Recommended Posts

il y a 16 minutes, Hirondelle a dit :

´pas compris:blush:

Juste pour illustrer, à ta suite, qu'on ne voit vraiment pas grand chose dans les stats officielles, stats récentes sur les hospitalisations et les décès, le nombre de cas détextés, etc, mais datées de plus d'un mois (et obscures) en ce qui concerne les tests

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui me manque c'est la nature et la structure des contaminations.

Si on arrive à relier chaque cluster alors on est TRES bien parti car cela veut dire qu'"on arrive à traver les liens. Si c'est le contraire alors cela veut dire que tu as plein de comtaminants qui se balandent et c'est la merde.

Un Ro élevé mais dans la même famille est bon en fait (car cela reste dans la famille).

L'indicateur le plus fiable est "nombre de consultations aux urgences avec problème respiratoire" ou bien "avec perte de saturation". Là c'est un critère objectif et mesurable et surtout qui ne change pas.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.latimes.com/california/story/2020-07-02/imperial-county-coronavirus-restrictions-retail-stores-religious-services

Le comté d'Imperial (Californie) ferme les magasins de détail non essentiels et les offices religieux d'intérieur. Les chants sont interdits dans les services religieux en plein air.

Pour 100 000 personnes dans le comté d'Imperial, plus de 3 700 ont été infectées par le coronavirus. Dans l'ensemble de l'État, environ 600 personnes sur 100 000 ont été infectées.

Le décompte du coronavirus dans le comté d'Imperial est un peu une énigme.

Ce comté rural de 181 000 habitants situé le long des frontières de l'État avec l'Arizona et le Mexique ne semble pas être un lieu privilégié de propagation du virus. Et M. Newsom a déclaré que le comté "n'avait jamais avancé [avec la réouverture] aussi loin que d'autres parties de l'État", bien que le conseil de surveillance et une association d'entreprises aient insisté pour qu'il soit réouvert en juin.

Néanmoins, les facteurs économiques et sanitaires défavorables ont placé le comté d'Imperial dans une situation très désavantageuse en matière de contagion et de soins de santé.

Selon les données du recensement, environ un quart de ses habitants vivent dans la pauvreté, ce qui représente l'un des pires pourcentages de tous les comtés de Californie. Et alors que la Californie compte en moyenne un médecin de soins primaires pour 1 260 habitants, le comté d'Imperial n'en compte qu'un pour 4 250 habitants.

Les deux seuls hôpitaux du comté d'Imperial - le centre médical régional El Centro et le centre de santé Pioneers - ont été débordés depuis l'apparition du coronavirus. Au cours des cinq dernières semaines seulement, le comté d'Imperial a transféré plus de 500 patients atteints de coronavirus vers d'autres comtés pour y être traités - soit une moyenne de 15 à 17 personnes par jour, a déclaré M. Newsom.

Une partie du débordement a été attribuée à un nombre inhabituellement élevé d'admissions à l'hôpital liées au trafic transfrontalier de Mexicali. Lors de la conférence de presse de vendredi, M. Newsom a déclaré que l'État "travaille avec les douanes et la protection des frontières en raison de problèmes" liés à la frontière entre Mexicali et Calexico.

Les hôpitaux ne divulguent pas l'origine de leurs patients, mais ils traitent régulièrement les voyageurs transfrontaliers, a déclaré Karina Lopez, chargée des affaires publiques au centre de santé Pioneers. La population du comté d'Imperial est composée à 85 % de Latinos, et de nombreux résidents sont des agriculteurs immigrés ou des immigrants récents.

Bien que l'hôpital n'ait rempli que 68 de ses 107 lits de soins intensifs, il a refusé certains patients.

"Notre principale préoccupation est que nous n'avons pas assez d'infirmières de soins intensifs pour s'occuper des patients qui arrivent. Bien que nous ayons des lits pour eux, et que nous ayons de la place pour eux, nous n'avons pas assez de personnel", a déclaré M. Lopez.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.scmp.com/news/world/americas/article/3091757/earlier-signs-coronavirus-sewage-samples-brazil (3 juillet 2020)

Des chercheurs au Brésil affirment avoir détecté le coronavirus qui cause le Covid-19 dans des eaux usées prélevées en novembre [le 27 novembre 2019, à Florianopolis]. Cette conclusion intervient quelques jours après que des scientifiques espagnols aient trouvé le virus dans des échantillons d'eaux usées prélevés en mars 2019, et vient s'ajouter aux indications selon lesquelles le virus s'est répandu tranquillement avant que l'alarme ne soit donnée en Chine fin décembre.

"[Le virus] s'est répandu au sein de la communauté pendant plusieurs mois avant que les premiers cas ne soient signalés par les autorités régionales, nationales ou panaméricaines", a déclaré Gislaine Fongaro, de l'Université fédérale de Santa Catarina, dans un document non soumis à l'examen des pairs, publié lundi sur le serveur de préimpression medRxiv.org.

https://www.leparisien.fr/societe/des-traces-du-coronavirus-retrouvees-en-mars-2019-dans-les-eaux-usees-de-barcelone-27-06-2020-8342982.php (27 juin 2020)

Des virologues espagnols ont découvert des traces du nouveau coronavirus dans des échantillons d'eaux usées de Barcelone, collectées en mars 2019, a indiqué vendredi l'Université de Barcelone, rapporte Reuters dans une dépêche.

Il convient toutefois de rester prudent, cette étude n'ayant été, pour l'heure, publiée dans aucune revue scientifique.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, cracou a dit :

Ce qui me manque c'est la nature et la structure des contaminations.

Si on arrive à relier chaque cluster alors on est TRES bien parti car cela veut dire qu'"on arrive à traver les liens. Si c'est le contraire alors cela veut dire que tu as plein de comtaminants qui se balandent et c'est la merde.

Un Ro élevé mais dans la même famille est bon en fait (car cela reste dans la famille).

L'indicateur le plus fiable est "nombre de consultations aux urgences avec problème respiratoire" ou bien "avec perte de saturation". Là c'est un critère objectif et mesurable et surtout qui ne change pas.

 

 

iIl y a les taux d'incidence et de reproduction  (voir à Indicateurs)

https://dashboard.covid19.data.gouv.fr/suivi-indicateurs?location=FRA

Le taux d’incidence était au plus bas le 16 juin (4.32) et il remontait ces derniers jours à 5.19.

Le taux de reproduction est passé de 0.84 au 1er juin à 0.9 le 26 juin.

Dans les deux cas, on note une ascension.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Coronavirus: l'OMS a d'abord été informée par son bureau en Chine fin décembre" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/coronavirus-l-oms-a-d-abord-ete-informee-par-son-bureau-en-chine-fin-decembre-20200703
 

"L'Organisation mondiale de la santé a indiqué cette semaine avoir été alertée fin décembre par son propre bureau en Chine, et non par la Chine elle-même, sur les premiers cas de pneumonie à Wuhan, à l'origine de la pandémie de Covid-19."

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le 3 Juillet, l'UK enlève 29726 cas de son compteur de nouveaux cas journaliers. On sait pourquoi ?

Je pensais initialement à une erreur dans le fichier de l'European CDC, j'ai attendu 2 jours mais toujours pas de rectification, d'où ma question.

AilH5IC.jpg

Henri K.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quote

Coronavirus : un rapport au vitriol des pompiers dénonce la gestion de la crise

Dans un rapport interne, la Fédération nationale des sapeurs-pompiers recense les ratages : une administration de la santé dépassée, des préfets « relégués au second plan » et des pompiers pas assez mis à contribution.

Une administration de la santé dépassée, des préfets « relégués au second plan », un numéro d’urgence saturé : la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) dénonce dans un rapport au vitriol la gestion de l’épidémie de Covid-19.

Révélé par Le Parisien, ce document destiné au ministère de l’intérieur « n’est pas finalisé et ne devait pas fuiter dans la presse », a regretté auprès de l’Agence France-Presse (AFP) le colonel Hugues Deregnaucourt, vice-président de la Fédération.

L’organisation, qui représente les 247 000 pompiers de France, assume toutefois les critiques formulées dans ce document particulièrement cinglant à l’égard du ministère de la santé et des agences régionales de santé (ARS).

« La gestion de crise, c’est un métier »

« Les préfets ont très longtemps été aveugles, aucune descente d’informations n’était faite par les délégués territoriaux des ARS », a déclaré M. Deregnaucourt. « La gestion de crise, c’est un métier, on ne la laisse pas aux directeurs administratifs et financiers », a-t-il estimé, assurant que, dans de nombreux départements, « on a vraiment fait attention à ne pas utiliser les pompiers. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La gestion gouvernementale de la crise sanitaire bientôt au cœur d’une enquête judiciaire

La gestion de l’épidémie est étrillée par le rapport, qui dénonce une « crise (…) du leadership de la communication », selon Le Parisien. « Pour être efficace, la gestion d’une crise d’ampleur doit mobiliser un directeur unique, un commandant des opérations unique et des conseillers techniques », développe le document. A l’avenir, « pourquoi ne pas créer un ministère de la protection civile, comme certains pays le font ? », plaide M. Deregnaucourt.

Selon le rapport, « on a confié le rôle de commandant de crise à des conseillers techniques », ce qui a provoqué un « travail en silo des administrations, un brouillage des décisions stratégiques ».

Une « gestion comptable et financière du système de santé »

Aux commandes, les ARS ont eu une « gestion comptable et financière du système de santé » et n’étaient « aucunement préparées à la gestion des situations d’urgence. Elles ont semblé accaparées par la gestion du nombre de places en réanimation hospitalière et par les remontées statistiques », écrit la FNSPF.

Sans dialogue avec les ARS, « les préfets ont été relégués au second plan », d’après le document. Avec, pour conséquence, « l’oubli des Ehpad [établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes], laissant seules les collectivités territoriales face aux décès en nombre de nos aînés ».

Le rapport estime également que les centaines d’évacuations de patients en TGV ou en hélicoptère, conçues pour désengorger les hôpitaux, étaient de « pures opérations de communication » et une « véritable esbroufe ». « Etait-il efficace de faire faire des centaines de kilomètres aux victimes, alors que souvent il y avait de la place dans la clinique d’en face ? », cite Le Parisien.

Le document dénonce également la saturation du 15, régulé par le service d’aide médicale urgente (SAMU), avec des temps d’attente avoisinant les quarante minutes dans certaines régions.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/07/05/coronavirus-un-rapport-au-vitriol-des-pompiers-denonce-la-gestion-de-la-crise_6045258_3244.html

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 hours ago, Henri K. said:

Le 3 Juillet, l'UK enlève 29726 cas de son compteur de nouveaux cas journaliers. On sait pourquoi ?

Je pensais initialement à une erreur dans le fichier de l'European CDC, j'ai attendu 2 jours mais toujours pas de rectification, d'où ma question.

Henri K.

https://news.sky.com/story/coronavirus-27-000-excess-deaths-likely-between-now-and-next-april-warns-former-government-adviser-12021625

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Henri K. a dit :
Révélation

Exclusive: Covid-19 may not have originated in China, Oxford University expert believes

Dr Tom Jefferson, senior CEBM tutor, believes that many viruses lie dormant throughout the globe, and emerge when conditions are favourable.

By Sarah Knapton, Science Editor

Coronavirus may have lain dormant across the world and emerged when environmental conditions were right for it to thrive-rather than starting in China, an Oxford University expert believes.

Dr Tom Jefferson, senior associate tutor at the Centre for Evidence-Based Medicine (CEBM), at Oxford, and visiting professor at Newcastle University, argues that there is growing evidence that the virus was elsewhere before it emerged in Asia.

Last week, Spanish virologists announced they had found traces of the disease in samples of waste water collected in March 2019, nine months before the coronavirus disease was seen in China.

Italian scientists have also found evidence of coronavirus in sewage samples in Milan and Turin, in mid-December, many weeks before the first case was detected, while experts have found traces in Brazil in November.

Dr Jefferson believes that many viruses lie dormant throughout the globe and emerge when conditions are favourable. It also means they can vanish as quickly as they arrive.

"Where did Sars 1 go? It’s just disappeared," he said "So we have to think about these things. We need to start researching the ecology of the virus, understanding how it originates and mutates.

"I think the virus was already here, here meaning everywhere. We may be seeing a dormant virus that has been activated by environmental conditions.

"There was a case in the Falkland Islands in early February. Now where did that come from? There was a cruise ship that went from South Georgia to Buenos Aires, and the passengers were screened and then on day eight, when they started sailing towards the Weddell Sea, they got the first case. Was it in prepared food that was defrosted and activated?

"Strange things like this happened with Spanish Flu. In 1918 around 30 per cent of the population of Western Samoa died of Spanish Flu, and they hadn’t had any communication with the outside world.

"The explanation for this could only be that these agents don’t come or go anywhere. They are always here and something ignites them, maybe human density or environmental conditions, and this is what we should be looking for."

Dr Jefferson believes that the virus may be transmitted through the sewage system or shared toilet facilities, not just through droplets expelled by talking, coughing and sneezing.

Writing in The Telegraph, Dr Jefferson and Professor Carl Henegehan, Director of the CEBM, call for an in-depth investigation similar to that carried out by John Snow in 1854, which showed cholera was spreading in London from an infected well in Soho.

Exploring why so many outbreaks happen at food factories and meatpacking plants could uncover major new transmission routes, they believe. It may be shared toilet facilities coupled with cool conditions that allow the virus to thrive.

"We’re doing a living review, extracting environmental conditions, the ecology of these viruses which has been grossly understudied," said Dr Jefferson.

"There is quite a lot of evidence that huge amounts of the virus in sewage all over the place, and an increasing amount of evidence there is faecal transmission. There is a high concentration where sewage is four degrees, which is the ideal temperature for it to be stabled and presumably activated. And meatpacking plants are often at four degrees.

"These meat packing clusters and isolated outbreaks don’t fit with respiratory theory, they fit with people who haven’t washed their hands properly.

"These outbreaks need to be investigated properly with people on the ground one by one. You need to do what John Snow did. You question people, and you start constructing hypotheses that fit the facts, not the other way around."

 

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, pascal a dit :

Pour l'avoir vécu en direct à Saint Etienne

1-"La clinique d'en face" n'était pas nécessairement équipée du matériel ad hoc exemple les respirateurs lourds H24

2-"La clinique d'en face" ne s'est pas précipitée pour offrir des lits ... pour des motifs financiers mais aussi pour se consacrer aux opérations hors COVID - Je le sais j'ai été opéré en mai en clinique par un médecin du CHU qui a pu bénéficier du plateau technique de la "clinique d'en face"

MÉFIANCE QUANT AUX CONCLUSIONS HATIVES

mais, il y avait combien de cliniques d'en face ???

et toutes étaient démunies du matériel ?? hummmmmm : il y a bien un moment dans l'épidémie où les ARS les ont fait rentrer dans la boucle, non ??

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.google.fr/amp/s/mobile.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-pourquoi-l-oms-est-aussi-alarmiste-face-a-l-evolution-de-la-pandemie_4035527.amp
 

Une forte accélération de l'épidémie depuis un mois

Dans une précédente conférence de presse, mercredi 1er juillet, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a dressé un constat alarmant. Parmi les plus de 10 millions de cas de coronavirus détectés dans le monde jusqu'à présent, 60% ont été signalés au cours du seul mois de juin.

 

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Akhilleus a dit :

En fait peu de gens le savent mais il y a cliniques et cliniques.

Celles qui sont intégrées au reseau de soin de grande ampleur (planc blanc) parceque elles ont, par leur activité, les plateaux techniques (rea longue duree), le personnel (anesthesite reanimateur) et un relai avec les ARS et CHU .... et les autres (j'en discutais avec 1 ami chir, sur Montpellier, 1 clinique a 3 box de rea parceque elle fait de la cardio, du thoracique et visceral et vu sa taille elle a pu nommer un coordinateur maladies hautement transmissibles en contact avec l'ARS et le CHU, 1 autre a un bloc rea parceque elle fait de la neuro, une derniere n'en a pas parceque elle fait de l'ortho legere)

Mais au final, quel % des patients en réa ont été pris en charge par le privé ? J'ai l'impression que c'est très faible et que la stratégie a été d'augmenter fortement la capacité des CHU puis de les saturer, avec le recours au privé uniquement en cas de saturation totale (ce qui n'a pas eu lieu finalement).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, Julien a dit :

Mais au final, quel % des patients en réa ont été pris en charge par le privé ? J'ai l'impression que c'est très faible et que la stratégie a été d'augmenter fortement la capacité des CHU puis de les saturer, avec le recours au privé uniquement en cas de saturation totale (ce qui n'a pas eu lieu finalement).

Le pourcentage je l'ignore

Toujours par chez moi, la clinique de mon pote a traité une 10aine de patients COVID alors que le CHU n'était pas saturé. Mais encore une fois c'est une clinique "activable" en cas de plan blanc attentat ou pandémie

Après ça doit dépendre des villes, régions, ARS

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Covid-19: l'Inde devient le 3e pays en nombre de cas, devant la Russie" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/covid-19-l-inde-devient-le-3e-pays-en-nombre-de-cas-devant-la-russie-20200706

 

"Covid-19 : pour Donald Trump, «99%» des cas sont «inoffensifs»" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/covid-19-pour-donald-trump-99-des-cas-sont-inoffensifs-20200706
 

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, pascal a dit :

il y en a eu et elles ont été activées, les déplacements de malades ont été une des grandes réussites de cette pandémie (de l'aveu même des soignants) Qu'ils aient été mis en avant est assez normal je trouve et je me demande si dans ce rapport "au vitriol" des pompiers il n'y a pas aussi une légère teinte de corporatisme ...

humm

 

je dirai que les pompiers n'ont pas été associés ou employés comme ils l'auraient souhaité...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, christophe 38 a dit :

humm

 

je dirai que les pompiers n'ont pas été associés ou employés comme ils l'auraient souhaité...

Frustration assez naturelle quand on reste arme aux pieds alors qu’on a des compétences utiles (logistique, commandement, nrbc, et surtout maillage territorial étroit).

Quant à la critique des ARS (qui n’est pas une critique tant la marche était haute pour une administration très tournée vers le financier), elle n’est pas nouvelle.

Par contre, les préfets shuntés, ce serait une découverte pour moi si confirmé.

Là, un retex du ministère de la santé sur les situations d’urgence sanitaires qui date de juste avant la crise https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide_retex_bd.pdf

Je n’ai pas eu encore le temps de la parcourir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, Hirondelle a dit :

Frustration assez naturelle quand on reste arme aux pieds alors qu’on a des compétences utiles (logistique, commandement, nrbc, et surtout maillage territorial étroit).

Par curiosité, qu'est ce qu'ils pouvaient apporter? Le pompiers sont dans le paramédical en gros. Là les cas relevaient du médical lourd. C'est pas trop leur domaine.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 31 minutes, cracou a dit :

Par curiosité, qu'est ce qu'ils pouvaient apporter? Le pompiers sont dans le paramédical en gros. Là les cas relevaient du médical lourd. C'est pas trop leur domaine.

Ben, je croyais l’avoir écrit.

Pour commencer, pourquoi réduire la crise «sanitaire » aux seuls aspects médicaux?

J’illustre, mais je ne suis ni pompier, ni fonctionnaire d’une ARS, encore moins médecin ou spécialiste de crise:

Distribution des masques (stockage, transport);

Identification des points chauds (contagiosité ou services indispensables au fonctionnement) et accompagnement/conseil pour leur aménagement;

Remontée d’information (des casernes il y en a partout, les pompiers sont les premiers avertis avec le maire du bled quand il y a un pet de mouche). C’est peut-être le plus important d’ailleurs.

Ce qui vaut pour les sdis vaut en grande partie pour les collectivités locales d’ailleurs. Là, j’en suis, et je peux rappeler qu’elles n’ont pas été créées pour construire de magnifiques sièges, mais parce qu’on a pensé qu’un certains nombre d’affaires nécessitent d’etre traitée au plus près du terrain et de ses précieuses informations. Et par exemple pendant le pic les pmi des départements ont vaccinés a tour de bras pour laisser les hôpitaux et la médecine de ville sur la covid. Et ces mêmes départements partage la tutelle des ehpad avec les ARS. Et ont acheté des masques pour les hôpitaux, distribués d’autres masque dans les maisons de retraite. [edit : pourtant, il y a eu beaucoup d’initiatives parfois brouillonnes, mais aussi des coups d’arrêts pour moi inexplicables]

En fait, de très nombreux opérateurs publics et privés avaient un rôle importants à jouer. L’ont-ils fait, sinon en ont-ils été empêchés ou ont ils manqué d’initi ative, c’est la question qui se pose.

 

Edited by Hirondelle
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,526
    Total Members
    1,550
    Most Online
    Billou
    Newest Member
    Billou
    Joined
  • Forum Statistics

    20,937
    Total Topics
    1,330,892
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries