Gibbs le Cajun

Mortier de 81 mm, 60 mm, LG tir courbe

Recommended Posts

Notez qu'en 2017 il avait eu un appel d'offres pour 120  mortiers de 60 mm

http://forcesoperations.com/la-dga-ressuscite-le-mortier-de-60-mm/

je ne sais ce que est devenue cette affaire ,  c'était un appel à candidatures 

https://centraledesmarches.com/marches-publics/Bourges-DGA-SCA-Qualification-et-fourniture-d-un-systeme-d-arme-mortier-de-60-mm-incluant-des-munitions-des-moyens-d-instruction-et-de-soutien-associes/2719774

Donc la question n'est pas si déconnante  que ça , surtout que selon FOB les FS les ont utilisés en Afghanistan.   

Share this post


Link to post
Share on other sites

A noter que l'article de FOB de 2017 mentionne que l'armée Britannique avait adopté en urgence operation pour l'Afghanistan le mortier de 60 mm de Hirtenberger.

Mais elle l'a à peu près aussi vite abandonné, les performances attendues n'étant semble-t-il pas au rendez-vous :

"The M6-640 60mm mortar from Hirtenberger, will also be phased out by April 2019. Like the L110, the M6 was procured initially as an urgent operation requirement and was used by dismounted infantry in Afghanistan. Despite being described as a lightweight mortar, it weighs 18.6kg and has been found to be relatively inaccurate which the Equipment Directorate says has led to minimal use. Various options including the Carl Gustav 84mm AT weapon rotary 40mm grenade launchers are being evaluated as potential replacements."

https://www.overtdefense.com/2018/08/05/british-army-drops-fn-minimi-60mm-mortar-l86-light-support-weapon/

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, Clairon a dit :

A noter que l'article de FOB de 2017 mentionne que l'armée Britannique avait adopté en urgence operation pour l'Afghanistan le mortier de 60 mm de Hirtenberger.

Mais elle l'a à peu près aussi vite abandonné, les performances attendues n'étant semble-t-il pas au rendez-vous :

"The M6-640 60mm mortar from Hirtenberger, will also be phased out by April 2019. Like the L110, the M6 was procured initially as an urgent operation requirement and was used by dismounted infantry in Afghanistan. Despite being described as a lightweight mortar, it weighs 18.6kg and has been found to be relatively inaccurate which the Equipment Directorate says has led to minimal use. Various options including the Carl Gustav 84mm AT weapon rotary 40mm grenade launchers are being evaluated as potential replacements."

https://www.overtdefense.com/2018/08/05/british-army-drops-fn-minimi-60mm-mortar-l86-light-support-weapon/

Clairon

une question bete, d'un ancien marin, un peu biffin, par necessité (corps de débarquement)..

Je lis ici ou là, dans ce fil, tout le matériel qu'il faudrait pour une section ou un groupe de combat. C'est bien.

Mais, cela m'amène à une question simple, lance roquettes, mortier, mitrailleuse et tutti quanti, qui porte les munitions (et combien de poids ça représente) ? combien de temps de feu peuvent porter raisonnablement le reste du groupe (sans etre écrasés par le poids, en plus de leur dotation)... quid de la mobilité, chargés comme des anes ? (écrit autrement, le mortier, oui, tres bonne idée, mais operé depuis un vehicule sur l'arriere, à 100-200 m derriere...)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vois que l'on met en avant les canons sans recul, mais encore une fois on reste dans l'idée que sa compensera d'autres capacités... 

Le pb c'est que l'on ne peut pas avoir une arme qui pourra tout faire, ça fini toujours pareil avec le retour d'armes qu'on pensait remplaçable ou pouvant compenser... 

Par le passé, le canon sans recul, le mortier de 60 mm était complémentaire, l'un par sa puissance en tir direct, l'autre pour l'efficacité du tir indirect et de la variété de munitions rendant plus efficace les effets voulus, pouvant toucher l'adversaire planqué derrière un flanc de colline là ou un sans recul n'aura pas cette possibilité.

Donc je pense qu'on ne peut pas pensé l'appui au travers d'une arme qui ne pourra jamais ou juste à la marge remplacé l'efficacité d'autres armes d'appui. 

