Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Royaume-Uni


Recommended Posts

https://www.theguardian.com/uk-news/2024/feb/04/british-army-would-exhaust-capabilities-after-two-months-of-war-mps-told

La commission de la défense de la Chambre des communes a entendu que la « réduction » des forces armées depuis 2010 avait sapé la capacité de combat du Royaume-Uni, et que l'armée épuiserait ses capacités « après les deux premiers mois » d'une guerre entre pairs.

Le départ du porte-avions de la Royal Navy HMS Queen Elizabeth pour mener les manœuvres a été annulé à la dernière minute après qu'un problème avec un arbre d'hélice a été détecté lors des dernières vérifications.

Ce revers survient 18 mois après que son navire jumeau, le HMS Prince of Wales, soit tombé en panne au large de l'île de Wight alors qu'il s'était embarqué pour les États-Unis en raison d'un dysfonctionnement.

Le mois dernier, le ministre de la défense, Grant Shapps, a déclaré que le monde « passait d'un monde d'après-guerre à un monde d'avant-guerre “ et que le Royaume-Uni devait s'assurer que ” l'ensemble de son écosystème de défense était prêt » à défendre la métropole.

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

https://www.theguardian.com/politics/article/2024/may/26/rishi-sunaks-national-service-pledge-is-bonkers-says-ex-military-chief

Les forces armées britanniques ont besoin de plus d'argent et non d'adolescents volontaires sans formation, ont déclaré d'anciens chefs militaires et des personnalités conservatrices, ce qui porte un nouveau coup à la campagne électorale chancelante des conservateurs.

Quelques heures après son annonce, la promesse électorale de Rishi Sunak de rétablir le service militaire pour les jeunes de 18 ans a été balayée par les chefs de l'armée et un ancien secrétaire à la défense conservateur.

Rishi Sunak s'est engagé à introduire un service national obligatoire qui permettrait aux jeunes de passer un an dans l'armée ou de faire du bénévolat pendant les week-ends.

Michael Portillo, ancien secrétaire à la défense, a déclaré que cette annonce pourrait nuire davantage à la réputation des conservateurs en matière de responsabilité fiscale.

Il a déclaré à GB News dimanche : « La manière dont cette politique a été élaborée m'inquiète beaucoup. En d'autres termes, je doute fort qu'elle ait été mûrement réfléchie, et je doute que les services armés et toutes les organisations caritatives qui doivent être impliquées aient été consultés et soient d'accord ».

La promesse électorale a été lancée deux jours seulement après que le ministre de la défense, Andrew Murrison, a déclaré que le gouvernement n'envisageait pas d'instaurer un service national sous « quelque forme que ce soit », parce qu'il ferait plus de mal que de bien.

Dans une réponse à une question parlementaire écrite, M. Murrison a déclaré que le fait de placer des recrues « potentiellement réticentes » avec des soldats professionnels « pourrait nuire au moral, au recrutement et à la fidélisation, et consommerait des ressources militaires et navales professionnelles ».

John Healey, le secrétaire d'État fantôme à la défense, a déclaré que la proposition de service national des conservateurs était « un plan irréalisable et une distraction par rapport à leurs échecs en matière de défense au cours des 14 dernières années ». Même le ministre de la défense de Rishi Sunak a rejeté l'idée il y a quelques jours ».

« Depuis 2010, les ministres conservateurs n'ont pas atteint les objectifs de recrutement chaque année, ont vidé nos forces armées de leur substance et les ont sous-financées, et ont réduit la taille de l'armée britannique à sa plus petite taille depuis Napoléon. Il est temps de changer. La Grande-Bretagne sera mieux défendue avec les travaillistes", a ajouté M. Healey.

Interrogé sur cette proposition dimanche, James Cleverly, ministre de l'intérieur, a déclaré qu'aucun adolescent ne serait envoyé en prison pour avoir évité le service national « obligatoire ».

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.gbnews.com/news/uk/army/michael-portillo-army-defence-forces (24 janvier 2024)

Michael Portillo a qualifié l'état des forces armées d'« épouvantable », en partie parce que les chefs de la défense ont investi massivement dans des équipements obsolètes.

il a déclaré : « J'ai toujours pensé que ces porte-avions n'étaient qu'un projet vaniteux ».

« Un porte-avions est une cible énorme et si l'un d'entre eux était touché et coulé, nous perdrions des navires d'une valeur de 3 milliards de livres sterling, des avions d'une valeur de 2 milliards de livres sterling et 2 000 membres du personnel, et nous ne prendrons jamais le risque de faire cela ».

