Alexis

Covid-19 - Impact économique mondial

Recommended Posts

Il y a 2 heures, Lezard-vert a dit :

La Grèce n'a peu la peau de l'UE mais peut être que le Coronavirus va l'avoir...

rien ne sera plus comme avant a dit Macron et pourtant,  je ne pense pas que les Allemands mettrons de l'eau dans leur bière (faute de vin)  ....( les Hollandais non plus ; mais vu la gestion de la crise peut être que leur gouvernement n'y survivra pas).

Ça fait bientôt 20 ans que j'entends que la prochaine crise mettra l'euro à genoux. Oui, depuis que l'euro existe. Et pourtant, il est encore là.

Alors vous comprendrez que les oiseaux de mauvais augure finisse par ne plus atteindre mon oreille.

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 9 heures, true_cricket a dit :

C'est quoi un système monétaire alternatif? Une autre monnaie que les allemands appelleraient Mark?

L'Euro est un Mark un peu dévalué.
Techniquement ça serait un EuroDeutsheMark réservé au club du nord du Rhin qui devrait s'apprécier. Et nous on aurait un EuroFrancPesetasLire qui devrait se déprécier. Enfin à terme j'imagine qu'on trouverait un terme technos, ou que chaque pays reprendrait le contrôle de sa monnaie. C'est la situation que je redoute si il n'y a pas une entente au niveau européen.

 

 

Il y a 6 heures, Boule75 a dit :

 

As-tu des données là-dessus ?

Moui. En attendant les taux d'emprunt souverain, qui s'étaient tendus voici 10 jours, sont revenus à des niveaux bien bas avec peu d'écarts entre Italie, France, Espagne et Allemagne.

Tape "Target2 Imbalance" dans ton moteur de recherche préféré. Target 2 ne représente pas une "dette" que contracterait les pays déficits vis à vis des pays surplus, mais il montre les déséquilibres dans les transactions bancaires.
En fait je prends un exemple, en France tu prends le département de Paris, et celui de l'Ariège. Le premier a un fort PIB, une démographie forte, un fort dynamisme. Le second est sous peuplé, pauvre et avec une activité industrielle déclinante, en plus zone montagneuse en partie qui requiert de lourds investissements. Pour ajuster les niveaux de vie l'Etat français agit pour redistribuer une partie de la richesse de Paris vers l'Ariège, à travers les impôts, la sécu etc ... A l'échelle européenne tu n'as pour l'instant pas ce mécanisme (le budget de l'UE n'a pas la taille critique, même à travers les fonds structurels) donc les pays qui ont un avantage creusent la différence avec les zones plus pauvres. C'est notamment le problème avec une Allemagne très attractive pour les capitaux étrangers (population bien formée, cadre légal/culturel, outil industriel, services publics, salaires modérés). Si tu as de l'épargne monétaire vaut-il actuellement mieux aller l'investir dans un pays en excédent commercial ou en plus les lois sont trèèèès favorables au patrimoine, ou dans un pays ou les perspectives sont plus difficiles ? Non seulement l'Allemagne a des excédents vis à vis des autres pays, mais son avantage ne fait que se renforcer.


 

Il y a 4 heures, Fusilier a dit :

Ca demande démonstration, chiffres à l'appui. A ma connaissance le système bancaire allemand est loin d'être en forme, la DB est proche de la faillite. A contrario,  Santander est la plus grosse banque UE et solide, même si son ratio de rentabilité est inférieur à HSBC  A contrario DB ne rapporte presque rien elle a même des pertes

Le problème des banques européennes, c'est qu'elles ont des créances les unes avec les autres. Techniquement juste l'effondrement d'une ou deux institutions moyenne menacerait l'ensemble du système bancaire (comme en 2008 en fait ou le sacrifice discutable de Lehman Brother a déclenché la crise bancaire fin 2008 malgré le plan américain). Le crédit de Bilbao crève ? Il ne peut plus rembourser Santander. Santander passe par pertes et profits, et elle perd ... plus que ce qu'elle ne peut encaisser, elle fait faillite, sauf qu'elle devait de l'argent à 10 autres banques, qui devaient de l'argent à la DB et à BNP ... etc ... faillite en chaîne à cause d'un seul domino défaillant. C'est aggravé par la quantité limitée de dépôt des banques (en liquidité), je pensais qu'après 2008 elles devaient avoir 6% de leur bilan en liquide, en réalité on est plutôt autour de 1% ... Il suffit qu'elle ne puisse pas faire face à une petite partie de leurs dettes pour que les taux montent sur le marché interbancaire, ou qu'elles déposent le bilan.