L'arrivée de sans recul Carl Gustav ne voit pas la fin du mortier de 60 mm,  c'est surtout la modernisation du Carl Gustav, plus léger qui a permis se retour du concept sans recul qui à une période  avait lâché le sans recul car pas pratique dans un contexte ou sont arrivé les missiles portables et une vision de mobilité basé sur l'optique guerre Froide. Certains pays avaient conservé le concept sans recul via le Carl Gustav, mais on notera que l'optique defensif était aussi encore de mise pour ces pays qui se voyait en première ligne durant la guerre Froide. 

Comme le missile AC portable à était fabriqué en masse, on voyait plus la place du sans recul, mais comme on le verra, le missile Milan montrera de l'efficacité contre des positions argentine durant la guerre aux Malouines en 1982. Avec la fin de la guerre Froide, le retour d'opération avec du combat classique à montrer que l'on pouvait utilisé les stocks missiles important issu de la guerre Froide employable pour tout, mais aussi vu la date de péremption des missiles. On en va en tirer beaucoup à l'instruction, plus que avant pour bien rentabiliser ces achats de la guerre Froide. 

On est arrivé à un moment où entre l'évolution des missiles toujours plus coûteux pour juste les employer contre du rebelle rustique en babouche , une dotation bien moins importante dans les stocks de guerre, de facto avec l'évolution des materiaux plus léger et les nouvelles technologies pour les fabriquer, on a revu les possibilités pour le retour du sans recul.

Comme on l'a vu en France, le LRAC de 89 mm a était ressorti pour l'Afghanistan, les AT4 ayant pas toute les qualités apparemment , les US eux ont carrément remis les LAW 72 modernisé, mais sans qu'il soit une solution de remplacement, mais plutôt du retour d'une capacité complétant les autres armes d'appui sans qu'elle soit remise en cause.

Pour les missiles, on a vu que des pays du Golfe fournissant la "rébellion syrienne" se sont fait recompleter en missile AC par les pays comme les USA ou la France. Je pense que vu se qui était tiré ça a du mettre à jour les stocks des pays du Golfe qui eux aussi pouvait voir les limites via la date de péremption. Au final le missile c'est aussi une gymnastique de gestion selon les besoins et les limites de péremption bien plus qu'avec des munitions types roquettes ou obus, cartouches etc... 

Enfin voilà, les US ont du Carl Gustav mis en place, mais ils n'abandonnent pas le mortier de 60 mm, vu qu'ils pensent l'appui comme un ensemble de capacité et donc d'armes diverses et pas au travers d'une vision ou l'arme qui compensera car vu comme multi-emploi selon une situation, mais qui ne tiendra plus quand arrivera une autre situation opérationnelle. 

Donc l'appui reste la convergence de qualité de diverses armes spécifique en étant une boîte à outils qui s'adaptera vite aux profit des fantassins, et pouvant offrir une puissance de feu importante via toute ces armes en attendant ou pas selon le besoin du plus lourd via du 155/120 mm ou l'aviation. 

Donc du sans recul, du mortier de 60 mm, du 81mm, du missile AC, mitrailleuses lourdes calibre 50 ou de 7,62 mm restent cohérent car se complétant. Mais voir dans une de ces  armes une possibilité de polyvalence qui pourra compenser est juste impossible. 

Voilà mon humble avis sur la question. 

Edit : à Hûé en 1968, les marines qui étaient plus sur du combat de jungle ont du ressortir de l'armurerie des armes d'appui qu'ils ne pouvaient pas employé en jungle, la finalité est que leur boîte à outils armes d'appui étaient variée et complète, et non à moitiés remplie, avec pas les bons outils, du genre outil multi emploi qui a ses limites face à une situation, l'outil multi emploi c'est surtout pour la petite bricole.. 

Ça permettra donc aux marines après des tâtonnements face à l'urgence et des pertes tout en étant bloqué tactiquement offert avec cette boite à outils complète de débloqué la situation tactique. Même les gaz type CS ont était de mise, et les masques à gaz bien pratique. Comme quoi du matos emporté en plus en opex ou pouvant être stocker sur place reste le meilleur moyen de faire face à des pb. 

Edited by Gibbs le Cajun

Share this post


Link to post
Share on other sites

On en revient sur le principe du groupe (voir de la section) d'appui polymorphe apte à être équipée et employée avec toute une gamme d'armement différent en fonction du contexte.

