme, mon instinct parental et mon instinct humain étaient d'être avec mon mari, puis d'être avec mes filles. Mais nous comprenons que ces règles ne sont pas seulement pour nous en tant qu'individus, mais pour le bien de toute la société.

Que devons-nous penser lorsque notre gouvernement dit une chose et en fait une autre ?

Hilary Court

Leeds

https://en.wikipedia.org/wiki/Dominic_Cummings#COVID-19_pandemic

Alistair Campbell a critiqué l'organisation de la conférence de presse dans la roseraie, déclarant que "Cummings parlant dans la roseraie est comme Monica Lewinsky donnant sa version de l'histoire depuis le bureau ovale". Un conseiller politique de haut niveau donnant une conférence de presse de ce type est "sans précédent" dans la politique britannique.

Edited by Wallaby
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,644
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Mehdi2909
    Newest Member
    Mehdi2909
    Joined
  • Forum Statistics

    21.3k
    Total Topics
    1.5m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...