Pourquoi alors qu'elle est en faillite (objectivement) la DB continue à magnétiser de l'argent ? c'est vrai qu'il y a la un paradoxe. C'est parce que les fonds de ces banques ne sont pas garantis de la même manière.
Si tu veux c'est un peu comme si les différents pays avaient une police d'assurance différentes. In fine c'est bien l'épargne des citoyens/résidents qui garantie la solvabilité de cette police d'assurance, plus ou moins crédible selon la situation macro économique de ces pays (et l'Etat garantie ces dépôts ... sur la foi des dépôts eux même, c'est une boucle). Et l'Allemagne a des tonnes d'épargnes (dans des banques en faillites certes, mais "Too big to fail".)
Pour diverses raisons (voir le fil Allemagne ou j'ai expliqué les avantages et les faiblesses à mon sens de celle-ci) l'Allemagne semble offrir une meilleur garantie aux dépôts, de par son excédent budgétaire et sa dette modérée, son fort niveau d'épargne, un patrimoine privé et public conséquent ... et plus subtilement de par la concentration du capital dans son système, et son poids politique en Europe.
La crédibilité de cette police d'assurance diverge entre pays de la zone UE. L'Espagne ou l'Italie ne peuvent pas espérer à l'heure actuelle sauver leur système bancaire seules. Et les Allemands ne veulent pas étendre leur garantie, à tord, car cela flingue la crédibilité de la zone euro à long terme, à raison, parce qu'ils protègent aussi les intérêts de leurs citoyens, et de leur nation, en calculant qu'ils n'ont pas réellement les moyens d'étendre cette garantie à l'infini, ou que c'est trop compliqué à faire passer auprès de l'électeur Allemand qui a la fierté d'être présenté comme un modèle éthique de fourmi épargnante dure à la tâche face à ces rastapopoulos de Latin.

La fierté et la politique l'emporte ici sur la seule explication économique.

 

 


Pourquoi après 2008 et 2012 (crise de l'Euro) ça n'a pas été la catastrophe, et pourquoi ça pourrait l'ête maintenant.

Parce qu'on a massivement déclenché les leviers de la politique monétaire et budgétaire. Et qu'on les a gardé appuyé sur l'accélérateur à fond jusqu'à aujourd'hui.
Je m'explique : les US ont fait une relance budgétaire et monétaire massives jusque autour de 2015, l'UE aussi dans une moindre mesure et un peu en retard (de 2008 à 2010), avant d'enchaîner sur l'austérité budgétaire ... et une politique monétaire extrêmement accommodante (taux négatifs, puis QE), on appuyait à la fois sur le frein (en flinguant l'investissement public et privé, durant l'austérité), et sur l'accélérateur (les taux bas, le QE). Ajoute que l'inflation s'est installée à 1%, voir moins, alors qu'on menait une politique monétaire accommodante.
Ce qui dans les faits signifie qu'on se maintenait à peine au bord de la déflation et de la crise.
Un exemple de ça en janvier : les banques ont demandé à l'Etat d'abaisser les taux du livret A, soit disant pour aider à construire du logement social grâce à un taux accomodant (excuse publique que peu de gens ont relevé mais pas très crédible), tout simplement parce que rémunérer les livrets leur coûte trop cher pour se maintenir à flot. C'est pire pour les fonds de placement garantis (type assurance vie en fond euro) qui n'achètent que de la dette publique, avec les taux négatifs, il y avait une menace sur l'épargne des personnes plaçant leur argent ... Mais malgré leur faible rentabilité les banques restent en quelque sorte "mort vivantes" parce que le QE, des garantis, des rachats de titres, et la gestion de l'épargne de la population (à un prix de plus en plus élevé) ... leurs permettent d'éviter la faillite (de justesse).

Le système a tenu ... parce que tu ne deales plus avec le capitalisme de marché financiarisé sauvage. Tu deales avec l'Union soviétique des actionnaires capitalistes. En cas de crise ils comptent sur les pouvoirs publics pour intervenir massivement et palier leur défaillance patente. C'est ça le néolibéralisme : les marchés financiers, les banques, sont régulés par les pouvoirs publics qui interviennent.
Idem avec le choc sur le REPO en octobre. Les banques ont laissé la FED socialiser le marché interbancaire ! Privatisation des profits, socialisation des pertes. A la sortie les plus gros acteurs rachètent les titres à faible valeur, et tu vois se former une concentration du capital entre les mains d'un pool plus restreint d'oligopoles et de monopoles.
Le tout sous la forme d'un chantage : si vous ne nous sauvez pas, c'est l'épargne de la population qui y passe.

A la fin c'est le contribuable qui paie la facture (en la lissant sur des décennies via les dettes publiuqes) de sauvegarde du système (en échange de son épargne), et on recommence un nouveau cycle (est-ce possible ?)
C'est une forme assez sophistiquée d'extorsion en quelque sorte. Et une redistribution de la richesse du milieu vers le haut à terme.