Le souci de cette pratique c'est que pour pouvoir être  efficace avec une arme il faut l'employer souvent. Or plus il y a d'armes en dotation, plus le temps alloué à chaque arme est faible. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il nous manque des lance-roquettes de petit calibre aussi comme armes à tir courbe, au Mali les forces spéciales du groupement Sabre ont dû demander l'appui de l'artillerie malienne parce qu'ils manquaient d'armes lourdes


Je suis tombé sur ce lien d'une conférence donné par le patron de la TF Wagram, les 4 canons Caesar qui ont appuyé les Irakiens et les Américains pendant la bataille de Mossul en 2017, j'ai pour l'instant juste écouté le deuxième fichier audio jusqu'à la 50ème minutes, ça commence à être intéressant à partir de 9 minutes

http://www.asso-minerve.fr/event/conference-enseignements-de-la-bataille-de-mossoul/

en alerte 15 minutes permanente, en général ils mettaient 7 minutes à être prêts au tir

Daesh est considéré comme une armée, même si ressemble à une insurrection, pour nous un ennemi symétrique. Il s'est distingué par une organisation rigoureuse des troupes sous un commandement centralisé capable de combiner manoeuvre et feu, de planifier et coordonner, disposait de capacités militaires complètes, même si ses équipements étaient disparates et parfois artisanaux, y compris une certaine capacité NRBC et cyber, des véhicules blindés suicides, les VBIED, très élaborés, étaient employés comme un char du pauvre pour créer un choc qui était exploité dans la foulée, donc utilisés comme une véritable capacité d'appui feu en appui de leur mannoeuvre.
En août Daesh disposait de capacités d'innovation tactique et d'adaptation réactive avérée : attaque de drones en essaim, bascule d'effort, créaction et exploitation de l'effet de surprise, identification et exploitation des faiblesses adverses : Effort sur les limites de fuseaux amis (attaque entre deux unités amies), attaques sur les arrières (infiltrés par réseaux souterrains ou tunnels pendant la nuit), ciblage dynamique des PC irakiens et des capacités critiques, par exemple les démineurs irakiens.
Annulation des avantages de la population : utilisation de la population civile pour se protéger et , utilisation cyberespace, s'adaptait en guère plus d'une journée aux innovations de la coalition, initiative tactique. Essaims de 12 drones capables de larguer des grenades de 40 mm précises (dans des puits de tourelles de char), drone spour renseigner et coordonner leur manoeuvre, capacité d'artillerie et de mortiers. Notamment par des Tchétchènes qui avaient servi dans l'armée russe et servaient très correctement les 122D30.
Menace cyber : plutôt sur les arrières : les familles : capacité de Daesh à chercher sur les réseaux sociaux pour mettre la pression sur la famille à l'arrière, ou alors que la famille poste des infos sur les militaires au combat. D'où pas accès à internet pendant 3 mois, et au bout de 3 mois contact avec la maison par VPN.
Forces 2 BCT de la 82nd airborne : conseillers insérés dans les bataillons irakiens pour les aider à concevoir leur manoeuvre et s'assurer que les feux étaient coordonnés avec la manoeuvre irakienne. unités déployés d'artillerie, de renseignement et de génie.
Irakiens : ICTS = Golden Division, FEDPOL (police), armée irakienne, milices chiites. 6000 pertes au combat pour les Irakiens, pas très forts en soin, la majorité des blessés décédaient. Mais ont continué le combat, donc moralement fortes.
Toutes les actions et relances d'offensives ont été précédées de feux massifs de la coalition. Ont conquis un avantage décisif sur Daesh en les privant de l'initiative puis en détruisant progressivement son potentiel de combat.
Les populations civiles n'osaient pas sortir de la ville par peur des milices chiites.
Daesh ont utilisé les populations civiles : entassé les civils dans des immeubles, bourrés d'explosifs, fermé les porte, tiré depuis les toits, pour provoquer les tirs américains et des pertes civiles, pour freiner l'avance de la coalition. Pour avancer fallait générer des risques qui généraient des risques pour la population, équilibre difficile.
Unité française : Appuyer par le feu la conquête de Mossul, mission simple et rare.
23' : Organisation et commandement : brigade américaine FALCON : avec un TACON sur l'unité française, intégrait dans les plans de feu de la colition, sous contrôle opérationnel de la divion US, en action d'ensemble de la division US, qui donnait les ordres
Pour les feu, délégation de tir jusqu'à un certain niveau de risques, quand le niveau de risques était dépassé j'appelais Paris, ça m'est arrivé une douzaine de fois d'appeler le CPCO, ça n'a jamais été un frein, et a montré aux US l'implication du niveau stratégique, qui a donné son accord
Chaîne soutien, à partir de la base d'Abhu Dabi, qui n'a jamais été un frein : un Antonov tous les 15 jours, 800 obus.
26': Bataille de Mossul : 19 février 2017 relance de l'offensive
sur 2 axes : les FEDPOL par le sud et l'ICTS par le sud-ouest. Précédés par une phase de feux massifs, notamment PC de Daesh dans l'aéroport de Mossul, couché par des roquettes HIMARS, une roquette tous les 10 mètres. Irakiens sont venus sur la vieille ville de Mossul, enchevêtrement de quartier un peu comme la casbah. En parallèle, 9ème division blindée a contourné Mossul par l'ouest pour couper les renforts qui viendraient de Tal Hafar ou la Syrie.
Unité française à portée de tir, sur un comportement de terrain ouvert. Ennemi en défensive : tranchées, tunnels, pièces d'artillerie, mortiers. la 36ème division blindée irakienne a remonté le terrain, a mis à la disposition des Français un drone américain en permanence, et on a chassé l'ennemi, on a détruit une katiba (entre 100 et 120), détruit plusieurs mortiers, un 122d30, avec des observateurs qui étaient des drones américains, des forces spciales et des drones des forces spéciales de la coalition.
Cette première phase nous a permis de nous imposer rapidement en montrant que l'artillerie française tirait en face en quelques minutes. Consacre la précision du Caesar, la complémentarité de l'artillerie et des drones, ou des appui-feux en général et des drones.
Technologie : ça met en lumière que dans des contextes de guerre, notamment avec des forces alliées de niveau inférieur, on aura toujours des unités qui se balladent sur le terrain sans qu'on sache où elles sont. Les US avaient pourtant des blue force tracking, mais il existe toujours le brouillard de guerre, on a failli faire un tir fratricide, juste quand on dézoom le drone on s'aperçoit qu'on a une section d'Irakien qui viennent de sauter dans la tranchée. On a failli envoyer une dégelée sur une unité amie.
Avec la 36ème brigade irakienne on a pratiqué un tir qu'on avait jamais effectué en opération : on a appuyé le débouché d'une brigade par un tir fumigène de 1,5 km de long pendant 45 minutes
On a aussi déclénché un tir qu'on avait jamais pratiqué : pour faire détonner des explosifs. On ne sait pas ce que ça a donné.
Sur la rive est la 16ème division irakienne : on a pratiqué des feux d'appui au contact, mais également une manoeuvre de déception : des feu au nord, alors que la manoeuvre était de déboucher par le sud. Exemple d'effet non cinétique, influencer le champ des perceptions.
Ici (montre sur une carte) dans un petit village le 13 mars on a brisé une contre-attaque de Daesh : mauvaise météo, pas d'avions, pas de drones, on était les seuls à portée, les Irakiens avaient pris un village, pendant la nuit Daesh les en avaient chassés, les Irakiens étaient pris sous le feu. Plus gros tir du mandat : 72 obus, puis à nouveau 72 obus, puis on a entretenu le feu pendant que les Irakiens montaient à l'assaut, on a détruit une deuxième katiba de Daesh ce jour-là.
37' : Phase de grignotage : les Irakiens ont étendu au fur et à mesure leur dispositif à l'est et à l'ouest:  emploi du génie centralisé : les Américains ont employé le génie pour lever des merlons de 10 km de long pour se protéger des VBIED, dont tout le monde avait une peur bleue (montre un film de propagande de Daesh).
Pour gêner la manoeuvre des VBIED, toutes les nuits la coalition larguait des bombes pour faire des cratère sur les routes et Daesh allait ensuite combler les trous avec des Bulldozers
Groupe mortier qui venait tirer au milieu d'un village tous les jours sur des amis. Pour réussir à les attraper, embuscade d'artillerie : déclencher autour du vilalge des rideaux fumigènes pour faire croire que l'infanterie attaquer, ils ont sorti leurs mortiers, et les radars de contre-batterie US, HIMARS et avions étaient déjà prêts et les ont détruits
...
44' : 1/3 des feux par l'artillerie, 2/3 soit par l'aviation soit par les drones. HIMARS 5%. Souvent combinaison des feux, une bombes de l'aviation va bien casser une structure mais pas forcément du personnel à découvert. Cratérisation, déception, embuscade d'artillerie, les US ont aussi couché un bâtiment pour avoir des vues sur l'ennemi.
Début de la bataille de Mossul : 250 tirs ennemis par jour. L'artillerie US a utilisé 50% de ses tirs, pendant trois mois, pour détruire l'artillerie ennemie.
Canons montés sur des camions, qui vont se cacher sous des ouvrages d'art sur lesquels la coalition ne veut pas tirer parce qu'elle ne voulait pas détruire tous les ponts
Importance Systèmes de combat, l'organisation, les radars
49' : types d'obus
60% d'obus explosifs pour destruction ou interdiction
27% éclairant
13% Fumigènes
2% : obus de semonce, à létalité réduite, que les US ne possédait pas, ont permis de faire cesser une menace en faisant peur à l'ennemi, de l'obliger à manoeuvrer, par exemples les US ne savaient pas si c'étaient des ennemis, nous ont fait tirer à côté de lui pour l'obliger à bouger et préciser le renseignement, et ensuite le traiter.
Munitions de précision US : que nous n'avons pas en France : Excalibur et PGK : précision à moins de 10 mètres et à moins de 20 mètres.
Mes canons étaient positionnés à 30 km du centre de Mossul, les obus tombaient dans un rectangle de 1 km de long, on ne pouvait pas tirer dans le centre de Mossul. Mais les munitions classiques restent pertinentes dans des espaces ouverts, on a tiré dans des espaces très contraints, sur le Tigre (fleuve), sur les berges, pour neutraliser des embarcations, le Caesar reste précis.
kits de réduction de traînée de culot : utilisés par les US pour augmenter la portée de leurs canons, nous on tirait 10 km plus loin
3 katibas détruites : on avait un peu oublié la puissance des feux d'artillerie massif. 53'

Edited by starpom
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
15 hours ago, g4lly said:

Résultat pour tirer près ... il faut un tir extrêmement lobé ... très sujet a la déviation par le vent.

Est-ce que ce serait une solution de doter une personne dans le groupe d'un lance-grenade 40mm en stand alone ou UGL pour faire du tir direct? Je pense par exemple à en doter le chef d'équipe de contact.

16 hours ago, g4lly said:

Le seul avantage de l'AT-4 sur le CG ... c'est le tir en milieu confiné grace au contre poids intégré, proposé sur quelques munition. Sinon ce sont les même munition ....

Je sais bien. Cependant je signale juste que le peloton des Marines a un unique CG par 15 hommes tandis que la section française a 1 AT-4 pour 4 personnes (plus en comptant les sections d'appui).

Share this post


Link to post
Share on other sites

L AT-4 c'est comme une seule munition de CG ...

Répartir les AT-4 dans la section revient a répartir les munition de CG dans la section.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
3 hours ago, g4lly said:

L AT-4 c'est comme une seule munition de CG ...

Répartir les AT-4 dans la section revient a répartir les munition de CG dans la section.

D'un autre côté, un CG demande un servant tandis que l'AT4 est juste un équipement personnel

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
11 minutes ago, mehari said:

D'un autre côté, un CG demande un servant tandis que l'AT4 est juste un équipement personnel

Le CG ne demande un servant que pour recharger pendant le combat ... le premier coup peut se tirer tout seul ... on peut désormais transporter le CG chargé prêt a tirer. Si le tireur n'est pas sous pression et qu'il dispose d'une munition de rab il peut aussi recharger lui même. Le servant sert surtout a transporter des munitions ...

On avait fait le comparatif de masse ... entre CG plus munition et AT-4 ... il me semble qu'a partir de 3 coups le CG est avantageux ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et rien n'empêche d'avoir les deux :

au sein du groupe d'appui un CG servis par 2 pax et une MAG aussi avec 2 pax et 1 CDG, dans les groupes de voltige : un ou deux AT4 "en bandoulière" pour les GV 300 si la situation le nécessite (même si je crois que l'organisation en équipe 300/600 n'est pas la meilleure solution).

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 minute ago, g4lly said:

Le CG ne demande un servant que pour recharger ... le premier coup peut se tirer tout seul ... on peut désormais transporter le CG chargé prêt a tirer.

On avait fait le comparatif de masse ... entre CG plus munition et AT-4 ... il me semble qu'a partir de 3 coups le CG est avantageux ...

Raison pour laquelle je le vois mieux en groupe d'appui: des AT4 dans les groupe de combat et un ou deux CG en appui.

Si on dit que le CG peut être utilisé à condition de ne pas le recharger, ça défait un peu l'avantage...

1 minute ago, Clairon said:

Et rien n'empêche d'avoir les deux :

au sein du groupe d'appui un CG servis par 2 pax et une MAG aussi avec 2 pax et 1 CDG, dans les groupes de voltige : un ou deux AT4 "en bandoulière" pour les GV 300 si la situation le nécessite (même si je crois que l'organisation en équipe 300/600 n'est pas la meilleure solution).

Clairon

Moi j'aime bien l'idée des groupes en deux parties asymétriques.

Sinon, si la situation ne justifie pas un AT4, j'avais suggéré l'emport de 2 M72 à la place de l'AT4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, mehari a dit :

Moi j'aime bien l'idée des groupes en deux parties asymétriques.

Sinon, si la situation ne justifie pas un AT4, j'avais suggéré l'emport de 2 M72 à la place de l'AT4

Il semble assez difficile pour le CDG de gérer et le courte-portée (équipe 300), l'appui (équipe 600) et la liaison avec le CDS. De même les équipes à 3 sont sous-dimensionnées.

C'est pour cela que regrouper cela autrement avec des équipes à 4 et deux groupes pure voltige et un gros groupe appui semble plus efficace selon (je sais j'insiste un peu trop) les essais du Col Goya.

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 2/18/2020 at 10:55 PM, Clairon said:

Il semble assez difficile pour le CDG de gérer et le courte-portée (équipe 300), l'appui (équipe 600) et la liaison avec le CDS. De même les équipes à 3 sont sous-dimensionnées.

C'est pour cela que regrouper cela autrement avec des équipes à 4 et deux groupes pure voltige et un gros groupe appui semble plus efficace selon (je sais j'insiste un peu trop) les essais du Col Goya.

Clairon

Je suis d'accord avec la double équipe de 4 mais je maintiens que je préfère (du moins dans l'idée) une construction asymétrique. Cependant, j'aimerais aussi introduire suffisamment de flexibilité pour laisser le choix au chef de groupe ou de section de passer son (ou un de ses groupes) dans une configuration symétrique. Pour simplifier les choses, j'étudie pour l'instant les technologies disponibles (notamment en termes de munitions) pour permettre cette flexibilité mais je ne suis pas prêt à formuler une organisation de section (il faut entre autres choses que je fasse les simulations balistiques).

 

Sinon, je suis tombé sur une variété de mortier/lance-grenade de 50mm. Le 60mm étant vraisemblablement trop lourd pour un usage utile en section (et du coup à réserver à la compagnie), pourquoi ne pas se pencher sur l'usage d'un mortier de 50mm? J'ai personnellement trouvé trois exemples intéressants (RM-38, LG 50mm Mle 37 et le Type 89 knee mortar) datant de la seconde guerre mondiale. Améliorer le LGI comme je l'ai suggéré plus haut (ajout d'un bipied pour visée plus aisée) pour suivre certains des principes des systèmes ci-dessus pourrait être intéressant.

Est-ce quelqu'un sait quelle charge explosive se trouve dans une grenade de LGI?

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La fiche officielle dit mortelle dans un rayon de 20 m, dans les 250 g d'explosif maxi à mon avis mais cela depent si elles sont conçu expressément pour ne pas projeter d'éclats trop loin :

''https://www.defense.gouv.fr/terre/equipements/materiels-specifiques/infanterie/armement/lance-grenade-individuel

Un site sur les grenades françaises à de bonne fiche sur les grenades à fusil ;

http://titus2h.e-monsite.com/pages/apres-guerre/39-les-grenades-a-fusil-d-apres-guerre.html

http://titus2h.e-monsite.com/pages/contemporaine/45-grenades-explosives-contemporaines.html

Grenades défensives modèle F1 et F1A :

C'est une grenade conçue début de années 2000 par Titanite SA à Pontallier sous la désignation LU213 et en service dans l'armée française. Elle présente un corps de forme ovoïde quadrillé en matière plastique, moulé, fermé au fond par un bouchon. Le corps renferme un manchon métallique pré entaillé (de 100 g produisant 1100 éclats d'environ 0.09 g) et des billes d'acier de  1,2  à  2,4 mm  de  diamètre  disposées  aux  deux extrémités ;  Son poids est de 280 g (BA de 55g inclus) dont 90 g d'hexolite (Composition B).
La grenade Mle F1 est amorcée par un BA F11 seulement et la grenade Mle F1A peut être amorcée par un F11 ou un F13. La différence entre la grenade défensive Mle F1 et F1A se trouve dans la forme de l’alvéole qui reçoit le bouchon allumeur.
La nouvelle grenade défensive reprend le concept de grenade à fragmentation à périmètre limité. En effet, les grenades défensives type F1 1915 ou Déf 37/46 projetent des éclats dangereux jusqu'à 100 m et nécessitent leurs envoies sous couvert d'un abri. Les nouvelles grenades à manchon de fragmentation sont mortelles sur un rayon de 10 m avec un périmètre de sécurité de 22 m théorique ce qui évite d'exposer le lanceur aux éclats.

 

Edited by collectionneur

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention, les grenades LU213 sont des grenades à mains, aussi conçues par la firme Titanite, comme les grenades de LGI, mais les caractéristiques données ici par @collectionneur sont pour les grenades à main et non celle de 51 mm lancées par LGI :

 

Grenade explosive antipersonnel pour LGI de 51 mm Mle F1 (GR EXPL AP LGI F1) :
De couleur verte armée. Efficacité : grenade mortelle dans un rayon de 20 m.

Grenade fumigène pour LGI de 51 mm Mle F1 (GR 51 FUM PH LGI F1) :
De couleur verte pâle fumigène. 

C'est une grenade dans la charge fumigène est constituée de phosphore et qui combine un effet fumigène et incendiaire. Elle explose à l'impact ne laissant que quelques débrits.

Après être passé de la FN et Titanite à Rheinmetall, c'est RUAG qui s'en occupe actuellement :

https://www.edrmagazine.eu/ruag-second-generation-fire-support-weapon

"At Eurosatory, RUAG Ammotec showcased the second generation of the FLY-K MK2 Stealth Weapon System. Developed to meet the latest French Army requirements, the new system includes an improved Individual Grenade Launcher (IGL) which features a new digital range indicator mounted on top, and a new lighter base plate. The 4.83 kg IGL is specially designed for close combat range providing extended firepower. The combination of its ease of use, a wide range of grenades and less lethal product available such as a grapnel and staircase at 30 metres in height, make it an effective and flexible system.

The FLY-K MK2 ILG can be carried safely loaded with a grenade, has no possibility of double ignition, and can be safely fired from sandy or rocky areas. Unlimited firing is possible as there is no overheating of the launcher.

The wide range of FLY-K grenades includes the HE-FRAG MK2 with a range of 900 metres, SMK-WP smoke grenade, the VI-ILL that provides visual illumination that has a 25 second burning time, the IR-ILL that provides infrared illumination, and the TP-T for target practice with a smoke tracer to mark impact and firing precision.

With armed forces increasingly deployed in out-areas and night operations where troops are exposed to numerous threats, keeping a low spectrum firing signature is vital. The FLY-MK2 has been designed and developed by Cathyor Engineering SA in Switzerland to give the troops an advantage of being able to engage the enemy without betraying its location. During night operations, the IR-ILL grenades are not detectable when firing, and display on its trajectory provides an important tactical advantage.

When the FLY-K MK2 stealth weapon system is fired it has a noiseless firing signature, 52 decibels at 100m from the launcher, a heatless firing signature that is undetectable by IR sensors, a smokeless and flashless firing signature that cannot be detected in daylight or at night, and a scentless signature."

Clairon

Edited by Clairon
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Clairon j'ai mit en gras le passage sur la grenade a main pour indiqué que les munitions sont maintenant traité pour réduire leur rayon d'action. On ne peut plus faire d'estimation avec un ratio charge explosive/rayon d'action maintenant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une arme à tir courbe qui me paraît très intéressante, c'est le turret-independant secondary weapon station (TSWA) monté à l'arrière de l'IFV Puma, un lance-grenade 6 coups de 40 mm (devait être de 76 mm au départ), avec une portée maximale de 400 mètres : son rôle semble être d'envoyer des fumigènes, ou alors d'arroser l'infanterie adverse qui se trouverait un trop proche, sans avoir à débarquer du véhicule. Je crois que le plus proche qu'on a sur nos véhicules doivent être les lance-fumigènes GALIX, à la précision toute relative. Je me demande si c'est ce genre de capacité que recouvrent les mortiers de 60 mm embarqués sur les Merkava et Namer israéliens.

 

puma7.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Galix prend moins de place, mais ne porte qu'à 50 m en anti-personnel/protection ... La précision n'est pas le but recherché, sur un arc de plusieurs dizaines de degrés on balance des shrapnels anti-fantassins, on fait pas de la frappe chirurgicale pour cautériser une hémorroide douloureuse à un GAT approchant d'un peu trop le VBCI ..

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sais qu'en théorie c'est possible, mais a-t-on a réellement déjà envisagé d'utiliser le Galix, avec des munitions antipersonnel, concrètement, en opérations ? Si oui à quel moment ?

Edited by starpom

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 hours ago, starpom said:

Une arme à tir courbe qui me paraît très intéressante, c'est le turret-independant secondary weapon station (TSWA) monté à l'arrière de l'IFV Puma, un lance-grenade 6 coups de 40 mm (devait être de 76 mm au départ), avec une portée maximale de 400 mètres : son rôle semble être d'envoyer des fumigènes, ou alors d'arroser l'infanterie adverse qui se trouverait un trop proche, sans avoir à débarquer du véhicule. Je crois que le plus proche qu'on a sur nos véhicules doivent être les lance-fumigènes GALIX, à la précision toute relative. Je me demande si c'est ce genre de capacité que recouvrent les mortiers de 60 mm embarqués sur les Merkava et Namer israéliens.

Il y a une proposition de Lacroix dans ce sens ... c'est une lanceur multiple fly-k ... orientable. Il y a 12 coups pret en 3 rang de 4 ... ca tourne et ca s'incline selon la direction et la distance voulu. A priori ca ne semble pas intéresser grand monde.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, g4lly a dit :

Il y a une proposition de Lacroix dans ce sens ... c'est une lanceur multiple fly-k ... orientable. Il y a 12 coups pret en 3 rang de 4 ... ca tourne et ca s'incline selon la direction et la distance voulu. A priori ca ne semble pas intéresser grand monde.

Lacroix et le Fly-k ? C'est nouveau ça ... C'est pas plutôt RUAG ou Rheinmetall ?

Clairon

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Clairon a dit :

Lacroix et le Fly-k ? C'est nouveau ça ... C'est pas plutôt RUAG ou Rheinmetall ?

Clairon

L 'Armée de terre à aussi percu 48 MODER  en 2015/16 (Ils avaient été commandé en urgence opération suite à des RETEX de Sangaris) et ils ont été qualifier par la DGA en 2017

Le MODER Moyen de défense rapprochée

Est un lance grenade Galix portable particulièrement efficace en control de foule avec sa particularité à tirer des munitions non létales Galix 29 et 46 ainsi que d'autres explosifs spécifiques. 

sSGqOuisr4EqxpYgEY22wijnWkQqji-8hn6CGYM1

 

Les Regiments du genie les ont en dotation

Et il se trimbale dans un VT4 (photo 2 REG

47681630_2273621756258608_42942470557542

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,487
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Christian092
    Newest Member
    Christian092
    Joined
  • Forum Statistics

    20,844
    Total Topics
    1,300,636
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries