Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Modular and Multirole Patrol Corvette" (MMPC) - Anciennement (EPC)


herciv
 Share

Recommended Posts

Il y a 2 heures, Scarabé a dit :

 Du midef

Quand au MICA NG il n'est pas encore en service vue le retard sur ce programe et la version naval n'est proposé cas l'export pas avant 2032

https://www.defense.gouv.fr/sites/default/files/ministere-armees/Fiche LPM - Mica NG (missile nouvelle génération).pdf

Je sais bien, Scarabé, mais si on réfléchit, c'est pour demain, pas hier.

https://newsroom.mbda-systems.com/egypt-becomes-the-first-international-customer-for-mbdas-vl-mica-new-generation-surface-to-air-system-2/

 

Il y a 2 heures, Benoitleg a dit :

Le tout a buté ensuite sur la crise de 2008 et ses conséquence budgétaires pour l'équipement des armées. Les coûts d'adaptation sans doute chastement éludés à l'origine par MBDA  ont peut-être aussi un peu énervé la MN ?

Hihihi, MDBA est sûrement énervant, mais paiera une soulte (mécanisme de réduction du prix des missiles français) au Mindef sur les ventes export du NG.

Le MICA VL naval, ce n'est désormais plus un projet, c'est quelque chose qui tourne sur les corvettes de Naval Group ou d'autres navires modernisés.

Mais tout cela a l'air bien difficile : je propose de coller du Camm sur nos EPC avec le radar et la liaison de donnée italiennes qui vont bien : ça, ça fera VRAIMENT baisser le coût pour une solution qui à l'air plutôt appréciée :tongue:

@ARMEN56 Merci. Du coup, c'est du mdba il me semble.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

L’amiral Rey :

Citation

Nous avons des frégates de surveillance qui sont légèrement armées. Quand on voit la militarisation du Pacifique, il faut revenir à des bateaux mieux armés comme il y a trente ans, où nous avions des bateaux avec des sonars, des torpilles, des canons, des missiles… Parce que malheureusement, c’est une réalité

 

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Hirondelle a dit :

L’amiral Rey :

 "il faut revenir à des bateaux mieux armés comme il y a trente ans, où nous avions des bateaux avec des sonars, des torpilles, des canons, des missiles… Parce que malheureusement, c’est une réalité"

Ce n'est pas faute de le mettre en évidence, depuis des années... :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Julien a dit :

Je pense que ce serait vraiment une bénédiction pour la MN si le programme MMPC pouvait bénéficier d’une montée en gamme niveau armement comme ce qui est en train de se passer pour les FTI.

Oullah, tu vas aussi vite qu’ @AkarSaren :tongue:

Pas suffisamment toutefois pour être passé de FTI à FDI.

Moi, c’est le concept de corvette qui me botte (pas nécessairement pour l’ultramarin, hein ?!).

Sur le fond, je ne vois pas bien ce qu’une frégate, même motorisée en M88 avec un radar Sea-RBE2, des brouilleurs Fire-SPECTRA et des missiles par centaines changerait dans ces coins. Par contre, si les équipages pouvaient compter sur des capacités d’autodéfense plus que symboliques, j’aurais l’impression que la République joue mieux son rôle.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Le 11/07/2022 à 22:01, Hirondelle a dit :

Sur le fond, je ne vois pas bien ce qu’une frégate, même motorisée en M88 avec un radar Sea-RBE2, des brouilleurs Fire-SPECTRA et des missiles par centaines changerait dans ces coins

Pourtant ce que dit l'Amiral c'est assez clair: nos moyens ne sont plus à la hauteur de la montée en puissance régionale (Pacifique); ils ne sont pas non plus à la hauteur des moyens des alliées avec qui nous travaillons. Nous avons beau être une nation du Pacifique, avec une énorme ZEE, un membre du Conseil de Sécurité, nuk et blabla;  ils, nos alliés, doivent nous voir, au mieux, comme des garde-côtes. On peut se contenter de n'être que des "gendarmes", pourquoi pas. Mais, il ne faut pas s'étonner que l'on soit réduits à voir passer les trains. A la fin, c'est toujours pareil: combien de divisions? Et dans le coin, ce qui compte, c'est la puissance navale.  

  • Like 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Le 11/07/2022 à 22:01, Hirondelle a dit :

Sur le fond, je ne vois pas bien ce qu’une frégate, même motorisée en M88 avec un radar Sea-RBE2, des brouilleurs Fire-SPECTRA et des missiles par centaines changerait dans ces coins

Peu de choses effectivement ... Il se pourrait fort que dans les années à venir la nécessité soit d'avoir sur place l'équivalent d'une Marine Nationale

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, pascal a dit :

Il se pourrait fort que dans les années à venir la nécessité soit d'avoir sur place l'équivalent d'une Marine Nationale

Tout dépend de ce que t'entends par: "équivalent d'une MN" .  

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Fusilier a dit :

nos moyens ne sont plus à la hauteur de la montée en puissance régionale (Pacifique)

A une époque pour soutenir force de souveraineté et DIRCEN voici le format DCAN , sans compter AMF et personnel des bases et bords , je sais je sais les circonstances étaient autres

ct93bj.jpg

pour grosso modo

2 ou 3 AE

2 BDC

2 ou 3 P400

2 BATRAL

1 BOUGAINVILLE  ( des fois un TCD )

2 Pétroliers

5ou 6 EDIC

Idem CTM

Des vedettes à la pelle

Des remorqueurs de port et HM

Le format SSF est de combien aujourd’hui pour combien de barcasses ?

 

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Fusilier a dit :

Pourtant ce que dit l'Amiral c'est assez clair: nos moyens ne sont plus à la hauteur de la montée en puissance régionale (Pacifique); ils ne sont pas non plus à la hauteur des moyens des alliées avec qui nous travaillons. Nous avons beau être une nation du Pacifique, avec une énorme ZEE, un membre du Conseil de Sécurité, nuk et blabla;  ils, nos alliés, doivent nous voir, au mieux, comme des garde-côtes. On peut se contenter de n'être que des "gendarmes", pourquoi pas. Mais, il ne faut pas s'étonner que l'on soit réduits à voir passer les trains. A la fin, c'est toujours pareil: combien de divisions? Et dans le coin, ce qui compte, c'est la puissance navale.  

Bien sûr, il y a la surface de la ZEE française dans le Pacifique, il y a le nombre d'îles.....mais cela se situe aux antipodes de la métropole et repose sur six cent mille habitants qui ont "la nationalité" française.

Pour construire une présence respectée, il faut un "réseau sanguin" très actif entre la métropole et "nos" îles.

Des deux côtés, métropole et îles, il faut des infrastructures et des moyens dimensionnées pour des passages fournis, rapides et réguliers.

Sur les voies "de passages" il faut limiter les freins et résistances pour les voies des airs et des mers.

Ce travail se fait avec une progression visible mais aussi avec des obstacles du genre AUKUS pour diluer "nôtre" influence, ou guerre en Ukraine qui ferme la route aérienne directe (orthodromie) entre la métropole et la Nouvelle Calédonie.

La mise en place de moyens maritimes et aériens dimensionnés pour contrer le volume des menaces est conditionnée par un niveau d'investissement pour la mise en valeur économique réelle de la ZEE dont la valeur est actuellement encore potentielle.

C'est une montée en puissance progressive sur tout les fronts.

Edited by capmat
  • Like 1
  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, ARMEN56 a dit :

A une époque pour soutenir force de souveraineté et DIRCEN voici le format DCAN , sans compter AMF et personnel des bases et bords , je sais je sais les circonstances étaient autres

Les moyens affectés pour les essais étaient considérables. Je ne suis pas certain que l'on ait besoin d'autant en particulier en soutien (faudrait calculer) Sachant que l'on s'appuie sur les capacités locales ou régionales (contrats etc) 

Il ne faut pas non plus se prendre trop la tête ou grossir le problème.  Partant du prévu dans le Pacifique : 4 POM, 2 remplaçants FS, les AVISMAR.  Existant : 2 BSAOM.  Le niveau d'équipement des remplaçants FS sera déterminant pour analyser les besoins sup. 

Je suis d'avis que, dans une optique "montée en puissance", il faut aller à l'essentiel et éviter les "cathédrales dans le dessert" (selon l'expression italienne à propos des investissements dans le Sud) Exemple, les super hélicoptères c'est bien, c'est le top et blablabla. A côté faut peut-être acheter des hélicoptères plus simples et moins chers, genre H 145, afin de faire nombre. Il faut une capacité ASM avec des ATL2 ou successeur, un capacité guerre des mines, capacité à déployer un groupe amphibie avec des hélicoptères... Un LSVP + frégate (en sus des FS NG) Le plus compliqué, si envisagé, c'est le déploiement d'un soum.  Tout ça peut se faire dans un programme d'urgence sans que ce soit la mer à boire (voir système allemand pour les 100 milliards, emprunt hors budget) 

il y a une heure, capmat a dit :

Des deux côtés, métropole et îles, il faut des infrastructures et des moyens dimensionnées pour des passages fournis, rapides et réguliers.

ce qui dit l'Amiral, c'est que l'on ne peut pas vraiment compter sur les moyens métropole, à la fois en termes de délais de transit et de permanence. Faut avoir un noyau solide sur place.  

  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 41 minutes, Fusilier a dit :

Sachant que l'on s'appuie sur les capacités locales ou régionales (contrats etc) 

je voulais donner un ordre de grandeur sur le ratio MCO hommes/tonnage , en donnant une priorité sur les capacité uniquement locale à redimensionner ( Papeete/Noumea), justement comme le dit @capmat pour entretenir une présence/réseau sanguin.

 

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

7 hours ago, capmat said:

 six cent mille habitants qui ont "la nationalité" française.

 

Pardon mais c'est ce genre de propos qui donne le sentiment aux outre-mers d'être exclu de la France.... Ils sont français tout autant que ceux de la métropole et méritent tout autant. Surtout au vu des enjeux dans la zone qui ne vont faire que croitre et s'amplifier avec le temps.

Je suis par contre d'accord avec le reste de ton propos !

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

8 hours ago, Fusilier said:

Ce qui dit l'Amiral, c'est que l'on ne peut pas vraiment compter sur les moyens métropole, à la fois en termes de délais de transit et de permanence. Faut avoir un noyau solide sur place.

La question c’est où? Et quoi?

Parce que baser des frégates à Papeete ce serait un peu hors sujet… trop loin et sans intérêt stratégique.

A vrai dire je ne vois que 2 bases logiques: La Reunion et Noumea. Chacune avec ses points d’appuis avancés - Singapour/Lumut (Malaisie)/ Djakarta pour les navires Reunionais et Guam pour les navires Calédoniens, qui pourraient servir pour les escales, rotations d’équipage etc (en supposant des équipages doubles).

Entre les 2, La Reunion est mieux placée que Nouméa, et permet de couvrir l’Ocean Indien qui est plus critique encore que le Pacifique.

Après question moyens il faut au minimum 2-3 frégates relativement bien armées sur zone avec double équipage, peut être 2 à la Réunion et 1 à Nouméa. Peut être ajouter une mission Jeanne d’Arc quasi permanente (avec PHA + hélicoptères) ou mieux encore déployer systématiquement un SNA pour des missions longues (6 mois-1 an). Et encore ce serait plus symbolique qu’autre chose.

Edited by HK
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, Asgard a dit :

Pardon mais c'est ce genre de propos qui donne le sentiment aux outre-mers d'être exclu de la France.... Ils sont français tout autant que ceux de la métropole et méritent tout autant. Surtout au vu des enjeux dans la zone qui ne vont faire que croitre et s'amplifier avec le temps.

Je suis par contre d'accord avec le reste de ton propos !

Tu as raison sur la potentielle maladresse....Mais des populations autochtones existaient avant l'arrivée des Anglais, des Portugais, des Hollandais....et des Français.

Je n'ai pas voulu "écraser" l'originalité de ces populations.

Edited by capmat
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 48 minutes, HK a dit :

La question c’est où? Et quoi?

Parce que baser des frégates à Papeete ce serait un peu hors sujet… trop loin et sans intérêt stratégique.

Pour commencer, il y a un ALPACI et un ALIDIEN.. Nous sommes en train de commenter les dires d'ALPACI et du CEMM à propos du Pacifique; c'est-à-dire la zone où nous collaborons à haut niveau avec des alliés (missions Asie, RIMPAC etc) les amiraux pointent, pour cette zone en particulier, le Pacifique, le différentiel de niveau entre nos moyens et ceux de nos alliés.   

L'Indien, bien que l'on puisse considérer ces deux espaces comme connectés, c'est un problème différent. Pour commencer, la Réunion joue un rôle assez marginal, les choses se passent au Nord Indien et reposent essentiellement sur des moyens métro, les FS dans la zone ne peuvent faire que de la figuration et un peu de l'anti trafic.  

C'est  justement sur cette différence entre l'accessibilité aux moyens métro, entre le Pacifique et l'Indien que repose le raisonnement de l'Amiral, pour dire qu'il faut militariser nos moyens dans le Pacifique.

Maintenant, Noumea ou Papeete, c'est assez secondaire. Pour aller au Nord c'est plus près de Papeete...  Ca va plus dépendre des possibilités d'aménagement,  par ce que franchement 500 Nm en plus ou en moins au regard des espaces Pacifique...  

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

59 minutes ago, Fusilier said:

Maintenant, Noumea ou Papeete, c'est assez secondaire. Pour aller au Nord c'est plus près de Papeete...  Ca va plus dépendre des possibilités d'aménagement,  par ce que franchement 500 Nm en plus ou en moins au regard des espaces Pacifique...  

Pas d’accord. Les enjeux stratégiques sont au nord de l’Australie et aussi sur les routes commerciales entre l’océan Indien et l’Asie du Sud Est.

Papeete ce n’est bon que pour aller faire de la figuration à RIMPAC une fois par an - et franchement ce n’est pas la qu’on est attendus (Hawaii c’est l’arrière cour des Américains).

Nouméa est bien placé par rapport à l’Australie. La Réunion est pas mal pour couvrir l’Asie du Sud Est.

Pour rappel, les grandes routes maritimes:

Cax1ApoUsAExrwQ.png

Edited by HK
  • Thanks 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, ARMEN56 a dit :

je voulais donner un ordre de grandeur sur le ratio MCO hommes/tonnage , en donnant une priorité sur les capacité uniquement locale à redimensionner ( Papeete/Noumea), justement comme le dit @capmat pour entretenir une présence/réseau sanguin.

 

 

Aujourd'hui le SSF compte environ 800 pax 

Avec la reforme du MCO de 2019 Les antennes du SSF en OM ont été optimisée avec des modules à 60 pax maximum . 

Les ateliers militaires de soutien outre-mer (AMSOM) disposent des machines outils nécessaires pour les traveaux basiques, avec des personnels competents dans l'ensemble des domaines, pour éffectuer les réparations d'urgences qui ne relèvent pas des marchés d'entretien. Le MCO sous contrat restant à la charge des sous traitants . 

En OM les hangars de stokage des rechanges du Service Logistique de la Marine (SLM) ont été numérisé et couplé aux AMSOM . ( Vue qu'il n'y a pas grand chose dedans il faut faire des appel d'offres ) Tout les fluides sont sous la responsabilité du Service de l'energie operationnel SEO ( ex SEA ) qui a également optimisé ses depots en OM  

A Papeete il y a une équipe supplementaires de 6 pax en charge du dock ( fin prévue 2030) Ensuite un nouveau dock sera en place sous la résponsabilitée du Port de Papeete

 

Je vous recopie un extrait 

À sa prise de fonction Florence Parly, ministre des Armées, avait en effet érigé le MCO comme l’une de ses priorités. 

Différentes réformes ont donc été engagées afin que les matériels en service dans les forces puissent être pleinement utilisés et remplir les missions pour lesquelles ils ont été acquis. Le MCO naval est une condition de la liberté d’action de nos forces armées, sur les mers et sous les mers ». S’appuyant sur les conclusions d’un rapport remis fin 2018 par Jean-Georges Malcor, ancien directeur général adjoint de Thales, Florence Parly avait annoncé en 2019 le lancement de la réforme du MCO naval. Elle lui avait adossé un mot d’ordre, ambitieux et sans ambages : « Il faut que ça vogue ».

Chargé notamment d’appliquer ce plan de modernisation du MCO naval, le directeur du SSF en a présenté les grands axes :

Un travail sur les infrastructures « et sur notre articulation avec le service d’infrastructures de la Défense » ;

Un travail sur les programmes nouveaux, qui sont nombreux et « qu’il faut prendre en charge le plus tôt possible et de la meilleure façon possible. On travaille très en amont avec la DGA, de façon à bien organiser ce qu’on appelle le MCO initial : c’est l’entretien, dès la réception du bateau avant même qu’il soit admis au service actif. »

Un travail sur les projets innovants, « de façon assez volontariste en menant des expérimentations ». Celles-ci, tout comme les expertises et les cartographies, sont facilitées, entre autres, par le recours à des drones aériens ou sous-marins.

L’ingénieur général de Garidel a souligné que les bons résultats de cette politique pouvaient être illustrés à l’aide « des jours de disponibilité technique, c’est-à-dire les jours où un navire donné est techniquement capable de naviguer ». De fait, la disponibilité technique de la flotte est en augmentation : elle oscille « entre 75 et 80% pour les frégates », « plus de 80% pour les porte-hélicoptères amphibie » et environ 50% pour les sous-marins nucléaires d’attaque, « qui sont des bâtiments qui demandent naturellement plus d’entretien programmé ».

Comme l’a rappelé le directeur du SSF, les enjeux auxquels son service doit actuellement faire face sont nombreux : des contraintes constantes (entretien des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins et du porte-avions), la réparation du sous marin nucléaire d’attaque la Perle, l’accueil de nouveaux bâtiments ou encore l’entretien de bâtiments très anciens.

Ces missions sont d’une importance vitale, ainsi que l’a souligné Hervé Grandjean : « S’il n’y a pas de MCO naval, il n’y a pas de dissuasion nucléaire dans sa composante maritime, il n’y a pas de lutte contre le narcotrafic, il n’y a pas de police des pêches, il n’y a pas de préservation de notre zone économique exclusive ».

 

En gros ils ont refait un maximum d'appel d'offres et ceux qui ne font pas le boulot dans les temps on les changes  

 

  • Thanks 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, HK a dit :

La Réunion est pas mal pour couvrir l’Asie du Sud Est.

Essayons de nous en tenir à l'organisation de la marine, zone de responsabilité ALIDIEN et zone ALPACI. En plus chez  nous c'est compliqué, il n'y a pas un seul chef par zone comme chez les ricains ou toutes les forces sont subordonnées au ComSup Pacific;  les moyens marine peuvent être sous le contrôle opérationnel du ComSup FAZSOI ou du ComSup FANC et je n'ai aucune idée de comment sont reparties les missions entre missions zone responsabilité ComSup et les missions ALIDIEN ou ALPACI , je suppose que c'est Paris.  

C'est les FS  de Nouméa ou de Papeete qui font les missions Asie.

Dans l'Indien Nord / Golfe et jusqu'au Sud Inde et détroit de Malacca ce sont des moyens métro qui sont déployés, frégates, ATL2, GAN, guerre des mines, sous-marins: Agenor, TF 150 etc. ou récemment mission Confiance pour l'Amethyste  

Les FS de la Réunion montent quelques fois au Nord Seychelles au sein d'Atalanta ou TF 150 (par ce que les moyens métro ne sont pas disponibles) Elles ont déjà beaucoup à faire à patrouiller dans le Grand Sud et Eparses. Que veux-tu faire les envoyer contrôler le débouché de Malacca?  

 

Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, Fusilier said:

Essayons de nous en tenir à l'organisation de la marine, zone de responsabilité ALIDIEN et zone ALPACI. En plus chez  nous c'est compliqué, il n'y a pas un seul chef par zone comme chez les ricains ou toutes les forces sont subordonnées au ComSup Pacific;  les moyens marine peuvent être sous le contrôle opérationnel du ComSup FAZSOI ou du ComSup FANC

Les FS de la Réunion montent quelques fois au Nord Seychelles au sein d'Atalanta ou TF 150 (par ce que les moyens métro ne sont pas disponibles) Elles ont déjà beaucoup à faire à patrouiller dans le Grand Sud et Eparses. Que veux-tu faire les envoyer contrôler le débouché de Malacca?  

Justement je pense que tout ça devra évoluer. L’approche actuelle est inefficace, inadaptée, et pas à la hauteur des enjeux.

Baser des frégates à Papeete pour faire plaisir à Alpaci et pour qu’il puisse faire meilleure figure devant ses pairs à RIMPAC, désolé ce serait du gaspillage. (C’est l’équivalent de patrouiller devant Norfolk pour « envoyer un message » aux Russes, plutôt que de patrouiller en Medor)

De même envoyer des frégates dans le Grand Sud ou patrouiller les îles Eparses parce que c’est le mandat d’Alindien serait du gaspillage (alors qu’on a l’Astrolabe et bientôt les POM).

Ce qu’il faut c’est des frégates bien armées déployées entre les longitudes 90 degrés et 150 degrés Est.

Edited by HK
Link to comment
Share on other sites

Il me semble qu'il faut considérer la présence mondiale française dans son ensemble.

D'abord la présence "régionale" des nationaux :    Océan Indien                     1 100 000 habitants

                                                                                   Caraïbes + Guyane            1 100 000 habitants

                                                                                   Pacifique Sud                        600 000 habitants 

Notre présence est renforcée par des liens régionaux, économiques, techniques, culturels.

Chaque empreinte est dotée d'une compagnie aérienne long courriers :         Air Austral pour La Réunion                    + dessertes régionales

                                                                                                                                Air Caraïbes pour les Caraïbes               + dessertes régionales

                                                                                                                                Air Tahiti Nui pour la Polynésie               + dessertes régionales

                                                                                                                                Air Calin pour la Nouvelle Calédonie      + dessertes régionales...notamment Wallis et Futuna 

 

L'importance de la nécessité de défendre notre présence dans le Pacifique Sud vient aussi de ce qu'elle représente  66% de notre ZEE (Clipperton comprise)

notre présence dans l'Océan Indien représente                                                                                                                     27% de notre ZEE

notre présence dans les Caraïbes + la Guyane + St Pierre et Miquelon ( longitudes assimilées ) représente                    2,5% de notre ZEE

Notre Métropole + la Corse représentent                                                                                                                                 4,5% de notre ZEE

 

Remarque 66% de notre ZEE sont supportés par la présence de 600 000 habitants.

Il y a une autre notion qui a une importance considérable, ce sont les taux de couverture économiques de chaque "région outre mer"

Je n'ai pas regardé (ou pas encore) ces taux de couverture mais si ils ne sont pas à l'équilibre, cela signifie que ces régions outre mer sont subventionnées par

la métropole......!!!!

Avoir une grande ZEE, c'est bien.....encore faut il la rendre bénéficiaire....en attendant, c'est un concours de bittes.

Bien sûr, cette richesse potentielle est très enviée....donc il faut impérativement la protéger.

Si on considère la géométrie de la géographie, nos îles de l'Océan Indien ne sont pas sur la route entre la Métropole et nos îles du Pacifique Sud.

On peut donc considérer que nos îles de l'Océan Indien ont une importance minorée par cet aspect "géographique".

Sauf que, avec la richesse potentielle en Gaz et en Pétrole du "Canal du Mozambique".....et avec la guerre en Ukraine, notre ZEE de l'Océan Indien est

la plus proche d'être rentable voir même très, très bénéficiaire !!!

Concernant notre présence dans les Caraïbes et la Guyane, elle ne représente pas grand chose au regard de la ZEE, par contre elle est primordiale

en relais sur la route Métropole Pacifique Sud-Est si on a la sagesse de ne pas surestimer la bienveillance de notre allié USA qui se trouve sur la route

directe entre la Métropole et la Polynésie.

De part et d'autre de la Métropole vers nos outre mer, vers l'Est et vers l'Ouest, nous avons la nécessité de disposer de bases de pré-positionnement de forces

pour diminuer le temps d'intervention en cas de crise soudaine.

Une foi considéré le tableau "géographique" de notre présence mondiale....alors on peut aborder l'ordre de priorité du renforcement de notre présence protectrice,

notamment nos moyens et relais de projections stratégiques en proportion de nos moyens localement basés et réciproquement.

                                                                       

Edited by capmat
  • Thanks 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Scarabé a dit :

Les ateliers militaires de soutien outre-mer (AMSOM) disposent des machines outils nécessaires pour les traveaux basiques, avec des personnels competents dans l'ensemble des domaines, pour éffectuer les réparations d'urgences qui ne relèvent pas des marchés d'entretien. Le MCO sous contrat restant à la charge des sous traitants . 

J'imagine que le personnel local fait partie de l'effectif

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, HK a dit :

Justement je pense que tout ça devra évoluer. L’approche actuelle est inefficace, inadaptée, et pas à la hauteur des enjeux.

Des fois je m'avance, souvent simplement à titre d'exemple. Mais là, tu veux tout changer dans le mode déploiement.  Pourquoi pas, mais je trouve tes arguments insuffisants et tu fais preuve d'une certaine approximation. Tu veux envoyer des POM, c'est-à-dire des bâtiments de 80 m / 1300 TPC, conçus prioritairement pour opérer en milieu tropical, se faire branler dans les mers démontées des 50° hurlants et 40° rugissants, avec une température à 7° en été austral et je te laiise imaginer au printemps, automne; que plus est avec rayon de 5400 Nm / 30 jours auto;  alors que le seul transit Réunion - Crozet - Kerguelen - St Paul et Amsterdam et retour ça tourne dans les 4600 / 4700 Nm et les possibilités de avitaillement aux Kerguelen sont pratiquement nulles. Quand à l'Astrolabe, quelle est sa disponibilité réelle aux patrouilles, une fois dégagé de son service aux terres antarctiques transit et arrêt technique compris...? 

Il y a 9 heures, HK a dit :

Baser des frégates à Papeete pour faire plaisir à Alpaci et pour qu’il puisse faire meilleure figure devant ses pairs à RIMPAC, désolé ce serait du gaspillage. (C’est l’équivalent de patrouiller devant Norfolk pour « envoyer un message » aux Russes, plutôt que de patrouiller en Medor)  Ce qu’il faut c’est des frégates bien armées déployées entre les longitudes 90 degrés et 150 degrés Est.

Te voila promu stratège en chef  :rolleyes:  .  

 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, capmat a dit :

Sauf que, avec la richesse potentielle en Gaz et en Pétrole du "Canal du Mozambique".....et avec la guerre en Ukraine, notre ZEE de l'Océan Indien est

la plus proche d'être rentable voir même très, très bénéficiaire !!!

Mais, personne ne dit le contraire (1) Mais, encore une fois, l'Indien est couvert par les moyens métropole en sus des moyens de la Réunion. Une frégate positionnée en TF 150  peut rallier le Canal du Mozambique en 4 jours sans faire péter les bielles, Si nécessaire la Medor peut rallier en 7,  l'ATL2 peut rallier en quelques heures, tout comme les commandos.  

Le Pacifique c'est une autre limonade, les délais sont beaucoup plus longs et du coup le temps sur place est réduit.  C'est là-dessus que repose le raisonnement des amiraux. Maintenant, on peut considérer que le Pacifique c'est loin,  exotique, peu peuplé, avec peu d’intérêt économique, que nos missions en Asie ou que nos manœuvres avec les alliés sont juste un amusement pour amiraux, à la façon de HK. Note que si l'on écoute HK, avec 5 frégates (en tout) pour faire la police en Med c'est suffisant.  

1) d'ailleurs je pense qu'il serait bon de renforcer les moyens de surveillance dans le Canal.

Edited by Fusilier
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Fusilier a dit :

Le Pacifique c'est une autre limonade, les délais sont beaucoup plus longs et du coup le temps sur place est réduit.  C'est là-dessus que repose le raisonnement des amiraux. Maintenant, on peut considérer que le Pacifique c'est loin,  exotique, peu peuplé, avec peu d’intérêt économique, que nos missions en Asie ou que nos manœuvres avec les alliés sont juste un amusement pour amiraux, à la façon de HK. Note que si l'on écoute HK, avec 5 frégates (en tout) pour faire la police en Med c'est suffisant.  

Oui.

Ce que je veux exprimer, c'est que nous progressons régulièrement en force et en capacité vers nos îles du Pacifique mais que tout ce qui se développe dans

ce sens n'est pas prioritairement peint en gris, en bleu ou en vert.

Je suis aussi impatient de voir de vrais moyens de combat positionnés dans le Pacifique.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Member Statistics

    5,966
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Meumeu
    Newest Member
    Meumeu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...