Edited by Berezech
  • Like 1
  • Thanks 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me souviens il y a quelques années, certains mettaient tous nos problèmes sur le dos d'un € fort. Il était alors à 1.50€ pour 1$.

On disait que si on avait un franc moins fort à la place de l'euro, on s'en sortirait bien mieux, jugeant bien souvent qu'il fallait plutôt se situer à une parité avec le dollar.

Aujourd'hui et depuis un moment, nous avons presque cette parité avec le dollar, qu'est-ce que cela a changé?

 

Je pense qu'on s'égare sur bien des points au niveau financier, pourquoi donc les allemands ont-ils réussis à générer tant de revenus avec leur industrie et pas nous? Car il y a l'euro? Non, les salariés allemands ne sont pas financièrement plus compétitifs que nous, leurs produits ne sont pas moins cher que nous et ce n'est pas en voulant chercher à avoir une monnaie dévaluer qui ferait du français un travailleur moins cher, que ça va solutionner notre problème.

Nous avons établit un système politique, économique et éducatif qui n'est pas propice à l'industrie (car c'est elle qui produit la richesse, le tertiaire ne fait que faire tourner l'argent en espérant qu'il y ait des investisseurs et touristes étrangers qui amènent du fric pour se donner l'idée d'un enrichissement). On a une société, des français qui, il faut le dire, ne veulent pas travailler, qui veulent glander au travail et surtout ne pas trop travailler. En France on s'évertue à faire plaisir avec nos 35h, un choix totalement ridicule par rapport à la demande (ce qui fait que beaucoup sont au dessus). On a des syndicats qui bloquent tout pour un rien et qui militent tout le temps pour travailler moins avec le moins d'effort et gagner plus. Une entreprise a peur de s'installer en France car elle se sent en permanence pieds et poings liés.

Nous n'avons pas de flexibilité dans le travail, on a aussi des gens, payés au Smic qui ne s'en sortent pas, qu'on subventionne par des aides, mais qui en réalité pourraient s'en sortir en travaillant 40h par semaine. Mais cette idée semble inconcevable, choquante, irréalisable pour certains. Je dis cela, car je connais des gens, payés au Smic, qui se plaignaient de leur salaire à la fin du mois a trouver une situation financière beaucoup plus confortable en trouvant un travail, payé au smic, mais avec 39h par semaine et du travail la nuit et le week-end. L'industrie offre des opportunités et offre de la richesse car elle génère de la richesse, pas seulement pour la prime de fin d'année, mais aussi pour le travail au quotidien. Tu gagnes rarement 1200€/mois en usine, bien souvent plus proche des 2000 et cela est accessible à tous, même sans diplômes.

L'industrie créer des emplois et de la richesse et on doit tout faire pour la favoriser.

Notre objectif doit être là, créer des emplois via l'industrie, quitte à favoriser dans le commerce nos produits (plus cher que le même en Chine). Plus on aura des gens qui travailleront et gagneront bien, plus on pourra réduire l'assistanat qui bouffe des milliards. On doit réduire le coût de nos importations, que l'argent qui quitte notre pays tourne en France. Les exportations sont importantes pour l'enrichissement, mais contrairement aux chinois ou aux allemands, ils ne faut pas avoir une industrie dépendante à l'export, mais avant tout une industrie qui satisfait la demande française (son fondement) puis ensuite, en annexe ou pour les surplus (agriculture par ex), regarde l'export.

On ne doit pas importer un oeuf polonais et exporter deux oeufs français, on consomme français à 100% pour finir à exporter l'oeuf en trop. Les divers déficits ici ou là (sur le même principe que l'oeuf) permettent de dresser une liste de ce qu'il faut équilibrer pour favoriser le produit français ou de ce qui manque, pour investir ou il faut, (si on produit 1 oeuf et que notre demande intérieur est de 3, alors pour se soustraire à l'importation, on cherchera à investir cette production pour arriver à 3 oeufs, au moins). Pour moi, la revue industrielle du pays doit passer par cette réflexion, dans un premier temps, pour tout ce qui est vitale ou stratégique, dans un second temps, les à côtés (tel des jouets ou autres). N'ayons pas peut non plus d'avoir moins de choix. Le système bonus/malus peut se mettre en place pour influer le choix du consommateur et soutenir cette politique, l'un compensera l'autre au départ, car c'est là qu'il ne faut pas se planter. Sinon, à côté, si on laisse le système tel qu'il est, on risque de ne pas rentabiliser la réindustrialisation française.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Jésus said:

Je me souviens il y a quelques années, certains mettaient tous nos problèmes sur le dos d'un € fort. Il était alors à 1.50€ pour 1$.