« Les porte-avions sont des objets énormes qui doivent être défendus. Nous n'avons pas les navires nécessaires pour les défendre ».

Il a ajouté : « Nous n'en avons pas pour notre argent et nous ne bénéficions pas de la fiabilité... Le HMS Diamond, notre navire, qui défend la mer Rouge, n'a pas la capacité de tirer un missile depuis le navire vers la terre, il ne peut donc pas participer aux attaques contre les Houthis ».

« Pour pouvoir participer aux attaques, nous faisons décoller des avions de la RAF de Chypre, ce qui est très loin ».

Link to comment
Share on other sites

Ce qui est certain, et vrai pour tous pays, c'est que le cout d'un PA ne se limite pas à lui même ( ce qui serait alors de la pure vanité ). Il faut compter tout ce qui accompagne, en moyen matos et humain. Débat valable aussi pour la France ou on pourrait dire, vas y balances X milliard, on en fait un 2eme. Oui mais aussi 2 fois plus l'escadre qui va avec et 2 fois plus de bonhommes. Et su soum' aussi en plus. Plus d'avions, plus de pilotes, plus de ravito, plus de frégates, plus d'anti sou', plus de tout. Ouille, le budget c'est pas X, c'est 3 fois X, merdum :blink:

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Le 30/05/2024 à 01:12, ksimodo a dit :

Ce qui est certain, et vrai pour tous pays, c'est que le cout d'un PA ne se limite pas à lui même ( ce qui serait alors de la pure vanité ). Il faut compter tout ce qui accompagne, en moyen matos et humain. Débat valable aussi pour la France ou on pourrait dire, vas y balances X milliard, on en fait un 2eme. Oui mais aussi 2 fois plus l'escadre qui va avec et 2 fois plus de bonhommes. Et su soum' aussi en plus. Plus d'avions, plus de pilotes, plus de ravito, plus de frégates, plus d'anti sou', plus de tout. Ouille, le budget c'est pas X, c'est 3 fois X, merdum :blink:

ça coûte nettement plus cher que le simple coût du 2ème porte-avions, c'est sûr. Après ça dépend si on veut juste disposer à tout moment d'un seul PA, ou si on veut vraiment pouvoir en déployer deux. Du coup, je me demande comment la marine faisait avec les porte-avions Foch et Clémenceau ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 20 minutes, CANDIDE a dit :

ça coûte nettement plus cher que le simple coût du 2ème porte-avions, c'est sûr. Après ça dépend si on veut juste disposer à tout moment d'un seul PA, ou si on veut vraiment pouvoir en déployer deux. Du coup, je me demande comment la marine faisait avec les porte-avions Foch et Clémenceau ?

 

Oui, et qui plus est, ils devaient être ravitaillés en mer par des pétroliers, augmentant ainsi la flotte de logistique d'accompagnement de ces porte-avions.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, CANDIDE said:

ça coûte nettement plus cher que le simple coût du 2ème porte-avions, c'est sûr. Après ça dépend si on veut juste disposer à tout moment d'un seul PA, ou si on veut vraiment pouvoir en déployer deux. Du coup, je me demande comment la marine faisait avec les porte-avions Foch et Clémenceau ?

On ne pouvait déployer qu'un seul PA à la fois...

Officiellement, l'un des PA était gréé avec tout son groupe aérien et son escorte tandis que le deuxième était en configuration "Porte Hélicoptère". En pratique, à quai à Toulon ou en entrainement à la mer. Le fait d'avoir deux navires permettait néanmoins de gérer une permanence opérationnelle, avec des passage de relais directement sur zone d’opération.

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, Rivelo a dit :

On ne pouvait déployer qu'un seul PA à la fois...

Officiellement, l'un des PA était gréé avec tout son groupe aérien et son escorte tandis que le deuxième était en configuration "Porte Hélicoptère". En pratique, à quai à Toulon ou en entrainement à la mer. Le fait d'avoir deux navires permettait néanmoins de gérer une permanence opérationnelle, avec des passage de relais directement sur zone d’opération.

Merci. Finalement, ils n'avaient pas besoin de doubler le nombre de navires et de sous-marins d'escorte, ni de doubler les flotilles d'avions. Bien sûr, avec un porte-avions disponible en permanence (au lieu de 60% pour le CdG), la flotte d'escorte doit aussi pouvoir être disponible en permanence, d'une façon ou d'une autre plus de navires, plus d'équipages, sans forcément faire fois 2.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 57 minutes, CANDIDE a dit :

sans forcément faire fois 2

x2 non mais nécessairement plus sauf à avoir un taux de permanence à la mer bien plus important (avec la question de savoir si c'est seulement envisageable compte tenu des nécessaires ATM et autres immobilisations intermédiaires) nécessitant un MCO bien mieux dimensionné et une usure accélérée des matériels. Rappel une FREMM c'est une durée de vie de 30 ans moyennant 150 j/mer par an. La Languedoc a opéré 240 jours en mer en 2022 de mémoire.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Le 29/05/2024 à 22:32, Wallaby a dit :

Le HMS Diamond, notre navire, qui défend la mer Rouge, n'a pas la capacité de tirer un missile depuis le navire vers la terre, il ne peut donc pas participer aux attaques contre les Houthis ».

Révélation

Pourtant dans la fin de Mourir peut attendre, un Type 45 tir des MdC sur le repère des vilains où James Bond se trouve :biggrin:, et oui dommage qu'en vrai la Royal Navy n'a que ses Astutes pour lancer des missiles de croisières. 

 

  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.lemonde.fr/politique/article/2024/06/07/80-ans-du-debarquement-les-retards-du-maitre-des-horloges_6237818_823448.html

Les Britanniques n’ont guère apprécié la désinvolture du chef de l’Etat. « Comment le président français peut-il avoir quinze minutes de retard pour un événement international majeur en France ? », s’est indigné, sur le réseau social X, Adam Parsons, journaliste sur Sky News

On avait déjà frôlé l’incident diplomatique, le 6 juin 2014, pour les 70 ans du Débarquement : la reine Elizabeth II avait dû patienter pendant vingt minutes dans la voiture officielle avant de pouvoir quitter le château de Bénouville (Calvados), où se déroulait le déjeuner des chefs d’Etat conviés par le président de la République François Hollande, car la limousine du président américain Barack Obama était trop large pour sortir par les grilles.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.theguardian.com/commentisfree/article/2024/jun/08/floating-voter-radical-labour-change-general-election

[Parmi les travaillistes], il est difficile de dire en quoi le parti se distinguera nettement des Tories - on a la vague impression qu'un nouveau groupe de ministres fera mieux dans les mêmes circonstances.

Mais il n'est pas du tout certain qu'ils y parviendront. Un exemple classique est le Brexit, auquel la plupart des députés travaillistes étaient opposés. L'opinion publique estime aujourd'hui qu'ils avaient raison. Pourtant, Starmer n'ose pas prononcer le mot Brexit, et certainement pas un retour raisonnable au marché unique. De même, en matière de défense, il a peur d'être considéré comme faible et promet de renouveler Trident. Même de nombreuses personnes expérimentées dans le domaine de la défense britannique estiment qu'il s'agit d'un gaspillage d'argent stupéfiant. Nous ne pouvons qu'imaginer que Starmer n'a pas le courage de dire ce que lui et ses collègues pensent vraiment.

La Grande-Bretagne est au Moyen-Âge en ce qui concerne la légalisation et la réglementation des drogues, ce qui fait que l'Écosse souffre de l'une des pires épidémies de stupéfiants au monde. En partie à cause de cela, nos prisons sont tellement surpeuplées qu'il est arrivé que des gouvernements étrangers refusent d'autoriser l'extradition de suspects vers le Royaume-Uni au motif que cela serait inhumain. Le pays a le taux d'incarcération le plus élevé d'Europe occidentale et l'un des pires taux de récidive. Pourtant, il est évident que le parti travailliste n'a pas de nouvelles politiques en matière de criminalité, de sanctions ou de drogues - il se contente de promettre vaguement de dépenser plus d'argent.

Link to comment
Share on other sites

https://www.bbc.com/news/uk-politics-63851922 (5 décembre 2022)

Les travaillistes promettent le plus grand transfert de pouvoirs jamais réalisé

Le parti travailliste a publié lundi un rapport rédigé par l'ancien premier ministre Gordon Brown, qui présente des projets de changements constitutionnels radicaux, notamment l'abolition de la Chambre des Lords.

Sir Keir a déclaré à BBC Breakfast que la seconde chambre non élue était « indéfendable » et a ajouté qu'un gouvernement travailliste l'abolirait et la remplacerait par un organe élu « doté d'une mission forte », sans toutefois fournir de calendrier précis.

Le rapport, intitulé « A New Britain », présente 40 recommandations, dont des propositions visant à confier de nouveaux pouvoirs économiques aux maires anglais [au sens strict, par opposition aux écossais, irlandais et gallois], aux autorités locales et aux gouvernements décentralisés.

Pour l'instant, le parti travailliste n'approuve pas tout. C'est une direction à prendre, dit Sir Keir, mais il veut maintenant discuter des détails et du calendrier.

Le rapport affirme que « la surconcentration persistante du pouvoir à Westminster et à Whitehall compromet notre capacité à assurer la croissance et la prospérité de l'ensemble du pays », créant ainsi un « cercle vicieux ».

L'une des recommandations les plus frappantes est la proposition de supprimer les Lords, mais d'autres recommandations sont également formulées :

    transférer 50 000 emplois de Whitehall à l'extérieur de Londres
    Interdire la grande majorité des seconds emplois pour les députés et éliminer l'argent étranger de la politique britannique.
    Mettre en place un nouveau commissaire à la lutte contre la corruption « pour éradiquer les comportements criminels dans la vie politique britannique là où ils se produisent ».
    Donner aux autorités locales de nouveaux pouvoirs fiscaux pour lever des fonds
    créer une obligation légale selon laquelle les décisions doivent être prises le plus près possible de la communauté locale
    Inclure le Parlement écossais dans les accords internationaux impliquant des régions écossaises
    Créer des centaines de pôles régionaux d'innovation
    Créer de nouveaux maires directement élus en Écosse

Plus de précisions ici sur l'état actuel du mille-feuille :

https://www.instituteforgovernment.org.uk/explainer/english-devolution (6 mars 2023)

Après 1997, les gouvernements travaillistes ont transféré des pouvoirs à l'Écosse, au Pays de Galles et à l'Irlande du Nord, mais l'Angleterre est restée largement à l'écart de ce processus. L'exception est le Grand Londres, où un maire de Londres et une assemblée londonienne ont été créés en 2000.

Le projet d'assemblées élues dans d'autres régions anglaises a été abandonné après l'échec d'un référendum dans le Nord-Est en 2004. Au lieu de cela, les régions anglaises ont bénéficié d'une forme limitée de décentralisation administrative par le biais d'« agences de développement régional » et de « bureaux gouvernementaux pour les régions ». Cet échelon régional a toutefois été démantelé par le gouvernement de coalition après 2010.

Le gouvernement a lancé un nouveau processus de décentralisation en Angleterre en 2014, en négociant des accords sur mesure avec des groupes d'autorités locales qui ont formé de nouvelles autorités combinées présidées par des maires métropolitains - une autorité combinée maire (MCA). Neuf accords de ce type ont été mis en œuvre entre 2015 et 2019, principalement dans des régions urbaines. En outre, un accord de dévolution non- maire plus limité a été conclu en Cornouailles en 2015.

Le gouvernement est en train de transférer des pouvoirs à d'autres régions d'Angleterre, y compris les zones rurales, et d'approfondir les pouvoirs de certaines régions déjà décentralisées, à commencer par le Grand Manchester et les Midlands de l'Ouest.

Pour ajouter à la complexité, le gouvernement a également légiféré pour créer une nouvelle forme d'autorité combinée, une autorité combinée de comté (CCA), conçue pour les régions ayant deux niveaux de gouvernement local. Les CCA sont constituées par accord entre les conseils de niveau supérieur uniquement, contrairement aux MCA qui doivent inclure les conseils de district. Certains accords de décentralisation ont également été conclus avec des conseils de comté individuels.

L'Angleterre compte actuellement 10 régions dotées d'un transfert de compétences avec maire : Grand Londres, West Midlands, Grand Manchester, Liverpool City Region, West Yorkshire, South Yorkshire, Cambridgeshire et Peterborough, Tees Valley, West of England et North of Tyne.

La dévolution des pouvoirs aux maires sera étendue à trois nouvelles régions en 2024 - York et North Yorkshire, East Midlands et une plus grande partie du North East - puis à quatre autres localités en 2025 : Suffolk, Norfolk, Greater Lincolnshire, et Hull et East Yorkshire.

En outre, de nouveaux accords de décentralisation non-municipaux entreront en vigueur en 2025 dans le Lancashire et en Cornouailles.

Existing%20and%20proposed%20devo%20deals
 

Link to comment
Share on other sites

Posted (edited)

(suite)

La dévolution couvre actuellement 41 % de la population de l'Angleterre, 49 % de sa production économique et 14 % de sa superficie. Si les neuf nouveaux accords sont mis en œuvre comme prévu, ces chiffres passeront respectivement à 57 %, 60 % et 42 %, ce qui signifie que la majorité de la population anglaise sera couverte par un accord de décentralisation.

Les pouvoirs dévolus varient en fonction des différents accords de dévolution, les pouvoirs les plus étendus n'étant offerts qu'aux localités qui adoptent la direction d'un maire. Chaque accord de dévolution est négocié séparément entre les ministres et les dirigeants locaux, mais le gouvernement a publié un cadre de dévolution à quatre niveaux avec les différents ensembles de pouvoirs proposés pour chaque niveau.

Les accords de niveau 1 n'offrent qu'un « rôle stratégique limité dans la fourniture de services ». Aucun accord de niveau 1 n'a encore été conclu.

Les accords de niveau 2 peuvent être conclus avec des conseils de comté ou des autorités combinées qui ne sont pas dirigés par un maire directement élu. Ils permettent de contrôler le budget de l'éducation des adultes, les fonctions du LEP (Local Enterprise Partnership) et le fonds de prospérité partagée du Royaume-Uni.

Les accords de niveau 3 offrent des pouvoirs plus étendus et requièrent l'adoption d'un maire - soit en tant que dirigeant directement élu d'un conseil de comté, soit en tant que président d'une autorité combinée. En plus des pouvoirs de niveau 2, ils offrent des pouvoirs élargis en matière de transports, de routes locales, de régénération urbaine et de fonds d'investissement sur 30 ans que les autorités combinées peuvent allouer de manière flexible pour soutenir la croissance économique. La plupart des CMA existantes détiennent l'ensemble des pouvoirs de niveau 3, tout comme les nouveaux accords de maires qui entreront en vigueur en 2024 et 2025.

Les maires des métropoles peuvent également créer des sociétés de développement, dotées de pouvoirs en matière de planification et de développement, et peuvent imposer un prélèvement sur la taxe d'habitation pour financer des projets spécifiques. Dans certains cas, lorsque les frontières sont alignées, les maires métropolitains ont également assumé le rôle de commissaire de police et de crime.

Les accords de niveau 4 seront proposés aux institutions de niveau 3 existantes, à condition qu'elles remplissent les critères de capacité, de gouvernance et de culture institutionnelle. Ils offrent des pouvoirs supplémentaires en matière de compétences, de carrières et de transports, ainsi qu'un rôle dans la planification énergétique locale. Ils offriront également un financement flexible du « pot consolidé » dans deux domaines, la croissance locale et la "place", ainsi que le logement et la régénération.

https://committees.parliament.uk/work/603/the-evolution-of-devolution-english-devolution/news/

Travaux de la commission d'enquête parlementaire

Edited by Wallaby
Link to comment
Share on other sites

https://www.theguardian.com/politics/article/2024/jun/14/reform-leader-nigel-farage-says-he-is-now-leader-of-the-opposition

Un sondage YouGov réalisé pour le Times cette semaine donnait les réformistes à 19 % et les conservateurs à 18 % dans les intentions de vote - ce que Farage a qualifié de moment "d'inflexion". Les sondeurs ont précisé que l'avance des réformistes se situait dans la marge d'erreur.

https://www.theguardian.com/commentisfree/article/2024/jun/07/rishi-sunaks-d-day-campaign-history

Nigel Farage se souvient de l'anéantissement des conservateurs canadiens en 1993, qui a vu ce parti supplanté et finalement remplacé par une formation plus à droite appelée Reform, et il veut répéter l'exploit avec son nouveau véhicule. Pourquoi pensez-vous que je l'ai appelé "Reform" ? a-t-il demandé au Sunday Times, en se léchant les babines.

https://www.theguardian.com/world/article/2024/jun/07/conservatives-1993-election-canada

Avant le vote de 1993, le principal parti de droite du Canada, les progressistes-conservateurs, se trouvait dans ce que l'on pourrait généreusement appeler une mauvaise situation. Après avoir gouverné pendant près d'une décennie, le Premier ministre Brian Mulroney avait démissionné après deux tentatives infructueuses de modification de la constitution canadienne et des questions de plus en plus nombreuses sur sa conduite éthique.

Dans les provinces pétrolières de l'Ouest, le sentiment que le dur labeur des habitants est gaspillé au profit de l'économie de l'Est du Canada suscite un profond ressentiment à l'égard des progressistes-conservateurs. Les électeurs se sont tournés vers le parti réformiste, socialement conservateur et profondément enraciné dans les Prairies. Au Québec francophone, le Bloc-Québécois, nouvellement formé, s'appuie sur un sentiment séparatiste croissant.

À la fin du mois d'octobre, Jean Chrétien et son parti libéral remportent une forte majorité parlementaire. Le résultat pour les progressistes-conservateurs a été bien pire que ce que l'on craignait : ils ont perdu tous les sièges sauf deux, ce qui constitue le pire résultat électoral jamais obtenu par un parti au pouvoir dans les démocraties occidentales.

"La leçon à tirer de 1993 est que le pire des scénarios peut se produire", a déclaré l'analyste politique Éric Grenier à l'occasion de l'événement. "Ce n'est pas parce qu'on existe depuis toujours qu'on existera toujours. Vous pouvez avoir le genre d'élection qui vous oblige à redémarrer un parti et à repartir de presque zéro".

Les progressistes-conservateurs perdirent leur statut de parti officiel, contractèrent des dettes considérables et plongèrent dans une lutte avec des visions concurrentes pour l'avenir du conservatisme au Canada.

Le mouvement réformiste devint le plus grand parti de droite au Parlement, supplantant les progressistes-conservateurs.

Link to comment
Share on other sites

https://www.lopinion.fr/international/legislatives-britanniques-des-soupcons-de-paris-frauduleux-chez-les-conservateurs (21 juin 2024)

La commission chargée de la régulation des paris se demande si certaines personnes n’ont pas tiré profit de leur proximité avec Rishi Sunak pour parier sur la date à laquelle se tiendrait cette élection. Alors que tout le monde l’attendait à l’automne, le Premier ministre a annoncé le 22 mai, à la surprise générale, que le scrutin aurait lieu le 4 juillet.

  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

https://www.theguardian.com/politics/article/2024/jun/25/labour-suspends-candidate-over-gambling-commission-investigation

Le parti travailliste a suspendu l'un de ses candidats aux élections générales après avoir été mêlé à la controverse sur les paris et les élections générales.

Kevin Craig, candidat du Labour pour le Suffolk central et l'Ipswich du Nord, a été suspendu "administrativement" après que le Labour a été informé par la Commission des jeux de hasard qu'une enquête avait été ouverte sur l'un des candidats du parti.

S'excusant pour ce qu'il a décrit comme une "énorme erreur", Kevin Craig a admis dans une déclaration qu'il avait parié contre sa propre victoire il y a quelques semaines.

https://www.independent.co.uk/news/uk/politics/general-election-2024-sunak-starmer-betting-scandal-b2569014.html (26 juin 2024)

Le secrétaire d'État à l'Écosse, Alister Jack, a placé trois paris sur la date du scrutin du 4 juillet, mais a déclaré qu'il n'avait enfreint aucune règle en matière de jeu.

Outre sept hommes politiques, la Commission des jeux de hasard enquête sur cinq agents de la police métropolitaine, dont un a déjà été arrêté et interrogé.

Mardi, le parti travailliste a été mêlé au scandale, suspendant son candidat Kevin Craig après avoir appris que la Commission des jeux de hasard avait ouvert une enquête à son sujet.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://www.theguardian.com/politics/ng-interactive/2024/jul/04/uk-general-election-results-2024-live-in-full

Moins de 60% de participation

Labour gagne avec 2/3 des sieges au parlement, n'ayant obtenu que 1/3 des votes.  Le comble c'est que Labour sous Keir Starmer a recu moins de vote que Jeremy Corbyn en 2019 quand Labour a perdu contre Boris et sa clique.

Reform UK n'a que 4 siege avec 14% du vote, et Sinn Fein en a 7 avec 0,7% du vote (moins de 200,000 vote)

Ceci n'est pas representatif de la volonte du peuple.  Je pense qu'il faut revoir la copie et rendre nos pays plus democratique avec un nombre de siege proportionel au vote, et non pas des magouilles de carte electorale biaisee ou connivence politique.

PS avant qu'on m'accuse de toute les insultes, je tiens a preciser que je ne peux pas supporter NIgel Farage.  Si j'etais Anglais, j'aurais vote Lib Dem.  Mais objectivement je ne suis pas d'accord que les Lib Dem ont +70 sieges avec 12% du vote et que Reform UK n'en a que 4 avec 14%.

  • Thanks 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,982
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Personne
    Newest Member
    Personne
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...