Recommended Posts

Il y a 2 heures, Wallaby a dit :

Aller vers la droite à ordonnée constante, c'est aller vers "l'immunité de troupeau", mais il semblerait que ce soit illusoire et qu'il faille se "revacciner" régulièrement. D'autre part, aller vers la droite à ordonnée constante, c'est pesant comme charge pour le système hospitalier, et pour l'économie si cela s'accompagne de mesures qui restreignent le travail ou la consommation.

Théoriquement ce n'est pas illusoire. Si on part du principe que le virus est devenu endémique ce qui semble de plus en plus être le cas) se réinfecter à  bas bruit régulièrement est très faisable. C'est comme pour la rougeole, elle circule et ceux qui l'ont déjà eu reboostent leur système immunitaire à chaque contact. Ceux qui l'ont pas eu par contre morflent.

Mais ceux qui l'ont eu une fois il y'a très longtemps (ou on été vaccinés une seule fois) et n'ont jamais été en contact de rappel voient leur mémoire immunitaire disparaitre. C'est pourquoi on a des cas de personnes qui l'avaient eu petit mais qui l'ont re-eu une fois adulte.

Le problème est que pour l'instant nous sommes dans la phase naive de l'infection et que donc tout le monde (a divers degrés) est vulnérable. Une fois que 80% de la population l'aura eu ca devrait ce tasser (en théorie) même i l'immunité est labile pourvu que le virus continue a circuler en quantité suffisante

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 Ça se rapproche : Un conseiller de Trump contaminé par le coronavirus, le président parie sur un vaccin rapide :

Citation

L'un des hommes les plus proches de Donald Trump, le conseiller à la sécurité nationale, (...) Robert O'Brien, qui par son poste est l'un des hommes les plus souvent en contact avec le président, avait été testé positif. (...)
Plutôt que de remettre l'économie à l'arrêt, Donald Trump juge que la sortie de crise sanitaire passera par les vaccins et les médicaments.
"La solution (...) nous espérons que ce sera le génie américain qui permettra aux thérapies et aux vaccins de l'emporter", a dit son chef de cabinet Mark Meadows, dimanche sur ABC.
Washington a dépensé au moins 6,3 milliards de dollars depuis mars pour financer des projets de vaccins concurrents, chez des laboratoires établis comme Johnson & Johnson, Pfizer et AstraZeneca, et chez deux petites sociétés de biotechnologie qui n'ont jamais fait leurs preuves pour un vaccin, Novavax et Moderna.
Sans compter des milliards supplémentaires pour financer le développement de traitements contre le Covid-19, la construction d'usines de production, ainsi que la fabrication de seringues, de flacons... (...)
https://www.lepoint.fr/monde/un-conseiller-de-trump-contamine-par-le-coronavirus-le-president-parie-sur-un-vaccin-rapide-27-07-2020-2385720_24.php

 

Si jamais les chinois valident un vaccin avant les anglo-saxons, ils vont faire une drôle de tête à la Maison-Blanche...:ph34r:

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Ouais, enfin pour le moment, nous sommes surtout dans la phase coups de com' et grandes gueules, on va laisser les scientifiques faire leur travail et il en faudra encore pas mal pour s'assurer de la viabilité d'un vaccin.

Il y a 11 heures, Akhilleus a dit :

Le problème est que pour l'instant nous sommes dans la phase naive de l'infection et que donc tout le monde (a divers degrés) est vulnérable. Une fois que 80% de la population l'aura eu ca devrait ce tasser (en théorie) même i l'immunité est labile pourvu que le virus continue a circuler en quantité suffisante

Et que les effets secondaires ne soient pas permanents et pires que l'infection initiale(en particulier les dommages sur le système cardiovasculaire) puis que le virus ne nous fasse pas un second effet kisscool, bref si on pouvait éviter l'absurdité de la thèse de l'immunité de groupe avec un virus actif et encore mal maitrisé ce serait encore mieux.

Edited by Arland
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Arland a dit :

... si on pouvait éviter l'absurdité de la thèse de l'immunité de groupe avec un virus actif et encore mal maitrisé ce serait encore mieux.

C'est quand même un peu plus qu'une thèse ...

Et l'immunité de groupe n'a jamais empêché ni les cas dramatiques, ni les flambées de cas pour les maladies aux émergences les plus rapides.

C'est juste un phénomène naturel d'atténuation du nombre de nouveaux cas parce qu'on a un nombre de victimes potentielles qui se réduit du fait des contaminations antérieures et à la condition que le virus ne soit pas trop variant.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, Akhilleus a dit :

Le problème est que pour l'instant nous sommes dans la phase naive de l'infection et que donc tout le monde (a divers degrés) est vulnérable. Une fois que 80% de la population l'aura eu ca devrait ce tasser (en théorie) même i l'immunité est labile pourvu que le virus continue a circuler en quantité suffisante

L'autre problème, ce sont les indications que la protection apportée par une première infection surmontée pourrait être très brève, pas forcément plus de quelques mois. Dans ce cas, une stratégie d'immunité de groupe :

- Soit n'arriverait jamais à l'immunité, parce que l'infection resterait "à bas bruit". Par exemple, dans le cas de la France, si on suppose que les infections au covid-19 sont en fait deux fois plus nombreuses que celles qu'on détecte, soit 2 000 par jour au total, si on suppose que ce rythme peut être maintenu sans redécoller vraiment (à voir...) et si on suppose que l'immunité dure un an après l'infection, alors il y aurait en régime permanent à peine plus de 1% de la population française qui serait immunisée. Totalement insuffisant pour une immunité de groupe

- Soit arriverait bien à l'immunité en cas d'explosion des contaminations qui ne serait pas contrebattue par un confinement strict... mais le coût humain serait très lourd. Si 75% de la population développe la maladie en l'espace de quelques mois, alors pendant le reste de l'année il y a immunité de groupe oui. Et puis l'année suivante, puisque l'immunité a disparu, rebelote. Tenant compte des dernières estimations de létalité du virus soit 0,6% des personnes infectées (asymptomatiques inclus), on parlerait en France de 300 000 morts par an. Jusqu'au vaccin - s'il arrive bien sûr. On parle d'une augmentation de moitié de la mortalité générale en rythme permanent !

Non, jusqu'au vaccin, il n'y a guère qu'une stratégie qui vaille, tenter d'éliminer le virus autant que faire se peut.

Et si on n'a pas réussi une première fois, recommencer.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Arland a dit :

Ouais, enfin pour le moment, nous sommes surtout dans la phase coups de com' et grandes gueules, on va laisser les scientifiques faire leur travail et il en faudra encore pas mal pour s'assurer de la viabilité d'un vaccin.

Et que les effets secondaires ne soient pas permanents et pires que l'infection initiale(en particulier les dommages sur le système cardiovasculaire) puis que le virus ne nous fasse pas un second effet kisscool, bref si on pouvait éviter l'absurdité de la thèse de l'immunité de groupe avec un virus actif et encore mal maitrisé ce serait encore mieux.

Je plussoie ce que dit Fatac. L'immunité de groupe c'est un phénomène naturel qui permet d'attenuer la circulation d'un pathogene. Apres est ce que c'est souhaitable en tant qy'objectif a atteindre comme methode de lutte c'est une autre question. Mais a un moment, sauf retournement majeur (variation de souche totalement differente d'un pointde vue antigenique) on y arrivera  soit naturellement soit par vaccination (qui n'est qu'une methode artificielle pour atteindre cette immunité de groupe)

il y a 4 minutes, Alexis a dit :

L'autre problème, ce sont les indications que la protection apportée par une première infection surmontée pourrait être très brève, pas forcément plus de quelques mois. Dans ce cas, une stratégie d'immunité de groupe :

- Soit n'arriverait jamais à l'immunité, parce que l'infection resterait "à bas bruit". Par exemple, dans le cas de la France, si on suppose que les infections au covid-19 sont en fait deux fois plus nombreuses que celles qu'on détecte, soit 2 000 par jour au total, si on suppose que ce rythme peut être maintenu sans redécoller vraiment (à voir...) et si on suppose que l'immunité dure un an après l'infection, alors il y aurait en régime permanent à peine plus de 1% de la population française qui serait immunisée. Totalement insuffisant pour une immunité de groupe

- Soit arriverait bien à l'immunité en cas d'explosion des contaminations qui ne serait pas contrebattue par un confinement strict... mais le coût humain serait très lourd. Si 75% de la population développe la maladie en l'espace de quelques mois, alors pendant le reste de l'année il y a immunité de groupe oui. Et puis l'année suivante, puisque l'immunité a disparu, rebelote. Tenant compte des dernières estimations de létalité du virus soit 0,6% des personnes infectées (asymptomatiques inclus), on parlerait en France de 300 000 morts par an. Jusqu'au vaccin - s'il arrive bien sûr. On parle d'une augmentation de moitié de la mortalité générale en rythme permanent !

Non, jusqu'au vaccin, il n'y a guère qu'une stratégie qui vaille, tenter d'éliminer le virus autant que faire se peut.

Et si on n'a pas réussi une première fois, recommencer.

C'est pas comme cela que ca marche. Dans ton schema 2 il ne faut pas reflechir a un temps t fini mais a un temps t glissant. A 80% d'infectés tu as toujours 20% de porteurs possibles qui vont servir de reactivateurs immunitaires aux autres. Mettons que tu fasse des anticorps qui sont labiles en 1 an, ton systeme immun sera reboosté si tu croise une personne infectée (un des 20%) a 3 mois ou a 6 mois etc....

 

C'est la aussi que se situe l'effet pervers avec 1 vaccin. On vaccine et protege 95% de la population. Le pathogene disparait. Il n'y a plus de contact rappel. Les gens ne se "revaccinent" pas de facon naturelle et ne se vaccinent plus avec le vaccin industriel. Ils redeviennent alors naif et il suffit d'un cas (import, fortuis, reactivé par deficit immunitaire etc) pour avoir une flambée epidemique. C'est le cas avec la rougeole.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Akhilleus a dit :

C'est pas comme cela que ca marche. Dans ton schema 2 il ne faut pas reflechir a un temps t fini mais a un temps t glissant. A 80% d'infectés tu as toujours 20% de porteurs possibles qui vont servir de reactivateurs immunitaires aux autres. Mettons que tu fasse des anticorps qui sont labiles en 1 an, ton systeme immun sera reboosté si tu croise une personne infectée (un des 20%) a 3 mois ou a 6 mois etc....

Il me semble que le sous-entendu ici est qu'une personne anciennement infectée qui rencontre une nouvelle fois le virus a simplement son système immunitaire "réactivé", qu'elle développe peut-être la maladie, mais sous une forme qui sera beaucoup moins grave que la première fois. Ce qui effectivement voudrait dire que le "ticket d'entrée" de l'immunité de groupe serait à 300 000 morts une seule fois (plus évidemment tous ceux qui survivent mais avec des séquelles), qu'il ne serait pas nécessaire de le payer à nouveau chaque année - ou à chaque fois que l'immunité s'estompe pour une proportion suffisante de la population.

Mais est-ce un fait reconnu ? J'avais compris le contraire, que l'immunité disparaissait plutôt que de simplement se réactiver. Ou bien, troisième possibilité, est-ce que ce n'est pas encore clair :unsure: ... après tout, ce virus reste très nouveau, on n'a même pas six mois de recul.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Akhilleus a dit :

C'est la aussi que se situe l'effet pervers avec 1 vaccin. On vaccine et protege 95% de la population. Le pathogene disparait. Il n'y a plus de contact rappel. Les gens ne se "revaccinent" pas de facon naturelle et ne se vaccinent plus avec le vaccin industriel. Ils redeviennent alors naif et il suffit d'un cas (import, fortuis, reactivé par deficit immunitaire etc) pour avoir une flambée epidemique. C'est le cas avec la rougeole.

Même si je ne suis pas une blanche colombe en ce qui concerne mes vaccins (j'essaie d'y penser mais...), mais force est de constater que ce sont surtout les anti vax' qui sont à la fête et foute le dawa sanitaire partout...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Alexis a dit :

Il me semble que le sous-entendu ici est qu'une personne anciennement infectée qui rencontre une nouvelle fois le virus a simplement son système immunitaire "réactivé", qu'elle développe peut-être la maladie, mais sous une forme qui sera beaucoup moins grave que la première fois. Ce qui effectivement voudrait dire que le "ticket d'entrée" de l'immunité de groupe serait à 300 000 morts une seule fois (plus évidemment tous ceux qui survivent mais avec des séquelles), qu'il ne serait pas nécessaire de le payer à nouveau chaque année - ou à chaque fois que l'immunité s'estompe pour une proportion suffisante de la population.

Mais est-ce un fait reconnu ? J'avais compris le contraire, que l'immunité disparaissait plutôt que de simplement se réactiver. Ou bien, troisième possibilité, est-ce que ce n'est pas encore clair :unsure: ... après tout, ce virus reste très nouveau, on n'a même pas six mois de recul.

2 choses. L'immunité  humorale (le taux d'anticorps protecteur) semble diminuer jusqu'à effectivement disparaitre en quelques mois (3 a 6 mois). Ce qui n'est pas clair c'est chez quelle proportion des anciens infectés (j'ai lu selon les etudes 30 a 80% des gens).

Mais tant qu'il existe une ligne basale d'anticorps (quantité ?) tu es protégé Et le système immunitaire garde l'effet memoire (y compris quand le taux d'anticorps devient nul, ce ne sont pas les memes cellules) donc reagira plus vite et mieux si reinfection meme si ton taux d'Ac est tombé a 0. L'inconnue porte sur la durée de cette mémoire.

Enfin le peu d'études portant sur l'immunité cellulaire qui est primordiale dans les infections virales montrent que celle ci dure bien plus longtemps chez les anciens malades que le taux d'anticorps mesurables.

  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, FATac a dit :

C'est quand même un peu plus qu'une thèse ...

Et l'immunité de groupe n'a jamais empêché ni les cas dramatiques, ni les flambées de cas pour les maladies aux émergences les plus rapides.

C'est juste un phénomène naturel d'atténuation du nombre de nouveaux cas parce qu'on a un nombre de victimes potentielles qui se réduit du fait des contaminations antérieures et à la condition que le virus ne soit pas trop variant.

Ah si justement, dans le cadre de la covid19 c'est une thèse pour le moment, l'immunité de groupe avec un virus actif c'est une possibilité car ça dépendra de la nature de ses mutations aussi. Hors ce dernier est visiblement assez variant et plus tu infectes de gens plus t'aura de nouvelles souches donc un moment l'immunité de groupe pourrai ne jamais être atteignable tout ça en augmentant fortement le nombre de gens morts ou avec séquelles.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Alexis a dit :

L'autre problème, ce sont les indications que la protection apportée par une première infection surmontée pourrait être très brève, pas forcément plus de quelques mois. Dans ce cas, une stratégie d'immunité de groupe :

- Soit n'arriverait jamais à l'immunité, parce que l'infection resterait "à bas bruit". Par exemple, dans le cas de la France, si on suppose que les infections au covid-19 sont en fait deux fois plus nombreuses que celles qu'on détecte, soit 2 000 par jour au total, si on suppose que ce rythme peut être maintenu sans redécoller vraiment (à voir...) et si on suppose que l'immunité dure un an après l'infection, alors il y aurait en régime permanent à peine plus de 1% de la population française qui serait immunisée. Totalement insuffisant pour une immunité de groupe

- Soit arriverait bien à l'immunité en cas d'explosion des contaminations qui ne serait pas contrebattue par un confinement strict... mais le coût humain serait très lourd. Si 75% de la population développe la maladie en l'espace de quelques mois, alors pendant le reste de l'année il y a immunité de groupe oui. Et puis l'année suivante, puisque l'immunité a disparu, rebelote. Tenant compte des dernières estimations de létalité du virus soit 0,6% des personnes infectées (asymptomatiques inclus), on parlerait en France de 300 000 morts par an. Jusqu'au vaccin - s'il arrive bien sûr. On parle d'une augmentation de moitié de la mortalité générale en rythme permanent !

Non, jusqu'au vaccin, il n'y a guère qu'une stratégie qui vaille, tenter d'éliminer le virus autant que faire se peut.

Et si on n'a pas réussi une première fois, recommencer.

entendu a la radio ce matin, Héma Québec, organisation provinciale pour la collecte de sang, avait fait un suivi sur le plasma d'une quinzaine de personnes qui avaient été atteintes du Codiv, et une baisse des anticorps a été constaté aprés 90 jours en moyenne

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Akhilleus a dit :

Je plussoie ce que dit Fatac. L'immunité de groupe c'est un phénomène naturel qui permet d'attenuer la circulation d'un pathogene. Apres est ce que c'est souhaitable en tant qy'objectif a atteindre comme methode de lutte c'est une autre question. Mais a un moment, sauf retournement majeur (variation de souche totalement differente d'un pointde vue antigenique) on y arrivera  soit naturellement soit par vaccination (qui n'est qu'une methode artificielle pour atteindre cette immunité de groupe)

Je ne conteste pas la théorie qui a été démontrée avec le principe de la vaccination maintes fois, mais dans le cas présent c'est quand même jouer aux dés avec la santé d'un gros paquet de monde avec un virus qui va mener sa petite vie et aucune certitude sur le résultat final. Le tout avec un retour d'expérience de simplement 8 mois, cela semble être particulièrement optimiste.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 44 minutes, Arland a dit :

Ah si justement, dans le cadre de la covid19 c'est une thèse pour le moment, l'immunité de groupe avec un virus actif c'est une possibilité car ça dépendra de la nature de ses mutations aussi. Hors ce dernier est visiblement assez variant et plus tu infectes de gens plus t'aura de nouvelles souches donc un moment l'immunité de groupe pourrai ne jamais être atteignable tout ça en augmentant fortement le nombre de gens morts ou avec séquelles.

Non, non, je maintiens ... c'est plus qu'une thèse ! C'est un fait, mais un fait statistique - ce qui le place hors de compréhension pour beaucoup d'entre nous et génère alors de faux espoirs qui sont à l'origine de grandes déceptions.

Même pour un virus très variant comme celui de la grippe, le phénomène d'immunité de groupe existe. La variabilité du virus ne permet pas de s'en rendre compte car d'une année sur l'autre on peut la ré-attrapper (la grippe), sauf que ce n'est pas la même. Et sur une même année, sur une circulation d'une unique souche, on peut parfois "toucher du doigt" l'immunité de groupe lorsqu'elle se manifeste avec certaines souches très contagieuses.

Le soucis, c'est que pour atteindre le seuil d'immunité de groupe, il y a deux stratégies :

  • Augmenter la base des contaminés pour assurer la propagation la plus rapide possible d'un maximum de personnes, et passer ainsi au dessus du seuil. Le risque majeur est alors fonction de la proportion de cas graves. Autant pour un simple rhume (à Coronavirus d'ailleurs), cela ne prêtera à conséquence que pour les populations les plus fragiles, autant pour une maladie avec des évolutions aussi défavorables que la CoViD-19, c'est plutôt un suicide de masse.
  • Rester sous le seuil de saturation des soins intensif tout en diffusant lentement le virus dans la population, de très proche en très proche, avec la limitation la plus forte possible des contacts. Sauf que cela ne peut fonctionner qu'avec une immunité relativement durable et qui n'a pas besoin d'être renforcée périodiquement.

On voit bien la limite des deux approches pour une maladie capable de diffuser vite, d'avoir des conséquences dramatiques et provoquant une immunité de courte durée. Mais pour autant, l'immunité de groupe reste LE point d'objectif capable d'atténuer la crise sanitaire.

Pour pouvoir contourner les difficultés, les pistes sont multiples (et je ne les connais pas toutes) :

  • Augmenter la tolérance de la population à la maladie en diminuant la gravité de ses symptômes. Cela permet de diffuser largement la maladie, et donc l'immunité, sans pour autant provoquer l'engorgement des services d'urgence. Cela souligne l'importance de la recherche thérapeutique sur la modération des symptômes et de leurs conséquences.
  • Entretenir l'immunité pour la faire durer plus longtemps. Une piste vaccinale qui passerait la période d'immunité de 3 mois à 6 mois (valeurs prises au hasard) permettrait, moyennant 2 rappels par an, de maintenir et d'accroitre une population relativement immunisée, dont la proportion dans la population globale finirait par éteindre la bouffée épidémique, faute de victimes potentielles. Attention, on n'en est pas encore à éradiquer la maladie, mais cela la marginalise.
  • Trouver une stratégie vaccinale fournissant une immunité de longue durée et/ou à large spectre pour répondre aux évolutions et aux familles de virus responsables de la CoViD-19. C'est un peu le Graal de la recherche vaccinale. Pour autant, si celui qui fait ça recevra louanges et gloire, je ne suis pas certain que cette piste soit privilégiée par les intérêts pharmaceutiques qui ont davantage à tirer des deux premières solutions.
  • Et sans vouloir paraître cynique, je me demande franchement si certains dirigeants n'explorent pas la piste de l'autruche, en laissant la maladie faire ses ravages, tout en supposant que ceux qui y survivent seront plus forts, et que ceux qui y sont vulnérables ne pourront plus la propager une fois morts.

Mais encore une fois, il ne faut pas se laisser leurrer par l'approche statistique qui rend l'immunité de groupe attractive, mais potentiellement inefficace. L'immunité de groupe ne protège personne en particulier. Elle protège le groupe dans son ensemble, au prix des victimes à l'instant T qui servent à "construire" le volume d'immunité nécessaire.

  • Like 1
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Arland a dit :

Je ne conteste pas la théorie qui a été démontrée avec le principe de la vaccination maintes fois, mais dans le cas présent c'est quand même jouer aux dés avec la santé d'un gros paquet de monde avec un virus qui va mener sa petite vie et aucune certitude sur le résultat final. Le tout avec un retour d'expérience de simplement 8 mois, cela semble être particulièrement optimiste.

Il varie oui mais :

beaucoup de ses variations sont des mutations ponctuelles n'ayant pas d'effet sur le phénotype viral (donc le code génétique change, pas la souche virale dans son ensemble)

Les chercheurs ne sont pas trop cons, ils ciblent pour le vaccin des antigènes immunodominants peu voire très peu variables (en général ce sont les systèmes "vitaux" du virus, par exemple ses protéines de reconnaissance aux cellules à infecter

Après, effectivement rien n'interdit de voir apparaitre une souche qui passerait sous le radar d'un vaccin ou qui ne serait pas reconnue par des anciens infectés. La première hypothèse est d'ailleurs la plus possible étant donné que les vaccins ciblent en général une petite partie du virus et que donc la réponse est orientée. Si cette partie varie tu as perdu. Les anciens infectés eux répondent à la totalité du virus et donc on peut espérer quand même un effet d'immunité croisée minimale entre les variants (ce qui n'est pas le cas de la grippe puisque ce ne sont pas des variants mais des virus complétement différents à chaque fois)

 

  • Like 1
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Coronavirus: la France fournit à l'Inde des respirateurs et des tests" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/coronavirus-la-france-fournit-a-l-inde-des-respirateurs-et-des-tests-20200728

La France a livré mardi 28 juillet à l'Inde une centaine de respirateurs et des dizaines de milliers de tests de dépistage du coronavirus. Cette cargaison, acheminée par un avion militaire français, vient en réponse à l'aide en médicaments que l'Inde avait accordée à la France au plus fort de la pandémie en avril.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.lematin.ch/story/roche-essuie-un-revers-dans-la-course-contre-le-covid-19-367651726942 (29 juillet 2020)

Le laboratoire Roche reconnaît l’échec d’un premier volet de recherches cliniques avancées examinant l’effet de son anti-inflammatoire Actemra/Roactemra (tocilizumab) sur des patients hospitalisés pour une forme sévère de pneumonie associée au Covid-19.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une petite synthèse des interventions à la commission d’enquête parlementaire de Juin 2020 concernant les masques. En gros c'est pas de bol :rolleyes: c'est tombé au moment ou on réorganisait tout ça. Mouais...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Toujours très forts pour justifier après coup qu'on était en train de tout réorganiser...la réalité c'est que les masques ont étés détruits par mesure d'économie (de bout de ficelles), que MLP a gueulé contre Mme Bachelot pour avoir gaspillé du fric (même si ne n'apprécie pas trop cette dernière l'achat et la conservation de masque aurait du être validée par l'opposition).

Le fait de prétendre vers le 15 mars que le masque n'était pas nécessaire (voire qu'il exigeait un "entrainement" pour le mettre) est pour moi signe que les gouvernements impliqués ont surtout tergiversé sans rien faire durant au moins 6 semaines et qu'après coup ils se dépatouillent comme ils le peuvent pour ne pas trop paraître des charlots.

La campagne contre le Dr. Raoult visant à faire de lui le "gamelin de la pandémie" est une sacrée diversion qui tente de faire oublier les lacunes des autorités politico-médicales

  • Haha 2
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, nemo a dit :

la commission d’enquête parlementaire de Juin 2020

"Parlementaire", c'est vague. Assemblée nationale ou Sénat ?

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/on-nous-prend-vraiment-pour-des-billes-les-deputes-d-opposition-pas-convaincus-par-la-defense-d-agnes-buzyn-devant-la-commission-d-enquete-de-l-assemblee_4029643.html

Beaucoup de questions restent sans réponse, regrettent plusieurs membres de la commission. L’un d’entre eux s’emporte : "Comme dans l’affaire Benalla, c’est le Sénat qui va faire tout le boulot, et c’est nous qui passons pour des cons."

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 5 minutes, Wallaby a dit :

"Parlementaire", c'est vague. Assemblée nationale ou Sénat ?

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/on-nous-prend-vraiment-pour-des-billes-les-deputes-d-opposition-pas-convaincus-par-la-defense-d-agnes-buzyn-devant-la-commission-d-enquete-de-l-assemblee_4029643.html

Beaucoup de questions restent sans réponse, regrettent plusieurs membres de la commission. L’un d’entre eux s’emporte : "Comme dans l’affaire Benalla, c’est le Sénat qui va faire tout le boulot, et c’est nous qui passons pour des cons."

Y a les deux puisqu'il y a eu une commission au sénat et à l'assemblée.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 13 minutes, Wallaby a dit :

"Parlementaire", c'est vague. Assemblée nationale ou Sénat ?

On s'en fiche puisque notre parlement est bicaméral (deux chambres).

Les sénateurs et les députés sont donc parlementaires "à égalité".

Edited by FATac
Parti trop vite ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Member Statistics

    5,527
    Total Members
    1,550
    Most Online
    spoutnix
    Newest Member
    spoutnix
    Joined
  • Forum Statistics

    20,937
    Total Topics
    1,332,048
    Total Posts
  • Blog Statistics

    3
    Total Blogs
    2
    Total Entries