On disait que si on avait un franc moins fort à la place de l'euro, on s'en sortirait bien mieux, jugeant bien souvent qu'il fallait plutôt se situer à une parité avec le dollar.

Aujourd'hui et depuis un moment, nous avons presque cette parité avec le dollar, qu'est-ce que cela a changé?

La croissance a 3% ... ça ne te suffit pas! Le chômage a moins de 8% non plus?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Berezech a dit :

Le problème des banques européennes, c'est qu'elles ont des créances les unes avec les autres. Techniquement juste l'effondrement d'une ou deux institutions moyenne menacerait l'ensemble du système bancaire (comme en 2008 en fait ou le sacrifice discutable de Lehman Brother a déclenché la crise bancaire fin 2008 malgré le plan américain). Le crédit de Bilbao crève ? Il ne peut plus rembourser Santander. [...]

Il manque quand même un bout majeur dans ton enchaînement de défauts sur dettes : c'est que, comme tu le dis pourtant, les "banques européennes [ont] des créances les unes avec les autres".

Bilbao crève, qui met en péril Santander, qui met en péril Bidule.
Mais Bidule était endetté auprès de Bilbao.
Bidule est-il toujours en péril si sa dette vis à vis de Bilbao est compensée par sa créance sur Santander ?

La sommes des dettes est un mauvais indicateur, dans le sens où il masque les créances.
A prête 1000 à B, qui prête 500 à C et 500 à D, qui eux-même les prêtent à A : la somme des dettes est de 3000, et pourtant c'est un système à somme nulle...

 

Les chiffres livrés sur Target 2 sont intéressants. Je n'identifie pas si ça concerne les équilibres restreints  aux banques centrales ou si ça agrège les équilibres des créances privées.

Share this post


Link to post
Share on other sites
17 minutes ago, Boule75 said:

A prête 1000 à B, qui prête 500 à C et 500 à D, qui eux-même les prêtent à A : la somme des dettes est de 3000, et pourtant c'est un système à somme nulle...

Le probleme c'est que la faillite de A n'éteint pas la dette de C et D ... par contre ça éteint la créance de B et C ... qui seront réputée irrécouvrable par le liquidateur ...

La dette de C et D si elle est honoré servira a payer les créancier prioritaire de A ... qui ne sont probablement pas C et D ... mais les états, les employés etc.

En général les banques ne "s'endettent" - techniquement elle produisent brutalement de la monnaie leur propre compte - que pour soit investir dans des placement douteux ... soit pour des prêts a des entité douteuse ... le reste des prestations rapportant peanuts.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, g4lly a dit :

En général les banques ne "s'endettent" - techniquement elle produisent brutalement de la monnaie leur propre compte - que pour soit investir dans des placement douteux ... soit pour des prêts a des entité douteuse ... le reste des prestations rapportant peanuts.

Très jolie caricature de type grotesque. Qu'on déteste le système bancaire, l'immense arrogance d'une grosse partie des banquiers, la cupidité totalement cynique des Goldman Sachs et autres pontes de la SG : soit.
Mais quand même, à trop forcer le trait...

Share this post


Link to post
Share on other sites

G4lly doit vouloir traduire l'idée que comme les banques ne gagnent pas grand chose sur leurs activités traditionnelles de crédit elles vont prendre des risques sur des opérations de marché ou en shadow banking entre elles

.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Boule75 a dit :

Il manque quand même un bout majeur dans ton enchaînement de défauts sur dettes : c'est que, comme tu le dis pourtant, les "banques européennes [ont] des créances les unes avec les autres".

Bilbao crève, qui met en péril Santander, qui met en péril Bidule.
Mais Bidule était endetté auprès de Bilbao.
Bidule est-il toujours en péril si sa dette vis à vis de Bilbao est compensée par sa créance sur Santander ?

La sommes des dettes est un mauvais indicateur, dans le sens où il masque les créances.
A prête 1000 à B, qui prête 500 à C et 500 à D, qui eux-même les prêtent à A : la somme des dettes est de 3000, et pourtant c'est un système à somme nulle...


Non seulement le liquidateur va essayer de récupérer ce qui est récupérable, mais tes déposants viennent retirer leur argent en masse dès la chute de la 1ere banque, plus personne ne veut non plus faire affaire avec toi, ou de prêter de liquidité (ou à un tarif prohibitif). Et avec moins d'1% de ton bilan réellement dans les caisses tu ne peux pas durer longtemps ...
 

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/03/2020 à 05:48, Jésus a dit :

Je me souviens il y a quelques années, certains mettaient tous nos problèmes sur le dos d'un € fort. Il était alors à 1.50€ pour 1$.

On disait que si on avait un franc moins fort à la place de l'euro, on s'en sortirait bien mieux, jugeant bien souvent qu'il fallait plutôt se situer à une parité avec le dollar.

Aujourd'hui et depuis un moment, nous avons presque cette parité avec le dollar, qu'est-ce que cela a changé?

 

Je pense qu'on s'égare sur bien des points au niveau financier, pourquoi donc les allemands ont-ils réussis à générer tant de revenus avec leur industrie et pas nous? Car il y a l'euro? Non, les salariés allemands ne sont pas financièrement plus compétitifs que nous, leurs produits ne sont pas moins cher que nous et ce n'est pas en voulant chercher à avoir une monnaie dévaluer qui ferait du français un travailleur moins cher, que ça va solutionner notre problème.

Nous avons établit un système politique, économique et éducatif qui n'est pas propice à l'industrie (car c'est elle qui produit la richesse, le tertiaire ne fait que faire tourner l'argent en espérant qu'il y ait des investisseurs et touristes étrangers qui amènent du fric pour se donner l'idée d'un enrichissement). On a une société, des français qui, il faut le dire, ne veulent pas travailler, qui veulent glander au travail et surtout ne pas trop travailler. En France on s'évertue à faire plaisir avec nos 35h, un choix totalement ridicule par rapport à la demande (ce qui fait que beaucoup sont au dessus). On a des syndicats qui bloquent tout pour un rien et qui militent tout le temps pour travailler moins avec le moins d'effort et gagner plus. Une entreprise a peur de s'installer en France car elle se sent en permanence pieds et poings liés.

Nous n'avons pas de flexibilité dans le travail, on a aussi des gens, payés au Smic qui ne s'en sortent pas, qu'on subventionne par des aides, mais qui en réalité pourraient s'en sortir en travaillant 40h par semaine. Mais cette idée semble inconcevable, choquante, irréalisable pour certains. Je dis cela, car je connais des gens, payés au Smic, qui se plaignaient de leur salaire à la fin du mois a trouver une situation financière beaucoup plus confortable en trouvant un travail, payé au smic, mais avec 39h par semaine et du travail la nuit et le week-end. L'industrie offre des opportunités et offre de la richesse car elle génère de la richesse, pas seulement pour la prime de fin d'année, mais aussi pour le travail au quotidien. Tu gagnes rarement 1200€/mois en usine, bien souvent plus proche des 2000 et cela est accessible à tous, même sans diplômes.

L'industrie créer des emplois et de la richesse et on doit tout faire pour la favoriser.

Notre objectif doit être là, créer des emplois via l'industrie, quitte à favoriser dans le commerce nos produits (plus cher que le même en Chine). Plus on aura des gens qui travailleront et gagneront bien, plus on pourra réduire l'assistanat qui bouffe des milliards. On doit réduire le coût de nos importations, que l'argent qui quitte notre pays tourne en France. Les exportations sont importantes pour l'enrichissement, mais contrairement aux chinois ou aux allemands, ils ne faut pas avoir une industrie dépendante à l'export, mais avant tout une industrie qui satisfait la demande française (son fondement) puis ensuite, en annexe ou pour les surplus (agriculture par ex), regarde l'export.

On ne doit pas importer un oeuf polonais et exporter deux oeufs français, on consomme français à 100% pour finir à exporter l'oeuf en trop. Les divers déficits ici ou là (sur le même principe que l'oeuf) permettent de dresser une liste de ce qu'il faut équilibrer pour favoriser le produit français ou de ce qui manque, pour investir ou il faut, (si on produit 1 oeuf et que notre demande intérieur est de 3, alors pour se soustraire à l'importation, on cherchera à investir cette production pour arriver à 3 oeufs, au moins). Pour moi, la revue industrielle du pays doit passer par cette réflexion, dans un premier temps, pour tout ce qui est vitale ou stratégique, dans un second temps, les à côtés (tel des jouets ou autres). N'ayons pas peut non plus d'avoir moins de choix. Le système bonus/malus peut se mettre en place pour influer le choix du consommateur et soutenir cette politique, l'un compensera l'autre au départ, car c'est là qu'il ne faut pas se planter. Sinon, à côté, si on laisse le système tel qu'il est, on risque de ne pas rentabiliser la réindustrialisation française.

Sauf que les industries ne sont plus là...Nous ne sommes pas les usa à créé des secteurs stratégiques et vouloir privilégier l'intérieur que l'extérieur, regarde les crises d'orfraies quand ils ont lancé la guerre économique contre l'usine mondiale ou alors l'entrave monétaire contre la teutonique !

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Berezech a dit :

Prenez une grande aspiration de Gorafisation du réel et ... de Patrick Arthus (économiste en chef chez Natixis). Je trouve qu'il trolle un peu pour avoir son moment médiatique, mais l'analyse n'est pas totalement inintéressante. Je ne pense pas personnellement que ça soit la fin du capitalisme néo-libéral, on va plutôt vers une recomposition (et sans doute temporaire). Je mets le résumé, pour le reste de l'analyse suivre le lien :

https://www.research.natixis.com/Site/en/publication/hNRsI50ITmuQOkP9jW-8YQ%3D%3D?from=website&fbclid=IwAR1svA0xbyIZgMGwLOahiVBznUq2Xul-BF9olyN4B74o7w_EEn-RBe3nZWA

Et le poney ? Où est le poney ? Parce que c'est ma liste au Père Noël qu'il a recopié, mais il manque le poney.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 54 minutes, Kelkin a dit :

Et le poney ? Où est le poney ? Parce que c'est ma liste au Père Noël qu'il a recopié, mais il manque le poney.

1585611098-dearbhudda.jpg

 

Je rappelle qu'il passe la scène suivante à se faire casser la gueule :) (ce qui en fait une bonne métaphore de ce qui va aussi nous arriver pendant "l'ajustement")
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

On va vraiment avoir un babyboom plus tard. On risque la pénurie de préservatifs !

https://www.sudouest.fr/2020/03/30/coronavirus-vers-une-penurie-mondiale-de-preservatifs-7374305-10861.amp.html

L’entreprise malaisienne Karex Berhad, plus importante productrice mondiale, n’a plus produit de préservatifs depuis plus d’une semaine. La Malaisie est en confinement total depuis le 18 mars. Il doit prendre fin le 14 avril. 

Comme l’explique le quotidien britannique The Guardian, face aux mesures sanitaires prises par la Malaisie, l’entreprise a dû stopper les activités de trois de ses entreprises. Or, Kareh Berhad produit 20% des préservatifs dans le monde. Cet arrêt brutal aurait entraîné un déficit mondial de 100 millions de préservatifs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, collectionneur a dit :

On va vraiment avoir un babyboom plus tard. On risque la pénurie de préservatifs !

Ce sont les chinois qui ont tout pris pour essayer de se protéger du virus

images?q=tbn:ANd9GcSLlRipwB3ye14R3aFG20h (Pour info, ce type est réellement mort de sa connerie)

 

  • Haha 2
  • Confused 2
  • Sad 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/03/2020 à 17:48, Jésus a dit :

On a une société, des français qui, il faut le dire, ne veulent pas travailler, qui veulent glander au travail et surtout ne pas trop travailler. En France on s'évertue à faire plaisir avec nos 35h, un choix totalement ridicule par rapport à la demande (ce qui fait que beaucoup sont au dessus). On a des syndicats qui bloquent tout pour un rien et qui militent tout le temps pour travailler moins avec le moins d'effort et gagner plus. Une entreprise a peur de s'installer en France car elle se sent en permanence pieds et poings liés.

Nous n'avons pas de flexibilité dans le travail, on a aussi des gens, payés au Smic qui ne s'en sortent pas, qu'on subventionne par des aides, mais qui en réalité pourraient s'en sortir en travaillant 40h par semaine. Mais cette idée semble inconcevable, choquante, irréalisable pour certains. Je dis cela, car je connais des gens, payés au Smic, qui se plaignaient de leur salaire à la fin du mois a trouver une situation financière beaucoup plus confortable en trouvant un travail, payé au smic, mais avec 39h par semaine et du travail la nuit et le week-end. L'industrie offre des opportunités et offre de la richesse car elle génère de la richesse, pas seulement pour la prime de fin d'année, mais aussi pour le travail au quotidien. Tu gagnes rarement 1200€/mois en usine, bien souvent plus proche des 2000 et cela est accessible à tous, même sans diplômes.

Wwwwoooooowwww... Je sais qu'on s'ennuie en période de confinement, mais parfois faut penser à couper la TV... Ou au moins à changer de chaîne...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

L'Allemagne toujours sur la même ligne pour le moment, pas de corona bonds, pas du mutualisation.

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/berlin-pret-a-la-solidarite-europeenne-mais-sans-corona-bonds-20200331

Citation

Berlin réitère son refus vis-à-vis des «corona bonds»

Le pays refuse toujours toute mutualisation des dettes, alors qu'une majorité d'Etats membres, dont la France et l'Italie, réclament une telle mesure.

L'Allemagne est «prête» à «faire jouer la solidarité européenne», mais refuse toujours toute mutualisation des dettes pour faire face à la pandémie du coronavirus dans la zone euro, a affirmé mardi le ministre des Finances allemand Olaf Scholz. «Nous sommes prêts à la solidarité, mais une solidarité bien pensée», a commenté le ministre, également vice-chancelier, issu des rangs du SPD (parti social-démocrate).

Olaf Scholz a notamment appelé à mobiliser les ressources budgétaires de l'Union Européenne en priorité vers les pays «ayant les besoins les plus importants», que ce soit d'un point de vue sanitaire ou économique. Mais le ministre a réitéré le refus de Berlin de mettre en place des «corona bonds», des emprunts communs aux 19 pays de la zone euro et demandés par plusieurs pays européens, dont la France, l'Espagne et l'Italie, pour faire face à la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus.

Jeudi, la chancelière allemande Angela Merkel avait déjà fait part, à l'occasion d'un sommet européen, de son opposition aux «corona bonds», privilégiant face à la crise les moyens budgétaires européens déjà existants, notamment le mécanisme européen de stabilité.

....

 

Edited by Castor

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si le coronavirus rogne la part des vieux épargnants sur laquelle repose in fine la politique monétariste ultra-rigide de l'Allemagne, qui a fait celle de l'euro, on aurait peut-être une chance de sauver le continent finalement. Je ne vois pas d'autres façons de faire évoluer ce nein...(je ne souhaite bien entendu pas que ce scenario arrive, mais en vérité, l'épargne et l'âge des principaux détenteurs, c'est bien une des clés de la politique allemande)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Nicks a dit :

rogne la part des vieux épargnants

Question épargne, France & Allemagne même combat  15 % et 18 % respectivement.   A comparer aux 3 % espagnol ou letton.  Sur le plan des propriétaires occupants on doit tourner dans 60 % en France (53  en Allemagne) avec des disparités régionale,  par exemple 30 % en région parisienne ou Lille.  A comparer aux plus de 90 % de la Roumanie ou les 77 % espagnols.  En fait plus les pays sont "pauvres"  plus ils sont propriétaires (et ce n'est pas un simple découpage Nord / Sud) 

La France est dans le peloton des "riches"  avec l'Allemagne , la Suède, Pays Bas,, Danemark etc...  De ce point de vue, le modèle : la France champion des pays du Sud est pour le moins soumis à interrogation. 

Comme nôtre modèle d'insertion dans l'économie est plutôt fondé sur le tertiaire / services  ( à l'anglaise, et ça ne date pas de hier) pas tout à fait le modèle "industriel exportateur" à l'allemande; il n'est pas tout à fait certain qu'un modèle dévaluation / inflationniste nous serait bénéfique..  

Malgré le "spleen"  et les discours des  "déclinistes"  la France est un  pays attractif :  "Sur l’échiquier européen, la France est le 2e pays le plus attractif (pour 35% des décideurs étrangers interrogés) derrière l’Allemagne (41%) et devant le Royaume-Uni (34%). Ils sont 8 décideurs étrangers sur 10 à plébisciter la qualité des salariés, la montée en gamme des produits, la numérisation des processus industriels et la qualité du management à la française."  

https://www.gouvernement.fr/la-france-attire-de-plus-en-plus-d-investisseurs-etrangers

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Castor a dit :

L'Allemagne toujours sur la même ligne pour le moment, pas de corona bonds, pas du mutualisation.

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/berlin-pret-a-la-solidarite-europeenne-mais-sans-corona-bonds-20200331

 

Je suis un peu plus indulgent avec l'Allemagne depuis qu'elle accueille des malades français dans ses hôpitaux, mais je pense que Merkel ne fait que retarder l'inévitable. Quand l'épidémie frappera massivement nos voisins d'Outre-Rhin (et avec leur population vieillissante, privée des garde-malades polonaises, ils vont sans doute bien morfler), on en reparlera.

Par contre, je vais rappeler ce que j'ai dit voici quelques jours : pour moi pas de nouveaux droits sans nouveaux devoirs. Des euro-bonds ne sont pas synonymes d'une nouvelle ligne de crédit plus ou moins illimitée. Je suis favorable à un contrôle direct par l'organisme européen qui emprunterait sur le marché, dans une vision beaucoup plus stricte que pour la PAC ou les subventions.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
46 minutes ago, Desty-N said:

mais je pense que Merkel ne fait que retarder l'inévitable. Quand l'épidémie frappera massivement nos voisins d'Outre-Rhin (et avec leur population vieillissante, privée des garde-malades polonaises, ils vont sans doute bien morfler), on en reparlera.

Pour le moment il sont sur un plateau de nouveaux cas ... avec un peu moins de 6000 nouveaux cas par jour depuis une douzaine de jour.

J'arrive pas a savoir si c'est capé par le nombre de test ou pas.

---

En France on a un maximum local autour de 4611 cas jour depuis huit jours. On pourrait voir ça comme les premiers effets du confinement ... puisque ce "plateau" s'il se confirme aurait commencé grosso modo 8 jours après le début. Reste a multiplier les test pour savoir si les cas détecté ne sont pas sous estimé - ou plutôt sous mesuré - par un système de santé limité en capacité de détection.

---

Au USA ont est a +21595 nouveaux cas jours ... en pleine exponentielle.

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, g4lly a dit :

Reste a multiplier les test pour savoir si les cas détecté ne sont pas sous estimé

Si tu pars du principe qu'une forte majorité de personnes contaminées ont des  manifestations qui vont du rhume à des symptômes ressemblant à une forte grippe ... on peut aussi en conclure que des gens restent chez eux certes plombés mais sans se manifester auprès du 15 ou de leur médecin ... çà peut sembler évident

On m'a fait part à titre personnel de deux cas allant dans ce sens ...

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 34 minutes, g4lly a dit :

Pour le moment il sont sur un plateau de nouveaux cas ... avec un peu moins de 6000 nouveaux cas par jour depuis une douzaine de jour.

J'arrive pas a savoir si c'est capé par le nombre de test ou pas.

---

En France on a un maximum local autour de 4611 cas jour depuis huit jours. On pourrait voir ça comme les premiers effets du confinement ... puisque ce "plateau" s'il se confirme aurait commencé grosso modo 8 jours après le début. Reste a multiplier les test pour savoir si les cas détecté ne sont pas sous estimé - ou plutôt sous mesuré - par un système de santé limité en capacité de détection.

---

Au USA ont est a +21595 nouveaux cas jours ... en pleine exponentielle.

Les nouveaux cas, testés, n'ont plus aucune signification pour mesurer la propagation de l'épidémie.
Voir l'étude de l'Imperial College postée par @rogue0 sur le sujet résilience à une pandémie. En France on a entre 1,7 et 7% de la population qui a déjà été en contact avec le virus.
Apparemment les Allemands ont réussi à la ralentir un peu mieux au début, mais ils ont aussi presque 2% de leur population touchée ... contrairement à la Corée ou seule une partie limitée de la population a été touchée et rapidement contenu. A ce stade tu peux tester large, il y a trop de foyers pour les isoler et cette saloperie de virus se répand très vite, ils vont suivre le même trend que nous assez vite.

Concernant l'Allemagne et les eurobonds, la seule politique à pratiquer c'est celle de la chaise vide au Conseil Européen jusqu'à ce que les pays du nord cèdent.
Si on a pas d'Eurobonds, l'UE va lentement exploser (et à juste titre, sans solidarité réelle, les décideurs des pays déficits cèderont à leurs opinions qui crieront au coup de poignard dans le dos).
Si l'Allemagne veut pas ... et bien ils vont droit à la grande dépression. Que ça soit une option préférable à la coopération et à une réforme de la gestion économique de l'UE plus redistributive en dit long sur la politique intérieure allemande, total décalage avec le réel.
 

Edited by Berezech
  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a 23 minutes, pascal a dit :

Si tu pars du principe qu'une forte majorité de personnes contaminées ont des  manifestations qui vont du rhume à des symptômes ressemblant à une forte grippe ... on peut aussi en conclure que des gens restent chez eux certes plombés mais sans se manifester auprès du 15 ou de leur médecin ... çà peut sembler évident

On m'a fait part à titre personnel de deux cas allant dans ce sens ...

A mon avis c'est _très_ répandu.

Rien qu'à la maison, deux gros "rhûmes", l'un avec un mal de gorge de chien, courbatures, fatigue, l'autre avec un nez qui coule comme jamais + grosse fatigue. Pas de fièvre significative. C'était il y a 3-4 semaines. Doute.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 34 minutes, Boule75 a dit :

 

A mon avis c'est _très_ répandu.

Rien qu'à la maison, deux gros "rhûmes", l'un avec un mal de gorge de chien, courbatures, fatigue, l'autre avec un nez qui coule comme jamais + grosse fatigue. Pas de fièvre significative. C'était il y a 3-4 semaines. Doute.

Moi je pense qu'on est même au delà de 1 cas confirmé pour 10 non confirmé, mais existant "à la maison". Je pense que le taux de morts est beaucoup plus faible par rapport au nombre de contaminés également.

Il y a beaucoup plus de cas qui s'ignorent ou qui n'ont qu'un petit symptôme assez classique. D'autres aussi peuvent avoir des doutes et ont peur de se présenter aux urgences ou chez un docteur, peur d'être contaminés.

 

Mais ce virus est inquiétant car il peut trainer longtemps dans l'organisme et survenir d'un moment à l'autre, parfois de manière grave.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,487
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Christian092
    Newest Member
    Christian092
    Joined
  • Forum Statistics

    20,844
    Total Topics
    1,300,324
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries